Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LA VERITE!

  • Bien fait!!!! et, encore, encore, encore

    Une femme veut défier l’aéroport, mais c’est elle qui sera la perdante …

    Pour des raisons de sécurité, lors d’un passage à l’aéroport international de Rome, il a été demandé à Mme Adzkia d’ôter son foulard [islamique]. Pour cela, on lui a proposé une pièce privative discrète si elle le souhaitait. En prétextant être stigmatisée injustement, elle a refusé. Plus tard, via un réseau social, elle postera ce commentaire: "c’est une question de dignité et de droits humains".

    Comme d’habitude, les media gauchistes font de l’aéroport un lieu islamophobe et de Mme Adzkia, une victime.

    Un monsieur :

    Montrez- moi la loi.

    La policière italienne s’exprimant dans un anglais approximatif:

    Pourquoi? Ce n’est pas une loi. C’est juste une lettre (un règlement, une directive?)

    La femme:

    Montrez-moi d’abord la lettre.

    La policière:

    (Assurément [je vous montre la lettre]?) mais elle est en italien … Non ! Ne me touchez pas !

    La femme:

    Pourquoi? Parce que je représente une menace?

    La policière:

    Oui, vous représentez une menace.

    La femme:

    Pourquoi?

    La policière (pointant du doigt l’arrière de sa tête):

    Parce que vous pourriez cacher quelque chose sous votre chevelure. Si vous n’enlevez pas votre foulard, [on ne peut pas vérifier] si il y a quelque chose à l’intérieur. Vous comprenez? Donc, pour nous, vous représentez une menace.

    Commentaire

    Elle dira plus tard: "Pour quel motif me demandait-on d’enlever mon foulard?"

    Peut-être que Mme Adzkia ne regarde pas les informations? Peut-être n’a-t-elle pas remarqué les tueries perpétrées mondialement au nom de l’islam?

    On devrait lui demander — vous faites toute une affaire quant à "votre dignité et vos droits humains", mais qu’en est-il de la "dignité et des droits humains" de toutes les victimes [du terrorisme islamique]? Les gens décapités, pulvérisés par explosifs, violés, abattus par balle?

    Les officiels de l’aéroport ont déclaré plus tard — " Mme Adzkia ayant refusé d’enlever son voile, le Programme pour la Sécurité National, rapidement traduit en anglais par le personnel, lui a été soumis. Devant son refus obstiné [d’enlever son foulard], notre personnel a été contraint de la refouler hors de la zone réservée au contrôle des passagers".

    Mais Mme Adzkia est retourné dans la zone de contrôle (et elle en profité pour produire cette vidéo) puis elle a quitté l’aéroport de Ciampino.

    Elle a finalement pris un vol au départ de l’aéroport de Fiumicino, passant les contrôles de sécurité sans problème, tête nue cette fois.

    Dans son post sur les réseaux sociaux, Mme Adzkia dit avoir aperçu deux religieuses qui n’ont pas été inquiétées.

    Ça alors, deux nonnes à Rome, voilà qui est bizarre! [NdT : attention à la fourberie des islamistes qui pourraient très bien déguiser des terroristes en nonnes. Donc, elles auraient aussi dû être contrôlées. Il y a une faille flagrante dans la sécurité là.].

    Mme Adzkia, indonésienne, vit et étudie à Londres. Une officielle de l’ambassade d’Indonésie à Rome a déclaré: "À Rome, Mme Adzkia aurait dû se plier aux demandes des officiers de sécurité. Selon l’officielle "nombre de fois où j’ai pris l’avion à Rome, et portant moi-même le hijab, j’ai aussi été soumise aux contrôles de sécurité, ce que je comprends tout à fait eu égard à ce qui se passe dans le monde".

    Traduit de l’anglais par Denis.

    Source : https://youtu.be/BKjoamvuBf4

     

    actualité, société, France, Occitanie, politique, Toulouse,

     

     

     

     

     

  • Courageux! TRES!

    Le violoniste Renaud Capuçon rend ses prix d’un festival allemand contre l’attribution de cette récompense à des rappeurs aux textes jugés antisémites

    La polémique enfle.

    Le violoniste français Renaud Capuçon va rendre des prix musicaux allemanbravo.gif

    ds pour protester contre l’attribution de cette récompense à des rappeurs aux textes jugés antisémites. Il emboîte ainsi le pas à d’autres artistes, comme le chef d’orchestre Daniel Barenboim". J’ai décidé de rendre mes prix ECHO Preis pour protester contre l’att

    ribution de ce prix à un groupe de rap dont les paroles des textes sont racistes, antisémites et indignes de la dignité humaine", a indiqué M. Capuçon dans un communiqué transmis mardi 24 avril à l’Agence France-Presse. Et le musicien de 42 ans d’ajouter: " Toute forme d’art, et bien évidemment la musique, doit être au service de la réconciliation entre les peuples, du dialogue entre les cultures et du respect de chacun".

    Kollegah

    et Farid Bang ont vendu en Allemagne plus de 200 000 exemplaires de leur album Jeune, brutal et beau gosse. C’est la chanson, " 0815 ", dans laquelle ils se comparent aux prisonniers du tristement célèbre camp d’extermination, qui a déclenché une controverse dans un pays hanté par les crimes nazis. Plusieurs lauréats allemands de la manifestation ont rendu leurs récompenses pour protester contre les deux chanteurs, qui ont rejeté tout antisémitisme. La polémique, dans laquelle sont intervenus des ministres allemands et des respons

    ables d’organisations juives, se produit dans un contexte de craintes d’une résurgence de l’antisémitisme en Allemagne. La chancelière allemande Angela Merkel s’est émue de cette situation à plusieurs reprises ces derniers mois.

    www.lepoint.fr

     

  • Dans le cochon, tout est bon!

    Quand les musulmans paniquent à l’idée d’une tranche de jambon dans un rayon halal…

    Il y a quelques mois, une série de vidéos ont été tournées dans des supermarchés français de l’enseigne Edouard Leclerc dans lesquelles des salariés de la grande surface étaient pris à partie par des clients musulmans leur reprochant de mélanger la viande halal avec la viande de porc. Les employés des rayons boucherie se faisaient harceler et réprimander par des personnes de confession musulmane leur reprochant de créer sciemment une confusion, auprès des consommateurs, sur le mode d’abattage de la viande.

    L’obsession  se poursuit au sein de la communauté musulmane qui scrute attentivement les camions de livraison des restaurants et les étals des bouchers afin de dénoncer toutes les dérives concernant la non-séparation entre la viande halal et les autres types de viande, principalement le porc.

    Dans une vidéo tournée au mois de février 2018, le conducteur d’un véhicule filme le décrochage de carcasses d’animaux depuis un camion de livraison et fait le constat qu’un restaurant halal propose du cochon à ses clients.

    Or, il faut rappeler que l’abattage rituel musulman représente un triple danger en France et en Europe: d’une part, l’égorgement des animaux, sans respect du principe de l’étourdissement préalable, est une violation des lois françaises et européennes en matière d’abattage. D’autre part, ce rite islamique constitue un recul sanitaire avec un risque d’infections alimentaires et des souillures par Escherichia Coli. Enfin, l’abattage halal fait l’objet d’une taxe qui est destinée à financer les mosquées en France et les réseaux djihadistes, favorisant ainsi l’islamisation de notre pays et le risque de terrorisme islamique sur notre territoire national.

    Encore une fois, ce n’est pas à la France de se plier aux exigences de l’islam, y compris pour le contenu de nos assiettes. Il incombe aux musulmans vivant en France de respecter les lois du pays d’accueil et de cesser ce harcèlement et ce djihad par le biais de la filière halal.

    Pour plus d’informations sur les actions contre l’abattage Halal, voici le site de Vigilance Halal:

    https://vigilancehallal.com/

     

     

     

  • Les merdias: leur supprimer les aides de l'état, vite!

    Saviez-vous que l'Etat (donc, nos impôts) financent les journaux français? Et pour lire quoi? une diarrhée de gauchiasserie inimaginable!

    Le procureur Courroye: ma tête a été demandée par les medias à Hollande, j’ai été muté…

    Quand les medias font et défont la justice…

    Le réquisitoire du procureur Courroye

    Reconnu comme juge intransigeant sur les affaires politico-financières avant d’être vilipendé comme "proche de Sarkozy", le magistrat défend son intégrité et accuse journalistes, magistrats politisés et politiques dans "Reste la justice".

    A ses débuts, en 1986, il a recueilli les confidences glaciales du " Boucher de Lyon " Klaus Barbie, à la prison Saint-Joseph de Lyon. " Il ne m’a dévoilé que son cynisme " raconte Philippe Courroye de cette première expérience. Il a envoyé en prison Alain Carignon, le maire RPR de Grenoble dans l’affaire du marché de l’eau ; il a instruit les affaires Botton à Lyon, des ventes d’armes à l’Angola et du Crédit lyonnais à Paris. Mais le magistrat, réputé intransigeant avec les politiques, a été cloué au pilori quand, devenu procureur à Nanterre, il a été présenté comme "l’ami" de Sarkozy, avant d’être muté avocat général à la cour d’appel de Paris.

    "Je n’ai connu qu’une pression, celle des médias. Les secrets de l’enquête et de l’instruction ne sont plus des secrets. La présomption d’innocence est devenue une présomption de culpabilité, certains médias s’érigent en procureurs généraux de la nation, les avocats plaident devant les médias et attaquent l’enquête, l’instruction sur la procédure plus que sur le fond. Cela pénalise le magistrat et le justiciable. "

    Êtes-vous un proche de Nicolas Sarkozy?

    "Les contrevérités, “fake news” comme on dit maintenant, je peux en devenir un spécialiste tellement j’en ai été victime. La presse m’a présenté comme le grand ami de Nicolas Sarkozy parce que j’ai eu le tort de répondre à un journaliste que je le connaissais. J’ai été nommé procureur à Nanterre avant son élection, j’ai instruit les affaires concernant ses proches Carignon, Bédier… Dans l’affaire Bettencourt, après les enregistrements effectués chez Liliane Bettencourt révélés par Mediapart, le parquet de Nanterre a effectué 3 345 PV, 357 scellés, 37 perquisitions avant de conclure qu’il n’y avait pas matière à poursuivre. Dépaysée à Bordeaux, l’affaire a abouti au même résultat. Cette accusation bafoue le travail des policiers et de tous les magistrats qui à Nanterre comme à Bordeaux où l’affaire a été dépaysée sont parvenus aux mêmes conclusions juridiques que moi. Je n’ai jamais fait de politique. Un magistrat ne peut pas être politisé“.

    Vous dénoncez une justice politisée et une mutation politique que vous ne souhaitiez pas?

    "Ma mutation a été réalisée avec une rapidité supersonique et inédite (un mois) juste après l’élection de François Hollande à qui ma tête était demandée, y compris par des journalistes. Encore une “fake news” : je créais, paraît-il, des conflits à Nanterre. Or tous mes adjoints au parquet m’ont soutenu. Oui, la justice est politisée. La preuve en a été apportée par ce " mur des cons ", aussi pitoyable que lâche et scandaleux affiché au Syndicat de la magistrature. Pour le moment, cela n’a abouti à aucune sanction à part pour le journaliste qui a révélé son existence, étonnamment enfoncé par les syndicats de sa profession".

    Vous dénoncez aussi les zones de non droit, l’état des prisons et la politique pénale?

    "Les gouvernements successifs ont mis la poussière sous le tapis en laissant l’islamisme radical prospérer dans les zones de non-droit et dans des prisons vétustes et pas adaptées. Pour moi, ces individus doivent être enfermés dans le cadre de dispositifs séparés et spéciaux. La justice ne peut pas être crédible quand 80 000 à 100 000 peines ne sont pas exécutées. Je suis d’accord sur le fait qu’une peine d’un, deux ou trois mois de prison n’a aucun sens. En dessous de six mois ferme, des alternatives sont préférables. Reste à se donner les moyens de traiter et suivre ces personnes. En revanche, le condamné (définitivement) doit aller en prison et purger sa peine“.

    https://www.republicain-lorrain.fr/france-monde/2018/04/15/le-requisitoire-du-procureur-courroye