Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Education - Page 8

  • Brigitte Trogneux n’a jamais été condamnée pour son acte criminel…

    Cette épouse de chef d’État, qui le suit partout et se mêle très ouvertement des choses de la vie publique en semblant croire que son avis intéresse tout le monde, oublie peut-être le passé trouble et délictueux dans lequel elle a été une personne indigne, malhonnête, adultère et choquante pour toute sa famille, n’est pas l’oie blanche dont elle voudrait se donner l’apparence.

    J’ai voulu revenir sur le statut de délinquante ou de criminelle (aux USA c’est un crime) de cette femme qui n’a jamais été condamnée pour son acte scandaleux et a encore moins purgé de peine.

    Et je serais curieux de savoir comment elle aurait réagi si un de ses enfants mineurs avait été détourné par un de ses enseignants adultes, de 24 ans plus âgé que lui, marié, père ou mère de trois enfants et détenteur par la loi et par sa fonction d’une autorité éducative sur des collégiens ou des lycéens mineurs.

    Je ne pense pas qu’il faille passer sous silence ces événements anciens qui ont, aujourd’hui, une résonnance particulière dans le contexte extrêmement tendu d’une société aux abois en ce qui concerne le sexe, la pédophilie, le viol, l’âge de la majorité sexuelle, etc…

    Brigitte Macron (née Trogneux, ex-Auzière), née le 13 avril 1953 à Amiens.

    Brigitte Marie-Claude Trogneux est issue d’une famille de chocolatiers amiénois réputés pour leurs macarons. Elle est la fille de Jean Trogneux (1909-1994) et de son épouse Simone Pujol (1913-1998), et la plus jeune de leurs six enfants. Le 9 novembre 2018, son frère aîné Jean-Claude Trogneux meurt à l’âge de 85 ans. Brigitte Trogneux épouse, le 22 juin 1974, André-Louis Auzière, jeune homme de son milieu social et futur banquier, avec qui elle a trois enfants, Sébastien (1975), Laurence (1977) et Tiphaine (1984), respectivement ingénieur statisticien (diplômé de l’École nationale de la statistique et de l’analyse de l’information (ENSAI)), cardiologue et avocate.

    En mai 1993, dans l’atelier de théâtre qu’elle anime au lycée de la Providence, elle remarque Emmanuel Macron, alors âgé de quinze ans et élève de seconde dans la même classe que sa fille Laurence.

    L’année suivante, le couple commence une relation. La différence d’âge (de plus de 24 années) entre les deux amants provoque un scandale dans la famille Trogneux : leur relation tombe sous le coup de la loi du 23 décembre 1980 et du délit d’atteinte sexuelle, qui dispose qu’un enseignant qui a des relations sexuelles avec un élève mineur âgé de plus de quinze ans encourt jusqu’à trois ans de prison. Leur relation se poursuit discrètement à Paris, où Emmanuel Macron entre en classe de terminale, puis en classe préparatoire littéraire au lycée Henri-IV.

    Brigitte Trogneux divorce le 26 janvier 2006 d’André-Louis Auzière. Le 20 octobre 2007, elle épouse Emmanuel Macron au Touquet-Paris-Plage, où elle possède une maison. Son nouveau mari, alors inspecteur des finances, quitte la fonction publique pour rejoindre la banque Rothschild.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Brigitte_Macron

    Il convient avant tout de remettre les choses dans le cadre de leur époque, en 1993.

    La loi était alors très claire : un enseignant majeur qui débauche et détourne un enfant mineur de moins de 18 ans et a des relations sexuelles avec lui, encourt une peine de prison de 3 ans et une amende de 45 000 euros.

    (L’article 227-27 du Code pénal prévoit le cas où le mineur a plus de quinze ans et que l’atteinte sexuelle – sans violence, contrainte, menace ni surprise – a été réalisée par un ascendant ou par une personne ayant autorité sur la victime ou par une personne abusant de l’autorité que lui confèrent ses fonctions :

    " Les atteintes sexuelles sans violence, contrainte, menace ni surprise sur un mineur âgé de plus de quinze ans sont punies de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende :

    – Lorsqu’elles sont commises par un ascendant ou par toute autre personne ayant sur la victime une autorité de droit ou de fait ; – Lorsqu’elles sont commises par une personne qui abuse de l’autorité que lui confèrent ses fonctions".

    Article 227-27 du Code pénal)

    Dans le passé, il y a eu de nombreuses affaires de détournement de mineurs commis pas des employeurs, des enseignants ou toutes personnes ayant eu une autorité sur des enfants mineurs.

    On ne cesse de parler, par exemple, des viols commis sur des enfants par des prêtres ou des religieux catholiques ou autres.

    On se souvient de certains films, comme " Mourir d’aimer ", basé sur une histoire vraie, où une enseignante majeure et un de ses élèves de 17 ans et demi étaient tombés amoureux l’un de l’autre, entraînant un scandale retentissant et l’emprisonnement du professeur.

    Il faut quand même considérer que les lois, a priori, ne sont pas faites pour les chiens et qu’il faudrait les respecter un peu.

    La loi ne prévoit pas, et on le comprend, que l’amour d’un enfant pour un adulte, ou inversement, puisse être un facteur d’indulgence.

    Les personnes majeures ayant autorité sur des enfants doivent être les premiers à respecter les lois, ne serait-ce, au minimum, pour la valeur de l’exemplarité.

    Il existe aussi un paramètre intéressant qui est celui de la différence de traitement des faits selon qu’il s’agit d’abus sexuels d’un homme adulte sur une fille mineure ou d’une femme adulte sur un garçon mineur.

    Mais dans ces familles de la discrète bourgeoisie de ces petites villes de province, il se passe souvent des choses qui restent des secrets bien cachés ou que la justice, elle-même, tente d’étouffer, appartenant à cette même classe bourgeoise dans laquelle elle compte de nombreux amis.

    En attendant, j’estime que cette femme délinquante, mais non condamnée par une justice au service de la bourgeoisie, ne devrait pas la ramener en politique, comme si elle se croyait en légitimité éthique et morale de donner des conseils à 70 millions d’hommes et de femmes en France, ce qui n’est pas le cas.

    Nous n’avons jamais commis une telle chose, nous !

    VIDÉO. Rétention des notes du bac : " On ne peut pas prendre nos enfants et leur famille en otage ", lance Emmanuel Macron.

    https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/video-retention-des-notes-du-bac-on-ne-peut-pas-prendre-nos-enfants-et-leur-famille-en-otage-lance-emmanuel-macron_3525565.html?fbclid=IwAR1pXU9y0yhNcfAttBOM5i-DpgqP3O22ueJVL0sy0OqCHWrOKk8sb0_D9k4

    Lui qui, précisément, n’a jamais voulu avoir d’enfant et qui n’a aucune idée de ce que peut signifier être père…

    Qu’il commence par s’occuper de donner à manger à nos pauvres !!

    Laurent Droit

    https://ripostelaique.com/brigitte-trogneux-na-jamais-ete-condamnee-pour-son-acte-criminel.html

     

     

  • Les" “héroïnes“ de notre époque sont des mollusques décérébrées

    L’héroïsme de pacotille des nouvelles égéries progressistes

    FIGAROVOX/TRIBUNE - Greta Thunberg, Megan Rapinoe, Carola Rackete... La philosophe Anne-Sophie Chazaud reproche à ces nouvelles figures féminines du combat progressiste de rester sagement dans les sentiers battus du politiquement correct.

    Ouais, y'a pas que ça: si la France était envahie d'ennemis, tu leur colle un fusil entre les mains et elles meurent d'une crise cardiaque instantanément! Où sont nos héroïne des 39-45?

    Anne-Sophie Chazaud est philosophe, haut fonctionnaire et auteur d’un livre à paraître aux éditions l’Artilleur consacré à la liberté d’expression.

    Elles s’appellent Greta Thunberg, Carola Rackete, Megan Rapinoe… Elles circulent avec aisance à travers les airs, les routes et les océans dans un monde qui, d’une certaine manière, leur appartient, afin d’y répandre la bonne parole. Elles font la une des médias, sont portées au firmament par les faiseurs d’opinion "progressistes" (autoproclamés tels), figures de proue de quelqu’improbable armada de la post-modernité bien-pensante. Elles jouent au foot, empochent de prestigieux trophées, pilotent des navires, bravent supposément les interdits, défient les puissants de la planète (surtout occidentale, c’est moins risqué) en décelant paraît-il le CO2 à l’œil nu, alertant sans relâche sur les dangers du réchauffement climatique, du sexisme, de l’homophobie, du racisme atavique de l’homme blanc ou de quelqu’autre grande cause à la mode…

    Ces égéries post-modernes ne font que répandre les poncifs de la morale dominante.

    Ces figures portent des combats, des convictions, qui sont celles du camp du Bien à l’ère politiquement correcte et c’est leur droit le plus absolu: abolition des frontières, écologie, néo-féminisme, luttes pour les minorités, multiculturalisme, rien ne manque et toutes les panoplies du combat sociétal sont représentées comme à la parade.

    Pourtant, si ces égéries sont, pour la plupart, dotées de compétences et de personnalités particulières, ce qui les a conduites là où elles sont, les modalités de leurs interventions et leurs prises de position semblent, sous couvert d’impertinence, bien conventionnelles et bien peu audacieuses au regard de la morale ambiante et dominante dont elles ne font que répandre docilement les poncifs.

    Dans un discours halluciné prononcé lors du retour victorieux de l’équipe américaine de football dont elle est la capitaine, à New York ce 10 juillet, Megane Rapinoe a probablement, en plus de son trophée sportif, remporté également celui de la célébrité progressivo-compatible ratissant le plus large, afin de ne laisser échapper aucune miette de cet indigeste gâteau revendicatif.

    Celle qui s’était distinguée en déclarant avec subtilité qu’elle ne se rendrait pas à "la putain de Maison Blanche" dans un grand moment d’élégance (qui n’a pas été du goût de nombreux Américains) ou qui refuse ostensiblement de chanter l’hymne national, n’est jamais en reste pour adopter les postures les plus donneuses de leçons possibles: invitant tel un télévangéliste chacun à "être meilleur" (au football?), la joueuse de Seattle, solidement campée sur ses petits crampons, n’hésite pas à prendre à tous propos son bâton de pèlerin pour défendre tout à trac les homosexuels (dont on ignorait qu’ils étaient encore institutionnellement persécutés aux États-Unis), les différentes communautés qui sont autant de gruyères dans lesquels faire des trous d’un marché lucratif, pour fustiger les bases naturellement perverses et pourries de son pays, et autres combats ou nobles causes se découvrant à marée basse.

    Le grand frisson de l’interdit bravé n’est ici que pure façade masquant la vacuité d’un système qui s’auto-promeut.

    On peut toutefois s’interroger sur le niveau réel de bravoure que cela requiert pour quelque star que ce soit de s’opposer publiquement au président Trump et de relayer en battant sa coulpe le sanglot de l’homme blanc. Cette hostilité affichée ne constitue-t-elle pas au contraire un passage obligé? N’est-ce pas plutôt l’inverse qui serait particulièrement dangereux et risqué? Imagine-t-on le traitement médiatique et la popularité d’une quelconque célébrité se déclarant ouvertement pro-Trump ou hostile aux vagues migratoires incontrôlées, ou considérant que les combats sociétaux ont été assez loin et qu’il est peut-être temps de cesser d’hystériser et d’exacerber les revendications minoritaristes?

    Celle-ci récolterait sur-le-champ l’opprobre et sa carrière serait barrée. L’originalité, la transgression de ces postures vindicatives, le grand frisson de l’interdit bravé qu’elles représentent sont de pure façade et masquent la vacuité d’un système qui s’auto-promeut complaisamment. Ces postures constituent à la fois la bibliothèque rose de l’engagement public mais aussi l’indispensable sésame pour recueillir la précieuse onction médiatico-mondaine laquelle n’est, comme chacun sait, pas décernée par l’électorat populaire de Donald Trump.

    Dans un autre style, la jeune (et légèrement inquiétante) Greta Thunberg, manifestement échappée de quelque thriller scandinave, n’est pas en reste, sillonnant l’espace européen pour sensibiliser les grands de ce monde quant aux méfaits du réchauffement climatique. Elle-même fait d’ailleurs l’objet d’une évidente instrumentalisation de la part de son entourage et de certains militants écologistes et investisseurs experts en greenwashing qui la poussent ainsi sous les feux des projecteurs, sans souci de préserver sa jeunesse ou son évidente fragilité.

    On peut pourtant se demander si, se placer ainsi du point de vue de la jeunesse pour interpeller des adultes dont on postule a priori qu’ils sont fautifs, inconscients et irresponsables est si audacieux, si risqué, si dangereux, si anticonformiste, dans une société où les parents sont systématiquement culpabilisés, où toute forme d’autorité et d’expertise dans la prise de décision est contestée, comme le démontre par exemple la logique théorique inhérente à la récente loi dite "anti-fessée" laquelle vient, précisément, de l’exemple (pourtant désormais contesté) de la Suède qui fut naturellement précurseuse en la matière. L’infantilisation du combat social et l’infantilisme sociétal vont main dans la main depuis une bonne quarantaine d’années: pour l’audace, la nouveauté et la disruption, il faudra donc repasser.

    Le "progressisme" fonctionne par une opposition manichéenne entre Bien et Mal.

    Carola Rackete, quant à elle, médiatique capitaine allemande du navire "humanitaire" Sea Watch, qui a accosté de force à Lampedusa avec l’onction de toute la bien-pensance européenne, ne prend pas non plus grands risques à relayer la ligne autoritaire et dominante imposée par exemple par le Traité de Marrakech ou par la vulgate libre-échangiste en matière d’acceptation de l’immigration non maîtrisée.

    C’est contester cette dernière qui constitue une prise de risque au regard de la morale ambiante. S’opposer théâtralement à Matteo Salvini est le plus sûr moyen de se notabiliser, de s’attirer les sympathies du camp progressiste, d’en recueillir là encore l’onction et la reconnaissance. C’est la garantie d’une carrière médiatique assurée.

    Peu importe que cela se fasse en surfant sur le business des passeurs et autres trafiquants de chair humaine et de main-d’œuvre à bas coût: tous les moyens seront bons pour asseoir la vulgate en vogue et le marché qui l’accompagne.

    Le "progressisme" on le sait fonctionne par oppositions binaires et manichéennes entre le Bien et le Mal. Ce paradigme permet une simplification du débat public mais aussi une stigmatisation prompte de ceux dont on disqualifiera ainsi les points de vue déviants. Cette partition sommaire entre les "déplorables" (comme les avait nommés sans vergogne Hillary Clinton) et les fréquentables se reflète aussi dans le schématisme caricatural de ces égéries, lesquelles finissent par conséquent par ressembler plutôt à des produits marketing. Les marchés de niche des Social Justice Warriors ont tendance à créer des combattants qui s’apparentent in fine plutôt à des têtes de gondoles. Gageons donc qu’elles seront pareillement remplaçables, au gré des évolutions du marché de la revendication, ou en fonction de l’air du temps.

    Anne-Sophie Chazaud

     

  • C'est complètement fou!

    Un jour j'ai vu passer un article (avec photo) montrant des collégiens sodomisant un âne dans un bled pas catholique…

    Marly-la-Ville (95): Louis, 12 ans, harcelé et violé au collège

    Qui imaginerait des collégiens de 6e harceler un élève au point de lui infliger agressions sexuelles et viol ? C’est ce qui est arrivé à Louis [Le prénom a été modifié], scolarisé au collège Françoise-Dolto, à Marly-la-Ville (Val-d’Oise). Au paroxysme de cet enfer, il a cherché à mettre fin à ses jours. Il est encore sous traitement et suivi psychologique en raison de tendances suicidaires. Ses parents ne le lâchent pas d’un pas.

    Ce grand garçon (1,78 m) de 12 ans aux yeux bleus évoque ces sévices d’une voix calme et timide. "Ils font le jeu de l’olive. On prend quelqu’un et on cherche à lui mettre un doigt dans l’anus", explique-t-il. À plusieurs reprises, ses agresseurs lui ont mis un doigt, un stylo ou un témoin de relais d’athlétisme entre les fesses. L’épisode le plus violent date de juin. "Il était accoudé à une barre en cours de sport, relate Julia [Le prénom a été modifié], sa mère.

    Un des gamins est arrivé derrière lui et a plongé ses mains jointes dans son derrière. "La doublure de son short est trouée. "Ça a été très douloureux, car très profond. Je saigne encore beaucoup", témoigne-t-il. […]

    D’autres agressions surviennent. À nouveau l’établissement est contacté. Les parents préviennent qu’ils porteront plainte la prochaine fois. Leur fils sombre dans le mutisme. Ils comprennent que le harcèlement n’a pas cessé quand Louis évoque les propos qui visent sa sœur. "Ils ont dit qu’ils allaient la sodomiser", indique-t-il. Elle était en CM2 cette année. "Du coup, j’ai très peur parce qu’elle rentre au collège l’année prochaine. Je ne voudrais pas qu’elle subisse ça à cause de moi", ajoute le jeune garçon.

    Le Parisien

    Sale pourriture!

     

     

  • Sciences: les nouveaux obscurantistes

     […] L’ampleur du phénomène devrait inquiéter, parce qu’il percole (hé crétin, tu bois trop de café: on dit: infuse…) dangereusement dans la société. Tous les sondages précités font la même analyse: les plus jeunes se trouvent être les plus défiants vis-à-vis de la science. Un fossé générationnel se creuse insidieusement.

    Aux Etats-Unis, une professeur de biologie à au William College, une université privée du Massachusetts, a fait part dans une retentissante tribune sur le site The Atlantic de son désarroi face à sa difficulté à enseigner à certains de ses élèves des notions de biologie et de génétique (héritabilité, QI, etc.) et de se sentir contestée au nom de "l’égalité, de l’antiracisme et de l’antisexisme". Avant de conclure: "Si les étudiants [continuent à nier] l’évidence scientifique, cela aura un effet sur la façon dont les professeurs enseigneront“.

    On va tous se retrouver à l'obscurantisme du Moyen-âge!

    De ce côté-ci de l’Atlantique, les effets de ce nouveau politiquement correct ne se font pas autant ressentir sur les bancs des facs: "Je ne crois pas que nous rencontrons le même type d’opposition, confie Erwann Gueguen, chercheur en microbiologie à l’université Claude-Bernard-Lyon I. Sur ces questions, mes étudiants peuvent engager une discussion, mais ne sont pas dans la contestation. "En revanche, cette résistance semble perceptible aujourd’hui au niveau du secondaire, où des élèves plus jeunes peuvent être guidés par des croyances religieuses“.

    L’Express

    Obscurantisme, etc…

     

  • Celles qui se prennent pour Isadora Duncan….

    sans en avoir le très grand désir de liberté et l'échappée de toutes les conventions sociales

     

    Montréal: Une jeune femme étranglée par son voile dans un karting

    Une jeune femme de 18 ans reposait toujours à l’hôpital dans un état grave, hier soir, après avoir été étranglée par son hidjab qui s’est coincé dans la roue d’un go-kart qu’elle pilotait sur un circuit récréatif, à Montréal

    "Quand on a coupé le hidjab, elle s’est remise à respirer. C’était comme dans un film", a relaté au Journal Detroyt Pereira, un employé du Parc d’Amusement Anjou, rencontré hier soir sur son lieu de travail.

    L’accident est survenu peu avant minuit, mardi. La victime prenait part à une course amicale avec son frère et deux amis, qui ont été témoins de la scène d’horreur […]. Son état était toujours jugé sérieux hier en soirée, a précisé [la police].

    J'espère que ces crétins comprennent désormais le mal qu'ils font à cette pauvre fille (et à toutes les autres….

    Le propriétaire du Parc d’Amusement, Amedeo Ceccon, a confié hier être secoué par le drame […]. Il assure que ses employés ont averti "à plusieurs reprises" (parle à mon c…) la jeune femme des risques associés au port de ce foulard lors d’une course de kart. Refusant de le retirer, celle-ci aurait plutôt décidé de le coincer à l’intérieur de ses vêtements, une solution qui s’est malheureusement avérée inefficace. "C’est une auto qui roule assez vite, à 30, 40, 50 km/h, alors [le foulard] est parti au vent", a expliqué M. Ceccon.

    "On essaie de les avertir, mais souvent elles se fâchent contre nous. Elles ne veulent pas l’enlever. N’importe quelle chose qui pend, c’est dangereux. Les cheveux longs, on les attache", a-t-il ajouté. (cela s'appelle “la sélection naturelle“….).

    Par souci de sécurité, le propriétaire avoue envisager d’interdire aux femmes qui portent un foulard de parcourir le circuit, même s’il conçoit qu’il s’agit d’une "question assez délicate".

    Le Journal de Montréal

    On en verra d'autres:

    par exemple, le Canada est le pays qui a le plus de malades de la SEP au monde…. le fait de manquer de vitamine D, est un des facteurs déclenchant de la sclérose en plaques…

    le fait “d'embastiller“ ou "encapuchonner" les filles sous des oripeaux sans forme permettra l'éradication de cette obligation cultuelle avec tous ses corollaires. (moins de femme, moins de capital de viande, moins d'enfants, moins d'esclaves filles et femmes)

    Y'a qu'à attendre… sélection naturelle, je vous dis!

     

     

  • Petits et grands: Cervelles éviscérés

    Les profs perdent la tête

    Herblay (95): harcelée par une prof et des collégiens, une fillette de 11 ans se suicide: (obsèques ce mercredi à Paris)

     […] En apprenant le suicide d’Evaëlle, 11 ans, victime de harcèlement scolaire, Leslie a aussitôt pensé à ce qui était arrivé à sa fille l’année dernière. Emma*, également scolarisée au collège Isabelle-Autissier d’Herblay (Val-d’Oise) en 4e, a aussi été victime d’un groupe d’élèves. Le suicide, la jeune fille y a pensé. Avec le recul, sa mère estime qu’elle failli passer à l’acte.

    "Ça a commencé trois semaines après la rentrée, relate Emma. Au début, ils me volaient mon matériel scolaire et ils le jetaient par la fenêtre“.

    Elle n’est pas seule, trois de ses amis dans sa classe subissent le même traitement. "Après ça a été des insultes, on se faisait bousculer et taper tous les jours", ajoute-t-elle. Un groupe tient à provoquer le chaos en classe. Emma et ses copains font partie des plus sages. Alors les coups pleuvent. […]

    […] Si la collégienne de 11 ans qui a été retrouvée pendue le vendredi 21 juin dernier dans sa chambre, subissait les moqueries, le bizutage, les coups et les insultes de ses camarades au collège Georges-Duhamel, elle était aussi victime du harcèlement de l’une de ses professeurs. "C’est parti de là. Elle la traitait de folle", témoigne une amie de la fillette"[…]. En taule, la prof!

    Et une de ses anciennes élèves de renchérir: "Quand tu n’arrives pas à faire quelque chose, elle te dit que tu es nulle. Elle dit à tout le monde: Vous êtes la pire des classes. "Une autre jeune fille déclare: "Ça dépend des élèves. Elle s’attaque aux plus faibles“. "

    Après avoir déposé plainte pour harcèlement scolaire, Marie et Sébastien, les parents d’Evaëlle, en ont déposé une nouvelle, après la mort de leur fille.

    Les parents de la collégienne décrivent une petite fille d’une profonde gentillesse, avec beaucoup d’amour à donner. "Elle était pleine de joie. Une enfant précoce ", confient-ils avant de souligner sa grande empathie. " Elle voulait être amie avec tout le monde. Souvent dans l’excès et, quand on est dans l’excès, on se fait rejeter", déclare son papa. Et d’ajouter: "C’est sûr qu’on a élevé nos enfants dans l’empathie. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde“.

    Les obsèques de la petite Evaëlle auront lieu le mercredi 3 juillet au Père-Lachaise de Paris. […]

    Closer

    25/06/2019

    Une jeune fille de 11 ans a mis fin à ses jours, vendredi soir, à son domicile à Herblay (Val-d’Oise). Elle s’est pendue dans sa chambre avec un foulard qu’elle avait accroché à son lit.

     […]

    "Ses harceleurs continuaient sur les réseaux sociaux"

    "Depuis le début de l’année, elle se plaignait d’être harcelée, raconte la mère d’une élève. Elle avait l’impression que tout le monde était contre elle. Elle était très renfermée. "Elle confirme toutefois qu’elle était bien visée par d’autres élèves“.

    Apparemment, elle était dans la pire classe.

     […]

    Le Parisien