Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LA VERITE! - Page 4

  • Notre liberté bafouée par les élites

    "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".

    Article 35 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

     

     

    Perso, j'ai voté non à Maastrich: j'avais déjà compris qu'on allait droit dans le mur!

     

    1912.jpg

  • Mordre la main qui te nourri….

    Vendée: des migrants ont saccagé leur foyer car ils étaient mécontents de la nourriture, une association pro-migrants accusée de les avoir incités à l’émeute

    A La Roche-sur-Yon (Vendée), le foyer pour mineurs étrangers non accompagnés du boulevard d’Angleterre a été saccagé, ce jeudi 3 janvier.

    Selon les premiers éléments, une vingtaine de mineurs étrangers se serait révoltée, vers midi. Un mécontentement, semble-t-il, né de la qualité de la nourriture.

    Les fauteurs de trouble s’en sont pris au mobilier de la cuisine et de la salle de repos. Les chaises et les tables ont valsé, des coups ont été donnés dans les portes et les cloisons. La nourriture a été jetée à terre. La vaisselle n’a pas, non plus, résisté au vent de révolte.

    "Nos hommes se sont retrouvés face à des individus impossibles à raisonner. Il n’y a pas eu d’affrontements physiques. Mais la situation était extrêmement compliquée", indique le commissaire Dufour.

    Toutefois, les Etablières ont décidé de porter plainte contre une association de défense de migrants, car une de leurs militantes était présente sur site au moment de la rébellion. Et la direction soupçonne cette dernière d’avoir incité les jeunes à se révolter.

    Actu.fr

     

    Et si on retirait tous les droits civiques, toutes les résidences HLM, toutes les allocations, le droit parental, la nationalité française à ces gens des associations d'aide aux migrants qui sont des traites à la France?

    En faire des apatrides, n'en déplaise à l'ONU! dehors, sales mauvais français! des charters pour le retour chez eux des migrants économiques et des traitres à la France!

    Quand on pense que macrouille met en taule des gilets jaunes qui défendent leur point de vue et leur porte-monnaie, pendant que les policiers, obligés de lutter contrer les vrais Français de France, ne sont pas dans les banlieues où sévit la ségrégation, la partition, la drogue, l'enfermement des filles…

    Macrouille, un de ces quatre, tu sera jugé follement puisque tu est fou!

    Le trop et le peu, gâtent le jeu!

     

  • Quel avenir, pour les Gilets jaunes?

    Ce sera l’une des grandes questions de l’année à venir.

    2019 et ses risques

    Car la colère, bien qu’endormie par la trêve des confiseurs, ne semble pas complètement calmée. L’arrivée subite du prélèvement à la source réservera bien des (mauvaises) surprises aux Français — tant du côté des patrons que du côté des employés. Les atteintes aux libertés seront plus nombreuses et, une fois de plus, essentiellement justifiées par le combat contre les dérèglements climatiques. Citons, pêle-mêle, la fin de circulation des autocars aux normes Euro 4, la restriction progressive de l’utilisation du glyphosate ou encore, à Paris, la réforme des normes Crit’Air, qui pénalisera les conducteurs n’ayant pas les moyens (ou refusant) de remplacer leur véhicule diesel vieux de plus de 13 ans.

    Bien qu’il ait concédé aux Gilets jaunes des réformettes touchant directement au pouvoir d’achat de certaines catégories de Français, le Président n’a pas dévié de sa ligne dans son discours de fin d’année. Parler de "porte-voix d’une foule haineuse", appeler à "changer les choses pour vivre mieux", promettre de nouvelles réformes et, enfin, la diatribe habituelle dans ce pays de France contre "le capitalisme ultralibéral et financier (qui) va vers sa fin".

        Macron: " le capitalisme ultralibéral et financier va vers sa fin " pic.twitter.com/EwGrY7XNh7

         — BFMTV (@BFMTV) 31 décembre 2018

     Avec de telles prémisses, le grand débat national semble parti sur de drôles de bases. Surtout s’il n’est toujours pas question de baisser drastiquement les dépenses publiques pour permettre ce redémarrage dont la France a besoin.

    Un président isolé

    L’exécutif continuera, cette année, à traîner comme un boulet l’affaire Benalla, qui n’en finit plus de connaître des rebondissements. La majorité devra aussi resserrer les rangs, montrer un véritable soutien public au Président, et calmer les électrons libres qui, à l’image du député au sabre-laser, ternissent l’image des institutions en ces temps de crise.

    La crédibilité du monde politique a aussi souffert dans les rangs de l’opposition. La France Insoumise ne s’est pas remise de l’affaire Mélenchon-Chirikou ou, de manière plus anecdotique, du "boloss" prononcé à l’Assemblée nationale en réponse au défi lancé par un animateur de radio.

        Je crois que " boloss " a donc été placé , et dans un discours bien travaillé @Deputee_Obono #challengerelevé !

     De belles fêtes de Noël !

    Les institutions de cette République déjà écornée n’avaient pas besoin de tels spectacles.

    À ce rythme de barnumisation, 2019 s’annonce pire que 2018.

    Pour cette nouvelle année, toute la rédaction de Contrepoints vous souhaite néanmoins d’augmenter, à votre échelle personnelle, votre part de liberté

    Ludovic Delory

    Journaliste, essayiste. Rédacteur en chef de Contrepoints.