Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Education - Page 4

  • La violente charge

    de Zineb El Rhazoui contre les immigrés

    Par Auteur valeursactuelles.com

    Invitée sur LCI, la journaliste a estimé que “parfois, il n’y a pas tellement une volonté d’intégration de la part de ceux qui viennent”.

    Zineb El Rhazoui n’a pas mâché ses mots. La journaliste était invitée sur LCI ce mercredi 4 septembre et a notamment évoqué l’intégration des immigrés en France. Elle a tenu à rappeler qu’en France "les étrangers obtiennent très facilement la citoyenneté pleine, ils ont les mêmes droits que ceux qui ont la citoyenneté française depuis des siècles". "Le racisme est interdit par la loi, ce n’est pas une opinion comme dans d’autres démocraties occidentales", a-t-elle ajouté, concluant que "ce qu’il faut rappeler, c’est que parfois il n’y a pas tellement une volonté d’intégration de la part de ceux qui viennent".

    "On peut avoir un prénom étranger et être parfaitement intégré"

    Dans son analyse, Zineb El Rhazoui est allée plus loin, affirmant qu’il était légitime de se poser la question "sur des gens qui viennent en France parce que la France offre des avantages économiques certains, mais qui souhaitent continuer à vivre à l’afghane, à la pakistanaise, la marocaine".

    Selon la journaliste, on peut reprocher à ces personnes "de ne pas véritablement faire un effort pour s’intégrer" car "l’effort d’intégration ne doit pas toujours être à sens unique". Cette question sur l’intégration lui a été posée alors que le prénom Mohamed a, pour la première fois en France, fait son entrée dans le top 20 de l’Officiel des Prénoms, se classant directement à la 18e place. Le prénom est-il un marqueur d’assimilation en France? Selon Zineb El Rhazoui, la réponse est à la fois "oui et non" car "on peut avoir un prénom étranger et être parfaitement intégré, assimilé, se sentir chez soi et ne pas avoir d’autre chez soi que ce pays".

    Mais, pour la journaliste, il faut aussi se poser la question "sur des enfants issus de troisième ou quatrième génération d’immigrés et qui portent toujours des prénoms étrangers". Pour Zineb El Rhazoui, le prénom est "bien sûr un marqueur d’assimilation" mais "il n’est pas le seul".

    La journaliste cite alors son propre exemple, rappelant que si elle a "un prénom étranger" elle a "choisi de donner un prénom français à [s]a fille", notamment pour "faciliter" son intégration“.

    En soi, ce n’est pas grave que quelqu’un s’appelle Mohammed ou n’importe quel prénom étranger, c’est l’éducation qui sera donnée à cet enfant, c’est le storytelling identitaire qui lui sera donné", qui est important, conclut Zineb El Rhazoui.

  • Des juges à mourir de rire! cela va arriver....

    ... moins d'un an avant la grande merde....

     

    Arras (62) : Ils s’attaquent au commissariat pour faire libérer un copain, ils écopent… d’un rappel à la loi !

    Après le doigt cassé du policier, après les jets de cailloux sur les forces de l’ordre la semaine dernière au parc du palais Saint-Vaast, voici désormais qu’on jette des boules de terre sur les policiers d’Arras. Cela s’est passé hier dimanche, tour Saint-Jean à Arras.  (…)

    À l’issue des gardes à vue, le lanceur de boules de terre a écopé d’une composition pénale. Ses « sauveteurs » s’en sortent quant à eux avec… un simple rappel à la loi, puisqu’aucune dégradation ou violence n’a été commise, d’un point de vue purement juridique. Une orientation judiciaire prise par le parquet de Béthune (les jeunes en dépendent) qui provoque une certaine incompréhension boulevard de la Liberté. Des policiers estiment que s’attaquer à un commissariat aurait mérité une réponse pénale plus ferme.

    www.lavoixdunord.fr

  • Tu le traverse ou pas, le trottoir?...

    C’est bien vrai : quand on veut on peut… Macron avait raison !!!

    TRÈS FACILE  de trouver du boulot sans traverser la rue ! la preuve ...

    *Même si, en France, le chômage des jeunes frappe dur, quelques jeunes parviennent à trouver du travail.*

            *La Région vient en effet de recruter **Jérémie**Martin**, sans aucun diplôme, le fils de l’ex-Ministre  de l’écologie **Philippe**Martin** comme chargé de mission.*

            *Il aura pour collaborateur le frère, trois échecs au bac en cinq ans, de l’ex-ministre délégué aux Anciens  combattants**Kader Arif*

            *Salomé Peillon, déchue de certificat d'aptitude pour tricherie en 2014, fille de l’ex-ministre de l’Éducation Nationale, est embauchée au poste de chargée**de mission culturelle à  l’ambassade de France en Israël.*

            *Fin janvier,**Thomas Le Drian**, le fils de **Jean-Yves**,**le ministre de la Défense, a été embauché par la Société **Nationale Immobilière ( 1,3 milliard d’euros de CA, 275.000 logements).*

            *Clémentine Aubry, sans aucun titre universitaire mais fille de**Martine**, est administratrice de**l’auditorium du musée du Louvre…*

            *C’est normal** : Mazarine Pingeon, elle, bardée**de diplômes en philosophie, est depuis longtemps administratrice de la Grande bibliothèque.*

            *On ne peut malheureusement rien faire pour les fils de **Marisol**Touraine**, **Christiane**Taubira **et ** Laurent**Fabius** : ils ne sont pas encore**sortis de prison ! ! ! !*

           *Mais des postes les attendent...* c'est sûr... la gauchiasse s'empaffe en rond

     

           *et tout ça sans avoir à se rendre sur le trottoir d’en face….*

  • Micro-plastique dans l'eau à table: les dangers

    Dans son rapport rendu public le 22 août dernier, l’Organisation mondiale de la santé estime qu’à leurs niveaux actuels, les micro-plastiques présents dans l’eau potable ne constituent pas encore de risques pour la santé. Si le message se veut être rassurant, l’Agence sanitaire alerte cependant sur les dangers à venir.

    Des données limitées et encore peu d’études fiables sur le sujet

    Lors d’une conférence de presse, l’OMS a surtout souhaité rassurer les consommateurs d’eau de robinet et d’eau en bouteille dans le monde entier quant aux effets sur la santé humaine des micro-plastiques présents dans l’eau potable. L’analyse réalisée a essentiellement porté sur les risques d’ingestion, les risques associés à la présence de biofilm ou bactéries agglomérées, et les risques chimiques.

    Les travaux menés par les chercheurs ont révélé que les micro-plastiques de taille supérieure à 150 micromètres ne sont pas absorbés par l’organisme. Par contre, l’absorption des particules de plus petite taille, en particulier celles de taille nanométrique, pourrait être plus importante. Toutefois, les études fiables et les données disponibles à ce jour sont encore limitées.

    Maria Neira, directeur du Département Santé publique à l’OMS, appelle ainsi à approfondir la question. Il est indispensable de procéder à des évaluations plus poussées, avec des méthodes standardisées. Pour cause, il est difficile de réaliser une analyse comparative des études sur le sujet et de leurs résultats. Des recherches supplémentaires sont donc nécessaires afin d’obtenir plus de précisions.

    Des risques pour la santé humaine et les écosystèmes aquatiques

    Si les taux de micro-plastiques actuellement enregistrés dans l’eau potable ne sont pas encore une menace pour la santé humaine, il est impératif de lutter contre la pollution plastique dans le monde entier, insiste l’OMS. Si les émissions de plastique dans l’environnement continuent à une telle vitesse, les conséquences se feront sentir d’ici un siècle au plus tard.

    Les micro-plastiques constituent un véritable danger pour l’avenir des écosystèmes aquatiques. Il a été vérifié que leur absorption par les animaux marins affecte leur reproduction. Ce qui ne devrait pas être sans effet sur la santé humaine.

    Outre la nécessité de réduire significativement la pollution plastique au niveau mondial, il convient aussi de traiter les eaux usées.

    Les experts de l’Agence sanitaire onusienne rappellent que le traitement des eaux usées revêt une importance capitale. Il permet d’éliminer plus de 90 % des micro-plastiques qui polluent ces eaux. Malheureusement, bon nombre de pays dans le monde ne disposent toujours pas de systèmes adéquats pour le traitement des eaux usées. Il est également urgent d’investir dans ce secteur.

    Déjà qu'ils ne peuvent pas supprimer les molécules pharmaceutiques des eaux du robinet!!!