Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Santé - Page 3

  • A vomir

    Plus ils en font, mieux on déguinzera ce parti infâme

     

    “L’aérien ne devrait plus faire rêver les enfants” : la mairie EELV de Poitiers dénonce l’association Rêves de gosse qui défend l’aéroclub local et les vols pour enfants handicapés

    Donc la mairie de Poitiers attaque la noble association @RevesdeGosse qui permet depuis des années à des enfants extraordinaires de s’évader de leur handicap et l’accuse de faire du pathos ?!
    Fier de soutenir cette association avec @JoseGarciaOff https://t.co/Lc8YZsC12W

    — Stéphane Fort (@Stephane_Fort) April 2, 2021

  • Surveillance des vaccins

    Surveillance des vaccins

    Cas d'événements thrombo-emboliques signalés non investigués (embolie pulmonaire, thrombose) rapportés en France (données cumulées au 4 mars 2021)

        vaccin COMIRNATY : 24 cas d'embolies pulmonaires, 31 cas de thromboses veineuses profondes, 8 thrombopénies pour un nombre cumulé d'injections de 4 566 776 (cf. rapport n° 8 - page 14) ;

        vaccin MODERNA : 3 cas d'embolies et thromboses périphériques sur un total de 242 797 doses injectées (cf. rapport n° 5 - page 8) ;

        vaccin ASTRAZENECA : 1 cas de thromboses multiples pour un total de 454 545 premières injections réalisées.

    État des lieux des effets indésirables associés au lot ABV5300, en France

    En Autriche ainsi que dans d'autres pays européens, seul le lot ABV5300 a initialement été suspendu, suite au décès d'un patient et à un cas d'embolie pulmonaire survenus après l'administration d'une dose de ce lot.

    Ce lot a été distribué dans 17 pays en Europe. La France en a reçu 316 800 doses depuis le 9 février 2021 et près de la moitié de ces doses ont déjà été administrées.

    Au total, 183 cas d'effets indésirables médicalement confirmés et associés au lot ABV5300 ont été enregistrés en France depuis le début de la vaccination par le vaccin AstraZeneca Dans un communiqué du 13 mars 2021, l'ANSM précise que, parmi ces cas, aucun décès, ni situation de mise en jeu du pronostic vital, ni cas de thrombose ou de thrombopénie, n'a été mis en évidence en France.

    En revanche, l'injection d'une dose issue du lot ABV5300 est associée (selon le quatrième rapport de surveillance - du 26 février au 4 mars 2021) aux signalements suivants :

        un cas de cyanose des extrémités avec désaturation à 86 %, vomissements et fièvre (effets vasculaires) ;

        un cas d'hypoxie suivie, le lendemain, de malaise avec désaturation et hypertension (effets respiratoires, thoraciques et médiastinaux).

    Le quatrième rapport de surveillance du vaccin ASTRAZENECA porte sur les données de pharmacovigilance françaises recueillies en quatrième semaine d'utilisation, soit du 26 février au 4 mars 2021. 
    Depuis le début de la vaccination avec ce vaccin, utilisé majoritairement en ville, le profil de sécurité est dominé par des syndromes pseudo-grippaux, souvent de forte intensité (fièvre élevée, courbatures, céphalées).
    Au total, 3 013 cas d'effets indésirables ont été analysés sur 454 545 injections réalisées au 4 mars 2021.
    Sur la dernière période analysée (26 février au 4 mars), 1 020 cas attribuables à la vaccination ont été retenus, survenus dans 2/3 des cas chez des femmes. Un peu plus d'un quart (27,8 %) de ces effets indésirables sont considérés graves (1 décès chez une personne cumulant plusieurs comorbidités, 12 hospitalisations). La majorité des cas (62,5 %) se rapporte à des troubles généraux et anomalies au site d'injection (cf. Tableau II). 
    Le décès rapporté en France en semaine 4 est survenu après injection d'une dose du  lot ABV5045. 

    Ne pas négliger la gravité potentielle des effets pseudo-grippaux 
    Les syndromes pseudo-grippaux peuvent entraîner des complications sévères (désaturation, méningisme, fièvre à 41°C, convulsion, perte de connaissance avec chutes traumatiques, délire/hallucinations, cyanose des extrémités, hypothermies, etc.), en particulier dans certaines populations.
    Dans ce quatrième rapport, les auteurs proposent d'accroître la vigilance dans les populations susceptibles de voir leurs comorbidités décompenser : 

    • exacerbations de dyspnées et d'asthmes,
    • troubles du rythme,
    • poussées hypertensives hors syndrome grippal,
    • réactions anaphylactiques/urticaires,
    • hypotensions,
    • hypothermies,
    • lymphopénies,
    • déséquilibres diabétiques,
    • myo-péricardites/péricardites.

    Vaccins à ARNm : pas de signal de sécurité 
    L'ANSM a également publié les rapports hebdomadaires relatifs à la surveillance des vaccins à ARNm : 


    Vaccin COMIRNATY : un signal potentiel relatif à la récidive de thrombopénie suite à la seconde dose
    Depuis le début de la vaccination, 8 487 cas d'effets indésirables associés au vaccin COMIRNATY ont été analysés en France, dont 1 528 nouveaux cas signalés entre le 26 février et le 4 mars 2021. Au cours de la semaine 9, la proportion de cas graves reste stable par rapport aux analyses précédentes (24 %). La majorité des cas (graves et non graves) correspondent à des troubles généraux et anomalies au site d'injection. 
    Vaccin Moderna : la surveillance de certains événements indésirables se poursuit
    Largement moins utilisé en France, le vaccin Moderna a été administré à 242 797 français (données au 4 mars), dont 50 544 au cours de la semaine du 26 février au 4 mars 2021 (1re ou 2e dose). 
    Cette cinquième période de surveillance de la sécurité du vaccin MODERNA en France ne montre aucun signal particulier. 
    Depuis le début de la vaccination avec ce vaccin, 302 cas d'effets indésirables ont été analysés, dont 82 en semaine 9 (18 cas correspondent à des effets inattendus).
    La majorité des cas correspond à des réactions retardées locales non graves (plus de 80 %).
    La surveillance attentive des cas d'hypertension artérielle, d'arythmie et de zona se poursuit.
    Pour aller plus loin
    Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19 (ANSM, 12 mars 2021)

    VACCIN MODERNA - Rapport complet n° 5 (ANSM, 12 mars 2021)

  • Qui peut se faire vacciner?

    J'ai entre 50 et 74 ans et souffre de comorbidités

    Qui? Les personnes entre 50 et 74 ans inclus souffrant d’une ou plusieurs comorbidités sont éligibles à la vaccination contre la Covid-19.

    Les comorbidités ouvrant droit à cette vaccination sont notamment:

        les pathologies cardiovasculaires ;

        l'hypertension artérielle compliquée ;

        un antécédent d’accident vasculaire cérébral ;

        une insuffisance cardiaque ;

        des diabètes de type 1 et 2 ;

        des pathologies respiratoires chroniques susceptibles de décompenser lors d’une infection virale, notamment ;

        une sclérose en plaques ;

        un syndrome d’apnées du sommeil ;

        une mucoviscidose...

    Consulter la liste complète des comorbidités

    Source:

    Où? Chez leur médecin traitant ou sur leur lieu de travail.

    Comment? En prenant rendez-vous auprès de leur médecin traitant ou médecin du travail ou lieu de soin.

    Je suis atteint d'une pathologie à haut risque

    Qui? Les personnes de plus de 18 ans atteintes d’une pathologie à haut risque, c’est-à-dire celles:

        atteintes de cancers et maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie ;

        atteintes de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés ;

        transplantées d’organes solides ;

        transplantées par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques ;

        atteintes de polypathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d’organes

        atteintes de certaines maladies rares et particulièrement à risque en cas d’infection ;

        atteintes de trisomie 21.

    Où? Chez leur médecin traitant ou médecin du travail ou lieu de soin ou en centre de vaccination avec une prescription médicale de leur médecin traitant.

    Comment? En contactant leur médecin traitant pour la prescription médicale, puis en prenant rendez-vous dans un centre de vaccination soit:

        sur internet sur sante.fr (également accessible directement depuis l'application TousAntiCovid) dans le centre de leur choix ;

        par téléphone au 0800 009 110 ouvert 7 jours sur 7 de 6h à 22h (numéro vert) qui oriente directement vers les plateformes téléphoniques du centre de vaccination choisi.

    Je suis en situation de handicap

    Qui? Les personnes en situation de handicap, quel que soit leur âge, et hébergées en maisons d’accueil spécialisées (MAS) et foyers d’accueil médicalisés (FAM).

    Où? Dans les MAS et FAM.

    Comment? Les personnes en situation de handicap ou leurs proches peuvent s’informer auprès des MAS et FAM.

    J'ai plus de 75 ans

    Qui? L’ensemble des personnes de 75 ans et plus, quel que soit leur lieu de vie (en établissements ou à domicile).

    Où? Chez leur médecin traitant, en centre de vaccination ou dans leur établissement (Ehpad, USLD, par exemple).

     

    Comment? Concernant les centres de vaccination, les personnes de plus de 75 ans, ou leurs proches, peuvent prendre les deux rendez-vous pour les deux injections sur sante.fr (également accessible directement depuis l'application TousAntiCovid) dans le centre de leur choix.

    Elles peuvent aussi prendre rendez-vous en appelant:

        le numéro vert 0800 009 110 ouvert 7 jours sur 7 de 6h à 22h (numéro vert) qui oriente directement vers les plateformes téléphoniques du centre de vaccination choisi ;  

        le centre de vaccination près du domicile de la personne de plus de 75 ans (les coordonnées téléphoniques sont sur le site sante.fr qui propose une liste complète des centres ouverts dans chaque département).

    Cas particulier: je suis enceinte

    Au vu des données actuelles, la Haute autorité de santé (HAS) et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) estiment que la vaccination est à évaluer chez les femmes enceintes au cas par cas, d’autant plus si elles présentent une comorbidité ou sont susceptibles d’être en contact avec des personnes infectées du fait de leur activité professionnelle.

    Cette évaluation doit être faite en étroite concertation avec le médecin, la sage-femme ou le gynécologue de ladite femme enceinte.

    Par ailleurs, selon la HAS et l’ANSM, sur la base des mécanismes biologiques, il n’y a pas d’effet attendu chez le nourrisson et l’enfant allaités par une femme vaccinée.

    Toutes les informations sur la vaccination des femmes enceintes

    ansm.sante.fr

     

    https://www.gouvernement.fr/les-personnes-eligibles-a-la-vaccination-contre-la-covid-19

  • Dans les ehpad, après la vaccination....

    Tous ces petits vieux qui décèdent après la vaccination et dont personne ne parle!

    Pauvres vieux, triste monde, à Brest, le maire de Lyon a fait des émules , la municipalité (ocialo verte) affame non pas les enfants mais  les  résidents dans son ehpad …

    Une vingtaine  d’exemples de maisons de retraites ravagées par une vague de décès après la vaccination, est  ce encore le hasard?

    Faut il le rappeler, vacciner des personnes contaminées est irresponsable, certains responsables n’attendent pas la  fin de l’épidémie dans l’établissement  et c’est l’explosion!

    Massacre de personnes âgées en RSA à Côme: 21 morts. " Ils avaient été vaccinés. " 85 invités positifs et 54 agents de santé

        Strage di anziani in Rsa a Como: 21 morti. “Erano stati vaccinati”. Positivi 85 ospiti e 54 sanitari

     St Elisabeth Nursing et Gasthuis à Amersfoort. Le 30 janvier, les résidents ont reçu leur première injection. Mais deux semaines plus tard, le virus corona faisait toujours rage dans la maison de retraite. Aujourd’hui, il a été annoncé que 22 résidents sont déjà décédés en une semaine.

     

    https://www.rtvutrecht.nl

    Une épidémie dans une résidence de Los Barrios provoque 46 décès par coronavirus

    La Junta de Andalucía est intervenue dans le centre et a interrompu l’inoculation de la deuxième dose du vaccin

    https://sevilla.abc.es/andalucia

    Lareb: 65 rapports de décès après inoculation avec des vaccins corona

     

    https://www.dvhn.nl

    Toujours en Bretagne, il y a un cluster à l’hôpital de Lannion malgré la vaccination.

    https://www.ouest-france.fr

    L’Ehpad des Meunières souffre durement de la seconde vague du coronavirus. Ce vendredi 12 février 2021, sur 103 lits que compte la maison de retraite de Lunel (Hérault), 48 résidents ont été testés positifs au Covid-19. Deux d’entre eux sont décédés. Quatre sont hospitalisés dans un état grave. Les autres malades sont isolés dans un espace dédié. 62 étaient vaccinés.

    https://www.francebleu.fr

    La campagne de vaccination s’est pleinement engagée les 20 et 21 janvier, date à laquelle 182 résidents ont reçu la première dose du vaccin Déjà lourdement touché par la covid-19 en novembre et décembre 2020, l’Ehpad Hospitalité Saint-Thomas de Villeneuve, à Plougastel-Daoulas, annonce ce vendredi 26 février que quatre nouveaux cas positifs ont été détectés au sein de la structure. "Hier (jeudi) et aujourd’hui (vendredi), deux salariés et deux résidents ont été dépistés positifs au Covid-19

    https://www.letelegramme.fr

    Malgré la vaccination, il y a toujours des cas groupés de Covid-19 dans les Ehpad. C’est le cas, en ce moment, dans deux établissements de Saint-Père-en-Retz et de Pornic qui dépendent de l’hôpital intercommunal du Pays-de-Retz. 30 résidents et 18 membres du personnel ont été contaminés. Les visites sont interdites, la direction lance un appel pour trouver des infirmières et des aides-soignantes pour remplacer les malades et, ce mercredi, une grosse opération de dépistage débute ce mercredi. 300 personnes vont être testées

    https://www.ouest-france.fr

    Douze cas de Covid-19, sur seize résidents, ont été détectés dans l’unité protégée de l’Ehpad du Kreizker, à Plouigneau (Finistère). Une campagne de dépistage massif est menée ce jeudi 18 février 2021. L’établissement restera fermé jusqu’au 24 mars. Les résidents venaient de recevoir leur deuxième dose de vaccin contre le coronavirus.

    https://www.ouest-france.fr

    Près de Thouars. Covid-19 : un cluster à l’Ehpad du Val-d’Or d’Airvault

    Il y a quinze cas chez les résidants et huit parmi le personnel. La vaccination est terminée avec 90% de personnes ayant reçu les deux doses.

     

    https://www.ouest-france.fr/nouvelle-aquitaine/thouars-79100/pres-de-thouars-covid-19-un-cluster-a-l-ehpad-du-val-d-or-d-airvault-1726a47e-76a5-11eb-9299-8020b3fd5e79

     

    Un cluster a frappé de plein fouet une maison de retraite à Arques. Sur les 114 résidents que compte l’établissement, 88 personnes ont été testées positives au Covid-19 à une semaine de la deuxième dose.

     

    https://www.bfmtv.com/grand-lille/replay-emissions/bonjour-lille/arques-un-cluster-dans-un-ehpad-88-residents-sur-114-positifs-au-covid-19_VN-202102230356.html

     

    Bien que vaccinés, 12 résidents de l’Ehpad de Plouigneau positifs à la covid-19

     

    https://www.letelegramme.fr/finistere/morlaix/bien-que-vaccines-douze-residents-de-l-ehpad-de-plouigneau-positifs-a-la-covid-19-17-02-2021-12706168.php

     

    Trois clusters dans les EHPAD de l’hôpital de Boulogne : un appel aux renforts lancé

     

    https://www.lavoixdunord.fr/939574/article/2021-02-18/trois-clusters-dans-les-ehpad-de-l-hopital-de-boulogne-un-appel-aux-renforts

     

    https://www.lejsl.com/sante/2021/01/30/la-doyenne-du-departement-vaccinee-et-en-bonne-sante

     

    30 janv. 2021

    La Villa Sainte-Agnès, la maison de retraite de Bonnay, dans le Tournugeois, a été fortement touchée par le Covid. 37 résidents sur 59 ont été diagnostiqués positifs et plusieurs décès sont à déplorer.

     

    Mais cette semaine, la situation s’est enfin stabilisée puisqu’aucun nouveau cas n’a été signalé. La directrice Camille Felman a fait un point sur la situation et a également donné des nouvelles de l’une des résidentes, Marie-Claudine Fourrier qui, à 110 ans passés, est la doyenne du département. Elle a été testée négative au virus et a d’ailleurs reçu sa première dose de vaccin ce mercredi.

    Mme Marie-Claudine Fourrier, doyenne de Saône-et-Loire (110 ans) nous a quittés le 3 février

    On parle beaucoup de l’Ehpad de Chauny et de son variant…

    Depuis l’apparition du premier cas de Covid-19 le 5 janvier, et malgré les mesures prises par l’établissement (…), l’Ehpad Fontenelle de Chauny fait face à un cluster ayant touché à ce jour 106 résidents sur 111 et 57 professionnels sur 70. 27 résidents sont décédés", a indiqué l’ARS des Hauts-de-France dans un communiqué.

     

    Le 7 janvier pourtant des vaccinations ont eu lieu dans l’Ehpad:

     

    https://abonne.lunion.fr/id221264/article/2021-01-07/35-personnes-vaccinees-chauny

     

    https://www.aisnenouvelle.fr

    Au 22 février, 84% des résidents d’Ehpad ont été vaccinés en Haute-Garonne. Au 22 février, 19 clusters étaient en cours dans les 135 Ehpad et unités de soins de longue durée du département. D’après les derniers résultats communiqués à l’ARS, en début de semaine, 535 résidents et 271 personnels de santé étaient ou avaient été positifs dans les 19 clusters en cours.

    https://www.ladepeche.fr

     

    SOURCE:

     

     

     

     

  • Médecins en colère

    Un traitement précoce

    Face à n’importe quelle maladie, n’est-il pas de notre devoir de soigner les patients? Et s’il n’existe pas de traitement qui fasse l’unanimité dans le monde médical, est-ce une raison pour ne rien faire?

    Depuis 1 an que ce virus est apparu, nous avons beaucoup appris sur lui et sur les complications. Nous savons qu’il évolue en deux phases, d’abord une phase infectieuse virale comme dans une grippe puis une phase inflammatoire où le virus n’est plus en cause directement.

    C’est cette phase inflammatoire qui impose l’hospitalisation en réanimation. Une majorité de personnes fait preuve, heureusement, d’une immunité suffisante pour ne jamais en arriver là. Mais des personnes fragiles n’ont pas cette chance.

    Malgré tous les combats d’égos télévisuels, nous sommes des milliers de médecins à avoir traité les patients qui en avaient besoin dans la première phase de la maladie pour leur éviter ces complications. Et nous le constatons tous les jours au quotidien: CELA FONCTIONNE.

    Les scientifiques qui réfutent cela ne le font que sur la base d’études qui sont à ce jour insuffisantes. Insuffisantes pour prouver définitivement que les traitements marchent, mais également insuffisantes pour prouver que cela ne marche pas. Et souvent ils n’ont aucune expérience personnelle de ces traitements qu’ils rejettent d’un revers de main. Sinon ils ne seraient pas aussi péremptoires. Il existe pourtant plus d’une centaine d’études dans le monde qui montre l’efficacité du traitement précoce en diminuant les hospitalisations, les séquelles respiratoires, la mortalité.

    Dans ces conditions, beaucoup de médecins dans le monde entier et en particulier en France ont décidé de soigner leurs patients malgré l’absence de consensus et la pression négative des institutions. Car c’est notre métier et nous n’accepterons jamais qu’on nous empêche de l’exercer. Nous sommes des gens responsables et il serait temps de nous faire confiance. Ce faisant, nous constatons dans nos cabinets que les malades sont soulagés bien plus vite, qu’ils s’aggravent moins et que nous hospitalisons beaucoup moins. Il serait temps qu’on prenne en compte cette expérience du terrain plutôt que se baser uniquement sur des études hospitalières puisque, justement, c’est en ville, AVANT l’arrivée à l’hôpital qu’il faut soigner.

    De nombreuses publications nationales et internationales laissent penser que le TRAITEMENT PRÉCOCE pourrait reposer sur une ou plusieurs de ces approches thérapeutiques:

        Le zinc à forte dose (60 mg en moyenne).

        La vitamine C qui, à forte dose (plusieurs grammes par jour), a une action antivirale, augmente nos défenses et aide à être moins fatigué.

        La vitamine D si elle n’a pas été déjà prescrite en prévention (on a montré que les personnes qui font des formes graves ont souvent des taux sanguins de vitamine D très bas).

        L’azithromycine, une molécule antibiotique qui, par sa configuration, a également une action antivirale en même temps qu’elle réduit le risque de surinfections bactériennes. Dans de nombreux cas, elle peut, à elle seule enrayer les symptômes en quelques jours.

        L’hydroxychloroquine (vendue en France sous le nom de Plaquenil®) dont l’efficacité sur le virus est bien démontrée. Mais pour qu’elle soit utile, elle doit être absolument utilisée dans la première phase de la maladie.

     

    Il existe même d’autres pistes complémentaires pour soulager et soigner les malades: d’autres antibiotiques de la classe des macrolides, la doxycycline (un autre antibiotique), l’ivermectine (un antiparasitaire comme l’hydroxychloroquine), l’armoise, une plante antiparasitaire très utilisée en Afrique ou en Asie avec des résultats très encourageants (il n’y a pas de recrudescence de l’épidémie en Asie et en Afrique), mais aussi l’aromathérapie, la phytothérapie ou l’homéopathie qui peuvent lutter contre les infections ou soulager les symptômes. Tous ces traitements doivent être prescrits par un médecin en fonction des spécificités de son patient, de ses symptômes et d’éventuelles précautions d’emploi.

     

    En conclusion nous demandons que le médecin traitant soit remis au centre du processus de prise en charge des patients

    et soit la pierre angulaire des démarches sanitaires.

    Nous demandons que de vrais protocoles de soins précoces soient mis en place, que ce soit pour la prévention de la population ou le traitement des malades comme n’importe quelle médecine moderne devrait le faire.

    C’est certainement la meilleure solution pour pouvoir sortir du confinement plus rapidement. Si nous mettions cela en place sans attendre nous pourrions surement passer des fêtes de fin d’année dans la joie d’être ensemble, avec l’amour de nos proches et la sérénité sur le plan sanitaire. Et cela peut nous donner l’espoir qu’en 2021 cette épidémie se termine enfin.

    Depuis 2 mois nous accumulons les décisions liberticides et pourtant le nombre de malades ne cesse d’augmenter. Nous avons, parait-il, dépassé les 40 000 décès, ce qui est 4 fois plus que nos voisins allemands. Il est temps de se rendre compte que la stratégie actuelle décidée par notre ministre de la santé nous amène dans le mur.

    Source:

     

    2e source:

     

  • La course à la conn… rie

    Chez les verts, la compète est lancée… C’est à qui va sortir la meilleure blague de la semaine. En fait, les verts, ce n'est pas un mouvement politique mais un concept qui revisite les grands comiques. C’est un concentré des Marx Brothers, des Pieds-Nickelés et des Branquignols.

    Ça a commencé avec le maire de Lyon, il devait trouver que le Bordelais lui faisait trop d’ombre, qui a dégainé le menu de la cantine sans viande, pas de charcutaille, même pas un blanc de poulet: la viande terminée, les gamins auront droit à un filet de poiscaille bouilli. Surtout pas une quenelle de brochet, de toute façon, la quenelle est un plat néo-nazi à proscrire.

    C’était bien parti pour Doucet avec sa tête de suceur de carottes (bios).

    Du coup, Narcissius Macronus a envoyé Pompili gros poumons au front: elle n’est plus EELV, mais cérébralement toujours, enfin cérébralement, ceci suppose l’existence d’un cerveau… ce n’est pas le sujet du jour…

    Elle a fait la tournée d’une cantoche pour faire l’apologie d’un vrai repas végétarien :

    source:

     

    Les mauvais esprits diront, soupe de courges, fromage de chèvre et poire: c’est le conseil des ministres!

    Par contre, niveau diététique: pâtes+lentilles, c’est féculent+féculent. En plus, gustativement, je suis dubitatif, surtout quand ça s’adresse à des enfants. Les fantaisies culinaires faut les réserver aux adultes consentants.

    Barbara avait quand même repris la main. Comme c’est du haut niveau, le patron des verts, Julien Bayou, le type qui a une tête à épousseter les acariens, a asséné le coup suprême: “Le repas végétarien, c’est le repas laïc par excellence“…

    Barbara n’y avait pas pensé, nous idem: en fait, être végétarien, c’est être contre le séparatisme. Coup double: ce sont des génies je vous le dis !

    Juste une question, les momos, au bout d’un moment, ne vont pas se contenter de bouffer du tofu, vous allez faire quoi les écolos?  Si vous accédez à leurs demandes, les repas seront plus laïcs… vous allez trouver quoi comme justification? J’attends avec impatience.

    Barbara n’a pas baissé les bras, elle est repartie au mastic et c’est beau. Oui elle est experte en tout: cuisine, physique quantique, elle sait tout faire…, elle s’appelle pas Pompili pour rien…

        Les éoliennes, sont-elles écologiques ? @barbarapompili: "Bien sûr que c'est écolo, elles utilisent le vent, une énergie renouvelable.

    "#Europe1 pic.twitter.com/AttH5c7zXV

        — Europe 1

Blog d'une Française de FRANCE: vive la laïcité, vive la FRANCE et la République Française!