Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Philosophie

  • Deux apostats de l’islam témoignent…

    Les apostats s’unissent dans leur rejet total de la religion et la perte de foi est souvent précédée d’une période d’enquête sincère. Ces derniers voulaient mieux comprendre leur Dieu, devenir plus fidèles ou répondre aux attaques.

     

    Kamel, 51 ans : la première fois que j’ai affiché mon apostasie à des inconnus…

    Je suis né et j’ai grandi en région parisienne, de 1969 à encore aujourd’hui. Mon enfance n’était pas sous une pression religieuse qui était fort peu présente tant dans la demeure familiale que dans la cité HLM, sauf peut-être chez les femmes voilées catholiques portugaises ou espagnoles dans les années 70 et début 80. Néanmoins, du côté algérien, les cultes de Boumédiène et du FLN étaient très forts. En ce début des années 80, alors âgé de 11 ou 12 ans, j’avais observé chez mon père un début de changement d’état d’esprit. Mais avant cela, il y a eu un épisode dramatique pour moi et que j’ai longtemps occulté de mon esprit, à savoir la circoncision de façon barbare sur ma personne, mais cette expérience n’aura aucune incidence sur mon retrait définitif de l’islam, 15 ans plus tard.

    Même ce pauvre mouton égorgé dans la salle de bain et le pitoyable tapis en peau de mouton qui puait dans le salon et que mon père avait en objet de culte n’ont eu d’impact sur la décision que j’ai prise. N’étant pas un intellectuel et n’ayant pas les moyens d’acheter des livres pendant mes jeunes années, mon islam ne se basait pas sur le Coran mais sur l’observation des musulmans ou plutôt fraîchement musulmans, car l’immense majorité d’entre eux sont passés d’un système à un autre, par exemple les Algériens du FLN ou les Tunisiens de Bourguiba. Cas différent pour les Marocains, car c’était déjà un système musulman déjà bien installé et c’est de cette observation que germeront mes premiers doutes. J’ai appliqué cette méthode sur l’Algérie et les Algériens de ma cité, l’idolâtrie pour le pays est incroyable mais ils restent quand même ici en France sous la pluie froide de l’automne.

    Cette contradiction est celle que j’observais de plus en plus chez nos musulmans des années 90 et pas seulement dans mon entourage, mais aussi dans mon milieu professionnel. En 1987, je suis devenu technicien en électrotechnique. Un jour, j’ai fait la connaissance d’étudiants maghrébins qui se divisaient en deux groupes, les musulmans et les apostats. C’était ma première rencontre avec des apostats. Dans un premier temps, j’étais proche des musulmans puis je me suis vite senti proche du groupe des apostats que je trouvais plus intéressant et plus honnête intellectuellement, plus calme, drôle, à l’écoute et agréable. Cet amalgame de mes observations, cette rencontre et enfin une dernière expérience vont précipiter mon retrait de l’islam vers 1995.

    Après ma rencontre avec ces groupes, j’ai annoncé à mes amis étudiants que j’étais devenu un apostat et l’un des deux m’a alors dit qu’avant de prendre une telle décision, je devais lire le Coran. J’ai alors acheté le Coran, j’ai tenté de lire mais comme Mein Kampf de Hitler, Das Capital de Marx ou l’Ancien Testament, j’ai vite capitulé tellement c’était indigeste à lire. Donc j’en ai parlé à mes amis étudiants musulmans qui m’ont répondu que lire le Coran ne sert à rien car difficile d’accès mais qu’il fallait lire les interprétations par des imams. Il existe des livres d’interprétations du Coran en français, mais le fait qu’il me fallait des intermédiaires pour lire à défaut de comprendre feront que je ne reviendrais pas sur ma décision. C’est comme ça que je suis devenu un apostat. Un apostat discret pendant quinze années, mais aussi discret que l’on soit, en cité HLM à forte population musulmane, on est vite repéré donc discret et en isolement, telle était ma politique et ne surtout ne pas répondre aux agressions verbales ou aux intimidations, voire à une menace par courrier postal de manière anonyme écrite à la main.

    En 2010, le jour de l’An, à la suite d’un mail envoyé par ma cousine pour me fêter le nouvel an, elle l’envoya à une centaine de personnes, elle en envoya un autre cinq minutes plus tard d’une haine incroyable contre les juifs, les chrétiens, les Français etc. Ce qui me poussa à faire une réponse à tous pour dénoncer ce mail de la honte, ce qui s’ensuivit pendant une dizaine de jours d’un "seul contre tous". C’était la première fois que publiquement j’affichais mon apostasie à des inconnus.

     

    Gabriel M, 27 ans: quand j’ai quitté l’islam, j’ai cessé d’être dépressif

    J’ai vécu une enfance et une adolescence plutôt agréables, ces bons moments m’ont permis de faire abstraction de Dieu, je n’avais pas besoin de lui pour me sentir mieux dans ma peau. Je faisais déjà correctement le job sans son aide. À l’âge de 19 ans, je suis tombé en dépression après une rupture amoureuse. J’avais en quelque sorte perdu le goût de la vie, c’est pourquoi j’ai eu besoin de m’attacher à quelque chose pour me redonner de l’espoir et qui de mieux pour vous donner de l’espoir que le Tout-Puissant. J’ai été séduit par les enseignements de l’islam et en me liant d’amitié avec des musulmans, je me suis mis peu à peu à le devenir.

    Ces musulmans qui m’appréciaient beaucoup ont tout fait pour me convertir; pour cela ils m’ont montré leurs preuves de la véracité du message d’Allah et ça a tout de suite eu un effet sur moi. Je crois que ce qui m’a fait rester dans cette religion, c’est son embellissement de la création par son créateur, une sorte d’amour qui transcende l’esprit. C’est ainsi que je suis devenu musulman. Je faisais les prières quotidiennes, le jeûne du Ramadan etc. À peine une semaine après ma conversion, mes premiers doutes sont apparus, mes amis musulmans qui m’avaient convertis m’ont dit que c’était le Diable qui essaie de détourner les nouveaux musulmans.

    Étant fermement croyant, j’ai cru à cette affirmation qui, je dois l’avouer de mon regard actuel d’ancien musulman, ne reposait sur rien, seulement sur de la peur. Mes doutes ont refait surface quand j’ai lu les versets violents du Coran et les actes horribles commis par Mahomet. J’ai poursuivi ma réflexion en me disant que Dieu n’aurait jamais permis à son prophète de commettre de tels actes et ne les lui aurait certainement pas commandités. Un choix devait être fait: quitter ou assumer la religion. J’ai donc reparlé de mes doutes à mes amis musulmans qui me disaient que je devais davantage me rapprocher de Dieu pour qu’il puisse me protéger de la ruse de Satan. J’en avais marre de ne pas avoir de réponses aux différents doutes que j’avais, j’ai décidé de couper les ponts avec le Coran et tout le reste et mes amis musulmans m’ont tourné le dos car j’étais devenu selon eux, un kafir, un mécréant.

    Bizarrement, une fois que j’ai eu quitté cette communauté, mon état de dépression s’est arrêté.

    Propos recueillis par Hassan Ejaaibi

    Source:

  • Nostradamus, pas mort!

    La 4e prophétie secrète de Fatima:

    Le Coronavirus va sauver la France

    Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, la pandémie que vit actuellement le monde a été prédite par la Vierge Marie apparue aux trois bergers, Lucia dos Santos et ses cousins Jacinta et Francisco Marto, dans la ville de Fatima, au Portugal, en 1917.

    Aussi incroyable que cela puisse paraître, les prédictions de la Sainte Vierge, rapportées dans les manuels d’histoire sous le nom de la "prophétie de Fatima", annoncent que cette pandémie sauvera la France.

    Ces prédictions sont contenues dans la quatrième prophétie de la Sainte Vierge.

    Il a toujours été admis que la Vierge avait annoncé trois prophéties. Mais des chercheurs viennent de découvrir qu’il y a une quatrième qui a toujours été maintenue sous scellés dans les tiroirs secrets du Saint-Siège.

    C’est après que le pape François a décidé, le 2 mars dernier, d’ouvrir les archives secrètes du Vatican que cette découverte a été faite.

    Cette révélation, censurée par tous les médias officiels de la France et d’ailleurs, est pourtant très importante, vu qu’elle parle de la pandémie que le monde subit actuellement.

    Elle tient en deux volets.

    Elle annonce, d’une part que cette pandémie, contrairement à celles qui l’avaient précédée, serait "démocratique", dans le sens qu’elle toucherait aussi bien les démunis que les "munis".

    Les prophéties de Fatima, explique un communiqué du bureau de presse du Saint-Siège, contiennent des termes "modernes" introuvables dans la Bible.

    La troisième prophétie parlait déjà d’"attentat", de "terroriste" et de "Turc", des termes inconnus du temps du Christ, poursuit le communiqué. Elle annonçait, de façon claire, la tentative d’assassinat perpétrée contre le pape Jean-Paul II en mai 1981 par le Turc dénommé Mehmet Ali Agca.

    La pandémie actuelle est en effet "démocratique" du fait qu’elle touche tout le monde.

    Les précédentes épidémies, comme le Sras (un autre genre de Coronavirus qui a sévi en 2002-2003) et le H1N1 (2009-2010), n’ont touché que les populations déshéritées. Il n’a jamais été rapporté qu’un haut dignitaire d’un quelconque pays ait été infecté par ces virus.

    Mais ne voilà-t-il pas que le Covid-19 semble transgresser ces "lois" et s’attaquer à ceux qui s’imaginent intouchables.

    Cette fois, personne n’est à l’abri. On recense parmi les victimes de ce "virus démocratique" des stars du cinéma, de la chanson et du sport ainsi que des députés, des ministres et même des princes. Ils sont tous mariés, mais aussi étonnant que cela puisse paraître, le virus ne s’attaque qu’à un seul des conjoints.

    C’est l’épouse du chef du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sanchez. Mais le mari n’a rien.

    C’est l’épouse du Premier ministre canadien, Justin Trudeau, alors que Justin, lui-même, n’a rien.

    C’est le prince Albert de Monaco. Alors que son épouse, Charlène Wittstock, est saine.

    C’est le prince Charles d’Angleterre. Mais son épouse, Camilla Shand, n’a rien. Sa maman, la reine Elisabeth, non plus, d’ailleurs. Du moins, pour le moment…

    Tous ces hauts dignitaires ont été testés positifs, alors que leurs conjoints n’ont rien. Comment cela est-il possible?

    Une énigme que même Œdipe ne pourrait résoudre. Si le Sphinx lui demandait aujourd’hui "qui couche quatre fois le matin, deux fois le midi et trois fois le soir", Œdipe aurait du mal à choisir entre Albert et Charles. C’est beaucoup plus difficile que cette banale énigme: "Qu’est-ce qui marche à quatre pattes le matin, à deux le midi et à trois le soir? ". C’est enfantin. Tout le monde sait qui c’est. Du moins, aujourd’hui…

    Certains observateurs justifient ce phénomène de l’infection d’un conjoint sur deux par le fait que les couples pratiquent aujourd’hui l’amour en respectant la "distanciation sociale". D’autres évoquent l’utilisation du "Corona-condom", soit le port d’une combinaison étanche à usage unique avec masque et gants. Mais il y a des faits concrets qui devraient être pris en considération.

    Il se trouve, par exemple, que l’épouse Trudeau a été testée positive à son retour d’un voyage à Londres. À Londres même où le prince Charles a également été testé positif.

    Ne suivez pas mon regard, s’il vous plaît. Vous pourriez me valoir un procès en diffamation.

    C’est juste une observation tout à fait candide.

    Le Covid-19 est donc démocratique, anti-royaliste et sexiste. Il est aussi anti-gouvernemental et anti-parlementaire. Un "anar", en quelque sorte. Ce qui fait que beaucoup de citoyens prient pour qu’il perdure le plus longtemps possible. Ceux de "La France Insoumise", tout particulièrement.

    Dans un second volet, la quatrième prophétie de Fatima évoque longuement la Gaulle, la France actuelle, et ses "bons lieux réfractaires aux lois du pays". Il s’agirait, selon les chercheurs, d’une transcription erronée de "banlieues".

    Cette interprétation est approuvée par le Saint-Siège. Les "bons lieux" ne peuvent être que ceux-là où règne l’esprit de Jésus, déclare le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni. Or, c’est loin d’être le cas des banlieues en France, souligne-t-il.

    Tout indique, en effet, qu’il s’agit bien des zones françaises où le confinement n’est pas respecté, où la révolte gronde au point de faire basculer le pays dans les ténèbres de l’obscurité.

    On sait, par ailleurs, que, d’après les études et les analyses entreprises sur ce sujet par les experts et les prélats du Saint-Siège, la Sainte Vierge comptait révéler cette quatrième prophétie beaucoup plus tard à partir des banlieues de Paris. C’est, plus précisément, en Seine-Saint-Denis qu’elle allait le faire. Elle s’y serait rendue fin 2004, mais elle y avait été caillassée.

    La Sainte Vierge est retournée d’urgence dans la ville de Fatima, au Portugal, où elle a revu Lucia dos Santos, cette bergère qui a été l’un des trois témoins de sa première apparition. Elle lui a révélé que l’Église allait avoir une grande perte, que les banlieues françaises allaient s’embraser et qu’une terrible épidémie allait déferler sur le monde.

    Lucia dos Santos, qui allait dans sa 98e année, a alerté le pape Jean-Paul II de ces révélations. C’était juste quelques jours avant de s’éteindre, le 13 février 2005. Moins de deux mois plus tard, le 8 avril 2005, Jean-Paul II s’éteignait à son tour. L’Église venait d’avoir une grande perte, comme le prédisait la Sainte Vierge. Six mois plus tard, ce sont les banlieues de la France qui s’embrasaient.

    Ces révélations ont été faites 88 ans après celles intervenues en 2017.

    C’est ce qui explique que cette quatrième révélation de la Sainte Vierge n’a été connue que tout récemment.

    Pour beaucoup d’observateurs, ce ne serait qu’une suite logique de la première révélation dans laquelle la Vierge Marie aurait fait voir aux trois bergers une vision très nette de l’Enfer.

    Les observateurs s’accordent à dire que la description de l’Enfer faite par la Sainte Vierge correspond à la vie des communautés chrétiennes dans les banlieues françaises.

    La Sainte Vierge parle ensuite des mesures de confinement que les populations des banlieues refusent. "Des gens de toutes tendances s’élèveront pour dénoncer le non-confinement séditieux et néfaste de ces populations rebelles", annonce la prophétie.

    Les chercheurs y voient une allusion aux articles des médias dits de "ré-information" qui condamnent le laxisme des autorités vis-à-vis du non-respect du confinement observé dans les banlieues.

    "En fait, écrit le journal L’Évangile, la Sainte Vierge ne défend pas le non-confinement de ces populations réfractaires et nuisibles, mais propose de les amener, par la douceur et la séduction, à se réunir dans de grands espaces fermés".

    Selon des chercheurs et des analystes, il s’agirait, pour les "grands espaces fermés", du "Stade de France" à Paris, du stade "Matmut Atlantique" de Bordeaux, de "Groupama Stadium" de Lyon etc.).

    Quant à "la douceur et la séduction" que prône la prophétie, les analystes estiment, dans leur grande majorité, qu’il ne s’agit pas de forcer ces populations à se confiner ensemble, ce qui serait condamnable, parce que contraire aux valeurs républicaines, mais de les attirer et de les distraire par des spectacles de toutes sortes: du foot, de la danse du ventre, de la musique raï et surtout par des parades de majorettes, de pom-pom girls et de pom-pom boys, mineurs de préférence.

    "Offrez-leur des déjeuners comme il est de tradition chez ces populations pendant cette période sacrée pour eux", dit encore la prophétie.

    Les chercheurs apostoliques sont abasourdis par cette révélation qui voyait avec justesse que cette pandémie surviendrait à l’approche d’une période dite d’abstinence chez l’une des communautés confessionnelles sur-peuplant la France. Ils font remarquer que le mois sacré de Ramadan, qui commence bientôt pour la communauté musulmane, va coïncider avec le pic de la pandémie en France et ailleurs.

     

    Il ne s’agit pas, en leur offrant des déjeuners, de les détourner de leur devoir sacré du jeûne, commente le journal "La Croix". La prophétie fait allusion aux cérémonies de rupture du jeûne, comme celles organisées traditionnellement en l’honneur de ces communautés en France.

    À ce sujet, Lucia dos Santos assure avoir entendu la Sainte Vierge prononcer, lors de sa dernière apparition en 2004, un nom comportant un "N" et finissant par "go".

    Certains analystes pensaient initialement qu’il pourrait s’agir de Manu Dibango, mais il est devenu certain par la suite qu’il est question d’Anne Hidalgo, la maire de Paris, qui organise chaque année de somptueuses et coûteuses agapes pour les musulmans.

    Ayant donné ses conseils pour bien réussir ce confinement des communautés dissidentes, la Sainte Vierge ajoute: "Maintenez-les loin des miens".

    Il est clair, commente le porte-parole du Saint-Siège, que la Sainte Vierge, qui a été caillassée par les jeunes de ces banlieues, veut protéger la communauté des chrétiens quand elle dit "les miens". " Elle ne cherche pas à se venger, mais ne veut pas que les populations de ces banlieues s’approchent des croyants qui portent le Christ dans leur cœur", dit-il.

    Plus loin, la Sainte Vierge ajoute: "Qu’ils soient approvisionnés en abondance de produits de diversion de l’esprit".

    Cette prophétie est interprétée de manière identique par tous les chercheurs. Il s’agit d’offrir aux populations confinées des drogues: cannabis, narguilé…

    "Et laissez faire le temps", conclut la Sainte Vierge.

    Et le virus aussi…

    Les chercheurs, les scientifiques, les médecins et les observateurs politiques intègres sont unanimes: le Covid-19 pourrait bien être le sauveur de la France.

    Il serait la Jeanne d’Arc du XXIe siècle.

    Lucette Jeanpierre

    https://ripostelaique.com

     

     

  • Poème

    Alfred de Musset: "Si tu peux, fais que ton âme arrive,

    A force de rester studieuse et pensive,

    Jusqu’à ce haut degré de stoïque fierté

    Où, naissant dans les bois, j’ai tout d’abord monté.

    Gémir, pleurer, prier est également lâche.

    Fais énergiquement ta longue et lourde tâche

    Dans la voie où le Sort a voulu t’appeler,

    Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler".

  • Entre patriotes

    Création du premier site d’annonces en ligne "entre patriotes"

    " Tous ces échanges de notre vie courante, et si nous les faisions prioritairement avec des personnes partageant nos valeurs ? " Le Rucher Patriote: c’est sous ce nom qu’une jeune équipe s’attèle à la création du premier site internet d’annonces " entre patriotes, par des patriotes, pour des patriotes ". Entretien avec son initiateur, Thomas Whyte.

    Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs?

    Thomas Whyte (Le Rucher Patriote): Avocat pendant une décennie, je travaille depuis 2018 à des projets entrepreneuriaux dans les domaines informatiques et patriotes. Un retour à un engagement de jeunesse, puisque entre mes 15 et 25 ans j’ai beaucoup milité au service de convictions patriotes, principalement dans le secteur associatif. Une fois mon activité professionnelle engagée, j’ai "levé le pied", mais au fil des ans il me taraudait de plus en plus d’y revenir, c’est-à-dire de consacrer à nouveau une part significative de mon temps et de mon énergie à la cause de notre peuple ; ce que je m’efforce de faire à présent, notamment à travers le Rucher Patriote.

    Vous lancez un site d’annonces intitulé Le Rucher Patriote, pouvez-vous nous présenter le concept?

    Thomas Whyte: "Je cherche un plombier… une garde d’enfants… un locataire… une location… la bonne recrue pour mon entreprise… un stage de fin d’études… un meuble… j’ai des vêtements à donner… ".

    Tous ces échanges de notre vie courante, et si nous les faisions prioritairement avec des personnes partageant nos valeurs? Ces valeurs communes héritées de 1.500 ans d’histoire de notre pays, et de plus de 3.000 ans d’histoire de notre grande civilisation, aux profondes racines gréco-romaines, chrétiennes, mais aussi celtiques, germaniques et nordiques.

    Voilà le concept. Échanger avec des personnes animées du même amour sincère de nos terres, de notre pays, de notre histoire, de notre peuple, de notre culture, de notre civilisation. En un mot, avec des patriotes. Aujourd’hui, beaucoup de patriotes se sentent isolés, à cause d’une propagande mondialiste hégémonique.

    Mais nous sommes nombreux! Nous serions étonnés de découvrir combien de personnes très proches géographiquement partagent nos valeurs. Encore faut-il se trouver: voilà l’utilité première du Rucher Patriote […]

    Breizh-Info & Le Rucher Patriote

  • Même l'Académie Française est ficelée par la gauchiasse!