Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 2

  • Journées du patrimoine: mon œil!

    Basilique St Sernin de Toulouse

    Le musée des traditions et arts populaires - raconté par un ancien

    Le musée était assez difficile d'accès car en plein jardin d'acclimatation donc il fallait beaucoup marcher à pied pour s'y rendre. Le musée était divisé en sections par région, il y avait beaucoup d'objets en exposition et bien plus dans les réserves, d'ailleurs à l'époque ils espéraient trouver un local plus grand pour pouvoir montrer plus de collections.

    Il y avait une collection de maquettes de types d'exploitation agricole en fonction du lieu géographique.

    Outils agricoles, architectures régionales, il était réellement intéressant et unique en son genre. Par contre visiblement laissé dans un abandon total.

    Ils ont eu sa peau c'était prévisible

    "Bien sûr, nous sommes résolument cosmopolites. Bien sûr, tout ce qui est terroir, béret, bourrées, binious, bref, franchouillard ou cocardier, nous est étranger, voire odieux.

    Le musée des traditions et arts populaires a été fermé au prétexte de créer le mucem musée de la civilisation européenne et méditerranéenne.

    Vous remarquez que le mot France est soigneusement évité. C'est en fait un plan général du pouvoir remplaciste section ministère de la culture. Par exemple il existait avant un musée des monuments français dont le nom est devenu maison de l'architecture. Le musée des colonies est finalement devenu musée de l'immigration après un passage arts océaniques et africains. Une partie des collections planquée en cave à servi pour le musée des arts "premiers" anciennement primitifs. On a bien failli réussir à faire sauter le musée de la marine. Le musée de l'homme est passé à la sauce progressiste, là il y avait l'argent de la rénovation que soi-disant ils ne trouvaient pour celui des traditions.

    Le plus frappant c'est que concomitamment à cet effacement ont été créés des musées très identitaires mais pour certaines minorités: le musée d'art et histoire du judaïsme, un département des arts islamiques au Louvre alors qu'on avait déjà l'institut du monde arabe, etc.“.

    Eradiquer l'identité et le passé du petit peuple de souche. Ensuite prétendre que nous ne valons rien et que l'Afrique nous a tout apporté.

    La gauche républicaine de Blum était d'ailleurs très respectable. Mai 68 a été un grand remplacement idéologique de la gauche.

    La SFIO serait classée d'extrême-droite avec la gauche actuelle.

  • Là,  cela dépasse tout ce qu'un humain peut entendre!

    Martinique: "Jamais nous n’aurions cru recevoir un protocole pour faire mourir les patients"

    La polémique continue en Martinique… Le protocole du Conseil de l’Ordre était-il destiné à faciliter la fin de vie de personnes de toute façon destinées à mourir ou bien à les achever par euthanasie au lieu de les soigner?

    En tout cas le journal qui publie les articles ci-dessous tire la sonnette d’alarme; la Macronie gouverne par ordres donnés aux journaux de publier SA VÉRITÉ et rien d’autre… Lire la mise au point finale de la rédaction à la fin de notre article.

    DES MÉDECINS DÉNONCENT

    Des médecins martiniquais ont contacté notre rédaction pour dénoncer des "pratiques" qu’ils jugent intolérables. Ils s’alarment tout particulièrement d’un mail qui leur a été adressé par l’Ordre des médecins concernant un protocole de soins palliatifs pour les patients Covid à domicile, un protocole qui revient, selon eux, à "euthanasier les gens".

    Ils sont une dizaine et ne souhaitent pas que soient divulgués leurs noms. "Nous sommes malheureusement obligés d’alerter de façon anonyme car le système nous musèle. Nous n’avons pas le droit de nous exprimer sous peine d’être radiés…", expliquent en préambule ces médecins.

    Ils déplorent, en premier lieu, l’absence de prise en charge efficace de la grande majorité des patients atteints de Covid-19. "Pourquoi le Conseil de l’Ordre des médecins (COM) ne propose-t-il aucun protocole pour soigner les malades du Covid? La seule pratique en cours consiste à prescrire du Doliprane aux malades puis à les renvoyer chez eux. Au mieux, ils guérissent seuls. Au pire; leur état de santé se dégrade et ils vont remplir les lits de la Meynard".

    "Des traitements qui ont prouvé leur efficacité existent – l’ivermectine notamment – alors, pourquoi ne pas les utiliser? Certains médecins ont eu le courage de les prescrire, ils ont été dénoncés par des pharmaciens", poursuivent-ils.

    "N’y a-t-il qu’un bon discours"?  

    Ces praticiens pointent, par ailleurs, un mail qui leur a été adressé le 23 août par le président du Conseil départemental de la Martinique de l’Ordre des médecins, le Dr Raymond Hélénon. Dans ce message, ce dernier communique à ses confrères et consœurs les coordonnées de l’équipe mobile de soins palliatifs du CHU et leurs deux procédures "Covid". Des protocoles qui, d’après les médecins nous ayant contacté, consistent à "faire mourir" les malades. "On ne peut nous demander à nous médecins de ville, d’euthanasier les malades chez eux. N’y a-t-il pas d’autres alternatives que de tuer les malades"?

    Et d’ajouter; "Jamais nous n’aurions cru un jour recevoir du Conseil de l’Ordre des médecins un protocole pour faire mourir les patients!".

    "Pourquoi les protocoles proposés en Martinique ont-ils été décidés par le professeur Cabié, alors que ce dernier ne fait même pas partie du bureau du COM?", interrogent, de plus, ces médecins. Autre point dénoncé par ce collectif de médecins: le fait que la stratégie vaccinale soit la seule mise en avant. De façon plus générale, ils s’élèvent contre la difficulté de faire entendre, dans ce contexte de crise Covid, des voix discordantes: "N’y a-t-il qu’un seul discours… le bon discours"?

    "Récemment, rappellent ces praticiens, Martinique La 1ère a reçu, en plateau, des médecins pour parler du Covid et de la prise en charge des patients. À la suite de l’émission, le Conseil de l’Ordre  a envoyé une lettre aux médecins présents et à la chaîne de télévision pour dire, avec violence, que les débats contradictoires devraient être interdits et que le rédacteur en chef aurait dû demander l’autorisation au COM avant d’inviter des médecins. "Un " incident" qui suscite la colère de ces médecins.

    "Les débats contradictoires devraient être interdits? Depuis quand les médias doivent-ils demander l’autorisation pour faire leur métier, dénoncer ce qui ne va pas? C’est juste intolérable!".

    Et de conclure: "L’Ordre des médecins manque à une de ses principale mission; celle d’accompagner et aider les médecins dans leur activité quotidienne".

    Le traitement par anticorps monoclonaux

    Les traitements par anticorps monoclonaux sont des traitements connus et utilisés depuis de nombreuses années pour soigner des maladies auto-inflammatoires chroniques ou certains cancers. Ces anticorps monoclonaux destinés à être utilisés dans le traitement de la Covid-19  miment la fonction des anticorps que notre corps pourrait fabriquer naturellement pour se défendre contre la présence d’un virus.

    Depuis avril 2020, dans le contexte de l’épidémie de coronavirus, les recherches sur des anticorps capables de neutraliser le virus de la Covid-19 ont été lancées au niveau international.

    En France l’ANSM – Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé – a autorisé l’utilisation en accès précoce d’anticorps monoclonaux, dans un cadre sécurisé, pour traiter les patients adultes à risque de forme grave de la Covid-19 dès l’apparition des symptômes.

     (Source Santé.fr)

    D'accord, ce traitement vaut 2000 euros par mois.... Ma fille a eu ce traitement en 1992 et, à l'époque, il coûtait 300 000 Francs (désolée, faites vous même la conversion...) son spécialiste a dit: c'est parce qu'elle a 20 ans qu'on peut faire ce traitement avec des tas d'autorisations spéciales... Ce traitement n'a pas guéri sa maladie auto-immune mais l'a suffisamment bien aidée. Il s'agit d'un traitement en perfusion veineuse qui a duré, je ne me souviens pas trop, mais quelques jours... Mais, je rappelle: c'était en 1992!

    Donc, c'est à dire que la vie d'un Martiniquais coûte trop cher??? n'ont-ils pas les mêmes droits que les Français de métropole????

    Note de la rédactrice du blog...

    Les missions du Conseil de l’Ordre des médecins

    1. Garantir la déontologie; respect de l’éthique et de la déontologie médicale.
    2. Rôle d’instance disciplinaire pour les médecins qui ne respecteraient pas les principes de la déontologie.
    3. S’assurer de la compétence des médecins; tableau des médecins autorisés à exercer et inscription des médecins à ce tableau.
    4. Accompagner et aider les médecins dans leur activité quotidienne.
    5. Mise à disposition des outils pour faciliter l’exercice professionnel; modèle de contrats, guides pratiques, conseils juridiques, assurance, assistance en cas de conflit entre un médecin et son patient ou entre confrères.
    6. Veiller à la qualité des soins et au respect des droits des patients.Il s’assure de l’indépendance professionnelle de tous ses membres dans leurs relations avec l’industrie pharmaceutique et biomédicale.
    7. Conseiller les pouvoirs publics dans les réflexions sur les évolutions du système de santé. Il est présent dans de nombreuses instances, intervient comme expert auprès des ministères, des Agences régionales de santé (ARS) et des organismes français de santé publique (Haute Autorité de Santé, Agence nationale de sécurité du médicament…).

    Interlocuteur des pouvoirs publics, il rend des avis sur les projets de lois et décrets.

    L’une des principales missions du Conseil de l’Ordre des médecins est de veiller à la qualité des soins et au respect des droits des patients.

    France-Antilles Martinique

    Source:

    Le directeur de l’hôpital proteste et veut porter plainte pendant que Martinique-France Antilles   défend son droit de donner la parole aux contestataires

    Suite à notre Dossier sur un protocole de soins pour les patients en fin de vie en cette période de Covid, le Centre hospitalier universitaire de Martinique (CHUM) a souhaité réagir. Nous apportons sa contribution au débat.

    Dans un texte adressé aux médias, la direction du CHUM précise que "dans le numéro du France-Antilles du 9 septembre 2021, en page 2 et 3, des médecins martiniquais, non identifiés, dénonçaient des "pratiques"  concernant un protocole de soins palliatifs pour les patients Covid à domicile, qui revenait, selon eux, à "euthanasier les gens" . Plus loin dans l’article, ces médecins (NDLR: en réalité le président de l’Ordre des médecins défendant ce protocole, en page 3) indiquaient que les protocoles qu’ils dénonçaient, avaient été décidés, selon leurs dires, par le professeur André Cabié, infectiologue au CHU de Martinique".

    Le CHU de la Martinique tient à préciser " que ces protocoles sont destinés à soulager la souffrance et améliorer le confort des patients ayant de graves problèmes respiratoires. Ces protocoles sont des protocoles nationaux, issus de la Société Française de Soins Palliatifs, publiés lors des retours d’expérience de la première vague de Covid. Ils ont été transmis au Conseil de l’Ordre des médecins de Martinique suite à de multiples questions des médecins généralistes aux équipes du CHU de Martinique".

    Le CHU "considère que les propos de ces médecins sont calomnieux et procède donc à un signalement auprès du Procureur de la République".

    "Jamais nous n’aurions cru lire un tel degré de désinformation"

    "Les phénomènes de désinformation ont été exacerbés à l’occasion de la crise engendrée par l’épidémie. Certaines informations sont mal comprises, d’autres sont délibérément créées pour tromper, jeter le trouble, induire en erreur l’opinion publique ou encore pour favoriser certains intérêts.

    La Martinique endeuillée se réveille encore tous les matins par la litanie tragique des noms de personnes décédées du Covid, par la souffrance des familles, des amis et alliés. Durant le seul mois d’août, nous déplorons 335 décès à l’hôpital qui, ramené à la population française, équivaut à plus de 60 000 morts. Une poignée d’anonymes (médecins?) opposés à la vaccination ignorent volontairement, derrière ces noms et ces chiffres, les derniers instants de ces personnes qui meurent dans les affres atroces de la sensation d’étouffement, quand ils respirent 40 fois par minute en détresse respiratoire asphyxique évoluant ensuite vers l’encombrement agonique.

    Jamais nous n’aurions cru lire un tel degré de désinformation, car en soins de ville comme à l’hôpital, l’accompagnement des personnes en fin de vie est une exigence morale, un impératif à l’apaisement des souffrances qui reste le devoir du médecin. Des soins reposant, non seulement sur des compétences médicales et techniques, mais, aussi sur une approche globale et pluridisciplinaire de la personne, sont requis pour soulager au mieux, en premier lieu, la douleur physique, les souffrances psychiques, relationnelles, sociales et spirituelles, engendrées chez la personne en situation palliative par la maladie grave, évolutive et potentiellement mortelle.

    Jamais nous n’aurions cru lire un tel degré de désinformation, car la loi du 9 juin 1999 votée à l’unanimité par le Parlement garantit un droit d’accès aux soins palliatifs pour toute personne en fin de vie (article 1) pour faire cesser toutes les situations d’indignité qui entourent encore trop souvent la fin de vie, rendre accessible à tous le droit aux soins palliatifs ; pour développer l’accès aux soins palliatifs à domicile ; pour associer pleinement la personne et ses proches à tous les processus de décision concernant sa fin de vie ; pour le respect des directives anticipées émises par la personne.

    Jamais nous n’aurions cru lire un tel degré de désinformation, car il est aussi important de permettre à un patient de mourir apaisé que de sauver des vies. Dans la situation actuelle, certaines vies ne peuvent être sauvées mais toutes méritent nos soins pour les soulager. Tous les traitements proposés ont pour objectif de soulager et accompagner les patients conformément à la loi. Aucun n’a pour but d’abréger la vie.

    Jamais nous n’aurions cru lire un tel degré de désinformation, car les soins palliatifs promeuvent le " non abandon" , la " non souffrance"  et interdisent l’acharnement thérapeutique pour les plus vulnérables, pour ceux qui vont mourir… "

    Les signataires de ce texte sont:

    . le directeur général du CHU de Martinique, Benjamin Garel

    . le président de la Commission Médicale d’Etablissement, Pr François Roques

    . la vice-présidente de la Commission Médicale d’Etablissement, Dr Sandrine Julie

    . le vice-doyen de l’Université des Antilles, Pr Christophe Deligny

    . le directeur de l’Espace de réflexion éthique régional, Dr Ruddy Valentino

    . les membres de l’équipe des soins palliatifs membres du Comité éthique,  Dr Ingrid Laudarin, Dr Natacha Guerry, Dr Clarisse Borry-Litree, Dr Katlyne Polomat

     

    La position de la rédaction

    L‘objet de l’article cité était de confronter des points de vue, notamment celui de médecins opposés à ce protocole officiel. Comme pour chaque sujet traité par les journalistes de notre rédaction, la parole a été donnée à chacune des parties, dans ce cas précis des médecins, mais aussi l’Ordre des médecins qui était directement visé. Autant d’éléments portés au débat, qui permettent à nos lecteurs et plus largement aux citoyens de se forger une opinion. C’est le rôle des médias.

    Mais la crise sanitaire violente que nous vivons est passée par là, et a attisé bien des tensions existantes. Le CHUM, qui défend bien certainement " une ligne officielle ", croit bon aujourd’hui de tenter d’empêcher tout autre point de vue. C’est son droit après tout. Et c’est pour cela que nous apportons au débat cette façon de voir des signataires, qui ne peuvent pas se prévaloir d’un droit de réponse au sens de la législation dans la mesure où aucun d’eux n’est cité dans notre article. Mis à part un médecin, nommé dans la réponse de l’Ordre, mais qui ne fait pas partie de ces signataires…

    La crise sanitaire a bel et bien tendu bon nombre de choses dans notre pays Martinique. Pour paraphraser les signataires ci-dessus, avant cette crise, " jamais nous n’aurions cru " recevoir de la part de la direction d’un service public et de son service communication une " sommation d’insérer " à un organe de presse. De même, "jamais nous n’aurions cru" que selon le principe du droit de réponse, ce dernier puisse être adressé à l’ensemble des médias, et non au seul concerné par ce dispositif de loi… ni que des confrères concernés ni de près ni de loin s’empressent de le publier.

    Cette période particulière, ou toute forme de pression de part et d’autre, n’empêchera pas notre rédaction de continuer à défendre des principes journalistiques, avec toujours un seul objectif; l’information diverse et vérifiée que nous devons aux lecteurs de notre journal chaque matin.

    Cyril Boutier, directeur éditorial

     

    https://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/sante/un-protocole-de-fin-de-vie-qui-suscite-bien-des-debats-587659.php

  • Touché, coulé!

    C’est un sondage plutôt réconfortant qui vient de tomber:

    Selon une étude Via Voice pour Libération, 59% des Français ne veulent plus que Macron se représente en 2022. Un désaveu cinglant de sa politique mondialiste dévastatrice et de sa façon de traiter le peuple français, qu’il a toujours méprisé.

    Source BFM - Ha!

    71% des sondés estiment que le monarque de l’Élysée ne les représente pas bien et 67% jugent qu’il n’est pas proche des gens.

    C’est le moins qu’on puisse dire après les torrents d’insultes que notre Président a déversés sur ceux qui ne sont rien.

    Mais le pire est que 55% de ces gueux qui ne sont rien estiment qu’il n’est pas crédible et 56% le jugent incompétent pour nous sortir du bourbier.

    Quand on se prend pour le nombril du monde et qu’on est jugé incompétent par la plèbe, la pilule est dure à avaler.

    Il est vrai que Macron n’a cessé de mentir et de retourner sa veste, disant tout et son contraire en fonction de l’auditoire du moment. Un beau parleur certes, mais à la langue fourchue. Plus personne ne le croit, plus personne ne lui fait confiance, tant il détruit le pays avec ses délires mondialistes.

    Mais tout cela n’est pas nouveau.

    Dès l’été 2017, soit 100 jours après son arrivée, il s’effondrait dans les sondages, comme aucun Président avant lui.

    Source:

    Il faut dire que la façon dont il a traité son chef d’état-major des armées dès son arrivée ne laissa planer aucun doute sur l’arrogance de l’orgueilleux personnage.

    À la fois odieux, grotesque et puéril, son comportement à l’encontre du général Pierre de Villiers, sèchement recadré publiquement, reste un monument d’ignominie.

    “Je suis votre chef” avait osé hurler le gamin Président immature, qui n’était pas encore né quand le Cema intégrait l’armée! C’est dire l’orgueil du monsieur.

    Un quinquennat qui démarrait très mal et qui s’achève en laissant la France dans le pire état depuis 1945.

    3000 milliards de dettes, un déficit chronique démentiel, une industrie laminée, une agriculture asphyxiée par une concurrence déloyale et des normes UE intenables, une balance commerciale déficitaire de 70 milliards, un chômage toujours aggravé par une immigration de masse ruineuse.

    Ajoutons à ce sinistre tableau les pires chiffres de l’insécurité, qui font de la France le pays le plus dangereux d’Europe.

    Sans oublier l’islamisation galopante qui disloque la nation, avec une menace terroriste omniprésente.

    Les mini-califats prospèrent sur la lâcheté d’un État qui n’a plus aucune autorité et a peur des minorités qui imposent leur loi.

    Naufrage sécuritaire, fracture identitaire béante, faillite économique, dictature sanitaire et capitulation face à l’islam politique conquérant, tel est le bilan de ce quinquennat. Le pire de tous les temps.

    Avec Macron, il n’y a plus qu’à attendre le face-à-face imminent annoncé par Gérard Collomb!

    On comprend donc l’abîme qui se creuse entre le peuple et celui qui est censé le protéger.

    En fait, ce sondage Via Voice traduit une réalité que  la Macronie refuse de voir, mais qui peut représenter le salut pour le pays.

    D’une part, les 3/4 des électeurs ne veulent plus d’un duel Macron/Le Pen qui reconduirait l’illuminé de la mondialisation à l’Élysée.

    D’autre part, depuis l’été 2017, Macron se traîne à 35% d’opinions favorables.

    Mal aimé et se complaisant dans la culture de l’échec, Macron espère néanmoins tromper le peuple pour être réélu. Le Machiavel de l’Élysée est capable de tout.

    Mais rien ne prouve qu’il aura de son côté la finance, le grand patronat, la presse et les juges pour le réinstaller sur le trône comme en 2017.

    Cette situation politique est favorable à Éric Zemmour.

    Un électorat désabusé qui ne croit plus en ceux qui ont détruit le pays, qui ne veut ni Macron ni Marine, mais qui entend ne pas se laisser déposséder de son pays par les mondialistes et l’islam conquérant, peut très bien trouver en Zemmour le candidat salvateur qu’il attend depuis 20 ans.

    Un vrai patriote aux commandes, qui ne jure que par le peuple en clamant “la France d’abord”, ce serait enfin le bout du tunnel et le retour de la France souveraine.

    Zemmour peut compter sur la sphère patriote et sur les millions de Français qui pensent en majorité comme lui. L’immense vivier des abstentionnistes n’attend que lui pour retourner aux urnes.

    Puisse ce sondage réaliste se traduire dans les urnes, en balayant ceux qui ont échoué et trahi, en portant au pouvoir du sang neuf, dont la seule ambition n’est pas le pouvoir mais le redressement de la France.

    Mais attention! 

    Primo, la façon éhontée dont la presse a couvert la monstrueuse fraude électorale aux États-Unis prouve que ce fléau peut très bien sévir en France. Avec les machines à voter et le vote par correspondance que certains veulent rétablir pour raison sanitaire, le pire est possible.

    Secundo, il faut s’attendre à des coups bas venus de l’establishment, peu disposé à partager son fromage. Zemmour ne traînant aucune casserole, il vont tout essayer pour le barrer, comme il l’ont fait avec Fillon.

    Les mondialistes, ce sont ceux qui ont barré Norber Hofer en Autriche, qui ont torpillé Fillon, Salvini  et Trump. Ils sont capables de tout.

    Source:

    Tous les patriotes sont les ennemis des mondialistes, donc des cibles à abattre.

    C’est donc au peuple de déjouer toute machination antidémocratique.

    En attendant, dès demain, le temps de parole d’Éric Zemmour à l’antenne sera décompté. Telle est la décision du CSA qui juge que le journaliste est dorénavant un acteur politique.

    Source: la honte est sur eux!

    Jacques Guillemain

     

    Source:

     

  • Un livre pour ouvrir vos yeux

    Lydie Montié nous donne des explications claires et précises sur la demande d’asile et lève le voile sur des réalités souvent méconnues du grand public.

    Quelques extraits:

    Pendant les premières années, j’ai vraiment eu l’impression que j’exerçais une mission juste et honorable. Il faut dire que, dans une très grande majorité, les personnes accueillies obtenaient le droit d’asile: elles relevaient quasiment toutes des critères établis par la Convention de Genève. Cette Convention, rappelons-le, définit le terme de réfugié dans son article 1er ; elle précise que sera reconnue réfugiée toute personne " qui craint avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques. " Il s’agit des personnes qui ont quitté leur pays de nationalité et qui, du fait de la crainte précitée, ne peuvent ou ne veulent se réclamer de la protection de ce pays. […]

    Loin des idéologies et des opinions toutes faites, je ne m’en tenais qu’aux faits. Or, très vite, j’ai été surprise de constater que beaucoup de familles kosovares arrivaient de la même ville qui, je le précise, n’était pas la capitale de ce petit pays. Je trouvais curieux que ces personnes aient connaissance d’une ville de province française et y arrivent directement. Quand je les interrogeais sur leur itinéraire et sur les raisons qui les avaient emmenées jusqu’en notre région, elles avaient toutes le même discours: " c’est le passeur qui nous conduisait, mais on ne savait pas exactement où il nous emmenait… ". Les passeurs étaient, eux, parfaitement informés du parcours du demandeur d’asile en France et ils déposaient " leurs clients " devant la préfecture où les intéressés devaient se faire enregistrer comme demandeurs d’asile pour pouvoir ensuite être hébergés. Mais les Kosovars en question savaient très bien, eux aussi, où ils se trouvaient car il ne leur fallait pas beaucoup attendre avant de " rencontrer " un compatriote: cette rencontre, vous vous en doutez, ne devait rien au hasard. Il s’agissait souvent d’un membre de leur famille, frère, cousin, oncle… Pourquoi ne pas dire la vérité alors? On peut tout imaginer: liens entre réseaux de passeurs et familles installées depuis plusieurs années? Peur de représailles de la part desdits passeurs? En tout état de cause, je ressentais une certaine gêne chaque fois que je découvrais que la vérité était cachée ou transformée. […]

    Il est donc mensonger d’affirmer que l’asile n’entraînerait aucun " appel d’air ". Pourtant, j’ai souvent entendu des gens soi-disant bien informés faire une telle déclaration de manière publique et d’un ton assuré… Soyons sérieux! […]

    Plus grave encore, c’est le détournement pur et simple du droit d’asile: la première fois que j’ai pu faire ce constat, je dois avouer que je suis tombée de haut! Il s’agissait d’un jeune homme que des membres de sa communauté m’avaient présenté comme étant un ami. Ce soi-disant " ami ", ils l’avaient, disaient-ils, rencontré à leur arrivée en France et il les aurait aidés par sa connaissance de la langue française puisqu’il était arrivé quelques années avant eux. Bon, pourquoi pas! C’était plausible. En tous les cas, l’ami était très sympathique puisqu’il se proposait de leur servir gratuitement de traducteur lors de leur entretien avec leur avocat. Oui, les personnes en question avaient été déboutées du droit d’asile par l’OFPRA et elles avaient fait appel devant la Cour nationale du droit d’asile. Elles avaient donc trouvé un avocat qui avait d’ailleurs si bien défendu leur dossier que la Cour a annulé la décision négative de l’Office et leur a reconnu la qualité de réfugié, ce qui a eu pour effet de les autoriser à séjourner en France avec tous les droits attachés à leur nouveau statut. […]

    Pourtant, d’autres déceptions m’attendaient. Quelques mois plus tard, dans cette même communauté, il y a eu un cas bien plus grave. Un homme avait obtenu l’asile sur un motif politique, disant qu’il avait été persécuté dans son pays par le gouvernement en place. Or, il y a eu, peu de temps après, un changement de régime dans le pays et c’est donc son parti politique qui était sorti vainqueur des élections. Cet homme n’est pas, pour autant, retourné dans " sa chère patrie " où il ne craignait plus rien mais qui ne lui manquait manifestement pas. On peut d’ailleurs remarquer qu’aucune autorité française ne le lui a demandé! Mais, ce qui est le plus hallucinant c’est que, quelques mois plus tard, son propre frère est arrivé en France sous un faux nom, se faisant passer pour une personne d’un bord politique différent de celui auquel il appartenait et il a également demandé l’asile pour motif politique… […]

    Je me souviens aussi d’une femme de nationalité algérienne qui venait d’arriver en France pour demander l’asile et à qui j’avais demandé comment elle se trouvait dans le quartier puisqu’elle était hébergée dans notre CADA. Sans aucune hésitation, elle m’a répondu: "Ah, c’est comme là-bas!

    "Vous avez bien compris que "là-bas" désignait son pays, l’Algérie!

    Comment en était-on arrivé là? Comment avait-on pu accepter que des résidents qui avaient sans aucun doute obtenu depuis longtemps la nationalité française ne parlent toujours pas français? […]

  • Enfermez cette démente:

    Après avoir remercié un certain « Jean-Pierre Belmondo », la candidate écolo Sandrine Rousseau écrit : « Une dernière cascade qui j’espère n’aura pas été trop difficile »

     

    Cette imbécile patentée qui veut faire "du styl " et se goure de prénom, pour finir avec une phrase lamentable. Mais tout va bien, on a bien un président qui pense que la Guyane est une ile?