Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Humain? - Page 2

  • Patrice Francheschi: "Dans un an ou deux nous aurons des attentats islamistes de masse en France"

    Pardon, cher monsieur, cela va commencer -sérieusement- à se dégrader dès Janvier 2020

     

     […] Patrice Francheschi, officier de réserve, auteur de Mourir pour Kobané, combat depuis sept ans aux cotés des Kurdes". Nous commettons, en abandonnant nos amis et nos alliés, à la fois une faute morale – parce qu’ils ont fait le boulot à notre place contre l’ennemi commun qu’était l’Etat islamique […] –, et une faute politique", estime Patrice Francheschi". En abandonnant ce bouclier anti-djihadiste que nous avions installé avec les Kurdes, dans le nord-est de la Syrie sur une surface grande comme quatre fois le Liban, nous retournons sept ans en arrière, avec la réinstallation de djihadistes qui seront recyclés sous un autre nom que Daech, mais qui seront les mêmes".

    Pour cet aventurier, les questions de sécurité intérieure en Europe, et notamment en France, sont donc intimement liées au sort des Kurdes". Pourquoi pensez-vous qu’il n’y a pas d’attentat de masse en France depuis trois ans? Tout simplement parce que les Kurdes, avec notre aide, ont liquidé les organisations pratiques et tactiques des djihadistes".

    "Notre problème, c’est le manque de volonté" , fustige celui qui a remporté en 2015 le prix Goncourt de la nouvelle". On ne sait plus comment faire la guerre, on ne sait plus très bien si on veut la faire, on ne sait plus comment prendre des coups en faisant la guerre, et l’on préfère repousser à plus tard les mesures indispensables que l’on devrait prendre maintenant pour notre sécurité".

     

  • Ha, si le Gj savaient cela!

    Recalée à la Commission européenne, Sylvie Goulard devrait revenir à la Banque de France avec une rémunération conséquente

    Sylvie Goulard, candidate malheureuse à la Commission européenne, pourrait revenir à la Banque de France, avec une rémunération conséquente à la clé: environ 24 351,25 euros par mois.

    Avant d’échouer à la propulser à Bruxelles, via le siège réservé à la France, le président de la République l’avait déjà nommée à un autre poste de prestige, en janvier 2018. Celui de sous-gouverneur de la Banque de France. Une fonction dont elle a pris congé à compter du 1er septembre dernier – sans percevoir son salaire, précise l’institution – pour se consacrer à la procédure de nomination des commissaires européens à Bruxelles. Celle-ci venant de prendre fin, Sylvie Goulard s’apprête, selon toute vraisemblance, à retrouver ses fonctions. […]

    Selon le rapport d’activité annuel de la l’institution, la rémunération brute totale de la seconde sous-gouverneur s’est élevée à 210.251 euros bruts en 2018, soit un peu moins de 18.000 euros par mois. Un salaire “au prorata de sa présence”, précise l’institution à Capital.

    En clair, payée du 22 janvier au 31 décembre seulement, Sylvie Goulard aurait normalement dû percevoir quelques milliers d’euros supplémentaires. À ce confortable salaire, il convient d’ajouter l’indemnité de logement brute imposable de 5.712 euros par mois, dont elle bénéficie. De son côté, le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Gahlau – qui rend public son salaire depuis 2016 – a touché 288.098 euros bruts en 2018, soit environ 24.000 euros bruts par mois. […]

    capital

  • Cette vérité qu'on nous cache

     

    https://ripostelaique.com/hausse-de-30-de-la-criminalite-entre-2018-et-2019-deja-698-morts-pour-2019.html

  • Dans ma petite école: témoignage d’un enseignant en REP

    Par François Marha

    Notre contributeur, enseignant dans une école élémentaire de Réseau d’Éducation Prioritaire Renforcée (REP+), située dans un Quartier Prioritaire de la Politique de la Ville (QPV), nous livre sur son quotidien professionnel, quelques chiffres, quelques faits et quelques considérations sur l’état de l’enseignement dans les quartiers pauvres.

    Quelques chiffres pour commencer

    Avec ses 400 élèves, ma petite école est en fait assez grande. On compte, au gré des départs et des arrivées en cours d’année, environ 25 élèves dans ma classe de CM2, comme c’est peu ou prou la règle pour les Réseaux d’Éducation Prioritaire Renforcée (REP+). Sur ces 25 élèves, deux vivent en foyer, 20 appartiennent à des familles monoparentales – réelles ou supposées, si l’on tient compte de l' "astuce" consistant à se déclarer "parent isolé" auprès de la Caisse d’Allocations Familiales.

    Dans la ville, le taux de pauvreté approche les 50% et le taux de chômage des 15-64 ans est d’environ 40% (INSEE, 2015). Les chiffres du quartier ne me sont pas connus: mais dans ma classe, trois parents d’élèves occupent à ce jour un emploi.

    Sept enfants accusent un an de retard, deux ne savent ni lire, ni écrire, 12 sont en très grande difficulté, trois sont suivis par le CMPEA [i], huit par le RASED [ii], un seul est excellent. À ce que nous appelons les " évaluations-diagnostiques " (tests de début d’année, généralement en français et en mathématiques, servant à évaluer le niveau des élèves et concevoir des programmations annuelles et des progressions par période ajustées), réduites au plus élémentaire (repérer le verbe d’une phrase, compléter un texte à trous par des pronoms personnels, mettre des noms communs au pluriel, poser une addition, identifier des figures géométriques, ranger des entiers inférieurs à 1000 dans l’ordre croissant, etc.), la moyenne tourne autour de 6/20.

    "Sur 25 élèves, sept enfants accusent un an de retard, deux ne savent ni lire, ni écrire, 12 sont en très grande difficulté, trois sont suivis par le CMPEA, huit par le RASED, un seul est excellent".

    Cette année, Open Office tient le prénom de 100% de mes élèves pour une faute d’orthographe, et m’a obligé, à la rentrée, à tous les "ajouter au dictionnaire" pour ne pas les voir systématiquement soulignés en rouge dans mes documents de travail. Anecdote: il y a trois ans, l’un de mes CM2 s’appelait Tintin. L’ordinaire des prénoms se décompose au reste en cinq grandes catégories:

    Les prénoms des enfants musulmans, traditionnels:

    Les grands classiques anglo-saxons (Dylan, Wendy, etc.), qui périclitent toutefois:

    Ces mêmes grands classiques, à l’orthographe rafraîchie (Brayane, Djonesone, etc.) ou stylisés par un suffixe (Kyliana, Jessican, etc.):

    Les dessus de listes de Maman.com (Timéo, Lila, etc.):

    Les pures inventions, extrêmement en vogue depuis que les stars elles-mêmes en sont folles (Djanatik, Kayis, etc.).

    Résiduels, subsistent ici ou là quelques Julien ou Émilie. Pour les Mathurin, Alphonse et autres Prune et Églantine (sans rien dire des Marie-Victoire ou des Charles-Henri), se rendre ailleurs – ou demander à ce phare de la pensée qu’est Éric Zemmour.

    100% des filles déclarent avoir déjà changé la couche d’un bébé. 0% des garçons. 24 élèves possèdent une tablette et/ou un smartphone. 17 ne savent absolument pas nager. Huit, dont sept filles, ne savent pas faire de vélo.

    L’Académie de Créteil, où je n’enseigne pas, a enregistré pour la session de 2018 du CRPE (Concours de Recrutement des Professeurs des Écoles) un seuil d’admissibilité (note du dernier reçu aux épreuves écrites, censées jauger les acquis dits " disciplinaires " et donnant accès aux épreuves orales, plus " professionnelles ") de 5,50/20 . Taux, certes, le plus faible de France.

    Quelques faits

    Un de nos élèves présente des troubles psychiatriques sévères. Nous l’accueillons deux matinées par semaine, selon une procédure dite "d’inclusion", et il passe le reste du temps scolaire en hôpital de jour. Il lui arrive de dévaster sa classe et d’agresser quiconque passe dans son champ de vision. J’ai dû esquiver une fois une chaise qu’il me jetait au visage.

    Récemment, notre directeur a appelé les pompiers pour le maîtriser, en pleine crise.

    Un autre est trisomique, sans AESH (Accompagnant des Élèves en Situation de Handicap), et peut, toute la journée, répéter en boucle "j’ai pété!" à haute voix dans sa classe.

    Un garçon, il y a quelques années, a vu son grand frère se faire tuer par balles.

    Un autre a disparu dans la nature après que son père a été accusé d’avoir violé sa petite sœur.

    Le papa d’une petite fille a récemment frappé son cousin à mort pour quelques dizaines d’euros.

    Celui d’une de mes élèves est mort d’un accident du travail, sur un chantier,

    un autre, l’année dernière, s’est tué en escaladant le balcon de son voisin pour régler un contentieux.

    À la rentrée, une mère est arrivée totalement ivre déposer ses enfants, quand deux autres se sont battues devant tout le monde à la fête de Noël.

    Il y a plusieurs années, un collègue a été passé à tabac devant tous ses élèves.

    Une autre fois, deux personnes ont traversé la cour armées d’un fusil, avant d’abattre un homme à quelques rues de là.

    La voiture du directeur a été démolie à son arrivée, il y a 14 ans.

    Un enfant a tenté de se suicider pendant les heures de classe, valant à l’école les honneurs de la presse.

    Assez souvent, une vexation ou une contrariété donnent lieu à une "évasion": un enfant saute le portail, s’enfuit, passe sa journée dans la rue.

     

    La plupart des infrastructures (stades, etc.) restent en friche des semaines durant, car toutes les débroussailleuses de la commune ont été volées. La piscine est fermée un jour sur trois "en raison de problèmes techniques", l’école est sans électricité plusieurs fois par semaine, la sonnerie, Dieu sait pourquoi, ne fonctionne plus, et il est arrivé une dizaine de fois l’année dernière que les bus affrétés aux sorties soient en retard de deux ou trois heures, ou ne viennent simplement pas.

    La plupart du matériel de sport (sifflets, ballons, etc.) a été acheté par les enseignants, sur leurs deniers. La salle informatique a été entièrement dévalisée l’an dernier, l’école étant parfois visitée le week-end pour être retrouvée mise à sac le lundi.

    "L’Éducation Nationale aime s’enticher, avec cinquante épisodes de retard et sans parfaitement les comprendre, des techniques de marketing/communication/management à la mode à Rouen ou à Quimper dans les années 70′".

    La pédagogue Maria Montessori (1870 – 1952)

    En notre qualité d’enseignants en REP +, mes collègues et moi bénéficions de 18 demi-journées de formation par an, dites  "formations REP+".

    C’était, quand je suis arrivé dans ma circonscription, assez douloureux, car consistant souvent en des power-point criblés de fautes nous expliquant les bienfaits du vivre-ensemble, parsemés ici ou là d’équations chimiques afin d’assurer aux choses leur scientificité. On invoquait aussi vaguement Brissiaud, Meirieu, un lointain Bourdieu, Montessori davantage, depuis qu’il paraît que la jet-set s’en pique.

    Tout cela quand nous ne nous adonnions pas à des "jeux" et activités directement inspirés du management le plus désuet.

    Règle immuable: un peu comme nous percevons tardivement la lueur des étoiles, l’Éducation Nationale aime s’enticher, avec cinquante épisodes de retard et sans parfaitement les comprendre, des techniques de marketing/communication/management à la mode à Rouen ou à Quimper dans les années 70′.

    Et badigeonner le tout d’un genre particulier de "bienveillance", que même de la MDMA à haute dose ne saurait susciter.

    Exemple: jeu des "3 x 7": le formateur inscrit le mot "Europe" au tableau, nous avons 7 minutes pour écrire autour un mot qui nous vient, 7 minutes pour barrer un mot écrit par d’autres et 7 minutes pour en discuter "sans se juger" .

    Autre exemple: des instruments de musique "ethniques" (on passera sur le vocable…) sont posés à terre, chacun les contourne en produisant le son de son choix: l’abeille, le hibou, les pompiers. Il fut fort rare, en fin de compte, que l’on quittât les lieux avec quelconque outil concret, réel et utilisable un jour ou l’autre dans nos classes.

    Les choses, ou ce que j’en attends, ont certes un peu changé: ces formations nous permettent à présent surtout de sympathiser avec tous les enseignants du réseau, ce qui n’est pas sans être intéressant.

    Le cadre typique de notre institution, de l’IEN [iii] au DASEN [iv], est bien souvent un hybride de conscience politique lointaine (quelques touches de Benoît Hamon diluées dans quelques gouttes d’inter-sectionnalité floue et de bon ton) et d’aspiration priapique à être feu Steve Jobs – sans rechigner pour cela à l’idoine panoplie: Mac, Applewatch, nesspresso et combo baskets/jupe/costume décravaté.

    Ces messieurs-dames, comme nous, font de leur mieux avec les moyens dont ils disposent – et un plus ou moins grand talent.

    Quelques considérations politiques

    J’enseigne dans ce que l’on appelle une "école à points". Le jeune professeur qui, après une année de stage, y est affecté, doit attendre environ quatre ans pour capitaliser les points nécessaires à sa mutation. Sur 21 classes que compte mon école, donc, 16 professeurs débutent dans le métier – et n’aspirent souvent qu’à une chose: partir.

     

    À notre arrivée, il nous faut composer avec les rudiments vus en stages et à l’ESPE [v], et les quelques réalités plus haut mentionnées. La première urgence, attendu le climat général, est d’apprendre à tenir ses élèves. Comprendre: faire en sorte que la classe, en particulier au cycle 3 (CM1, CM2, puis 6e), ne se transforme pas en cage de MMA.

    La chose arrive chaque année à un malchanceux, et chaque année un collègue est arrêté pour dépression, tandis que dans sa classe se succèdent les remplaçants, qui eux-mêmes finissent par se mettre en arrêt. Nota: les remplaçants sont d’authentiques enseignants, reçus comme tout le monde au CRPE: je peux, demain, demander ce poste et eux, le mien: il est donc stupéfiant que chacun persiste encore à les tenir au mieux pour des vacataires ou des étudiants en stage, au pire pour des intermittents du spectacle.

    Pour éviter la catastrophe, plusieurs "trucs": être en très grande forme, physique et mentale (délicat quand arrivent, par exemple, les grossesses, les nouveau-nés qui pleurent la nuit…), nouer une certaine complicité avec chaque élève, individuellement, ne pas hésiter à taper du poing sur la table, cibler ses réprimandes et, ce qui sans doute est le plus important: préparer ses séances avec une extrême minutie.

    Plus les choses sont millimétrées, mieux elles se passent. Opère enfin, qu’on contrôle assez peu, un charme, ce plus ou moins grand respect qu’inspire le personnage que l’on présente chaque matin. Là, tout est une affaire hautement personnelle: arriveriez-vous, comme Monsieur Finkielkraut semble le prescrire, farci de IIIe république et de culture classique, il n’est pas dit qu’on ne vous le fasse pas payer. Le style décontracté, plus cher, faut-il croire, à Monsieur Bégaudeau, peut également vous faire perdre toute considération. C’est un peu sur-mesure.

    "Le souhait réel semble être d’instruire le gigantesque bataillon des enfants de France juste ce qu’il convient, dans ses strates les plus basses, pour qu’il sache se rendre où il faut pour acheter et consommer les choses que lui aura dictées son écran".

    Ce cadre posé, ce qui peut prendre des mois, il faut tenter d’avancer. Alors, lentement, on dégrise un peu des aspirations qui nous ont fait passer le CRPE et, lentement, chacun renonce à être Celestin Freinet. On compose. Jongle avec les injonctions contradictoires d’une institution qui rédige des programmes (en CM2, au mois de juin  théorique": résoudre des problèmes avec des nombres décimaux) et nous somme de nous adapter au rythme de chaque élève (au mois de juin "réel", parfois: compter de 10 en 10).

    On ne saurait d’ailleurs, à ce stade, que sourire des componctueuses querelles médiatiques sur ce que devrait être notre métier. Suffit-il de décréter, à droite, que "l’autorité doit être rendue aux maîtres"? Ou, à gauche, d’entonner les mantras bourdivins?

    Ces quelques notes pour arriver ici: naît l’amère impression – et qui va croissante – d’être, en quelque sorte, la CMU de l’instruction. Tout se passe comme si se dessinait en France un monde éducatif à trois stades: très en haut, un enseignement de pointe, privé, payant, cher.

    Au milieu, tout juste de quoi former quelques cadres moyens.

    En dessous: ce sous-sol dont je parle.

    Avec la cynique ambition, couverte d’un bavardage incessant, d’en finir pour de bon avec toute idée de peuple éclairé. À l’os, équarri des graisses menteuses, le souhait réel semble être d’instruire le gigantesque bataillon des enfants de France juste ce qu’il convient, dans ses strates les plus basses, pour qu’il sache se rendre où il faut pour acheter et consommer les choses que lui aura dictées son écran. Être instruit de ce peu qu’il suffit, pour allumer les réseaux et leur obéir.

    On saupoudrera le tout, dans les strates légèrement supérieurs des quelques savoir-faire nécessaires à ce que la machine tourne et l’on ne dispensera plus, des plus élémentaires dans les filières professionnelles aux plus complexes dans les écoles d’ingénieurs, que des savoirs techniques: des compétences.

    Notes:

    [i] Centre Médico Psychologique Enfants et Adolescents

     [ii] Réseau d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficulté: dispositif composé d’enseignants spécialisés et de psychologues scolaires intervenant dans les écoles.

     [iii] Inspecteur de l’Éducation Nationale: Supérieur direct des professeurs des écoles.

     [iv] Directeur Académique des Services de l’Éducation Nationale: cadre supérieur de niveau départemental.

     [v] École Supérieure du Professorat et de l’Éducation, renommé e en Institut National Supérieur du Professorat et de l’Éducation (INSPE) en 2019.

     

  • C'est ça, le sport???

    J'ai toujours espéré rencontrer un mec qui ne regarderait JAMAIS le sport à la télé. Je suis finalement restée célibataire…

    et oui, jamais de jamais mariée, toujours célib'…  personne pour me descendre les poubelles! Ha, ha, ha

    Levée très, très tôt, comme d'habitude, aucune des chaînes infos que j'ai regardées n'a dit cette information!

    Vendues!

     

    Les joueurs de l’équipe de Turquie ont fait à deux reprises le salut militaire lors du match contre la France au Stade de France. Roxana Maracineanu demande une “sanction exemplaire” à l’UEFA.

    Un geste qui ne passe pas. Les joueurs de l’équipe de football de Turquie ont fait à deux reprises le salut militaire pendant le match contre la France, rapporte Le Parisien. Alors que les autorités craignaient des tensions entre supporters lors de cette rencontre, aucun incident n’a été à déplorer durant toute la durée du match, jusqu’à ce que la France marque puis que la Turquie égalise. Pour célébrer leur but, sept joueurs turcs se sont rassemblés et ont effectué un salut militaire, selon eux en soutien aux soldats de leur pays qui participent à l’offensive en Syrie. Ils ont ensuite reproduit ce geste – une main droite tendue et posée sur le front – à l’issue du match, accompagnés cette fois-ci de nombreux supporters turcs.

    Un geste "contraire à l’esprit sportif"

    Comme le précise le Huffington Post, les images de ces saluts militaires n’ont pas été diffusés à la télévision, ni côté français ni côté turc. Elle a par contre été diffusée en masse sur les réseaux sociaux, y compris par des membres du gouvernement turc comme le ministre des Sports Mehmet Kasapoglu. Le geste des joueurs turcs est passé beaucoup moins bien en France et a notamment été critiqué par la ministre des Sports Roxana Maracineanu, présente au Stade de France. Sur Twitter, elle a dénoncé un geste " contraire à l’esprit sportif " et demande à l’UEFA "une sanction exemplaire". Elle a également tenu à remercier "les forces de l’ordre pour leur travail afin d’assurer le bon déroulement du match".

    Sur le même sujet 2000 policiers déployés autour du Stade: France – Turquie, un match à hauts risques

    Les joueurs turcs avaient déjà effectué ce salut militaire vendredi 11 octobre lors de leur match contre l’Albanie. La Turquie a lancé le 9 octobre une offensive en Syrie contre des forces kurdes, dénoncée par la communauté internationale et qui a récemment entraîné des sanctions de la part des Etats-Unis. Les Kurdes ont conclu un accord avec l’armée syrienne de Bachar al-Assad, qui a envoyé ses troupes dans le nord-est du pays afin d’ " affronter l’agression " de la Turquie.

    https://www.valeursactuelles.com/societe/france-turquie-les-joueurs-turcs-ont-refait-le-salut-militaire-111777

    Ho, les Militaires Français, qu'est-ce que vous foutez au Mali? on a besoin de vous ici!

     

  • SCANDALE: la mater dolorosa politique et manipulatrice

    La VRAIE Mater Dolorosa!

     

    Après Aylan, l’accompagnatrice voilée en mission consolant son fils…

    Et voilà la nouvelle sainte Blandine dans la fosse aux lions! Superbe photo iconique qui remplace avantageusement le cadavre bleu et rouge du petit noyé mis en scène. Le photographe doit se frotter les mains et toucher un max, c’est une réussite totale, tout y est: la voilée présente un beau profil, le nez droit, la joue creusée, la paupière humblement baissée, les lèvres esquissant un baiser: la main aux longs doigts effilés enserre l’enfant traumatisé, le noir de la pudeur génitrice se conjugue au rouge, couleur de sang, couleur de vie et de puissance du vêtement du fils, ce fils tant adulé en islam, ce fils traumatisé par l’Occident islamophobe qui humilie sa mère! et toutes les femmes du monde de cette religion

    Les médias horrifiés défendent la "victime", c’est un scandale force douze! Une réussite dont le CCIF se pourlèche et qui se traduit par un quasi-appel à tuer le malheureux Julien Odoul lâché par les pleutres de son propre parti.

    Tiens donc, la conseillère PS semble bien proche du CCIF et de l’UOIF, étonnant, non?

    http://www.fdesouche.com/1277383-qui-est-nisrine-zaibi-la-conseillere-regionale-ps-qui-a-defendue-laccompagnatrice-voilee-face-a-julien-odoul

    À ce sujet, pas mal la Zohra, même si elle a ses limites par ailleurs: http://www.fdesouche.com/1277471-22-les-grandes-gueules-sur-twitter

    Taché, toujours aussi pertinent, le grotesque!

    http://www.fdesouche.com/1277525-aurelien-tache-julien-odoul-recupere-les-mots-de-jean-michel-blanquer

    Alors que "Déjà, en 2000, sous la présidence du socialiste Laurent Fabius, un prêtre et une religieuse avaient dû respectivement retirer leur croix et leur voile pour s’assoir dans l’hémicycle“.

    https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/11/25/01016-20091125ARTFIG00157-venue-voilee-a-l-assemblee-elle-cree-une-polemique-.php

    Barbara Lefebvre décrypte la mise en scène:

    http://www.fdesouche.com/1277495-accompagnatrice-en-jilbab-une-provocation-et-une-mise-en-scene-selon-barbara-lefebvre

    Et évidemment, la France Insoumise au taquet appelle à une manif "pour la laïcité" (je me pince!), "contre la haine du RN", en soutien  à la pôvre voilée stigmatisée: https://www.francebleu.fr/infos

    Tuerie de la préfecture, on élargit le ménage:

     http://www.leparisien.fr/faits-divers/tuerie-de-la-prefecture-de-police-cinq-interpellations-dans-l-entourage-de-mickael-harpon-14-10-2019-8172309.php

    Le Drian renonce à assister au match sous tension:

    http://www.fdesouche.com/1277457-france-turquie-le-drian-renonce-a-assister-au-match

    L’état de l’école, un témoignage d’un prof, du lourd:

    https://comptoir.org

    Comment encore bien relever le niveau:

    https://www.lejdd.fr/Societe

    Xavier Bertrand et l’art de tourner autour de la chicha:

    https://www.bfmtv.com/politique/bertrand

     

    ENSAUVAGEMENTS DIVERS

     

    En mode "musique". Le rappeur chéri de Hollande s’exprime, celui-là même qui, il y a peu, insultait et menaçait Jean Messiha en direct:

    https://www.lepoint.fr/politique

     

    Enrichissement par clando togolais:

    http://www.fdesouche.com

    Suriné à mort, un dénommé Abderrahmane de Torcy, sur fond de prostitution, Paris 18e: http://www.leparisien.fr/yvelines-78

    Formidable, 1 kilo de cocaïne saisi dans une cellule de Fresnes, allo Belloubet, une question: la commande a-t-elle été passée par un des téléphones installés par vos soins? http://www.leparisien.fr/faits-divers

    Chaude ambiance au Val-Fourré et autour: "Aux alentours de 22 heures, une patrouille de police se trouve rue Blériot. Sans raison apparente, une cinquantaine de jeunes, décrits comme excités et très agressifs, se mettent à agresser les fonctionnaires qui se trouvent dans leur véhicule. Des projectiles et une dizaine de mortiers de feux d’artifice sont lancés sur eux. Les policiers, qui effectuent un tir de lanceur de 40 mm pour disperser leurs agresseurs, décident de quitter le quartier afin d’éviter une nouvelle flambée de violence.

    Mais ce n’est pas fini. Une heure plus tard, une voiture des forces de l’ordre pénètre dans le Val Fourré afin de rattraper le conducteur d’une Clio ayant refusé un contrôle. Les jets de projectiles reprennent, entraînant de nouveau la riposte policière. En voulant quitter rapidement les lieux, les fonctionnaires endommagent leur véhicule sans faire de blessés. À minuit, une autre patrouille est violemment prise à partie. Le pare-brise du véhicule, pourtant renforcé, est brisé par des tirs de mortiers.

    Enfin, vers 1 heure du matin, les pompiers, appelés pour éteindre un feu de voiture, ne peuvent pénétrer dans le quartier et sont obligés de laisser le véhicule se consumer entièrement. Il n’y a eu aucune interpellation.

    http://rutube.fr/2019/10/14

    Paris, quartier des Batignolles, la petite épicerie était fort prospère: "C’est l’une des plus grandes affaires de blanchiment de l’argent de la drogue jamais démantelée en Europe, avec 18 prévenus jugés à partir de lundi à Marseille (Bouches-du-Rhône) et six millions de cash saisis au total entre la France, la Belgique et les Pays-Bas.

    Sur les quelques 400 millions blanchis entre 2012 et 2016, selon les estimations, les enquêteurs ont révélé des ramifications à Dubaï, des donneurs d’ordre au Maroc et jusqu’à Paris. Parmi les prévenus, Aomar, un épicier du quartier des Batignolles, son patron et plusieurs clients. La boutique en question servait de lessiveuse, à travers un système de compensation, un bureau de change clandestin, pour plusieurs centaines de milliers d’euros chaque semaine".

    https://www.franceinter.fr/justice

    Suriné savoyard: Un homme d’environ 30 ans a été retrouvé mort ce dimanche devant un immeuble à Chambéry (Savoie), tué d’une "quarantaine de coups de couteau" dans le dos. Pour l’instant, le parquet de Chambéry ne privilégie aucune piste.

    http://www.leparisien.fr/faits-divers

    Wilaya de Tourcoing, le petit Quinquin "converti et radicalisé" jouait au petit chimiste: "L’individu, né en 1984, avait été interpellé jeudi matin à Tourcoing, sur la base d’une dénonciation évoquant un converti à l’islam radicalisé qui souhaitait s’en prendre à un magistrat belge"

    http://www.leparisien.fr/faits-divers

     

    C’est en Douce France, si, si, et ça discutaille pendant que ça défouraille,

    et ça serine pendant que ça surine…

    Danielle Moulins