Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Opinions

  • Pour commencer, détruire notre culture

    NE LAISSONS PAS FAIRE!

    L’héritier de Charles Trenet porte plainte contre le rappeur Nick Conrad

    Georges El Assidi estime que la chanson controversée du rappeur, "Doux pays", comporte des propos injurieux à l’égard de la mémoire de l’interprète de "Douce France" disparu en 2001.

    Son cœur a fait boum, mais contrairement au tube de Trenet, il n’était question ni de bonheur ni d’amour. "Je suis choqué que l’on salisse ainsi la mémoire de Charles", confie Georges El Assidi, meurtri après l’écoute de "Doux pays", chanson du rappeur Nick Conrad, dont le clip a été mis en ligne 17 mai. Son titre fait – objectivement – référence à " Douce France ", écrite par Charles Trenet en 1943, et les paroles évoquent aussi son auteur-compositeur-interprète: " Que dit l’autre con de Charles Trenet… N’a jamais été doux le pays".

    L’héritier de Trenet, qui se veut gardien de sa mémoire, a donc réagi. " Je ne pouvais pas laisser passer ça. Il salit Charles, il salit tout le monde, c’est outrageant. J’attaque, c’est parfaitement légitime ", développe Georges El Assidi, ex-secrétaire particulier du " Fou chantant " aujourd’hui âgé de 58 ans. Son avocat, Me Francis Pudlowski, a porté plainte, mardi auprès du doyen des juges d’instruction de Paris, contre Nick Conrad pour " injures publiques envers la mémoire d’un mort".

     […]

    LeParisien

  • Présidentielle 2022: l'hypothèse Éric Zemmour

    Ce n'est plus une petite musique, mais une fanfare qui entonne l'air du "Zemmour président" avec de plus en plus d'insistance. L'orchestre des idolâtres est naturellement composé de personnalités de droite – appelons-la, au choix, extrême, identitaire, réactionnaire, populiste... Récemment, c'est la rumeur d'une candidature avortée de Zemmour aux européennes sur la liste RN, qui a fait l'objet de quelques papiers dans la presse en ligne.

    En l'occurrence, ce n'est pas la première fois que le journaliste se voit proposer une investiture. Mais ses amis sont aujourd'hui formels: il pourrait se laisser convaincre par la prochaine élection présidentielle – bien qu'il hésiterait encore au regard des bouleversements que cela impliquerait dans sa vie privée. Il testerait même l'idée auprès de quelques proches. Et ceux qui travaillent à ce scénario affirment que l'argent ne sera pas pour lui un souci, tant les donateurs seraient nombreux. De même, n'aura-t-il aucun problème à s'entourer d'une armée de bénévoles.

    Contacté, Éric Zemmour répond que " les gens disent n'importe quoi !". En revanche, une chose est certaine: la recomposition politique de la droite s'accélère. Selon nos informations, Patrick Buisson et Éric Zemmour s'activent en coulisses pour donner une base doctrinale à la droite, susceptible de rallier les déçus de LR et de RN, mais aussi d'attirer des électeurs de La France insoumise. Car oui, pour eux, l'union des droites n'est désormais plus suffisante pour espérer l'emporter en 2022. Mais pourquoi chercher un représentant de cette droite quand on a la quasi-certitude que Marine Le Pen sera la candidate du RN dans trois ans? Là est le vrai sujet.

    Tout a-t-il été écrit?

    Comme Patrick Buisson, l'auteur du “Suicide français“ n'est pas tendre à l'égard de la présidente du RN. L'histoire Le Pen (Marine) et Zemmour reste d'ailleurs à raconter. Le journaliste du Figaro la trouve tout bonnement inapte, comme beaucoup de ceux qui gravitent autour du parti, ceux qui composent cette fameuse "droite hors les murs". Zemmour considère qu'elle a atteint un plafond de verre, qu'elle porte une malédiction liée à son nom, que le résultat des européennes est en réalité à relativiser et qu'en outre, elle se fourvoie dans son analyse des problèmes.

    S'il est moins dur avec Marion Maréchal, le journaliste voit d'un mauvais œil son libéralisme économique. "Alors, vas-y!". lui rétorquent ses proches qui voudraient le voir porter les thèmes du "grand remplacement", de "l'invasion migratoire" et de "l'islamisation de la France" en 2022 et éviter à tout prix un second tour Macron-Le Pen. Mais n'est-il pas périlleux d'être à ce point radical quand on aspire à parler à une partie des électeurs de Jean-Luc Mélenchon?

    Et lui-même, Zemmour, est-il suffisamment armé pour mener une campagne présidentielle, qui ne se fera pas sur le seul terrain de l'identité ? "Les gens s'en moquent. Ils veulent une direction, deux ou trois idées fortes, une incarnation, et se foutent des modalités d'application. Eric est une star", prêche un de ses admirateurs.

    En 2015, selon un sondage réalisé par Valeurs actuelles, 12% des Français se disaient prêts à voter pour Éric Zemmour. Dans son roman passionnant Une élection ordinaire (Ring), le directeur de la rédaction de l'hebdomadaire, Geoffroy Lejeune, échafaude un tel scénario. Conseillé par Buisson, Zemmour annonce finalement sa candidature à la présidentielle, après avoir considéré qu'il était plus utile en tant qu'essayiste – un argument qu'il reprend parfois aujourd'hui. Qualifié pour le second tour et même vainqueur à la fin (Guaino est à Matignon, Marion Maréchal, aujourd'hui directrice de l'Issep, à l'Éducation), Zemmour sème le trouble à gauche, au point où certains peinent à choisir entre un candidat "xénophobe" et un candidat "libéral " incarné par François Hollande. "La fatigue des partis, le succès du populisme, la place des questions identitaires dans le débat public, tout concourait à l'émergence d'un candidat anti-système. Il avait saisi sa chance. Le paysage était en place, depuis plusieurs années", écrit, en 2015, Geoffroy Lejeune.

  • Hé oui, les hommes sont… des hommes!

    D-Day: tous les GI’s n’ont pas été des héros

    L’information sur les viols commis en France par les GI’s a longtemps été cantonnée aux cercles familiaux des témoins et des victimes. Il y a eu des viols et des crimes partout où les GI étaient stationnés, à Reims, Cherbourg, Brest, Le Havre, Caen… À la fin de l’été 1944, peu après l’invasion de la Normandie, des femmes commencent à se plaindre de viols commis par des soldats américains. Des centaines de cas sont rapportés. Mais difficile d’écorner l’image des libérateurs qui consentirent au sacrifice ultime.

     […] Dans Des "GI’s et des femmes", l’historienne américaine Mary Louise Roberts rapporte: "La nuit, des soldats ivres errent dans les rues en quête d’aventures sexuelles et les femmes ‘respectables’ ne peuvent plus sortir seules. Les GI ont grandi avec les récits des aventures de leurs pères, qui ont combattu en France en 1917-1918. Ces récits, qui font la part belle aux aventures sexuelles, ont amené toute une génération d’hommes à voir la France comme le pays du vin, des femmes et des chansons".

    D’ailleurs, l’encadrement militaire américain n’a rien fait pour casser les stéréotypes des " petites Françaises " peu farouches. Un GI assure : " Nous avions aussi entendu dire que ce que nous considérions comme de la perversion sexuelle était normal pour eux. " Joe Weston, un journaliste de Life, en 1945 : " La France est un gigantesque bordel habité par 40 millions d’hédonistes qui passent leur temps à manger, boire et faire l’amour. " Les Françaises ont la réputation d’être sans préjugés raciaux et sexuellement libérées. À la lecture de la presse militaire, en particulier le magazine Stars and Stripes, on réalise que toute l’expédition américaine en Normandie a été vendue aux soldats comme une formidable opportunité sexuelle.

     […] Les soldats qui rampent sous le feu allemand le 6 juin 1944 portent tous un lot de cinq préservatifs distribué avec leurs munitions […]

    Ainsi, l’opération "Overlord" ("Suzerain" en anglais) d’une " conquête territoriale [devient] une conquête érotique. Le mythe […] rassure les GI’s sur leur masculinité en leur offrant une fille à la fin de leur journée de combat ". Il s’en est suivi un tsunami de libido masculine, qui va se traduire par une vague de viols en Normandie, en août et septembre 1944. Selon l’historien américain Robert Lilly*, il y aurait eu 3500 viols commis par des soldats américains en France entre juin 1944 et la fin de la guerre. Leur nombre est difficile à établir car de nombreuses victimes n’ont jamais rapporté les faits auprès de la police. Les troupes américaines engagées ont commis 208 viols et une trentaine de meurtres dans le département de la Manche. Pour le seul mois de juin 1944, en Normandie, 175 soldats américains sont accusés de viol.

    Il y a de bonnes raisons de penser que les viols ici rapportés ne représentent qu’une fraction du nombre réel de ceux qui furent commis à la Libération par les troupes américaines. D’une part, les documents ne contiennent que les cas les plus brutaux. D’autre part, il est probable que de nombreuses victimes ne rapportèrent jamais les faits auprès de la police. Étudiant ce phénomène en Angleterre, Sir Leon Radinowicz estime que durant les années de guerre, 5 % seulement des victimes de viol portèrent plainte. Les contraintes sociales et culturelles de l’époque, et surtout la peur du scandale, n’encourageaient guère les femmes violées à parler, et il arrivait aussi que pour les mêmes raisons des membres de leur famille les en dissuadent. Il est impossible d’estimer le nombre exact de viols que commirent les troupes américaines en France à la Libération.

    Oui, il faut fêter les 75 ans du D-DAY, ses héros et ses victimes… toutes ses victimes !

    Robert Lilly, La face cachée des GI’s. Les viols commis par des soldats américains en France, en Angleterre et en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, Payot, 2008.

    Contrepoints

     

     

  • Monstrueuse tache indélibile...

    de la grosse conn... des curés de France!!!

    Prière islamique aux Invalides, des militaires signent une lettre ouverte

    "À force de tout voir l’on finit par tout supporter… A force de tout supporter l’on finit par tout tolérer… A force de tout tolérer l’on finit par tout accepter… A force de tout accepter l’on finit par tout approuver!". Saint Augustin

     

    Monseigneur,

    Pour la première fois de son histoire, et nous l’espérons ardemment, pour la dernière fois, l’appel à la prière islamique a été chanté dans la cathédrale des Invalides pour le vingtième anniversaire de la “paix” au Kosovo le mercredi 22 mai dernier.

    L’Adnan sunnite a ainsi été chanté dans l’enceinte de l’Eglise des Soldats. En voici, pour mémoire, les paroles:

    NON et NON, je refuse d'inscrire ces paroles ineptes: vive la laïque!

    Certes on nous dira qu’il s’agissait d’un "concert pour la paix intitulé “L’homme armé, messe pour la paix” de Karl Jenkins, chanté par le chœur et l’orchestre de la "Philharmonic" du Kosovo, organisé à l’initiative de “l’ambassade de la république du Kosovo” pour marquer le vingtième anniversaire de la “fin” de la guerre au Kosovo et “rendre hommage sans considération ethnique à la France et à l’armée française qui ont contribué à la paix dans les Balkans” selon les mots de “l’ambassadeur du Kosovo” à Paris, M. Qëndrim Gashi. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une profanation, infiniment scandaleuse autant que douloureuse à nos cœurs d’officiers et sous-officiers français et chrétiens.

    Nous savons bien sûr que le Diocèse aux Armées est utilisateur et non affectataire de la cathédrale Saint Louis des Invalides. C’est le Musée de l’Armée qui en est l’affectataire (islamo-collabo!!!) et nous savons également que le Diocèse n’est pas décisionnaire des "concerts" qui s’y déroulent et n’a pas été associé au contenu du présent "concert" organisé sous l’égide de l’ambassade du Kosovo à Paris.

    Sans préjuger des responsabilités qui seront établies dans cette affaire, et notamment celles de l’autorité décisionnaire, sans insister sur le caractère douteux de la soirée de concert ainsi organisée par le représentant d’un État pour le moins controversé, certes reconnu par la France mais non reconnu par l’ONU, il apparaît aux signataires de cette lettre qu’il y a là un événement d’une gravité exceptionnelle: le coran psalmodié (en chaire!) dans une église catholique, et quelle église! La Cathédrale des Soldats!

    Par ailleurs, il nous semble indispensable qu’à l’avenir le Diocèse aux Armées soit désormais systématiquement saisi par les autorités décisionnaires de toute demande d’organisation de "concert" ou autre événement "artistique" dans ce haut lieu de la Foi chrétienne, si symbolique et important pour nos Armées françaises.

    En espérant que vous nous ferez connaître les suites réservées à notre demande, nous vous prions, Monseigneur, de bien vouloir agréer l’assurance de notre très respectueuse considération.

    Les officiers généraux, les officiers supérieurs, les officiers et sous-officiers soussignés:

    GAR (2S) Frédéric BETH, GCA (2S) André-Marie d’ANSELME, GCA (2S) Claude ASCENSI, GCA (2S) Henry CLEMENT-BOLLEE, GCA (2S) Bruno CLEMENT-BOLLEE, GCA (2S) Michel FRANCESCHI, GCA (2S) Bertrand de LA CHESNAIS, GCA (2S) Louis-Marie CHEVRE, GCA (2S) Maurice LE PAGE, CG1 (2S) Philippe BEYRIES, GDI (2S) Philippe CHATENOUD, GDI (2S) Jacques DARCOS, GDI (2S) Michel FRUCHARD, GDI (2S) François GAUBERT, GDI (2S) Jean MAURIN, VA (2S) François de PENFENTENYO, GDI (2S) Claude REGLAT, GDI (2S) Henri ROURE, GDI (2S) Jean-Pierre SOYARD, GBR (2S) Yves BERAUD, GBR (2S) Dominique CHRISSEMENT, GBR (2S) Bernard COCHIN, GBR (2S) André COUSTOU, GBR (2S) Frédéric DRION, GBR (2S) Roland DUBOIS, GBR (2S) Marc de FRITSCH, CA (2S) Claude GAUCHERAND, GBA Daniel GROSMAIRE, GBR (2S) Christian HOUDET, GBR (2S) Marc JEANNEAU, GBR (2S) Etienne LECLERE, GBR (2S) Bruno LE FLEM, GBR (2S) François LEGRIER, GBA (2S) Antoine MARTINEZ, GBR (2S) Jean-Paul MICHEL, GBR (2S) Marc PAITIER, GBR (2S) Jean-Bernard PINATEL, GBR (2S) Jacques RAYMOND,

    COL (ER) Jean ALLARD-MEEUS, MC1 (ER) Patrick BARRIOT, COL (ER) Yannick BLEVIN, CV (ER) Jean BROCH, CV (H) Jean de CORBIERE, COL (ER) Alain CORVEZ, COL (ER) Jean-Jacques DOUCET, COL (ER) Dominique DUVAL, COL (ER) Jean-Baptiste de FONTENILLES, COL (ER) Jacques de FOUCAULT, CV (H) Xavier GUILHOU, MC1 (ER) Patrick GUYON, COL (H) Patrick HAYS, COL (ER) Jacques HOGARD, COL (ER) Patrick LALLEMAND, COL (ER) Xavier MASSON-REGNAULT, COL (ER) Philippe MIAILHES, COL (ER) Georges MICHEL, COL (ER) Jean-Jacques NOIROT, CRC1 Jean-Claude PHILIPPOT, COL (ER) Frédéric PINCE, COL (ER) Philippe RIDEAU, COL (ER) Michel ROBARDEY, COL (ER) Henri de SAINT BON, CV (ER) François SAVY, COL (ER) Gildas SONNIC, CRC1 (ER) André SUTY, COL (ER) Gérard VANSTENNE, COL (ER) Patrick VAUGIEN, COL (ER) Thierry VINCENT,

    LCL (ER) Arnaud d’ANSELME, LCL (ER) Georges BENINTENDI, LCL (ER) Michel BOUZY, LCL (H) Jean BRULE, LCL (ER) Bernard CHAIN, LCL (ER) Gilles DEMOL, LCL (ER) William DUBOSQ, LCL (ER) Pierre-Marie FERRAN, LCL (ER) Philippe FRANCESCHI, LCL (ER) Alain GRANDJEAN, LCL (ER) Christian HYVERNAT, LCL (ER) Pierre LAMY, LCL (ER) Hervé LANCRENON, LCL (ER) Bruno de MARIGNAN, LCL (ER) Daniel MATTHEZ, LCL René MERCURY, LCL (ER) Gilles MICHEL, LCL (ER) Olivier MONTEIL, LCL (ER) Eric MORACHE, LCL (ER) Jacky PEDEMONTE, LCL (H) Hervé de PENFENTENYO, LCL (ER) Benoit de RAMBURES, LCL (R) Frédéric SÉNÉ, LCL (ER) Frédéric TENAIRI, LCL (ER) Eric VALLETTE d’OSIA, LCL (ER) Patrick WOOMER, CDT( RC) Pierre GAUTHIER, CES (H) Laurent MORANDINI, Henri-Paul FAVALIGNA (Officier Honoraire des Troupes de Marine), Alexandre TROUBETZKOI (ancien du 24ème Bataillon de Chasseurs, LV (H) Jean-Louis VENTURA, CNE (ER) Gérard GRANDGEON, CNE (R) Benoît LE CONTE, ADJ (ER) François-Charles BRION, ADJ (R) Serge LANGLADE, ADJ Jean-Noël PISCEDDA, CPLC François LEVÊQUE.

    www.bvoltaire.fr