Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Humain?

  • Brigitte et Merkel, ou l’art de mal vieillir…

    A gauche, Brigitte sortie de salle d’op. A droite, Merkel tout sourire malgré ses abominables crimes. Merkel, celle qui a la tremblote, veut financer les passeurs. Elle perd la raison, je vous dis.

    En plein soubresauts inopportuns, entre deux oscillations intempestives, interrompant un nouvel épisode de trépidations, Merkel plaide pour une reprise des opérations de sauvetage des migrants en Méditerranée organisées par les États. Elle veut faire de Carole la Fusée, championne des passeurs, son héritière et pomper les contribuables à cet effet?

    Jeudi soir à Berlin s’est déroulée la cérémonie d’extinction des feux pour l’ex-Ministre de la défense (une décatie que je n’aime pas non plus, mon Dieu, la liste s’allonge).

       

  • Des âneries du genre

    Depuis une dizaine d’années, la théorie du genre a fait irruption par effraction dans les sociétés occidentales et, qui pis est, dans les établissements scolaires, notamment publics. Le gouvernement et les médias à la botte en assurent la promotion, souvent de manière insidieuse, n’hésitant pas à la nier tant elle suscite des rejets énergiques, voire violents et allant jusqu’aux journées de retrait de la part des parents, des catholiques pratiquants et des politiques responsables. Actuellement, Avenir de la Culture diffuse son ouvrage " La théorie du genre agresse nos enfants " " Appel à la résistance ". Cette théorie, qui est aussi une idéologie puisant ses origines dans les deux funestes révolutions de 1789 et de 1917, est analysée durant toute son évolution jusqu’à devenir le vecteur de dégénération des enfants et de destruction de la famille traditionnelle.

    En 76 pages aisées à lire en deux heures, tout est simplement et clairement expliqué en 65 points en quatre parties ; depuis les origines, la distinction genre/sexe, l’identité de genre/l’orientation sexuelle, sa nature charlatanesque comme celle de ses promoteurs, d’où l’idéologie (fumeuse) du genre et ses liens avec la révolution sexuelle de mai 1968 et le féminisme outrancier ainsi que le mouvement LGBT devenu LGBTIQA+ pour la première partie en 18 points.

    La deuxième partie explique l’objectif de la théorie du genre en 13 points depuis les négateurs dont l’emblématique Najat Belkacem Valaud, les financiers, la destruction de la famille avec la contraception et l’avortement ainsi que la pornographie, la poursuite de la déchristianisation et la promotion du satanisme, enfin le totalitarisme qui en résulte.

    La troisième partie en 29 points tire les conséquences théoriques et pratiques avec notamment le mariage taubiresque pour tous, la pédérastie, l’enfumage linguistique et les stratégies du genre, les risques sanitaires et psychologiques, les profiteurs, etc.

    La quatrième partie en 5 points montre comment combattre la théorie du genre et la vaincre grâce aux réactions des gens sains d’esprit, la détermination des catholiques pratiquants, l’ingéniosité et la volonté de tous agissant au quotidien contre l’imposture du genre et pour faire prendre conscience à tous les parents des risques encourus par leurs enfants. Outre la conclusion succincte, un appendice en 14 pages évoque les actions en cours contre le genre suivi d’une courte bibliographie.

    Les 112 pages se lisent commodément en moins de trois heures et permettent de riposter aux promoteurs du genre qui avilit les enfants afin d’en faire des zombis à l’âge adulte. Tous ceux qui sont soucieux des innocents, de leur éducation et d’en faire des femmes et des hommes de valeur utiles au pays doivent lire ce livre particulièrement utile et pourtant gratuit qui peut être demandé à Avenir de la Culture, sise 14 rue Ernest Psichari BP351-07 75007 Paris Cedex 07.

    Joignable par téléphone au 0810 122 924 et par courriel

    contact@avenirdelaculture.info ou sur son site internet

    http://www.avenirdelaculture.info.

    Les dirigeants et animateurs sont très disponibles et accueillent toutes les bonnes volontés désirant servir la cause.

    Le Cercle Légitimiste de France soutient toutes les actions contre les subversions sociétales, toutes fort dangereuses tant pour les personnes que pour la société et pour la France, qui se multiplient depuis cinquante ans et qu’il conviendra d’ éradiquer le moment venu. Il sera alors possible de mener une authentique politique familiale légitimiste au service de la famille traditionnelle respectant les droits des enfants. Le condensé Politique familiale légitimiste peut être obtenu sur simple demande auprès de fcdc@bbox.fr.

    Fernand CORTES de CONQUILLA

    Cercle Légitimiste de France

    https://ripostelaique.com/des-aneries-du-genre.html

  • Collabos: retenir leurs noms

    Les déchéants élus LREM refusent de déchoir de nationalité les djihadistes

    Macron l’Africain pour l’islamisation de la France refusera la déchéance de nationalité des djihadistes et il pourra enfin faire adhérer la République islamique de France à l’Organisation des États africains!

    En France, (avant la conformité obligée aux règles religieuses de la République islamique LREM), la déchéance de nationalité, proposée par le gouvernement Hollande, avait suscité un tollé après les attentats de 2015. C’est pourquoi Hollande l’audacieux, moi président de la rue du cirque, s’est condamné à renoncer.

    David Revault d’Allonnes: "Déchéance, un désastre politique majeur!".

    “Hollande, dans une allocution télévisée voulue courte et solennelle, a dû se résoudre à jeter la dernière pelletée de terre sur la réforme constitutionnelle qu’il avait annoncée dans son discours au Congrès réuni à Versailles: "J’ai décidé de clore le débat constitutionnel ", a abdiqué peu après midi le chef de l’État, qui avait reçu plus tôt dans la matinée les présidents de l’Assemblée et du Sénat. Et constaté avec eux l’impossibilité de trouver une voie de conciliation entre les deux textes votés, d’une part par la majorité de gauche du Palais-Bourbon, de l’autre par la majorité de droite du Palais du Luxembourg. Il n’y aura donc ni congrès ni révision constitutionnelle!

    " Pour Hollande, un nouveau et cruel aveu de faiblesse et une cuisante démonstration d’impuissance politique présidentielle. Condamné à renoncer, il a dû procéder en personne à l’enterrement d’une réforme engagée il y a plus de quatre mois, au lendemain des attentats du 13 novembre. Quatre mois de ping-pong entre Assemblées, de positionnements tactiques autant qu’idéologiques à droite et à gauche, et de débats qui, paradoxalement, ont laissé de marbre une opinion pourtant très majoritairement favorable à la mesure la plus contestée, contenue dans l’article 2: celle étendant la déchéance de nationalité aux binationaux nés français. Cette voie sans issue, bien sûr, était prévisible. Même si Hollande, en fin de quinquennat, dédaigne de moins en moins de jouer de l’effet de surprise, dont il aura usé tout au long de la sinueuse trajectoire de ce texte. D’abord, en dégainant devant le Congrès cette disposition empruntée à la droite, dans le mouvement d’une révision constitutionnelle, puis en la maintenant contre la volonté de sa ministre de la justice Taubira, et d’une partie de sa majorité, crispée par une transgression considérée comme majeure".

    Mais pour Hollande, comme la suite l’a montré, abandonner était devenu une nécessité habituelle.

    " Suite à un rapport de force historiquement bas et après cette retraite en rase campagne, Hollande a tenté d’habiller sa défaite en endossant la position sécuritaire ", la seule qui ait réussi devant l’opinion dans ce quinquennat raté: "Je ne dévierai pas des engagements que j’ai pris pour assurer la sécurité de notre pays" .

    Vous avez compris? Hollande partisan est le prototype avant Macron du fiasco présidentiel!

    Jean-Pierre Stroobants, le Monde de gauche, publié 25 mai 2016: " Les députés néerlandais votent la déchéance de nationalité des djihadistes " Ce projet, porté par le ministre de la justice, Ard van der Steur, a été défendu par la coalition de la droite libérale et de la gauche socialiste au pouvoir. Le projet du ministre néerlandais de la justice, Ard van der Steur, a été voté, mardi 24 mai 2016, par les membres de la Chambre basse, à La Haye. Il prévoit de déchoir de leur nationalité ceux qui rejoindraient une organisation terroriste, même s’ils n’ont pas été condamnés. Le texte est défendu par la coalition entre la droite libérale et la gauche socialiste au pouvoir. Il vise à empêcher le retour de personnes qui " représentent un danger pour la sécurité nationale ". Une fois privés de leur nationalité néerlandaise, ils seront déclarés " étrangers indésirables ".

    " L’un des problèmes soulevés par des juristes est que la nouvelle loi ne pourra s’appliquer qu’à ceux qui possèdent une double nationalité. Un million de résidents sont dans ce cas, dont 70 % d’origine extra-européenne. Nombre d’entre eux, nés à l’étranger ou dont les parents y sont nés, ne peuvent renoncer à cette double nationalité, ce qui est proscrit par leur pays d’origine, dont le Maroc. Mais il sera impossible de déchoir un terroriste uniquement néerlandais qui en ferait un apatride, ce qui est interdit par les traités internationaux auxquels ont souscrit les Pays-Bas. Ainsi, Victor Droste, alias Zakariya Al-Hollandi, un converti rallié à l’État islamique, ne pourra être déchu de sa nationalité alors qu’un de ses comparses d’origine marocaine ne pourra plus pénétrer dans l’espace Schengen, soulignent les juristes Kees Groenendijk et Peter Rodrigues dans De Volkskrant: " Si un returnee regagnait le territoire néerlandais, il ne pourrait être expulsé: La justice déciderait qu’il ne peut être renvoyé vers son pays où il risquerait de subir un traitement inhumain"!. Ben voyons!

    "Le Conseil d’État, un organe d’avis et de conseil auprès duquel pourra être introduit un recours par les personnes concernées, a jugé que le projet du gouvernement était inutile. D’après la haute juridiction, un terroriste qui rentrerait de Syrie ou d’Irak peut déjà être arrêté et incarcéré. Et sa nationalité peut, en l’état actuel du droit, lui être retirée s’il est prouvé qu’il a participé à la préparation de délits à caractère terroriste.

    " L’actuelle loi néerlandaise sur la déchéance de la nationalité s’applique aussi à ceux qui tueraient le roi ou se rendraient coupables d’actes de trahison en temps de guerre.

    "Dénoncé par la gauche radicale et les écologistes, le parti social-démocrate au pouvoir l’approuve!".

    Le Figaro.fr avec AFP, Publié le 13/09/2017: " Pays-Bas: 4 djihadistes déchus de leur nationalité! "

    " Les Pays-Bas ont déchu 4 djihadistes de la nationalité néerlandaise après l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi antiterroriste, a annoncé le ministre de la Sécurité et de la Justice". Ces quatre personnes ont rejoint une organisation terroriste dans une zone de conflit " et " ont été déclarées étrangers indésirables… Ils ne peuvent donc plus se rendre aux Pays-Bas ou circuler dans l’espace Schengen légalement ", a déclaré Stef Blok dans un communiqué. Bien que le ministre n’ait pas nommé les quatre hommes, ni précisé leur autre nationalité, les médias néerlandais les ont identifiés comme " Driss B., Noureddin B., Anis Z. et Hatim R"., partis combattre en Syrie. Les 4 hommes se sont rendus en Syrie pour rejoindre des groupes djihadistes, y compris l’État Islamique, selon les médias néerlandais". C’est le cas de Driss B., qui n’est peut-être plus en vie ", a rapporté l’agence de presse ANP. Les Pays-Bas ont approuvé une loi qui confère au gouvernement le pouvoir de retirer la nationalité néerlandaise à un terroriste, même non condamné auparavant. Toutefois, la déchéance de nationalité pour ces 4 djihadistes doit être approuvée par un juge, a précisé le gouvernement".

    Macron l’Africain pour l’islamisation de la France refusera la déchéance de nationalité des djihadistes et il pourra enfin faire adhérer la République islamique de France à l’Organisation des États africains!

    Moralité: Le refus de la déchéance de nationalité des djihadistes en France sera une nouvelle étape de la déchéance morale et politique de Macron et des élus LREM-socialistes dhimmis.

    Thierry Michaud-Nérard

    https://ripostelaique.com/les-decheants-elus-lrem-refusent-de-dechoir-de-nationalite-les-djihadistes.html

     

  • Au secours!

    journée aux urgences de Poissy: vive la diversité!

    Avant d’entamer ma bafouille autour de certaines choses vues, je tiens à planter le décor: les urgences de l’hôpital de Poissy – Centre Hospitalier Intercommunal Poissy/Saint-Germain-en-Laye, exactement. Cet hôpital se trouve au cœur d’un de ces quartiers bucoliques que nous vantent les progressistes, lesquels s’interdisent toutefois d’y vivre pour des raisons qui n’ont rien à voir avec celles que les vilains petits canards racistes invoquent… évidemment!

    Le quartier en question – La Coudraie – a même connu son heure de gloire artistique, puisqu’il a servi de décor à un film du réalisateur français Jacques Audiard, récompensé entre autres d’une palme d’or au festival de Cannes: " Dheepan ". Un film qui, pour n’avoir pas exalté le bonheur de ces lieux enchanteurs, a reçu de la part de la presse bien-pensante de sévères réprimandes. Ainsi, les inénarrables Inrockuptibles se sont irrité le gosier face à ce tableau si noir d’une diversité qu’ils veulent à toute force heureuse, évoquant avec ironie une: "peinture délirante d’une cité française proche du New York 1997 de Carpenter, entièrement aux mains de gangs de dealers qui guettent tels des snipers-sentinelles du haut de barres d’immeuble/miradors. Heureusement que Dheepan est là pour nettoyer la racaille au Karcher".

    Mais je m’égare. Revenons à nos moutons…

    Jeudi 15 août, à la suite d’une chute bête comme nous en avons tous connu, une amie a été accompagnée par les pompiers aux urgences de l’hôpital de Poissy, me demandant dans l’intervalle de l’y rejoindre pour ensuite la ramener chez elle. Les urgences de l’hôpital de Poissy, il faut vous le dire, chers amis lecteurs, provoquent des sueurs froides à tous ceux qui les ont fréquentées. Car là-bas c’est le règne de la diversité la plus décomplexée et il n’est pas rare d’y croiser de longues barbes et des hijabs en veux-tu en voilà, avec la bienséance qui les caractérise!

    Sauf que je ne m’attendais pas à ce que le personnel – clamant pourtant à longueur de banderoles son désarroi et son intérêt pour les patients – suive la route tracée par sa "clientèle" majoritaire.

     

     

    En français dans le texte, la personne que j’assistais dans cette épreuve que sont, hélas, les urgences françaises, souffrait terriblement au niveau de son genou gauche, sur lequel elle était malencontreusement tombée dans sa chute.

    Voici qu’après un certain temps arriva un médecin –lui-même de la diversité–; il ausculta sa patiente, l’envoya à la radio, revint, toujours après un certain temps, la voir, tandis que les urgences, ce soir-là, n’étaient pas trop encombrées, même si l’on entendait gémir de douleur des patients laissés là sur des brancards et sans aucun mot de réconfort. Là, le médecin nous dit que nous pouvions y aller et qu’un Doliprane ferait l’affaire. Devant l’impossibilité pour mon amie de mettre le pied par terre, je suggérai au praticien qu’il serait peut-être judicieux de lui procurer au moins une attelle. Ce qu’il accepta, après une hésitation qui me fit douter de ses compétences, je le confesse.

    Et c’est là que ça devient formidable…

    Une infirmière, plus occupée à plaisanter et minauder avec ses collègues masculins que faire ce pour quoi elle était payée – je l’observais depuis un certain temps, à accomplir des allers et retours sans but dans le couloir –, arriva en traînant des pieds et frappant par jeu lesdits collègues avec l’attelle. Mon amie, toujours en proie à la douleur physique, je lui dis, devant l’infirmière occupée à lui mettre son attelle: "Si tu souffres trop on reste ici".

    L’infirmière en question me balance alors, avec le ton de la Grosse Bertha crachant le feu de l’enfer: "Excusez-moi mais ce n’est pas vous qui décidez!".

    Moi de lui répondre qu’on ne laisse pas partir comme ça une patiente en état de souffrance, qu’ici c’est un hôpital, me semble-t-il".

    Déjà, vous vous calmez!" se met-elle à grogner, faute d’arguments valables à m’opposer. Et de monter en puissance, de plus en plus menaçante, agitant violemment les bras pendant qu’elle éructe, reprochant à mon amie d’avoir refusé de prendre un Doliprane pour la soigner – un Doliprane aurait-il la vertu de soigner? Jusqu’à ce que je la menace à mon tour d’appeler le commissariat si elle continue ses invectives et ses gestes dignes d’une recrue des cités environnantes…

    Soudain, tandis que deux mâles de la diversité, eux aussi employés de l’hôpital, surveillaient la scène avec le regard mauvais comme il faut, j’ai décidé de laisser tomber car je savais par avance que j’avais tout contre moi et que je risquais de me faire démolir le portrait au moindre geste suspect, ainsi qu’une condamnation en bonne et due forme…

    Avant de partir, j’ai quand même pris le temps de dire à la furie qu’elle avait raison, que j’étais un "imbécile" mais que je n’en resterai pas là, même si je savais par avance qu’elle jouirait d’une totale impunité en cas de plainte. Au fait, m’aurait-elle parlé sur ce ton si j’avais porté une djellaba et mon amie un niqab? J’en doute…

    Dernier point: sur la fiche de sortie de mon amie, il était écrit qu’elle n’était pas accompagnée. C’était faux bien sûr, mais on n’avait plus la force de se frotter à ce petit monde et lui signifier son incompétence.

    Le lendemain, nous sommes allés dans une clinique privée où l’accueil et la compétence, justement, étaient plus notables! Bilan: une IRM – imagerie par résonance magnétique – a été programmée car, selon un avis médical avisé cette fois, ce pourrait être plus grave qu’un simple bobo ne nécessitant qu’un Doliprane. Les ligaments pourraient être touchés, toujours selon le praticien de la clinique. Au fait, l’hôpital de Poissy possède tout le matériel nécessaire pour faire passer une IRM!

    Je tiens aussi à préciser que j’ai fréquenté plusieurs autres urgences d’hôpitaux publics français et que je n’avais, jusqu’à présent, jamais été confronté à une pareille épreuve. Je suis aussi conscient de tout le travail accompli par le personnel soignant en général. Mais les urgences de Poissy sont décidément fidèles à leur déplorable réputation…

    Ghislaine Dumesnil, avec son édifiant témoignage – "Mahomet au volant, la charia au tournant" –, nous avait déjà alertés sur l’atmosphère islamique au sein des transport en commun; nous savions que l’Éducation nationale préférait l’exotisme aux faces de craie ; nous savions ce qu’il en était des tribunaux – où le Blanc est ontologiquement coupable tandis que la diversité bénéficie presque immanquablement de circonstances atténuantes – ; nous n’ignorions pas, notamment à travers le mouvement des Gilets jaunes, que les forces de l’ordre avait comme consigne de cogner plus volontiers sur le peuple réel de France que les hordes des cités; nous constations que les migrants avaient plus de droits que le pauvre clochard visage pâle, juste bon à crever dans la rue, etc. En sera-t-il de même pour la Santé, pleine d’empathie pour l’Autre et de mépris pour l’Autochtone? Question brûlante et non moins effrayante.

    Malgré toutes ces preuves, les progressistes montent sur leurs ergots parce que nous autres, Français de cœur, nous révoltons contre cet état de fait. Nous avons simplement peur de voir notre mode de vie anéanti par de sombres volontés destructrices qui fantasment un monde sans identités ni frontières ; un monde qui n’est qu’une promesse de chaos, comme ces urgences où l’on se défoule sur les proies faciles, à savoir nous, les Blancs! Attention toutefois: "La peur peut faire faire des choses bien plus dangereuses que la colère" (Bernardin de Saint-Pierre).

    Charles Demassieux

     

Blog d'une Française de FRANCE: vive la laïcité, vive la FRANCE et la République Française!