Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Opinions - Page 4

  • La beauté est au fond d'icelle

    Enseignement: Brigitte reprend du service!

    Comme chacun sait (on nous en gave depuis des mois), la première dame a fait de folles dépenses, mais n’est point trop fière. Elle veut rembourser intégralement la nouvelle vaisselle et reprend du service.

    Quand elle est tombée sur la petite annonce de la ville de Clichy-sous-Bois, Brigitte a eu l’impression de revenir trente ans en arrière. Elle a su tout de suite que le job était fait pour elle. A 66 ans, la retraitée n’attendait que ça: retourner à l’école, retrouver ses passions d’antan, ses contacts intensifs avec les ados, les entretiens privés dépassant les heures de cours, sans jamais compter.

    Certains prétendaient qu’elle était prête à vendre ses cheveux, qui sont abondants et sublimes, d’autres qu’elle servirait de mannequin pour une marque de bas-résille, mais les fabricants n’ont pas trouvé de tailles appropriées, et la caser au rayon enfants était humiliant. Les plus méchants voulaient engager la dame du président pour jouer la belle-mère dans une nouvelle série télé "Blanche-neige et les 7 boules de cristal", mais elle a refusé. Les milieux médicaux lui avaient soumis une proposition de clichés pour lancer une action contre l’anorexie, elle qui aime tant les ados (surtout les garçons) et a tenté, toute sa vie durant, de leur montrer le droit chemin.

    La rémunération ne lui convenait pas. Une autre initiative a également échoué: l’Elysée avait lancé une boutique souvenir remplie de goodies. Parmi les produits, des préservatifs dont l’emballage était siglé à l’image de la première dame. On se demande pourquoi, mais: “L’Elysée n’a pas souhaité reconduire le contrat de préservatifs personnalisés pour l’instant. Nous n’en connaissons malheureusement nullement la raison”, a confié le directeur de la société fournisseur officiel des préservatifs personnalisés. (NDLR: la clause de confidentialité signée par ce fournisseur avec l’Elysée nous interdit de dévoiler son nom). Encore une tentative loupée!

    C’est donc en lisière du bois de Bondy, dans un bâtiment rénové des Ateliers Médicis, que l’enseignante peu banale a fait sa rentrée ce matin par la grande porte (qui devra être assez large pour laisser passer ses 5 gardes du corps) ce matin à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Brigitte Macron accueillera les 50 élèves de l’Institut des vocations pour l’emploi (Live), le projet qu’elle porte depuis plusieurs mois avec LVMH. Précisons que la première dame est ex-enseignante des lycées jésuites La Providence à Amiens – où le couple a fait connaissance dans des circonstances originales que je n’évoquerai pas ici, les journaux en ayant été inondés pendant des mois.

    "On s’adresse aux invisibles. Il est important de leur tendre la main" a déclaré l’épouse du président! Affolée, l’école a donc décidé de la laisser enseigner des 25-30 ans, au grand soulagement des parents.

    Pour LVMH, il faut "vaincre des barrières". De quelles barrières s’agit-il? Je n’ai pas trouvé de réponse. En relation avec le célèbre nom, je n’ai trouvé que les barrières "renversées" par des vauriens vêtus de jaune, et non "vaincues".

    Les hyper-décrocheurs seront rémunérés à hauteur d’environ 1000 euros par mois. (Mais il ne restera presque rien, à peine de quoi rembourser les sous-tasses?). Ces cours sont financés par le groupe de luxe LVMH qui lui prête également des vêtements (vous voyez qu’elle serre les cordons de la bourse!). Pour la rentrée, ce seront des tenues discrètes, des teintes décentes, des jupes moins courtes, quant aux talons, ils ne devront pas dépasser 4 cm. On parle d’un tablier de couleur bleu marine estampillé LV.

    Brigitte Macron leur fera alors classe "un cours toutes les deux semaines ou un cours mensuel", précise la presse, évoquant un "rythme non encore défini". Ce rythme sera bien entendu adapté à l’âge respectable de la nouvelle enseignante. Et lui permettra de prévoir encore quelques "escapades" dans la neige avec son fils (Mon dieu, cela m’a échappé: son mari!).

    Les étudiants se pressent au cours munis de leurs carnets. Mâme Macron-Trogneux a promis de corriger et de signer elle-même les copies de son Mont-Blanc (Collection Héritage 4 couleurs). On raconterait qu’une copie corrigée serait déjà proposée aux enchères pour plus de 1.500 € (le prix d’un coquetier).

    Brigitte Macron souhaite faire "découvrir la littérature classique et le patrimoine culturel" à ses futurs élèves qui eux, j’en suis persuadée, sont plus gourmands de chimie et de bricolage. (Besoin d’une explication? Je suis certaine que vous vous en passerez).

    Une initiative également destiné à réchauffer les relations entre Brigitte Macron et les conseillers du président, "avec qui ça n’a jamais été une love story", affirme un proche maitrisant parfaitement l’anglais. Une manière, aussi, d’affirmer sa place au côté de son juvénile époux après le tumulte de ces derniers mois et de renouer avec les Français.

    En février dernier, la première dame du président (qui lui n’est pas son premier mari. Je vous explique?) avait déjà fait part de son envie de se "réconcilier" avec les Gilets jaunes. A ce jour, je ne sais toujours pas si elle y est arrivée.

    Mardi 16 avril, le président de la Fédération française du Bâtiment avait annoncé qu’un restaurateur avait "retrouvé dans les décombres le coq du haut de la flèche de Notre-Dame", après l’incendie. La mariée de Monsieur Macron avait alors déclaré: “C’est un message qu’elle nous envoie. Je le sais”. Elle sait tellement de choses, ses ex-absents des cours en profiteront.

    Elle rayonne: "Ce ne seront pas du tout des cours comme j’ai pu en donner à mes élèves (OUF!) mais davantage à l’anglo-saxonne, interactifs (Pas assez interactifs à Amiens?). Pas Grand I, petit a. Ça je sais faire", a-t-elle souri.

    Le Journal du Dimanche a ensuite révélé que la first lady n’enseignera que ponctuellement la littérature classique, et non le théâtre. Explication: en raison de son âge, la nouvelle enseignante s’oblige à une petite sieste et n’est donc pas à même de donner cours plus de quatre heures consécutives. Elle espère que son Institut des vocations "fera des petits", une attention qu’appréciera certainement son jeune époux, empêché de lui en faire lui-même.

    Anne Schubert

    https://ripostelaique.com/enseignement-brigitte-reprend-du-service.html

     

    Bah! à 69 ans, je suis moins ridée qu'elle... et sans toutes ses interventions chirurgicales diverses pour cette avariée!

    www.moins2rides.com

     

  • Les journalistes, ces mange-merde…

    Les mots du journaliste américain John Swinton, à l'occasion d'un banquet célébrant la supposée liberté de la presse en 1880, viennent immédiatement à l'esprit :

    "Il n'existe pas de presse libre et indépendante. Pas un seul parmi vous n'ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions.

    Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l'opinion au service des puissances de l'argent. Nous sommes les outils obéissants des puissants et des riches ; nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l'intellect."

    extrait d'un texte publié sur "les chroniques du grand jeu", blog de géopolitique bien informé

     

    http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2019/09/l-intox-se-porte-bien.html

  • Radio bobos-parigots ment....

    Une agression similaire à celle de Villeurbanne a déjà eu lieu : un Afghan avait blessé sept personnes au couteau à Paris il y a un an

    ENTRETIEN – Un demandeur d’asile afghan a tué un jeune homme et blessé plusieurs personnes à Villeurbanne. Les agressions contre des inconnus se banalisent, s’inquiète Thibault de Montbrial, président du Centre de réflexion sur la sécurité intérieure.

    LE FIGARO.- Ce week-end à Villeurbanne, un Afghan demandeur d’asile a tué un jeune homme et blessé plusieurs autres personnes, d’après l’enquête en cours. Que vous inspire cet acte?

    Thibault DE MONTBRIAL. – Après chaque agression de ce type, la seule question soulevée est de savoir si celle-ci peut être qualifiée de «terroriste» par la justice. Dans le cas contraire, la plupart des observateurs paraissent soulagés et rangent l’acte dans la catégorie des faits divers imputables à des déséquilibrés. Or, ce genre d’agressions est tout sauf un banal fait divers, si l’on entend par là un fait isolé dont on ne peut tirer aucune analyse. Depuis environ cinq ans, les attaques contre des inconnus – à l’arme blanche, à l’arme à feu ou à la voiture bélier — se banalisent. Il y en a eu beaucoup en Allemagne comme en France. Voilà un an à Paris, une agression similaire à celle de Villeurbanne avait eu lieu près du canal de l’Ourcq: un Afghan avait blessé sept personnes au …

    www.lefigaro.fr

  • La Gaystapo

    GOF-LREM: la dictature LGBT au pouvoir!

    Quand la propagande libertaire LGBT, la pédopornographie et la pédophilie faisaient bon ménage…

    La débauche pour tous, voilà le résultat ! Notre société sous influence LREM-LGBT passe son temps à inciter les jeunes à se débaucher, via la propagande LGBT, et voilà ce que cela donne: le prosélytisme est devenu un terme normatif désignant une attitude LGBT qui utilise la faiblesse psychologique et matérielle des jeunes en cours de maturation, avec des moyens de propagande disproportionnés. Le prosélytisme ne faisant pas appel à l’intelligence ni à la liberté de l’individu, le prosélytisme est sûrement une idéologie de domination.

    On ne naît pas homosexuel, on le devient ! La preuve définitive en a été apportée par Judith Butler et la théorie du Gender ! Judith Butler, dans son livre "Gender Trouble" , met en question les "confusions des identités" , reprenant à son compte la formule de Simone de Beauvoir, " On ne naît pas femme, on le devient" .

    C’est pourquoi on ne peut accepter la mystification de la propagande LGBT à propos des "enfants homosexuels" .

    Michel Janva, le Salon beige: " Un mythe LGBT s’effondre" . Une étude souligne que les marqueurs génétiques ne peuvent pas être utilisés pour prédire une orientation sexuelle: elle conclut qu’il n’y a pas de "gène gay".

    Il est de facto impossible de prédire l’orientation sexuelle d’une personne d’après son génome, déclare Ben Neale, chef de l’équipe qui a conduit une gigantesque étude sur un demi-million de profils ADN, par la prestigieuse revue Science. Cette étude enterre l’idée née dans les années 1990 qu’il existerait un soi-disant "gène gay" aussi prévisible que ce qui existe pour la couleur des yeux".

    Laurent Valdiguié: "De la pédopornographie à la pédophilie: un phénomène insoutenable!"

    Avec Internet, la pédopornographie a explosé. La Gaystapo GOF-LREM, c’est la dictature GOF-LGBT beaucoup plus près de nous. Avec une exigence: des corps jeunes et sains soumis à la Gaystapo GOF-LREM en place et gangrenée par la nature perverse et malsaine de tous les éléments indésirables de la société LREM-LGBT qui veulent nuire à la jeunesse et la souiller.

    Une société LREM-LGBT corrompue et maudite qui ne respecte rien, ni la famille ni la beauté de la jeunesse, puisqu’elle n’a pour seul horizon que son bon plaisir! Elle veut corrompre la jeunesse et toute forme de pensée hétérosexuelle normale. C’est pourquoi on doit identifier la Propagande et la Dictature LREM-LGBT au pouvoir pour qu’elle soit enfin combattue efficacement.

    La propagande libertaire LREM-LGBT: cet embrigadement vers la dictature porno-gay heureuse!

    La Gaystapo GOF-LREM: Une forme d’embrigadement des enfants pouvant mener vers la dictature porno-gay heureuse pour tous. Au nom de la lutte contre l’homophobie, la Gaystapo GOF-LREM propose des formes de colonies de vacances pour adultes et enfants où l’on vient se renseigner et se former pour la lutte contre l’homophobie. Les enfants ne sont pas oubliés. Ils sont au centre des préoccupations. Ils sont conviés à des jeux éducatifs LGBT qui en feront un jour des combattants hystérisés pour la cause des LGBT.

    Au départ, de joyeuses assemblées LGBT où l’on se confortait mutuellement dans l’idée de la lutte contre l’homophobie et où l’on s’auto-congratulait de figurer parmi les initiés LGBT et parmi ceux qui sont du bon côté LREM. Puis le phénomène a pris de l’ampleur. Les derniers moments ont changé de tournure.

    En particulier en France, sous la mainmise GOF-LGBT, une association d’activistes LGBT qui connaît très bien les méthodes de subversion des initiés GOF-LGBT ! Il fallait déconstruire le discours matrimonial et familialiste pour que les homosexuels puissent tenir le haut du pavé. Sauf dans les tribunes populaires des matchs de foot, la virilité ne doit plus jamais régner sur les esprits. Et la contre-société de l’Anti-France GOF-LGBT en rajoute, ce qui fait voir l’homosexualité comme un signe éclatant de décadence socialo-bourgeoise.

    C’est pourquoi les plus grands propagandistes GOF-LGBT n’hésitent pas à promouvoir les premières expériences homosexuelles qu’ils veulent fièrement installer comme le type du progrès dans les évolutions juvéniles. La Gaystapo GOF-LREM pour la Propagande et la Dictature LGBT doit promouvoir la laïcité pour déconstruire les imprécations des religions monothéistes lancées contre la PMA-GPA et l’homosexualité.

    Éric Zemmour, Le suicide français: "L’émergence de l’homosexualité triomphante est d’abord liée à une évolution décisive du capitalisme. Du XIXe siècle jusqu’à la reconstruction d’après 1945, le capitalisme avait privilégié l’épargne et l’investissement, prônant les tempéraments austères et économes. La frustration sexuelle était une vertu et la débauche, un gaspillage. À partir des années 1970, le capitalisme en Occident a un besoin insatiable de consommateurs pour améliorer ses marges rognées par la hausse des salaires et l’inflation. Il favorise, à travers ses canaux publicitaires et médiatiques, les comportements hédonistes.

    " Le "Jouissons sans entrave" des rebelles de Mai 68 deviendra un slogan publicitaire. Le patriarche est peu consommateur. Il faut détruire la virilité en l’homme pour faire prospérer sa pulsion consommatrice.

    " L’univers homosexuel, surtout masculin, incarne aujourd’hui le temple de la jouissance débridée, de la sexualité sans contrainte, de l’hédonisme sans limite. La glorification de l’homosexualité par la machine publicitaire est l’autre face d’une même médaille qui dénigre et délégitime la famille patriarcale traditionnelle.

    " À l’époque, les homosexuels se moquent encore du mariage bourgeois, de ses contraintes de fidélité et de tempérance sexuelle. L’amour est brocardé comme une chaîne inutile. Dès la fin du XIXe, Oscar Wilde, prince des ténèbres homosexuelles londoniennes, avait défini l’amour comme une grotesque romance où on "commence par se tromper soi-même, et où on finit par tromper l’autre".

    "Les homosexuels vont peu à peu être transformés en modèles. La marginalité s’apprête à devenir le modèle. Les homosexuels ne se contentent pas de sortir de la marge: ils sont la pointe avancée de la norme à venir. La norme commerciale. Ils sont, chez les hommes, les meilleurs et plus actifs consommateurs. Ils sont, à l’instar des femmes, un marché de prédilection. Les publicitaires ne tarderont pas à s’en apercevoir.

    "Les Double Income No Kids (DINKS) sont leurs chéris. La mise en pleine lumière de l’homosexualité et plus généralement de l’ambiguïté sexuelle, de l’androgynie, de la féminisation des manières, des modes et des mœurs, est d’abord et avant tout une grande affaire commerciale.

    "Pour ces libertaires, l’homosexualité est une arme de guerre contre la famille patriarcale, symbole de la répression réactionnaire. Ces militants homosexuels, comme les féministes, multiplient les actions médiatiques, maniant avec une rare habileté l’art de la provoc’ et de la formule lapidaire.

    "Ils deviendront souvent d’excellents publicitaires. À l’époque, ils se veulent encore en symbiose avec le peuple asservi par les bourgeois, mais découvriront bientôt que la classe ouvrière est rétive à la "pédale", comme on dit alors dans les usines. Ils ne tarderont pas à s’éloigner du peuple enfermé dans une caricature dédaigneuse du " macho homophobe, misogyne et xénophobe".

    Le mépris de classe et la "prolophobie" (de Macron gay-friendly) affleurent sans cesse dans le combat des bien-pensants contre la prétendue "homophobie". La méthode des militants homosexuels ne changera plus: elle repose sur le rejet de l’autorité, assimilée au fascisme, et une stratégie permanente de victimisation pour susciter la compassion comme la haine du prétendu oppresseur "homophobe". (Éric Zemmour)

    Thierry Michaud-Nérard

    https://ripostelaique.com/la-gaystapo-gof-lrem-la-dictature-lgbt-au-pouvoir.html

    Sarkosy avait raison et la psychanalyste Elisabeth Roudinesco aussi: ils l'avaient dit, il y a plusieurs années et la gaystapo leur a fait fermer la bouche en hurlant aux égouts et autres nauséabonderies de manges-merde... mangeurs de merde, très appropriée, l'expression!

    Moi, j'en ai entendu des confessions de ces "malades psychiatriques".... si vous saviez ce que j'ai entendu comme révélations perverses! vous ne pourriez pas me croire....

    Heureusement que la vie m'a accablée de malheurs épouvantables: j'ai le dos très, très large!

     

  • Macrouille: crétin à  15 ans, crétin à 40 ans

    … et crétin à 60 ou 80, bien sûr…

    Il n'y a que le bon vin qui s'améliore en vieillissant.

     

    Ce n’est pas bien de jouer au pompier pyromane !

    Même Louis Sarkozy, le fils de Nico et Cécilia, n’a pu s’empêcher de réagir au tissu de bêtises proférées par "Big President Macron" dans son tweet sur l’Amazonie, c’est dire…

    Il est désormais démontré que la photo illustrant ce tweet date d’au moins 16 ans, puisque le célèbre photographe qui l’a prise est mort en 2003.

    Interrogée par L’Obs, Martine Droulers, géographe, chercheuse émérite au CNRS, responsable de l’équipe "Brésil" au Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine (CREDAL), déclare: " Il y a vingt ans, on observait beaucoup plus de feux qu’aujourd’hui. Vingt mille kilomètres carrés brûlaient en moyenne chaque année… ".

    Et d’ajouter: "Environ 50% de la forêt est désormais sous un statut de protection nationale. Cette surface est partagée entre réserves indiennes et écologiques. Donc la moitié de l’Amazonie ne sera pas, ou très peu, sujette à la déforestation. Certains s’y risquent, mais les amendes sont sévères“.

    Des photos de la NASA montrent qu’effectivement, les incendies en Amazonie ont diminué de 25% depuis 2003.

    Au surplus, depuis le sommet de Rio, le Brésil est devenu très sensible à la question de la préservation de cet écosystème, et surtout à celle des Amérindiens et des Bushinengés. Notons, à ce propos, que la France n’a pas ratifié la convention 169 de l’Organisation internationale du travail relative aux peuples indigènes et tribaux, afin de reconnaître véritablement le droit des peuples autochtones, ce que le Grand Conseil coutumier des peuples amérindien et bushinengé, qui a la responsabilité de représenter et de défendre les intérêts des peuples amérindien et bushinengé de Guyane, vient de rappeler.

    Quant aux chiffres annoncés par Macron, ils sont totalement "farfelus". Personne ne sait d’où sort ce chiffre de 20% de la production d’oxygène, alors que la forêt amazonienne ne représente que 10  de la surface forestière de la planète!

    On peut utilement se référer à une interview d’Alain Pavé, professeur émérite à l’université Claude-Bernard Lyon 1, ex-directeur du programme Amazonie du CNRS, parue dans Le Huffington Post. La forêt amazonienne produit-elle 20% de l’oxygène? “C’est très, très optimiste”, s’amuse le chercheur qui se demande où le Méprisant [Macron] a bien pu trouver ce chiffre sans fondement scientifique. “Quelques pour cent, peut-être”, estime le scientifique, “mais on est loin des 20%”.

    Quant à la notion de poumon de la planète: “Aïe aïe aïe…”, réagit le scientifique devant cette formule qui fait actuellement la une des médias. “J’étais à un sommet de l’ONU sur le climat en 1992, et déjà les scientifiques s’agaçaient de cette expression”, précise-t-il ".

    “Et surtout, (que) le producteur numéro 1 d’oxygène, c’est l’océan”, souligne le professeur. Il fournit à lui seule la majorité de “l’oxygène que nous respirons”.

    Encore, donc, des fadaises et des fariboles montées de toutes pièces pour donner une raison de plus de s’indigner. Et, du coup, d’enflammer la planète avec des propos polémiques.

    Mais à force de vouloir nous enfumer sans cesse, on va peut-être finir par croire que Macron n’est qu’un fumiste…

    https://www.bvoltaire.fr

  • Johnny, bizarre, bizarre!

    Polémique concernant la tombe de notre Johnny national: on doit ouvrir sa tombe pour déplacer son corps car on construit un tombeau… soi-disant, demandé par la famille (laquelle?).

    Pour agrandir l'emplacement, deux autres tombes de Suédois (sic) ont été déplacées dans le carré des Suédois (re-sic). Il y a donc des dizaines de Suédois qui se font enterrés à St Barth?

    Tant que cela? de qui se moque-t-on?

    Perso, j'ai toujours entendu dire qu'il fallait ATTENDRE CINQ ANS avant d'ouvrir une tombe pour transférer les cendres ailleurs….

    Qui viole la loi?

    Le maire de la ville en question a-t-il le droit de faire ce que bon lui semble?

    Qu'attendent les avocats de Laura et David pour expliquer la loi?.....

    A mon corps défendant, JE SAIS ce que ouvrir une tombe veut dire le mal qu'elle laisse dans l'âme, jusqu'à la fin de ses jours.

    J'ai écris ce film-textes, sans le relire: j'ai encore la mort dans l'âme et cela durera jusqu'à la fin de mes jours...

    https://youtu.be/mHRbsvVABhw