Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2017

Où étaient-ils ?

Mais où étaient-ils donc?

Attentats islamistes à Barcelone et à Cambrils. 14 morts, une centaine de blessés dont 30 Français.

Une cérémonie avait lieu à la merveilleuse Sagrada Familia. Le roi et la reine d'Espagne étaient présents, le premier ministre aussi. Le Président portugais et son premier ministre avaient eux aussi fait le déplacement.

30 Français blessés dont cinq dans un état grave et aucune personnalité française n'a fait le déplacement, pas même l'ambassadeur de France en Espagne.

____________________________________________________________________________

Où sont donc ces cons du gouvernement?

Ben, à la plage ou ailleurs... En train de concocter un nouveau coup fumeux !...

Et, s'ils étaient absents, c'est probablement parce qu'il n'y avait aucun muz parmi les 30 victimes dont vous parlez. Rien que des Français "sans dents" ou "rien du tout" (vocabulaire changeant, mais fond identique).

Vive la France ! Et les Français !!! :'((

Et oui la République va à la messe quand elle ne peut pas faire autrement; il faut pour cela l'assassinat d'un vieil homme de 86 ans, prêtre de l'Eglise catholique, par des terroristes. Et c'est le premier miracle du père Hamel, avoir amené la gauche laïcarde à assister à une messe d'hommage à Notre Dame de Paris.

C'est bien de prêcher pour le Vivre Ensemble mais respecter le Chrétiens et les Catholiques de France qui font partie de la communauté nationale serait un progrès sur ce chemin.

Nos politiques sont de pauvres types sans hauteur de vue et sans référence à une quelconque transcendance qui dépasserait leur médiocrité et leurs petits calculs politiciens.

Honneur à cette cathédrale née d'une forme d'utopie grandiose et au nom évocateur: La Saine Famille! Et soutien au peuple espagnol

Siempre

20/08/2017

ATTENTATS DE BARCELONE

Coïncidence? Énorme chance? Miracle?

Dans le film-textes précédent, “les coïncidences“ ou loi du hasard, j'explique comment une tireuse de cartes peut vous faire une révélation qui se réalisera –parmi tout le fatras de ses bêtises- grâce à la loi des grands nombres, le hasard quoi! Le film-textes se termine ainsi:

“Il n'est pas question ici de dire que toutes les coïncidences n'ont pas de sens et doivent être ignorées, en effet les véritables cas improbables peuvent avoir une explication sous-jacente et la recherche de leurs causes est un effort louable. Pourtant, la grande majorité de ce que nous vivons se révèle être plus probable que ce que nous pensons, lorsque analysé avec un œil plus critique. Dès que nous tiendrons compte de ceci, et avec notre propension à la validation sélective, nous regarderons d'un autre œil les événements de la vie et plus encore les affirmations de tout charlatan. charlatans.info

Mais, expliquez-moi ce hasard là: avant tout, situer le contexte à la fois historique et contemporain.

Mes grands-parents paternels ont émigré en France, depuis la région madrilène, en 1915, poussés par une sévère disette. Ma grand-mère à eu 11 enfants, 5 garçons (dont les 3 derniers nés en France), et six filles (dont 5 sont décédées dans leur enfance et que je n'ai pas connues). Mon papa était le dernier de cette grande fratrie (né à Urdos, Pyrénées, en 1921). Toute la famille a obtenu la nationalité française en 1923 et s'est alors installée à Toulouse.

Le frère puîné de mon papa, né en France donc, est parti (en 1936) en Espagne pendant la guerre civile. Il n'a pas pu rejoindre la région de Madrid –berceau de la famille- et s'est retrouvé à Barcelone. Je ne vais pas parler de ses  péripéties pendant la révolution; cependant, il a rencontré une belle jeune fille, il s'en est amouraché. Revenu en France, il ne pouvait oublier son amour, il a demandé la permission à ses parents et est reparti à Barcelone se marier; il y a obtenu la nationalité espagnole et a eu deux enfants, ma cousine germaine  Mercédès et José, son frère. (les prénoms sont changés).

Qui ont eu des enfants eux-mêmes. Nous voici en août 2017.

Voici la chance extraordinaire qui s'est produite ce jeudi 17 août 2017. Ma cousine et son époux vivent dans un grand appartement dans le centre de Barcelone mais, comme la majorité des Barcelonais, elle possède une maisonnette au bord de la plage, éloignée du centre mais débarrassée de la grosse chaleur de cette magnifique et immense métropole catalane. Elle était là, ce fameux triste jour avec son époux et ses petits enfants, dont une adolescente de 17 ans.

Il faut savoir que, traditionnellement, la jeunesse barcelonaise se donne rendez-vous sur Las Ramblas lorsque les jeunes doivent se retrouver pour aller s'amuser. Mercédita (la petite-fille de ma cousine) avait rendez-vous avec tous ses ami-es, vers 17 heures. Elle avait demandé la permission, le matin, à sa grand-mère pour aller les retrouver dans la soirée et ma cousine avait dit: “d'accord, à condition que tu aie rangé ta chambre“…..

La petite traîne toute la journée, puis se pomponne des heures dans la S.D.B. et, prête à sortir se présente devant ma cousine: “my abuela, je sors!". Fine mouche, ma cousine: “attends, tu m'avais promis de ranger ta chambre, laisse-moi la voir“. Bien évidemment, elle était en désordre. Et ma cousine a refusé que sa petite-fille ne parte –et oui, éducation stricte dans ma famille- vers Las Ramblas où, sans aucun doute, l'attendait un funeste destin.

Ho, bien sûr, elle aurait pu ne pas être sur le passage de la voiture des terroristes islamistes… mais, imaginez si elle avait “vu“ cette horreur… qui l'aurait hantée toute sa vie accompagnés de violents  troubles psychologiques, très longs à guérir.... très longs à guérir.... ou pas. Elle aurait eu d'énormes difficultés pour rentrer…. Barcelone a été bloquée toute la nuit par les autorités, mettant en difficulté des centaines de milliers de gens. … où aller? pas de transports; comment revenir (seule peut-être?) à la maison de la plage… l'angoisse de ses grands-parents, des parents….

Toutes mes pensées sincères et émues vont à toutes les personnes si atrocement blessées dans leur chair ou leur esprit. De quelques pays, nations ou religions elles soient. Maudits soient-ils pour l'éternité!

Alors, coïncidence ou pas?

chance ou pas? miracle ou pas?

A vous de déterminer….

 

coïncidences : https://youtu.be/rgRz6MqifF4

 

Barcelone : https://youtu.be/9iLVHv7nyJw

 

18/08/2017

ESPAÑA, mi corazón!

En nombre de mis antepasados ​​... la compasión, la fuerza de mi amor...
Viva España


00001.jpg

08/08/2017

Pour les sépians et sépianes: info à rire et à pleurer!

DGCCRF: Rappel d’une boisson " Moose Juice " de la marque Muscle Moose en raison d’une teneur déclarée trop élevée en vitamine B6

La DGCCRF informe le 31 juillet 2017 d’un avis de rappel d’une boisson " Moose Juice " de la marque Muscle Moose.

        Nom du produit: MOOSE JUICE

        Marque: MUSCLE MOOSE

        Désignation Ou Modèle:

        Tous les parfums, tous les lots

        Anomalie: Une teneur déclarée trop élevée en vitamine B6: 80 mg/l. Cette teneur annoncée en vitamine B6 est supérieure à la limite de sécurité de 15 mg/jour pour les enfants de plus de 12 ans et 25 mg/jour pour les adultes, fixée par l’AESA (Agence Européenne de Sécurité des Aliments).

        Mesure prise par le professionnel: Retrait et rappel du produit.

NB: On ignore tout de l’entreprise qui a procédé au rappel, secret défense ?

 

amoose-juice300x228.jpg

 

 

 

 

 

 

Selon l’EFSA à propos des valeurs nutritionnelles de référence: conseils sur la vitamine B6.

Le groupe scientifique sur les produits diététiques, la nutrition et les allergies (NDA) a établi des apports de référence journaliers pour la population de façon suivante:

    0,3 mg pour les nourrissons âgés de 7 à 11 mois ;

    0,6 à 1,4 mg pour les enfants âgés de 1 à 14 ans ;

    1,7 mg pour les hommes adultes et les garçons de 15 à 17 ans ; 1,6 mg pour les femmes adultes et les jeunes filles de 15-17 ans ;

    1,8 mg pour les femmes enceintes et 1,7 mg pour les femmes qui allaitent.

Valeurs nutritionnelles de référence: conseils sur la vitamine B6

____________________________

L’ESFA a fixé des valeurs nutritionnelles de référence pour la vitamine B6 dans le cadre de la révision des avis scientifiques sur les apports en nutriments.

Le groupe scientifique sur les produits diététiques, la nutrition et les allergies (NDA) a établi des apports de référence journaliers pour la population de façon suivante:

    0.3 mg pour les nourrissons âgés de 7 à 11 mois ;

    0.6 à 1,4 mg pour les enfants âgés de 1 à 14 ans ;

    1.7 mg pour les hommes adultes et les garçons de 15 à 17 ans ; 1,6 mg pour les femmes adultes et les jeunes filles de 15-17 ans ;

    1.8 mg pour les femmes enceintes et 1,7 mg pour les femmes qui allaitent.

Le groupe scientifique a dérivé l'apport journalier pour la vitamine B6 en se basant sur de nouvelles données établissant les besoins moyens en vitamine B6 pour les femmes. Les experts ont utilisé ces données pour extrapoler les besoins moyens pour les hommes, les enfants, les nourrissons, les femmes enceintes et allaitantes, et ils ont calculé l'apport journalier nécessaire pour tous ces groupes d'âge. Le groupe scientifique recommande que des études supplémentaires soient réalisées sur les besoins en vitamine B6 pour ces groupes de population.

La vitamine B6 est une vitamine soluble dans l'eau, qui joue un rôle important dans le corps humain. Elle contribue au métabolisme énergétique du corps, à un fonctionnement normal du système nerveux, à la formation des globules rouges et à la régulation de l'activité hormonale. Les aliments contenant de la vitamine B6 comprennent le poisson, la volaille, le foie, les pommes de terre et les fruits (sauf agrumes).

L'EFSA a recueilli des commentaires et des contributions sur la version préliminaire de cet avis scientifique lors d'une consultation publique qui s’est étendue sur six semaines.

http://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/160624

 

05/08/2017

Et la prononciation? un désastre, un naufrage épouvantable!....

La faute d'orthographe ou le nivellement par le bas du français

Par Claude Duneton

Le niveau du français a baissé ces dernières années. L'individu francophone ayant subi depuis deux ou trois générations «une mithridatisation au pédantisme». Le chroniqueur du Figaro Claude Duneton (1935-2012) analysait ce phénomène avec humour.

Je faisais la queue devant les guichets du RER, à la gare du Nord, à Paris, lorsque j'avisai une pancarte bleue, posée sur un pied à la manière d'un instrument de musique, qui disait: «Patientez ici qu'un guichet se libère.» Bizarre formulation! Patienter n'est pas un verbe transitif: on ne patiente pas quelque chose, ou quelqu'un. On patiente cependant quelques minutes, mais on ne patiente pas son copain - on ne patiente pas qu'il arrive. On l'attend!

La gare du Nord est une gare internationale, la plus achalandée de France paraît-il, avec près d'un million de voyageurs chaque jour. La foule canalisée par des sangles bleues parlait des tas de langues diverses, je me suis cru un instant projeté en pays étranger avec cette pancarte insolite où l'on avait substitué «patientez que» à l'ordinaire «attendez que»... Qui donc a écrit cette ânerie? Qui a fabriqué les pancartes (il y en avait plusieurs)? Qui les a installées devant les guichets? Sûrement pas le même employé.

Il est curieux que dans une entreprise d'État de l'envergure de la SNCF il n'y ait personne qui sache suffisamment le français - des ingénieurs, des chefs de secteur, que sais-je? - pour faire corriger une erreur aussi grossière qui ne donne pas une haute idée du niveau d'instruction du personnel, pourtant recruté sur concours. Quelle gêne!

Le seuil du tolérable s'est abaissé

Faut-il voir là un exemple caricatural de ce que Pierre Merle décrit dans un livre comme étant du français mal-t-à-propos (L'Archipel)? Il désigne sous ce vocable emprunté aux liaisons mal placées que faisaient les anciens ignorants: «un français mal bâti, mal fagoté, perdant comme à plaisir sa grammaire, son orthographe, son légendaire sens des nuances et le reste, un français d'à-peu-près»?.. Il est parfaitement exact que le seuil de ce qui est tolérable s'est beaucoup abaissé au cours des quarante dernières années. L'idée même de faute de français s'est progressivement effacée à cause de la connotation moralisante du mot «faute», qui l'a fait bannir du vocabulaire des gens avisés dans une société où la notion de morale est finalement rendue suspecte.

Toute «déviance» devient donc normale, ou même enrichissante selon certains: un mot pris pour un autre - chose qui, naguère, faisait sursauter l'auditeur - ne trouble plus personne, tant l'idée que rien n'a d'importance s'est répandue dans le public français. L'autre jour, une amie a entendu à la radio un journaliste dire sans se reprendre: «Le témoin a déclaré sans encombre»- il voulait dire sans ambages. Une autre personne expliqua lors d'une cérémonie qu'elle venait«pour le recueil», au lieu de «se recueillir»... On pourrait compter des centaines de ces distorsions lexicales dont nul ne fait plus cas. C'est ce que Pierre Merle appelle benoîtement les fautes tranquilles ; «le garçon que je vous parle» ne fait plus réagir, pas plus que «la ville dont je suis allé».

Du moment que l'on discerne ou devine le sens, quelle importance?

L'auditeur sent bien (pour l'instant!) que quelque chose cloche, mais il ne s'estime plus autorisé à intervenir par crainte, le plus souvent, de se trouver politiquement indésirable. Et puis, du moment que l'on discerne ou devine le sens, quelle importance? Vive l'évolution! s'écrient certains linguistes friands de nouveauté. Bien sûr, mais c'est de cette manière aussi qu'une langue évolue à petit feu vers sa fin...

Il est malaisé d'analyser les raisons de cette résignation massive. À l'évidence, l'affaiblissement de l'enseignement lui-même, par abandon calamiteux des exercices de grammaire pratique, indispensables à la maîtrise du français, joue un rôle déterminant. Les grammairiens ont laissé la place aux «linguistes», qui sont des gens que tout amuse et instruit. Les linguistes sont comparables à des amateurs d'émotions fortes qui regardent un enfant se noyer sans faire un geste pour lui porter secours, tant le mécanisme de la noyade - l'enfant crie, fait des gestes désordonnés - leur paraît fascinant à observer.

Il y a, à mon avis, une lente érosion du sens des mots et des phrases que l'on peut attribuer à l'habitude qu'ont prise les gens normalement lettrés de ne plus chercher à comprendre dans le détail. Pourquoi? Parce que depuis un demi-siècle on a trop abusé du charabia pseudo-scientifique, qui s'est propagé comme un chancre mou dans tous les domaines de la vie courante. L'individu de langue française subit depuis deux ou trois générations une mithridatisation au pédantisme. À force de ne comprendre qu'à moitié, il s'est empoisonné le cerveau!

.... et le goubli-boulga de mélange de mots anglais dans notre langue par ces gauchiards de nournaleux copiés-collés de sous-cultures et autres mecs de télé barbus pour ne pas qu'on les prennent pour des lopettes -et c'est raté?

 

 

 

23/07/2017

Mal, mal... mais que j'ai mal à ma France!!!!

Paris: Nadine Z., une femme de 85 ans, expulsée de son logement

Nadine Z., une retraitée de 85 ans, locataire d’un appartement dans le 19e arrondissement de Paris s’est retrouvée à la rue il y a une semaine en raison d’une dette de 4.000 euros de loyers impayés.

Voisins et associations se mobilisent. Nadine Z., 85 ans, a été expulsée le 12 juillet dernier de son logement dans le 19e arrondissement de Paris. Si une solution d’hébergement temporaire lui a été proposée, la retraitée, qui refuse de se rendre à l’hôtel, a été accueillie dans un local associatif après une nuit passée à l’hôpital. Une situation qui découlerait de plusieurs années de dettes.

Voilà 30 ans que Nicole Z. habite quai de la Loire dans le 19e arrondissement de Paris. Fille de résistant, auteure de plusieurs livres de psychologie, elle a été, dans sa jeunesse, l’assistante du prix Nobel de chimie, Frédéric Joliot-Curie. Figure du quartier, elle a vendu il y a une dizaine d’années son appartement mais a contracté un " bail à vie " avec le nouveau propriétaire pour un loyer modéré.

Au fil des ans, les ennuis se sont accumulés, les dettes avec. Selon l’association Droit Au Logement (DAL), la retraitée, placée sous tutelle, a été assignée au tribunal d’instance en 2014 pour une dette de 4.000 euros de loyers impayés. " Manifestement elle ne se défend pas ", déplore le collectif qui avance comme raison probable un manque d’information envers la vieille dame. Trois ans plus tard, la situation n’est donc pas résolue et Nicole Z. a vu policiers et huissiers débarquer chez elle la semaine dernière.

“ Hier, on m’a fait sortir de chez moi pour me prendre mon appartement" , explique-t-elle dans une vidéo filmée par l’un de ses voisins. " Depuis je n’ai pas pu rentrer chez moi et j’aimerais bien rentrer chez moi“.

Ce jour-là, la retraitée était sortie de chez elle quand les huissiers sont venus procéder à son expulsion. Quand elle est rentrée, les serrures avaient été changées. (salopards!)

Une solution d’hébergement temporaire lui a été proposée mais la vieille dame refuse d’aller à l’hôtel. Elle a donc été accueillie dans un local associatif où elle a passée plusieurs nuits. Mercredi, elle a été hospitalisée en urgence et a passé la nuit à l’hôtel Lariboisière. Mais chaque jour, elle vient s’asseoir sur les marches de son immeuble. […]

bfmtv

22/07/2017

Le présitante: qui a de l'autorité pour insulter le grand général de Williers, doit mettre cette “autorité“ de tout petit caporal à gueuler vers ceux qui ne font pas leur travail!

Lettre ouverte à Emmanuel Macron sur la réduction des heures d'aides humaines