Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Opinions - Page 7

  • La vérité est ailleurs...

    Visite présidentielle à l’hôpital Bicêtre: "Ce n’est surtout pas Macron que les soignants ont applaudi"

    Sur la vidéo postée par l’Elysée sur Twitter peu avant 13 heures, les soignants du CHU Bicêtre au Kremlin-Bicêtre (94) applaudissent à bras déployés. De concert avec Emmanuel Macron venu ce jeudi faire une "visite surprise" aux équipes hospitalo-universitaires engagées dans la recherche clinique contre le Covid-19.

        Depuis le CHU Bicêtre, soutien à nos héros en blouses blanches. pic.twitter.com/uQaeMecfvf

        — Élysée (@Elysee) April 9, 2020

    Cela m'avait fortement étonnée et je n'en revenais pas…Heureusement, voici la vérité

    Une belle image pour la communication gouvernementale qui mérite d’être replacée dans son contexte tandis que les équipes soignantes de tout le pays dénoncent le sort que le gouvernement actuel comme les précédents ont réservé à l’hôpital public en crise budgétaire.

    Ce que l’on ne voit pas sur la séquence diffusée, c’est l’invective d’une soignante. Syndiquée CGT, c’est elle qui enjoint ses collègues à applaudir tous les soignants engagés sur le front de la lutte contre le coronavirus après avoir pris à partie le président de la République.

    Le Parisien

    La véritable ambiance…

        La véritable ambiance entre #Macron et les soignants du #KremlinBicêtre était très différente de ce que suggère la vidéo publiée par l'Elysée…#coronavirus #COVID19frpic.twitter.com/2J2klBnfXB

        —

  • Des ponctionnaires dictatoriaux

    "Les Agences régionales de santé ont un vrai pouvoir de nuisance" : le coup de gueule d’un député LREM

    Benoît Simian, député LREM de Gironde, dit avoir été témoin de lourds dysfonctionnements de la part des ARS depuis dix ans. En pleine crise du coronavirus, il décide aujourd’hui de les dénoncer et préconise de les mettre sous la tutelle de l’Etat.

    Benoît Simian accuse les Agences régionales de santé "d’un manque total de transparence". FACEBOOK/Benoît Simian

    Depuis dix ans, en tant qu'adjoint au maire puis maire de Ludon-Médoc (Gironde), et en tant que député d'un territoire à la fois urbain, avec la métropole de Bordeaux, et très enclavé avec la presqu'île du Médoc, Benoît Simian dit avoir été témoin de lourds dysfonctionnements de la part des Agences régionales de santé (ARS). Face à la crise du coronavirus, l'élu LREM décide aujourd'hui de les dénoncer et préconise de les mettre sous la tutelle de l'Etat.

    En pleine crise sanitaire, vous poussez un coup de gueule contre les Agences régionales de santé. Pourquoi?

    BENOîT SIMIAN. Nous sommes plusieurs parlementaires de tous partis politiques à tirer la sonnette d'alarme. Moi, comme d'autres, nous nous étions émus des dysfonctionnements majeurs des ARS avant même le déclenchement de l'épidémie. Mais là, les ARS sont à l'évidence non seulement inadaptées à l'urgence sanitaire, mais, en plus, elles ont un vrai pouvoir de nuisance.

    Concrètement, que leur reprochez-vous?

    Les Agences sont devenues des technostructures qui se comportent comme un Etat dans l'Etat. Elles font preuve d'un manque total de transparence. Il est plus facile aujourd'hui pour un maire ou un député de joindre un ministre qu'un directeur d'Agence régionale de santé. Pire. Ce manque de proximité et de diffusion de l'information a des conséquences très négatives sur les moyens que les maires, les élus mais aussi les préfets et les sous-préfets – qui s'en plaignent aussi mais ne le feront jamais savoir publiquement — pourraient mettre en œuvre pour résoudre la crise.

    Sur quels points ce comportement est-il le plus préjudiciable?

    Tout d'abord, l'identification et la localisation des cas de Covid-19. On peut comprendre que les ARS ne les fassent pas connaître au grand public, mais elles font preuve d'une opacité inadmissible, et encore une fois nuisible, vis-à-vis des élus et des services de l'Etat. Si ces derniers étaient en mesure de détenir plus rapidement de telles informations ils seraient en effet plus à même de mieux faire respecter le confinement et de limiter ainsi l'épidémie. Il y a aussi le problème des masques.

    Elles sont responsables du manque de stock?

    Non. Mais les ARS ont fait de l'organisation des circuits de distribution des masques existants leur domaine réservé. Or, elles s'avèrent totalement défaillantes. Quand on se prétend le grand organisateur en matière de crise sanitaire, on procède à des réquisitions systématiques dans les entreprises qui avaient ces masques en stock afin de pouvoir les mettre à la disposition des plus fragiles. Elles ne l'ont pas fait.

    Il faudrait, selon vous, les supprimer?

    En période d'urgence sanitaire comme celle que nous traversons, je préconise de les mettre sous la tutelle des services de l'Etat. Je peux vous dire qu'un grand nombre de préfets le suggèrent également. Après la crise, c'est une réforme en profondeur que je réclame. Je suis un "girondin" donc très attaché aux pouvoirs locaux. Je reste favorable à cette décentralisation en matière économique. Mais j'estime plus que jamais nécessaire de re-centraliser les questions "sociales" comme l'aide à l'enfance, et ce, au nom de l'efficacité et de l'égalité de tous les Français. Avec l'Etat comme garant.

    http://www.leparisien.fr/politique

     

     

  • Les rats quittent le navire…

    Les autorités marocaines ont arrêté, mardi 7 avril 2020, quatre jeunes Marocains qui ont bravé la mer pour rentrer au pays en cette période de confinement. Un cinquième Marocain a été interpellé par la Guardia civil.

    Ce groupe de jeunes Marocains a bravé la mer, dans la nuit du mardi 7 avril vers 3 h 30 du matin, depuis la plage de Tarajal, à proximité du poste-frontière entre la ville autonome de Sebta et le Maroc, rapporte EFE.

    Quatre jeunes hommes se sont mis en danger en nageant de Sebta vers Fnideq. Ils ont réussi à traverser la frontière à la nage, mais ils ont été arrêtés par les autorités marocaines, une fois arrivés à destination. Un cinquième Marocain a été arrêté par des agents de la Guardia civil et se retrouve désormais entre les mains de la police nationale espagnole. À leur arrivée, ils ont tous subi un test de dépistage du coronavirus.

    Ce n’est pas la première fois que des jeunes marocains rallient le Maroc via ce canal. En tout, 9 Marocains ont déjà traversé la frontière depuis la fermeture des frontières avec l’Espagne pour cause de coronavirus.

    Bladi

  • Ces émeutes qu'on nous cache

    Cette guerre ethnique quotidienne que médias et politiques nous cachent

    Chaque jour, dans la presse parisienne, dans les médias en général, il est fait mention de ces pauvres jeunes issus de l’immigration, forcément maltraités, forcément discriminés, et forcément objet de la vindicte policière! Les journalistes aident à casser les thermomètres sociaux.

    Les journalistes et les politiques leurs donnent des petits noms. Le premier étant " sauvageon " de Jean-Pierre Chevènement. Depuis, cela diffère en fonction du niveau culturel du journaliste! C’est souvent " des jeunes ", accompagnés par le mot colère, marche blanche, et d’autres ironisent un peu, pas trop, en écrivant " djeunes ". Il est à noter qu’un seul les a appelés " voyous ", mais c’était pour gagner les élections présidentielles en 2007! Depuis, le karcher électoraliste a été planqué dans les armoires de l’Élysée!

    Dans le Parisien, lesdits "voyous" sont appelés " trublions "! Comme c’est curieux! J’ai donc été cherché ce que signifiait ce mot.  Ce serait un fauteur de trouble, un agitateur! Il troublerait l’ordre en agitant l’environnement! Comme un poisson en fait! Il agite l’eau du bocal de la cité, dans l’espoir que son maître lui envoie de quoi bouffer! Cela marche si on en juge par les queues (de poisson) devant les guichets de l’aide sociale! (Source)

    Ces trublions agitent très fort le bocal car, comme nous dit le Parisien autrefois Libéré: les policiers intervenaient pour un feu de mobilier urbain dans la cité des Indes (et) ont été agressés par des groupes hostiles.

    Des groupes hostiles! C’est un peu plus audacieux que " trublions ", tout de même! On apprend que vers 22 h 45 rue du 8 mai 1945, une quarantaine de trublions encagoulés, armés de barres de fer et de cocktails Molotov allument une quinzaine de poubelles et incendient une voiture. Les conteneurs à ordures sont positionnés de manière à former un barrage destiné à empêcher les forces de l’ordre d’entrer dans la cité des Indes. Des tas de pierres de ballast, ramassées sur la voie ferrée voisine, sont également disposés sur la chaussée pour constituer cette barricade.

    Nous sommes donc passés de trublions à groupe hostile, alors qu’il s’agit d’émeutiers!

    Quand il y a volonté d’en découdre avec les forces de l’ordre, que l’on monte des barricades, défait des ballasts de la voie ferrée adjacente, c’est une émeute! Cela rappelle cet échange apocryphe de Louis XVI demandant en juillet 1789, si c’était une révolte. Non Sire, lui répondit-on, c’est une révolution!

    Les précautions littérales des journalistes de la presse écrite sont en phase avec celles, oratoires, de nos politiques et journalistes de télévisions! Elles sont tout simplement sidérantes!

    Si nous osions un parallèle, on pourrait se demander comment ils appelleraient aujourd’hui les émeutiers du massacre de septembre 1792, sous l’instigation de Jean-Paul Marat, le dépeçage de la princesse de Lamballe, voire le génocide de Vendée ?  Comment appelleraient-ils les noyades de Nantes organisées par Jean-Baptiste Carrier ?

    Sans doute nous diraient-ils que des policiers n’ont pas " encore " été massacrés sur place! Cela viendra…

    Les mots ont un sens, mais dans notre pays, gouverné par des " élites ", les mots sont mis en musique par le ministère de la Vérité! Songeons un peu à 1984 d’Orwell, écrit dans les années 50: ne voyez-vous pas que le véritable but de la novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? À la fin, nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer.

    Julien Constant, le journaliste qui a écrit cet article est soit un complice de la " novlangue " soit un idiot utile! Si c’est un complice, il est donc responsable de cette édulcoration des faits qui transforme une émeute en petite agacerie contre la police!  

    Julien Constant du Parisien autrefois Libéré est complice d’une société qui, plus elle s’éloigne de la vérité, plus elle hait ceux qui la disent et donc, se préserve, comme tous les collabos sévissant en ce moment dans les médias, en évitant les sujets qui fâchent, en arrondissant les coins, en taisant les aspérités, en lissant le discours.

    Car enfin, qu’est-ce que c’est d’autre que des émeutes, ces actions ? À minuit et quart, une vingtaine de jeunes, voyant que le piège ne fonctionne pas, montent à l’assaut du groupe des forces de l’ordre en tirant des coups de mortier de feux d’artifice. Ils sont repoussés et dispersés par les policiers qui lancent quatre grenades incapacitantes.  Notons au passage le langage militaire, ils montent à l’assaut comme les Poilus de 14/18 montaient à l’assaut des lignes allemandes!  Quelle dérive langagière!

    Ce n’est plus une émeute à ce moment-là, mais bien une guerre voulue par des sécessionnistes qui refusent clairement la République, les lois françaises, et attaquent les représentants d’un ordre qu’ils détestent.

    En réponse, nous avons Macron, nous avons subi Hollande (5 ans), Sarkozy (5 ans), Chirac (12 ans), aidés par des sous-fifres de type Castaner qui ont refusé, et refusent encore d’agir, d’assumer leurs responsabilités, leurs devoirs.

    Aujourd’hui, les sondages nous " informeraient " que Macron serait en hausse dans les sondages. On se demande vraiment si les sondeurs ne sont pas des imposteurs, ou les sondés des moutons de l’Aïd.

    Je ne crois pas aux sondages, surtout pas ceux-là qui forcément dépendent des questions posées, c’est-à-dire orientées!

    Les Français doivent prendre conscience de ces tartuferies sondagières révoltantes, de ces journalistes qui infantilisent, des médias en général, hormis des hommes comme Ivan Rioufol, Éric Zemmour, André Berkoff, Élisabeth Lévy, Charlotte d’Ornellas, et notre journal, Riposte Laïque, et ses rédacteurs. Pardon pour tous ceux que j’oublie, et qui dans la tourmente tiennent le cap d’une info juste, tant sur les plateaux de télévision que sur les réseaux sociaux.

    Gérard Brazon

    https://ripostelaique.com/cette-guerre

     

     

  • Ceux qui nous foutent la honte à l'international…

    … des Français de papier… c'est pas une excuse.

    Phuket (Thaïlande) – 7 Français arrêtés pour violation du décret d’urgence COVID-19 et possession illégale de narguilés

    La police de Phuket a arrêté le week-end dernier sept Français en visa touriste pour avoir violé le décret d’état d’urgence en organisant une soirée entre amis mais aussi pour possession illégale de narguilés, rapporte le journal local Phuket News.

    Les sept personnes arrêtées, 5 hommes et 2 femmes, tous français, âgés de 20 à 36 ans, étaient nommées: Abao Hakin, 28 ans; Hrarat Sani, 31 ans; Hassane Nordine, 36 ans; Janeledokme Elidrissi, 27 ans; et Elhedli Mehdi, 31 ans; Roune Yasmino, 20 ans, et Zied Larbita, 26 ans.

    La Thaïlande a imposé le 26 mars l’état d’urgence jusqu’au 30 avril afin de contenir l’épidémie de coronavirus qui a fait 26 morts dans le royaume depuis l’apparition des premiers cas d’infection en janvier. […]

    En plus de la violation du décret d’état d’urgence, les sept Français ont également été inculpés, pour leurs narguilés, en vertu de la loi sur les douanes pour possession illégale d’articles non taxés importés illégalement. Parmi les éléments de preuve saisis lors du raid, il y avait quatre narguilés, deux paquets de l’inhalant inutilisé et 21 morceaux d’inhalant utilisés. Il n’a pas été précisé si l’inhalant était à base de tabac ou non.

    Les sept personnes ont été inculpés d’avoir formé un rassemblement illégal en violation des réglementations sanitaires introduites en vertu du décret d’urgence pour empêcher la propagation du coronavirus COVID-19, a déclaré le major-général Rungrote. Ils ont également été inculpés en vertu de la loi sur les douanes pour possession illégale d’articles non taxés importés illégalement, a-t-il ajouté, c’est ainsi que la loi thaïlandaise décrit les narguilés et les substances utilisées avec eux.

    Sur les quelque 2.220 cas d’infections répertoriés en Thaïlande depuis janvier, les Français comptent au moins 22 cas, soit la 2e nationalité étrangère derrière les Chinois (au moins 34 cas) et devant les Britanniques (au moins 19).

    Le Petit Journal / Quotidien de Thaïlande / The Phuket News (anglais)

  • Confinement: et si les " mondialistes " voulaient tenir le peuple en laisse

    " Dans le cadre de l’urgence et de la prescription de l’hydroxychloroquine en traitement du Covid-19, des effets secondaires ont malheureusement été constatés. En phase de réanimation, certains patients se réveillent pour crier : "Paris on t’encule". (Prof. Didier Raoult)

    Devenu une star planétaire, le professeur Didier Raoult incarne à lui seul l’opposition contre le gouvernement, la province contre Paris, le peuple contre les élites… 

    Les mondialistes qui nous gouvernent (ceux qui sont au niveau au-dessus de Sibeth, Édouard Philippe et même Macron) ne sont ni cons ni incapables mais infiniment pervers car ils travaillent au conditionnement des masses.

    https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2020/04/04/coronavirus-et-nouvel-ordre-mondial-valerie-bugault/

    Brandon Smith reprend la thèse d’Olivier Demeulenaerme lors de l’alerte Ebola de 2014. Certes, la zizanie qui préside aux décisions de nos gouvernements laisse imaginer de l’incurie.

    Système à 2 vitesses: non-confinement des banlieues, jeunes migrants (Saint-Jean-de- Védas, Palavas), ouverture des prisons, mais on peut y voir un plan mûrement réfléchi. Alors que le professeur Raoult est d’une compétence reconnue internationalement, le traitement qu’il préconise est interdit en France pour des prétextes d’autorisation manquante de mise sur le marché).

    https://www.youtube.com/watch?v=jp4j-VK7xAM&feature=youtu.be

    Dans le même temps, Édouard Philippe et Olivier Véran signent, le 28 mars, le décret 2020-260 paru au JO du 29 mars 2020 qui modifie le précédent décret du 15 mars 2020 et qui instaure un protocole de soins palliatifs pour les patients atteints, ou soupçonnés de l’être par le Covid-19. Ce décret recommande de prescrire et de délivrer hors autorisation de mise sur le marché des solutions injectables auparavant utilisées pour l’épilepsie. Il est recommandé aux Ehpad d’en stocker dans leur pharmacie. En cas de détresse respiratoire, les heureux gagnants bénéficieront donc de manière "humanitairement dérogatoire" d’une sédation profonde (létale ?) que de mauvais esprits qualifient d’"euthanasie active " car ces produits sont contre-indiqués en cas d’insuffisance respiratoire grave…

    #COVID19 : un décret du 28 mars 2020 autorise l’#euthanasie pour se débarrasser des vieux qui encombreraient l’hôpital, écoutez cette interview sur #RadioShalom ! Elle dit tout ! Et dire qu'on prétend être le pays des droits de l'Homme…

    #Rivotril #Coronavirus #Covid_19fr pic.twitter.com/1woRlaxYV2

    — Gilbert Collard (@GilbertCollard) April 2, 2020

    https://twitter.com/GilbertCollard/status/1245686073096839168

    Ce stupéfiant décret peut régler à la fois le problème du financement des retraites, du manque de lits en Ehpad, de l’autorisation d’euthanasier sans la volonté du pseudo-malade, la remise sur le marché en période de pénurie d’immobilier, et donne un petit coup de pouce aux labos. En effet, un des produits concernés par le décret, le Midazolam, remboursé à 65 %, alors qu’il revenait pour un patient à 3,64 euros, aurait connu une augmentation, le tarif pour l’hôpital passant de 47 ct à 26 euros la dose. Rassurons-nous, la validité de ce décret vient à terme au 15 avril. À suivre…

    Une épidémie virale comme celle que nous vivons va entraîner un effondrement économique et, de restrictions de libertés en restrictions, a de fortes chances d’aboutir à la promulgation de la loi martiale évoquée depuis le début par Micron en référence à l’article 16 de la Constitution.

    https://ripostelaique.com/deconfinement-la-peur-panique-des-elites.html

    Nous avons connu l’approbation de lois scélérates par une majorité d’amateurs revendiqués, l’article 49-3, le virus et son cortège de victimes diffusé à loisir par les médias du système, ce qui permet un contrôle social accepté par un peuple que son Président encourage à "entrer en guerre" contre un ennemi invisibl ; on essaie de nous faire accroire que le Covid-19 se transmettrait par l’air ; on commence à évoquer des pénuries alimentaires. La surveillance est devenue constante tant horizontale que verticale.

    Pourtant, notre gouvernement a refusé toute restriction aux voyages jusqu’à ce que l’épidémie devienne pandémie ; il a été constant que le pouvoir en place – notre gouvernement mondialiste – n’a jamais eu le souci de sauver des vies mais a délibérément choisi de laisser faire le pire pour le peuple, afin d’accroître son pouvoir sur lui. En effet, plus la courbe de décès est ascendante, plus la peur s’installe et le peuple est en demande de sécurité au point d’accepter de perdre des libertés. D’ailleurs, les notaires sont de plus en plus sollicités pour la rédaction de testaments et le peuple panique. La France n’a ni masques, ni respirateurs, ni tests de dépistages en suffisance. On interdit des médicaments qui ont fait leurs preuves mais on autorise ceux qui tuent. Est-ce vouloir sauver des vies ? De plus, on libéralise de manière dérogatoire les conditions d’avortement.

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/31/il-faut-proteger-les-droits-des-femmes-et-maintenir-l-acces-a-l-avortement_6034997_3232.html

    Parallèlement, le peuple comme l’opposition parlementaire accepte tout : le confinement, la course de Castaner au nombre de PV établis… On se demande même où sont passés les " droits-de-l’hommistes " de Montpellier comme Sophie Mazas ou Miss Goulag Ressiguier quand les muezzins de la Paillade ou des Cévennes appellent à la prière… C’est quand même pire que la fête de la Saint-Roch !

    Brandon Smith comme Olivier Demeulenaerme voient sans la crise Ebola de 2014 une expérience, une répétition avant la " générale". La pandémie Covid-19 arrive à point nommé pour masquer l’effondrement économique en cours : la dette de la France est supérieure à son PIB, le pays a vécu en 2019 une année de manifestations en continu – Gilets jaunes, manifs retraites -, des délocalisations, des pertes de souveraineté… Les auteurs précités annoncent que les restrictions, le sacrifice des libertés vont connaître des hauts et des bas pour mieux tenir le peuple en laisse… c’est ainsi que pour tenir les rênes, vient d’être créé un ministère du Déconfinement – Mort De Rire -. Peurs et demandes de sécurité seront suivies de relâches dans la pression.

    Le docteur de service Salomon – belle tête de reptilien – qui annonce froidement et quotidiennement, comme à la Bourse, les quotations du Covid-19 conduit le public à " être forcé de mendier l’aide des autorités ".

    Selon le professeur Gidéon Lichfield (MIT) le 17 mars 2020 sur la distanciation sociale: "ce nouveau processus de conditionnement de masse par vagues de panique puis de libération et de calme "… agit sur les victimes qui réclament des contrôles, sont dans l’incertitude totale, l’instabilité, totalement conditionnées, à tel point que le public sera prêt à abandonner la monnaie, les cartes de crédits et " une perte des libertés simples de se déplacer ou de participer à une interaction humaine normale ". Au moyen du téléphone portable, nos données biométriques pourront servir de passeport, pour ne pas être exclu social à l’ex-mode soviétique, alors…

    " il faudra accepter d’être suivi et repéré à tous moments "

    Richard Roudier

Blog d'une Française de FRANCE: vive la laïcité, vive la FRANCE et la République Française!