Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LA VERITE! - Page 2

  • Reçu par courriel d'une amie

    *comment se fait il qu'il ne soit pas inquiété?*
    *Vive notre merdocratie.*
    */Depuis le mois de mars 2020, âgé de 80 ans, il attaque un troisième mandat de 3 ans à l'IMA./*
    */IL EST REMUNERE 9000€ PAR MOIS /*
    */ALORS QU'AVANT LUI CE POSTE ETAIT OCCUPE PAR UN BENEVOLE !!!/*
    Quand il était maire de Blois, sa femme et lui avaient les mêmes pratiques avec les commerçants du cru.
    Elle, avec les commerces de mode, *faisait adresser les factures à la mairie...*
    Quant à lui il aimait le restaurant étoilé "Chez Robin" à Bracieux dans le Loir et Cher où il invitait ses copains *en oubliant de payer l'addition. *
    Vous pensez bien, monsieur le député maire de Blois, ancien ministre ...
    Mais le jour où Robin a voulu réclamer son dû...le contrôle fiscal a suivi dans la foulée.
    Et maintenant : Jack Lang, président de l'Institut du monde arabe (IMA) a résilié son contrat avec le traiteur Noura pour "faute grave".
    En effet le restaurateur *a osé réclamer le paiement des repas pris par Jack Lang, sa femme et leurs invités.*
    Le président de l'Institut du monde arabe (IMA), et sa femme Monique apprécient la nourriture libanaise. *Mais à l'heure de payer la facture, tous les convives désertent la table. *
    Agacé, le traiteur Noura a décidé de réclamer les *41 000 euros d'impayés équivalant, entre autres, à 74 repas servis à tarif préférentiel pendant deux mois à "Monsieur Lang et ses invités" et à "Madame Lang et ses invités", relate*

    /Le Canard enchaîné/*.
    Dès son arrivée à la tête de l'IMA, Jack Lang avait négocié la possibilité de manger dans l'établissement nstallé sur la terrasse du dernier étage, *pour un prix réduit de 25 euros contre 60 euros habituellement facturés.*              ­­­­­­­­­­­­
    */Le Canard enchaîné/* note que la direction de l'IMA a donc publié un nouvel appel d'offre pour remplacer le traiteur libanais.
    Avec pour exigences entre autres : ­­­ *"le président de  l'IMA devra bénéficier gracieusement, et dans la limite de 1000 couverts par an, d'une table ouverte au Zyriab à longueur d'année". *
    *A peine croyable devant une telle indécence !! ... et ce n'est pas tout !*
    *Enfin,* *"Le délégataire devra également assurer gracieusement un service café, thé, soft dans le bureau du président lorsque celui-ci reçoit des personnalités"*
    *Sans compter

    :http://www.francesoir.fr/politique-france/jack-lang-ouverture-dune-enquete-pour-les-200000-euros-de-costumes-offerts

    <http://www.francesoir.fr/politique-france/jack-lang-ouverture-dune-enquete-pour-les-200000-euros-de-costumes-offerts>*


    *https://www.capital.fr/entreprises-marches/institut-du-monde-arabe-les-incroyables-gaspillages-du-president-jack-lang-1197297

    <https://www.capital.fr/entreprises-marches/institut-du-monde-arabe-les-incroyables-gaspillages-du-president-jack-lang-1197297>*

  • Le couvre-feu à 18h a-t-il aggravé l'épidémie à Toulouse?

    Image: place du Capitole, à Toulouse

    Plus de trois semaines après la mise en place d’un couvre-feu à 18h, l’utilité de la mesure est de plus en plus interrogée. A Toulouse, le couvre-feu serait même à l’origine d’une reprise de l’épidémie.

    Alors que le couvre-feu à 18h fait peser sur les Français un climat particulièrement morne et anxiogène, la mesure se voit plus en plus critiqué par différents responsables scientifiques et politiques. En Lorraine, où l’épidémie reprend de plus belle, plusieurs personnalités dénoncent une mesure en place depuis presque un mois et totalement inefficiente sur la reprise du virus. La situation serait même encore pire à Toulouse où, raconte La Dépêche, le couvre-feu à 18h est soupçonné par un laboratoire de virologie d’avoir entraîné la reprise de l’épidémie. Le laboratoire, appartenant au CHU de Toulouse, a estimé l’impact de l’application du couvre-feu sur le taux de positivité du virus. " Nous avons atteint les 10 % de positivité au Covid entre le 20 et le 24 janvier ", affirme Chloé Diméglio, docteur en mathématique appliquées et biostatisticienne au laboratoire du CHU, soit dix jours après l’instauration du couvre-feu.

    Une augmentation similaire à celle qui avait suivi Noël

    Dans les semaines qui avaient suivi les fêtes de Noël et de la Saint-Sylvestre, ce taux de positivité avait déjà augmenté, passant de 4 à 8.5%. Les 10% qui suivent la mise en place du couvre-feu constituent une nouvelle augmentation anormale, alors que la mesure était supposée réduire – ou au moins stopper – la progression du virus. " Le fait d’avoir concentré la circulation des personnes aux mêmes horaires est peut-être un effet indésirable du couvre-feu à 18 heures, à Toulouse en tout cas ", avance Chloé Diméglio. Et la scientifique a pensé à d’autres hypothèses avant de condamner le couvre-feu. Le variant anglais ? " Il circule faiblement chez nous ", affirme Chloé Diméglio. " Quant à la galette des rois, j’ai du mal à croire qu’elle a eu un impact plus important que les fêtes de fin d’année ", poursuit-elle. De quoi contribuer à augmenter la grogne qui monte contre les mesures coercitives et uniformisées du gouvernement.

     

    Source:

  • Deux poids, deux mesures

    Jean Messiha défend les Identitaires, "Génération Identitaire a été poursuivie pour avoir occupé une mosquée en construction. Mais qui a poursuivi Éric Coquerel et la France Insoumise quand ils ont envahi la basilique Saint-Denis avec une horde de migrants, la laissant dans un état déplorable?":

     

    https://fb.watch/3ICHHWMedB/

  • Retourne à ton bled, salop….!

    Et en plus, cette saleté se vante!

    Assemblée nationale: le député franco-marocain M’jid El Guerrab rappelé à l’ordre pour avoir commencé son intervention en berbère

    "Inas (…)", sont les paroles de la célèbre chanson éponyme de Mohamed Rouicha. Ce son également les mots en amazigh choisis par le député franco-marocain M’jid El Guerrab, du groupe Agir ensemble (Majorité présidentielle), pour débuter son intervention à l’Assemblée nationale.

    Après avoir prononcé ce texte, l’élu a ainsi expliqué qu’il signifie "la fraternité et surtout l’entraide dans un cheminement commun".  […]

        Quand tu cites Mohamed Rouicha (Khénifra) avant ton discours à La Tribune… #Fierté ❤️❤️❤️

  • Super-lâches!

    Cannes: 8 personnes arrêtées après 3 mois d’enquête et 50 policiers mobilisés suite à des dizaines de vols à la tire sur des personnes âgées

    Une vaste opération de police a été menée ce mardi matin à Cannes (Alpes-Maritimes). Une quarantaine de victimes de ces vols à la tire, âgées en moyenne de 80 ans, ont été recensées.

    Une vaste opération de police a été menée ce mardi matin à Cannes (Alpes-Maritimes). Les policiers ont interpellé à leur domicile huit personnes, sept femmes et un homme, soupçonnés d’être les auteurs de nombreux vols à la tire dans la région cannoise depuis plusieurs mois.

    L’enquête démarre mi-novembre. Les policiers de la sûreté urbaine de Cannes constatent alors une recrudescence des vols à la tire à Cannes, mais aussi à Antibes et Cagnes-sur-Mer, à raison de près d’une plainte par jour avec le même mode opératoire.

    Des victimes âgées de plus de 70 ans

    À chaque fois, les victimes sont des personnes âgées de plus de 70 ans. Les voleurs les repèrent dans un magasin, ils notent leur code de carte bancaire puis ils les suivent quand elles rentrent chez elles. Là, ils proposent de les aider à porter leurs courses ou discutent avec elles avant de faire diversion et de subtiliser la carte bancaire. Ils l’utilisent ensuite pour des retraits ou, s’ils n’ont pas le bon code, pour multiplier les paiements sans contact. Les vols se déroulent sans violence et les victimes mettent parfois du temps à s’en apercevoir avant de faire opposition à la carte bancaire.

    En tout, une quarantaine de victimes, d’une moyenne d’âge de 80 ans, ont été formellement identifiées. Mais les policiers sont certains qu’elles sont encore plus nombreuses. Le préjudice par affaire n’est pas très élevé, mais tout additionné, il s’élève à plusieurs milliers d’euros.

    Trois mois d’enquête et 50 policiers mobilisés

    L’enquête a été menée par la sûreté urbaine de Cannes, qui a mobilisé une cinquantaine de policiers, dont certains venus en renfort d’Antibes et de Cagnes-sur-Mer. Il a fallu recouper toutes les affaires et identifier les voleurs, qui portaient un masque contre le coronavirus, mais aussi parfois un chapeau ou un bonnet.

    Et après trois mois d’investigation, huit interpellations ont été menées ce mardi matin, simultanément dans huit domiciles différents à Cannes. Sept femmes et un homme originaires de Bosnie ou de Croatie, dont certains étaient déjà connus des services de police pour des faits similaires. Toujours en garde à vue ce jeudi, les huit suspects devraient ensuite être déférés au parquet ce vendredi matin.

    La police de Cannes invite néanmoins les personnes âgées à la vigilance et à faire attention à leurs effets personnels.

     

    France Bleu

    Certains crétins ironisent sur le nombre de policiers et le temps que l'enquête à durée: ont-ils pensé aux traumatismes, voire aux blessures de ces personnes fragiles?

    Et si c'était leur grand-mère?

     

  • Dans la série: faites ce que je vous dis…

    Resto illicite à Carpentras : le magistrat blanchi, le flic muté…

    Le restaurant “Chez Serge” à Carpentras où étaient attablés le magistrat Jean-François Mayet et deux policiers en “plein confinement et fermeture”.

    Le vice-Procureur de la République près le TGI de Carpentras Jean-François Mayet, “alpagué” au restaurant (il déjeunait “Chez Serge) en plein confinement, n’a pas été sanctionné par la justice et par sa hiérarchie.

    “Suivant que tu sois puissant ou misérable, la justice te sera favorable ou défavorable”. L’adage populaire se vérifie, puisque les procédures contre le magistrat Jean-François Mayet *(1) et les policiers qui ont déjeuné dans un restaurant de Carpentras le 30 janvier ont été classées sans suite….pour “vice de forme”. Rires….

    Le 30 janvier, alors que tous les bars et les restaurants de France étaient fermés en raison de l’épidémie de Covid, le vice-procureur de Carpentras Jean-François Mayet, membre du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et délégué de l’Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), était surpris dans le célèbre restaurant “Chez Serge”, où il était attablé pour un repas bien arrosé (il mangeait des tapas lors de l’intervention des policiers de la ville) en compagnie du commissaire central de police et d’un autre policier.

    C’est ce qui ressort de l’enquête et des auditions confiées à la police par le procureur de la République de Nîmes. Néanmoins, le parquet a classé le dossier pour vice de forme. Pas parce que les aliments étaient avariés, mais parce qu’il manquait les signatures sur les PV. Personne ne croit à l’oubli involontaire, car les policiers intervenus sur place étaient chevronnés.

    Selon les informations recueillies ce mardi par téléphone auprès d’une source proche du dossier, qui préfère conserver l’anonymat, “le fait que le procès-verbal initial d’infraction qui a constaté les faits dans un restaurant du centre-ville de Carpentras n’était pas signé et l’utilisation non conforme des caméras de vidéoprotection ont vicié la procédure. Les règles du Code de procédure pénale n’ayant pas été respectées, le parquet de Nîmes n’a eu d’autres choix que de procéder au classement sans suite. Le procureur l’a confirmé dans un communiqué de presse sans détailler les raisons du classement”. C’est la version officielle.

    Le commissaire central de Carpentras muté à Sarcelles par Darmanin

    Ni sanction judiciaire, ni sanction administrative pour le vice-procureur. Par contre, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a muté le commissaire de police à Sarcelles dans le Val-d’Oise. Preuve, s’il en faut, que la loi a bel et bien été violée.

     

    Source:

     

    Adieu soleil et cigales, bienvenue dans les cités de la banlieue parisienne pour le commissaire trop gourmand de Carpentras, qui pourra faire la chasse aux restaurants clandestins du côté de Sarcelles. Comme le relèvent nos confrères de la rédaction du quotidien Le Parisien, les agapes du policier “dans un restaurant présumé clandestin de Carpentras (Vaucluse) ont valu au commissaire central de cette ville… une mutation forcée à Sarcelles. Un vague remake du film Bienvenue chez les Ch’tis.

    Source:

    Le commissaire va prendre en charge le poste de chef de la sûreté urbaine de Sarcelles, qui était vacant. Sur le plan hiérarchique, comme le deuxième commissaire en charge de la tenue, il est sous les ordres de la commissaire Fabienne Azalbert, chef de la circonscription de Sarcelles.”

    Le magistrat Jean-François Mayet impuni soutenu par sa hiérarchie

     

    Dans ce dossier, le magistrat Jean-François Mayet a été soutenu par l’USM, le syndicat ultra majoritaire au sein de la justice. Et le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti est resté muet comme Bernardo dans Zorro.

    Néanmoins, contrairement aux dénégations initiales du magistrat Jean-François Mayet soutenues par son syndicat dans un communiqué, le vice-procureur Jean-François Mayet   n’est pas entré dans l’établissement pour récupérer deux bouteilles de vin précommandées, mais pas pour y consommer des “assiettes”, et déjeuner sur place selon l’expression utilisée par le restaurateur Serge lui-même lors de son audition. Contactée par téléphone, l’USM n’a pas répondu à nos questions.

    Si le “click and collect” est en effet autorisé, le “drink and collect” est  passible de poursuites pour le client comme pour celui qui le sert. Près de 15 personnes étaient présentes en même temps et sans masque. Aucune d’entre elles n’a fait l’objet d’une contravention de 135 euros.

    “Dans cette enquête, il est aussi établi que le commissaire central de police, lui, avait bien déjeuné sans s’émouvoir de la présence d’autant de monde dans cet espace clos, sans aucun respect des règles sanitaires en vigueur et des gestes barrières. De même que le magistrat et les policiers, le restaurateur échappe lui aussi aux poursuites pénales sur la mise en danger d’autrui ainsi qu’à une contravention.” ajoute la source proche du dossier.

    .Francis GRUZELLE

    Carte de Presse 55411

     

    *(1) Né le 29 avril 1971, M. Jean-François Mayet est Docteur en droit, spécialisé en droit des affaires. Titulaire du certificat d’aptitude à la profession d’avocat obtenu en 1998, il a exercé la profession d’avocat aux barreaux de Carcassonne et de Toulouse avant d’intégrer la magistrature en 2009. Il y occupe en premier poste les fonctions de substitut placé auprès du procureur général près la cour d’appel de Limoges.

    En 2014, il rejoint  le tribunal de grande instance de Pointe-à-Pitre où il exerce les fonctions de substitut du procureur de la République. Il est installé dans les fonctions de vice-procureur de la République près le tribunal de grande instance de Carpentras le 1er septembre 2016

Blog d'une Française de FRANCE: vive la laïcité, vive la FRANCE et la République Française!