Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Insolite

  • Etre islamo-collabo ne protège de rien: preuve

    Paris : Claire Chazal cambriolée samedi après-midi

    LePanacheFrançais

    C’est vers 18 heures qu’elle a donné l’alerte. La journaliste de télévision a quitté son domicile vers 16 heures. A son retour, elle a découvert que la porte d’entrée de son appartement avait été fracturée.

    « Son logement a été entièrement fouillé, précise une source proche de l’affaire. 800 euros et son coffret à bijoux ont été dérobés. Elle estime son préjudice à 41 000 euros ». […]

    Actu17

     

    François Hollande cambriolé, mandat de dépôt requis contre cet Algérien arrêté en trois jours, il sera expulsé à l’issue de sa peine

    […] Bien que la victime n’ait pas encore porté plainte, ordre est donné aux policiers de terrain de faire intervenir illico leurs experts techniques et scientifiques pour des prélèvements sur le lieu du délit. […] Le 28 janvier, les traces palmaires matchent et permettent d’identifier le suspect : un jeune homme de 19 ans, né … Lire la suite de

     

    Bordeaux : deux migrants condamnés à 4 mois ferme pour avoir cambriolé le domicile de Noël Mamère

    Ils s’étaient fait épingler en sortant de la maison, les poches pleines d’objets volés, le 3 décembre dernier. Deux jeunes étrangers sans-papiers ont été condamnés mardi à quatre mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Bordeaux, pour avoir cambriolé le domicile de Noël Mamère, l’ancien maire EELV de Bègles, rapporte Sud Ouest. A la barre, les deux jeunes déjà … Lire la suite de

     

    Cambriolage chez Philippe Val : deux rolex et un pistolet 7.65 dérobés

    L’appartement du journaliste et ancien patron de Charlie Hebdo, Philippe Val, a été cambriolé hier. Vers 21h30, il se rend compte que son domicile du XIIIe arrondissement de Paris a été visité. Le ou les voleurs ont forcé la fenêtre de la cuisine, rapporte Le Parisien . Les malfaiteurs sont partis avec un joli butin: … Lire la suite de

     

    Laurent Fabius cambriolé

    Le domicile du président du Conseil constitutionnel a été visité par des malfrats. Quatre mois après celui de son fils Thomas… Le Point

    Fdesouche

     

    Oissel (76). Un ancien sénateur PCF ligoté avec sa famille par des cambrioleurs

    Trois cambrioleurs cagoulés ont fait irruption dans la nuit de dimanche à lundi chez un élu d’Oissel. Il a été frappé puis ligoté avec sa femme et sa fille et se sont fait voler 8.000 €. Cagoulés, trois « individus se sont introduits dans la maison vers 1 heure du matin. Ils sont tombés nez … Lire la suite de

     

    Trocadéro (Paris) : action du collectif féministe Némésis contre le «World Hijab Day» La présidente interpellée par la police (MàJ)

    Jeanne

     

    Demain aura lieu le #WorldHijabDay , qui existe depuis 2013 dans 140 pays et qui s'est implanté en France avec la complicité de @sciencespo . Arme idéologique visant à banaliser le voile, c'est une véritable insulte pour les femmes qui sont obligées de le porter. pic.twitter.com/l8U1FP1kIF

    — Collectif Némésis (@NemesisNemesi18) January 31, 2021

    Le collectif @NemesisNemesi18 mène une action #nohijabday et l'islamisation au Trocadéro Alice, présidente du groupe, est interpellée par la police. #hijabday pic.twitter.com/zrbZKQfs6n

    — Valeurs actuelles ن (@Valeurs) January 31, 2021

    Notre présidente Alice a été interpellée par la police. Notre crime ? 40 femmes réunies pour dénoncer l'islamisation de la France à travers une action pacifique.
    Alors que @sciencespo qui en fait la promotion n'avait pas eu ce problème…#nohijabday #nemesis #Feminism https://t.co/u2a8iXUJpp

    — Collectif Némésis (@NemesisNemesi18) January 31, 2021

     

    «#NoHijabDay»

  • Etonnement?????

    Témoignage d’un jeune Afghan arrivant à Paris: “j’ai eu un choc en découvrant tous les Noirs qu’il y avait. Je me suis trompé, j’ai pensé, je suis arrivé en Afrique, pas en France !”

    […] Découverte: “Quand j’étais en Afghanistan, la France, pour moi, c’était la tour Eiffel et Paris, la reine des villes dans le monde entier. Arrivé à Paris, j’ai eu un choc en découvrant tous les noirs qu’il y avait. Je me suis trompé, j’ai pensé, je suis arrivé en Afrique, pas en France !”

    Il poursuit avec cette autre révélation: “En Europe, j’ai aussi été étonné par la liberté des femmes. En Afghanistan, elles sont toutes voilées et ne travaillent pas à l’extérieur. Je n’avais jamais vu de femmes sans voile ! […]

    Son intégration en cours d’accomplissement, il la doit en partie à Marie: “Je n’ai pas été étonné de rencontrer des personnes généreuses comme Marie, conclut-il avec candeur, car je sais bien que les personnes gentilles existent, c’est normal “.

    Le midi Libre

    Ce migrant afghan découvre la France. Ce qui le surprend va vous étonner. pic.twitter.com/SaGAJjrfjq

    — Michel Ney (@sidounours) December 15, 2020

     

  • Amusant!

    Pour ne plus être viré de Facebook, utilisez le HiéroFaf !

    L’ecaffiticé du HiéroFaf est fodneé sur l’alynase sanuivte :

    Texte transformé               Texte normal

    Une étdue de l'uirveistné de Cgbdmirae a mtroné que l'on puet sans plobmère lire un txtee dnot les ltretes sont dnas le drosédre pour peu que la pèiemrre et la dèirenre lertte de cuhqae mot resnett à la bonne pacle. Ccei montre que le cereavu ne lit pas tuteos les lerttes mais prend le mot cmome un tuot. La prueve : aoeuvz que vuos n'avez pas eu de mal à lire ce txete.

    Une étude de l'université de Cambridge a montré que l'on peut sans problème lire un texte dont les lettres sont dans le désordre pour peu que la première et la dernière lettre de chaque mot restent à la bonne place. Ceci montre que le cerveau ne lit pas toutes les lettres mais prend le mot comme un tout. La preuve : avouez que vous n'avez pas eu de mal à lire ce texte.

    Puor étevir à lvena’ir de nveoulles déenconvues, nh’sitéez pas à uistiler le HiéroFaf, un cdoe à prrioi itndércpyable par les aiotgrhelms, mais tuot à fiat lipimde puor le ceervau hmiaun, aevc un miinumm de’nîntrameent.

    Imngiaez une suele de ces phasres en cliar… Cs’et le ban agagvaré, viore dfiétinif ! Edimmveent, si vuos pbliuez des pthoos ou reneprez des txtees en cliar qui “ne rsepcteent pas les Sntadrads de nrote cmmouunaté“», là, le HiéroFaf ne prroua rein puor vuos

    Moins on réfléchit à comprendre ce qui est écrit, plus on peut le lire et le comprendre vite !

    Atiméis à vuos tuoets et tuos, fturu(e)s hreeusues hiérofafeuses et hreeuux hiérofafeurs!

  • Enfin, la gauchiasse se réveille!

    Laïcité: une vingtaine de présidents de département de gauche,

    évoquant le "fondamentalisme religieux" et les "intégrismes religieux", sonnent "l’alerte républicaine"

    A l’occasion de l’anniversaire de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, 19 présidents de départements de gauche demandent des actes : “Combien de temps encore allons-nous laisser l’intolérance, la haine et le fanatisme mordre sur la République“, écrivent-ils.

    Le 16 octobre dernier, Samuel Paty a été lâchement assassiné plongeant notre pays dans l’effroi et la stupeur. Une nouvelle fois, la République était frappée. Une nouvelle fois la barbarie attaquait nos valeurs, défiait notre devise. Alors que ce 9 décembre marque la date anniversaire de la loi de 1905, combien de temps encore allons-nous baisser la garde. Combien de temps encore allons-nous laisser l’intolérance, la haine et le fanatisme mordre sur la République. […]

    Mais aujourd’hui ce socle est attaqué. Face à des assauts incessants, il s’érode. Alors que partout le fait religieux revient sur le devant de la scène, que les divisions et les fractures minent notre contrat social, aujourd’hui nous lançons l’alerte républicaine. […]

    Nous n’avons pas été assez offensif sur la laïcité nous avons laissé des brèches se former. Mais aujourd’hui ce socle est attaqué. Face à des assauts incessants, il s’érode. Alors que partout le fait religieux revient sur le devant de la scène, que les divisions et les fractures minent notre contrat social, aujourd’hui nous lançons l’alerte républicaine.

    Parce que nous n’avons pas été assez offensif sur la laïcité nous avons laissé des brèches se former. Croyant ce combat définitivement gagné, nous avons laissé la confusion s’installer.

    Certains voudraient nous faire croire que la laïcité a vécue. Qu’il faut la revoir, la rendre “positive”, “inclusive”, “ouverte”. Vouloir qualifier la laïcité c’est déjà la diminuer, la fragiliser. C’est méconnaitre notre histoire et affaiblir notre société. C’est déjà reculer devant les intégrismes de toutes natures. […]

    Le JDD

  • P'fft!

    A Budapest, des Hongrois érigent un sapin en soutien aux Bordelais qui en seront privés par leur maire: “Même au temps du communisme, ils ne se sont pas attaqués au sapin”

    Le premier dimanche de l’Avent, un sapin de Noël a été mis en place pour Bordeaux… dans un arrondissement de Budapest.

    “Au premier dimanche de l’Avent, un sapin de Noël a été mis en place devant l’académie hongroise de lutte István Kozma dans le sud de Budapest, pour Bordeaux, après que le maire de gauche dure de Bordeaux a interdit la sapin sur la place principale de la ville.”

    “Le chef du groupe parlementaire du Fidesz, Máté Kocsis, a estimé qu’il était inqualifiable et inacceptable que précisément ceux qui parlent toujours de tolérance et d’acceptation en viennent à interdire les symboles chrétiens. Selon le député, il est probable que bientôt les nations considérant Noël comme une fête importante soit en minorité.”

    “C’est surréel et en même temps un honneur d’ériger ici un arbre de Noël pour une ville française. Jamais au cours des trente dernières années nous n’aurions cru, ici en Europe centrale, vivre cela, a déclaré Zsolt Bayer, le fameux éditorialiste proche de Viktor Orbán”.

    “Même au temps du communisme, ils ne se sont pas attaqués au sapin. Ils parlaient de la fête du sapin au lieu de Noël et de Mikulás au lieu du Père Noël, mais jamais le sapin n’a été interdit ou empêché, rajoute-t-il. Nous savons précisément ce que cela signifie lorsque des illuminés voulant changer le monde essayent de modifier nos vies et effacer de la surface de la Terre toutes les traditions.”

    “Le publiciste Zsolt Bayer a ajouté que depuis Budapest, ce sapin envoie un message à tous les Français qui perçoivent l’effacement de leurs traditions: vous n’êtes pas seuls, chaque année il y aura ici un sapin pour vous tant que Bordeaux ne chassera pas son illuminé et changeur de monde de maire, tant que Noël ne sera pas récupéré.”

    “Selon Máté Kocsis, un petit sapin à Budapest n’aidera pas en soi la situation des Chrétiens à Bordeaux bien entendu, mais le symbole est fort, et souligne qu’il y a encore des endroits en Europe où on a pas à avoir peur en tant que chrétien.”

     

    Bayer Zsolt a BLM-szoborrĂłl: MĂĄr mĂĄsnap le fogjuk dĂśnteni!

    A publicistĂĄnak nem tetszik Baranyi Krisztina Ăśtlete a ferencvĂĄrosi BLM-szoborrĂłl. Baranyi Krisztina polgĂĄrmester szobrot ĂĄllĂ­tana a szĂŠlsőbalos BLM-mozgalomnak FerencvĂĄrosban. „VĂŠgre ez a nő is belefogott a lĂĄzas pĂłtcselekvĂŠsbe, idiĂłta semmittevĂŠsbe. Alig vĂĄrjuk a szoboravatĂĄst. MĂĄr mĂĄsnap le fogjuk dĂśnteni a picsĂĄba!”  – Ă­rja blogjĂĄn Bayer Zsolt.   Mi meg ÉLŐBEN fogjuk kĂśzvetĂ­teni… 

    VadhajtĂĄsok

    Le maire de Bordeaux a célébré l'égorgement de mouton a l'aïd avec les musulmans! c'était en aout.

    Alors les bordelais, toujours heureux d'avoir voté pour les pastèques?

  • Décret "Sapin de Noël": bienvenue en Absurdie

    Et la valse continue… Voilà maintenant que l’on peut acheter son sapin de Noël, mais surtout pas les décorations ! Cela en devient comique.

    Par Johan Rivalland.

    On se croirait dans un mauvais film. Ou une pièce de théâtre comique, ou je ne sais quoi encore. En tous les cas, bien dans un domaine où l’imagination n’est certainement pas en panne pour trouver des idées plus farfelues les unes que les autres.

    Le décret sapin de Noël est de sortie

    J’en ai un peu honte: on va finir par croire que je suis un spécialiste de la période de Noël. Mais pas du tout. C’en est risible, mais c’est une sorte de hasard. Il faut dire que ce qu’on découvre depuis quelques temps est tellement drôle ou folklorique, que cela en devient irrésistible.

    Parfois un peu plus polémique, il est vrai, comme dans le cas du " Noël sans Amazon ", mais toujours le reflet d’une époque un peu folle où certaines choses finissent par ne plus avoir grand sens ou devenir un peu absurdes quand on y pense.

    Dernier exemple en date, donc, mais pas des moindres: le " décret sapin de Noël ". Ou comment la bureaucratie dans toute sa splendeur arrive à nous concocter un texte qui nous mène à des situations étonnantes et bien amusantes (car rassurons-nous, ce n’est pas très grave en soi ; en ce moment il y a bien pire).

    Le sapin oui, les décorations non

    Car, en des temps où un gouvernement s’arroge le droit de décider quels biens ou services nous sont essentiels ou non essentiels – vaste sujet à dimension philosophique (vous avez quatre heures) – on se doit de constater que le sapin semble faire partie des biens dits " essentiels ", mais les décorations non.

     

    De quoi allez-vous vous plaindre? C’est déjà pas mal. Le gouvernement a décrété (au sens propre du terme) que le sapin est désormais autorisé. Quant aux décorations, il ne faudrait tout de même pas perdre la boule: c’est purement accessoire et vous pouvez très bien reprendre celles des années antérieures, il ne faut tout de même pas exagérer ! Il ne s’agirait pas de se faire enguirlander (cela dépend par qui… Les écolos, je ne sais pas. Aïe, je vais me faire des ennemis).

    Il y a comme quelque chose qui cloche dans cette affaire… Mais ainsi va la vie, en 2020. Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Quels cadeaux nous réservera encore ce beau gouvernement jamais à court d’idées, mais sans doute pas né sous la bonne étoile? Nous verrons bien.

    Au moins, on ne s’ennuie pas. Et que l’on me pardonne ma mauvaise langue. En ces temps difficiles, où je sais bien que la tâche est difficile pour le gouvernement, avec de nombreux plats au menu et un parcours semé d’embûches, on peut bien prendre le parti de rire un peu, non?

    Contrepoints