Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

actualités

  • De quoi se mêlent ces abrutis?

    Saint-Pierre-d’Alvey (73) peut garder sa statue de la Vierge

    Saint-Pierre-d’Alvey, 283 habitants, voit s’affronter tenants d’une laïcité stricte et villageois attachés aux traditions. La justice a dû trancher.

    La statue se cache en forêt, à 30 minutes à pied du village de Saint-Pierre-d’Alvey, en Savoie. Et fait l’objet de vives tensions depuis son installation par la commune, à l’automne 2014. Au nom du principe de laïcité, six habitants avaient demandé au maire de retirer la statue en dehors du domaine public, et avaient affirmé être prêts à aller jusqu’au tribunal administratif.

    C’est désormais chose faite et celui-ci vient de se prononcer le 3 octobre dernier: la statue ne bougera pas.

        #Laïcité Il y a des gens dans ce pays qui s’engagent dans 5 ans de procédure pour faire retirer une statue de la vierge Marie dans un village de 283 habitants. Rejet du recours par le TA de Grenoble: //t.co/8eeqCGhbft pic.twitter.com/WfYBywM9Sn

        — Avocat Droit Public (@avocatpublic) October 9, 2019

    (…) Le Point

     

    S'ils avaient une Parkinson, une sclérose en plaques, un Alzheimer, ils auraient autre chose à faire que de se taper le cul par terre!

     

     

  • Boycottez ces entreprises!

    Le chantage de Nutella et de la Maif: si Zemmour, pas de pub!

    Nous savions que des multinationales avaient choisi leur camp, et par définition, celui du mondialisme! Nous pensions tout de même que leurs intérêts bien compris leur interdiraient de prendre position sur les luttes politiques au sein des nations.

    Il faut croire que l’influence de l’islam, mais surtout le juteux profit du marché halal, leur ont fait perdre la raison et prendre des positions pro-islam.

    Nous savons désormais que l’entreprise Ferrero, société d’industrie agroalimentaire italienne qui commercialise le Nutella (pâte à tartiner à base de sucre, huile de palme, de noisettes, de cacao, de lait, de lactosérum et d’émulsifiants) s’est franchement positionnée contre les patriotes de France et probablement d’Italie et d’ailleurs.

    Cette marque ne peut ignorer les désastres humains que cause l’islam dans le monde.

    Elle ne peut ignorer ces lois, sa logique, sa misogynie, sa violence et au lieu d’être prudente, de ne pas prendre part à cette lutte des patriotes contre la violence islamiste si bien décrite par Éric Zemmour, elle annonce, et tire dans le dos des patriotes européens.

    La mutuelle la MAIF, qui se disait militante, ne se cache plus de son militantisme pro-islam! J’encourage les adhérents de cette si peu mutuelle, mais si fraternellement musulmane à se poser les bonnes questions.

     A-t-elle raison économiquement de trahir ses adhérents/clients qui ne se retrouvent pas du tout dans son action anti-Zemmour?

    Ou est-elle à ce point gangrenée par un islamisme puissant à la manière de la préfecture de Paris?

    Il y a bien quelque chose de pourri dans ce monde des assureurs et des multinationales!

    Quelque chose qui devrait prouver à tous nos concitoyens qu’ils sont manipulés par ces entreprises qui cachent leurs liens avec certaines mouvances, ou ont été phagocytées de l’intérieur!

    Quelle réponse peut-on apporter à ces entreprises?

    Celle au minimum de se faire violence pour les uns, en cessant de financer l’entreprise italienne Ferrero (Nutella, Kinder, Ferrero Rocher, Mon Chéri et Tic Tac, etc.)  De leur écrire sur leur tweed qui est @FerreroFR .

    Vous pouvez également constater son " engagement militant " auprès d’associations qui militent pour favoriser et aider les clandestins  (Source)

    https://www.ferrero.fr/actualites/

    On se doute bien que cette entreprise Ferrero ne fait rien par bonté d’âme, mais cherche à faire oublier sa responsabilité dans la déforestation en mettant sur la table assez d’argent pour que les associations dites écologiques, humanistes, pro-migrantes, animalistes, protectrices des orangs-outans, etc., la mettent en veilleuse! La main gauche donne, la droite reprend dans la poche des consommateurs! Tour de passe-passe classique!

    C’est plus étonnant pour des banques comme Monobanq qui est une banque en ligne française fondée en 2006 et basée à Villeneuve-d’Ascq, dans le nord de la France, en métropole lilloise. Il faut dire que la maison mère est le Crédit Mutuel / Cofidis / CIC. Elle a un slogan surréaliste qui ne s’invente pas: Les gens avant l’argent.

    Ils devraient dire ça aux chrétiens d’Orient, au Yazidis, et à tous ceux qui ont subi une mort violente causée par les adeptes de l’islam dont a parlé Éric Zemmour, à commencer par les 250 morts en France dans les attentats, et les quatre derniers policiers de la préfecture de Paris!

    Bref, si des patriotes de France et de Navarre, êtes adhérents à la MAIF, ou avez des comptes en banque au Crédit Mutuel, à Monobanq, au CIS et/ou avez des crédits chez Cofidis, vous savez ce qu’il vous reste à faire dans la mesure du possible!

    Dans tous les cas, arrêtez au minimum de manger des produits Ferrero! Au moins, en même temps que lutter pour votre santé, vous allez soutenir Éric Zemmour, et vous ferez un acte de résistance en même temps que des économies.#SoutienZemmour

    Gérard Brazon

    https://ripostelaique.com/le-chantage-de-nutella-et-de-la-maif-pour-faire-interdire-zemmour-de-tele.html

  • Complètement tarée!

     

    Icône du sauvetage des migrants, Carola Rackete envisage de quitter l’Allemagne: " trop de gens sur un territoire trop exigu"

    C'est pas toi qui fait entrer des milliers de migrants sur le territoire européen?.

    […]

    Quand elle se retrouve au milieu de nombreuses personnes, sa propre célébrité lui pèse rapidement. Rackete ne peut pas souffrir les grandes villes, dans une foule elle ne se sent pas bien, surtout quand les gens hurlent de façon hystérique ou demandent des selfies. "À Berlin, ça pue", dit-elle, "l’air y est à vomir".

    Figure-toi que tu me fais le même effet!!!

    Rackete n’a pas de domicile fixe, elle habite tantôt ici, tantôt là. À plus long terme, elle n’a pas du tout l’intention de vivre en Allemagne, dit-elle, trop de gens sur un territoire trop exigu. Le Chili ou le Kazakhstan lui plairaient davantage. […]

    Et chez les papoues, ça te botte pas?

     (Traduction Fdesouche)

    Spiegel (article payant)

  • Le brûlot de Fabien Bouglé sur les éoliennes

    Les éoliennes, technologie obsolète et néfaste, ont détourné énergies et capitaux aux dépens de l’innovation et de la recherche, seuls à même de trouver une solution à une trop grande dépendance à l’égard des énergies fossiles.

    Voici un livre sur les éoliennes qui vient à son heure. Dans cette triste époque de délire mystico-religieux et d’irrationalité satisfaite, Fabien Bouglé remet les pendules à l’heure. Il dénonce l’escroquerie environnementale, économique et politique que représentent les éoliennes.

    On aura rarement aussi bien démonté le mythe des prétendues énergies renouvelables. Que le discours sur les éoliennes soit du vent, on le sentait bien, mais sans avoir toujours tous les éléments d’informations réunis de façon commode.

    Fabien Bouglé démonte aussi, de façon précise, le business juteux des vertueuses ONG, si promptes par ailleurs à dénoncer les méchants lobbies du nucléaire, du pétrole ou des OGM. Pour paraphraser Voltaire, les prétendus défenseurs de l’environnement crachent dans la soupe pour mieux en dégoûter les autres. Mais ne comptons pas trop sur la presse pour trop se pencher sur certains conflits d’intérêt.

    L’idéologie "planétophile", comme l’appelle l’auteur, enthousiasme les citadins et se fait aux dépens des ruraux.

    L’idéologie écologiste repose sur des paradoxes continuels: les paysages naturels sont défigurés au nom du respect de la nature! Les éoliennes gigantesques se substituent aux clochers, comme l’écologisme supplante le christianisme.

    Bien sûr, derrière l’enthousiasme lyrique continuel propagé par les médias se révèlent des intérêts financiers bien juteux, dont certaines ONG, par le biais de prises d’intérêt, profitent largement. Fabien Bouglé dénonce dans l’industrie éolienne "une arme de destruction massive de l’environnement".

    Un bilan environnemental désastreux

    Bien que l’information, très biaisée, qui existe sur Internet essaie de faire croire au caractère recyclable des éléments constituant les éoliennes, seul le mât l’est réellement. La nacelle exige l’utilisation des fameuses terres rares que nous retrouvons dans les voitures électriques, les panneaux voltaïques et téléphones portables, si chers à la boboïtude conscientisée. Or rien de plus polluant, notamment sur le plan radioactif, que l’exploitation des terres rares.

    Il est curieux que les adversaires acharnés du nucléaire prônent des éoliennes dont la construction entraine l’accumulation de déchets radioactifs et de graves problèmes de santé pour les ouvriers chargés de l’extraction et les populations environnantes.

    La durée de vie des éoliennes étant brève, guère au-delà de 25 ans, que faire des stocks de pales à peu près impossibles à recycler et dont les composants se révèlent dangereux pour la santé? Et en songeant aux 14 000 éoliennes qui rouillent sur place en Californie, on frémit à ce qui nous attend en France et en Europe.

    Le "bilan carbone", si cher à notre époque, est absolument désastreux pour les éoliennes comme le montre l’auteur. Elles provoquent même un réchauffement local là où elles sont installées!

    Le bon élève doit imiter le cancre

    Le vent est certes inépuisable mais ce n’est pas le vent lui-même qui produit directement l’énergie. Et le vent souffle où et quand il veut, comme le savait la sagesse antique. Notre époque paraît avoir oublié cette vérité élémentaire. L’intermittence est un des nombreux talons d’Achille de notre symbole vert. Cette intermittence exige une régulation par l’utilisation de centrales thermiques. En d’autres termes, plus vous utilisez d’éoliennes plus vous devez recourir à des énergies fossiles. Le soi-disant " renouvelable " dépend totalement du non-renouvelable!

    On en arrive à cette situation ubuesque où la France, élève modèle de l’Europe en termes d’émissions de CO2, se voit enjointe d’imiter le modèle allemand qui émet 10 fois plus de CO2 par kWh produit.

    Divers chapitres sont consacrés aux problèmes subis par les riverains des éoliennes ou au massacre de grande ampleur des oiseaux et de chauves-souris, mais aussi, ce qui est moins connu, du monde marin.

    Dictature verte et capitalisme de connivence

    Un chapitre porte un titre significatif, " La nouvelle dictature verte ". Visiblement les règles de la démocratie ne s’appliquent pas pour les installations d’éoliennes. Le chapitre suivant qui fait allusion à une certaine Greta se penche sur le " capitalisme vert ". Derrière les jeunes filles aux nattes se cachent toutes les tares du capitalisme de connivence: exonérations d’impôts, subventions, tarifs subventionnés. Bref, toutes les joies du profit sans risque assuré par le contribuable qui n’en peut mais. Une belle bulle artificielle qui n’aurait jamais existé si le marché avait pu jouer son rôle.

    Et à l’horizon se profile un désastre économique, surtout pour notre pays qui bénéficie largement de la manne touristique: mais pour combien de temps? Touristes et éoliennes ne font pas vraiment bon ménage.

    En bref, les éoliennes, technologie obsolète et néfaste, ont détourné énergies et capitaux aux dépens de l’innovation et de la recherche, seules à même de trouver une solution à une trop grande dépendance à l’égard des énergies fossiles.

    Sans vouloir déflorer davantage le contenu d’un ouvrage très documenté, qui mérite la plus large diffusion, je ne peux que vous inviter à le lire au plus tôt!

    Fabien Bouglé, Éoliennes, la face noire de la transition écologique, éditions du Rocher, 2019, 240 p.

    Gérard-Michel Thermeau, docteur en Histoire, est professeur agrégé d'Histoire-Géographie et de Cinéma-audiovisuel dans un lycée de Saint-Etienne.