Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Education - Page 4

  • La rage des autres!

    Les lâches s'attaquent aux personnes vulnérables!

    Nous nous sommes habitués, au fil des années, à cette longue litanie de faits divers, au cours desquels cette engeance commet des crimes crapuleux à nos dépens pour dérober un bijou, une montre, de l’argent ou un téléphone portable. Ces faits qui auraient été considérés comme d’une extrême gravité il y a quelques décennies sont devenus d’une banalité navrante et ne sont que rarement couverts par la presse nationale. Seuls les journaux locaux les relatent encore quand ils ont besoin de remplir une page, entre un article sur la fête de Noël de la maison de retraite et l’inauguration de la nouvelle salle des fêtes.

    Source:

     

    Source:

    Le phénomène nouveau et inquiétant réside dans la gratuité de la violence exercée à l’égard de ces personnes vulnérables. En effet, il apparaît que ces attaques ne sont même plus crapuleuses au sens propre du terme, mais s’apparentent plus exactement à un loisir pour ceux qui les commettent.

    De pauvres handicapés se font tabasser parce qu’ils ont croisé le regard d’une raclure, ou justement parce qu’ils ont détourné le regard, lui manquant ainsi de respect. Ici un paraplégique frappé car un clando tunisien était irrité de manquer son bus, là un retraité roué de coups car il ne roulait pas assez vite.

    Les victimes sont désemparées. Pourquoi ? Pourquoi moi ? Qu’ai-je donc fait pour mériter ça ? Ces actes échappent à la grille de lecture de bon nombre de nos compatriotes qui en sont traumatisés. Pour quelle raison ces barbares commettent-ils ces actes ignobles alors qu’ils n’ont rien à y gagner ?

    Répondre à cette question c’est se demander pourquoi le scorpion pique la tortue sur le dos de laquelle il se trouve pour traverser la rivière. Parce que c’est un scorpion.

    Une vidéo récente, tournée dans le zoo de Planckendael en Belgique, a beaucoup ému les internautes. On y voit un lion qui s’ennuie dans son enclos. Il est repu, comme tous les animaux dans les zoos qui sont nourris chaque jour à heures fixes. Une cigogne se pose près de lui, insouciante. Elle n’a probablement jamais vu de lion de sa vie. Soudain, sans raison apparente, le lion se jette sur elle et la dévore. Pourquoi fait-il cela ? Certainement pas pour se nourrir. Le lion a attaqué la cigogne car c’est un lion. Il en avait juste envie et avait pleinement conscience qu’il ne risquait rien.

    Dans son habitat naturel, jamais le lion ne se serait permis cela avec un de ces congénères ou avec un animal ayant du répondant comme un rhinocéros ou un éléphant. D’instinct il aurait compris que les conséquences pourraient s’avérer dévastatrices pour lui.

    Les centaines de milliers de clandestins africains qui hantent nos villes n’attaquent plus les gens pour se nourrir. Il y a pléthore d’associations pour s’en charger. Ils sont désœuvrés car il n’y a simplement pas de place pour eux au sein de notre société. Ils n’ont ni la capacité, ni d’ailleurs l’envie de s’intégrer. De plus il est évident que les pays africains ne nous envoient pas en priorité leurs universitaires fin lettrés ou leurs scientifiques de haut niveau. Il n’est pas interdit de penser qu’ils poussent au départ vers notre pays leurs petits criminels et autres déchets de leurs sociétés. C’est certainement ce qui explique qu’ils sont si réticents à les reprendre quand nous souhaitons les expulser.

    Les gauchistes nous expliquent que c’est la frustration qui engendre ces comportements déviants et qu’il suffirait que nous fassions plus d’efforts pour les accueillir pour que tout ceci rentre dans l’ordre.

    Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais personnellement je n’ai que rarement poignardé un handicapé à mort lors de mes épisodes de frustration, fussent-ils intenses, même lors de la réélection de Chéri-Bibi.

    Quant à leur intégration dans notre société ou dans le monde du travail, il faut admettre que la carte mondiale des QI ne plaide pas en leur faveur et ne laisse que peu d’espoir à ce sujet. Je concède bien volontiers que les tests de QI occidentaux ne mesurent que très mal la forme d’intelligence qu’un berger nomade malien doit nécessairement posséder afin d’assurer sa survie et celle de ses chèvres, mais ils évaluent parfaitement la capacité d’un individu à évoluer dans notre société.

    Ces gens cumulent deux traits de caractères qui forment un cocktail explosif. D’une part ils sont habitués à la violence. Ils n’ont pas grandi dans une société policée comme la nôtre. Une de mes connaissances, qui a grandi au Tchad, m’avait confié que durant son enfance il avait assisté au règlement d’un différend entre villageois à coup de sagaie ! Une arme de la préhistoire !

    D’autre part, l’islam leur confère à notre égard un sentiment de supériorité spirituelle qui peut paraître incongru à nos yeux, j’en conviens, mais cependant bien réel aux leurs. Pour eux nous ne sommes que des mécréants, des sous-chiens dégénérés à la pogne de leurs « gazelles » comme ils disent. Quand on sait qu’être traité de chien est l’insulte suprême dans le monde musulman, il faut bien prendre conscience de ce que cela implique quant à la place que nous occupons sur leur échelle de mesure du respect.

    Par conséquent, passer ses nerfs sur un paraplégique à la sortie d’un arrêt de bus, ce qui pour vous est le sommet de la lâcheté et de l’abjection, n’est pour eux qu’un simple geste de mauvaise humeur. Ils le font car ils le peuvent. Tout comme le scorpion et le lion. Ils n’ont aucun remord. Je suis convaincu qu’ils ressentent même un profond et sincère sentiment d’injustice d’être réprimandés à ce sujet.

    Ils savent également qu’ils n’auront jamais à répondre de leurs actes car la réponse pénale française est inexistante, tout comme ils savent que le paraplégique et le retraité ne seront pas en mesure de riposter. Il est en effet fort rare de voire des clandestins s’attaquer à un groupe de rugbymen dans un bus.

    À cette situation vient s’ajouter un facteur aggravant : la volontaire détérioration du matériau humain que produit notre société. Il n’est pas rationnel de regretter que les passants n’interviennent jamais en cas d’agression quand on émascule nos enfants dès le plus jeune âge en leur inculquant que si Mokhtar te plante son compas dans la main, il ne faut surtout pas se faire justice soi-même et vite aller se plaindre à la maîtresse. Mokhtar, lui, a appris à mettre des bourre-pifs avant de savoir marcher, encouragé par sa maman.

    Ces mêmes enfants, élevés dans l’illusion de l’existence d’un état de droit, deviendront des adultes dépourvus de tout instinct de conservation, qui seront des proies faciles pour tous ces braves clandestins.

    Il n’y a pas trente-six solutions pour se protéger de ces bêtes sauvages. Nos enfants doivent apprendre à se battre dès leur plus jeune âge. Et je ne parle pas de cours de self défense bidon ou d’aïkido, qui s’apparentent plus à du tango entre cadres supérieurs qu’à un vrai sport de combat. Il faut les envoyer s’entraîner dans les clubs miteux de boxe, là où ça cogne, là où les coups sont portés et font mal, là où justement se trouvent les populations qu’ils seront amenés à combattre, même si nous sommes naturellement plutôt enclins à leur épargner la fréquentation de ces nuisibles.

    Faire l’économie de cet effort, c’est prendre le risque qu’ils finissent comme la cigogne.

    Alain Falento

     

    Civilité ou civilisation ?

    Pour plusieurs philosophes et divers essayistes, les Français sont devenus des consommateurs – quelle découverte ! – et n’ont pas la moindre civilité.

    La politesse manque car elle n’est pas ancrée dans le cœur et l’esprit. Le consumérisme, lui, vint bien avant la décomposition de la société ; sans doute est-il le fruit des Trente Glorieuses et de l’aisance sociale qui en vint. Outre qu’il est le fruit du progrès technologique et de la massification de la publicité au travers des médias. Mais est-il autre que celui que nous avons vécu dans les années soixante à quatre-vingt-dix ? Je ne le crois pas. S’il était idiot de nier la multiplication des flux commerciaux, je ne vois pas qu’acheter un smartphone moderne et pratique soit de nature autre qu’acquérir une chaîne HiFi en 1980 ou un ordinateur moderne dans les années 90.

    Le regard que nous portons sur nos concitoyens ne peut se limiter au vocable de consommateur.

    À l’inverse, il est vrai, comme le souligne Onfray, que les Français manquent de culture. Et surtout d’une culture partagée. Le vivre-ensemble ne se peut sans cette communauté d’Histoire qui forme une part des comportements de l’Homme. Et si dénoncer le wokisme comme le fait le philosophe susnommé est une saine révolte de l’esprit, on eût aimé que celle-ci fût aussi sonore pour dénoncer le mariage pour tous et autres folies que nous promet l’avenir conçu par des dingues. Passons… Mais soulignons à temps et à contre-temps que c’est cette dénonciation que nous attendons de nos élites politiques, sociales, religieuses et éducatives.

    Poussons l’observation des comportements actuels : plus qu’un manque de civilité, on peut parler d’une absence de civilisation. Quelle est la nôtre ? Celle où tout est permis, où l’amitié avec ses voisins n’a plus cours, pas plus que le souci des pauvres et des vieillards dont on laisse le soin à l’État ?

    Plus que la simple absence de civilité, je crois que nous ne savons plus quelle civilisation nous meut. Les évêques ne fulminent plus le moindre anathème lors que les occasions leur en sont pourtant souvent données par les lois bioéthiques, les penseurs n’osent protester devant les folies déstructurantes du mariage pour tous, et les politiques sont couards.

    Ainsi, et bien que la civilité paraisse être une fort belle et bonne chose, si celle-ci n’est plus, c’est que l’éducation n’est plus transmise de façon cohérente et dans la recherche du bien commun par les parents, les professeurs, les divers éducateurs, et les élites – civiles et religieuses.

    Devant ce constat nous devons prendre conscience que nous ne savons plus quelle société nous formons, car nous ne sommes plus habités par celle-ci. Les uns en apportent une autre sans vouloir s’intégrer dans celle qui nous forma. Et les autres, nous-mêmes, ne savons plus et n’osons plus affirmer et transmettre la nôtre, pas plus que nous ne nous révoltons devant les atteintes que les gouvernants y apportent.

    Devant ce vide de l’esprit civilisateur, la jeunesse vit dans l’immédiateté et l’individualisme. Une autre part vit selon ses lois: celles du plus fort, celles où tout est permis. Une troisième, qui se veut intellectuelle, indignée ou révoltée, n’ayant plus à abattre la société pré-soixante-huitarde, s’invente des causes wokistes pour exister et contester la société établie. Le politique, quant à lui, toujours soucieux de préserver ses places et de ne déplaire à ceux qui s’expriment ou à qui les médias donnent audience, s’en fait le relais.

    La civilité réclamée par les uns ne viendra que par une civilisation partagée et transmise. Pour l’instant ça manque!

     

  • MDR: LES PERLES DU BAC 2022 ����

    On les attend chaque année avec impatience et bien les voilà : les nouvelles perles du bac 2022 !

    Galilée (1564-1642) a été condamné à mort parce qu'il est le premier a avoir fait tourner la terre !

    Les montagnes sont d'immenses plaines vallonnées...

    Un bras de mer est un bout de mer en forme de bras.

    L'exemple du Titanic sert à démontrer l'agressivité des icebergs.

    Les 4 points cardinaux sont la droite, la gauche, le bas et le haut.

    La France compte 60 millions d'habitants dont beaucoup d'animaux.

    La Normandie est bordée par des plages bretonnes.

    La Camargue est régulièrement inondée par les côtes du Rompes..

    Les rivières partent de Lamon et s'arrêtent à Laval.

    Les rivières coulent toujours dans le sens de l'eau.

    Le carré est un rectangle qui a un angle droit à tous les bords

    Un carré c'est un rectangle un peu plus court d'un coté...

    Le zéro est le seul chiffre qui permet de compter jusqu'à un.

    Un septuagénaire est un losange à sept cotés.

    Tous les chiffres pairs peuvent se diviser par zéro.

    Une ligne droite devient rectiligne quand elle tourne...

    Un compas s'utilise pour mesurer les angles d'un cercle.

    Une racine carrée est une racine dont les quatre angles sont égaux

    Les Chinois comptent avec leurs boules

    Pour faire une division, il faut multiplier en soustraction...

    L'alcool permet de rendre l'eau potable

    Une tonne pèse au moins 100 Kg si elle est lourde

    Quand deux atomes se rencontrent on dit qu'ils sont crochus

    On dit que l'eau est potable quand on ne meurt pas en la buvant

    Les bombes atomiques sont inoffensives quand elles servent à faire de l'électricité...

    Sans les pannes les machines seraient inhumaines.

    Une montre est divisée en 12 fuseaux horaires d'égale intensité.

    Archimède a été le premier à prouver qu'une baignoire peut flotter.

    La datation au carbone 14 permet de savoir si quelqu'un est mort à la guerre.

    Dans le cinéma muet, les acteurs parlaient avec des mots qu'ils écrivaient en bas du film.

    Le cinéma était une énergie encore inconnue au XIXème siècle

    Un litre d'eau à 20° + un litre d'eau à 20° = deux litres d'eau à 40°

    Le chauffage au gaz coûte moins cher mais disjoncte tout le temps

    Une langue morte est une langue qui n'est parlée que par les morts.

    Victor Hugo écrivait des publicités pour les pauvres misérables.

    Passé simple du verbe faire :

    - Je fus

    - Tu fusses

    - Il fut

    - Nous fumons

    - Vous fumez

    - Ils futent

    La grammaire ne sert à rien puisqu'elle est trop compliquée à comprendre.

    Baudelaire a fait scandale en écrivant son célèbre "Les fleurs du mâle"

    George Sand était une homosexuelle qui aimait les hommes...

    Pascal a consacré sa vie à écrire les essais de Montaigne.

    Une bibliothèque c'est comme un cimetière pour les vieux livres.

    De toutes les pièces de Molières "Les pierres précieuses ridicules" est la plus connue.

    La lecture permet à l'homme de devenir myope...

    Les latins parlaient le Grec ancien.

    Marius Pagnol se servait de son accent pour écrire...

    La lecture est faite pour ceux qui n'aiment pas écrire.

    Le seul poème de Ronsard raconte une histoire de fille qui veut aller voir des roses...

    Le livre de poche a été inventé par Gutenberg.

    Molière est mort sur la seine.

    Le premier groupe comprend les verbes qui se terminent par "er". Exemple : grandir

    La Fontaine a écrit les fables de multiplications.

    Les mots commençant par af prennent de ff. ex: affaire, affeux, Affrique.

    Néron se servait des chrétiens pour faire des lampes en leur mettant le feu.

    La guerre de 100 ans a duré de 1914 à 1918.

    L'histoire du Moyen-Age nous est bien expliquée par Christian Clavier dans les visiteurs 1 et 2.

    Avant la guillotine, les condamnés à mort étaient exécutés sur une chaise électrique...

    Le 14 juillet c'est la fête de l'opéra Bastille.

    Napoléon est le neveu de son grand-père.

    Sur tous les tableaux de peinture, on voit bien que Napoléon cachait son gros ventre avec ses mains.

    Les agriculteurs, ça a toujours été des paysans en colère qui brûlent des pneus et des patates.

    Blaireau a été le premier à traverser la manche en avion.

    La première guerre mondiale a fait une dizaine de morts mais seulement chez les Allemands.

    Le débarquement de Normandie a eu lieu sur des plages en Angleterre.

    A la guerre de 14-18, les soldats mourraient plusieurs fois, d'abord à cause des bombes, et ensuite parce qu'on les forçait à manger de la boue.

    Tous les 11 novembre, le Président décore les parents du soldat inconnu.

    Le maréchal Pétain était un vieux guerrier qui passait sa vie à embrasser des petits enfants...

    Le gouvernement de Vichy siégeait à Bordeaux.

    Jean Moulin fut, lui aussi victime de la Barbie nazie.

    Le général de Gaulle est enterré dans deux églises à colombey...

    La ligne Maginot a été construite pour empêcher l'invasion des touristes Allemands.

    La deuxième guerre mondiale fut une période de paix et de prospérité pour l'Allemagne...

    C'est le général Pompidou qui a renversé de Gaulle avec le coup d'Etat de mai 68.

    François Mitterrand a été le successeur de François 1er

  • MDR: LES PERLES DU BAC 2022 ����

    On les attend chaque année avec impatience et bien les voilà : les nouvelles perles du bac 2022 !

    Galilée (1564-1642) a été condamné à mort parce qu'il est le premier a avoir fait tourner la terre !

    Les montagnes sont d'immenses plaines vallonnées...

    Un bras de mer est un bout de mer en forme de bras.

    L'exemple du Titanic sert à démontrer l'agressivité des icebergs.

    Les 4 points cardinaux sont la droite, la gauche, le bas et le haut.

    La France compte 60 millions d'habitants dont beaucoup d'animaux.

    La Normandie est bordée par des plages bretonnes.

    La Camargue est régulièrement inondée par les côtes du Rompes..

    Les rivières partent de Lamon et s'arrêtent à Laval.

    Les rivières coulent toujours dans le sens de l'eau.

    Le carré est un rectangle qui a un angle droit à tous les bords

    Un carré c'est un rectangle un peu plus court d'un coté...

    Le zéro est le seul chiffre qui permet de compter jusqu'à un.

    Un septuagénaire est un losange à sept cotés.

    Tous les chiffres pairs peuvent se diviser par zéro.

    Une ligne droite devient rectiligne quand elle tourne...

    Un compas s'utilise pour mesurer les angles d'un cercle.

    Une racine carrée est une racine dont les quatre angles sont égaux

    Les Chinois comptent avec leurs boules

    Pour faire une division, il faut multiplier en soustraction...

    L'alcool permet de rendre l'eau potable

    Une tonne pèse au moins 100 Kg si elle est lourde

    Quand deux atomes se rencontrent on dit qu'ils sont crochus

    On dit que l'eau est potable quand on ne meurt pas en la buvant

    Les bombes atomiques sont inoffensives quand elles servent à faire de l'électricité...

    Sans les pannes les machines seraient inhumaines.

    Une montre est divisée en 12 fuseaux horaires d'égale intensité.

    Archimède a été le premier à prouver qu'une baignoire peut flotter.

    La datation au carbone 14 permet de savoir si quelqu'un est mort à la guerre.

    Dans le cinéma muet, les acteurs parlaient avec des mots qu'ils écrivaient en bas du film.

    Le cinéma était une énergie encore inconnue au XIXème siècle

    Un litre d'eau à 20° + un litre d'eau à 20° = deux litres d'eau à 40°

    Le chauffage au gaz coûte moins cher mais disjoncte tout le temps

    Une langue morte est une langue qui n'est parlée que par les morts.

    Victor Hugo écrivait des publicités pour les pauvres misérables.

    Passé simple du verbe faire :

    - Je fus

    - Tu fusses

    - Il fut

    - Nous fumons

    - Vous fumez

    - Ils futent

    La grammaire ne sert à rien puisqu'elle est trop compliquée à comprendre.

    Baudelaire a fait scandale en écrivant son célèbre "Les fleurs du mâle"

    George Sand était une homosexuelle qui aimait les hommes...

    Pascal a consacré sa vie à écrire les essais de Montaigne.

    Une bibliothèque c'est comme un cimetière pour les vieux livres.

    De toutes les pièces de Molières "Les pierres précieuses ridicules" est la plus connue.

    La lecture permet à l'homme de devenir myope...

    Les latins parlaient le Grec ancien.

    Marius Pagnol se servait de son accent pour écrire...

    La lecture est faite pour ceux qui n'aiment pas écrire.

    Le seul poème de Ronsard raconte une histoire de fille qui veut aller voir des roses...

    Le livre de poche a été inventé par Gutenberg.

    Molière est mort sur la seine.

    Le premier groupe comprend les verbes qui se terminent par "er". Exemple : grandir

    La Fontaine a écrit les fables de multiplications.

    Les mots commençant par af prennent de ff. ex: affaire, affeux, Affrique.

    Néron se servait des chrétiens pour faire des lampes en leur mettant le feu.

    La guerre de 100 ans a duré de 1914 à 1918.

    L'histoire du Moyen-Age nous est bien expliquée par Christian Clavier dans les visiteurs 1 et 2.

    Avant la guillotine, les condamnés à mort étaient exécutés sur une chaise électrique...

    Le 14 juillet c'est la fête de l'opéra Bastille.

    Napoléon est le neveu de son grand-père.

    Sur tous les tableaux de peinture, on voit bien que Napoléon cachait son gros ventre avec ses mains.

    Les agriculteurs, ça a toujours été des paysans en colère qui brûlent des pneus et des patates.

    Blaireau a été le premier à traverser la manche en avion.

    La première guerre mondiale a fait une dizaine de morts mais seulement chez les Allemands.

    Le débarquement de Normandie a eu lieu sur des plages en Angleterre.

    A la guerre de 14-18, les soldats mourraient plusieurs fois, d'abord à cause des bombes, et ensuite parce qu'on les forçait à manger de la boue.

    Tous les 11 novembre, le Président décore les parents du soldat inconnu.

    Le maréchal Pétain était un vieux guerrier qui passait sa vie à embrasser des petits enfants...

    Le gouvernement de Vichy siégeait à Bordeaux.

    Jean Moulin fut, lui aussi victime de la Barbie nazie.

    Le général de Gaulle est enterré dans deux églises à colombey...

    La ligne Maginot a été construite pour empêcher l'invasion des touristes Allemands.

    La deuxième guerre mondiale fut une période de paix et de prospérité pour l'Allemagne...

    C'est le général Pompidou qui a renversé de Gaulle avec le coup d'Etat de mai 68.

    François Mitterrand a été le successeur de François 1er

  • Découvrez les plus belles perles du bac 2022

    Comme chaque année, certains élèves se sont ainsi surpassés de manière insolite, soit par méconnaissance ou défauts de compréhension, soit par simple manque de relecture. Entre les lapsus improbables, les contresens qui induisent en erreur, mais aussi les réflexions personnelles discutables ou encore les hors-sujets rédhibitoires, il y en a pour tous les goûts dans les copies. Une sélection à la fois savoureuse et - il faut bien le dire - quelque peu consternante.

    SERIES TECHNOLOGIQUES

    Les deux sujets de dissertations de philosophie, proposés aux candidats des séries technologiques, en ont manifestement inspiré plus d'un, pour le meilleur et surtout pour le pire. Ainsi à la question "La liberté consiste-t-elle à n’obéir à personne?", un élève a choisi de répondre avec une audacieuse analogie -mais il aurait peut-être été préférable qu'il s'abstienne.

     

    "Par exemple, si je dis je refuse de prendre ce sujet de philosophie au surveillant qui me le donne, c’est que je suis libre de ne pas faire ce bac philo parce que j’en ai pas envie. Mais je suis raisonnable, alors je le fais, mais je perds ma liberté", a-t-il ainsi écrit, comme le révèle le Parisien. Imparable n'est-ce pas?

     

    L'un de ses camarades a préféré, lui, reprendre une célèbre devise pour illustrer son propos. Seulement voilà, ce dernier s'est rendu coupable d'une toute petite faute de rien du tout qui, hélas, change légèrement le sens de sa phrase, comme vous pouvez le constater. "Comme disaient les anarchistes: ‘ni dieu ni mètre’". Chacun aura évidemment rectifié.

     

    Le second sujet de dissertation demandait aux élèves s'il est juste de défendre ses droits par tous les moyens? Pour répondre, l'un des candidats épinglés a fait allusion à des événements récents, non sans un certain humour et avec un sens particulier de l'analyse. "Des gilets jaunes ont perdu un œil pour leur défendre leur droit, mais il n’ont pas pu faire ‘œil pour œil’ car les CRS avaient des casques ", écrit en effet l'intéressé.

     

    Un autre lycéen a quant à lui fait le choix de manier le proverbe mais un lapsus - sûrement révélateur - a donné à son argumentaire une tournure assez comique: "La faim justifie les moyens".

     

    Enfin, l'une des explications de texte consacrée à une œuvre de Diderot a fait naître une profonde réflexion philosophique chez l'un des candidats. Jugez plutôt: "Si je vois un éléphant rose et que mon voisin voit un éléphant gris, c’est qu’il y a un problème chez lui ou chez moi". C'est pas faux, comme dirait un certain... Perceval!

    SERIES GENERALES

    Les séries générales ne sont pas en reste et de nombreuses pépites sont à signaler. Illustration avec la copie de philosophie de ce lycéen qui a écrit que "Bétowen s’est livré à de bonnes pratiques artistiques", en réponse au sujet "les pratiques artistiques transforment-elles le monde?".

     

    Une élève nous explique, quant à elle, que "le maquillage est de l’art car dans l’émission ‘incroyable transformation’ la maquilleuse transforme le look des personnes moches".

     

    Deux autres candidats nous apprennent par ailleurs que "certaines rock stars, quand elles chantent ou crient, on dirait qu’elles jouissent", ou encore que "les artistes (ils) remuent la terre".

     

    Concernant le second sujet de philosophie ("Revient-il à l’État de décider de ce qui est juste?" ndlr), les deux réflexions ci-dessous ont particulièrement retenu notre attention:

    - "Si le président Macron décide quelque chose, c’est que c’est forcément juste, puisque c’est le président".

    - "Si je trouve juste de rompre avec ma petite amie parce qu’elle est agaçante et que je ne veux plus la subir, c’est à moi de décider, pas au juge".

     

    Quant aux jolies perles repérées dans les commentaires composés, les deux suivantes nous ont beaucoup fait rire, sans méchanceté aucune, bien sûr.

    - "La spychologie permet de mettre de l’ordre dans la tête"

    - "On sait très bien que l’univers a été créé par le big band".

     

    D’autres curiosités ont été recensées dans les copies, notamment par le magazine Marie France qui nous rapporte par exemple qu'un candidat a écrit, le plus sérieusement du monde, que "le gouvernement de Vichy siégeait à Bordeaux". Logique!

     

    Un autre élève a livré une définition pour le moins étonnante d'une croisade (on ne vous cache pas que c'est notre préférée) en expliquant qu'il s'agit d'un "voyage en bateau organisé par le pape".

     

    Une candidate a également affirmé que "la danse typique de l’Argentine" était "la paëlla". Les amateurs de tango apprécieront...

     

    Enfin, certains élèves, visiblement en délicatesse avec la géographie, ont répondu que la capitale de l'Espagne était "Mexico" ou... "Argentina"!

     

  • Pendant ce temps-là, les CPF dorment -gratos- à l'hôtel ...

    ... mais NON, ce n'est pas gratos, avec les sous de la France et la France, c'est nous: nos taxes, nos impôts, nos petites retraites, nos hôpitaux en disette et le speed-dating pour trouver des enseignants

    Malgré son emploi, Éric dort dans sa voiture. Ce Varois de 59 ans lance un appel: “Tout ce qu’il me faut, c’est un lit et une douche”

    Un emploi logé lui ayant été refusé, ce travailleur de 59 ans a su rebondir dans un magasin de Saint-Tropez. Mais il ne trouve de logis et lance un appel aux bonnes âmes.

    Comme tous ses collègues, Éric Bodart, 59 ans, se lève tôt pour mettre en rayon les produits du Super U de l’avenue du général Leclerc puis s’assure que les rayons restent bien achalandés tout au long de la journée.

    Mais contrairement à ses camarades, une fois sa journée menée à bien, Éric ne regagne pas son logement pour prendre une bonne douche fraîche.

    Sans domicile, le quinquagénaire rejoint plutôt son véhicule, une Renault 19 stationnée sur le parking ensablé de la Bouillabaisse, à Saint-Tropez.

    La voiture, âgée de près de 30 ans, fait ainsi office de logis. Jusqu’à la tombée de la nuit, Éric parvient encore à s’accommoder de l’ennui grâce à la lecture. Mais une fois plongé dans le noir, commencent ses déboires.

    “Je me suis accroché”

    Je suis à l’étroit là-dedans, je ne peux même pas m’allonger complètement pour dormir”, regrette le travailleur. “En plus, j’ai dû mal à réellement me reposer car il y a du bruit une bonne partie de la nuit avec les établissements alentour.”

    (…) “Je n’ai pas réussi à trouver de logement dans mon budget”, signale-t-il simplement.

    Aujourd’hui, Éric lance un appel aux bonnes âmes: “Si quelqu’un dispose d’une petite dépendance, d’une chambre à louer. Tout ce qu’il me faut, c’est un lit et une douche. Eventuellement de quoi me faire à manger. Je ne demande pas la clim’”, s’amuse-t-il, avant de se faire plus sérieux. “À mon âge, j’ai besoin d’un endroit où je puisse m’allonger et me reposer. Pour ne pas arriver fatigué au travail le matin.”

    Car s’il pouvait utiliser les sanitaires de la capitainerie du port jusqu’à tout récemment, Eric n’y a désormais plus accès. Alors, il se douche sur la plage de la Bouillabaisse.

    “Mais je ne peux pas utiliser de savon ici”, souligne-t-il. Volontaire, il propose ses services en plus d’un loyer modeste. “Jardinage, bricolage, je sais faire. Entretien de propriété, j’ai déjà fait dans les Hautes-Alpes”, assure-t-il.

    ”PONCTUEL ET VOLONTAIRE”

    Quentin Rivet, directeur du Super U de Saint-Tropez insiste sur le fait qu’il “ne regrette absolument pas d’avoir donné sa chance à ric”. Mettant un point d’honneur à souligner “sa ponctualité”, “son volontarisme” ou encore “les heures supplémentaires faites sans rechigner en cas de besoin”.

    Var matin

  • Pauvre France!

    Charles Demassieux a évoqué dans un article l’état de sidération mentale dans lequel le mot "ludique" a jeté une majorité d’élèves de la filière pro lors de la récente épreuve de philosophie du baccalauréat. Le baccalauréat de français – une épreuve qui se déroule en fin de classe de Première – de cette année n’est pas de nature à redonner le moindre optimisme quant à l’avenir de notre langue. L’épreuve de "commentaire" –  en filière générale – qui s’appuyait sur un texte jugé trop difficile – voire incompréhensible – par beaucoup de candidats, a déchaîné un torrent d’insultes à l’encontre de… l’auteur du texte, Sylvie GERMAIN, laquelle n’est en rien responsable du fait que les inspecteurs généraux aient choisi de soumettre un extrait d’un de ses romans à la sagacité des élèves, ni du manque de maîtrise crasse de la langue française par iceux. 

    Les élèves qui passaient le baccalauréat de français avaient classiquement affaire à trois sujets, dont deux sujets de dissertation:

     

    Sujet A:

    Œuvre : Victor Hugo, Les Contemplations, livres I à IV. Parcours : les mémoires d’une âme. Les livres I à IV des Contemplations ne sont-ils qu’un chant intime ? Vous répondrez à cette question dans un développement organisé en vous appuyant sur les livres 1 à 4 des Contemplations, sur les textes que vous avez étudiés dans le cadre du parcours associé, et sur votre culture personnelle.

     

    Sujet B :

    Œuvre: Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal. Parcours: alchimie poétique : la boue et l’or. Dans L’Art romantique ("Théophile Gautier", 1869), Baudelaire écrit : "C’est un des privilèges prodigieux de l’Art que l’horrible, artistement exprimé, devienne beauté […]". Ce propos rend-il compte de votre lecture des Fleurs du Mal ? Vous répondrez à cette question dans un développement organisé en vous appuyant sur Les Fleurs du Mal, sur les textes que vous avez étudiés dans le cadre du parcours associé, et sur votre culture personnelle.

    On conçoit qu’un élève qui, dans le courant l’année scolaire, a insuffisamment travaillé les œuvres dont il est question (en l’occurrence, cette année, Les contemplations de Victor Hugo et Les fleurs du mal de Charles Baudelaire) laisse soigneusement de côté ces deux sujets de dissertation – laquelle, qui plus est,  réclame une certaine aisance dans l’expression écrite – et se rabattent sur le "commentaire composé" (appelé plus simplement " commentaire de texte " depuis une paire d’années).

    Cette dernière épreuve est d’ailleurs désormais plébiscitée par la quasi-totalité des candidats, lesquels " s’appuient " sur un texte tout écrit, qu’il s’agit pour eux, comme l’indique l’intitulé de l’épreuve, de " commenter ". Beaucoup d’élèves, choisissant par défaut cette épreuve, se contentent d’une simple paraphrase – voire d’un simple résumé – du texte proposé, alors qu’il s’agit d’en faire une analyse précise, en en dégageant l’intérêt et la spécificité. Un ajout de références littéraires liées à des lectures personnelles de l’élève est naturellement le bienvenu, à condition naturellement qu’elles servent à une meilleure mise en valeur du texte à commenter.

    Aux deux sujets de dissertation – un art devenu trop difficile pour une grande majorité de lycéens – s’ajoutait cette année un texte de Sylvie GERMAIN, à commenter. Un auteur sans doute inconnu de la quasi-totalité des élèves de Première, bien qu’elle ait obtenu le Prix Goncourt des lycéens en 2005 pour son roman Magnus. Mais le commentaire de texte, contrairement aux sujets de dissertation, ne nécessite pas la moindre connaissance de l’œuvre de l’auteur. Voici l’énoncé de l’épreuve de commentaire:

    Objet d’étude: Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle

    Vous commenterez le texte suivant:

    Sylvie GERMAIN (née en 1954), Jours de colère, Chants, "Les frères", 1989 [NdA : Prix Femina de cette année-là]. Situé dans un passé indéterminé, le roman de Sylvie Germain Jours de colère prend place dans les forêts du Morvan. Le texte suivant est extrait d’un chapitre intitulé "Les frères". Il présente les neuf fils d’Ephraïm Mauperthuis et de Reinette-la-Grasse :

    "Ils étaient hommes des forêts. Et les forêts les avaient faits à leur image. À leur puissance, leur solitude, leur dureté. Dureté puisée dans celle de leur sol commun, ce socle de granit d’un rose tendre vieux de millions de siècles, bruissant de sources, troué d’étangs, partout saillant d’entre les herbes, les fougères et les ronces. Un même chant les habitait, hommes et arbres. Un chant depuis toujours confronté au silence, à la roche. Un chant sans mélodie. Un chant brutal, heurté comme les saisons, – des étés écrasants de chaleur, de longs hivers pétrifiés sous la neige. Un chant fait de cris, de clameurs, de résonances et de stridences. Un chant qui scandait autant leurs joies que leurs colères.

    Car tout en eux prenait des accents de colère, même l’amour. Ils avaient été élevés davantage parmi les arbres que parmi les hommes, ils s’étaient nourris depuis l’enfance des fruits, des végétaux et des baies sauvages qui poussent dans les sous-bois et de la chair des bêtes qui gîtent dans les forêts ; ils connaissaient tous les chemins que dessinent au ciel les étoiles et tous les sentiers qui sinuent entre les arbres, les ronciers et les taillis et dans l’ombre desquels se glissent les renards, les chats sauvages et les chevreuils, et les venelles que frayent les sangliers. Des venelles tracées à ras de terre entre les herbes et les épines en parallèle à la Voie lactée, comme en miroir. Comme en écho aussi à la route qui conduisait les pèlerins de Vézelay vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Ils connaissaient tous les passages séculaires creusés par les bêtes, les hommes et les étoiles.

    La maison où ils étaient nés s’était montrée très vite bien trop étroite pour pouvoir les abriter tous, et trop pauvre surtout pour pouvoir les nourrir. Ils étaient les fils d’Ephraïm Mauperthuis et de Reinette-la-Grasse".

    ***

    Les amoureux de Giono (Les grands chemins, Le chant du monde, Rondeur des jours, L’homme qui plantait des arbres…) remarqueront une certaine similitude, tant dans le style que dans l’inspiration panthéiste, entre Sylvie Germain et l’écrivain de la Haute Provence.

    Ce texte n’a pas été du goût de nombre d’élèves. Le vocabulaire ("bruissant", "saillant", "pétrifiés", "gîter", "venelles", "frayer"…), des références incompréhensibles dans une France totalement déchristianisée: "Comme en écho aussi à la route qui conduisait les pèlerins de Vézelay vers Saint-Jacques-de-Compostelle. "ainsi que le prénom hébraïque – Ephraïm – du père de la fratrie, ont dû dérouté une majorité de lycéens, plus à l’aise dans le rap et sa cinquantaine de mots-clés, toujours les mêmes, et dans un antisémitisme devenu banal, et que ne renieraient pas certains députés de la NUPES fraîchement élus. Sur les réseaux sociaux, insultes et horions ont fondu sur Sylvie Germain, coupable d’écrire dans une veine poétique et d’évoquer un enracinement identitaire auquel les élèves venus d’autres contrées du globe sont radicalement étrangers, voire hostiles.

    ***

    "Je ne suis qu’un prétexte, je ne me sens pas concernée personnellement. Je suis plutôt inquiète du symptôme que cela révèle" a déclaré Sylvie Germain dans un entretien au Figaro Etudiant. Ajoutant : " C’est grave que des élèves qui arrivent vers la fin de leur scolarité puissent montrer autant d’immaturité, et de haine de la langue, de l’effort de réflexion autant que d’imagination, et également si peu de curiosité, d’ouverture d’esprit. Le passage à analyser n’était pas délirant, le vocabulaire était accessible, mais certains se contentent d’un vocabulaire si réduit, riche seulement en insultes et en invectives, que tout écrit un peu élaboré leur est un défi, un outrage".

    "Ils veulent des diplômes sans aucun effort, se clament victimes pour un oui pour un non et désignent comme persécuteurs ceux-là mêmes qu’ils injurient et menacent" conclut l’infortunée auteur à laquelle on me permettra de manifester toute ma sympathie.