Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

toulouse

  • D'accord.. c'est ma pub... mais

    ... franchement, saviez-vous cela?

     

  • Les nôtre avant les autres...

    La drôle de maraude d’une association identitaire dans les rues de Toulouse

    Les militants du Cercle souveraineté et identité toulousain ont mené, lundi 22 janvier 2018, leur première maraude dans les rues de Toulouse auprès des "SDF français". Immersion.

    Six militants du Cercle souveraineté et identité toulousain (CSIT), groupe de droite, ont mené une maraude auprès des " SDF français" de Toulouse.

    "C’est des musulmans, on ne leur donne pas", souffle un militant. Quelques mètres devant eux, une famille est allongée sur un matelas posé devant la porte d’un magasin. Quelques minutes plus tard, il revient sur ses propos: "On n’a que du porc, donc on ne veut pas leur manquer de respect en leur en donnant…". Avec d’autres militants, tous sympathisants ou membres fondateurs du Cercle souveraineté et identité toulousain (CSIT), il participe ce soir-là à une maraude dans les rues de Toulouse. La première de leur mouvement, mais destinée à être renouvelée chaque mois.

    "Les nôtres avant les autres"

    "Emmanuel Macron, lorsqu’il a été à Calais mi-janvier, a annoncé que l’État participera au financement des repas aux migrants… Ce ne serait donc plus aux associations de payer", explique Nicolas Grigner, secrétaire et cofondateur de l’association, par ailleurs membre du Front national. "S’il le faisait pour nos SDF français, ça serait bien… Mais ils ne le font pas, alors on le fait", ajoute-t-il. Pour annoncer l’événement sur Facebook, où il compte près de 200 abonnés, le collectif écrivait sa devise: " Les nôtres avant les autres".

    Sandwich au porc

    Pendant plus d’une heure donc, lundi 22 janvier 2018, six militants ont sillonné les rues du centre-ville de Toulouse sur plus de deux kilomètres. À la main? Des poches avec à l’intérieur un sandwich aux rillettes de porc, des bonbons, des dattes, une compote, une crêpe au chocolat et des sous en chocolat. Ce sont au final une vingtaine de poches qui ont été distribuées. "C’est quelque chose qu’on renouvellera chaque mois", annoncent les militants.

    Une asso identitaire, mais très large politiquement

    Le Cercle souveraineté et identité toulousain (CSIT) est né il y a quatre mois. C’est le premier mouvement du genre à Toulouse. Il regroupe une vingtaine de membres qui participent régulièrement à des actions, quand une cinquantaine se joignent aux conférences mensuelles. Spécificité? Il regroupe des militants politiques d’un large éventail sur l’échiquier politique. On y retrouve des membres du Front national (FN), de Debout la France (DLF), de l’Union populaire et républicaine de François Asselineau (UPR), du mouvement royaliste de l’Action Française (AF) et des Républicains (LR).

    "Une association transpartisane"

    Yves-Éric Camus, militant à DLF, est le président de l’association. Il en explique le sens: "C’est une association qui se veut transpartisane, une plateforme commune pour les militants de différents partis". L’idée est de "faire tomber les clivages", d’aller " au-delà des chapes hiérarchiques des partis ". Ces militants auraient " 80 à 90 % de valeurs et d’idées communes "et le CSIT devrait donc leur permettre de les défendre, d’en discuter et d’en débattre. Il précise

    Il y a des passerelles entre chacun de nous et, de fait, un avenir potentiellement commun.

    Vers les Municipales?

    Officiellement, l’association n’a aucun lien avec les Municipales à venir. "Après, si on peut défendre un candidat de droite, qui porterait nos valeurs, alors bien sûr on le soutiendra et on tractera pour lui", explique un militant, qui espère voir éclore une autre liste de droite, qui irait jusqu’au FN ou à l’Action Française. Un militant qui mise sur un éventuel accord de Jean-Luc Moudenc, élu sous l’étiquette des Républicains, avec En Marche.

    L’association se veut "transpartisane" et être une plateforme commune aux militants d’accord sur une même base.

    Une alliance dangereuse?

    Quand on leur demande si une telle "alliance" ne pourrait pas porter préjudice à un éventuel avenir politique, ils sourient. D’autres ne s’y étaient jamais risqués. Maïté Carsalade aura par exemple attendu d’avoir 72 ans pour être candidate FN lors des dernières élections régionales, après une longue carrière politique sous l’étiquette… centriste. L’élection, "ce n’est pas ce que nous visons et nous avons le courage de nos convictions", ajoutent-ils.

    Des militants de l’UPR

    Des six militants participant à la maraude, lundi soir, deux sont de l’UPR. Ce parti qui se veut au-dessus du clivage droite-gauche, militant pour la sortie de la France de l’Union Européenne. Son candidat, François Asselineau, a réuni à la dernière présidentielle moins de 1 % des suffrages. Élodie, 25 ans, esthéticienne, franco-ivoirienne, fait partie de ces militants. "C’est intéressant de pouvoir discuter de politique et c’est ce que l’association apporte. Aujourd’hui, les gens de mon âge se laissent aller. Ils n’ont pas de vision d’avenir, ni de la politique, ni de notre pays". La participation de plusieurs militants de l’UPR à cette association ne serait pas vu d’un très bon œil par tous…

    Et de Debout la France

    Julien est, lui, responsable des jeunes de DLF en Ariège. "Il était important d’avoir une organisation transpartisane. Aujourd’hui, il y a des gens qui bloquent sur l’immigration, sur l’Islam… Ces sujets doivent réunir tout le monde", explique-t-il. Autre spécificité du mouvement: il ne réunit que des jeunes.

    Des réunions et conférences

    C’est par des comptoirs politiques hebdomadaires ou des conférences mensuelles que le CSIT veut diffuser ses idées (ou, dans une moindre mesure, en débattre). Par exemple, début janvier, l’association a fait venir à Toulouse le politique polémique Gérard Couvert pour discuter de "l’Islam en Occident". Devant une salle en très large majorité acquise à sa cause, il lista les listes de dépenses et de recettes de la population musulmane" qui n’est pas la nôtre ", parlant même d’une "invasion" la concernant. Mardi 23 janvier 2018, la même association avait l’ambition d’intervenir lors d’une "conférence pro-migrants" organisée à l’Université Capitole.

    Agissant dans l’ombre?

    Le groupe de militants vient de distribuer son dernier sandwich. Un couple les remercie. Celui-ci dort à la rue chaque nuit, dans le quartier de Compans, ne pouvant pas être abrité sans se séparer de son chien. "Merci beaucoup", leur lancera-t-il. Sourire aux lèvres, il ne saura pas de qui venaient réellement ces sandwichs et bonbons. Comme aucun autre SDF ce soir-là… À deux autres leur demandant de quelle association ils étaient, les militants resteront mystérieux.

    Ce type de maraudes est amené à se renouveler chaque mois.

    Aubin Laratte - Actu Toulouse

     

    Pendant la collecte du Secours Populaires, mettez des boîtes de Cassoulet, de pâté, de saucisse aux lentilles dans le caddy de l'assoc.

    Au moins, vous saurez qui vous aidez!

     

  • Comment on dértuit un joli et calme quartier toulousain

    Dans ma ville, à Toulouse (31):

    à Borderouge, les habitants lancent une pétition pour dénoncer l’insécurité et craignent de devenir "un nouveau Mirail"

    Suite à un incendie criminel et des incivilités répétées dans le quartier de Borderouge à Toulouse, les habitants lancent une pétition afin d’interpeller les autorités sur le devenir du secteur.

    Depuis quelques jours, des résidents du quartier Borderouge ont lancé une pétition. Celle-ci a pour but d’obtenir un rendez-vous d’urgence avec le préfet afin de trouver une solution aux actes de vandalisme qui se développent dans le quartier. Un incendie criminel dans la cave d’un immeuble de la place, le 8 décembre dernier (voir encadré), a mis le feu aux poudres. "Des commerces de la place ont dû fermer à la suite de cet incident, explique Jean-Pierre Seran, ancien président du comité de quartier. L’incendie a déclenché beaucoup de choses."

    "Les habitants des tours du Mirail sont relogés dans ces immeubles. Les mêmes groupes sont replacés ensemble dans un nouvel endroit", indique Jean-Pierre Seran. Si les bâtiments sont encore neufs et pimpants, l’ensemble reste des "barres d’immeubles". Pour les résidents, le problème a été déplacé. Il ne s’agit pas d’insécurité. Pas encore. "C’est un quartier tranquille, avec de nombreuses familles. Pour l’instant, ce ne sont pas des actes graves, mais nous pensons que cela va encore se dégrader. Dans quelques années, si l’on ne fait rien, cela ressemblera au Mirail", confie une habitante qui préfère rester anonyme.

    La Dépêche

  • Non, vous ne rêvez pas!

    Des ex-musulmans devenus catholiques écrivent au pape …

    Voici ci-après le texte d’une Lettre ouverte au Pape François.

    A toute fin utile, nous rappelons que:

    "Selon le savoir, la compétence et le prestige dont jouissent les fidèles, ils ont le droit et même parfois le devoir de donner aux Pasteurs sacrés leur opinion sur ce qui touche le bien de l’Église et de la faire connaître aux autres fidèles, restant sauves l’intégrité de la foi et des mœurs et la révérence due aux pasteurs, et en tenant compte de l’utilité commune et de la dignité des personnes. (Canon 212 § 3) ":

    Des ex-musulmans devenus catholiques, et leurs amis,

    à Sa Sainteté le pape François,

    au sujet de son attitude vis-à-vis de l’islam.

    Très Saint Père,

    Plusieurs d’entre nous, à maintes reprises, et depuis plusieurs années, avons cherché à vous contacter, et nous n’avons jamais reçu le moindre accusé de réception de nos lettres ou demandes de rencontre.

    Vous n’aimez pas les mondanités, et nous non plus, aussi permettez-nous de vous dire très franchement que nous ne comprenons pas votre enseignement au sujet de l’islam, tel que nous le lisons par exemple dans les paragraphes 252 et 253 de Evangelii gaudium, parce qu’il ne rend pas compte du fait que l’islam venant APRÈS le Christ, est, et ne peut être qu’un Antichrist (Cf. 1 Jn 2.22), et l’un des plus dangereux qui soient du fait qu’il se présente comme l’accomplissement de la Révélation (dont Jésus n’aurait été qu’un prophète).

    Si l’islam est en lui-même une bonne religion, comme vous semblez l’enseigner, pourquoi sommes-nous devenus catholiques?

    Vos propos ne remettent-ils pas en cause le bienfondé du choix que nous avons fait… au péril de notre vie?

    L’islam prescrit le meurtre des apostats (Coran 4.89 ; 8.7-11), l’ignorez-vous?

    Comment est-il possible de comparer la violence islamique et la prétendue violence chrétienne?!

    "Quel rapport entre le Christ et Satan? Quelle union entre la lumière et les ténèbres? Quelle association entre le fidèle et l’infidèle? (2 Co 6.14-17) "

    Conformément à Son enseignement (Lc 14.26), nous L’avons préféré, Lui, le Christ, à notre propre vie.

    Ne sommes-nous pas bien placés pour vous parler de l’islam?

    En réalité, du moment que l’islam veut que nous soyons son ennemi, nous le sommes, et toutes nos protestations d’amitié n’y pourront rien changer.

    En bon Antichrist, l’islam n’existe qu’en étant l’ennemi de tous:

    "Entre nous et vous, c’est l’inimitié et la haine à jamais jusqu’à ce que vous croyez en Allah, seul! (Coran 60.4)".

    Pour le Coran, les chrétiens " ne sont qu’impureté (Coran 9.28) ", " les pires de la Création (Coran 98.6) ", tous condamnés à l’Enfer (Coran 4.48), aussi Allah doit-il les exterminer (Coran 9.30).

    Il ne faut pas se laisser abuser par les versets coraniques réputés tolérants, car ils ont tous été abrogés par le verset du Sabre (Coran 9.5).

    Alors que l’Évangile annonce la bonne nouvelle de Jésus mort et ressuscité pour le salut de tous, accomplissement de l’Alliance initiée dans le peuple hébreu, Allah n’a rien d’autre à proposer que la guerre et le meurtre des "infidèles“ en échange de son paradis: "Ils combattent dans le chemin d’Allah, ils tuent et se font tuer. (Coran 9.111)".

    Nous ne faisons pas d’amalgame entre islam et musulmans, mais si pour vous le " dialogue " est la voie de la paix, pour l’islam il est une autre façon de faire la guerre.

    Aussi, comme il l’a été face au nazisme et au communisme, l’angélisme face à l’islam est suicidaire et très dangereux.

     

    Comment parler de paix et cautionner l’islam, ainsi que vous semblez le faire:

    "Arracher de nos cœurs la maladie qui empoisonne nos vies (…) Que ceux qui sont chrétiens le fassent avec la Bible et que ceux qui sont musulmans le fassent avec le Coran. (Rome, 20 janvier 2014)"?

    Que le Pape semble proposer le Coran comme voie de salut, n’est-ce pas inquiétant?

    Devrions-nous retourner à l’islam?

    Nous vous supplions de ne pas chercher en l’islam un allié dans le combat que vous menez contre les puissances qui veulent dominer et asservir le monde, car ils sont tous en réalité dans une même logique totalitaire, fondée sur le rejet de la royauté du Christ (Lc 4.7).

    Nous savons que la Bête de l’Apocalypse cherchant à dévorer la Femme et son Enfant, a plusieurs têtes…

    Allah défend d’ailleurs de telles alliances (Coran 5.51)

    Et surtout, les prophètes ont toujours reproché à Israël sa volonté d’alliance avec les puissances étrangères, au détriment de la confiance absolue qu’il faut avoir en Dieu.

    Certes, la tentation est forte de penser que tenir un discours islamophile épargnera un surcroît de souffrances aux chrétiens en pays devenus musulmans, mais outre que Jésus ne nous a jamais indiqué d’autre chemin que celui de la Croix, en sorte que nous devons y trouver notre joie, et non la fuir avec tous les damnés, nous ne doutons pas que seule la proclamation de la Vérité apporte avec le salut, la liberté (Jn 8.32).

    Notre devoir est de rendre témoignage à la vérité " à temps et à contretemps (2 Tm 4.2) ", et notre gloire est de pouvoir dire avec saint Paul: " Je n’ai rien voulu savoir parmi vous, sinon Jésus Christ, et Jésus Christ crucifié. (1 Co 2.2) ".

    Corrélativement au discours de Votre Sainteté sur l’islam, et alors même que le Président Erdogan, entre autres, demande à ses compatriotes de ne pas s’intégrer dans leurs pays hôtes, que l’Arabie Saoudite et toutes les pétromonarchies n’accueillent aucun réfugié, expressions parmi d’autres du projet de conquête et d’islamisation de l’Europe, officiellement proclamé par l’OCI et d’autres organisations islamiques depuis des décennies, Très saint Père, vous prêchez l’accueil des migrants sans tenir compte du fait qu’ils sont musulmans, alors que le commandement apostolique l’interdit:

    Si quelqu’un vient à vous en refusant l’Évangile, ne le recevez pas chez vous. Quiconque le salue participe à ses œuvres mauvaises. (2 Jn 10-11)" ; " Si quelqu’un vous annonce un évangile différent, qu’il soit maudit! (Ga 1.8-9)".

    De même que "J’ai eu faim et vous ne M’avez pas donné à manger. (Mt 25.42)" ne peut pas signifier que Jésus aurait aimé avoir été un parasite, de même"

    J’étais un étranger et vous M’avez accueilli. "ne peut pas signifier " ’étais un envahisseur et vous M’avez accueilli. ", mais "J’ai eu besoin de votre hospitalité, pour un temps, et vous Me l’avez accordée"

    Le mot ξένος (Xénos) dans le Nouveau Testament ne renvoie pas seulement au sens d’étranger mais à celui d’hôte (Rm 16.23; 1 Co 16.5-6; Col 4.10; 3 Jn 1.5).

    Et lorsque YHWH dans l’Ancien Testament commande de bien traiter les étrangers parce que les Hébreux ont eux-mêmes été étrangers en Égypte, c’est à la condition que l’étranger s’assimile si bien au peuple élu qu’il en prenne la religion et en pratique le culte…

    Jamais il n’est question d’accueillir un étranger qui garderait sa religion et ses coutumes!

    Aussi, nous ne comprenons pas que vous plaidiez pour que les musulmans pratiquent leur culte en Europe. Le sens de l’Écriture ne doit pas être donné par les tenants du mondialisme, mais dans la fidélité à la Tradition.

    Le Bon Berger chasse le loup, il ne le fait pas entrer dans la bergerie.

    Le discours pro-islam de Votre Sainteté nous conduit à déplorer que les musulmans ne soient pas invités à quitter l’islam, que nombre d’ex-musulmans, tel Magdi Allam, quittent l’Église, écœurés par sa lâcheté, blessés par des gestes équivoques, confondus du manque d’évangélisation, scandalisés par l’éloge fait à l’islam…

     

    Ainsi les âmes ignorantes sont-elles égarées, et les chrétiens ne se préparent pas à la confrontation avec l’islam, à laquelle les a appelés saint Jean Paul II (Ecclesia in Europa, n°57).

    "Nos souffrances actuelles sont le prélude de celles que vous, Européens et chrétiens occidentaux, allez souffrir dans un proche avenir. J’ai perdu mon diocèse. Le siège de mon archevêché et de mon apostolat a été occupé par des islamistes radicaux qui veulent que nous nous convertissions ou que nous mourrions. (…) Vous accueillez dans votre pays un nombre toujours croissant de musulmans. Vous êtes aussi en danger. Vous devez prendre des décisions fortes et courageuses (…). Vous pensez que tous les hommes sont égaux, mais l’Islam ne dit pas que tous les hommes sont égaux. (…) Si vous ne comprenez pas ceci très vite, vous allez devenir les victimes de l’ennemi que vous avez accueilli chez vous. (9 août 2014)".

    C’est une question de vie ou de mort, et toute complaisance face à l’islam est une trahison. Nous ne voulons pas que l’Occident continue à s’islamiser, ni que votre action y contribue. Où irions-nous à nouveau chercher refuge?

    Permettez-nous de demander à Votre Sainteté de convoquer rapidement un synode sur les dangers de l’islam.

    Que reste-t-il en effet de l’Église là où l’islam s’est installé?

    Si elle y a encore droit de cité, c’est en dhimmitude, à condition qu’elle n’évangélise pas, qu’elle doive donc se renier elle-même…

    Dans un souci de justice et de vérité, l’Église doit montrer au grand jour pourquoi les arguments avancés par l’islam pour blasphémer la foi chrétienne sont faux.

    Si l’Église a le courage de faire cela, nous ne doutons pas que par millions, des musulmans, et d’autres hommes et femmes cherchant le vrai Dieu, se convertiront.

    Comme vous l’avez rappelé: "Celui qui ne prie pas le Christ, prie le Diable. (14.03.13)".

    Si les gens savaient qu’ils vont en Enfer, ils donneraient leur vie au Christ (Cf. Coran 3.55).

    Avec le plus profond amour pour le Christ qui, par vous, conduit Son Église, nous, chrétiens venus de l’islam, soutenus par nombre de nos frères dans la foi, notamment les chrétiens d’Orient, et par nos amis, nous demandons à Votre Sainteté de confirmer notre conversion à Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, seul Sauveur, par un discours franc et droit sur l’islam, et, Vous assurant de nos prières dans le cœur de l’Immaculée, nous sollicitons votre bénédiction apostolique.