Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LA VERITE!

  • Retraite des élus: si on en parlait!

    Et si on parlait maintenant pour changer de la retraite de nos élus, voici quelques questions tabous à se ou à leur poser .

    Sans faire d’antiparlementarisme, on peut constater que dans notre République égalitaire, certains sont plus égaux que d’autres!

    Et ce qui est extraordinaire c’est que de la NUPES au RN, il semble y avoir a consensus!

    De là à considérer que tout ce cirque des 64 ans est là pour amuser la galerie, il n’y a qu’un pas…

    Nous nous livrerons donc avec délectation à du populisme primaire, ça soulage!

    – Pourquoi un député au bout de seulement cinq ans de cotisation retraite touche une retraite moyenne de 1 500 €/mois alors qu’un employé pour 42 années de cotisation touchera 896 euros en moyenne?

    – Pourquoi, au bout de deux mandats de six ans chacun, un sénateur peut-il toucher plus de 3 700 € par mois de retraite?

    – Pourquoi la retraite des élus n’est-elle pas prise en compte dans l’écrêtement (8 200 €) des indemnités d’élus.

    – Pourquoi une cotisation retraite d’élu rapporte-t-elle en moyenne 6,50 € pour un euro cotisé pendant vingt ans alors qu’un salarié du régime général touche entre 0,87 et 1,57 € pour un euro cotisé pendant quarante-deux ans?

    – Pourquoi un élu peut-il cumuler ses différentes retraites (jusqu’à 5 retraites)?

    – Pourquoi un élu peut-il travailler en touchant sa (ses) retraite(s) d’élu complète(s) sans plafond de montant alors que le citoyen lambda ne peut le faire sans dépasser la valeur de son dernier salaire?

    – Pourquoi les élus ont-ils une retraite par capitalisation et l’interdisent-ils résolument aux " autres " qui n’ont droit qu’à une retraite par répartition?

    – Pourquoi les cotisations retraite des élus peuvent-elles être abondées par les collectivités, ce qui permet à un parlementaire de toucher sa retraite à taux plein avec moins d’annuités de cotisation?

    – Pourquoi une partie de la pension de retraite des parlementaires est-elle insaisissable (même en cas de fraude ou d’amende)?

    – Pourquoi un agent public qui voudrait se présenter à une élection législative ne devrait-il pas démissionner de la fonction publique?

    Un salarié le doit, lui, s’il veut travailler ailleurs!

    – Pourquoi deux ans d’allocations chômage pour un salarié lambda du régime général et cinq ans pour les députés?

    Ceux-ci ont-ils plus de mal à retrouver un travail?

    – Pourquoi les députés qui ne se représentent pas peuvent-ils toucher l’allocation différentielle et dégressive de retour à l’emploi?

    Un salarié qui démissionne n’a, lui, droit à rien!

    – Pourquoi faut-il avoir un casier judiciaire vierge pour entrer dans certaines professions et que ce n’est pas le cas pour être élu?

    – Pourquoi la fraude dans la déclaration de patrimoine d’un élu ne vaut-elle pas la prison mais seulement 30 000 € d’amende alors que la simple fraude d’un citoyen pour faux et usage de faux d’un document délivré par l’Administration est punissable de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende?

    – Pourquoi un parlementaire (député ou sénateur) touche-t-il une IRFM (indemnité représentative de frais de mandat) de 5 770 € par mois pour un député et de 6 200 € par mois pour un sénateur, dont l’usage n’est pas contrôlable et pour lequel il n’a de compte à rendre à personne?

    – Pourquoi, durant son mandat, un élu peut-il s’acheter un bien qu’il nomme souvent " permanence ", le payer à crédit avec l’IRFM, qui est de l’argent public, et le garder ou le vendre pour son bénéfice personnel?

     

    – Pourquoi les parlementaires cumulards peuvent-ils toucher plusieurs enveloppes de frais de représentation (frais en tant que président d’agglomération, frais en tant que maire, IRFM en tant que député…)?

    – Pourquoi les restaurants trois étoiles (cinq étoiles?) de l’Assemblée nationale et du Sénat coûtent-ils si peu cher à l’élu?

    – Pourquoi un élu à revenu égal de celui d’un salarié paye-t-il moins d’impôt sur le revenu?

    – Pourquoi parle-t-on toujours de réduire le nombre de fonctionnaires mais jamais celui des parlementaires?

    – Pourquoi les sénateurs se sont-ils versé en 2011, au titre d’un "rattrapage exceptionnel", une prime de 3 531,61 € avant les congés d’été…?

    – Pourquoi aucun chiffre n’existe sur la présence ou non des sénateurs lors des séances au Sénat?

    – Pourquoi la pension de réversion d’un élu décédé est-elle de 66 % sans condition de ressources du survivant alors que celle d’un salarié du privé est de 54 % sous condition de ressources du survivant (aucune réversion au-dessus de 19 614,40 brut annuel!)

    – Pourquoi la retraite d’un élu est-elle garantie et connue d’avance alors qu’un salarié du régime général n’est sûr de rien?

    – Pourquoi un député peut-il cumuler plusieurs " réserves parlementaires " sans que cela se sache officiellement?

    – Pourquoi l’indemnité de fonction d’un député et son IRFM ne sont-elles pas imposables?

    – Pourquoi un député a-t-il droit au remboursement de frais de taxis parisiens (alors qu’il touche l’IRFM pour ça)?

    – Pourquoi un ancien sénateur ou un ancien député ont-ils droit à la gratuité à vie en première classe SNCF?

    – Pourquoi un ancien sénateur et son conjoint ont-ils le droit du remboursement de la moitié de 12 vols Air France par an et à vie?

    – Pourquoi un sénateur peut-il emprunter jusqu’à 150 000 € à un taux préférentiel?

    – Pourquoi les anciens ministres, leurs conjoints et leurs enfants ont-ils droit à la gratuité à vie des vols Air France et à la gratuité à vie des transports sur le réseau SNCF?

    – Pourquoi y a-t-il dans le service des fraudes un service spécial pour les élus?

    – Pourquoi une fraude d’élu est-elle différente des autres pour bénéficier d’un traitement de faveur?

    – Pourquoi un élu condamné définitivement ne rembourse-t-il pas les frais d’avocat dépensés pour lui par la collectivité?

    La réponse :

    On comprend mieux pourquoi ils se battent autant pour être élus… et réélus.

    Alain de Peretti

  • Comment faire dissoudre les associations qui combattent la France

    Les associations qui défendent soi-disant la laïcité ne cessent de combattre la France et les symboles chrétiens et veulent faire supprimer du paysage tout symbole religieux chrétien.

    Par contre, chacun peut constater qu’elles ne s’opposent jamais à l’expansion de l’Islam en France, que ce soit par la création de mosquées, ou par la demande d’avantages de plus en plus nombreux (nourriture halal dans les écoles, piscines réservées, port du voile en entreprise et dans les universités, etc.).

    Il convient donc de savoir comment il serait possible d’agir contre ces associations politiques et comment demander en justice leur dissolution.

    Il y aurait en fait deux axes principaux:

        La question de leur objet social, beaucoup trop vague, alors qu’elles s’octroient un pouvoir qu’aucune loi ne leur confère ;

        La question de leur représentativité, et de la nocivité de leur action politique.

        Attaquer les association laïques par " l’atteinte aux bonnes mœurs, et l’incitation à la haine ".

    En préalable, rappelons que selon l’article 3 de la loi du 1er juillet 1901:

    "Toute association fondée sur une cause ou en vue d’un objet illicite, contraire aux lois, aux bonnes mœurs, ou qui aurait pour but de porter atteinte à l’intégrité du territoire national et à la forme républicaine du gouvernement, est nulle et de nul effet".

    Une association peut être dissoute par décret en Conseil des ministres, dans les cas suivants:

        Provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ou propagent des idées ou théories tendant à justifier ou encouragent cette discrimination, cette haine ou cette violence ;

        Agissements, sur le territoire français ou à partir de ce territoire, en vue de provoquer des actes de terrorisme en France ou à l’étranger ;

        Provocation à des manifestations armées dans la rue ;

        Association présentant, par leur forme et leur organisation militaires, le caractère de groupes de combat ou de milices privées ;

        Association ayant pour but de porter atteinte à l’intégrité du territoire national ou d’attenter par la force à la forme républicaine du gouvernement

    La notion d’atteinte aux bonnes mœurs serait une voie d’attaque de ces associations:

    – Elles provoquent à la discrimination, la haine et la violence envers les catholiques ;

    – Leur façon de se manifester peut les faire assimiler à des milices privées, puisqu’elles n’hésitent pas parfois à recourir à la violence, notamment en saccageant de plus en plus d’églises.

    Leur action porte gravement atteinte à de nombreux chrétiens et Français tout simplement.

    Or, le prolongement de la liberté de conscience est le droit pour chacun d’être protégé contre les atteintes à ses convictions religieuses ou philosophiques, et les musulmans ne se privent jamais d’invoquer " ce droit " à leur profit unique.

    Ce droit est consacré par les grands textes (article 10 de la Déclaration des droits de l’homme: "Nul ne doit être inquiété pour ses opinions mêmes religieuses " ; l’article 1er de la Constitution du 4 octobre 1958 a surtout élevé le respect des croyances au rang de principe constitutionnel en énonçant: " La France assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances'.). Ce droit à la protection du sentiment religieux est aussi affirmé par les textes internationaux, notamment l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme.

    Sur le fondement de ces textes, le juge a consacré le droit au respect des croyances.

    Le Conseil constitutionnel considère que, si l’État " n’a pas à reconnaître officiellement ce droit, il doit au moins le constater, et en tolérer l’usage dans la mesure où ses propres lois n’en sont pas lésées " (Cons. const., 19 nov. 2004, n° 2004-505 DC: Rec. Cons. const. année, p. 173, note Sudre F. ; RFDA 2005, p. 34, note Chelini-Pont B. et Tawil E. ; Annuaire Droit et Religions, 2005, PU Aix-Marseille, p. 473.)

    Si, selon les penseurs de gauche, le principe de laïcité postule le pluralisme des valeurs, cela vaut donc également des valeurs chrétiennes.

    En droit international

    Au plan du droit international, "pour quelque sujet que l’on ravage un pays, on doit épargner les édifices qui font honneur à l’humanité" (De Vattel E., Le Droit des Gens ou principes de la loi naturelle appliqués à la conduite et aux affaires des Nations et des Souverains, vol. II, livre III, chapitre IX, 1983, Genève, Institut Henry Dunant, p. 139).

    C’est ainsi que, posant un principe d’immunité des biens culturels, diverses conventions internationales prévoient que, même en cas de siège ou de bombardement, " toutes les mesures nécessaires doivent être prises pour épargner (…) les édifices consacrés aux cultes, aux arts, aux sciences et à la bienfaisance, les monuments historiques " Convention (IV) de La Haye concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre du 18 octobre 1907. Adde: convention de La Haye pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé du 14 mai 1954 ; statut de la Cour pénale internationale, adopté à Rome le 17 juillet 1998, articles 8 (2) (b) et 8 (2) (e), qui qualifie de crime de guerre "le fait de lancer des attaques délibérées contre des bâtiments consacrés à la religion, à l’enseignement, à l’art, à la science ou à l’action caritative ou contre des monuments historiques".

    Or, pourquoi ces mesures de protection qui prévalent en cas de conflit armé ne prévaudraient pas, également en temps de paix, dès lors que l’objectif de destruction est identique?

    Les droits religieux existent. L’on ne peut pas le nier.

    Ce ne sont toutefois pas tous les édifices cultuels qui bénéficient d’une protection renforcée mais seulement ceux qui appartiennent au "patrimoine culturel ou spirituel des peuples" (Protocole additionnel I aux conventions de Genève de 1949, Genève, 8 juin 1977, art. 53), ce qui montre bien que les lieux de culte sont alors moins protégés en eux-mêmes, dans leur dimension sacrée, qu’en tant que biens culturels appartenant au patrimoine commun de l’humanité.

    Cette protection renforcée se justifie par la dimension symbolique de ces biens qui représentent la culture et la civilisation des peuples. Car à travers la destruction des lieux de culte et autres monuments historiques, c’est parfois l’identité même d’une civilisation que l’on cherche à anéantir, afin d’effacer toute trace de sa présence ou de son existence (Casier F., " Les régimes de protection en droit international humanitaire ", in La protection des biens culturels, ses aspects militaires et opérationnels et l’application aux situations hors conflits armés, Centre d’étude de droit militaire et de droit de la guerre, 22 mai 2014, www.ismllw-be.org/session/2014-05-22-CASIER%20F-Texte%20final.pdf ;Bugnion F., " La genèse de la protection juridique des biens culturels en cas de conflit armé dans le cadre du droit international humanitaire " – (www.icrc.org/fre/assets/files/other/irrc.pdf.).

    Par ailleurs, les statues de la Vierge présentent un caractère sacré, mais également un intérêt artistique et historique et la sécurisation et la protection du patrimoine est encouragée par l’UNESCO.

    Pour l’UNESCO le patrimoine immatériel religieux, du moins celui des grandes religions, apparaît comme la composante d’un ordre juridique transnational destiné à transcender les frontières étatiques nationales pour gouverner les relations internationales privées des personnes, indépendamment ou presque des souverainetés nationales.

    Le patrimoine religieux est ainsi porteur d’un ordre juridique transnational caractérisé par:

        une communauté de personnes suffisamment stable, identifiée et organisée pour asseoir le développement de normes adaptées ;

        une complétude et une autarcie assurées par l’existence d’un législateur, prenant la forme d’un pouvoir de commandement et d’une charte fondatrice et d’un juge ou, plus largement, d’une instance d’apaisement des conflits, selon les expressions employées par Rémy Libchaber dans son bel ouvrage L’ordre juridique et le discours du droit ;

        enfin, une relative autonomie par rapport aux ordres nationaux, ce qui renvoie aux règles de "relevance" étudiées notamment par Santi Romano.

    Le patrimoine immatériel religieux , dans sa dimension temporelle et transgénérationnelle, constitue un fonds commun ayant vocation à se transmettre de génération en génération et à se perpétuer en se renouvelant.

    Par ailleurs, si l’article 28 de la loi de 1905 interdit, pour l’avenir, d’élever ou d’apposer un signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions, les édifices antérieurs sont protégés.

    Afin de se prémunir contre le risque de dissipation, la loi de 1905 pose non seulement des règles d’inaliénabilité et d’imprescriptibilité des édifices cultuels du moins lorsqu’ils sont classés au titre de la législation relative à la  protection des monuments historiques mais accorde encore un droit de préemption au profit des associations cultuelles, des communes, des départements, des musées et sociétés d’art et d’archéologie et de l’État ( L. 9 déc. 1905, art. 17).

    Cette dimension symbolique du lieu de culte justifie une protection renforcée des édifices cultuels envisagés en leur qualité de lieu de rassemblement.

        Quelle est la représentativité des associations dites " Laïques "?

    Dés lors que ces associations introduisent des actions visant à toucher la vie de tous, elles se doivent d’avoir une certaine représentativité.

    En effet, à quel titre subissent-elles un préjudice? D’où leur vient la prérogative de définir ce qu’est la laïcité pour la façonner judiciairement à leur seule volonté  alors que ce droit devrait plutôt revenir au parlement?

    Force est de constater, que sans en être expressément autorisées par la loi, elle se comportent comme les associations anti-racistes, qui peuvent agir sans avoir subi de préjudice propre.

    Un objet social général de " respect de la laïcité " est beaucoup trop vague, et de plus, le respect de la laïcité ne relève pas de leur compétence. Si la laïcité est garantie par la Constitution, aucun texte ne dit que ce sont " ces associations " qui sont chargées de la faire respecter, agissant ainsi comme une police des mœurs.

    Ces associations font de la "laïcité" un enjeu politique global qui motive leur engagement, mais le sectarisme, l’intolérance et la surenchère verbale qui les caractérisent masquent difficilement la faiblesse de leurs effectifs et de leurs moyens.

    Ces associations ne sont souvent que les émanations de loges maçonniques selon lesquelles  le cléricalisme obstiné et reconquérant de la hiérarchie vaticane doit être combattu: il ne faut manquer aucune occasion de le dénoncer et de s’y opposer. L’esprit de croisade survit encore, toujours aussi malfaisant. La laïcité constitue l’antidote le plus efficace contre les entreprises de recléricalisation, en France et en Europe " [[" Humanisme " n°223, septembre 1995.]].

    Ce ne sont la que quelques pistes juridiques, qu’il faudrait approfondir et peaufiner.

    Mais il faut surtout passer à l’action et bloquer l’action de ces associations devant les tribunaux ; tant que les accusations dont elles peuvent faire l’objet n’ont pas été traitées, il faut leur dénier ce pouvoir d’agir.

    https://www.ichtus.fr/la-laicite-dans-le-droit-francais

    Albert Nollet

  • LE CHIFFRE DU JOUR

    20 000 euros par "retenu" en centre, contre 961 euros par ancien

    Qui parle des centres de rétention administrative, pudiquement appelés CRA? Personne, jamais. Pourquoi? Parce que c’est un scandale.

    Dans ces centres, chaque "retenu" coûte précisément à la France la somme de 649 euros par jour soit quelque 20 000 euros par mois…

     À côté de cela, l’allocation du minimum vieillesse atteint 961 euros par mois (à condition qu'il ne soit pas propriétaire, car, au décès, l'Etat récupère -sur l'actif successoral- tout l'argent versé),  Quel scandale. Et ces vieux trop polis ne descendent pas très souvent dans la rue. Ils devraient.

    20 000 euros par mois, pourquoi, comment?

    La France place  en rétention une partie des hommes tout juste sortis de prison – c’est le cas, ici, pour trois hommes sur quatre -, des OQTF (obligation de quitter le territoire français), des étrangers que la justice éloigne de gré ou de force du territoire national, mais aussi des femmes et des familles. Tous attendent, aux frais du contribuable, que ce départ soit possible.

    Il y aurait selon la Cimade 15 000 personnes retenues en France en ce moment. Il y a 26 CRA en France.

    Sans parler des mineurs non accompagnés, qui ne sont ni mineurs ni non accompagnés, et nous coûtent également un pognon de dingue, ni de tout le reste. L’insécurité a explosé en France : 185 cambriolages par jour. 120 attaques au couteau par jour. 67 viols pas jour. Des jeunes femmes tuées de façon atroce, comme Lola, Axelle Dorier, ou cette ravissante italienne découpée en morceaux et mise dans une valise par vous savez qui.

    Les églises attaquées à la machette, incendiées chaque jour, pendant que les mosquées prolifèrent, ça suffit.

    La gare du Nord, qui n’est plus la France, selon Amine Elbahi, juriste français d’origine kabyle. 80 % des détenus font le ramadan. Par ce chiffre, on sait qui remplit majoritairement les prisons.

    Qu’attendons-nous? Que la France tout entière soit comme la gare du Nord, qu’elle ne soit plus la France ?

    Cessons tout d’abord, de toute urgence en cette période de crise, de dépenser "un pognon de dingue" pour ces gens et contre nous-mêmes.

     

  • Non mais, on rêve!!!!!!

    La Norvège s’accuse d’avoir participé au racisme dans le monde!!

    “Comment la Norvège a rendu le monde plus blanc.” Voilà l’intitulé du projet de recherche NorWhite de l’université de Bergen en Norvège, que révèle Fdesouche. Un projet par ailleurs financé à hauteur de plus d’un million d’euros par le gouvernement. Et ce, à quelle fin ? Expliquer que les Norvégiens ont contribué au racisme en diffusant la “blanchité” dans le monde par le biais du colonialisme et de la peinture.

    Le document de présentation décrit la “blanchité” comme " l’une des principales préoccupations sociétales et politiques actuelles ". L’objectif est donc d’aborder " un champ de bataille distinctement différent avec la politique de la blanchité dans l’art et l’architecture ". Très simplement, ces chercheurs expliquent que les chimistes norvégiens ont révolutionné la peinture blanche en 1916, la dotant de bien meilleures couverture et opacité que celle qui était utilisée jusqu’alors. Ce qui a eu pour conséquence que de nombreux bâtiments du pays ont été peints en blanc brillant… et prouverait donc que la blanchité a été imposée comme une valeur supérieure. 

    En introduction, les chercheurs affirment: "La blanchité n’est pas seulement une condition culturelle et sociétale liée à la couleur de la peau, aux privilèges et à l’exclusion systématique, mais elle se matérialise partout autour de nous ", et poursuivent : " Bien que la Norvège ne soit pas une puissance coloniale conventionnelle, ce projet montrera comment le pays a joué un rôle de premier plan au niveau mondial dans l’établissement du blanc comme couleur supérieure.

    " Voilà, maintenant vous le savez, de votre maison peinte en blanc à l’apartheid, c’est de la faute de la Norvège.

     

  • Christianophobie

    Photo: basilique St Sernin de Toulouse

    la longue liste des faits antichrétiens en 2022

    En ce début d’année, Famille chrétienne se retourne sur l’année passée et dresse un triste bilan des actes christianophobes en France en 2022. L’hebdomadaire catholique parle d’une " déferlante de vols et de profanations dans toute la France ".

    Les attaques s’étaient faites nombreuses dès le premier mois de l’année puisque, le 5 janvier 2022, un homme détruisait des statues et une vitrine à coups de barre de fer dans la basilique Saint-Denis. Dans la nuit du 6 au 7, on déplorait plusieurs attaques, notamment dans l’église Saint-Germain de Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne, l’église Saint-Pierre à Bondy et Saint-Germain-l’Auxerrois à Romainville dans la nuit du 9 au 10 janvier. La nuit précédente, une relique de saint Jean-Paul II avait été volée dans l’église de Paray-le-Monial. En janvier toujours, le 16, dans l’église du Saint-Esprit à Paris, une hostie est profanée, broyée et jetée au sol. L’église avait été cambriolée avec effraction la veille. Le 25 janvier, dans la cathédrale de Blois, un homme en djellaba, armé d’un couteau et portant un Coran semble chercher le curé. L’homme est arrêté par la police à temps.

    Le 16 février, c’est une provocation qui dépasse la sphère catholique : le jeune influenceur Benjamin Ledig se filme en train de twerker dans l’église Saint-Paul-Saint-Louis dans le IVe arrondissement de Paris. Invité sur des plateaux télé, il fanfaronne et récidive. Il est finalement condamné par le tribunal de Paris, le 22 avril. Le 8 avril, dans la cathédrale de Toulouse, un homme surgit en pleine messe les bras chargés d’explosifs. L’édifice et tout le quartier sont évacués, le coupable a été arrêté. Le 24 avril à Nice, un vicaire est agressé à coups de couteau dans son église, une religieuse s’interpose et est blessée à la main. Les deux victimes ont heureusement survécu. Le 1er mai, la paroisse d’Angers est ciblée par des antifas.

    Des paroissiens sont pris à partie et la façade est souillée.

    Le 1er juin 2022, un reliquaire contenant le précieux sang du Christ a été dérobé. L’évêque du Havre avait condamné une "atteinte insupportable à la foi". La relique a fort heureusement été retrouvée un mois plus tard par un enquêteur. Le 4 septembre dernier, deux jeunes catholiques sont accueillis avec du gaz lacrymogène et à coups de poing à la sortie de la messe de l’église Sainte-Bernadette-de-la-Louvière, à Rambouillet, se faisant traiter de "sales racistes, sales cathos, sales Blancs".

    Et la liste pourrait malheureusement se poursuivre.

    En 2021, 857 faits antichrétiens avaient été recensés par le renseignement territorial, soit 52 % des faits antireligieux recensés.

  • Le gouvernement veut briser les reins de FranceSoir

    Liberté de l’information, pluralisme, indépendance des journalistes… Des mots qui servent de paravent au totalitarisme médiatique actuel. Le cas de FranceSoir est emblématique.

    SOUTENIR POUR SE DÉTROMPER

    En France, les publications doivent recevoir un agrément délivré par la CPPAP (Commission paritaire des agences de presse), organisme dépendant du ministère de la Culture. En mars 2021, cet agrément avait été accordé par Roselyne Bachelot, la ministre de l’époque, établissant ainsi que le titre présentait "des informations, des analyses et des commentaires […] susceptibles d’éclairer le jugement des citoyens", comme le veut l’article 2 du décret du 29 octobre 2009 qui fixe les critères d’admission.

    Le 30 novembre 2022, FranceSoir apprend par voie de presse que le ministère a décidé de ne pas renouveler l’agrément CPPAP du journal pour "un défaut d’intérêt général" et que les contenus à propos de la crise du COVID-19 porteraient "atteinte à la protection de la santé publique".

    À quelques mois d’écart, quel grave changement a pu amener la nouvelle ministre de la Culture à désavouer son prédécesseur? La décision serait-elle liée au révélations de FranceSoir avec le dossier Fact & Furious quinze jours avant?

    DÉNIGREUR DES POLITIQUES DE SANTÉ PUBLIQUE?

    FranceSoir est en première ligne depuis l’épidémie du COVID-19. Il fait partie des rares médias à donner la parole à des spécialistes en infectiologie comme le Pr Didier Raoult ou le Pr Christian Perronne. Accusé d’avoir dénigré les "politiques de santé publique" mises en place par le gouvernement, le Pr Perronne est complètement blanchi de ces accusations par la chambre disciplinaire de première instance d’Île-de-France de l’Ordre des médecins le 22 octobre 2022.

    Cette décision montre le professionnalisme des rédacteurs de FranceSoir qui ont ouvert leur média à cet épidémiologiste compétent alors que ses positions étaient contestées par les “experts” officiels déployés par les médias du régime. 

    Les Bras Cassés Du Debunking

    L’agrément de la CPPAP est indispensable car il conditionne la défiscalisation des dons. Or FranceSoir ne vend pas d’édition papier, ses revenus sont issus uniquement des dons de ses lecteurs en ligne. La ministre le sait très bien. La proximité des dates entre les révélations de FranceSoir et la suppression de son agrément incitent à faire le lien. D’autant plus quand on regarde le dossier et les conditions d’agrément de la CPPAP à Fact & Furious, augmentées d’un contrat avec l’AFP et de l’accréditation des médias nationaux et même “oxydantaux”, comme site de “debunkig” anticomplotiste.

    Les compétences de l’individu, ancien militaire et ancien barman opérant seul au fond de son garage, ne sont journalistiques que par l’adoubement des officines ministérielles et de leurs affidés. 

    LA MISSION DE TROMPER

    Cette affaire met à jour les dessous actuels du traitement de l’information. Pour accréditer leurs thèses (COVID, climat, énergie…), le régime en est réduit à faire appel à ce niveau de compétence. Même leurs écoles de journalistes pourtant soigneusement formatés ne sont plus capables de fournir ce type de rédacteur. Le paravent des médias officiels, reconnus et légitimés n’est qu’un décor digne des marionnettes.

    Pendant que des professionnels débitent leurs informations sur les plateaux et dans leurs journaux à grands renforts de subventions, le brouet indigeste est préparé au fond de garages par des bras cassés. Comme Antoine Daoust, fondateur de Fast & Furious, tellement sérieux qu’il a été obligé de fermer son site, mettant à jour tout le montage avec des soutiens de l’AFP à l’Élysée, validés par les médias officiels, tous pris la main dans le sac.

    À ce niveau, ce n’est évidemment plus une erreur, mais une volonté manifeste de tromper l’opinion publique. L’énormité du dossier inciterait à la méfiance, sauf qu’un phénomène similaire de manipulation a été mis à jour aux États-Unis par Elon Musk avec Twitter et que, comme par hasard, les GAFAM s’en sont pris à FranceSoir. En 2021, Google déférençait le titre et YouTube censurait sa chaîne. Les complotistes ont bon dos… 

    SUBVENTIONNE OU LIBRE

    Aujourd’hui en France, les seuls médias reconnus officiellement sont tous subventionnés, et grassement :

    https://www.ojim.fr/aides-a-la-presse-2021

    Source:

    Les rares rédactions dissidentes à l’équilibre économique précaire, sont sous surveillance (Valeurs actuelles, Politique Magazine…), voire persécutées (Rivarol…) ou disparaissent (Minute…). Un seul exemple emblématique: L’Humanité, quotidien d’un Parti communiste incapable de constituer un groupe parlementaire, ne survivrait pas sans l’aide de l’État, alors que le quotidien indépendant Présent a cessé de paraître. 

    Face à la puissance de l’appareil d’État, la situation pourrait sembler désespérée. Elle est au contraire une extraordinaire occasion de manifester un vrai soutien à la liberté d’expression. Toujours dans l’Histoire, seule compte la population dans les rues, aucun pouvoir ne peut résister.

    Ça tombe bien, une manifestation est prévue pour soutenir FranceSoir samedi 14h30, 38 rue Fabert 75007 Paris :

    https://www.francesoir.fr/videos

    Thierry Decruzy