Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Education - Page 5

  • Plus elles sont connes, mieux elles se portent, hélas!

    La Comédie-Française va participer à la ré-écriture de 5 pièces de Molière

    Texte écrit en écriture inclusive: j'ai rectifié, que les abruti ET es aillent se faire voir!

    En partenariat avec la Comédie-Française, Drameducation a demandé à cinq auteurs francophones d’adapter cinq pièces du célèbre dramaturge. Objectif: renouveler son œuvre pour la rendre accessible au plus grand nombre, et notamment à ceux qui apprennent le français à travers le monde. (et à tous les arrivants au QI de betterave!).

    Déboulonner la statue du Commandeur. C’est le vaste chantier auquel s’est attelé Drameducation. Habitué, chaque année, dans le cadre du programme 10 sur 10, à organiser une résidence d’écriture où, pendant dix jours, dix auteurs composent chacun une pièce de dix pages avec dix personnages, à l’attention des professeurs de français et de français langue étrangère (FLE) à travers le monde, le Centre international de théâtre francophone en Pologne s’est cette fois attaqué au plus célèbre des dramaturges hexagonaux.

    En 2019, déjà, l’organisation pilotée par Jan Nowak et Iris Munoz avait, en partenariat avec la Comédie-Française, demandé à dix auteur⸱ice⸱s de réécrire, en dix pages, dix pièces de Molière – L’Ecole des femmes, Dom Juan, Le Misanthrope, Georges Dandin, L’Avare, Le Tartuffe, Le Bourgeois gentilhomme, Les Fourberies de Scapin, Les Femmes savantes et Le Malade imaginaire –, à l’occasion des 400 ans de sa naissance célébrés en 2022. En forme d’édition bonus, ils ont, cette année, mis sur pied une résidence virtuelle qui s’achève ce vendredi 4 février.

    LES IMBECILES PATENTES et ES pour les filles

    Elle a conduit Marianne Dansereau, Marie Vaiana, Michel Bellier, Souleymane Thiâ’nguel et Merlin Vervaet, installés en Belgique, en France, en Guinée et au Québec, à s’emparer de cinq nouvelles œuvres – Les Précieuses ridicules, Le Médecin volant, L’Impromptu de Versailles, Le Mariage forcé et La Critique de L’Ecole des femmes – pour les passer au tamis du présent. « Notre projet est de renouveler Molière afin de le rendre plus accessible, souligne Jan Nowak. En discutant avec des professeurs de français et de FLE à travers le monde, nous nous sommes rendu compte que les pièces d’origine étaient trop difficiles pour leurs élèves. Tant au niveau de la longueur que de la langue, un peu périmée“.

    C'est leur intelligence qui est périmée!

    (Faut leur enfoncer dans leur crâne à coup de marteau!)

    Des Youtubeuses à l’affaire Polanski

    Face au monstre sacré, le quintette de dramaturges (fo-folles et tatata prout-prout) s’est lancé, avec un soupçon d’appréhension et une bonne dose de gourmandise (de lèche-bitte?) Chargée des Précieuses ridicules, Marianne Dansereau y est allée “à fond la caisse“ (et la connerie consanguine?“ et a transformé les fières jeunes filles dépeintes par Molière en un groupe de Youtubeuses et d’influenceuses.

    Dans la même veine, Marie Vaiana s’est inspirée de l’affaire Polanski et du coup de sang d’Adèle Haenel lors de la dernière cérémonie des César pour actualiser la polémique au cœur de La Critique de L’Ecole des femmes. “Rentrer dans la langue de Molière, se confronter à son rythme, se révèle passionnant car on apprend beaucoup de choses, assure-t-elle. Pour écrire, il s’inspirait d’ailleurs lui-même d’autres auteurs, ce qui nous donne une forme de légitimité“.

    Quand on n'a aucun talent, pourrir un texte magnifique c'est jouissif de se masturber la cervelle!

    et aussi

    http://insoliteetdejante.hautetfort.com/archive/2021/02/10/quel-malheur-d-avoir-un-peigne-et-pas-de-cheveux-6296483.html

     

     

    Sceneweb

  • Certains l'aiment tranquille…

    La mairie de Valence (26) supprime des aides familiales pour lutter contre les violences

    Supprimer des aides municipales et sociales familiales: voilà le dernier levier de la mairie de Valence pour enrayer les violences urbaines dans les quartiers. Le conseil municipal a voté une mesure en ce sens ce lundi 14 décembre.

    Plus question pour la municipalité de voir comme aux vacances de la Toussaint des voitures brûlées, des bus caillassés, des attaques contre les forces de l’ordre. L’un des points les plus longuement discutés ce lundi soir, est la suppression des aides à la cantine, à l’achat de ticket de transport ou des chèques Sport et Culture pour les familles dont l’un des membres est impliqué dans des faits de délinquance.

    Trois points sont retenus: si l’un des membres de la famille a été condamné pour des troubles à l’ordre public, s’il a fait l’objet d’un rappel à l’ordre ou si un accompagnement parental a été refusé. Il est temps que les parents prennent leurs responsabilités considère Pierre-Olivier Mahaux, adjoint à la sécurité: “Nous avons eu pour la première fois l’utilisation de mortiers d’artifice contre les forces de l’ordre ou encore une soixantaine de voitures brûlées pendant les deux semaines de vacances de la Toussaint”.

    www.francebleu.fr

  • Amusant!

    Pour ne plus être viré de Facebook, utilisez le HiéroFaf !

    L’ecaffiticé du HiéroFaf est fodneé sur l’alynase sanuivte :

    Texte transformé               Texte normal

    Une étdue de l'uirveistné de Cgbdmirae a mtroné que l'on puet sans plobmère lire un txtee dnot les ltretes sont dnas le drosédre pour peu que la pèiemrre et la dèirenre lertte de cuhqae mot resnett à la bonne pacle. Ccei montre que le cereavu ne lit pas tuteos les lerttes mais prend le mot cmome un tuot. La prueve : aoeuvz que vuos n'avez pas eu de mal à lire ce txete.

    Une étude de l'université de Cambridge a montré que l'on peut sans problème lire un texte dont les lettres sont dans le désordre pour peu que la première et la dernière lettre de chaque mot restent à la bonne place. Ceci montre que le cerveau ne lit pas toutes les lettres mais prend le mot comme un tout. La preuve : avouez que vous n'avez pas eu de mal à lire ce texte.

    Puor étevir à lvena’ir de nveoulles déenconvues, nh’sitéez pas à uistiler le HiéroFaf, un cdoe à prrioi itndércpyable par les aiotgrhelms, mais tuot à fiat lipimde puor le ceervau hmiaun, aevc un miinumm de’nîntrameent.

    Imngiaez une suele de ces phasres en cliar… Cs’et le ban agagvaré, viore dfiétinif ! Edimmveent, si vuos pbliuez des pthoos ou reneprez des txtees en cliar qui “ne rsepcteent pas les Sntadrads de nrote cmmouunaté“», là, le HiéroFaf ne prroua rein puor vuos

    Moins on réfléchit à comprendre ce qui est écrit, plus on peut le lire et le comprendre vite !

    Atiméis à vuos tuoets et tuos, fturu(e)s hreeusues hiérofafeuses et hreeuux hiérofafeurs!

  • Le courage! sentiment inconnu aujourd'hui...

  • Ce pays est foutu

    Avignon: le lancer d’élèves interdit à la Trillade

    Il n’empêche, depuis la mi-septembre, deux affichettes attachées sur le côté du portail de l’établissement servent de support à un message clair, qui laisse incrédule…

    Dessin à l’appui, on peut lire sur la première: “Je ne lance pas mes enfants par-dessus le portail !” Et la seconde de préciser: “Quand je suis en retard, je reviens à 10 heures, ou 15 heures”.

    “Des parents qui arrivaient après la sonnerie jetaient littéralement leurs enfants”, assure Sanaa Meziane en étouffant un rire nerveux qui trahit sa consternation.

    […]

    L’article dans son intégralité sur La Provence

    _________________________

    Crétin un jour, crétin jusqu'au bout!

    Hommage à De Gaulle: Macron fait une faute de conjugaison sur le livre d’or

    "Les traces qui nous permettrons": Emmanuel Macron rend hommage à de Gaulle et fait une faute de conjugaison

    Le président a écrit un court hommage au général de Gaulle dans le livre d’or de la maison. Voici le texte, tel qu’en lui-même: "Cinquante ans plus tard, le souvenir vivace du Général de Gaulle demeure une source d’inspiration pour notre Nation, notre République. Puissions nous trouver en ces lieux, en ses choix, les traces qui nous permettrons (sic) de bâtir notre action pour la France. En fidélité."

        "Les traces qui nous permettrons"…

        Emmanuel Macron, président de la République française

        9 novembre 2020 pic.twitter.com/jENbhceELw

        — René Chiche (@rene_chiche) November 9, 2020

    www.lefigaro.fr

    ____________________________

    Lannion (22): Ils avaient séquestré un couple de septuagénaires, 4 individus originaires de Montreuil interpellés, “l’un a été mis en cause par la police 95 fois, un autre 56 fois”

    Le 31 mai 2020, un couple de septuagénaires avait été séquestré à son domicile de Lannion. Les quatre malfaiteurs étaient repartis avec leur collection de pièces de monnaie en argent.

    Les auteurs présumés, originaires de Montreuil, en région parisienne, ont été interpellés le 3 novembre par la police judiciaire de Paris. "80% du butin a été retrouvé", annonce Daniel Kerdraon, à la tête du commissariat de Lannion.

    Les quatre individus, âgés d’une trentaine d’années, ont été écroués à l’issue de leur garde à vue. Leur casier judiciaire est déjà bien chargé. "L’un a été mis en cause par la police 95 fois, un autre 56 fois", énumère le commandant.

     (…) Le Trégor

    _______________________________

    Mons-en-Baroeul (59): Émeutes urbaines, 40 tirs de mortiers contre pompiers et policiers, aucun “jeune” interpellé

     

       

  • Sans lui

    Le journal  "LE MONDE" a viré180° ! 

    Certains journalistes ne seraient-ils plus aux ordres?

    Tiens un journaliste qui ose en France. Ça surprend non. 

    Le journal "LE MONDE" a viré à 180° !

    UN DE SES JOURNALISTES ÉCRIT CECI :  

     Sans l'islam, personne ne contesterait les sapins de Noël dans la rue, ni les crèches dans les mairies.

    Sans l'islam, nous ne subirions pas la présence de 2500 mosquées, à raison d'une nouvelle par semaine, payées tantôt par les émirats du Golfe, tantôt par les pays d'Afrique du Nord, et la plupart du temps avec nos impôts.

    Sans l'islam, autour de ces mosquées, nous n'assisterions pas à la mise en place d'un État dans l'État, où le petit État islamique ronge de plus en plus le grand État républicain et lui impose ses codes

    Sans l'islam, nous n'assisterions pas à une recrudescence d'agressions homophobes, antisémites et sexuelles, encouragées par les textes sacrés du Coran et la vie de Mahomet.

    Sans l'islam, nous n'assisterions pas, dans certaines périphéries urbaines, à la mise en place d'une politique de Grand remplacement, de changement de peuple et de civilisation.

    Sans l'islam, Saint-Denis serait toujours la ville des rois de France.

    Sans l'islam, nos policiers ne subiraient pas une guerre quotidienne, visant à saper l'édifice de l'État français.

    Sans l'islam, nous n'aurions pas de halal dans l'armée française, ni des militaires musulmans qui refusent de se battre contre leurs frères.

    Sans l'islam, nous n'aurions pas, sur le territoire français, la mise à mort barbare d'animaux égorgés sans étourdissement (halal), qu'on laisse agoniser pendant un quart d'heure.

    Sans l'islam, nous n'aurions pas l'impression, dans certains quartiers, d'avoir changé de continent.

    Sans l'islam, le Qatar ne serait pas en train d'acheter des pans entiers de la France.

    Sans l'islam, nous ne subirions pas sur les plateaux de télévision, les enfumeurs comme Tariq Ramadan, Malek Chebel, Dalil Boubakeur, Dounia Bouzar et bien d'autres, qui roulent dans la farine les ignorants en leur faisant le coup de la RATP.

    Sans l'islam, un Français d'origine pourrait aimer une née-musulmane sans être obligé par sa belle-famille de se convertir.

    Sans l'islam, il y aurait moins de crachats sur les trottoirs, et le maire de Béziers n'aurait pas été obligé de faire un arrêté municipal pour sanctionner les fautifs.

    Sans l'islam, nos médecins et l'ensemble du personnel médical ne risqueraient pas de se faire agresser par des maris violents qui refusent qu'un homme observe leur épouse.

    Sans l'islam, nous n'aurions jamais subi, dans un pays laïc, des prières musulmanes sur nos trottoirs ou dans les rues, afin de marquer la volonté d'occupation de l'espace public.

    Sans l'islam, les enfants juifs pourraient encore aller dans les écoles publiques en Seine Saint-Denis.

    Sans l'islam, on pourrait enseigner la Shoah et parler de Charles Martel dans nos écoles.

    Sans l'islam, nous n'aurions pas d'appel au muezzin par haut parleur, comme à Nanterre.

    Sans l'islam, nous n'aurions pas de revendications alimentaires dans nos cantines scolaires, dans les entreprises.

    Sans l'islam, nous n'aurions pas d'accompagnatrices marquant leur religion par un voile lors des sorties scolaires.

    Sans l'islam, nos enfants ne seraient pas en danger, lorsqu'ils mangent halal sans que leurs parents ne le sachent, à cause du bacille e-coli, comme nous en alerte le docteur Alain de Peretti.

    Sans l'islam, il y aurait davantage de places dans nos prisons.

    Sans l'islam, les Français ne connaitraient pas la souffrance de voir leur pays défiguré...

    Sans l'islam, ils pourraient savourer les douceurs, les insouciances délicieuses et les frivolités légères qu'offre souvent la vie.

    Sans l'islam, les chers souvenirs resteraient doucement mélancoliques et ne seraient pas devenus des regrets brulants de nostalgie et de rancœur.

    Sans l'islam, le passé ne serait pas si présent, sans l'islam, l'avenir ne serait pas si terrifiant...

    Sans l'islam, nous ne subirions pas dans la rue, les tenues guerrières des salutistes en djellaba ou en kamis.

    Sans l'islam, il y aurait beaucoup moins de bénéficiaires de la CMU et de l'AME, considérée comme une nouvelle version des razzias du 21ème siècle dans l'esprit de certains musulmans.

    Sans l'islam, on pourrait consacrer davantage d'argent à nos malades et à nos retraités, sans oublier toutes les aides utiles qui font avancer une société.

    Sans l'islam, nous ne subirions pas, un mois par an, le cirque du ramadan, avec le bruit, les violences et les entreprises désorganisées.

    Sans l'islam, après le ramadan, il y aurait moins d'absentéisme à l'école.

    Sans l'islam, nous n'aurions pas des abattoirs mobiles où les jeunes garçons prennent l'habitude de voir égorger des animaux de manière barbare.

    Sans l'islam, nous n'aurions pas des clips agressifs, sexistes et racistes, de rappeurs haineux.

    Sans l'islam, les sites internet ne seraient pas pollués par des messages haineux et menaçants, qui nous menacent de mort, disent qu'ils vont faire la loi dans notre pays, et que nous sommes foutus.

    Sans l'islam, nous ne partagerions pas les angoisses de Michel Onfray, jugeant que dans cinquante ans, notre pays sera intégralement sous domination musulmane.

    Sans l'islam, il n'y aurait plus de péril fasciste en France, et nous pourrions jouir de tous les charmes d'un pays formidable

    Sans l'islam, nos enfants ne seraient pas confrontés à un choix terrible devenir résistants ou dhimmis, avec forcément beaucoup de dégâts dans les deux cas.

     

Blog d'une Française de FRANCE: vive la laïcité, vive la FRANCE et la République Française!