Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Education

  • Éducation Nationale

    Voilà pourquoi il y a TOUJOURS des grèves

    Rétablissons les faits.

    Les deux mots instruction publique s’inscrivent dans l’histoire de France depuis le XVIIe siècle. Louis XIV, dans un édit de la fin de ce siècle, les emploie, lorsqu’il demande qu’existe dans chaque paroisse du royaume une petite école où des maîtres apprendront à leurs élèves à lire, la morale et la religion, éventuellement d’autres rudiments. Dans les lois scolaires de la Révolution et de la République, les deux termes sont employés pour désigner le devoir qui s’impose à l’État et aux adultes d’instruire les enfants, c’est-à-dire de leur apprendre à lire, à écrire, à compter. Pendant tout le XIXe siècle, le ministère qui a été chargé de gérer les écoles a été dénommé ministère de l’Instruction publique. La IIIe République a maintenu cette dénomination jusqu’en 1934. Les lois Ferry de 1881 et 1882 sont des lois d’instruction publique, comme, antérieurement, celles de Guizot et de Falloux. En France, pays des hommes libres, jusqu’en 1934, il incombait aux familles d’éduquer les enfants et à l’État de les faire instruire au vu et au su de tous les citoyens. C’est pourquoi l’instruction y a été qualifiée de publique.

     

    Tout change en 1934. Pourquoi? À cause de ce qui s’est produit en Italie. Mussolini, parvenu au pouvoir, avec les moyens que l’on connaît, a décidé en 1924 de remplacer la pubblica istruzione par l’educazione nazionale. Pour des raisons idéologiques et politiques, évidemment : il fallait souder la toute jeune nation italienne (elle a été fondée en 1860). En 1934, des hommes politiques, qui ont fait une petite carrière à Vichy, dont de Monzie et son directeur de cabinet, ancien directeur de la célèbre École des Roches (l’école qui avait l’école publique en horreur), ont voulu imiter les fascistes. Ils ont imposé Éducation nationale. Bien entendu, le régime de Vichy est resté fidèle à ce changement, qui allait, pensait-il, dans son sens. À la Libération, les Italiens ont abandonné, en optant pour la République, educazione nazionale pour revenir à pubblica istruzione ; en France, les communistes, qui ont fait main basse sur le ministère de l’Éducation nationale, se sont accommodés de cette désignation. On les comprend, puisqu’elle est devenue leur.

    Etienne Dolet

  • Le saviez-vous?

    Le Premier ministre vietnamien Pham Minh Chinh était en visite officielle en France du 3 au 5 novembre 2021.

    Pourquoi le gouvernement a-t-il fait le black-out sur cette visite?

    Le Premier ministre vietnamien Pham Minh Chinh était en visite officielle en France du 3 au 5 novembre 2021 sur l’invitation de son homologue Jean Castex. Il est fort probable que vous n’en avez pas entendu parler, car il était impossible de le savoir! La presse française n’a pratiquement pas écrit une ligne sur cette visite. Pas une information n’a filtré sur les chaînes de télévision et de radios. Même pas une ligne dans les journaux indépendants, sauf Causeur.fr. Quelques titres spécialisés ont rédigé des articles sur les accords de coopération et contrats signés lors de cette visite… mais rien sur son déroulement.

    Pour voir des photos de cette visite, il faut se rendre sur les sites vietnamiens!

    En revanche, il en était tout autrement lors de la visite du Premier ministre indien Narandra Modi en 2015 sous la présidence de M. Hollande. Depuis trois ans un contrat est en négociation entre les deux pays, portant sur la vente de 126 avions de combat du groupe Dassault Aviation, dont 108 seraient fabriqués sur des chaînes de montage indiennes selon un transfert de technologie inédit. Un jackpot pour la France. Le Premier ministre a été même convié à un dîner d’État franco-indien.

    Rien de tout cela pour le Premier ministre vietnamien! Monsieur Pham Minh Chinh n’était pas venu en France pour passer de tels contrats mirifiques. Sa visite officielle en France avait surtout pour but de renforcer les liens entre le Vietnam et la France qui est d’ailleurs l’un des premiers partenaires commerciaux du Vietnam dans l’UE.

    Après son arrivée, le chef du gouvernement vietnamien est allé déposer une gerbe de fleurs devant le buste du Président Hô Chi Minh au parc Montreau et a visité l’espace Hô Chi Minh à Montreuil. Ce buste offert par le musée d’Hanoï est l’unique sculpture de cette personnalité en France.

    Entrevue avec le président Emmanuel MacronPuis durant son séjour en France, le Premier ministre Pham Minh Chinh s’est entretenu avec le Premier ministre Jean Castex. Il a ensuite eu une entrevue avec le Président Emmanuel Macron (aucune photo officielle sur le site de l’Élysée). Par la suite, il a également rencontré le président du Sénat Gérard Larcher, le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, la directrice générale de l’UNESCO Audrey Azoulay, la directrice générale du programme Covax Aurélia Nguyên et la secrétaire générale de la francophonie, Louise Mushikiwabo. Il s’est aussi rendu à l’Institut Pasteur de Paris qui entretient de très bons liens avec le Vietnam.

    Il a participé au Forum d’affaires Vietnam-France et a assisté à la cérémonie de signature de 29 accords de coopération entre des ministères, secteurs, organisations et entreprises du Vietnam et des partenaires de France et de certains pays européens. Il a donc été parfaitement visible dans l’espace politique et médiatique.

    Signature des accords de coopération.

    Pourquoi un tel silence dans l’ensemble des médias et des politiques? C’est peut-être parce que les Vietnamiens ne posent pas de problème en France et qu’ils n’ont jamais eu d’exigences de repentance. Il est vrai que les Vietnamiens ont battu l’armée française, ce qui leur donne de l’assurance et leur évite de mariner dans la rancœur pour finalement revendiquer des excuses et des réparations comme le font régulièrement les Algériens qui, eux, n’ont pas vaincu militairement la France. C’est à l’Algérie de prendre ses affaires en main et de cesser enfin d’accuser éternellement la France de tous ses problèmes actuels.

    Les populations qui ont fui le Cambodge ou le Vietnam sont venues en tant que réfugiées et se sont installées en France dans les années 1950-60. La situation catastrophique dans leurs pays leur a coupé toute possibilité de retour, ils ont donc fait leur vie en France.

    Les immigrés vietnamiens sont restés invisibles en France. Invisibles pour la plupart des services sociaux parce que peu demandeurs d’aide sociale. Invisibles pour l’homme de la rue, parce que généralement perçus comme "des gens discrets", "sans histoires".

    Invisibles parce que "assimilés".

    Ceux qui se sont établis en France, non seulement s’intègrent parfaitement, mais encore s’assimilent et parviennent à utiliser sans problème l’ascenseur social. Cette communauté s’approprie les valeurs de notre République, par l’école, par le travail. Le taux de chômage, autre indicateur de l’intégration, semble peu concerner cette population. Leurs enfants ont souvent de meilleurs résultats à l’école que les jeunes Français d’origine. Pour ne pas stigmatiser les descendants d’immigrés subsahariens et turcs… je ne vais pas en parler… mais il suffit de regarder le classement PISA [1] .

    Ils ne se victimisent pas en permanence et n’exigent pas que la France s’adapte à leur culture. Pas de demande spécifique dans les cantines scolaires, dans les entreprises ou dans les piscines. Personne n’a encore été égorgé par l’un d’entre eux au cri de " Bouddha est le plus grand "… je laisse aux lecteurs le soin de compléter la liste des demandes faites régulièrement par les adeptes de la religion de paix, d’amour et de tolérance…

    La France a connu plusieurs vagues d’immigrations européennes (polonaise, portugaise, espagnole, italienne…), juive, asiatique. Toutes ont connu la réussite économique, se sont intégrées sans problème et ont peu à peu fusionné avec la société d’accueil sans avoir recours durablement aux aides de l’État. Les enfants des immigrés non musulmans parlent parfaitement le français après une ou deux générations, mais c’est malheureusement loin d’être le cas pour une partie des musulmans qui refuseront toujours toute assimilation ou intégration. Peut-être tout simplement parce que leur religion l’interdit! Mon sentiment est que les jeunes Vietnamiens se sentent français à part entière, alors que certains musulmans fantasment toujours après leur " bled " où tout est plus merveilleux qu’en France… mais où ils ne veulent surtout pas rester.

    Les Vietnamiens considèrent qu’ils ont une dette envers le peuple français, envers la France qui les a accueillis, qui leur a donné la chance de s’y installer, d’y travailler et d’y vivre dignement.

    Johan Zweitakter

     

    [1] Pisa 2018 : les pays asiatiques occupent les premières places du tête du classement. La France est classée 23eme sur 79 pays évalués. Turquie : 40eme – Émirats arabes unis : 46eme – Jordanie : 55eme – Qatar : 60eme – Albanie : 61eme – Bosnie-Herzégovine : 62eme – Arabie Saoudite : 65eme – Maroc : 73eme – Liban : 74eme – Kosovo : 75eme. Lors du PISA précédent l’Algérie était classée 70eme.

  • Hommage à la langue d’Emma, ma mère

    28 novembre 2021 Philippe Carron COUP DE COEUR 6

     

    Hommage à la langue de ma mère, Emma, décédée durant la période de confinement, à cette langue française dont je revois encore les lettres qu’elle écrivait dans son jeune temps, dans un style d’une sobriété et d’une limpidité étonnantes, langue désormais rejetée de partout, surtout de ses propres locuteurs, comme "lingua non grata", et qui est en passe de la rejoindre six pieds sous terre.

    La Langue d’Emma, c’est cette langue belle à l’agencement unique dans le paysage linguistique mondial, cet idiome révolutionnaire qui, jadis, s’est complètement émancipée de la complexité et de la lourdeur latines, bousculant radicalement tous les codes de langue en vigueur à l’époque en s’appuyant sur une syntaxe à la fois simple, logique et directe ; c’est cette langue qu’étaient pourtant censées protéger  les dispositions de la loi no 94-665 du 4 août 1994, dite loi Toubon, lesquelles ont été, depuis, subtilement détournées et vidées de leur contenu.

    La Langue d’Emma, c’est cette langue féconde qui a façonné et donné l’anglais tel que nous le connaissons, et que nos amis québécois mettent judicieusement au service des applications les plus pointues… langue qui est cependant mise en charpie par les décideurs de la sphère économico-financière de l’Europe francophone, ce avec le précieux renfort de locuteurs à la fois complices et acteurs d’une effroyable pollution langagière et qui confondent ouverture à l’autre avec le plus lâche aplatissement.

    La Langue d’Emma, c’est ce vivier inépuisable dans lequel tant d’artistes ont puisé pour donner vie à un répertoire époustouflant de chansons qui ont enchanté les oreilles de plus d’une génération, florilège exceptionnel qui ne viendra plus égayer nos commerces et nos boutiques où défile à longueur de gondoles la tonitruante et déshumanisante variété anglo-saxonne qui fait marcher au pas une clientèle complètement apathique dans son inféodation… La Langue d’Emma, c’est ce parler pétillant dont l’évolution a été stoppée nette par l’intrusion des " silures " *anglo-saxons qui absorbent toutes les possibilités de son champ lexical ; c’est sur cette langue que se joue pourtant la plus surréaliste des farces dans nos ministères et les tours d’ivoire d’une élite bien-pensante où l’on fait encore des tonnes de projets mirifiques pour un idiome qui n’est plus que l’ombre de lui-même.

    La Langue d’Emma, c’est cette langue qui, dans les instances européennes, tenait naguère encore la dragée haute à l’anglo-américain que toute une arrière-garde occulte tentait déjà de mettre en place pour assouvir ses desseins de prédation à l’échelle planétaire ; c’est cet idiome qui, aujourd’hui, à l’heure du Brexit, fait bien pâle figure au sein d’organismes " anglolâtres " où un Président français en plein déni s’apprête à faire du français un patois de plus au sein de l’Union européenne.

    La Langue d’Emma, c’est une des langues d’une Confédération helvétique où l’on vante "cohésion sociale" et "paix des langues… dans un pays qui est pourtant dévasté linguistiquement; c’est ce parler qu’un scandaleux sectarisme constitutionnel, une malhonnêteté intellectuelle et des garde-fous inexistants condamnent à l’exil…  et les citoyens à un illettrisme ahurissant, la classe politique helvétique n’étant plus que de bien piètres marionnettes ligotées  par les zélateurs du "tout-à-l’anglo-américain" de la finance et consorts lesquels tiennent le pays tout entier sous leur coupe.

    La Langue d’Emma, c’est ce langage tout en délicatesse  qui ne séduira plus les visiteurs francophones de passage désormais accueillis comme des hôtes indésirables à Nice, Genève, Bruxelles, Paris ou Lausanne… et qui s’en retournent chez eux humiliés et choqués ; c’est elle dont les étudiants non francophones, dépités, se détournent, les "natifs" eux-mêmes l’ayant rendue méconnaissable pour avoir simplement oublié leur appartenance à un ensemble géopolitique de plusieurs centaines de millions de francophones à travers le globe.

    Le mot de la fin
    La Langue d’Emma, c’est cette immense langue française refusée au locuteur lambda de langue française et qui s’effiloche au fil des jours, assassinée en pleine course à cause justement de sa grâce et de la pensée universelle qu’elle laissait apparaître en filigrane dans tout son discours, c’est cette langue qui savait prendre le contre-pied d’une idéologie anglo-saxonne dévoreuse d’humanité. Qu’en restera- t-il une fois que le credo du tout-à-l’anglais aura eu raison d’elle?

    Rien, si ce n’est qu’une écrasante majorité de ses locuteurs auront cessé d’exister dans ce qui faisait leur être original, leur vérité, et qui verront s’insinuer au plus profond d’eux-mêmes une plaie béante, souvenir d’une perte irrémédiable qui les poursuivra pendant longtemps encore, comme ont été marqués au fer rouge d’autres peuples à d’autres époques…

    Philippe Carron

    *Silure: gros poisson carnassier, appelé aussi poisson-chat

  • Faire pisser Mirza, c'est pour mon papa…(chanson)

    Aurore Lalucq veut interdire aux hommes de pisser debout!

    GROTESQUES EN FURIE

    L’heure de gloire de la députée européenne Aurore Lalucq, qui vient de chez Benoit Hamon. 10 000 euros par mois pour raconter de telles conneries. Déjà évoquée mais digne d’un second séjour à l’étalonnage de la bêtise. Et puis tout de même, ce sourire… mon Dieu…

        " La nature a doté les hommes d’un immense avantage: celui de pisser debout " disait Philippe Fremeaux.

     

        Ou quand faire la queue aux toilettes est un sujet d’inégalité femmes/hommes. #LaMinuteLalucq#JournéeMondialeToilettes pic.twitter.com/fJbFT25RbZ

        — Aurore Lalucq (@AuroreLalucq) November 19, 2021

    Une parasite de plus.

     

    Dans les années 70, j'étais féministe, j'avais 20 ans: je réclamais seulement la pilule en vente libre et l'avortement…

    Aujourd'hui, les chiennes de féministes ont perdu la raison…

  • Les enfants de la paix et de l'amour des autres

    Hommages à Samuel Paty : 98 incidents dont 7 menaces constatés dans les établissements scolaires vendredi

     " Nous avons relevé 98 incidents" lors des hommages à Samuel Paty dans les établissements scolaires, à affirmé Jean-Michel Blanquer sur RTL ce samedi matin. Des incidents "très variables" a précisé le ministre de l’Education nationale : des insultes ou encore "7 cas de menaces, individuelles ou collectives, qui feront l’objet des sanctions les plus sévères (…). Nous allons convoquer les familles, et voir ce qu’il y a derrière ces propos". Malgré ces incidents "beaucoup moins nombreux que lors des attentats précédents", "cette commémoration s’est déroulée dans un grand calme, une sérénité et dignité", a-t-il tenu à rappeler. 

    Le ministre est également revenu sur la situation des enseignants face aux questions de laïcité : "Ils ne sont pas assez formés pour aborder ces sujets. Avant, la laïcité était quelque chose d’explicite et de partagé par tout le monde. On en a peut-être pas assez parlé. Il y a une pente à remonter, et je considère que nous sommes au début de cette pente".

    En fin de matinée, une plaque en hommage au professeur d’histoire-géographie sera inaugurée à l’entrée du ministère de l’Education nationale. Les parents de Samuel Paty seront présents.

    Le Figaro / RTL