Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2015

Une chercheuse toulousaine primée pour une étude sur les abeilles

Aurore Avarguès-Weber a permis de démontrer "la grande capacité d'abstraction des abeilles", qui "savent compter et reconnaître un visage"

La chercheuse toulousaine reçoit mercredi 18, un prix pour ses travaux sur les abeilles: elles ont montré leur capacité à accomplir des tâches complexes, comme compter ou reconnaître un visage humain.

Aurore Avarguès-Weber, a 31 ans, et est chercheuse à l'université des Sciences de Toulouse, c'est la seule Française récompensée cette année par le programme international de la fondation L'Oréal-Unesco "Pour les femmes et la science".

Tout le monde peut se tromper….

La jeune femme est originaire de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), et travaille au Centre de recherches sur la cognition animale de l'université Toulouse III Paul Sabatier, où elle avait effectué sa thèse.

Elle dit qu'elle a découvert "un peu par hasard" le monde des abeilles lors d'un stage à Toulouse. Le déclic fut immédiat: "J'ai réalisé que ces insectes étaient capables de réaliser des tâches complexes", s'enthousiasme-t-elle. "Et les résultats s’observent bien plus rapidement qu'avec des singes".

Les travaux réalisés ont permis de démontrer empiriquement "la grande capacité d'abstraction des abeilles: elles savent compter et reconnaître un visage", explique Mme Avarguès-Weber.

Par exemple: Placées à l'entrée d'un labyrinthe, les abeilles, a-t-elle pu observer, ont identifié différents signes représentés sur une cartographie et, après un rapide apprentissage, elles ont régulièrement choisi la sortie portant le signe menant à une récompense.

Malgré un cerveau pas plus grand qu'une tête d'épingle, les abeilles sont dotées "d'une bonne vision et d'une grande mémoire", ajoute-t-elle.

Elle a par ailleurs prouvé que ces insectes n'étaient pas uniquement guidés par leur instinct. Grâce à un test réalisé en plein air, la jeune femme a mis en évidence leur capacité à "adapter leur comportement à leur environnement et aux expériences vécues".

Jusqu’alors, cette faculté de mettre des éléments en relation était considérée par la communauté scientifique comme l'apanage des humains et de certains singes. "On pense souvent que seuls les grands singes sont dotés d'intelligence, mais c'est faux", insiste Mme Avarguès-Weber.

Mme Avarguès-Weber mènera bientôt d'autres études en laboratoire. Des capteurs seront fixés sur des abeilles afin de mesurer l'activité de leur cerveau, tandis qu'elles évolueront dans un environnement virtuel grâce à un simulateur.

Au-delà du monde animal, ses observations sur le fonctionnement cognitif des abeilles pourraient permettre de mieux comprendre le cerveau humain et avoir des conséquences sur le développement de l'intelligence artificielle.

On devrait, on espère que ces révélations vont "sensibiliser davantage de personnes à la protection des abeilles en démontrant que ce sont des insectes intelligents".

Selon elle, les molécules toxiques des pesticides "ne tuent pas directement les abeilles mais perturbent leur système nerveux". "Leur mémoire diminue, elles se perdent et confondent les odeurs", met-elle en garde.

Au début du siècle dernier, l'Autrichien Karl Von Frisch avait alors décrypté "le langage des abeilles": pour indiquer une source de nourriture à leurs congénères, les abeilles effectuent une danse subtile. Il avait aussi démontré la faculté des abeilles à distinguer les couleurs.

J'ai vu cette intelligence des abeilles. Dans une de mes anciennes habitations, il y avait, dans la cuisine, une hotte aspirante, (plafond très haut d'une maison ancienne, avec sans doute un petit trou non bouché). Un jour, ma fille me dit affolée: y'a plein d'abeilles ici! Il faut dire que ces insectes la rendent un peu “hystérique“, inquiétude due à une mauvaise expérience enfantine.

Effectivement, il y avait 3 ou 4 abeilles dans la maison, collées aux fenêtres. Il a été prouvé que les abeilles se collaient aux fenêtres pour la lumière; C'est donc facile de les évacuer, il suffit d'ouvrir la fenêtre…. contrairement aux mouches: plus vous leur ouvrez la fenêtre plus elles vont voler ailleurs dans la maison!

En un quart d'heure, les abeilles sont parties… J'ai fermé la porte de la cuisine pour éviter que d'autres abeilles entrent dans toute la maisonnée. En deux heures, nous avons trouvé 7 ou 8 abeilles à nouveau dans la cuisine. Je dis nous mais, ma fille refusait d'y entrer!

J'ai laissé la fenêtre ouverte et elles sont parties. Ma fille n'en menait pas large: ferme bien la porte!.

Les abeilles continuaient d'entrer dans la cuisine mais j'ai laissé la fenêtre ouverte.Et je les ai laissé se débrouiller….

J'ai dis à ma fille: ne t'inquiète pas, elles vont comprendre qu'elles prennent une mauvaise direction et vont corriger le tir. Effectivement en 4 heures, tout était rentré dans l'ordre: les abeilles sont très intelligentes je le savais et j'en ai eu la preuve.

J'avais lu un article, justement, où était indiqué la différence entre les abeilles et les mouches (lire ci-dessus); dans ce même article, il était indiqué avec schéma que les abeilles font des vols “différents“ pour indiquer à leur collègue: ici, un champ fleuri et bon pollen, ici, ne pas aller, c'est nul en pollen….etc.

 

Les commentaires sont fermés.