Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LA VERITE! - Page 3

  • 20 tweets hilarants

    qui prennent le Président au pied de la lettre 

    Impossible de ne pas avoir entendu parler au cours de la semaine écoulée de l’affaire Lacèhne Benalia, absolument sur toutes les lèvres depuis la diffusion mercredi 18 juillet 2018 de la vidéo montrant ce chargé de mission de l’Élysée brutaliser sans ménagement un manifestant, à Paris, le 1er mai dernier. Un fait qui a alors valu à l'homme une mise à pied de deux semaines, ce qui semble bien trop peu aux yeux de beaucoup, comparativement à la gravité de l'acte commis.

    Après presque une semaine de silence, le président de la République Emmanuel Macron s’est finalement exprimé sur cette affaire concernant son collaborateur, qui était devenu responsable sécurité d'"En Marche !" en décembre 2016. Ce mardi 24 juillet 2018, dans la soirée, le Président a ainsi affirmé : " La République exemplaire n’empêche pas les erreurs. S’ils cherchent un responsable, le seul responsable, c’est moi et moi seul. C’est moi qui ai fait confiance à Alexandre Benalla. Celui qui a été au courant et a validé l'ordre, la sanction de mes subordonnés, c'est moi et personne d'autre".

    Mais M. Macron ne s’est pas arrêté là, et a lâché une autre petite phrase, qui n’est pas passée inaperçue, et qui n’a clairement pas été pensée pour laisser indifférent:

    "S’ils veulent un responsable, il est devant vous, qu’ils viennent le chercher".

    Sans surprise, ce morceau de bravoure macronien a enflammé les réseaux sociaux, et notamment Twitter, qui a vite fait un rapprochement avec l’histoire de France, et comparé le président jupitérien à un monarque provoquant son peuple au risque d'attiser sa haine, ainsi qu'à... Tony Montana, le légendaire baron de la drogue du 7e art, entre autres.

    Voici vingt tweets particulièrement drôles liés au hashtag #AllonsChercherMacron, créé en prenant au mot le chef d’État français !

        #AllonsChercherMacron

        Allez, à 3 vous me chercher... Prêt.... 1....2...3 pic.twitter.com/vtWwbQ64CE

        — La Fée Ganette (@feeclamartoise) 24 juillet 2018

        J'espère que vous avez votre diplôme et que vous savez vous nourrir vous même avant d'aller chercher Manu #AllonsChercherMacron

        — Kevin (@Kev_Trahl) 25 juillet 2018

        "Qu'ils viennent me chercher".

        Le type il est gaulé comme une crevette croisée avec un phasme et il se prend pour Mike Tyson... #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/EPr0n3BHM4

        — Phifi (@Phinsoumis) 24 juillet 2018

        Attends Manu on prépare le matos et on arrive #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/fkHBKntkk6

        — Diju (@Diju69) 24 juillet 2018

        "Qu'ils viennent me chercher".#CroisonsLes #Macron pic.twitter.com/TiDMr5nT4h

        — GuillaumeTC (@GuillaumeTC) 24 juillet 2018

        Qui a fait ça ? ?? #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/JBdyyuEM9N

        — Soeur Foune (@SoeurFoune) 24 juillet 2018

        1789: "Qu'ils mangent de la brioche"

        2018: "Qu'ils viennent me chercher " #AllonsChercherMacron #Benalla #Revolution

        — Mickaël Correia (@MickaCQFD) 24 juillet 2018

        "Qu'ils viennent me chercher, je suis seul responsable."#Macron va donc :

        - Se présenter devant la #CommissiondEnquete?

        - Dissoudre l'assemblée?

        - Démissionner?

        Non, c'est juste la com bidon d'un politicien dépassé par une affaire glauque.#AllonsChercherMacron#MacronPiègeACons

        — Rémi φ (@Callystor) 24 juillet 2018

     

        Attention l'individu est déterminé, armé et sur cette photo de la personne actuellement recherchée par le peuple français, on ne voit que son couteau.

        Il se serait radicalisé au sein d'un mouvement centriste millénariste.

        Restez prudents. #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/8T9JOQ45pY

        — Alexis Poulin (@Poulin2012) 24 juillet 2018

        Quand j’entends "venez me chercher.... "#AllonsChercherMacron pic.twitter.com/6CoBcNypCC

        — David van Hemelryck (@David_vanH) 24 juillet 2018

        La plus belle imitation de #Macron.

        Les inconnus avaient vu juste #AllonsChercherMacron#MacronGate#MacronDestitution pic.twitter.com/RCyQLQyrHZ

        — Brandon Heller (@BrandonHL82) 24 juillet 2018

        Et si on remettait ça ? #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/ukwDnTap5w

        — Bastien Parisot (@BastienParisot) 24 juillet 2018

        Le Roy des riches Emmanuel 1er donna grande fête à ses laquais pour dire au peuple qu’ils n’étaient rien#AllonsChercherMacron pic.twitter.com/zxEpzjvNSn

        — Duc de Saint-Frippon (@MFrippon) 24 juillet 2018

        Macron aux Français: "Qu'ils viennent me chercher."

        Très bien Manu, les français arrivent. #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/k9CvuHRfDM

        — Jean Hugon (@JeanHugon3) 24 juillet 2018

        #quilsViennentMeChercher pic.twitter.com/ROaODxkiiW

        — L'Indéprimeuse (@LIndeprimeuse) 24 juillet 2018

        #AllonsChercherMacron

        Ta 40 ans aussi con que mon frère aîné rigolo va pic.twitter.com/ekxPx61TTT

        — rafal tweet (@monkeybizness06) 24 juillet 2018

        Ça vite vite sur Facebook https://t.co/N1JhNvCZl5 #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/NSNxVzTll9

        — Assma Maad (@Assma_MD) 24 juillet 2018

        Les gens qui tweetent #AllonsChercherMacron y'a moyen qu'on cale une date? Genre vraiment que je puisse me prendre un ticket de train, j'ai hâte là.

        — Nagero (@Nagero5) 25 juillet 2018

        "J'assume avec mon immunité."#AllonsChercherMacron pic.twitter.com/DQDbMingGo

        — Dimebagou (@victor_berson) 24 juillet 2018

     

    Et si j'avais mon compte tweeter, j'aurai écrit

    J'échange ma maladie auto-immune contre ton immunité

     

  • Macrongate: le petit roi et son mépris du droit

    La presse nous rapporte ce qu’aurait déclaré, en garde à vue, celui que beaucoup appellent désormais "le gorille à Manu". La première chose qui frappe, c’est l’étonnant culot dont il fait preuve. La seconde, c’est qu’il est clair qu’il a été dûment chapitré et que la stratégie de la Macronie sera de semer la confusion en espérant continuer à profiter de la complaisance dont elle a bénéficié d’une partie du haut appareil judiciaire. C’est la raison pour laquelle il est utile sinon indispensable de revenir sur un certain nombre d’aspects essentiels de la partie qui se joue aujourd’hui. D’autant plus essentiels qu’ils constitueront les enjeux du débat judiciaire. Or, avec un exécutif aujourd’hui plaqué au sol et un législatif transformé en cirque, la justice est le seul des trois pouvoirs dont on puisse espérer qu’il sera capable de rester à peu près debout.

    Gare au "gorille"

    Le jour du déclenchement du scandale, après avoir vu la vidéo des faits, nous avions établi la nature des infractions qui devaient être reprochées à Alexandre Benalla Lahcéne Benahlia) et le caractère inadmissible de la protection dont il avait bénéficié après ses exactions. Le feuilleton qui se déroule désormais nous apporte une révélation toutes les heures sur le statut et les avantages délirants, et manifestement indus, dont bénéficiait le "gorille". Chacun de ces faits doit faire l’objet d’une analyse juridique qui permette d’en caractériser l’aspect pénalement répréhensible, et d’en identifier les auteurs.

    Dans la mesure où les événements que nous allons étudier ont fait l’objet de décisions prises par des fonctionnaires dans le cadre de structures hiérarchiques, rappelons les principes de responsabilité qui gouvernent cette matière.

    Tout d’abord, en application de l’article 28 de la loi sur le statut de la fonction publique, le fonctionnaire est tenu à un devoir d’obéissance. Assorti d’un devoir de désobéissance si l’ordre qui lui est donné est manifestement illégal. L’article 122–4 du Code pénal exonère le fonctionnaire auteur d’une infraction accomplie sur ordre à la condition qu’il n’en ait pas connu le caractère illégal. Apparemment accordés à la demande d’Emmanuel Macron, les avantages dont a bénéficié Lahcéne Benahlia ont fait l’objet pour chacun de décisions administratives. Tous les fonctionnaires impliqués sont donc responsables et il est indispensable qu’ils en répondent.

    Viens chez moi, j’habite chez un copain

    Premier exemple, la rémunération exorbitante (environ 10 000 euros par mois) perçue par l’homme de main, selon Le Parisien. S’agissant de fonds publics, il est clair qu’il ne peut y avoir d’arbitraire dans la fixation de la rémunération des collaborateurs de l’Élysée. De ce que l’on comprend aujourd’hui, le montant était directement lié, non pas à l’utilité de la mission, mais à la faveur du prince. Celle-ci ne saurait servir de support à une décision régulière.

    Les chiffres qui circulent dans la presse sont effectivement complètement excessifs, et peuvent encourir les foudres de l’application de l’article 432–15 Code pénal relatif au détournement de fonds publics. Le président de la République et ses collaborateurs, et notamment son chef de cabinet, sont responsables du maniement des fonds publics dont ils sont dépositaires. Les engagements de dépenses doivent être conformes à l’intérêt public et non pas le fruit de faveurs voulues et dispensées par le chef de l’État. Emmanuel Macron sera protégé par son immunité présidentielle.

    Ce n’est pas le cas de son directeur de cabinet qui a dû signer le "contrat de travai " et saisir le comptable public de l’engagement des dépenses correspondant à la rémunération. Il est indispensable qu’il en réponde dans le cadre d’une procédure judiciaire. Ceci n’a rien de fantaisiste, on apprend par un télescopage du calendrier, que Maryse Joyssains, maire d’Aix-en-Provence, vient d’être condamnée pour avoir promu indûment son chauffeur et fourni à ses proches des emplois de complaisance !

    Deuxième exemple, le logement de fonction. Accordé, rappelons le, le 8 juillet dernier, alors même que les communicants de l’Élysée, empêtrés dans leurs mensonges, nous affirment que le "gorille à Manu" était puni. Dans la fonction publique, concernant les logements de fonction, en application du décret du 9 mai 2012, il existe deux régimes de "concession de logement".

    D’une part, celle par "nécessité absolue de service" qui impose au fonctionnaire une disponibilité totale, et ne donne pas lieu à perception d’une contrepartie, c’est-à-dire d’un loyer. D’autre part, une concession avec paiement d’un loyer, pour les fonctionnaires qui -sans être assujettis à la nécessité absolue- sont tenus d’accomplir un service d’astreinte. Il est clair que Monsieur Lahcéne Benahlia, au statut complètement flou, ne rentre dans aucune des catégories.

    Et que l’on ne nous parle pas de sécurité, celle-ci est assurée dans le cadre de la loi républicaine par le Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), composé de fonctionnaires formés. Qui a pris la décision d’attribuer ce logement ? Quelle modalité a été choisie?

    Quelle est la justification de cet avantage en nature? Lahcéne Benahlia est-il assujetti au versement d’un loyer en application des stipulations du décret du 9 mai 2012? Si cette attribution, ce qui est fort probable, est contraire à la réglementation, l’article 432–15 du Code pénal trouvera encore à s’appliquer. Même motif, même punition pour celui qui a signé sur ordre le contrat de bail.

    Aux armes, etcaetera

    Parlons maintenant de la pseudo-sanction infligée au faux policier après ses exploits place de la Contrescarpe. Il apparaît d’ores et déjà que les soi-disant mise à pied et rétrogradation sans salaire n’ont jamais été appliquées. Qu’en est-il de la rémunération? Le bruit court qu’elle aurait quand même été versée, contrairement à ce qui a été dit. Et pourquoi donc? À la demande de qui? Encore le 432–15? Cela devient une habitude. Il serait bien de s’en expliquer devant un juge d’instruction.

    Il y a également l’attribution au "gorille" d’un permis de port d’armes. Autorisation invraisemblable, mais manifestement sur ordre du château après un premier refus circonstancié de la préfecture de police. Tout simplement parce que les conditions juridiques n’étaient probablement pas réunies. Qu’à cela ne tienne, le prince cède à son homme qui rêve depuis longtemps d’être "enfouraillé".

    Comme le démontre la lecture des "Macronleaks", il en avait formé la demande pendant la campagne présidentielle. La valeur juridique de cette nouvelle autorisation mériterait d’être regardée de près. Son grand ami -Vincent Crase- le salarié du parti LREM, s’est quant à lui passé de l’autorisation légale puisqu’il parade, place de la Contrescarpe, avec un flingue bien visible sur les photos et les vidéos. Sous les yeux des policiers vrais et faux mélangés que ça n’a pas l’air de gêner.

    Port d’arme prohibé, et de première catégorie, excusez du peu. Là aussi, il serait intéressant de savoir pourquoi et comment des civils aussi douteux que nos duettistes peuvent se promener ainsi armés jusqu’aux dents. Cela relève des investigations d’un juge d’instruction.

    Et ça continue encore et encore…

    Nous avons ensuite l’hérésie d’attribuer un pass d’entrée donnant accès à tous les locaux de l’Assemblée nationale et notamment à l’hémicycle (!) à notre homme de main qui ne pouvait bien sûr y avoir droit… Il serait intéressant que François de Rugy, le président de l’Assemblée nationale, vienne s’expliquer sur ce manquement gravissime, qui serait de nature à éclairer sur le dispositif qu’Emmanuel Macron commençait à mettre en place pour privatiser à son profit les services de sécurité de l’Élysée.

    On parlera aussi de la fulgurante montée en grade de Lahcéne Benahlia (il était réserviste) dans la gendarmerie. Plusieurs fonctionnaires de police ont déjà été mis en garde à vue et  mis en examen. Trois d’entre eux, aux grades conséquents, ont trouvé tout à fait normal de trahir leur secret professionnel et de mettre à la disposition d’une personne visée par la justice des éléments strictement confidentiels. Encore bravo!

    La liste devrait normalement s’allonger.

    Alors à ce stade, à tous ceux qui, par cupidité, arrivisme ou lâcheté, ont prêté la main aux dérives voulues par le chef de l’État, on rappellera l’existence d’un autre article du Code qui les concerne tous.

    L’article 433-1 du Code pénal, celui qui réprime tous ceux qui ont pris des mesures pour faire échec à l’exécution de la loi. Tous les faits, toutes les manœuvres, tous les ordres qui viennent d’être décrits ci-dessus en relèvent.

    Mais que fait la justice?

    Depuis déjà un moment, la justice s’est laissée déshonorer par les agissements de la juridiction d’exception du Pôle financier flanquée du Parquet national financier (PNF). Outil politique acharné à fausser l’élection présidentielle, d’abord contre Nicolas Sarkozy puis contre François Fillon.

    Outil dirigé plus récemment contre le Rassemblement national. Il semble symétriquement avoir servi d’étouffoir dès lors que des choses très gênantes pouvaient être reprochées aux amis du Parti socialiste ou à la Macronie. Que sont devenus Kader Arif, Bruno Leroux, Faouzi Lamdaoui? Où en sont les affaires Ferrand, Collomb, Las Vegas, les irrégularités financières grossières de la campagne électorale du candidat Macron?

    En allant au fond des choses, le parquet de Paris et les juges d’instruction du même tribunal ont l’occasion de commencer à reconstruire une crédibilité et une légitimité lourdement entamées auprès de l’opinion. Il serait vraiment opportun de la saisir. Pas sûr que l’histoire repasse les plats.

    Quant au président de la République, il pourrait apparaître comme l’auteur initial, et par conséquent le responsable, de tout ce que le scandale vient de mettre au jour. Sachant que ce n’est probablement pas fini. À l’abri de son immunité, il va peut-être enfin faire un peu l’expérience du fait que la politique est d’abord et avant tout un rapport de force.

    Son inconséquence l’a singulièrement isolé et il pourrait faire l’expérience de l’ingratitude des hommes, et de leur capacité à rapidement chercher des passerelles pour quitter le navire.

    http://www.vududroit.com/2018/07/macrongate-petit-roi-mepris-droit/

  • Le giton à macrouille

    Tiens, tiens! on sait plus de choses

    Envoyé par une amie.

    Ecoutez la vidéo ci-après

    aldo :-) en qui on peut avoir confiance pour détecter des "comportements du tiers monde"

     Il s'appelle Lahcéne Benahlia

    né en France, parents marocains

    il y a quelques jours cerise sur le gâteau, il se murmurait qu'il était juif…

    Moi: j'avais entendu cela mais, personne, écrit Benalla, ça me faisait penser au Ll espagnol

    https://www.youtube.com/watch?reload=9&time_continue=682&v=AgCAu9LBwkw

     plus cela va, plus on en apprend sur ce garde du corps de 26 ans (autrement nommé "conseillé en sécurité" et autres titres pompeux)...

    Et c'est proprement AHURISSANT... le gars se permet tout et on lui permet tout..

    L'Elysée avait appuyé pour qu'il soit  sous- préfet. (on est sous préfet à 36 ans, et on a des diplômes!)

    Mon amie me dit: “j'ai vu hier un article algérien qui le soupçonnait d'être un agent marocain. (L'Algérie est remontée contre le Maroc actuellement)“

    Alors que l'on permet beaucoup de choses à Mr Benahlia 26 ans qui n'a rien fait de spécial pour le pays, allant jusqu'à couvrir ses méfaits, on vire un général.... (De Villiers) qui a consacré sa vie au pays.

    Mais, quelle infamie!

     

     

  • Ils feraient mieux d'apprendre à écrire,

    lire et parler la vraie langue française… ces bouffons!

    "Une victoire au foot, c’est aussi le moment où les hommes réaffirment des valeurs virilistes"

    Sur les Champs-Elysées, dimanche.

    A l’issue de la demi-finale mardi, comme de la finale dimanche, de nombreuses femmes en France ont fait part sur les réseaux sociaux d'agressions sexuelles en pleine rue.

    Mardi 10 juillet, 22h30. La France vient de battre la Belgique 1 à 0 et accède à la finale de la Coupe du monde, de quoi faire espérer une deuxième étoile sur le maillot des Bleus vingt ans après le premier sacre de 98. Avec ses amis, Julie, 26 ans, fête la victoire de l’équipe de France dans un bistrot du XVIIIe arrondissement de Paris, ravie de l’effervescence collective. Avant d’être victime d’une agression sexuelle en pleine rue. "Quand vient le moment de rentrer, je m’aperçois que le service de bus tourne au ralenti : le prochain est dans vingt minutes, je checke mon portable qui me propose un itinéraire – à pied – moins long et plus économique qu’un taxi, raconte-t-elle à Libération. Je traverse le périph pour rentrer chez moi quand un mec, visiblement bien imbibé – et pas que de ferveur footballistique – m’empoigne fermement les deux bras et me sort "Qui a gagné ? Qui a gagné ?" J’ai à peine le temps de répondre qu’il me saute dessus et force un bisou – sur la bouche. Je rentre en tremblant et en colère."

    Main aux fesses

    Le récit de Julie, qui avait pourtant choisi de ne pas trop s’éloigner de chez elle afin de "pouvoir rentrer en sécurité" après la finale, n’est pas isolé. Comme elle, ces derniers jours, plusieurs femmes, et des témoins, ont fait part des violences sexuelles subies lors de ces moments de liesse populaire dans les rues de grandes villes françaises. Si les autorités policières n’ont pas communiqué sur le nombre de plaintes éventuelles déposées, la presse – à l’instar de BuzzFeed – s’est fait écho de plusieurs témoignages, la plupart du temps partagés sur les réseaux sociaux et en particulier sur Twitter. Citée par LCI mardi après-midi, une source judiciaire fait elle état à ce jour de deux interpellations à Paris pour agression sexuelle, dont celle lundi d'un individu pour des faits d'exhibition sexuelle. Invité sur Europe 1 mercredi matin, le préfet de police de Paris Michel Delpuech a invité les femmes victimes à porter plainte.

        Une copine vient de se battre dans les rues de Paris pour ne pas être embrassée de force.

        S’il-vous-plaît, soyez vigilant-es et intervenez.

        — Juliette Lancel (@Oniromanie) 15 juillet 2018

    C’est par exemple le cas de Laura (1), 19 ans, qui vit aux Sables-d’Olonnes, en Vendée, agressée lors de la finale. "J’ai assisté à une partie du match au travail, puis je suis rentrée en voiture, détaille la jeune femme auprès de Libération. Dix minutes après être arrivée dans un bar, à 50 mètres de chez moi, deux grands gaillards ont commencé à discuter avec moi. Sauf qu’ils m’ont attrapée par la taille et m’ont demandé de les embrasser. Je les ai repoussés et je leur ai dit non un peu brusquement pour qu’ils comprennent." Deux minutes après, un de leurs amis lui touche les fesses sans son consentement : une agression sexuelle, selon le code pénal. Laura décide de rentrer chez elle, mais les deux hommes repèrent sa voiture et viennent la solliciter à son domicile à deux reprises : "A la fin du match, ils sont venus toquer chez moi pour me demander de sortir "faire la fête avec eux", me dire que je n’avais "pas de raisons d’avoir peur", etc. Ils sont revenus vers minuit et j’ai failli appeler la police mais ils ont déguerpi rapidement après."

    Violences banalisées

    Des agressions sexuelles ou des comportements sexistes qui ne sont pas spécifiques aux manifestations sportives, et qui se retrouvent dans différents types de grandes fêtes publiques en plein air : fêtes de Bayonne ou de Pampelune en Espagne, théâtre d’un viol collectif en 2016, ou encore festivals de musique. Ces dernières années, des festivalières se sont d’ailleurs exprimées pour dénoncer les agressions sexuelles dont elles avaient été victimes lors de ces événements musicaux. En mai, Vera Papisova avait raconté dans une enquête publiée dans Teen Vogue (dont Libération s’était fait l’écho) avoir été "pelotée 22 fois" contre son gré lors du festival Coachella, en Californie. La cinquantaine de festivalières qu’elle avait interrogées avaient elles aussi été agressées ou harcelées sexuellement lors du festival. Selon une étude américaine publiée en début d’année, 90% des femmes qui se sont rendues à un concert ont déjà subi une forme de harcèlement sexuel.

    "Ces problèmes se posent dans toutes les fêtes alcoolisées où les comportements sexistes et machistes s’aggravent, expliquait en 2016 à Libération Yves Raibaud, chercheur, géographe à l’université de Bordeaux-Montaigne et spécialiste des questions sur le genre et la ville. La conquête de la rue par les filles ne va pas de soi. On accepte qu’elles fassent la fête parce qu’on a besoin d’elles pour que ça soit "joli" dehors mais c’est à leurs risques et périls. […] La rue, comme les villes en général, reste un espace de domination masculine." "Une victoire comme celle-ci au foot, c’est aussi le moment où les hommes réaffirment des valeurs virilistes, ou se sentent obliger de les réaffirmer, sous peine de ne pas être vus comme de vrais hommes, analyse de son côté l’anthropologue et urbaniste Chris Blache, à l’initiative de la plateforme de réflexion Genre et ville. Dans un événement de liesse, libérateur et bienvenu, il est aussi admis qu’on peut se lâcher, ce qui malheureusement banalise ces violences, très mal vécues par les femmes qui en sont victimes."

    "On me dit que je gâche l’ambiance"

    Dans le sillage de #MeToo, certaines femmes utilisent les réseaux sociaux pour parler des agressions subies, y compris lors de ce genre d’événements. Contactée par Libération, Elsa (1), jeune femme de 29 ans à l’origine d’un thread qui a compilé sur Twitter des témoignages d’agressions et de harcèlement sexuel, explique avoir voulu montrer "la quantité et le contenu des témoignages pour que chacun se fasse son propre avis sur la question". "Hier encore j’ai entendu dans des discussions avec mon entourage que les comportements dans la rue étaient tous "normaux" et "tolérables" compte tenu des circonstances et d’autres dires qu’une femme qui sort dehors, en ville, pour cet événement ne devrait pas s’étonner de ce qu’il lui arrive…" poursuit l’internaute d’origine toulousaine, restée en partie chez elle par peur de ne pas se "sentir en sécurité dans la foule".

        #MeTooFoothttps://t.co/bKp61KtWkl

        — Kateya (@KateyaV) 16 juillet 2018

    "En 1998, cela ne devait pas être bien glorieux, mais on n’en parlait pas, complète la chercheuse Chris Blache. Depuis, même si le sujet reste complètement tabou au nom d’une certaine gauloiserie, la parole s’est libérée." Mais gare au retour de bâton en ligne pour celles qui osent parler. "Après mon tweet, j’ai reçu quelques insultes, on me traite de menteuse, on me dit que je gâche l’ambiance, que je n’avais qu’à pas aller fêter la finale, que j’ai pris des risques, ajoute Laura. Comme si j’étais responsable des agissements des hommes."

     (1) Certains prénoms ont été changés pour garantir l’anonymat des victimes.

    Juliette Deborde , Florian Bardou

    Sur Libération

     

    qui ferait mieux de changer de titre car les mecs, ils sont tellement libérés qu'ils se comportent comme des cloportes!