Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LA VERITE!

  • Zemmour A RAISON!

    Robert Paxton : « Vichy parvient à faire reporter la déportation de Juifs citoyens français » (MàJ – L. Joly : « La politique de Vichy ne visait pas à déporter les Juifs français. »)

    Je ne comprends plus rien. Dans cet entretien du Monde avec Robert Paxton censé donner tort à #zemmour sur Pétain, l'historien dit la même chose que lui. https://t.co/HmuYkhoGa5 pic.twitter.com/9xhuacRznk

    — Pierre Sautarelski (@FrDesouche) December 2, 2021

    Vidéo intégrale :

    Le Monde

    Le Mémorial de Caen organise une conférence sur le sujet mardi 30 novembre, avec l’un de ses meilleurs spécialistes, l’historien Laurent Joly. Entretien.

    (…)

    Pourquoi avaient-ils ce sentiment de protection, si dans les faits la politique de Vichy les visait?
    Vous oubliez l’occupant. Pour les nazis, il n’y avait aucune distinction à faire entre les Juifs. Mais, en Europe de l’Ouest, mieux valait, pour des raisons « psychologiques », commencer par déporter les étrangers, pour ne pas trop émouvoir les populations, et pour s’assurer de la collaboration des autorités locales. Ce calcul a été fait aux Pays-Bas, en Belgique et en France occupée. La politique de Vichy ne visait pas à déporter les Juifs français. Et la loi française ne permettait pas de les interner, sauf ceux qui ne s’étaient pas soumis à l’obligation de recensement (loi du 2 juin 1941). Pour Vichy, les Picard, les Lambert, les Lyon-Caen devaient rester en France, mais avec un statut de sous-citoyens. En revanche l’État français souhaitait activement se débarrasser des juifs étrangers ainsi que des naturalisés…

    Les Juifs de France qui avaient combattu sous les drapeaux pendant 14-18 se sentaient particulièrement à l’abri… Parce que Pétain était lui-même un héros de la Première Guerre?
    Dès l’été 1942, Vichy sacrifie sans hésiter les Juifs étrangers ayant porté les armes pour la France. Très clairement, le gouvernement Pétain-Laval ne s’est pas mis en situation de protéger efficacement les « vieux juifs français » qui avaient combattu en 14-18…

    In fine, les Juifs de France ont été moins décimés que ceux d’autres pays. Pourquoi ?
    Il y a deux raisons principales. La première relève de ce qu’on peut appeler l’environnement social. Il demeure relativement protecteur pour les Juifs, même en France occupée. J’ai plus particulièrement étudié, dans mon livre L’État contre les Juifs, la mise en œuvre de la rafle dite du Vél’ d’Hiv. Je constate que les gens ont été le plus souvent recensés à leur domicile d’avant-guerre, ils gardent des voisins non juifs, qui peuvent les prévenir, les aider, etc. D’autre part, à la différence de presque tous les pays, ce sont des agents ordinaires de l’État qui procèdent aux arrestations en France. Or tous ne sont pas zélés. Il y a des fuites, des “ratés“. C’est ce qui explique — découverte que j’ai faite — que dès la première grande rafle visant des femmes et des enfants, près des deux tiers y ont échappé. Un tel bilan n’a pas d’équivalent ailleurs en Europe de l’Ouest.

    Télérama

     

  • La Commission européenne bannit Noël, c’est elle qu’il faut  bannir!

    A nouveau, la Commission européenne vient indirectement de nous insulter! Par l’initiative d’une cinglée maltaise, rémunérée environ 25 000 euros par mois… Helena Dalli, commissaire européen a osé publier un guide intitulé Guidelines for Inclusive Communication, Recommandations pour une communication inclusive. L’on pourrait en rire mais à tout prendre avec humour, ces sangsues de l’UE, non élues, nous infligent mesures et directives inacceptables!

    Au-delà du ridicule, ce document est infantilisant voire humiliant, pire encore, nie les Européens… L’obsession pathologique de la promotion de la diversité  a poussé la Commission européenne à rédiger un guide interne sur la communication inclusive, afin que ses fonctionnaires montrent l’exemple à la plèbe.

    " Certains stéréotypes et préjugés inconscients peuvent toujours être présents. Nous devons en prendre conscience pour lutter contre les biais implicites ", il nous faut donc bannir  certaines expressions historiquement connotées. "Coloniser Mars" devra donc désormais s’écrire "envoyer des humains sur Mars". Considérant les précautions prisent à l’endroit des Martiens, vous imaginez ce qu’il en est des migrants…

    "Le mot citoyen pour désigner les gens en général " (…) "Chaque citoyen qui travaille doit connaître ses droits" doit désormais se dire "tous les travailleurs doivent connaître leurs droits" (…) “Attention aux apatrides et aux immigrés: tout le monde dans l’UE n’est pas un “citoyen”.

    On n’est pas chez les fous mais parmi les traîtres et vendus, très onéreusement rémunérés pars nous! La double ou quadruple rémunération: ça suffit! Qu’ils travaillent directement pour le Qatar!

    La formulation "Les immigrants africains ne peuvent chercher que des emplois non qualifiés" doit être remplacée par: "les aspects structurels, tels que le manque d’égalité des chances, conduisent à une surreprésentation des migrants africains dans les emplois non qualifiés ". Evidemment!

    "Les gens sont des êtres complexes avec de multiples caractéristiques et identités. Il est donc important de refléter cela dans notre communication pour garantir que personne ne soit laissé pour compte", explique-t-on en introduction, avant de  proposer ces "lignes directrices" qui "regorgent de suggestions pour aider à communiquer efficacement, avec sensibilité", et "intégrer une approche plus inclusive dans votre travail".

    D’ailleurs chaque visuel des campagnes de communication des institutions européennes se devra de bien veiller à "garantir la diversité en termes d’origines raciales et ethniques, et d’autres aspects de la diversité, y compris la forme corporelle et l’âge ". Pour ce faire, il faudra veiller à choisir "des photos de personnes d’origines ethniques diverses [ainsi que d’autres formes de diversité] pour vous assurer que les images […] représentent la vraie diversité de la population de l’UE".

    Un chapitre est dédié aux "cultures, modes de vie ou croyances". La Commission européenne invite à "éviter de considérer que tout le monde est chrétien" donc "tout le monde ne célèbre pas les vacances de Noël". Pour cette raison, il est préférable de dire "la période des vacances peut être stressante" ou d’utiliser une phrase telle que "pour ceux qui célèbrent Noël, Hanoucca" au lieu de "la période de Noël peut être stressante".

    Etc.

    Fin octobre, le Conseil de l’Europe a lancé dans le cadre du Programme pour l’inclusion et la lutte contre les discriminations une opération hijab, proposant des portraits de  jeunes femmes voilées sur une seule moitié de l’image. "La beauté est dans la diversité, comme la liberté est dans le hijab", disait son slogan…

    Passée dans un premier temps relativement inaperçue, la campagne a fini par déclencher l’indignation ou l’incompréhension d’une bonne partie de la classe politique du pays. Si Éric Zemmour a fustigé un "djihad publicitaire", l’eurodéputé François-Xavier Bellamy (LR) a dénoncé une "dérive très grave“ des institutions européennes, gangrenées par les lobbys islamistes.

    En fait, cette campagne publicitaire puise son origine dans le Forum des organisations européennes musulmanes de jeunes et d’étudiants (Femyso), organisation ayant  "des liens avec la mouvance fondamentaliste des Frères musulmans", ce que Femyso nie. Depuis 2014, Femyso  aurait reçu de la Commission européenne et du Conseil de l’Europe "plusieurs dizaines d milliers d’euros de subventions".

     Ce document est une honte! Se voulant ne discriminer personne, il ostracise la véritable population européenne, de racine chrétienne, incitant à lui parler un charabia ubuesque.

    Quant à Helena Dalli, elle mérite de devenir très célèbre!

    Disons lui toute notre admiration.

    Mitrophane Crapoussin - Riposte laïque

    Il y a une expression à Toulouse: “au fou, lâchez les chiens!"

  • Quelques vérités sur l’Algérie et les Franco-Algériens

    Arrêtons de voir le racisme partout et en quoi est-ce du racisme que de mettre des mots sur des situations qui empoisonnent le quotidien des Français et de rompre avec l’omerta entourant l’origine nationale ou ethnique des fauteurs de troubles?

    Leur renvoyer au visage le vent de haine de la France qu’ils font souffler est un signe de lucidité et de courage politique.

    Ce n’est pas leur témoigner une quelconque hostilité que de leur signifier que le pays des droits de l’homme n’est pas le pays du tout permis et du tout est dû.

    On reconnaît la grandeur des peuples à leur force de faire respecter leur loi sans concession ni compromis. Or, en l’espèce, la France se montre trop laxiste et conciliante avec les populations importées. Elle les ménage, elle se compromet, elle les couve comme une mère-poule et les caresse dans le sens du poil, les flattant et louant leurs mérites comme si elles étaient un don du ciel pour elle. Une aubaine, une chance inouïe pour elle selon les défenseurs de la cause immigrationniste.

    Elle a fait de leur progéniture des pourris-gâtés.

    Elle n’était pas consciente que lesdites populations ne sont pas juives, polonaises, russes, italiennes, espagnoles, portugaises ou chrétiennes d’Orient ou d’Afrique voire chinoises pour en faire une composante à part entière de sa communauté nationale.

    De par son vécu colonial, elle aurait dû anticiper sur le péril qu’elle a transporté chez elle, ces populations majoritairement illettrées et analphabètes ne sont pas les Juifs pour lui apporter une plus-value intellectuelle, humaine, culturelle, économique et scientifique, elles sont héritières d’une culture archaïque, rétrograde et suprémaciste qui, partout où elles s’installent, transforment leur milieu de vie en terres arides et en paysage lunaire.

    Qu’a fait l’Algérie de l’héritage qu’elle lui a légué à son départ et que peut-elle espérer d’une main-d’œuvre qui n’était pas capable de le faire fructifier?

    Que leur descendance aux 2e et 3e degrés soient des Français de plein droit, cela ne change rien à leur comportement, leur psyché et leur substrat culturel et religieux transmis par leurs parents auxquels souvent la France  a donné la dignité dont ils étaient dépourvus dans leurs pays d’origine.

    Ils ne se considèrent pas Français et ne sentent pas concernés par son destin politique et humain, la France est un pays de kouffars, de mécréants qui a osé un jour leur infliger l’injure suprême de les coloniser. Aujourd’hui elle leur offre l’occasion rêvée de se venger de l’outrage qu’elle leur a fait subir.

    Elle a créé elle-même les conditions favorables à leur mainmise irréversible sur elle.

    Des pans entiers de son territoire sont vidés de leurs habitants d’origine. Une sorte de nettoyage ethnique qui ne dit pas son nom. Les cités ouvrières des Trente Glorieuses sont devenues des cités "blédardes" où les mosquées ont remplacé les églises, les imams les curés et les kebabs les bars du quartier, où l’on parle toutes les langues sauf le français comme le dit à juste titre Chevènement.

    Ils ne s’adaptent pas, ils façonnent leur nouvel espace de vie à leurs villages qu’ils ont laissés derrière eux. Si cela ne tenait qu’à eux, ils les auraient reconstruits à l’identique en torchis.

    Ils ne sont pas venus pour s’enrichir et s’imprégner d’une nouvelle culture et de savoir-faire qu’un jour ils pourraient transposer chez eux, mais chez eux c’est aussi la France, terre d’Allah à conquérir, ils sont là pour tirer profit des opportunités que la France leur offre et qui sont aussi le piège qu’elle s’est tendu elle-même.

    À cause la générosité de son système social et sa politique nataliste avantageuse pour les familles nombreuses, la France s’est faite la meilleure alliée de ses ennemis.

    Incapable d’assumer son passé colonial et d’établir un véritable bilan entre le sien et celui de leurs occupants turcs et arabes. Elle a peur de se regarder dans son miroir passé comme si elle avait honte de ce qu’elle fut. Alors que comparé au colonialisme arabe, elle peut être quelque peu fière du sien.

    Un colonialisme arabo-turc qui avait fait d’un peuple fier et entreprenant un peuple servile et indolent qui ne sort de sa torpeur que pour cracher son venin sur la France et les Juifs. Victime d’un génocide lors de l’invasion arabo-musulmane, nié et voilé à image de leurs femmes. 1400 ans de sclérose civilisationnelle en dehors des éclaircies du colonialisme français sauf dans le cas de la Tunisie où feu Habib Bourguiba avait su s’inscrire dans la continuité de cette France qui n’était pas une mauvaise élève de la classe coloniale.

    Salem Benammar

    Source:

  • La pourriture n'a jamais évolué

    et n'évoluera jamais!!!

    1. Quand Libé jugeait un spectacle de Joséphine Baker "vieillot, cocardier, poussiéreux, réac, qui sent le pipi de chat et la vieille rosette racornie"

     

        En 1975, l’année où #Liberation se réjouissait de la victoire des Khmers rouges, le journal pourrissait et humiliait #JosephineBaker et son spectacle " vieillot, cocardier, poussiéreux, réac, qui sent le pipi de chat et la vieille rosette racornie ". Une réaction @libe ? pic.twitter.com/rQ96zbai1D

        — François de Voyer (@fdevoyer) November 30, 2021

     

     

     

  • Un membre de Génération Z reçoit

    une lettre de menace de mort

    Il ne fait pas bon se revendiquer ouvertement de droite en 2021. Après les violences répétées des antifas contre le presque candidat à l’élection présidentielle Éric Zemmour à Marseille, les activistes d’extrême gauche ont, semble-t-il, déniché un autre stratagème d’intimidation : les fatwas à domicile.

    Quentin, membre de Génération Z et de l’Action française, est la dernière victime de ces nouveaux inquisiteurs moraux. La missive — soit dit en passant truffée de fautes d’orthographe — qu’il a reçue chez lui recèle tous les poncifs de la rhétorique antifa: "tu es un bon petit facho", "brûle ta casquette Trump", "si tu ne suis pas nos conseils, tu découvriras bientôt la suite"… Yassine Belattar n’a qu’à bien se tenir.

    Avec, pour couronner ce sabir digne de Baudelaire, le classique et indémodable à travers les époques: "Pas de quartiers pour les fachos, pas de fachos dans nos quartiers"…

    Y aura-t-il une tribune des journalistes du Monde ou de Libé pour s’émouvoir de la montée de la violence antifa depuis quelques années? Permettez-nous d’en douter…

    Valeurs actuelles

     

    Antifa de mer….1 petite image pour te faire étrangler de rage

    0-voulons-z.png

  • Qui est l'ordure?

    Attention, quelques mots ne sont pas très catholiques!

    Un soupçon de décence serait le bienvenu chez les médias serviles.

    Car ce sont ces insanités qu’on chantait sur les marches de l’Elysée en 2018. Je vais y revenir.

    Un doigt d’honneur de Zemmour? Et alors?

    Est-il interdit de répliquer quand une malotrue vous agresse? Fallait-il que Zemmour se couche comme Macron le fait devant toute la planète? Non!

    Ignorer l’agression de cette femme vulgaire, ce serait de la faiblesse, ce serait légitimer une atteinte à la démocratie.

    N’inversons pas la charge de la faute. C’était de la légitime défense après l’agression d’une femme grossière et insolente envers Zemmour.

    Un geste d’exaspération parfaitement compréhensible, une riposte légitime, de la part d’un futur candidat, traité de la façon la plus ignoble qui soit par le système, qui ne cesse de le harceler, quoi qu’il dise et quoi qu’il fasse. Du jamais vu au cours d’une campagne électorale.

    La meute qui s’acharne sur Zemmour, l’écume aux lèvres, en le jugeant indigne de la fonction présidentielle, a la mémoire courte. Il est vrai que de nos jours, l’hypocrisie, le mensonge et la violence sont devenues la norme dans le débat politique.

    Si un doigt d’honneur remet en cause la stature présidentielle de Zemmour, que dire des innombrables dérapages de Macron, tous plus indignes les uns que les autres?

    Il est donc temps de rafraîchir la mémoire de tous ces petits juges qui nous assènent leur morale politique de pacotille et de leur rappeler qui a désacralisé la fonction présidentielle de la manière la plus odieuse et révoltante qui soit.

    Dans mon livre "Macron le pire fossoyeur de la France", je rappelais le mépris de notre Président envers le peuple français, régulièrement insulté depuis 2016.

    "Ouvrières illettrées de Bretagne, alcooliques du Nord, fainéants, multirécidivistes refusant un emploi, moins-que-rien, Gaulois (Français) réfractaires aux réformes et qui foutent le bordel“.

    Est-ce digne d’un candidat et d’un Président d’insulter son peuple?

    Et que dire des accusations gravissimes portées contre la France, ce pays sans culture?

    Macron a d’abord fait le procès de la colonisation, en accusant la France de crime contre l’humanité devant les autorités algériennes, oubliant que les plus grands colonisateurs de l’histoire sont les Arabes, qui ont imposé l’islam par le sabre.

    En Afrique, la France a éradiqué les guerres tribales, l’esclavage, les famines, les épidémies, le cannibalisme et même les sacrifices humains. Où est donc le crime contre l’humanité?

    Macron a ensuite accusé nos soldats de torture en Algérie, passant sous silence les atrocités du FLN, dont la barbarie et la sauvagerie dépassent l’entendement. Est-ce digne d’un chef des armées que de salir les unités combattantes?

    Mais c’est à la tribune de l’ONU, devant 193 États membres, que Macron s’est surpassé, lors de la 73e Assemblée générale des Nations unies, à New York, en déclarant :

    "Je viens d’un pays qui a fait beaucoup d’erreurs, beaucoup de mauvaises choses“.

    Difficile de faire pire dans l’ignominie. Qu’on me cite un seul chef d’Etat à travers le monde, qui a insulté son peuple et son pays comme l’a fait Macron.

    Si quelqu’un a désacralisé la fonction présidentielle comme jamais, c’est bien lui.

    Souvenez-vous de la pitoyable affaire Benalla, souvenez-vous du sinistre épisode de Saint-Martin, souvenez-vous de la scandaleuse Fête de la Musique de 2018.

    L’affaire Benalla a mis au grand jour l’existence d’un pouvoir parallèle et les dérives d’un Etat mafieux.

    Voilà un proche de Macron de 26 ans, sans la moindre qualification, bénéficiant de privilèges exorbitants qu’un ministre n’aura jamais, qui a pu prendre en mains la sécurité du Président, au mépris le plus total des officiers de sécurité du GSPR. L’ancien patron du GIGN résume :

    "Alexandre Benalla. J’ai du mal à comprendre pourquoi on forme des super-gendarmes et policiers du GSPR, alors qu’un ancien vigile militant PS peut assurer la protection du Président de la République“. Où se cache le lézard?

    En tout cas, les humoristes se sont vite emparés du sujet!

    A  Saint-Martin, ce fut le pompon. Un président en transes à la vue d’un jeune Noir dépoitraillé, au torse luisant.

    J’ai consacré un chapitre à ce qui fut l’humiliation suprême pour la République et le peuple français.

    Des images ignobles, qui ont fait le tour du monde, où l’on voit notre Président tout sourire se vautrer dans la fange, ayant perdu tout contrôle de soi. Le comble de la bassesse, de l’indignité et de l’indécence.

    Mais les images valent mieux qu’un long discours. Voir ci-dessus

    Enfin, j’en arrive au summum de l’abjection avec la Fête de la Musique de 2018.

    On croyait avoir touché le fond avec ce Président immature et impulsif. Mais pour ce qui est de salir la fonction présidentielle et de désacraliser l’exercice de la magistrature suprême, Macron est incontestablement le virtuose des comportements dégradants.

    Voici ce qu’une équipe de saltimbanques a chanté sur le perron de l’Elysée, devant le couple présidentiel en extase:

    "Ne t’assieds pas, salop..", "Suce ma bit.. et lèche mes boules", "Danse encu… de ta mère ".

     

    source:

     

    Jamais un Président ne nous aura autant insultés, méprisés et humiliés qu’Emmanuel Macron. Il est le déshonneur de la fonction présidentielle.

    La réplique de Zemmour à une femme qui l’insulte, est-elle plus indigne que tous ces comportements abjects que Macron nous inflige depuis qu’il est candidat?

    La meute médiatique accable un patriote profondément amoureux de la France, un candidat qui se propose de redonner tout son lustre à notre nation millénaire.

    Pas question pour la sphère patriote de se laisser intimider par cette caste au pouvoir qui a trainé la France dans la boue, avec la bénédiction d’une presse servile, gavée de subventions.

    Zemmour et son patriotisme affirmé, c’est l’honneur de la France.

    Rien de comparable avec Macron, qui n’a que mépris pour le peuple gaulois.

    Les turpitudes de Macron resteront une tache indélébile dans son quinquennat. Il a largement démontré qu’il était indigne de la fonction.

    Que les patriotes s’en souviennent en 2022.

    Mais je laisse à Gilbert Collard le mot de la fin. Tout est dit.

        “Est-ce qu'un homme politique, un candidat, peu importe qui, peu importe le parti, n'a pas le droit de se déplacer librement dans ce pays sans se faire insulter, sans se faire cracher dessus, sans se prendre un doigt d'honneur? C'est ça qui est scandaleux! “pic.twitter.com/P8uzH3QLQQ

        — Gilbert Collard (@GilbertCollard) November 27, 2021

     

    Jacques Guillemain

     

    https://ripostelaique.com/suce-ma-bite-et-leche-mes-boules-est-ce-plus-digne-quun-doigt-dhonneur.html