Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Santé - Page 7

  • La seconde vague arrive, mais c’est celle des suicides

    Une catastrophe annoncée

    En France environ 9 000 décès par suicide ont été comptabilisés en 2019 par Santé Publique France. Les confinements et tout particulièrement le second risquent d’en faire exploser le nombre. Nous avions déjà signalé ce risque connu mais malheureusement l’actualité confirme nos craintes : la vague de suicide commence à déferler.

    Ce n’est que le début

    Les suicides secondaires à un traumatisme surviennent après la crise ; nous n’en sommes donc qu’au début

    À Reims

    Le père Stephan Lange, installé en France depuis vingt-six ans est devenu le curé de Saint-André, à Reims. Il s’alarme sur FR3 "Je n’avais jamais vécu ça. En deux semaines, j’ai célébré cinq messes de funérailles à la suite de suicides: une maman de trois enfants, une jeune fille de vingt-cinq ans, une maman de quarante ans, mère de six enfants, un papa de cinquante-deux ans et une personne âgée”.

    En Creuse les suicides ont quasiment doublé

    Selon le parquet de Guéret, le nombre de suicides a quasiment doublé depuis le début du confinement. " Habituellement, il y a un ou deux suicides par semaine, indique le substitut du procureur. Là, nous sommes à deux ou trois par semaine. Même si on reste sur de petits chiffres. Depuis le début du confinement, la tendance est à la hausse, avec davantage de situations de personnes isolées, vulnérables, plutôt âgées, qui décèdent par arme à feu ou pendaison. "

    Le Dr Navarre, psychiatre au CH du Rouvray à Sotteville-lès-Rouen, nous rappelle dans un article publié le 25 mars 2020 dans le journal " 20 minutes " ce que chacun sait déjà : " le confinement n’est pas anodin au niveau psychologique (…), certains vont ressentir une impression de vide ", et évoque " l’angoisse du confinement ".

    le Dr Bocher, chef de service au CH de Nantes, affirme à FR3 Pays de la Loire le 30 mars " Coronavirus : le confinement va à l’opposé des principes de soin dans les hôpitaux psychiatriques (…) On ne connaît pas les conséquences du confinement sur des personnes sujettes aux angoisses " " Les psychotropes risquent d’entraîner des difficultés respiratoires ", alerte le Dr Rachel B. " Du pain béni pour le covid-19 " ajoute t-il.

    Ce risque de suicide du confinement n’épargne personne, même les jeunes a priori bien partis dans la vie tel cet étudiant de HEC qui s’est suicidé sur son campus de la région parisienne. Ni les personnes à la retraite telle cette femme de Sainte-Radegonde.

    Une enquête réalisée entre le 23 et le 25 mars par BVA pour le compte de Santé publique France auprès de 2 000 personnes : " a révélé que 27 % des répondants se trouvent dans un état d’anxiété. Un chiffre à comparer aux    13,5 % mesurés hors période épidémique " lors du Baromètre santé 2017.

    Et s’observe dans tous les pays ou le confinement a été imposé : USA, Grande- Bretagne, Australie, Inde.

    Les raisons diverses du mal-être

    Les adolescents privés de leurs premières amours sont complètement déprimés, le téléphone et même Skype et/ou FaceTime, Instagram ou WhatsApp ne pouvant en rien remplacer l’intimité qu’ils commençaient à découvrir. Même leur école et leurs professeurs en chair et en os, qu’ils critiquaient souvent, leur manquent cruellement.

    Les conséquences mentales sur des personnes saines habituellement, parfois psychologiquement fragiles et persuadées d’être confrontées à un danger de mort imminente, sont importantes et seront souvent durables dans le temps… La durée de la quarantaine est significativement liée à l’augmentation des symptômes dans toutes les études. Le nombre des personnes décompensées va s’accroître avec la durée du confinement et le renforcement quotidien de l’hystérie et de la psychose entretenues par le ministère de la Santé, le Président ou son Premier ministre et diffusées servilement par les médias.

    " L’histoire de l’invocation de mesures de quarantaine est ternie par des menaces, une peur généralisée, un manque de compréhension, des discrimination, difficultés économiques et rébellion. (…) La mise en quarantaine peut créer de graves problèmes psychologiques, émotionnels et financiers pour certaines personnes ". Cette étude ne portait pourtant que sur la quarantaine des personnes malades qui, de ce fait comprennent le            bien-fondé de leur isolement et en connaissait la durée limitée…

    Les séquelles de l’assignation à résidence aveugle pour des durées indéterminées des populations italiennes, espagnoles et françaises (moins conditionnées à la dictature que la Chine) seront certainement beaucoup plus lourdes.

    Les suicides liés à la crise économique du confinement

    D’après une enquête Ifop pour la fondation Jean-Jaurès réalisée fin septembre et résumée dans le Figaro, les dirigeants d’entreprise, les artisans-commerçants, les jeunes et les chômeurs sont les populations les plus à risque de suicide. L’enquête relève trois catégories socio-professionnelles très touchées : les dirigeants d’entreprises dont 27 % ont eu l’intention réelle de se suicider en 2020, les artisans-commerçants, dont 25 % l’ont aussi souhaité, et les chômeurs (27 %). Parmi les artisans-commerçants qui ont envisagé une tentative de suicide, 42 % disent être passés à l’acte, avec une hospitalisation. " Cette proportion représente le taux le plus élevé de notre enquête et donne à voir la gravité particulière de ces situations qui devraient alerter les pouvoirs publics ", soulignent les auteurs.

    Dans un rapport publié le 8 mai , des chercheurs américains affirment qu’il y a trois principaux facteurs en jeu dans l’augmentation des décès par désespoir liés au confinement :

    –  Échec économique avec chômage massif

    –  Isolement social obligatoire pendant des mois et isolement résiduel possible pendant des années

    –  Incertitude causée par l’émergence soudaine d’un nouveau microbe.

    Pour déterminer leur projection ils ont utilisé des indices historiques des situations similaires dans le passé et en particulier la Récession de décembre 2007 à juin 2009 comme référence. Au cours de cette période, une flambée du chômage a contribué aux décès par suicide et aux décès par surdose de drogue.

    Ils concluent qu’une reprise rapide de l’économie pourrait entraîner aux USA environ 28 000 décès supplémentaires de désespoir, tandis qu’un rétablissement lent pourrait entraîner plus de 150 000 décès. Les auteurs de l’étude croient que le scénario le plus probable se situe quelque part au milieu avec environ 75 000 décès supplémentaires.

    En France, les confinements successifs nous placent dans la plus mauvaise situation de reprise économique et c’est 25 000 morts de désespoir qu’il faut craindre.

    Le confinement aveugle ne diminue pas la mortalité du Covid-19 mais cause beaucoup de victimes collatérales par défaut de soins et de futurs morts de désespoir.

    Quand est-ce que le gouvernement mettra fin à cette mesure stupide qui réalise un véritable suicide économique mais aussi humain dans des catégories les plus actives?

    Gérard Delépine

    Source:

  • On se pose des questions

    1) Pourquoi ne nous communique-t-on pas les vrais chiffres des décès dus au seul coronavirus?

    2) Pourquoi ne "mettons-nous pas le paquet" sur la recherche de soins adaptés à la maladie à son origine? Pourquoi ne parle-t-on jamais des solutions existantes et expérimentées qui ont donné ou peuvent donner des résultats: antibiotiques, corticoïdes, cortisone, interféron, artemisia etc.? Pourquoi la mise en œuvre du protocole hydroxychloroquine associée à un antibiotique (qui a fait ses preuves pour enrayer l’attaque virale de la covid-19, avant déclaration de son infection) a-t-elle été écartée au profit d’un remdésivir, seul remède reconnu officiellement mais qui n’apporte rien?

    3) Pourquoi nous parle-t-on sans arrêt des tests et de vaccin en se détournant des traitements avant mise sous respirateur par intubation?

    4) Pourquoi les circulaires sur l’administration du procédé euthanasique du Rivotril ont-elles été publiées au détriment de l’utilisation des places vides dans les hôtels pour aménagement des respirateurs artificiels avec rappel du ban et de l’arrière-ban de tous les soignants possibles, y compris les médecins libéraux et militaires?

    5) Pourquoi le plan de prévention et de lutte contre le risque de pandémie, proposé par l’ex-ministre de la santé de M. Douste-Blazy, le 13 octobre 2004, a-t-il été abandonné, sans raison valable?

    6) Pourquoi nous fait-on miroiter l’apport d’un vaccin contre la covid dans les mois qui viennent alors que l’on sait que la mise au point définitive d’un vaccin opérationnel et agréé demande entre 3 et 9 ans?

    7) Pourquoi n’a-t-on pas publié les résultats des effets secondaires possibles (notamment infections bactériennes) de masques portés sur le visage pendant des heures, voire ré-utilisés pendant des jours?

    8) Pourquoi ces mesures de confinement incohérentes (un seul exemple: boucheries et boulangeries restent ouvertes alors que leur fréquentation est multipliée par 10 voire 100 par rapport aux magasins de vêtement ou aux librairies) ont-elles été prises? Pourquoi un gouvernement peut-il prétendre connaître quels sont les besoins essentiels à satisfaire de chacun d’entre nous?

    9) Pourquoi les frontières n’ont-elles pas été fermées pour au moins 6 mois?

    10) Pourquoi empêche-t-on les gens d’aller se promener en plein air (forêt, campagne, bord de mer, campagne) sans regroupement et en respectant les gestes, dit “barrières”, ou encore d’aller cultiver leur jardin?

    11) Dans l’examen de la balance coût/risque, pourquoi s’acharner à sauver coûte que coûte quelques dizaines de milliers de morts par un endettement colossal? Qui remboursera cette dette quand l’économie de la France sera exsangue (20% d’un PIB de 2 500 milliards = 500 milliards, soit pour 500 000 décès 1 000 000 d’euros ou pour 50 000 décès 10 000 000 d’euros le coût du décès !)?

    12) Enfin, si l’OMS indique que le masque permet de protéger le porteur en bonne santé (c’est ce qu’assure Véronique Merle, médecin hygiéniste au CHU de Rouen et professeure de santé publique, à actu.fr: "Je ne sais pas d’où vient cette rumeur du masque chirurgical qui ne protégerait que dans un sens. […] Le masque chirurgical, en papier ou en tissu, protège les autres… Mais aussi celui qui le porte!"), de deux choses l’une: ou cette affirmation de protection est exacte et alors il ne sert à rien de confiner l’ensemble de la population, dans la mesure même où chacun est désormais tenu de porter un masque dès qu’il sort de chez lui (transport, travail, magasin, air libre) ou elle est inexacte et il conviendrait dans ces conditions de mettre en place un confinement intégral, pourquoi ces demi-mesures ont-elles été prises?

    13) Pourquoi n’avons-nous jamais eu d’informations sur l’application du couvre-feu puis des confinements et re-confinements aux "territoires perdus de la République"?

    14) Pourquoi ne parle-t-on jamais des difficultés des personnes portant des lunettes à devoir supporter un masque étant donné l’embuage des verres qui gêne considérablement la vue?

    Voir plus bas, mon astuce*

     

    15) Pourquoi aucun député n’a-t-il posé aucune question prioritaire de constitutionnalité (QPC)  des inégalités de traitement, en matière de confinement, des différents types de commerce?

    Patrick Verro

    source:

     

    MON ASTUCE

    Lorsque je mets le masque, je tourne la bride sur elle-même avant de la poser derrière l'oreille d'un part et j'appuie bien le masque sur le visage pour bien l'appliquer (voir photo)

    Je n'oublie pas bien sûr AVANT de plier le barrette avant de poser le masque sur le nez sinon, chaque fois que vous parlez, le masque descend....

    On ne met pas son masque sur le menton (bactérie), on le laisse pendre sur une oreille et on attrape le cordonnet pour le remettre en place

    Vous éviterez ainsi de mettre des virus sur vos mains

    On passe ses mains au gel AVANT la pose et APRÈS avoir retiré le masque

  • Le choix entre deux patients, ou comment mieux tuer les Français?

    Une phrase du discours de Macron m’a particulièrement fait dresser l’oreille sur la lénifiante et macronesque 2: " les choix devront-ils être rendus obligatoires?".

    Il a ajouté que non, bien sûr. Avec comme argument quelque chose comme "pas le genre de la France". Mais quand Choupinet dit non, on sait ce que cela peut vouloir dire: juste le contraire.

    Le docteur Mascret a ensuite donné ses explications, et bingo, il a déclaré que les soignants seraient " obligés de faire des choix. " À cet énoncé d’une voix normale comme s’il était question de la pluie ou du beau temps, on frémit d’indignation.

    Une personne de ma famille a fait l’objet d’un tel choix sur un terrain de bataille de la Première Guerre mondiale. Gazé, blessé, une équipe médicale a décidé de le laisser là où il était. De le laisser mourir sur place, sans assistance. Heureusement il a reconnu un médecin de l’équipe, l’a hélé, a été ramassé, et a survécu à ses blessures pendant trente ans.

    Nous y sommes. Entre deux patients, l’un âgé de plus de 65 ans mais ayant tondu sa pelouse dans la semaine, fait ses courses, son sport etc., mais atteint de diabète ou ayant des stents, et un autre plus jeune, musulman et nouveau venu en France peut-être, le choix sera vite fait.

    Le plus âgé sera laissé sur le champ de bataille. Et on ne le dit pas, mais il sera sur-le-champ mis dans un cercueil fermé et sa famille ne pourra pas le voir.

    Les critères de choix seront: l’âge du patient, ses fragilités, ses comorbidités, s’il a par exemple une maladie chronique, son état neurocognitif et la gravité de sa situation. La décision sera prise au cas par cas et après concertation entre les médecins.

    Le choix sera vite fait entre un jeune mineur non accompagné fraîchement débarqué de son Afghanistan natal, un couteau dans sa poche et venu pour en jouer sur les kouffars, n’ayant jamais cotisé, ne parlant pas un mot de français, inintégrable et inassimilable, incapable de quelque travail, soutenu par sa communauté, et un Français de souche ayant des responsabilités, ayant cotisé toute sa vie, utile à la société et abandonné par la bienpensance. C’est le "jeune" qui sera choisi.

    Dans la période de mars à mai derniers, tout porte à croire que de tels choix ont été effectués. On a même vu, sur une des vidéos qui circulent, un patient être mis de côté et c’était poignant car on l’avait entendu parler et il avait toute sa tête.

    Les médecins sont soumis au code de déontologie des médecins et prêtent le serment d’Hippocrate avant de commencer à exercer la médecine. Le serment d’Hippocrate date de 450 environ avant J.-C. Il a plusieurs versions mais toutes s’opposent à un choix quelconque.

    La première version dit ceci: " je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m’abstiendrai de tout mal et de toute injustice".

    L’injustice, c’est d’abandonner un patient.

    Le serment du conseil de l’Ordre des médecins de nos jours dit ceci:

    "Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions (…)

    J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance… (…)

    Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me le demandera".

    Un engagement à donner des soins à quiconque le demandera: le médecin ne peut donc pas abandonner un malade.

    Mais de nos jours certains médecins donnent tellement de coups de canif au serment d’Hippocrate (en particulier en pratiquant l’avortement et l’euthanasie de manière extensive) qu’ils ne sont plus à cela près…

    Le métier de médecin est devenu celui de tous les dangers. À la fois par la judiciarisation qui les guette à chaque instant et à la fois par ces coups de canifs au serment d’Hippocrate. Et par l’abandon et la mise au pilori qui est leur lot dès lors qu’ils tiennent tête au politiquement correct.

    Mais surtout, de nos jours, par l’incompétence du pouvoir, qui les met au pied du mur. Ce pouvoir qui a supprimé quantité de lits ces dernières années. Le spécialiste Jean-Dominique Michel parle de 68 000 lits en quinze ans.

    Ce pouvoir qui continue à laisser entrer en France tous les jours des migrants qui nous coûtent " un pognon de dingue " pour mettre le bazar, la délinquance dans notre société et ne nous apporter que des problèmes colossaux.

    Ce pouvoir qui dilapide notre argent. Fraudes massives à la sécurité sociale, retraites données à des cent-vingtenaires en Algérie. AME. Caf. Et tout ce papier-monnaie distribué aux Africains en veux-tu en voilà.

    Cette malhonnêteté de l’Europe qui, tous ces derniers temps, a demandé aux pays membres de réduire drastiquement leurs dépenses de santé mais d’accueillir toute la misère du monde.

    Cette perversion du pouvoir qui interdit de soigner à l’hydroxychloroquine et azithromycine. Si cela marche bien à Marseille, pourquoi ne pas le permettre partout?

    Le médecin, sauf celui inféodé au politique et ayant perdu son indépendance, ce qui le rend pitoyable pour ne pas dire plus, est quelqu’un de très seul aujourd’hui. Mais c’est surtout le malade qui ne doit pas être livré seul à des gens qui ont perdu toute conscience.

    " Science sans conscience n’est que ruine de l’âme " (Rabelais). Avons-nous oublié nos fondamentaux?

    Sophie Durand

    Source:

  • ATTENTION A LA MELATONINE

    On aurait administré de la mélatonine à Donald Trump: faites très attention de ne pas en prendre (voir en fin d'article les effets indésirables).

    La mélatonine ou N-acétyl-5-méthoxytryptamine, souvent dénommée hormone du sommeil, est surtout connue comme étant l'hormone centrale de régulation des rythmes chronobiologiques en étant synthétisée surtout la nuit. Elle régule de nombreuses sécrétions hormonales, chez l'humain et les autres mammifères. Cette neuro-hormone est synthétisée à partir d'un neurotransmetteur, la sérotonine, qui dérive elle-même du tryptophane. Elle est sécrétée par la glande pinéale (dans le cerveau) en réponse à l'absence de lumière.

    La mélatonine semble avoir de multiples fonctions autres qu'hormonales, en particulier comme antioxydant. Elle jouerait un rôle particulier dans la protection de l'ADN nucléaire et dans l'ADN mitochondrial. Elle semble aussi jouer un rôle dans le système immunitaire.

    Elle régule la sécrétion de la plupart des hormones humaines (paracrines et endocrines). La mélatonine agit différemment selon son origine:  

     celle produite dans la glande pinéale et dans le tractus gastro-intestinal, agit comme une hormone endocrine car elle se diffuse dans le sang ;

        celle produite par la rétine agit comme une hormone paracrine.

    Des micro-organismes et diverses plantes produisent aussi de la mélatonine (dite phytomélatonine dans le cas des plantes)

    La mélatonine endogène produite par le système pinéal influe positivement sur le système immunitaire . Associée au calcium, la mélatonine peut également aider à la réponse immunitaire des lymphocytes T. Son utilisation médicale pour augmenter la réponse est cependant soumise à controverse puisqu'elle favoriserait également les maladies auto-immunes.

    La mélatonine peut supprimer la libido en inhibant la sécrétion de la LH (luteinizing hormone) et de FSH (follicle stimulating hormone) à partir de la glande antéhypophyse, notamment chez les mammifères qui ont une période d'allaitement quand la durée des jours est longue. La reproduction des espèces qui allaitent quand le jour est long est diminuée par la mélatonine et stimulée quand le jour est court. La mélatonine augmenterait la libido (chez les rats mâles) par un antagonisme des récepteurs de la sérotonine de type 5-HT(2A).

    Où la trouver?

    Les noix et les noisettes sont des sources importantes de mélatonine bio-disponible, c'est-à-dire facilement absorbable par l'organisme.

    La mélatonine est également présente chez une grande variété d'autres végétaux comestibles (maïs, tomates, pommes de terre, oignon, ail, ananas, banane, riz, avoine, orge, gingembre, taro, etc.) mais généralement en quantités nettement inférieures. Par ailleurs, la teneur en mélatonine de certains aliments serait encore très mal connue.

    La consommation de noix entraîne une multiplication par trois des taux sanguins de mélatonine chez les rats. En raison de la multitude de composés bénéfiques que contiennent les noix, leur consommation serait nettement préférable à la prise de suppléments de mélatonine.

    Effets indésirables signalés

    (en lien avec le programme français de nutrivigilance qui a reçu 90 cas d'effets indésirables avant 2018), qui évoquent des risques “en particulier des femmes enceintes et allaitantes, des enfants et des adolescents, des personnes souffrant de maladies inflammatoires, auto-immunes, d’épilepsie, d’asthme, de troubles de l’humeur, du comportement ou de la personnalité, ainsi que des personnes suivant un traitement médicamenteux.

    La consommation est également déconseillée pour les personnes devant réaliser une activité nécessitant une vigilance soutenue chez lesquelles une somnolence pourrait poser un problème de sécurité“.

    La mélatonine affecte l’horloge biologique mais aussi l'humeur, l'immunité, la température corporelle et la motricité intestinale et agit parfois comme vasodilatateur, vasoconstricteur et/ou comme pro-inflammatoire pouvant dans certains contextes ou en interagissant avec d’autres substances induire des effets indésirables généraux (“céphalées, vertiges, somnolence, cauchemars, irritabilité“) voire des troubles neurologiques (“tremblements, migraines“) et gastro-entérologiques (“nausées, vomissements, douleurs abdominales“).

    L'Agence recommande aux personnes en bonne santé de limiter ces compléments alimentaires et de les signaler à leur médecin.

  • Les médecins du monde entier parlent…

    Enfin de bonnes nouvelles du monde entier: les médecins parlent en Allemagne, en Espagne, aux États-Unis!

    " Face aux mesures gouvernementales “disproportionnées et nuisibles à la population”, à l’absence d’enquêtes indépendantes et au manque de transparence dans la gestion des informations épidémiologiques, un collectif d’enquête internationale regroupant 2 000 médecins et experts a été constitué à Stuttgart (en Allemagne), avec plus de 5 000 membres".

    Enfin! on n’y croyait plus! Certes des voix – y compris médicales – s’étaient élevées avec courage comme celle du Pr Perronne, de l’équipe de Marseille et certains généralistes comme le Dr Violaine Guérin, le Dr Martine Wonner et quelques autres, mais un large groupe comme ceux qui viennent d’émerger en cette fin juillet aura plus de mal à passer pour " complotiste " comme est désignée toute personne opposée ou au moins critique de la pensée unique officielle mondialiste sous les ordres de l’OMS, elle-même aux ordres et financée par le milliardaire Bill Gates dont la légitimité sanitaire ne tient qu’aux dollars qu’il fait ruisseler.

    Initiative initiale en Allemagne

    Ce collectif a été lancé fin mai à Stuttgart et a décidé d’un collectif d’enquête internationale. Il a regroupé initialement 2 000 médecins et experts a été constitué à Stuttgart (en Allemagne), avec plus de 5 000 membres actuellement. Il se dénomme: ACU (commission d’enquête extraparlementaire Corona), cette commission d’enquête indépendante se veut internationale et citoyenne.

    "Face aux mesures gouvernementales “disproportionnées et nuisibles à la population”, à l’absence d’enquêtes indépendantes et au manque de transparence dans la gestion des informations épidémiologiques et scientifiques, l’ACU veut faire la lumière sur la réalité de l’épidémie, en faisant appel à la contribution citoyenne, et aux experts indépendants du monde entier".

    Ce collectif enfin rassemblé a été éminemment choqué par l’attitude invraisemblable des médias internationaux tout au long de cette crise pendant laquelle la vérité médicale a semblé à mille lieux de l’intérêt des journalistes autorisés.

    HONTEUSE INTERDICTION DE LA CHLOROQUINE

    La polémique autour de la chloroquine et son invraisemblable interdiction, son classement comme substance vénéneuse fin janvier quand sont apparus les premiers cas européens a particulièrement frappé tous les esprits puisqu’elle est de fait à l’origine de la multiplication des décès dans les pays comme la France ou la Belgique qui ont appliqué la politique du pire.

    Transformer le traitement par chloroquine en bataille politique anti-Trump ou anti-Bolsonaro s’est retourné contre les peuples. En France on peut encore lire aujourd’hui par certains trolls tweetos (en général à neuf abonnés) que le Pr Raoult est un affreux d’extrême droite et qu’on ne le soutiendra jamais car il ment comme tous les mecs de droite. Sacrifier les patients pour les bagarres de bas niveau politique est vraiment navrant. La chloroquine marche comme le prouvent de nombreuses études internationales y compris randomisées et surtout le taux extrêmement faible de décès de Français en zone sud qui a bénéficié du traitement Raoult de Marseille à Nice.

    Le collectif allemand est outré également contre le cinéma des masques " jugés inutiles sauf pour le personnel soignant, mais qui devient subitement obligatoire dès lors que des milliards y ont été investis et qu’ils sont disponibles dans les magasins ". Les autres points faisant polémique seront étudiés par cette commission d’enquête indépendante, en particulier contre l’interdiction du traitement par Artemisia alors que cet antipaludéen comme la chloroquine semble très efficace dans les pays qui l’utilisent et son prix de revient est encore très inférieur à la chloroquine. Cela a valu à l’OMS la rupture avec plusieurs pays africains.

    La polémique sur les vrais chiffres des malades et des morts dus au Covid-19

    Il est évident que les vrais chiffres de mortalité du Covid ont été très gonflés dans la plupart des pays et le sont encore. Mourir à l’hôpital en France aujourd’hui est encore mourir de Covid, même si vous avez eu un accident de voiture. L’absence générale d’autopsie rendra très difficile l’établissement de la vérité, mais on aura tout de même des surprises.

    La maltraitance et l’assassinat des vieux nous a révoltés depuis fin mars mais les Français et les médecins pour la plupart ont courbé l’échine. Comme quoi inculquer la peur au peuple est terriblement efficace, d’autant qu’on ne sait pas comme éteindre cette peur car les arguments rationnels ne touchent pas ceux qui ont été devenus membres de la secte Covid.

    Le décret autorisant l’euthanasie des pensionnaires des Ehpad contaminés par le Covid-19, ou suspectés de l’être a été une phase tragique de notre histoire. Dès fin mars les services ont refusé l’hospitalisation des personnes âgées de plus de 75 ans (parfois moins) uniquement sur des critères d’âge et non pas d’évaluation individuelle de la possibilité de bénéficier de la réanimation. Le Samu a refusé de les transporter à l’hôpital et injonction a été donnée aux médecins et personnel des Ehpad de les laisser sous Doliprane sans même donner les antibiotiques prescrits pendant les épidémies de grippe précédentes. Et au moindre doute sur aggravation respiratoire, Covid ou pas Covid, injection de Rivotril pour induire une mort douce non demandée. Meurtre et non euthanasie, en l’absence des proches; pas de témoin, c’est mieux pour un assassinat prémédité sur injonction du pouvoir et refus aux proches de voir le cadavre de la personne décédée. Pas d’autopsie. Incinération le plus souvent possible. Ces pratiques niées par les gouvernants ont bel et bien eu lieu et les consignes données par la société de soins palliatifs en témoignent sur le net. Elles seront examinées à la loupe par la commission dite ACU.

    Celle-ci compte aussi analyser le scandale absolu des essais vaccinaux imposés à l’Afrique contre financement politique, et bien sûr la tentative de mise sur le marché à toute vitesse hors des procédures habituelles que tentent d’imposer les firmes avec la collaboration honteuse de l’Union européenne.

    Ce collectif veut mettre en place " un projet de participation intergénérationnel par des citoyens pour des citoyens ". Chacun peut soutenir le projet avec ses connaissances, son expérience et ses contributions sous forme de conférences et d’entretiens.

    Les informations seront diffusées au niveau international en plusieurs langues. L’ACU a mis en place une plateforme internationale accessible à tous, via l’adresse: www.acu2020.org et invite les citoyens de tous pays à contribuer.

    Écoutez la conférence de presse de 3 experts de l’ACU, notamment les Drs. Schöning, Schiffmann, Haditsch qui invitent experts et témoins à recueillir des preuves publiques qui seront mises en ligne quasiment en flux direct, sur le site internet multilingue de l’ACU, pour garantir la transparence du contenu de la plateforme.

     

    https://youtu.be/vTlhSgU3ims

     

    L’ACU est financée exclusivement par des dons. Pour contacter la commission, tout citoyen est invité à adresser un courriel à: kontakt(@)aerzte-fuer-aufklaerung.de

    (d’après le résumé en français de Kouadio KOUAMÉ)

    Voir aussi: http://www.cielvoile.fr/2020/07/commission-d-enquete-extraparlementaire-sur-le-corona.html

     

    Et les médecins américains se mettent à parler en faveur de la chloroquine

    Résistons! nous verrons la prochaine fois la résistance des médecins américains qui se met en place et fait peur à Big Pharma et alliés qui sont allés jusqu’à supprimer la vidéo de la conférence de presse vue 33 millions de fois. YouTube, Facebook et Google ont supprimé les liens mais la vidéo continue à circuler. On ne peut pas faire taire le peuple même si certains d’entre eux acceptent le masque de la honte et de la soumission.

    " VIDÉO CENSURÉE par Google, Facebook etc. des médecins américains sur l’HCQ. Ci-joint le lien de la vidéo. “Le chèque de Big Pharma ou la menace du retrait de recettes publicitaires sur-le-champ a dû produire son effet” dit un internaute mais il nous donne un nouveau lien:

     

    https://www.meerodrop.com/fr/drop/cb3e5685-5cb3-4d4a-a1d7-80f3676f7e44

     

    "La liberté sera toujours plus forte, conclut-il "

    Troisième volet, les médecins espagnols se réunissent et parlent aussi

     

    https://vk.com/feed?z=video511468106_456239138%2Fa5f57a4fa65d91e358%2Fpl_post_511468106_2034 ou COMPLETA Rueda de prensa MÉDICOS POR LA VERDAD

     

    Nous en reparlerons.

     

    En attendant, des médecins suisses, italiens se rallient à ces collectifs. Espérons que les médecins français relèveront la tête et ne seront pas les derniers à faire éclater la vérité sur cette vaste mystification. Répétons une nouvelle fois que l’épidémie est terminée et que comme d’autres peuples, les Bulgares, les Serbes, il faut se battre pour retrouver une vie normale, seule capable de limiter les dégâts en particulier psychiques que la prolongation des mesures liberticides aggrave jour après jour.

     

    Pour info: 1.300.000 personnes à Berlin le 1 août 2020 et non 20.000 comme disent les médias… Enlevez vos masques!!! Et déposez plainte à l’IGPN dès que vous avez une amende. (les moutons masqués seront bientôt des esclaves).

    1 mois plus tôt

    L'auteur

    Nicole Delépine

     

    Ancien Interne et ancien Chef de Clinique des Hôpitaux, elle s’est successivement spécialisée en pédiatrie puis en cancérologie. Elle est l’auteur d’une centaine d’articles originaux et a présenté de nombreuses communications dans les congrès internationaux. Les résultats de ses travaux ont été confirmés à l’étranger et inspirent des protocoles thérapeutiques internationaux. La réputation internationale de son équipe médicochirurgicale associant la chimiothérapie de pointe individualisée et la chirurgie conservatrice mise au point et développée par le Dr Gérard Delépine depuis les années 80 est considérable dans le domaine des tumeurs des os et des parties molles. Cette renommée internationale a permis à cette petite équipe créatrice et indépendante de résister au long des décennies aux représentants de la pensée unique et de la médecine purement normative qui ont tenté de la faire disparaitre à plusieurs reprises. Ce n’est que grâce à l’action des associations de parents, des interventions répétées des élus de la région parisienne et autres, des reportages multiples de journalistes, du soutien de nombreux médecins français et étrangers que cette équipe a pu résister à ses détracteurs. Elle publie régulièrement des tribunes dans différents médias. Elle a publié quatre livres chez Michalon: Neuf petits lits au fond du couloir 2000 Ma liberté de soigner 2006 La face cachée des médicaments 2011 Le cancer un fléau qui rapporte 2013

     

    Source: