Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LA VERITE! - Page 6

  • Autre important avertissement: rougeole!

    Poitiers : plusieurs cas de rougeole font craindre un début d'épidémie

    Depuis le 1er janvier 2018, le vaccin contre la rougeole fait partie des huit vaccins (auparavant recommandés) devenant obligatoires pour les moins de deux ans (coqueluche, rougeole-oreillons-rubéole (ROR), hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C).

    Depuis le 1er janvier 2018, le vaccin contre la rougeole fait partie des huit vaccins (auparavant recommandés) devenant obligatoires pour les moins de deux ans (coqueluche, rougeole-oreillons-rubéole (ROR), hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C.

    Dix cas de rougeole ont été enregistrés au CHU de Poitiers (86) depuis le week-end dernier. Ils font suite à une série de cas enregistrés à Bordeaux (33) dès le mois de novembre.

    Depuis vendredi, dix cas de rougeole ont été diagnostiqués au CHU de Poitiers, dont un enfant. Plusieurs ont nécessité une hospitalisation.

    Ce matin, trois patients étaient toujours hospitalisés.

    Au centre hospitalier de Poitiers, ce matin, on invitait les usagers des Urgences à "prendre un masque" et d'effectuer "des frictions avec une solution hydro-alcoolique".

    Ces différents cas font craindre, selon l'ARS, une extension du début de l'épidémie débutée en novembre dernier à Bordeaux.

    La Gironde et la Vienne touchées

    Dans une alerte sanitaire diffusée le 22 janvier, relayée sur Internet par certaines communes, l'Agence régionale de la Santé (ARS) explique que la Gironde et la Vienne sont, pour l'instant, les deux départements les plus particulièrement touchés en Nouvelle Aquitaine.

    La rougeole peut nécessiter une hospitalisation et entraîner des complications neurologiques graves pouvant aller jusqu'au décès (ARS)

    Plus de 100 cas ont été recensés depuis novembre 2017, précise l'alerte, dont 32 ont nécessité une hospitalisation.

      https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/vienne/poitiers/poitiers-plusieurs-cas-rougeole-font-craindre-debut-epidemie-1407287.html

  • Inondations: vous avez les pieds dans l'eau?

    Riez jaune: ce sera pire au mois de Mars!

    Vous êtes bien content-e car vous êtes au sec?

    Riez jaune, car vous risquez de mouiller vos pieds en Mars! en effet, j'avertis encore: durant tout le mois de Mars, PARTOUT en France il va pleuvoir très fort avec de très forts coup de vents violents….

    Croyez-moi, ce sera sévère!

    Protégez-vous: achetez bottes hautes, bateaux, piles et bougies, faites des provisions de bouteilles d'eau, victuailles à consommer froides…

    Aucun coin de France ne sera à l'abri…. même pas Toulouse où cela fait un bail que Mac-Mahon est venu constater les dégâts d'une crue mémorable de la Garonne.

    L'histoire de Patrice de Mac-Mahon, président de la République du 24 ami 1873 au 30 janvier 1879, est très liée à celle de Toulouse.

    D'abord car l'un de ses ancêtres, Riquet, avait, sous Louis XIV, percé le canal du Midi. Mais surtout parce qu'en 1875, lors de la plus effrayante crue de la Garonne, qui fit des centaines de morts, il ne trouva que ces mots, “Que d'eau, que d'eau...", pour réconforter les Toulousains.

    Ce militaire de carrière, Saint-Cyrien, devient général à 40 ans. Lors de la campagne de Crimée, il est héroïque, notamment pendant la défense de la tour de Malakoff. C'est là qu'il oblige les Russes à se retirer par ces mots, plus glorieux ceux- là: “J'y suis, j'y reste!".

     

  • On nous cache tout, on nous dit rien....

    Envoyé par une ami qui parle très bien l'angliche (pas moi, et je vis très bien sans cela)

    “Ce qui est écrit ci dessous est correct quoique succin (voir article en bas, j'ai supprimé quelques phrases pour  raccourcir )

    Pour faire court : TRUMP et conseillers n'ont jamais été en collusion avec les russes, c'est tout à fait grotesque. Par contre, Obama, clinton, et le parti démocrate ont créé une fausse affaire russe, pour gêner Trump ( et ca fait un an que la plaisanterie continue, tous les jours à la TV etc..) et l'ont espionné, mis sous écoute ce qui est illégal.

    Le général Flyn choisi par Trump,  a été viré par ex, de manière absolument déloyale, par le FBI qui l'avait mis sur écoutes (espèce de fausse enquête à charge)

    Les députés qui ont lu récemment un mémo de la FISA , sont " révoltés "et veulent que cette affaire sorte( voir dessous )  ce qui ménera certains en prison, dont des gens du ministére de la justice. ( DoJ )

    dernière histoire" rigolote": un compte twitter "lacher le mémo" (release the memo) a été fait... vite rempli..  le public veut savoir..

    le compte: releasethememo: https://twitter.com/search?q=%23ReleaseTheMemo&src=tyah

    quelques démocrates ont écrit une lettre à Twitter, arguant que ceux qui ont "rempli" ce compte, sont des ROBOTS INFORMATIQUE RUSSES (toujours les russes, leur pouvoir de nuisance est fabuleux). Or, il a été prouvé que ce ne sont pas des "robots", mais de vraies personnes, des américains.. des députés etc.. dont on connait les comptes twitter. Du coup, les gens sont fâchés et disent "je suis vexé d'être pris pour un robot informatique russe, je suis un américain MOYEN et je veux savoir"

    https://www.zerohedge.com/news/2018-01-23/democrats-demand-twitter-facebook-crackdown-releasethememo-russian-bots-there-just

     il sera intéressant en tout cas de voir ce que nos médias racontent sur cette affaire.. Probablement pas grand chose.

    j'ai même entendu à la TV française un journaliste dire que le fils de Trump était un véritable imbécile, un crétin et que tout le monde le savait (????!!! )

    ici : des agents du FBI "parlent" d'une société " secrète" au sein du FBI et de la NSA pour "miner" Trump : Les enquêteurs du Congrès ont appris d'une nouvelle série de messages entre les enquêteurs du FBI anti-Trump qu'une « société secrète de gens» au sein du ministère de la Justice et du FBI pourrait s'être réunie dans les «lendemains immédiats» des élections de 2016 pour saper le président Trump. , selon le représentant John Ratcliffe (R-TX) qui a examiné les textes.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-01-22/fbi-agents-discussed-secret-society-within-doj-and-fbi-working-undermine-trump

    manque de bol, des milliers de messages  impliquant ces gens,  ont été "perdus" ( 5 mois de messages ) par la NSA, mais avaient été lus...( et vus ).. il parait que les téléphones samsung impliqués ne pouvaient "garder" les messages.. :-))

    https://www.zerohedge.com/news/2018-01-23/jaw-dropping-text-message-fbi-agent-suggests-no-trump-collusion-russia

    etc, etc..

    l'affaire du serveur privé d'Hillary (avec les mails qui sont partis dans la nature et que l'on retrouve dans des PC différents )et le rôle trouble du directeur du FBI lors de l'enquête

     

    l'affaire scandaleuse de la fondation Clinton (subventionnée par l'état américain alors qu'elle s'était illégalement déclarée "organisme de lutte contre le sida", entre autre, car il y a aussi les millions déversés par des pays étrangers: affaire "pay for play": payer pour "jouer".. c'est à dire donner des millions pour avoir une entrevue avec Bill ou Hillary)

    l'affaire Uranium One ( vente d'une mine d'uranium américaine à des russes, sous Obama clinton, au courant.. )

    En gros, il faudrait un livre.... on ne sait plus Où donner de la tète.... mais voila, nos médias ne parlent de RIEN..... Fantastique... no news.

    OBAMAGATE

    Un mémorandum des services de renseignement américains est aux mains d’une commission d’enquête du Congrès, et on y trouve par le détail, tout ce qui montre qu’il n’y a jamais eu de liens suspects entre l’entourage de Donald Trump et la Russie, mais surtout, ce qui est infiniment plus grave, que le faux dossier établi par l’ancien agent britannique Christopher Steele, et vendu à la campagne de Hillary Clinton et au parti Démocrate a été utilisé sciemment par l’administration Obama en fin de parcours pour mettre en place une surveillance de l’entourage de Donald Trump pendant les derniers mois de la campagne électorale de 2016, puis pendant la période qui a suivi l’élection de Donald Trump à la présidence.

    (c'est la rocambolesque affaire de " trump à moscou allant dans un hôtel, pour faire pisser une prostituée sur un lit dans lequel avait dormi Obama...   le style du dossier sentait le faux à plein nez)

    Des membres républicains du Congrès qui ont vu et lu le mémorandum en parlent abondamment, sans pouvoir révéler quoi que ce soit précis, car le mémorandum est classé secret défense.

    Ils veulent que le mémorandum soit publié et ne soit plus classé secret défense, car il ne contient aucun élément qui, mis au jour, mettrait en danger la sécurité du pays.

    Bien sûr, les démocrates font strictement tout pour s’opposer à sa publication.

    Il faudra encore un mois environ pour que la publication ait lieu, car il semble désormais qu’elle aura lieu.

    Lorsqu’elle aura lieu, tout sera clair ou presque, puisque le mémorandum inclut les noms des personnes coupables, les liens entre ces personnes, l’implication de chacune d’entre elles, les références renvoyant aux preuves.

    L’Obamagate qui se produira alors sera d’une force de déflagration infiniment supérieure à celle du Watergate.

    Les grands médias américains qui se taisent aujourd’hui, à l’exception de Fox News, ne pourront continuer à cacher et à travestir les faits. Les grands médias français ne pourront plus continuer à se taire.

    L’administration d’un Président en exercice, Barack Obama, a fait espionner un candidat à la présidence, puis un Président élu, sur la base de faux documents reposant sur des éléments de propagande venus des services russes, en sachant que les documents utilisés étaient des faux documents, et il semble établi que le Président en exercice concerné, Barack Obama, savait qu’il s’agissait de faux documents et que l’espionnage exercé contre le candidat à la présidence Donald Trump, puis le Président élu Donald Trump était illégal et frauduleux.

    Sont impliqués sans doute, au-delà de l’administration Obama, des juges, des dirigeants du FBI, dont, bien sûr, James Comey, des dirigeants de la CIA, dont John Brennan. L’enquête du Rottweiler Robert Mueller, d’ores et déjà en train de s’effondrer, va apparaître pour ce qu’elle est, une immense imposture, puisqu’elle repose elle-même sur les faux documents.

    (Mueller, si je me souviens bien est impliqué dans l'affaire " URANIUM One")

    Des gens très haut placés devraient se retrouver bientôt en prison.

    L’administration Obama apparaîtra au grand jour pour ce qu’elle a été, et que j’ai analysé dans plusieurs livres dont Le désastre Obama*, une association de crapules à l’esprit et aux pratiques totalitaires, et Obama ne devrait pas en sortir indemne. Les dirigeants du parti démocrate et Hillary Clinton devraient ne pas en sortir indemnes non plus.

    Entendre encore évoquer “l’affaire russe” qui est censée coller aux basques de Donald Trump est insupportable. S’il y a une affaire russe, c’est celle qui implique l’administration Obama finissante, les démocrates, le clan Clinton et les grands médias américains.

    Entendre Obama encore porté aux nues par des chroniqueurs sans scrupules est répugnant lorsqu’on sait qui a été, et qui est encore Obama.

    Entendre Donald Trump traité de menteur par des gens qui mentent dès qu’ils ouvrent la bouche ne peut que mettre en colère.

    Ce qui est en jeu est la démocratie, les institutions américaines, mais aussi la sécurité du monde.

    Des comportements comme ceux de l’administration Obama finissante, des démocrates, du clan Clinton, des grands médias américains, sont dignes de ceux de la nomenklatura d’un pays totalitaire et ne doivent pas avoir leur place aux Etats-Unis d’Amérique.

     

  • Les nôtre avant les autres...

    La drôle de maraude d’une association identitaire dans les rues de Toulouse

    Les militants du Cercle souveraineté et identité toulousain ont mené, lundi 22 janvier 2018, leur première maraude dans les rues de Toulouse auprès des "SDF français". Immersion.

    Six militants du Cercle souveraineté et identité toulousain (CSIT), groupe de droite, ont mené une maraude auprès des " SDF français" de Toulouse.

    "C’est des musulmans, on ne leur donne pas", souffle un militant. Quelques mètres devant eux, une famille est allongée sur un matelas posé devant la porte d’un magasin. Quelques minutes plus tard, il revient sur ses propos: "On n’a que du porc, donc on ne veut pas leur manquer de respect en leur en donnant…". Avec d’autres militants, tous sympathisants ou membres fondateurs du Cercle souveraineté et identité toulousain (CSIT), il participe ce soir-là à une maraude dans les rues de Toulouse. La première de leur mouvement, mais destinée à être renouvelée chaque mois.

    "Les nôtres avant les autres"

    "Emmanuel Macron, lorsqu’il a été à Calais mi-janvier, a annoncé que l’État participera au financement des repas aux migrants… Ce ne serait donc plus aux associations de payer", explique Nicolas Grigner, secrétaire et cofondateur de l’association, par ailleurs membre du Front national. "S’il le faisait pour nos SDF français, ça serait bien… Mais ils ne le font pas, alors on le fait", ajoute-t-il. Pour annoncer l’événement sur Facebook, où il compte près de 200 abonnés, le collectif écrivait sa devise: " Les nôtres avant les autres".

    Sandwich au porc

    Pendant plus d’une heure donc, lundi 22 janvier 2018, six militants ont sillonné les rues du centre-ville de Toulouse sur plus de deux kilomètres. À la main? Des poches avec à l’intérieur un sandwich aux rillettes de porc, des bonbons, des dattes, une compote, une crêpe au chocolat et des sous en chocolat. Ce sont au final une vingtaine de poches qui ont été distribuées. "C’est quelque chose qu’on renouvellera chaque mois", annoncent les militants.

    Une asso identitaire, mais très large politiquement

    Le Cercle souveraineté et identité toulousain (CSIT) est né il y a quatre mois. C’est le premier mouvement du genre à Toulouse. Il regroupe une vingtaine de membres qui participent régulièrement à des actions, quand une cinquantaine se joignent aux conférences mensuelles. Spécificité? Il regroupe des militants politiques d’un large éventail sur l’échiquier politique. On y retrouve des membres du Front national (FN), de Debout la France (DLF), de l’Union populaire et républicaine de François Asselineau (UPR), du mouvement royaliste de l’Action Française (AF) et des Républicains (LR).

    "Une association transpartisane"

    Yves-Éric Camus, militant à DLF, est le président de l’association. Il en explique le sens: "C’est une association qui se veut transpartisane, une plateforme commune pour les militants de différents partis". L’idée est de "faire tomber les clivages", d’aller " au-delà des chapes hiérarchiques des partis ". Ces militants auraient " 80 à 90 % de valeurs et d’idées communes "et le CSIT devrait donc leur permettre de les défendre, d’en discuter et d’en débattre. Il précise

    Il y a des passerelles entre chacun de nous et, de fait, un avenir potentiellement commun.

    Vers les Municipales?

    Officiellement, l’association n’a aucun lien avec les Municipales à venir. "Après, si on peut défendre un candidat de droite, qui porterait nos valeurs, alors bien sûr on le soutiendra et on tractera pour lui", explique un militant, qui espère voir éclore une autre liste de droite, qui irait jusqu’au FN ou à l’Action Française. Un militant qui mise sur un éventuel accord de Jean-Luc Moudenc, élu sous l’étiquette des Républicains, avec En Marche.

    L’association se veut "transpartisane" et être une plateforme commune aux militants d’accord sur une même base.

    Une alliance dangereuse?

    Quand on leur demande si une telle "alliance" ne pourrait pas porter préjudice à un éventuel avenir politique, ils sourient. D’autres ne s’y étaient jamais risqués. Maïté Carsalade aura par exemple attendu d’avoir 72 ans pour être candidate FN lors des dernières élections régionales, après une longue carrière politique sous l’étiquette… centriste. L’élection, "ce n’est pas ce que nous visons et nous avons le courage de nos convictions", ajoutent-ils.

    Des militants de l’UPR

    Des six militants participant à la maraude, lundi soir, deux sont de l’UPR. Ce parti qui se veut au-dessus du clivage droite-gauche, militant pour la sortie de la France de l’Union Européenne. Son candidat, François Asselineau, a réuni à la dernière présidentielle moins de 1 % des suffrages. Élodie, 25 ans, esthéticienne, franco-ivoirienne, fait partie de ces militants. "C’est intéressant de pouvoir discuter de politique et c’est ce que l’association apporte. Aujourd’hui, les gens de mon âge se laissent aller. Ils n’ont pas de vision d’avenir, ni de la politique, ni de notre pays". La participation de plusieurs militants de l’UPR à cette association ne serait pas vu d’un très bon œil par tous…

    Et de Debout la France

    Julien est, lui, responsable des jeunes de DLF en Ariège. "Il était important d’avoir une organisation transpartisane. Aujourd’hui, il y a des gens qui bloquent sur l’immigration, sur l’Islam… Ces sujets doivent réunir tout le monde", explique-t-il. Autre spécificité du mouvement: il ne réunit que des jeunes.

    Des réunions et conférences

    C’est par des comptoirs politiques hebdomadaires ou des conférences mensuelles que le CSIT veut diffuser ses idées (ou, dans une moindre mesure, en débattre). Par exemple, début janvier, l’association a fait venir à Toulouse le politique polémique Gérard Couvert pour discuter de "l’Islam en Occident". Devant une salle en très large majorité acquise à sa cause, il lista les listes de dépenses et de recettes de la population musulmane" qui n’est pas la nôtre ", parlant même d’une "invasion" la concernant. Mardi 23 janvier 2018, la même association avait l’ambition d’intervenir lors d’une "conférence pro-migrants" organisée à l’Université Capitole.

    Agissant dans l’ombre?

    Le groupe de militants vient de distribuer son dernier sandwich. Un couple les remercie. Celui-ci dort à la rue chaque nuit, dans le quartier de Compans, ne pouvant pas être abrité sans se séparer de son chien. "Merci beaucoup", leur lancera-t-il. Sourire aux lèvres, il ne saura pas de qui venaient réellement ces sandwichs et bonbons. Comme aucun autre SDF ce soir-là… À deux autres leur demandant de quelle association ils étaient, les militants resteront mystérieux.

    Ce type de maraudes est amené à se renouveler chaque mois.

    Aubin Laratte - Actu Toulouse

     

    Pendant la collecte du Secours Populaires, mettez des boîtes de Cassoulet, de pâté, de saucisse aux lentilles dans le caddy de l'assoc.

    Au moins, vous saurez qui vous aidez!