Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Santé

  • Les Chance pour la France nous aiment bien….

    ... et nous remercient à leur façon!

    En Europe occidentale, on pensait certaines maladies définitivement disparues et pourtant, elles sont de retour : tuberculose, gale, peste et même la lèpre.

    La syphilis, refait, elle aussi, sa réapparition

    "On croyait que cette maladie appartenait au passé. En 2000, elle a même été retirée de la liste des maladies à déclaration obligatoire en raison du faible nombre de cas. Pourtant, contre toute attente, la syphilis fait son retour sur le territoire français, Le Parisien évoque ce vendredi 400 à 500 nouveaux cas déclarés par an. " (BFMTV du 26/02/2016)

    Les médias expliquent cette recrudescence par des comportements sexuels " à risque ", notamment chez les homosexuels ou un désintérêt pour le préservatif chez les jeunes. Mais, sujet tabou, personne ne fait un lien possible entre la réapparition de la syphilis ou d’anciennes maladies avec l’arrivée massive de nouvelles populations en Europe.

    L’inquiétante explosion des cas de syphilis et de gonorrhée en Angleterre

    "Un mal qui touche principalement les populations noires, les minorités ethniques, les jeunes et les gays".

    "Public Health England, l’agende de santé publique anglaise, vient d’annoncer que la syphilis bat des records en Angleterre. En 2017, 7.137 nouveaux cas ont été recensés, soit une augmentation de 20% par rapport à l’année précédente, un niveau jamais atteint depuis 1949 (date de la création du premier test sérologique qui permet de dépister plus facilement l’infection).

    Le rapport de la Public Health England sur les infections sexuellement transmissibles (IST) publié ce mardi 5 juin note aussi une augmentation des cas de gonorrhées : +22% en un an. Un chiffre qui inquiète les autorités sanitaires“. (Slate.fr du 05/06/2018)

    Dix fois plus de cas de syphilis en Belgique

    "Qui craint encore la syphilis et ses chancres pustuleux qui fleurissent sur les sexes, la bouche ou l’anus? Qui redoute encore les ganglions gonflés dans le creux de l’aine qu’elle engendre, les taches sur le corps et les muqueuses, les attaques du cerveau et les troubles du comportement qui s’en suivent, les atteintes cardiaques, problèmes oculaires et auditifs, dégénérescence de la moelle et les douleurs terribles qui s’en suivent?".

    "La maladie sexuelle transmissible n’a pas disparu. Bien au contraire le nombre de cas augmente en Belgique […] Entre 2003 et 2015, le nombre rapporté de diagnostics de syphilis est passé de 46 en 2002 à 906 en 2015. " (SoirMag.be du 22/09/2017)

  • Crèvent les ponctionnaires!

     

    À Villeurbanne, la grève des fonctionnaires a privé des personnes âgées de plateaux-repas

    La grève du 22 mai 2018 a pu être mal vécue. Mais le service municipal de portage de repas à domicile du CCAS rencontre un succès croissant, soulignait le bilan de mi-mandat de la municipalité

     " J’ai téléphoné. On m’a répondu qu’il n’y avait pas de repas. J’ai dit : " Les personnes âgées doivent crever, alors ? "" Ancien maçon aux services techniques de la ville de Villeurbanne, Jean-Pierre Besson, 87 ans, a contacté le Centre communal d’action sociale (CCAS) de Villeurbanne, ce mardi 22 mai pour savoir pourquoi son plateau-repas quotidien n’avait pas été livré. Explication : la grève nationale des fonctionnaires suivie, ce jour-là, par une majorité des porteurs du service municipal de portage des repas pour personnes âgées ou handicapées.

     " J’ai du mal à marcher. J’ai quand même réussi à descendre à la boulangerie pour m’acheter un sandwich ", se plaint Jean-Pierre Besson.

    " On ne laisse pas les personnes âgées comme ça, sans repas. Quand ils envoient la note, ils savent où nous trouver ", s’insurge l’ancien fonctionnaire.

     

    Cela arrive dans de très très nombreux coins de France: du côté de chez moi aussi!

  • Comment hériter plus vite?

    … en dissuadant sa grand-mère de faire le vaccin anti-grippe!

     

    L’épidémie de grippe responsable de 13000 décès

    Précoce et longue, l’épidémie de grippe saisonnière a été marquée cette année par une forte proportion d’hospitalisations ainsi qu’une surmortalité notable. Selon Santé publique France, la mortalité attribuable à la maladie a été estimée à 13 000 décès.

    (il faut savoir qu'il y a 5 ans, elle ne faisait que 3 à 5000 décès maxi en France… le triplement provient du fait que l'on ne vaccine plus les personnes âgées)

    Cette année l’épidémie de grippe a débuté précocement en Ile-de-France au cours de la semaine du 4 au 10 décembre. Elle s’est ensuite propagée en quatre semaines à l’ensemble des régions métropolitaines. Elle a ensuite duré 16 longues semaines pour s’achever dans l’ensemble des régions de métropole fin mars.

    Hospitalisations et cas graves en hausse

    Au cours de l’épidémie, près de 2,4 millions de consultations pour syndrome grippal ont été relevées. Si cela correspond à une ampleur modérée en ambulatoire, le nombre d’hospitalisations pour grippe a été lui le plus élevé depuis 2009-2010. Parmi ces patients hospitalisés, 20% étaient âgés de moins de 5 ans et 53% de 65 ans et plus.

    Le nombre de cas graves de grippe admis en réanimation est également le plus élevé depuis la saison 2009-2010, (2009-2010 est l'arrivée de la grippe dite A H1N1, la fameuse grippe qui a fait si Npeur au gouvernement de l'époque) avec 2 915 cas depuis le 1er novembre 2017.

    Enfin, l’excès de mortalité attribuable à la grippe est estimé à environ 13 000 décès tous âges confondus. Ces décès concernent des personnes de 65 ans et plus à 93%.

    Un vaccin moyennement efficace

    L’efficacité modérée du vaccin contre le virus de type B/Yamagata, qui a eu un impact important chez les personnes de 65 ans et plus, ainsi que la couverture vaccinale toujours insuffisante (45,6%) chez les personnes ciblées ont contribué à la sévérité de cette épidémie », souligne Santé publique France.

    Pour la saison 2018/2019, la composition vaccinale reste inchangée pour la valence H1N1. Elle sera néanmoins modifiée pour les valences H3N2 et B/Victoria, selon les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

    Source:  Santé publique France, 25 avril 2018

     

  • Message à faire passer...

     

    hyg mains.pdf

     

    Incroyable, non?