Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LA VERITE! - Page 4

  • Brigitouille tacle macrouille

    Les gardes du corps de la présidence de la République sont censés, ou en tout cas les institutions seraient en droit au moins de l’espérer, être muets comme des carpes.

    Il se passe au Palais des choses qui relèvent bien évidemment de la raison d’État et des intérêts supérieurs de notre nation, de notre pays et de son peuple.

    L’exercice du pouvoir peut parfois conduire à des prises de décisions qui n’ont évidemment pas vocation à être étalées à la une des journaux.

    Voir des membres de la sécurité présidentielle " baver " auprès des journalistes n’est pas très rassurant et n’augure rien de bon, tant cela signifie le mépris porté par les sans-dents aux puissants qu’ils devraient être fiers de servir.

    Que l’on soit " pro " ou " anti " Macron, le service de sécurité se doit d’être muet.

    Mais c’est vraisemblablement le prix à payer quand nous avons à la tête d’un pays un jeune homme qui semble manquer cruellement de maturité et de sagacité dans ses choix de communication et d’affichage qui semblent choquer même au plus haut niveau des services de sécurité de la République.

    “Il faut arrêter les conneries maintenant !”

    " Le président de la République s’est pris une “tannée” de la part de son épouse en colère, révèle sur Twitter un journaliste, qui cite un officier de sécurité de l’Élysée.

    Une " tannée ". (sauf que dans mon pays, une tannée est une tabassée, une branlée, des coups quoi!) Brigitte Macron a récemment et bruyamment engueulé son mari et chef de l’État, accablé par les affaires, les déconvenues politiques et une popularité en chute libre, a révélé le journaliste Frédéric Helbert, sur Twitter, mercredi.

    " Selon une top source, il y a quelque temps, à l’Élysée, le président de la République a subi une véritable engueulade, une ‘déculottée’, venues de son épouse Brigitte Macron, qui a tout passé en revue (Benalla, etc.). ‘Ça gueulait si fort derrière la porte qu’on a tout entendu’ (membre #GSPR) ", rapporte-t-il, en citant un membre du groupe de sécurité de la présidence de la République.

    Ne pas faire de bêtise est un choix !

    Le président se perd totalement dans la démagogie et la communication de très bas étage.

    Poser, de cette façon-là, avec ce genre de personne " pas-tibulaire "… mais presque comme disait Coluche, est une insulte à tous les Français, quel que soit leur positionnement sur la palette des couleurs et des origines qui travaillent durement, dignement, et ne se permettraient jamais de devenir braqueur. Voler l’orange du marchand pour nourrir son enfant n’a rien à voir avec le fait de braquer avec une arme. Dans bien des supermarché, quand un pauvre bougre se fait prendre avec le paquet de nouilles le moins cher, les gendarmes sont rarement appelés. Il n’en va pas de même quand l’objet du délit est le dernier jeux vidéo à la mode. Tout le monde sait faire la différence.

    Il n’y a aucun racisme à désigner un bandit pour ce qu’il est. Un bandit. Un homme de bien pour ce qu’il est… un homme de bien. Couleurs et origines n’ont rien à voir la-dedans.

    Il était utile que notre petit mamamouchi reprenne vertement un jeune garçon tout chose qui avait eu l’outrecuidance de lui dire " salut Manu ", pour se faire ainsi mettre des doigts sur les photos par des repris de justice minables.

    Sans doute une certaine idée de la fonction présidentielle toute personnelle de notre cher mamamouchi et de ses conseillers… Dont il devrait envisager également le remaniement et plus que sérieusement. (Je postule Manu… mais ce ne sera pas pour dire des choses sympas. Notre collaboration devrait durer dans les… 5 minutes, montre en main.)

    Macron n’est pas le chanoine de Latran qui devrait pardonner à tous.

    Macron est le président et incarne ce que l’on appelle le pouvoir temporel. C’est assez différent.

    Mais comme Macron aime " tous les enfants de France (ok) même ceux qui n’ont pas eu le choix de ne pas faire de bêtise (pas ok du tout) ", il se comporte comme un curé, et encore, un curé qui n’a pas fait beaucoup d’études de théologie politique.

     L’homme n’a pas le choix de certaines de ses conditions, mais il a toujours le choix de ses choix. À tel point que Dieu nous juge sur nos choix, le jugement de Dieu n’est pas collectif, le jugement de Dieu est individuel. Dieu ne socialise pas les échecs ou les erreurs. Cela appartient à chacun de nous.

    Nous sommes seuls face à Dieu.

    D’ailleurs, justement… voici une petite phrase que j’avais en stock et que j’étais à peu près sûr de pouvoir caser rapidement.

    " Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant ". Ecclésiaste 10.16

    Comme disait " l’autre "… vaste programme!!

    Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

    Charles SANNAT

    Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique.

    Source Valeurs Actuelles

    " À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes " (JFK)

     

    " Liberté? Egalité? Fraternité? Hilarité! "

    on est mal payé mais....

     

     

  • Faisons cesser ce scandale indécent!!!

    Oui, les fonctionnaires de l’Assemblée nationale ont des salaires mirobolants!

    Les salaires et les primes inexpliquées à l’Assemblée nationale: un récit édifiant!

    Un article de l’Iref-Europe

    Après la publication de notre étude sur les privilèges choquants des fonctionnaires de l’Assemblée nationale, Europe 1, le 07/06, puis Le Parisien du 25/06, avaient également mené leur propre enquête sur nos révélations. Ils concluaient tous deux sur des chiffres comparables aux nôtres quant aux salaires (primes incluses) des agents de la Chambre basse.

    Deux autres rapports ont été commandés cet été, mais cette fois en interne de l’Assemblée nationale. L’un devait proposer une réforme ambitieuse pour supprimer ces avantages mirobolants, et l’autre, le rapport Vigier, fournir des éclaircissements sur les mêmes zones d’ombre que nous n’avions pu pénétrer.

    Le poids des syndicats de fonctionnaires a eu raison du premier, qui a été enterré. Le second est incomplet, l’institution ayant délibérément fait de l’obstruction. Pourtant, ces deux rapports "officiels" reprenaient, ou complétaient, notre étude et appelaient à davantage de transparence! Et puis, l’accalmie.

    Plus rien sur ce sujet dans les medias… jusqu’au 27 septembre. Le 27 septembre 2018, Challenges publie un article dans lequel un journaliste déclare avoir enquêté au Palais Bourbon auprès de deux députés, dont les noms ne sont pas révélés, pour découvrir la vérité sur les fonctionnaires de l’Assemblée. Le récit est édifiant et les résultats confirment nos travaux.

    Des salaires élevés, des primes nombreuses et en partie inexplicables

    L’article révèle des salaires élevés, jusqu’à 2,5 fois supérieurs à la norme générale dans la fonction publique d’État.

    "Les secrétaires perçoivent, en moyenne, près de 6 000 euros nets par mois et les agents (accueil, logistique) environ 4 800 euros […], un employé du restaurant ou un gardien tourne à 4 200 euros, autant que le salaire moyen des cadres du privé toutes catégories confondues".

     Sans oublier que les deux secrétaires généraux perçoivent 19 000€ nets par mois et les 19 grands directeurs 16 000€! Soit de 2 120€ à 5 120€ nets de plus que le président de la République.

    Nous y découvrons aussi que treize sortes de primes coexistent, telles que

    " l’indemnité de doctorat, pour les titulaires d’une thèse. Ou celle qui gratifie de 375 euros mensuels les chauffeurs de personnalités politiques".

    Challenges révèle encore que les fonctionnaires peuvent obtenir 25 jours de congés supplémentaires qui s’ajoutent à leurs 5 semaines dues. Pis, certains " stakhanovistes et des tire-au-flanc " font en sorte de ne jamais assumer de travail de nuit tout en bénéficiant des primes attachées aux heures nocturnes. Ce que nous avions dénoncé en juin dernier!

    Enfin, et nous l’avions également dévoilé lorsque nous avions révélé le rapport interne (toujours non public) des deux secrétaires généraux de l’Assemblée nationale, les retraites s’élèvent à 7000€ par mois pour un administrateur, 3 500€ pour une secrétaire et 2900€ pour un chef d’agents. Ce qui est plutôt conséquent, en comparaison de la retraite moyenne française (1300€).

    Pourtant, ces chiffres ne semblent choquer ni le premier questeur, François Bachelier, ni un conseil du président de l’Assemblée qui n’y voit "rien d’incongru". À croire qu’ils ne vivent pas dans le même monde que le nôtre. Ahurissant!

    Cette enquête confirme nos travaux

    L’enquête de Challenges confirme notre étude, comme celle du Parisien et d’Europe1. Si certains salaires sont ici plus faibles que ceux que nous avions énoncés, globalement nos conclusions et calculs concordent. L’Assemblée nationale refusant de fournir un taux de prime par catégorie, nous avions appliqué un taux moyen à tous. Elle confirme également notre dénonciation de la distribution infondée des primes de nuit et des avantages en congés. Tous la perçoivent, qu’ils aient ou non bien effectué ces heures.

    Ainsi convergent les conclusions de toutes les enquêtes citées : celle des deux députés, celle du journaliste de Challenges et celle de l’IREF. Toutes démontrent donc, entre autres, que les secrétaires ont des taux de primes plus élevés que ceux des agents, que certaines primes de nuit sont totalement indues et les avantages en congés, non justifiés.

    Notre étude exploratoire, que l’ancien président du Palais Bourbon n’avait pas hésité à qualifier de mensongère, était donc en réalité très proche de la vérité. Elle aura, sans doute, permis à certaines langues de se délier et à certains observateurs de poser les bonnes questions.

    Contrepoints.org



  • Infâme et dégueulasse!

    Anzin (59) : gratuitement, un "jeune" agresse un enfant handicapé de 4 ans et tabasse sa mère en fauteuil roulant

    Vendredi, à Anzin, une jeune femme et son fils, tous deux handicapés, ont été agressés par un homme qui n’a pas encore été identifié. Les deux victimes ont été légèrement blessées.

    Vers 10h, vendredi, une trentenaire en fauteuil roulant et son fils de quatre ans se trouvaient devant la médiathèque d’Anzin, près de Valenciennes, dans le Nord. Sans raison, un homme a commencé à insulter le petit garçon, handicapé lui aussi. Après s’être moqué de l’enfant, l’agresseur a tenté de lui porter des coups.

    C’est à ce moment que sa mère s’est interposée. L’homme s’en est alors pris à elle. La jeune femme a été arrachée de son fauteuil roulant et jetée au sol. Une fois sa victime par terre, il lui a porté des coups de pied dans le dos avant de prendre la fuite.

    Les deux victimes ont été prises en charge par les pompiers et transportées au CHR de Valenciennes pour de légères blessures. Une enquête a par ailleurs été ouverte pour tenter d’interpeller l’agresseur qui, selon le témoignage de la maman, est âgé de 20 à 25 ans.

    20minutes.fr

     

    Vite: gagner gros au loto et quitter dans la quinzaine suivante ce pays où la merde règne!

     

  • Des folles furieuses punies

    Quatre militants du collectif 8 Mars pour "tou·te·s" (sic) – aujourd’hui dissous – ont été condamnés mardi pour diffamation à l’encontre de la maire PS du XXe arrondissement, Frédérique Calandra. Ils devront verser 2 000 euros de frais de justice et 2 000 euros de dommages et intérêts. Le tribunal les a en outre condamnés à 500 euros d’amende avec sursis, chacun. Les militants ont fait appel, tandis que la sociologue Sylvie Tissot et la journaliste Rokhaya Diallo, aussi visées, ont été relaxées.

    Les faits remontent à 2015. Rokhaya Diallo(1) avait été invitée par une adjointe de la maire à des débats sur l’égalité femmes-hommes. Frédérique Calandra, membre fondateur du Printemps républicain, avait demandé que l’invitation soit annulée. Le collectif 8 Mars, dans un texte publié en ligne, avait alors réagi alors en affirmant que l’édile était raciste.

    Henri Braun, l’avocat d’une partie des prévenus, explique : "Ce qui est intéressant, c’est que le fait de dire que Calandra a commis un acte de censure n’est pas diffamatoire. Le tribunal a simplement considéré que le fait qu’elle ait des propos et attitudes racistes n’était pas prouvé." Pour Cecil Lhuillier, l’un des militants, "on a été condamnés uniquement pour un passage de notre texte, alors que Calandra nous attaquait sur plusieurs. On a fait appel, parce que devoir verser 4 000 euros, ça fait quand même cher le mot!"

    Bien fait, idiotes et abru.t.i.e.s!

    1: c'est l'abrutie qui a demandé que l'intérieur des pansements soient noirs! .... comme elle, bien sûr!