Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2017

La gauchiasse folle!

Ce scandale des merdias qui fait mal à ma France!

Un tweet à savoir

 C'est presque émouvant de voir un de mes anciens clients rentrer au #Gouvernement ??

 

— Maîtresse Gilda (@Maitresse_Gilda) May 17, 2017

 

C'est toujours rassurant de savoir qu'on a des politiciens qui aiment se faire fouetter par des putes sado-transsexuelles.

 

17/06/2017

Délirant: avec eux, la France va, encore plus, plonger!!!

https://youtu.be/HmtUTpWmdK0

 

https://youtu.be/F8iXtWtsSaQ

 

https://youtu.be/fHtmEf0FlJ8

 

https://youtu.be/tYuloLLJBek

 

https://youtu.be/r-uVn006Lbg

16/06/2017

CQFD

Rares sont les médias et politiciens qui osent révéler la véritable cause du terrorisme islamique.

À chaque fois qu’une nouvelle attaque djihadiste frappe des innocents en Occident, les médias et les politiciens n’ont de cesse de blâmer la " mauvaise intégration ", la "auvreté, la "marginalisation", le "racisme" et quoi d’autre encore !

Pour une raison quelconque, il ne leur arrive jamais de se demander si le terrorisme islamique a quelque chose à voir avec l’Islam et le nombre croissant d’adeptes de cette religion particulière dans nos pays. Est-ce qu’ils oublient quelque chose? Pourrait-il y avoir une connexion?

L’islam et la violence?

Avec une équipe de chercheurs, la Danoise Tina Magaard a analysé minutieusement les textes des 10 plus grandes religions du monde, en recherchant des liens possibles avec la violence. La  conclusion de Tina Magaard est claire : " Les textes religieux de l’Islam demandent à ses partisans de commettre des violences et de se battre à un degré beaucoup plus élevé que toute autre religion. Les textes en Islam sont nettement distincts de ceux des textes d’autres religions dans la mesure où ils accordent un appel beaucoup plus important à la violence et à l’agression contre les adeptes d’autres religions. Il y a aussi des incitations directes à la terreur. Cela a longtemps été un tabou dans la recherche sur l’Islam, mais c’est un fait qu’il nous faut reconnaître" explique-t-elle.

Au cours de leurs recherches, Tina Magaard et son équipe ont trouvé dans le Coran des centaines d’appels à la lutte contre les adeptes d’autres confessions. " S’il est vrai que beaucoup de musulmans considèrent le Coran comme les paroles de Dieu qui ne peuvent être ni reformulées ni interprétées, nous avons un problème", constate Tina Magaard.

La recherche en Allemagne par le Centre allemand de recherche en sciences sociales (WZB) confirme les soucis de Tina Magaard : 75 pour cent des musulmans en Europe pensent que le Coran doit être suivi à la lettre. Est-ce que la quantité croissante de mosquées et d’imams qui prêchent ces textes a quelque chose à voir avec l’augmentation du terrorisme islamique?

Les musulmans sont-ils vraiment plus violents?

Comment donc la lecture du Coran et la pratique de l’Islam influencent-t-elles les gens? Une étude approfondie, impliquant des entretiens avec 45 000 personnes, dirigée par l’ancien ministre allemand de la Justice, Christian Pfeiffer, met ces sujets en lumière. Les nombreuses entrevues ont montré que l’islam se distingue en étant la seule religion qui, plus ses fidèles deviennent religieux, plus ils deviennent enclins à la violence. " Même lorsque d’autres facteurs sociaux ont été pris en compte, il restait une corrélation significative entre la religiosité et la volonté d’utiliser la violence ", a déclaré Christian Pfeiffer, ajoutant qu’il avait été épouvanté par les résultats de la recherche, car ces résultats soutenaient les critiques de l’immigration musulmane formulées par Thilo Sarrazin et d’autres. (Thilo Sarrazin est un politicien allemand, ex-membre du conseil d’administration de la banque Deutsche Bundesbank, ancien sénateur, qui s’est fait connaître par la publication de son livre sur l’immigration musulmane en Allemagne, dans lequel il dénonce la politique d’immigration menée par son pays "Deutschland schafft sich ab " [L’Allemagne est en train de se supprimer]).

Le nombre croissant d’écoles coraniques pourrait-il avoir quelque chose à voir avec le fait que la jeunesse musulmane d’Europe est de plus en plus radicalisée? Peut-être : 80 pour cent des jeunes Turcs aux Pays-Bas ne voient " rien de mal " dans la conduite du djihad contre les mécréants. 27 pour cent de tous les jeunes français et 14 pour cent de tous les jeunes britanniques de moins de 25 ans éprouvent de la sympathie pour l’organisation islamique terroriste génocidaire. Ces chiffres incluent fort probablement la grande majorité des jeunes musulmans dans ces deux pays.

Au lieu de spéculations sur les sans papiers et de discussions théoriques sur la cause du terrorisme islamique, des chercheurs canadiens de l’Université de la Colombie-Britannique et de l’Université de Waterloo ont décidé d’avoir des entretiens avec des terroristes survivants afin de connaître en direct ce qui les motive. En parlant avec les terroristes, il est clairement apparu que ces derniers n’avaient pas été poussés par des facteurs socio-économiques dans la société tels qu’un faible revenu, un manque d’éducation, un sentiment de marginalisation ou tout simplement l’ennui. Les chercheurs ont au contraire constaté que les terroristes avaient été convaincus par leur religion et par ce qu’elle exigeait de ses fidèles. "Aucun des sujets n’a suggéré directement ou indirectement que c’était de se sentir marginalisés socialement ou économiquement qui les poussait vers une voie aussi extrême", affirment les auteurs de cette étude, Lorne L. Dawson, Amarnath Amarasingam et Alexandra Bain.

" Les études académiques ont attribué trop d’importance à ces facteurs, à savoir les problèmes et les frustrations dans la vie des jeunes hommes qui se tournent vers l’Islam extrémiste et, finalement, vers la violence terroriste. Sur la base de nos entretiens avec des combattants étrangers (plus d’entrevues que personne d’autre n’en a faites), nous pensons qu’il faudrait accorder plus d’attention et d’importance aux affirmations répétées des avantages positifs qu’offre le djihadisme", ajoutent les auteurs de l’étude. Comme l’a dit un terroriste lors d’une interview: " Le zèle du djihad m’a toujours frappé lorsque je me trouvais dans ma chambre en train de lire le Coran dans une version anglaise ".

"Nous sommes motivés par notre religion, par notre Coran et par la Sunnah, et nous n’avons pas honte de ça", a déclaré un autre terroriste. (La Sunnah est la transmission orale des enseignements du prophète Mohamet).

http://conservativepapers.com/

On l'a tond: comme cela, elle trouvera des références du passé de la France sur le net!

Le passé de la France “n’a plus lieu d’être” : les propos sidérants de l’adversaire En Marche de Ciotti

Caroline Reverso-Meinietti, adversaire En Marche d’Eric Ciotti aux élections législatives dans les Alpes-Maritimes, estime que la France ne doit pas s’enfermer dans un passé “qui n’a plus lieu d’être”.

De mieux en mieux… Pour la concurrente en Marche d'@ECiotti, le passé de la France "n'a plus lieu d'être" pic.twitter.com/Cf9urxG0Yk

    — MadameMichن (@MdameMichu) 16 juin 2017

 Après tout, Emmanuel Macron est bien capable de lâcher que “la culture française, il ne l’a jamais vue”, ou qu’en Algérie, la France a commis des “crimes contre l’humanité”.

Quoi de plus normal que de voir ses candidats suivre son exemple lors des élections législatives ? Opposée à Eric Ciotti dans les Alpes-Maritimes, Caroline Reverso-Meinietti, une avocate de 31 ans inconnue du grand public, a gratifié les téléspectateurs d’une sortie hasardeuse dans un débat avec le ténor des Républicains. Selon elle, la France ne doit pas “s’enfermer dans un passé qui n’a plus lieu d’être”.

Valeurs Actuelles

 

Arrêtez de donner du pouvoir à présitante!

Sans aucune opposition à l'Assemblée, les affaires concernant les ministres d'Emmanuel Macron seront classées sans suite. Aucune enquête parlementaire ne pourra être menée.
Déjà, Emmanuel Macron a fait disparaître la loi de moralisation de la vie publique, dont il a tant parlé pour se faire élire, pour la remplacer par un projet de loi largement allégé rétablissant la confiance dans l'action publique.
 
 
Les emplois fictifs du Modem étaient au service de Bayrou et concernent 3 ministres de Macron
 
Deux ministres sont concernés par l'affaire des emplois fictifs d'assistants parlementaires du MoDem : la ministre des Armées Sylvie Goulard et la ministre des Affaires européennes Marielle de Sarnez. Quant au ministre de la justice François Bayrou, président du Modem, il ne pouvait pas ne pas savoir.
 
Sylvie Goulard avait comme assistant parlementaire le responsable de la formation des élus au sein du MoDem. Quant à Marielle de Sarnez, ses assistants parlementaires étaient la cheffe de cabinet de François Bayrou, sa secrétaire particulière et une attachée de presse - En Marche pas droit - ...
 
Devant le silence coupable de l'exécutif, le député du Rhône Georges Fenech a interpellé le gouvernement suite à l'enquête préliminaire visant les emplois présumés fictifs des assistants parlementaires européens du parti MODEM. Pour Georges FENECH cette situation place le président du MODEM, François BAYROU, dans une situation flagrante de conflit d'intérêt.
 
En effet, en sa qualité de Garde des Sceaux, chef ultime du Procureur de Paris, François BAYROU se retrouve destinataire de tous les éléments synthétiques d'enquête qui le visent personnellement et peut, par voie de conséquence être en mesure d'allumer des contre-feux pour échapper à sa responsabilité personnelle et politique !
 
Alors même que vient d'être annoncée, à grands renforts de publicité, une nouvelle loi de moralisation de la vie publique, Georges FENECH demande solennellement au ministre de la Justice de prendre toutes les mesures pour se mettre en retrait de ses fonctions ministérielles, l'enquête visant le parti politique dont il est toujours le Président.