Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Education - Page 2

  • La ville où il fait bon vivre en France

    me suis arrêtée sur l’aire d’Ambrussum : voilà ce que j’ai vu…

    Au tout début septembre, en fin d’après-midi, je me suis arrêtée, lors d’un déplacement, sur l’aire d’autoroute d’Ambrussum, près de Montpellier.

    C’est une aire qui est située près de la voie romaine Domitia, conduisant de Rome à Cadix, à côté du site gallo-romain d’Ambrussum, fréquenté nous dit-on sur Google qui n’a pas dû le faire exprès "depuis plus de 2 500 ans par nos ancêtres gallo-romains". Si nos immigrationnistes lisent cela, ils vont en faire une attaque. Il n’y a pas de plus belle preuve du Grand Remplacement!

     

    https://www.sitesdexception.fr/sites/site-archeologique-et-musee-dambrussum/

     

    (Voie Domitia à Ambrussum)

    Ambrussum est tout près de Lunel, ville tristement célèbre pour ses mosquées, ses imams ne parlant pas français, ses djihadistes morts en Syrie… 15 jeunes sont partis faire le djihad, huit en sont morts. Cinq hommes ont été condamnés.

     

    https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/01/27/les-enfants-perdus-de-lunel_4854729_1653578.html

     

    Un des islamistes de Lunel a déclaré: "Lunel, c’est la ville de France la mieux représentée au sein de l’[organisation] État islamique (EI)!".

    Que penser de l’aire d’Ambrussum?… Est-elle aussi représentative que Lunel?… En tous cas, elle est bien glauque.

    Dès l’arrivée sur l’aire, de grosses voitures ou camionnettes croulant sous des monceaux de bagages enveloppés sous des bâches nous ont alertés : qui peut donc à ce point enfouir sa voiture, au mépris de la législation et du moteur, sous des couches et des couches d’objets non identifiés?…

    On se serait cru, sur l’aire d’Ambrussum, dans un autre pays que la France. Où étaient passés les Gaulois, à part moi-même?…

    Des hordes exclusivement masculines de Maghrébins suivies de hordes masculines d’Africains faisaient des chassés-croisés impressionnants, balayant l’espace à gauche et puis à droite comme autant de vagues houleuses. À quel nouveau jeu jouaient-ils? Où étaient leurs voilées? Cachées à l’intérieur des boutiques, ou restées à la maison?

    D’autres, guettant on ne sait quoi, tenaient les murs à l’intérieur, les arbres à l’extérieur. Ils pouvaient aussi bien guetter les véhicules stationnés pour se servir en carburant. En mars dernier, deux hommes ont été interpellés sur l’aire d’Ambrussum en train de siphonner du carburant.

    En cette période de reprise de toutes les activités, à se demander si ces gens-là avaient un emploi quelque part, à part peut-être le deal et la chasse aux allocs… Les lycées n’avaient-ils pas repris leurs activités? Tous ces " djeunes " auraient dû être occupés avec leurs exercices de maths, ou une activité salariée.

    Il est vrai que Lunel est aussi une sorte de capitale de la drogue : en février on y a brûlé trois tonnes de drogue représentant 22 millions d’euros.

     

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/lunel/lunel-33-tonnes-drogue-partent-fumee-1627009.html

     

    Tout cela est bien sûr lié et fait beaucoup pour une petite ville de 25 000 habitants.

    Je suis allée aux toilettes, lieux qui décrivent infailliblement les aires… Celles-ci étaient bondées d’ethnies ayant été à tous les coups victimes du colonialisme honni. Ne voulant pas en rajouter, j’ai cherché d’autres lieux moins fréquentés. À l’entrée de l’un d’eux se tenait une femme sortie tout droit de " Tintin en Roumanie ". Fichu, larges jupes. J’ai cru un instant qu’elle allait me proposer une lecture des lignes de la main, mais non.

    À l’intérieur, sa fille qui s’arrosait copieusement les cheveux a arrosé aussi alentour, sans un mot d’excuses. L’éducation se perd vraiment…

    En voulant traverser derrière des voitures garées, l’une d’elle a démarré subitement, plus j’avançais pour l’éviter plus elle semblait me viser. Au volant, un individu très " bronzé ", hybride – pardon, on dit transgenre maintenant – à tête d’homme mais longs cheveux coiffés et longs pendant d’oreilles, qui m’a dévisagée sournoisement en biais tout en faisant semblant de ne pas me voir et en continuant à reculer consciencieusement sur moi.

    Je lui ai bien sûr fait une remarque qu’il ou elle n’a pas semblé comprendre.

    Au retour vers la voiture, il fallait savamment zigzaguer entre des humanoïdes que je n’aurais pas voulu rencontrer le soir seule au coin d’un bois. À quels trafics se livraient-ils?

    Ayant échappé de justesse à l’écrasement, et certainement à toutes sortes d’autres embûches, j’ai trouvé que cela suffisait et nous sommes repartis.

    Et encore, je n’avais pas, par ma seule présence, interrompu une prière musulmane, ni entendu en forme de représailles un énorme Allahu akbar, comme une autre fois sur une autre aire…

    Le soir, le journal nous apprenait que, deux jours avant, dans les toilettes de l’aire d’Ambrussum, on avait trouvé un bébé nouveau-né.

     

    https://www.midilibre.fr/2019/09/01/a9-un-nouveau-ne-retrouve-abandonne-dans-les-toilettes-de-laire-dambrussum,8387939.php

     

    Nul doute que de nombreux "nouveaux-venus" avaient assisté la maman dans ces lieux si poétiques. Grâce à leur charisme et leur science, ils l’avaient remise sur pieds instantanément et après cet événement radieux, elle avait été capable de partir à pied.

    Quelle santé!… Alors que nos grands-mères devaient passer 21 jours alitées après une naissance!… Mais on l’avait rattrapée.

    La maman avait jeté son bébé dans la cuvette, se méprenant sans doute sur son usage. Elle était sans papiers et ne parlait pas un mot de français: elle était bien à l’image des "clients" de l’aire…

    On peut se demander si on a vraiment gagné en civilisation avec de telles peuplades primitives qui nous hantent, nous poursuivent et nous cernent de toutes parts, y compris sur les aires d’autoroutes. En tout cas elles nous remplacent, c’est certain.

    La voie Domitia a servi autrefois à nous apporter la culture romaine. Aujourd’hui elle sert à faire venir ceux qui veulent détruire notre civilisation.

    Sophie Durand

    https://ripostelaique.com/je-me-suis-arretee-sur-laire-dambrussum-voila-ce-que-jai-vu.html

  • La propagande

    On sait, en effet, que la propagande totalitaire n’a pas besoin de convaincre pour réussir et même que ce n’est pas là son but. Le but de la propagande est de produire le découragement des esprits, de persuader chacun de son impuissance à rétablir la vérité autour de soi et de l’inutilité de toute tentative de s’opposer à la diffusion du mensonge.

    Le but de la propagande est d’obtenir des individus qu’ils renoncent à la contredire, qu’ils n’y songent même plus. Cet intéressant résultat, l’abasourdissement médiatique l’obtient très naturellement par le moyen de ses mensonges incohérents, péremptoires et changeants, de ses révélations fracassantes et sans suite, de sa confusion bruyante de tous les instants.

    Cependant, si chacun, là où il se trouve, avec ses moyens et en temps utile, s’appliquait à faire valoir les droits de la vérité en dénonçant ce qu’il sait être une falsification, sans doute l’air du temps serait-il un peu plus respirable.”

    [Encyclopédie des Nuisances, George Orwell devant ses calomniateurs, Quelques observations.]

  • La beauté est au fond d'icelle

    Enseignement: Brigitte reprend du service!

    Comme chacun sait (on nous en gave depuis des mois), la première dame a fait de folles dépenses, mais n’est point trop fière. Elle veut rembourser intégralement la nouvelle vaisselle et reprend du service.

    Quand elle est tombée sur la petite annonce de la ville de Clichy-sous-Bois, Brigitte a eu l’impression de revenir trente ans en arrière. Elle a su tout de suite que le job était fait pour elle. A 66 ans, la retraitée n’attendait que ça: retourner à l’école, retrouver ses passions d’antan, ses contacts intensifs avec les ados, les entretiens privés dépassant les heures de cours, sans jamais compter.

    Certains prétendaient qu’elle était prête à vendre ses cheveux, qui sont abondants et sublimes, d’autres qu’elle servirait de mannequin pour une marque de bas-résille, mais les fabricants n’ont pas trouvé de tailles appropriées, et la caser au rayon enfants était humiliant. Les plus méchants voulaient engager la dame du président pour jouer la belle-mère dans une nouvelle série télé "Blanche-neige et les 7 boules de cristal", mais elle a refusé. Les milieux médicaux lui avaient soumis une proposition de clichés pour lancer une action contre l’anorexie, elle qui aime tant les ados (surtout les garçons) et a tenté, toute sa vie durant, de leur montrer le droit chemin.

    La rémunération ne lui convenait pas. Une autre initiative a également échoué: l’Elysée avait lancé une boutique souvenir remplie de goodies. Parmi les produits, des préservatifs dont l’emballage était siglé à l’image de la première dame. On se demande pourquoi, mais: “L’Elysée n’a pas souhaité reconduire le contrat de préservatifs personnalisés pour l’instant. Nous n’en connaissons malheureusement nullement la raison”, a confié le directeur de la société fournisseur officiel des préservatifs personnalisés. (NDLR: la clause de confidentialité signée par ce fournisseur avec l’Elysée nous interdit de dévoiler son nom). Encore une tentative loupée!

    C’est donc en lisière du bois de Bondy, dans un bâtiment rénové des Ateliers Médicis, que l’enseignante peu banale a fait sa rentrée ce matin par la grande porte (qui devra être assez large pour laisser passer ses 5 gardes du corps) ce matin à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Brigitte Macron accueillera les 50 élèves de l’Institut des vocations pour l’emploi (Live), le projet qu’elle porte depuis plusieurs mois avec LVMH. Précisons que la première dame est ex-enseignante des lycées jésuites La Providence à Amiens – où le couple a fait connaissance dans des circonstances originales que je n’évoquerai pas ici, les journaux en ayant été inondés pendant des mois.

    "On s’adresse aux invisibles. Il est important de leur tendre la main" a déclaré l’épouse du président! Affolée, l’école a donc décidé de la laisser enseigner des 25-30 ans, au grand soulagement des parents.

    Pour LVMH, il faut "vaincre des barrières". De quelles barrières s’agit-il? Je n’ai pas trouvé de réponse. En relation avec le célèbre nom, je n’ai trouvé que les barrières "renversées" par des vauriens vêtus de jaune, et non "vaincues".

    Les hyper-décrocheurs seront rémunérés à hauteur d’environ 1000 euros par mois. (Mais il ne restera presque rien, à peine de quoi rembourser les sous-tasses?). Ces cours sont financés par le groupe de luxe LVMH qui lui prête également des vêtements (vous voyez qu’elle serre les cordons de la bourse!). Pour la rentrée, ce seront des tenues discrètes, des teintes décentes, des jupes moins courtes, quant aux talons, ils ne devront pas dépasser 4 cm. On parle d’un tablier de couleur bleu marine estampillé LV.

    Brigitte Macron leur fera alors classe "un cours toutes les deux semaines ou un cours mensuel", précise la presse, évoquant un "rythme non encore défini". Ce rythme sera bien entendu adapté à l’âge respectable de la nouvelle enseignante. Et lui permettra de prévoir encore quelques "escapades" dans la neige avec son fils (Mon dieu, cela m’a échappé: son mari!).

    Les étudiants se pressent au cours munis de leurs carnets. Mâme Macron-Trogneux a promis de corriger et de signer elle-même les copies de son Mont-Blanc (Collection Héritage 4 couleurs). On raconterait qu’une copie corrigée serait déjà proposée aux enchères pour plus de 1.500 € (le prix d’un coquetier).

    Brigitte Macron souhaite faire "découvrir la littérature classique et le patrimoine culturel" à ses futurs élèves qui eux, j’en suis persuadée, sont plus gourmands de chimie et de bricolage. (Besoin d’une explication? Je suis certaine que vous vous en passerez).

    Une initiative également destiné à réchauffer les relations entre Brigitte Macron et les conseillers du président, "avec qui ça n’a jamais été une love story", affirme un proche maitrisant parfaitement l’anglais. Une manière, aussi, d’affirmer sa place au côté de son juvénile époux après le tumulte de ces derniers mois et de renouer avec les Français.

    En février dernier, la première dame du président (qui lui n’est pas son premier mari. Je vous explique?) avait déjà fait part de son envie de se "réconcilier" avec les Gilets jaunes. A ce jour, je ne sais toujours pas si elle y est arrivée.

    Mardi 16 avril, le président de la Fédération française du Bâtiment avait annoncé qu’un restaurateur avait "retrouvé dans les décombres le coq du haut de la flèche de Notre-Dame", après l’incendie. La mariée de Monsieur Macron avait alors déclaré: “C’est un message qu’elle nous envoie. Je le sais”. Elle sait tellement de choses, ses ex-absents des cours en profiteront.

    Elle rayonne: "Ce ne seront pas du tout des cours comme j’ai pu en donner à mes élèves (OUF!) mais davantage à l’anglo-saxonne, interactifs (Pas assez interactifs à Amiens?). Pas Grand I, petit a. Ça je sais faire", a-t-elle souri.

    Le Journal du Dimanche a ensuite révélé que la first lady n’enseignera que ponctuellement la littérature classique, et non le théâtre. Explication: en raison de son âge, la nouvelle enseignante s’oblige à une petite sieste et n’est donc pas à même de donner cours plus de quatre heures consécutives. Elle espère que son Institut des vocations "fera des petits", une attention qu’appréciera certainement son jeune époux, empêché de lui en faire lui-même.

    Anne Schubert

    https://ripostelaique.com/enseignement-brigitte-reprend-du-service.html

     

    Bah! à 69 ans, je suis moins ridée qu'elle... et sans toutes ses interventions chirurgicales diverses pour cette avariée!

    www.moins2rides.com

     

  • La viande de brousse?

    Kenya : une députée propose une loi contre les pets dans les avions, pour la sécurité aéronautique

    Une députée kenyane a demandé qu’une loi soit adoptée pour aider les équipages à faire face aux passagers qui lâchent des pêts à bord des avions.

    Lilian Achieng Gogo, députée de la circonscription de Rangwe, dans l’ouest du Kenya, a déclaré au Parlement que les passagers qui pètent devenaient de plus en plus une menace pour la sécurité en raison du malaise causé aux autres voyageurs.

    La députée contribuait à l’élaboration d’une motion visant à modifier une loi sur les infractions commises à bord d’un aéronef. Parmi les réformes qu’elle proposait, il y en avait une qui permettrait aux équipages de conduite de fournir des médicaments contre les pets aux passagers.

    BBC