Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Education

  • Les journalistes ne sont pas des cadors de l'Académie Française

    Ce matin, j'écoute LCI où une fille nous apprends que Bansky a refait des dessins en Angleterre... mais, finalement personne n'en est sûr...

    Elle dit à un certain moment: "on se perd en conjonction...."

    Le présentateur, un vieux de la vieille, âgé d'une cinquantaine d'année ne l'a pas reprise: soit il est aussi ignare soit il est compatissant....

    On se perd en conjectures, voyons! (et toujours au pluriel, ce mot!).

  • Mordre la main qui te nourris

    Toulouse: fraichement arrivé en France, un migrant agresse sexuellement une femme et un enfant “sans faire exprès”

    3 ans de prison ferme pour deux agressions sexuelles sur une femme de 19 ans et un garçon de 12 ans

    En moins d’un mois, c’est son deuxième passage devant le tribunal correctionnel de Toulouse. Vendredi 30 juillet, un homme âgé de 35 ans, défendu par Me Jocelyn Momasso Momasso, a de nouveau été jugé en comparution immédiate pour des faits d’agression sexuelle.

    Mais quelques jours auparavant, le 6 mai, cet homme, en France depuis seulement quelques mois et hébergé par son frère avait déjà commis le même type d’agression. Cette fois, il s’était attaqué à un garçon âgé de 12 ans.

    […]

    “Ce n’était pas voulu, je n’ai pas fait exprès”, explique par le biais de son traducteur le prévenu tout en éclatant en sanglots.

    […]

    L’article dans son intégralité sur La Dépêche  

  • On croit rêver!!!!

    Pour Pompili, la gastronomie française, c’est le kebab dans du carton !

    Pompili la pompeuse, l’islamo-écolo dans ses œuvres: pour la Pompili, les kebabs sont écolo-compatibles quand ils sont servis dans des emballages recyclables!

    Elle ne peut ignorer que la viande qui les compose provient de l’abattage halal, et cependant, elle se vante d’en ingurgiter; donc elle se fout de la souffrance animale et des problèmes sanitaires qu’induit ce mode d’abattage!

    Et quelle curieuse conception de la gastronomie français…. mais les écolos ont-ils quelque chose de Français !? Trahison de la France et trahison de l’écologie, c’est ça la Pompili !

     

    Personnellement, c’est kebab complet – salade, tomates, oignons – sauce algérienne (dans une boîte en carton !).

        Et vous ? pic.twitter.com/Jt0YYV27ZR

        — Barbara Pompili (@barbarapompili) July 1, 2021

    Défendez, partout où vous êtes -ou allez- la gastronomie française!

    Tout est bon dans le cochon!

  • Les filles d'aujourd'hui

    Le top crooque machin, vous savez, les filles qui vont à l'école pour montrer leur mounil (nombril)...

    Lu dans un site:

    Aujourd’hui, c’est tous pour le moindre effort. On ne lit plus, on se gave de jeux débiles. On ne lit plus les chiffres romains, trop fatigant.

    On ne peint plus de tableaux, on projette des couleurs ou de la boue sur une toile. On ne s’habille plus, on enfile un top.

    On ne sculpte plus d’Apollon du Belvédère, on enduit des brancards de graisse et le monde s’extasie. On ne compose plus de quatuors à cordes, on crache du rap.

    On ne se coupe plus les cheveux, on se balade avec une tête de balai-brosse.

     

    …Et si une de ces idiotes se fait violer par un Afghan mineur de 35 ans arrivé 3 jours plus tôt de Kaboul, ce sera bien entendu de la faute d’un vieux Français Blanc de plus de 50 ans!

    Non, je n'ai pas oublié la mini-jupe des années 60! mais, on portait un joli panty de dentelles en dessous... bien sûr, il y avait quelques filles osées mais pas à ce point!

    Et puis, dans les années soixante, c'était la douce France...

  • Les 400 ans de la naissance de La Fontaine

    Le chiens et les chacals

    Du coquin que l'on choie, il faut craindre les tours
    Et ne point espérer de caresse en retour.
    Pour l'avoir ignoré, maints nigauds en pâtirent.
    C'est ce dont je désire, lecteur, t'entretenir.

    Après dix ans et plus d'homériques batailles,
    De méchants pugilats, d'incessantes chamailles,
    Un chien estoit bien aise d'avoir signé la paix
    Avecque son voisin, chacal fort éclopé
    A l'allure fuyante, que l'on montroit du doigt,
    Qui n'avoit plus qu'un œil, chassieux de surcroît,
    Et dont l'odeur, partout, de loin le précédoit.

    Voulant sceller l'événement
    Et le célébrer dignement,
    Le chien se donna grande peine
    Pour se montrer doux et amène.
    Il pria le galeux chez lui,
    Le fit entrer, referma l'huis,
    L'assit dans un mœlleux velours
    Et lui tint ce pieux discours :

    « Or donc, Seigneur Chacal, vous êtes ici chez vous !
    Profitez, dégustez, sachez combien je voue
    D'amour à la concorde nouvelle entre nous !
    Hélas, que j'ai de torts envers vous et les vôtres,
    Et comme je voudrois que le passé fût autre !
    Reprenez de ce rôt, goûtez à tous les mets,
    Ne laissez un iota de ce que vous aimez ! »

    L'interpellé eut très à cœur
    D'obéir à tant de candeur.
    La gueule entière à son affaire,
    Il fit de chaque plat désert
    Cependant que son hôte affable
    Se bornoit à garnir la table.

    Puis, tout d'humilité et la mine contrite,
    En parfait comédien, en fieffée chattemite,
    Il dit : « Mais, j'y songe, mon cher,
    Nous voici faisant bonne chère
    Quand je sais là, dehors, ma pauvrette famille :
    Mes épouses, mes fils, mes neveux et mes filles,
    Mes oncles et mes tantes que ronge la disette,
    Toute ma parentèle tant nue que maigrelette.
    Allons-nous les laisser jeûner jusqu'au matin ? »

    « Certes non ! » répliqua, prodigue, le mâtin,
    Qui se leva, ouvrit, et devant qui passèrent
    Quarante et un chacals parmi les moins sincères.

    Sans tarder cliquetèrent les prestes mandibules
    Des grands et des menus, même des minuscules.
    Ils avoient tant de crocs, de rage et d'appétit,
    Ils mangèrent si bien que petit à petit
    Les vivres s'étrécirent comme peau de chagrin
    Jusqu'à ce qu'à la fin il n'en restât plus rien.

    Ce que voyant, l'ingrat bondit :

    « Ah ça, compère, je vous prédis
    Que si point ne nous nourrissez
    Et tout affamés nous laissez
    Tandis que vous allez repu,
    La trêve entre nous est rompue ! »

    Ayant alors, quoi qu'il eût dit,
    Retrouvé forces et furie,
    Il se jeta sur son mécène,
    Et en une attaque soudaine
    il lui récura la toison,
    Aidé de toute sa maison.

    Puis, le voyant à demi mort,
    De chez lui il le bouta hors.
    Et l'infortuné crie encore
    « La peste soit de mon cœur d'or ! »

    Retenez la leçon, peuples trop accueillants :
    À la gent famélique, point ne devez promettre.
    Vous en invitez un, l'emplissez d'ortolans,
    Et c'est jusqu'à vos clefs qu'il vous faut lui remettre.

    Pastiche à la manière de Jean de la Fontaine

    Source: