Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Loisirs

  • Vols de crétins sur la France

    Les cons, ça ose tout; c'est pour cela qu'on les reconnait (M. Audiard)

    Même décédé, Louis de Funès emmerde la gauchiasse!

     

    Louis de Funès et la nouvelle bien-pensance

    Par Jean-Christophe Ferrari

    La rumeur circulait depuis quelques temps dans les milieux informés. La presse la confirme : la Cinémathèque française organisera en 2020 une grande exposition Louis de Funès. Je le confesse d'emblée : cette annonce suscite en moi malaise et inquiétude. Sentiments aussitôt suivis d'un sévère examen de conscience : ne me voilà pas pris en flagrant délit d'élitisme, moi qui ces dernières années ai tant aimé visiter les expositions Pasolini, Marker, Scorsese, Van Sant ? Quelle est la légitimité de ce " bon goût " qui me conduit à écarter ainsi tout un pan de la " culture populaire " d'une reconnaissance institutionnelle ?

    Mais je me reprends aussitôt. Je ne cèderai pas à la mauvaise conscience que l'époque, je le sais, aimerait faire naître en moi. Car je comprends trop bien ce qui se joue ici : rien de moins que l'émergence d'une nouvelle bien-pensance. Une bien-pensance selon laquelle tout, au fond, se vaut. Une bien-pensance qui promeut une approche oblique, désinvolte et décalée des œuvres d'art afin d'asseoir un nouveau snobisme. Un snobisme aussi condescendant et satisfait que celui qu'il feint de destituer et qu'il voudrait remplacer. Oui, je vois clair dans la manœuvre. D'un côté, on flagorne le " populo " en accueillant dans une institution prestigieuse l'un des symboles de la comédie grand public. De l'autre, on flatte les " élites " qui, cédant à un hédonisme régressif, finiront par se trouver cools de prendre de Funès au sérieux. A condition, bien entendu, qu'on y mette un minimum les formes. On imagine d'ici les savants rapprochements entre Pouic-Pouic et la commedia dell'arte...

    Mais il faut le dire nettement ici : la carrière de Louis de Funès ne justifie en aucun cas une exposition à la Cinémathèque française. A la différence de Marlon Brando ou de Jean Gabin par exemple, l'acteur du Corniaud n'a pas donné corps à un type de personnage qui n'existait pas auparavant, il n'a pas rendu possible des films inconcevables avant lui, il n'a pas permis de cristalliser les intuitions et les désirs secrets de grand cinéastes. Il s'est contenté d'importer sur le grand écran une figure qui existait déjà dans le théâtre de boulevard et le comique troupier : celle du Français moyen, colérique, lâche et un peu veule.

    Si nous prenons la plume aujourd'hui c'est que nous sommes très attachés au travail de la Cinémathèque française. Travail sérieux de Frédéric Bonnaud et de ses équipes. Tant au plan de la conservation des archives (l'Espace chercheurs est une mine aux trésors) que de celui de l'éducation (Le Service pédagogique propose une offre d'une grande qualité). Sans oublier la programmation (récemment des rétrospectives Max Ophuls et Samuel Fuller, en ce moment une intégrale Alberto Lattuada, bientôt un retour sur la filmographie de Michel Deville). C'est au nom de cet attachement que nous nous permettons d'interpeller ici ses administrateurs. Ne vous laissez pas séduire par la nouvelle bien-pensance creuse qui, déjà, envahit les esprits et les  médias ! En vous y prenant de la sorte pour faire venir plus de visiteurs, vous ne gagnerez sur aucun tableau ! Pensez-y ! Quoi après Louis de Funès ? Chuck Norris ?

     

  • Gj: Comment “ils“ se payent votre tête!

    Le CNC divise par 3 ses aides pour la restauration des films anciens: aides du fonds "images de la diversité": +65% en 2018)

    Rififi et embrouillamini dans la restauration cinématographique. Le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) (NDR: financé par le Ministère de la Culture) se voit contraint, pour des raisons budgétaires, de réduire drastiquement les aides qu’il accordait, depuis 2012, à la numérisation des films de "patrimoine", ceux dont la sortie en salle est antérieure à dix ans. L’établissement public espérait que sa solution pour atténuer ce manque à gagner – un recours au mécénat avec la bénédiction de Bercy – allait séduire. Or, il n’en n’est rien. (…)

    Dans toute la filière, chacun se désole évidemment du tarissement de la manne des 64,5 millions d’euros qui a permis de numériser 1123 films. Les aides, qui étaient de 9 millions d’euros en 2018, vont tomber à 2,8 millions par an jusqu’en 2021.

    Mis en place en 2007, la Commission Images de la diversité a été créée auprès de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances et du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC).

    Le Fonds Images de la diversité a pour objectif de soutenir la création et la diffusion des œuvres cinématographiques, audiovisuelles, multimédia ou de jeux vidéo contribuant à donner une représentation plus fidèle de la réalité française et de ses composantes et à écrire une histoire commune de l’ensemble de la population française autour des valeurs de la République, et favorisant l’émergence de nouvelles formes d’écritures et de nouveaux talents, issus notamment des quartiers prioritaires de la politique de la ville.

    Pour répondre à ces objectifs, la commission images de la diversité soutient la création, la production et la diffusion d’œuvres cinématographiques, audiovisuelles, multimédias et de jeux vidéo dont l’action se situe principalement en France et qui:

    Représentent l’ensemble des populations immigrées, issues de l’immigration et ultramarines qui composent la société française, et notamment celles qui résident dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville ;

    Représentent les réalités actuelles, l’histoire et la mémoire, en France, des populations immigrées ou issues de l’immigration, ainsi que des populations ultramarines et des quartiers prioritaires de la politique de la ville situés en territoire urbain ;

    Concourent à l’égalité entre les femmes et les hommes, à la politique d’intégration et à la lutte  contre les discriminations dont sont victimes les habitants des quartiers défavorisés, notamment celles liées au lieu de résidence et à l’origine réelle ou supposée ;

    Contribuent à la reconnaissance et à la valorisation de l’histoire, du patrimoine et de la mémoire des quartiers de la politique de la ville.

    Les subventions versées dans le cadre de ce fonds " images de la diversité " sont passées de 666000 € en 2017 à 1086000€ en 2018 (+63%)

    Composition de la commission

    Président: M. Reda Kateb, acteur

    1ER COLLÈGE

    Vice-Président: Chad Chenouga, comédien, scénariste et réalisateur

    Titulaires:

    Xiaoxing Cheng, réalisateur

    Alice Diop, réalisatrice

    Alexandre Gavras, producteur (KG Production)

    Isabella Pisani, directrice des achats et coproductions documentaires (LCP- AN)

    Mathilde Le Ricque, directrice de l’association Mille Visages

    2ÈME COLLÈGE

    Vice-Présidente: France Zobda, productrice (Eloa Prod)

    Titulaires:

    Pascal Blanchard, historien et documentariste

    Pierre Cattan, producteur (Studio Small Bang)

    Hakim Jemili, humoriste, auteur, comédien

    Olivier Wotling, directeur fiction (ARTE)

    Edouard Zambeaux, journaliste et réalisateur

    Liste des "œuvres" ayant reçu une subvention de la part du CNC dans le cadre du fonds "images de la diversité" depuis 3 ans:

    Le Monde - 22/01/2019

     

     

  • Amusant!

    L’esprit de Noël peut s'observer dans le cerveau!

    Stimulées par des images caractéristiques de l'esprit de Noël, les personnes qui célèbrent cette fête voient leur cerveau accroître son activité émotionnelle.

    Des musiques aux films, en passant par les décorations lumineuses, sans oublier le mélange d'odeurs de vin chaud, de biscuits, de cannelle et d’orange propre à la période de Noël, les semaines précédant Noël sont sensiblement différentes du reste de l'année. Mais est-ce que cette période spéciale imprime en nous sa marque ?

    Pour le savoir, des scientifiques danois ont réalisé une expérience afin d'observer si ce qu’on appelle communément "l’esprit de noël" se matérialisait réellement dans notre cerveau.

    L’étude

    Les chercheurs à l’origine de cette étude ont recruté 20 personnes en bonne santé, la moitié ayant pour tradition de fêter Noël, l'autre non. Ils ont fait passer un IRM aux participants en faisant défiler des flots d’images représentant l'esprit de Noël entrecoupés d'images de la vie quotidienne. Du côté des mesures, les investigateurs ont prêté attention au niveau d’oxygène dans les régions du cerveau qui ont été associées précédemment à la spiritualité, aux 5 sens et à la reconnaissance des émotions faciales.

    Résultats : c’est seulement chez les personnes qui fêtent Noël qu’une augmentation du niveau d’oxygène dans ces régions spécifiques a été observée. Les auteurs concluent qu’il existe un " réseau neuronal de l’esprit de Noël " dans le cerveau humain. Cependant, ils précisent que même si ces résultats sont joyeux et intriguants, ils doivent être interprétés avec précaution.

    Matérialisé ou non dans le cerveau, l'esprit de Noël, c'est avant tout du partage, en famille, entre amis, avec des personnes que l'on aime. Autour d'une table, on se retrouve, on échange, on savoure la nourriture comme le moment. On décore, on plaisante, on se déguise, on offre des cadeaux... Bref, on profite de l'instant présent, sauf les plus petits qui, le 24 au soir, commenceront à attendre impatiemment le passage du Père Noël.

     

  • Sécheresse et canicule en 2019

    J'ai cru longtemps qu'il pleuvrait et ferait froid longtemps, cette année comme en 2018 mais, le “truc“ des paysans que je réalise depuis 35 ans m'informe que nous aurons plutôt une très grande sécheresse et des températures hors norme dans la journée, toute l'année!

    Donc, prenez vos précautions si la météo est une phase importante de votre travail!

    Pour les autres, il est temps d'installer la climatisation chez vous!