Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Science/Tech

  • Celle qui a sauvé des millions de bébés

    Cette semaine, notre héros du Progrès est une héroïne, Virginia Apgar, anesthésiste et chercheur américaine, qui a inventé le test permettant d’évaluer rapidement la santé du nouveau-né et de déterminer si l’enfant a besoin immédiatement de soins médicaux néonataux.

    Ce test, dénommé "score d’Apgar" continue à être utilisé couramment dans le monde entier et il est reconnu pour avoir sauvé la vie de millions de nouveau-nés depuis 1952.

    Virginia Apgar est née à Westfield, dans le New Jersey, le 7 juin 1909. Apgar avait deux frères aînés, dont l’un est mort en bas âge de la tuberculose, tandis que l’autre vivait avec une maladie chronique. En raison des problèmes médicaux de ses deux frères, Apgar choisit de faire carrière dans le domaine médical.

    En 1929, Apgar obtient un diplôme de zoologie avec des mineures en physiologie et chimie au Mount Holyoke College, et la même année, elle commence sa formation médicale au College of Physicians and Surgeons (P&S) de l’Université de Columbia.

    Apgar obtient son diplôme de médecine en 1933 et commence un internat de deux ans en chirurgie à l’Hôpital presbytérien P&S. Bien qu’elle fasse montre de compétence, le président du P&S, qui s’inquiétait des perspectives économiques pour les femmes chirurgiens pendant la Grande Dépression, lui conseille de faire carrière dans l’anesthésie – un nouveau domaine d’étude qui commençait à prendre forme en tant que spécialité plutôt médicale, que strictement infirmière.

    Apgar suit ce conseil et après la fin de son internat en 1936, elle commence une formation d’anesthésiste d’un an à l’hôpital presbytérien. Après avoir terminé le cursus, elle effectue son résidanat en anesthésiologie à l’université du Wisconsin et à l’hôpital Bellevue de Manhattan, NYC.

    En 1938, elle retourne à l’Hôpital presbytérien et devient directrice du nouveau département d’anesthésie. Apgar est la première femme à occuper un poste de direction à l’Hôpital presbytérien.

    En 1949, Apgar devient également la première femme à occuper un poste de professeur titulaire à la P&S. La chaire d’anesthésiologie la libère de nombreuses tâches administratives, lui permettant ainsi de consacrer davantage de temps à la recherche.

    Apgar constate que la mortalité infantile (c’est-à-dire les bébés âgés de 0 à 1 an) aux États-Unis a diminué rapidement entre les années 1930 et 1950. Mais que le taux de mortalité des bébés dans les 24 heures suivant la naissance est resté le même.

    Perplexe devant cet écart, Apgar commence à étudier les différences entre les nouveau-nés en bonne santé et les nouveau-nés nécessitant des soins médicaux.

    En 1952, Apgar élabore un test appelé "score d’Apgar" que les professionnels de la santé peuvent utiliser pour évaluer la santé des nouveau-nés. Le système de notation Apgar donne à chaque nouveau-né un score de 0, 1 ou 2. Zéro indique la pire condition possible et deux indique la condition idéale dans chacune des cinq catégories suivantes: activité (tonus musculaire), pouls, grimace (irritabilité des réflexes), apparence (couleur de la peau) et respiration. Pour que son évaluation soit facile à retenir, la première lettre de chacune des cinq catégories forme le mot "APGAR".

    Le test est généralement effectué sur les nouveau-nés 1 minute puis 5 minutes après leur naissance. Un score cumulé de 3 ou moins est généralement considéré comme dangereusement bas et justifiant une prise en charge médicale immédiate.

    Le test d’Apgar est rapidement devenu une pratique courante dans le monde entier. Il reste aujourd’hui encore une procédure standard pour évaluer la santé du nouveau-né.

    En 1959, Apgar obtient une maîtrise en santé publique à l’université Johns Hopkins et commence à travailler pour la Fondation March of Dimes – une organisation américaine à but non lucratif qui œuvre à l’amélioration de la santé des mères et des bébés – en dirigeant son programme de recherche axé sur le traitement et la prévention des malformations congénitales.

    Tout en travaillant à la March of Dimes, Apgar devient une fervente partisane de la vaccination universelle pour prévenir la transmission de la rubéole de la mère à l’enfant.

    Virginia Apgar deviendra ensuite maître de conférences, puis professeur clinique de pédiatrie à l’université Cornell. Elle décède le 7 août 1974.

    Tout au long de sa carrière, elle recevra de nombreux doctorats honorifiques, le "Distinguished Service Award" de l’American Society of Anesthesiologists (1966) et le titre de " Femme de l’année en sciences " par le Ladies Home Journal (1973).

    En 1995, elle a été intronisée au National Women’s Hall of Fame des États-Unis.

    On attribue à l’utilisation du score d’Apgar la réduction du taux de mortalité infantile car il a considérablement augmenté la probabilité de survie des bébés dans les 24 heures suivant la naissance. L’invention et l’utilisation du score d’Apgar ont permis de sauver des millions de vies et continuent à en sauver des milliers d’autres chaque jour. C’est pourquoi Virginia Apgar est notre vingt-deuxième héros du progrès.

    Les Héros du progrès, c’est aussi:

     

  • Cet hiver 2020, pannes de courant prévues en France

    Merci les écolos!!!

    Le nucléaire a été complètement désorganisé par la pandémie, les révisions de tranche ont du retard et nous aurons 900 GW de moins cet hiver (deuxième tranche de Fessenheim).

    Les quelques sources charbon et fioul encore disponibles ont vocation à être arrêtées dans les années qui viennent. Elles sont dans un triste état, et pour certaines, pratiquement plus mobilisables.

    Le gaz n’a jamais dépassé 10 GW; il est constitué de quelques grosses centrales, mais aussi de nombreuses installations industrielles, en particulier de co-génération, pas forcément disponibles à la demande.

    L’hydraulique en hiver n’a jamais dépassé 16 GW, par nature. Tout n’est pas mobilisable en même temps.

    La biomasse n’a jamais dépassé 1 GW, elle provient d’une centrale et de nombreuses installations de valorisation de déchets, dont la fourniture d’électricité n’est pas forcément l’objectif principal.

    À 19 heures en hiver, il peut y avoir des nuits sans vent. Il y en a quasiment chaque année.

    Dernière pointe récente: 94 GW en février 2017. Record historique: 102 GW en 2012.

    Une nuit d’hiver sans vent, on voit que le total possible dans le meilleur des cas est de 89 GW. Et il est peu probable qu’on y arrive. Nous sommes donc très inquiets, comme RTE et comme Mme Borne.

    Mais il y a des mesures prises, dixit Mme Borne, un " bouquet de leviers ":

    Le tarif Ecowatt: moyennant des rabais, les consommateurs sont priés par SMS de différer des consommations… au moment où ils en ont le plus besoin?

    Les effacements type " EJP ", des gros consommateurs: mais ils existent déjà, donc il ne faut pas les prendre comme un " levier " par rapport aux historiques.

    Et surtout les " thermomètres intelligents ": comme le consommateur est par nature bête, on l’aidera à acheter des thermomètres qui pallieront ses neurones.

    Tout cela ne nous rassure guère, avouons le. D’autant que M. Brottes, président de RTE, avoue:

    " Si tous ces gestes barrières ne suffisent pas, et si nos capacités d’importation sont épuisées, il faudrait utiliser des délestages, des coupures temporaires ciblées et maîtrisées  ", selon François Brottes, qui ne se risque pas à préciser combien de Français pourraient être concernés par de telles situations. RTE insiste sur le fait que ce scénario est très hypothétique.

     "Il n’y aura pas de black-out", a insisté M. Brottes".

    Nous sommes prévenus. C’est comme pour le Covid: tout passe par les gestes barrières. Et comment assurer " qu’il n’y aura pas de black out " pour un réseau au maximum de ses possibilités de production, la nuit, en plein hiver, avec des productions aléatoires non pilotables (éolien, solaire) qui peuvent mettre la pagaille à tout moment? Et des voisins (Angleterre, Belgique, Espagne, Italie…) encore davantage en manque de capacités pilotables que nous?

    Il ne reste plus qu’à prier pour qu’il y ait du vent cet hiver, que le réchauffement sévisse, ou que les centrales à lignite et charbon allemandes fonctionnent à plein.

    Ou alors soyons fous, tiens, redémarrons Fessenheim…

    https://www.contrepoints.org

  • Le scandale du Lancet parfaitement expliqué

    La puissance de Big Pharma dépasse ce que nous pouvions imaginer

    La puissance financière de Big Pharma est telle que les rédacteurs en chef avouent publier sous contrainte!

    Chaque jour nous apporte sa dose de révélations sur le milieu de Big Pharma et des publications dans les revues à comité de lecture, considérées autrefois comme fiables et qui manifestement ne le sont plus, et à un niveau que nous ne saurions imaginer.

    Nous pensions être un peu informés car nous avons publié un livre sur les nouvelles molécules innovantes, hors de prix, toxiques et peu efficaces chez Michalon en 2016 et présenté dans les colloques d’Avicenne deux études sur les évaluations trompeuses de ces nouveaux médicaments. Les autorisations de mise sur le marché sont en effet délivrées non plus sur les critères classiques (en cancérologie l’amélioration de la durée de vie des patients) mais sur des critères substitutifs, appréciations rapides de l’efficacité du médicament testé sur la taille d’une métastase choisie et une durée limitée à quelques mois.

    Mais l’article publié en anglais le 7 Juin dépasse ce que nous avions imaginé, même après la mise en évidence du trucage évident, grossier de l’article du Lancet souhaitant démolir l’hydroxychloroquine.

    "Selon les rédacteurs en chef de The Lancet et du New England Journal of Medicine, "la puissance financière de Big-Pharma est telle que nous sommes contraints de publier certains articles" — Et Surgisphere dans tout ça?" Vera Sharav – Vaccin Impact Sott.net dim., 07 juin 2020.

    En français https://fr.sott.net/article/35757-

    Nous vous en livrons les passages les plus succulents. Accrochez-vous.

    Le docteur Philippe Douste-Blazy, cardiologue et ancien ministre français de la santé et sous-secrétaire général des Nations unies, dans un entretien filmé le 24 mai 2020, a expliqué comment une série d’études négatives sur l’hydroxychloroquine ont été publiées dans de prestigieuses revues médicales.

    "Il a révélé que lors d’une récente réunion top secrète tenue à huis clos à Chatham House, à laquelle seuls des experts ont participé, y compris les rédacteurs en chef de The Lancet et du New England Journal of Medicine qui y ont exprimé leur exaspération en citant les pressions exercées sur eux par les sociétés pharmaceutiques".

    Il a déclaré que chacun des deux rédacteurs a utilisé le mot "criminel" pour décrire l’érosion de la science.

    Remarquons que ce mot fut déjà employé par le PR Peter Goetsche, fondateur de la prestigieuse fondation Cochrane, licencié lors de son rachat par Bill Gates. Son livre de 2013 "remèdes mortels et crime organisé" ne mâchait pas ses mots mais fut malheureusement ignoré d’une grande partie des médecins lanceurs d’alerte comme le professeur Even ou nous-mêmes préférant nous diaboliser plutôt qu’ouvrir les yeux. Pourtant le cancer, entre autres, n’épargne personne, mais alors il est trop tard.

    Le Dr Richard Horton, rédacteur en Chef du fameux Lancet a déploré l’état actuel de la science:

    "Si cela continue, nous ne pourrons plus publier de données de recherche clinique parce que les compagnies pharmaceutiques sont tellement fortes financièrement et arrivent à avoir de telles méthodologies pour nous faire accepter des papiers qui apparemment méthodologiquement sont parfaits, mais qui au fond font dire ce qu’ils veulent à ceux-là; c’est très grave!".

    Dans cet article, l’auteur rappelle la position courageuse précoce de l’ancien ministre pour la liberté de prescription libre des médecins et en particulier de la chloroquine. Il avait, avec le Professeur Perronne, lancé une pétition signée par près de 500 000 médecins et citoyens français.

    Si le gouvernement avait écouté ces médecins et les citoyens, beaucoup de vies aurait probablement été sauvés, en particulier ceux des ainés en EHPAD abandonnés avec interdiction par décret du 26 mars de les hospitaliser, de le traiter par autre chose que le doliprane, exigence aberrante et non éthique, puis euthanasiés par Rivotril de prescription hors AMM facilité par ce fameux décret toujours valide à ce jour. Une violation flagrante de la loi Leonetti et surtout du choix libre du patient et de sa famille.

    Dans cet article, Vera Sharav explique que le choix de l’hydroxychloroquine est devenu un choix politique, ce qui semble complètement aberrant!  "Les politiciens de gauche et les responsables de la santé publique sont catégoriquement opposés à l’utilisation de l’HCQ, alors que ceux qui penchent politiquement à droite sont pour le droit des médecins à prescrire le médicament comme ils le jugent bon".

    NON, PAS DU TOUT! d'après Valeurs Actuelles, de cette semaine, c'est EDOUARD PHILIPPE qui a trafiqué -avec ses sbires de Matignon- le décret qui devait permettre la prescription LIBRE à tous les médecins: ce sont eux qui ont modifié le décret initial! Edouard Philippe est un ancien LR, une girouette politique: souvenez-vous en si vous voyez son nom inscrit sur n'importe quelle liste électorale! Honte aux habitants du Havre qui l'ont élu, ce fantoche, maire!

    "Cependant, les responsables de la santé publique, les médecins universitaires et les médias — qui sont tous financièrement redevables aux sociétés pharmaceutiques et à leurs objectifs de marketing à haut profit — s’opposent avec véhémence à l’utilisation de l’hydroxychloroquine, et profitent de chaque occasion pour dénigrer le traitement en faisant référence de manière dérisoire au président Trump comme son promoteur".

    The Lancet a publié une étude frauduleuse toujours lisible, malgré la rétractation et tous connaissent l’histoire relatée comme un feuilleton; pour ceux qui auraient raté les détails, lisez les articles détaillés dans France soir de la fraude du Lancet et celle du BMJ.

    Deux points sont soulignés par Vera: "La base de données appartient à Surgisphere Corporation, dont le fondateur et PDG est le Dr Sapan Desai, qui est l’un des principaux co-auteurs de l’étude. Le Dr Desai a — pour un examen de confirmation indépendant — refusé de divulguer les données. En fait, il refuse de mentionner les hôpitaux participants, voire les pays.

    Le Dr Mandeep Mehra, co-auteur principal, est directeur au Brigham & Women’s Hospital, qui est crédité du financement de l’étude. Le Dr Mehra et The Lancet n’ont pas révélé que le Brigham Hospital a un partenariat avec Gilead et qu’il mène actuellement DEUX essais pour tester le Remdesivir, le principal concurrent de l’hydroxychloroquine pour le traitement du Covid-19, le point central de l’étude".

    Rien de surprenant, ni de bien neuf mais il vaut mieux le savoir. A la suite du scandale évident de la publication du Lancet dont la nullité est évidente à la première lecture, et après les tristes prestations médiatiques de quelques professeurs qui resteront célèbres -car rien ne s’efface sur le web, une lettre ouverte fut publiée en ligne, adressée aux auteurs ainsi qu’au rédacteur en Chef, le Dr Richard Horton, signée par plus de 200 éminents scientifiques du monde entier, dont 17 issus d’institutions africaines.

    Parmi les préoccupations, Vera cite:

    "Une série d’écarts flagrants par rapport à la recherche et aux pratiques cliniques standards, comme par exemple: les patients se sont vu prescrire des doses quotidiennes d’hydroxy chloroquine inexplicablement élevées — bien plus élevées que les doses recommandées par la FDA;

    Aucune évaluation éthique ; Le nombre de patients provenant d’Australie aurait largement dépassé le nombre de patients figurant dans la base de données du gouvernement australien;

    Représentation grossièrement erronée du nombre de décès en Australie;

    "Le nombre de cas et de décès [les prétendus 40% de décès déclarés en Afrique], ainsi que les détails fournis, semblent peu probables";

    Refus d’identifier les hôpitaux qui ont fourni des données sur les patients

    The Guardian déclarait le 28 mai qu’il ne pouvait pas confirmer que les agences de santé britanniques n’avaient, ne serait-ce que fourni des données pour l’étude ".

    Vous trouverez de nombreux détails sur les réactions de professeurs de toutes parties du monde entier. Ce qui parait nouveau ici et en tous cas très éclairant sur le devenir de l’intelligence artificielle et des bases de données vendues larga manu est le rôle de Surgisphère.

    Surgisphere Corporation, c’est quoi?

    Un rapport d’enquête de Catherine Offord paru dans The Scientist, cité par Vera, le 30 mai 2020, rapporte

    En 2008, Surgisphere fut l’éditeur de manuels médicaux qui ont connu des difficultés lorsque des médecins se sont plaints de critiques dithyrambiques falsifiées (…)

    The Scientist rapporte que le Dr Desai est cité dans trois procès pour faute médicale qui ont été intentés au cours du second semestre 2019. (…)

    "Les employés de Surgisphere n’ont que peu ou pas de compétences ou d’antécédents scientifiques. Un employé répertorié comme rédacteur scientifique semble être en fait un auteur de science-fiction et de fantasy. Un autre employé répertorié comme responsable marketing est une mannequin également hôtesse en événementiel… jusqu’à lundi, le lien " entrer en contact " sur la page d’accueil de Surgisphere redirigeait vers un modèle WordPress pour un site web de cryptologie monétaire, ce qui soulevait des questions sur la manière dont les hôpitaux pouvaient facilement contacter l’entreprise pour rejoindre sa base de données. "

    LA PRATIQUE RÉELLE de l’intelligence ARTIFICIELLE RÉVÉLÉE PAR LE SCANDALE DU LANCET

    Le plus croustillant et effarant est ce qui nous attend avec l’intelligence artificielle gérée probablement par des sociétés de ce genre.

    "Surgisphere se présente comme "une organisation de service public qui se consacre à rendre le monde meilleur". prétend leur plateforme QuartzClinical®

    "effectue des analyses de données sur les soins de santé présentes dans le Cloud en exploitant une multitude de données et en les présentant de manière qu’elles soient faciles à comprendre et à utiliser pour les administrateurs des soins de santé et leur personnel.

    […]

    QuartzClinical® est doté d’une intelligence artificielle sophistiquée qui permet d’effectuer et d’analyser facilement un grand nombre de tâches complexes. La technologie avancée des ordinateurs qui apprennent tout seuls permet d’identifier des modèles de données qui prendraient aux êtres humains une vie entière pour les reconnaître, sans parler de leur utilisation.

    QuartzClinical® a été reconnu par Frost et Sullivan comme ayant la plateforme d’analyse de données la plus avancée du marché, basée sur des ordinateurs qui apprennent tout seuls. De plus, les résultats d’analyse de QuartzClinical® ont été reconnus au niveau international pour la qualité des soins de santé et ont donné lieu à de nombreuses publications dans les principales revues médicales".

    Voilà comment fonctionne l’intelligence artificielle et à quoi cela aboutit. Les ordinateurs apprennent tout seuls, bravo, mais à partir de données qu’un pauvre humain a choisi de mettre dans la machine ignorante et pas si intelligente que le mot pourrait le laisser penser. Attention à vos données de santé, à votre dossier partagé qui le sera surtout avec ces grandes firmes sans âme, sans pensée, sans éthique, qui ne verront pas le mal, ni le bien parce que sans cerveau, et seulement une machine.

    Aujourd'hui, a été adopté une loi qui permet aux médecins de LEVER LE SECRET PROFESSIONNEL!

    Macron: DICTATEUR!

    "Ce n’est qu’après les rapports de The Scientist et de The Guardian que les rédacteurs en chef du NEJM et de The Lancet ont été contraints de publier" L’expression d’une préoccupation".

    Ce fiasco démontre pourquoi les personnes intelligentes recherchent des sources alternatives d’informations fiables. Le site web, Science Defies Politics, expose de nombreuses études scientifiquement invalides qui étaient essentiellement des " coups montés "contre l’utilisation de l’hydroxychloroquine".

    Vous savez maintenant après ces semaines passées à décortiquer les liens d’intérêt des vedettes télévisées comme des patrons de l’APHP et du fameux conseil scientifique, à qui aurait dû profiter le crime de falsification pour la chloroquine, pas chère, efficace, sans danger connu, après que plus d’un milliard d’humains l’ait absorbé. Malgré leurs façons méprisantes de traiter les citoyens comme de jeunes enfants, la supercherie a été dévoilée. Mais entre temps combien de morts inutiles en France, en Grande-Bretagne, transitoirement en Espagne qui ont privé leurs patients de chloroquine sur ordre des gouvernements conseillés par l’OMS qui, elle, a rapidement changé d’avis une fois les falsifications dévoilées. Mais en France l’interdiction pèse toujours et la délivrance en pharmacie impossible. Serons-nous toujours les pires?

    Vera cite d’autres conflits d’intérêt majeurs à l’origine de ces manipulations aux dépens des patients.

    "Comme l’a révélé Science Defies Politics cité par Sarah: 16 des membres du panel sélectionnés par " National Institutes of Health " (Institut National de Santé américaine), pour formuler les directives officielles dans le traitement contre le Covid-19 — dont deux des trois coprésidents — ont été payés par Gilead. Ils ont émis des directives qui ont suscité la peur, l’incertitude et le doute quant à l’utilisation de l’hydroxychloroquine combiné à l’azithromycine, tout en ne suscitant aucune crainte, aucun doute ni aucune incertitude quant à l’utilisation du médicament non prouvé et non approuvé de Gilead, le Remdesivir; un médicament qui a montré des performances médiocres dans les essais cliniques.

    Sept des membres du panel du NIH ont omis de divulguer leurs liens financiers avec Gilead.

    La littérature scientifique médicale est infestée d’études de mauvaise qualité, motivées par des considérations financières, visant à promouvoir des produits et, lorsqu’un produit non brevetable, capable de sauver des vies, s’avère efficace, des scientifiques sont engagés pour rédiger des rapports d’étude destinés à ternir la réputation des scientifiques, et pour proclamer des conclusions qui réfutent des constatations légitimes. Dans ce cas, il s’agit d’études destinées à "démystifier" l’efficacité de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19".

    En conclusion, la science est tellement corrompue que les rédacteurs en chef des grandes revues avouent leur impuissance; ils devraient démissionner comme l’ont fait Marcia Angell en2002 et D Kisserer du NEJM en 2007 déjà!

    Les politiciens de gauche et les responsables de la santé publique sont catégoriquement opposés à l’utilisation de l’HCQ, alors que ceux qui penchent politiquement à droite sont pour le droit des médecins à prescrire le médicament comme ils le jugent bon".

    Pourquoi? Juste parce que Trump et Bolsonaro ont soutenu cette option thérapeutique et que D Raoult est ami de R Muselier, LR? Ont-ils pensé aux nombreuses victimes potentielles et concrètes de cette interdiction? Pour qui se prennent -ils ainsi pour se mêler de prescription?

    L’intelligence artificielle mélangeant les big data auxquelles veulent croire nos gouvernants menace d’être une confiture pourrie qui ne conduira qu’a des désastres sanitaires, mais probablement à des enrichissements boursiers.

    Tragique corruption de la société.

    Nicole Delépine

    https://ripostelaique.com/la-puissance-de-big-pharma-depasse-ce-que-nous-pouvions-imaginer.html

     

  • Faire des masques

    Méthode sans couture utilisant un bandana

    Matériaux

    • Un bandana (ou un carré de coton d'environ 510 mm sur 510 mm)
    • Un filtre à café ou une serviette en papier pliée
    • Des élastiques en caoutchouc (ou des élastiques à cheveux)
    • Des ciseaux (si vous découpez votre carré de coton)

    Instructions

    Étape 1. Découpez un filtre à café horizontalement, d'un côté à l'autre, au milieu. Conservez la partie supérieure avec la partie arrondie.

    Étape 2. Plier un bandana carré en deux.

    Étape 3. Placez la partie supérieure arrondie du filtre découpé au centre du bandana plié. Repliez vers le bas le haut du bandana sur le filtre, puis repliez vers le haut le bas du bandana sur le filtre.

    Étape 4. Insérez le tissu plié dans deux bandes élastiques ou attaches pour cheveux, placées à une distance d'environ 150 mm l'une de l'autre.

    Étape 5. Repliez les côtés vers le milieu, puis faites-les passer autour des élastiques ou des attaches.

    Étape 6. Placez les élastiques ou les attaches derrière les oreilles.

     

     

    Matériaux

    • Deux rectangles de tissu en coton de 255 mm sur 150 mm
    • Deux bandes élastiques de 150 mm (ou des élastiques, de la ficelle, des bandes de tissu ou des attaches pour cheveux)
    • Une aiguille et du fil (des épingles de sûreté ou une agrafeuse fonctionneront également)
    • Des ciseaux
    • Une machine à coudre (si disponible)

    Instructions

    Étape 1. Découpez 2 rectangles de coton de 255 mm sur 150 mm. Utilisez du coton à mailles serrées, comme du coton à matelasser ou des draps en coton. À la rigueur, un tissu de type T-shirt peut faire l'affaire. Superposez les 2 rectangles. Vous allez coudre le couvre-visage comme s'il s'agissait d'un seul morceau de tissu.

    Étape 2. Repliez les côtés longs et cousez un ourlet de 6 mm. Ensuite, repliez la double épaisseur de tissu sur les côtés courts et cousez un ourlet de 12 mm.

    Étape 3. Passez une bande élastique de 150 mm de longueur et de 3 mm de largeur dans l'ourlet le plus large de chaque côté du couvre-visage. Ce seront les boucles latérales du couvre-visage. Utilisez une grosse aiguille ou une pince à cheveux pour enfiler la bande élastique dans l'ourlet. Nouez les extrémités de chaque bande élastique pour en faire des boucles.

    Si vous n'avez pas de bande élastique, utilisez des élastiques pour cheveux ou des bandeaux élastiques. Si vous n'avez que de la ficelle, vous pouvez faire de longues attaches qui se noueront derrière la tête.

    Étape 4. Faites glisser la bande élastique jusqu'à ce que le nœud soit rentré dans l'ourlet. Plissez le tissu sur l'élastique et ajustez le couvre-visage pour qu'il s'adapte à votre visage. Ensuite, faites une petite couture sur l'élastique pour l'empêcher de bouger.

    Méthode sans couture à l'aide d'un T-shirt

    Matériaux

    • Un T-shirt
    • Des ciseaux

    Instructions

    Étape 1. Découpez un morceau mesurant 180 mm à 200 mm au bas du T-shirt.

    Étape 2. À partir de ce morceau de tissu, découpez un rectangle de 150 mm par 180 mm. Commencez à découper le tissu horizontalement depuis l'un des côtés les plus courts, en veillant à ce que l'espace soit égal entre la ligne de coupe et les extrémités longues du tissu. Vous obtiendrez ainsi un morceau de tissu forme de C. Découpez les cordons dans la partie la plus étroite du morceau de tissu en forme de C en coupant verticalement le long du pli du T-shirt. Vous obtiendrez ainsi 2 ensembles de cordons.

    Étape 3. Attachez un ensemble de cordons autour de votre cou. Attachez ensuite l'autre ensemble de cordons sur le dessus de votre tête en faisant passer les cordons le long des joues et au-dessus des oreilles.

     

  • Covid-19 : un vétérinaire de campagne se pose des questions…

    Je suis un vétérinaire " vieille école ", et j’entends encore les propos de l’un de mes maîtres de l’École nationale vétérinaire de Toulouse qui nous répétait " un bon praticien n’est pas un bon scientifique mais un bon observateur ". Humaine ou vétérinaire, la médecine a toujours été basée sur l’empirisme, l’observation et la logique.

    Aujourd’hui, les progrès scientifiques et les instruments extraordinaires que la technologie a mis à son service lui apportent un renfort  inestimable. Or force est de constater que la main-mise des technocrates au pouvoir a transformé l’art de guérir en une activité théorique quantitative soumise à d’innombrables textes que les fonctionnaires des Agences régionales de santé sont chargées de faire appliquer (voir en PJ l’organigramme hallucinant de 21 pages de l’ARS Grand Est). L’évolution commencée sous Sarkozy est achevée avec la loi Marisol Touraine/Véran du 28 janvier 2016 : en matière de santé, l’État décide de tout en despote même pas éclairé.

    OrganigrammeGrandEstARS

    Près de 40 ans de pratique m’autorisent à dire que la manière dont est gérée cette épidémie de Covid-19 est incompréhensible.

    Je laisse là la question des masques qui confine à la loufoquerie pour m’attacher à la question des tests. Traiter un problème sanitaire affectant tout un cheptel est banal pour un vétérinaire. Pour établir une stratégie, il recourt systématiquement et massivement à des tests.

    C’est ainsi qu’ont été éradiquées des maladies chroniques (tuberculose, brucellose, leucose…) ou aigües (fièvre aphteuse, IBR – rhinotrachéite virale -, fièvre catarrhale…). Je ne comprends donc pas pourquoi les pouvoirs publics refusent obstinément d’y recourir pour le Covid-19.

    Il paraîtrait qu’on manque de tests comme on manque de masques. C’est se moquer du monde. Un test ne nécessite qu’un réactif qui n’a pas besoin d’être commandé à l’autre bout du monde.

    Il y a d’abord les tests PCR. C’est la guerre, a dit Macron, et dans la guerre le renseignement est  essentiel. Ces tests permettent de détecter dans un prélèvement nasal la présence du virus. Ils sont très utiles en début d’épidémie puis pour dépister les nouveaux cas, de sorte que la mise en quarantaine est limitée aux seuls sujets infectés. Malgré leur fiabilité imparfaite (30 % environ de faux négatifs) les pays qui en ont fait un usage massif pour combattre le Covid-19, Corée, Taïwan, Allemagne… s’en sont manifestement bien trouvés.

    Autre est l’objectif des tests sérologiques. Ils servent à mettre en évidence dans le sérum sanguin la présence d’anticorps, signe du passage du virus dans l’organisme, même dans ses formes bénignes voire inapparentes (75 % à 80 %  semble-t-il des cas Covid-19). Une prise de sang n’est même pas nécessaire pour certains tests. Avec la méthode Elisa (en anglais Enzyme-Linked ImmunoSorbent Assay) il suffit de déposer sur une bandelette ad hoc une goutte de sang prélevée au bout du doigt. Ce procédé, semblable à celui des tests de grossesse, est utilisé depuis longtemps et parfaitement au point puisque la fiabilité est de plus de 90 %. C’est  simple et peu coûteux (entre 5 et 15 euros !).

    " Déconfiner " devient impératif vu les dégâts déjà causés mais s’annonce comme un vaste foutoir. Il tombe sous le sens qu’un recours massif aux tests sérologiques permettrait de rendre leur liberté au moins à tous ceux qui présentent des anticorps. À titre personnel, pensant avoir subi avec ma maisonnée une atteinte bénigne du Covid-19, j’ai voulu en avoir le cœur net et à mes frais. Comme on sait, les laboratoires vétérinaires se sont très vite proposés pour pratiquer le test, proposition acceptée après d’inexplicables atermoiements. Je me suis donc adressé à un laboratoire médical puis au laboratoire vétérinaire départemental. Réponse identique : impossible d’accéder à votre demande, on attend l’aval des fonctionnaires de l’ARS. Les mêmes qui sont si réactifs quand il s’agit de supprimer des lits d’hôpital. Si quelqu’un a une explication, je suis preneur…

    Curieusement on commence à entendre affirmer ici ou là qu’avoir des anticorps qui attestent que l’organisme a surmonté l’infection ne signifie pas qu’on est immunisé.

    Ghebreyesus directeur de l’OMS est allé jusqu’à dire : " Il n’y a actuellement aucune preuve que les personnes qui se sont remises du Coronavirus-19 et qui ont des anticorps soient prémunies d’une seconde infection". Le Coronavirus serait alors une bestiole exceptionnelle car l’immense majorité des maladies provoquent une excellente et durable immunité. L’inoculation d’un vaccin vise le même résultat sauf qu’il nécessite des rappels réguliers et que sa composition n’est pas toujours rassurante. Concomitamment on nous promet qu’un vaccin salvateur devrait nous être fourni incessamment sous peu, par exemple par Gilead science, un laboratoire américain dont le Redemsivir dispensé des essais thérapeutiques habituellement exigés est le seul traitement autorisé par les autorités sanitaires. Il est peut- être utile de signaler que M. Ghebreyesus fut ministre de la Santé dans son pays, l’Éthiopie, sous un gouvernement marxiste particulièrement répressif et couvrit trois épidémies de choléra. Mais il était le candidat de Bill Gates pour le poste de directeur de cette OMS dont la Fondation Bill et Belinda Gates finance le budget à hauteur de 14 %, l’autre gros contributeur à hauteur de 12 % étant le Gavi (Alliance internationale pour les vaccins) fondée et financée par… Bill et Melinda Gates.

    Je dis ça, je dis rien…

    Alain de Peretti

    https://ripostelaique.com/un-veterinaire-de-campagne-se-pose-des-questions

     

     

  • Ce serait une bactérie qui aide le virus?

    Covid-19: la piste du microbiote, vers un nouveau paradigme ?

    Une découverte majeure: le virus se sert d’une bactérie pour tuer

    Plusieurs équipes dans plusieurs pays (notamment en Chine, en France – à Lille – aux USA), ont fait une découverte majeure qui offre un grand espoir de traitement du Covid19.

    Le virus, en effet, ne tuerait pas directement, mais par l’intermédiaire d’une bactérie intestinale qu’il infecterait, la Prevotella… et c’est cette bactérie infectée qui, devenant virulente, déclencherait l’hyper-réaction immunitaire qui délabre les poumons et tue le malade !

    Ceci expliquerait:

    – pourquoi le traitement du Dr. Raoult, utilisant un antibiotique (l’Azithromycine), et plus encore celui du Dr Sabine Paliard-Franco, qui préconise une double antibiothérapie, fonctionnent,

    – pourquoi les enfants sont épargnés et les personnes âgées plus touchées: Provetella est quasiment absente de la flore intestinale enfantine, mais de plus en plus présente avec l’âge,

    – pourquoi les obèses sont beaucoup plus touchés: leur flore intestinale déséquilibrée contient beaucoup de Prevotella !

    – pourquoi les complications pulmonaires se déclenchent alors qu’on ne retrouve pratiquement plus de covid dans l’appareil respiratoire, la bactérie infectée (qu’on retrouve dans les selles, contenant de l’ARN du covid et parfois même des virus vivants) prenant le relais de son attaque initiale (bénigne), de manière beaucoup plus dramatique, en déclenchant l’hyper-réaction immunitaire inflammatoire qui noie les poumons…

    – pourquoi le virus peut réapparaître chez un patient guéri (avec alternance de positivité et de négativité des tests), car la bactérie, toujours présente dans la flore intestinale, en reste l’hôte et peut le relarguer à tous moments…

    Bref, cela expliquerait tout ; et cette cohérence augure de la validité de l’hypothèse.

    On tient donc une confirmation de l’intérêt de l’azithromycine, comme thérapeutique curative, à prescrire dès le début de l’infection… et même une piste prometteuse pour traiter préventivement les infections graves (des coronavirus… et sans doute aussi de la grippe !), ce traitement passant par le rétablissement d’une flore intestinale saine qui neutralise Prevotella (par la prescription de " probiotiques ", c’est-à-dire d’une bonne flore intestinale)…

    Il est clair que cette piste thérapeutique ultra-prometteuse bon marché rendrait alors caduque l’utilisation d’un vaccin, de découverte aléatoire et onéreuse… ce qui ruinerait donc encore les espoirs lucratifs de Gilead et autres labos pharmaceutiques sur les starting-blocks pour trouver un vaccin à diffuser aux 7 milliards d’habitants de la planète: la plus belle affaire du siècle.

    Il est probable aussi que les médias aux ordres, qui avaient lynché Raoult, parce qu’il laissait entrevoir cette piste thérapeutique bon marché, qui concurrençait leurs antiviraux dont ils attendaient de gros retours financiers, nous taisent cette découverte majeure, et qu’en revanche, ils nous serinent maintenant, à temps et à contretemps, que leur vaccin (qui est loin d’être au point et qu’il faudra refaire chaque année, comme celui de la grippe) est la " seule solution "!

    Source: Alternative Santé.

    Il est clair que cette pandémie suscite des convoitises chez les monstres financiers de la santé, tant le marché du Covid-19 est gigantesque. Plus de 3 milliards d’êtres humains sont confinés, les économies du monde entier sont ravagées.  Celui qui trouvera le remède miracle en obtenant l’approbation de l’OMS et du pouvoir politique fera exploser ses profits comme jamais.

    Voilà pourquoi une boîte de chloroquine à 5 euros ne mettra jamais fin à ce désastre planétaire. Une molécule à 300 euros, c’est bien plus juteux !

    Jacques Guillemain

    https://ripostelaique.com/big-pharma-vent-debout-contre-le-traitement-a-5-euros-du-pr-raoult.html