Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Education - Page 3

  • Le désastre de l'école en France

    Allez lire l'article, il est bien plus long et très édifiant!

     

    France: une enseignante témoigne sans langue de bois du désastre de l’éducation des enfants musulmans

     

    Dreuz, 15 février 2017

    Une enseignante répond à un commentateur sur le blog d’Ivan Rioufol qui prétend que les petits immigrés ou fils d’immigrés sont discriminés à l’école.

    Je suis enseignante (prof d’histoire-géo-éducation civique) depuis plus de 20 ans. J’ai exercé dans 5 collèges de banlieue, dont deux Zep et un établissement classé zone violence.

    J’ai donc vu passer dans mes classes (de la 6e à la 3e) plus de 4 000 jeunes de banlieues, que j’ai eu à charge d’instruire, d’encourager et d’accompagner, avec une bienveillance et une abnégation qui ne m’ont jamais fait défaut.

    Vous prétendez que les populations des banlieues sont "mises au garage dès le collège et le lycée "?

    Que "le socle d’une société épanouie est l’éducation" et, de ce fait, vous insinuez que les minorités ne reçoivent aucune instruction dans notre pays?

    Quelle vaste blague! Non: quelle aberration, quelle mauvaise foi, quelle vision erronée et mensongère de la réalité!

    Mes élèves des cités reçoivent la même instruction que tous les petits Français de souche. Leur instruction est gratuite (sans compter les aides et prestations diverses censées aider ces familles mais qui sont systématiquement dépensées pour tout autre chose que l’école…)

    Si, au terme d’un parcours scolaire la plupart du temps désastreux, le corps enseignant se voit contraint de leur proposer une orientation professionnelle en fin de 3e, c’est qu’on ne peut pas raisonnablement proposer à un adolescent de 15 ans d’envisager de poursuivre des études de médecine alors qu’il n’a toujours pas daigné apprendre à compter (et à parler correctement le français). Ignorez-vous l’importance de la résistance à l’apprentissage du français dans nos écoles?

    Le français est pour eux une "langue étrangère", la langue des "mécréants" comme ils aiment à me le répéter.

    Voici le fruit de ma réflexion, après 20 années d’expérience au contact de votre soi-disant "génération sacrifiée":

    Je suis en première ligne pour témoigner des moyens financiers, humains et techniques mis à dispositions de ces jeunes depuis des décennies (oui, des millions dépensés dans les collèges et lycées pour ces populations).

    Je vous signale, à titre d’exemple, que le collège où je travaille actuellement met à leur disposition permanente 14 TNI d’une valeur totale de 100 000 euros – un dans chaque classe -, deux salles informatiques contenant 50 PC avec connexion internet, une bibliothèque magnifique sur deux étages, des dizaines d’heures de soutien hebdomadaires et tutorats en tous genres (qui coûtent beaucoup d’argent à l’État car payées en heures supplémentaires), un service de restauration quasi gratuit, des voyages scolaires (musées, voyages en Espagne, en Italie, en Angleterre et en Allemagne, pris en charge par le foyer socio-éducatif) etc, etc, etc. Je continue?

    Les autres enfants de la commune (qui ne vivent pas dans la cité) sont loin d’avoir ce genre de privilèges.

    Malgré tout, ces jeunes des banlieues (comme vous les appelez) n’ont que la haine de la France à la bouche. Leur seule référence est "le bled". Leur seul désir: imposer leur culture en remplacement de notre culture nationale. Ils ne s’en cachent même plus: ils le revendiquent comme une fierté.

    Leur communautarisme rend inopérant toute tentative d’instruction et d’intégration.

    Quel que soit le sujet que j’aborde, en Histoire, en géographie ou en éducation civique, je ne rencontre de leur part que mépris et hostilité vis-à-vis de notre passé, de nos valeurs, de notre vision de la démocratie. Je n’ose même plus prononcer le mot "laïcité" en classe, de peur de les voir me vomir dessus ou pire, m’insulter.

    La plupart des collègues ont abdiqué depuis longtemps.

    Hélas, j’ai cru un temps, comme vous, qu’il était possible de leur transmettre connaissances, sagesse et foi en l’avenir de notre communauté nationale.

     

    J’ai renoncé. Je suis tous les jours confrontée aux discours les plus intolérants qui m’aient été donnés d’entendre: propos haineux à l’égard des Français, des juifs, des femmes, des homosexuels… L’évocation du terrorisme fondamentaliste les fait sourire (dans le meilleur des cas) quand ils ne font pas ouvertement, en classe, l’apologie de l’État islamique et de la charia.

    Notre Histoire ne les intéresse pas. Ils ne sentent aucun passé, ni aucun point commun avec les "sous-chiens" et les "faces de craie" comme ils nous appellent.

    Retournez donc à l’école ne serait-ce que pour un petit stage d’une journée… vous seriez mortifié.

    Et vous réfléchirez peut-être à deux fois avant d’écrire de telles inepties.

    © lu en commentaire d’un article d’Yvan Rioufol et publié par Gaïa pour www.Dreuz.info

    Julien Martel

     

    https://ripostelaique.com/soutien-a-cedric-villani-qui-a-ose-lier-echec-scolaire-et-immigration.html

  • Ben, voilà!

    La France doit défendre son héritage chrétien contre le cancer musulman

    Les musulmans sont en droit de défendre les racines musulmanes de leurs pays en dépit des évidences historiques et anthropologiques et les dégâts dévastateurs de l’islam tandis que les Européens ne peuvent pas en faire autant.  Des origines qu’ils doivent cacher pour ne pas heurter les susceptibilités de cette population importée réputée pour son incurie intellectuelle, son fanatisme, son ignorance, son obscurantisme, sa culture monolithique et son amnésie historique.

    Et pourtant, sans les historiens et archéologies européens, jamais l’humanité n’aurait découvert l’histoire glorieuse de l’Irak, la Syrie, la Perse, l’Égypte, les Égyptiens et l’Afrique du Nord.

    L’Europe berceau de deux des plus illustres civilisations, la grecque et la romaine,  n’ose pas se référer à ses racines chrétiennes. La France elle-même a été enfantée par la chrétienté.

    Comme s’il s’agissait d’un passé noir que l’on ne veut pas étaler, peur de l’assumer, on le nie et on le cache du regard de l’histoire, à moins que l’on ne veuille pas froisser la sensibilité des " nouveaux " Européens importés des pays majoritairement musulmans. Un choix qui est en train de basculer l’Europe chrétienne et gréco-romaine dans les fonds abyssaux de l’histoire.

    Dès qu’une voix s’élève pour défendre l’identité chrétienne de l’Europe, elle provoque un tollé général et une vague d’indignation comme si c’était un sacrilège que de rappeler une réalité historique incontestable.

    On doit taire cet héritage chrétien et le passer en pertes et profits. Un voile est mis sur l’histoire de l’Europe à l’image du voile des femmes musulmanes.

    Un sujet tabou que Chirac s’était empressé d’enterrer à l’époque où l’on avait voulu l’inscrire dans la Charte européenne. Il aurait certainement changé d’avis si l’on avait proclamé aussi les racines musulmanes de l’Europe.

    Elle ne doit rien à l’islam. Et ce n’est pas la présence de l’islam en Andalousie et pas sur tout le territoire espagnol qui aurait servi de catalyseur à sa renaissance non plus. L’Europe est sortie de son Moyen Âge contrairement à l’islam qui n’est jamais sorti du sien depuis 1 441ans, à la différence de l’Église qui s’est recentrée sur son rôle d’Église. L’islam n’y est pas encore et jamais il ne se résoudra à séparer le temporel de l’intemporel, c’est signer son propre arrêt de mort.

    Il n’est pas chez lui en Europe. Mais on ne fait rien pour le cantonner à son seul domaine cultuel. On lui laisse les coudées franches pour imposer sa propre vision de l’histoire et son mode de vie au nom de la prééminence de son système de valeurs sur tous les autres.

    L’Europe n’a pas à lui dérouler le tapis rouge et à chercher à le ménager. C’est un conquérant et doit être traité sans ménagement ni réserve.

    Il faut une Europe décomplexée, forte et unie autour des valeurs communes sinon c’est le glas pour elle.

    Ce n’est pas de la haine que de ne pas céder aux desseins hégémoniques de l’islam et ce n’est pas de la haine non plus que de revendiquer haut et fort l’identité chrétienne de l’Occident.

    L’Occident c’est l’Occident et l’Orient musulman c’est l’ Orient musulman, qui ne n’aurait jamais connu la lumière sans les chrétiens d’Orient.

    Salem Benammar

    https://ripostelaique.com/la-france-doit-defendre-son-heritage-chretien-pour-contrer-le-cancer-musulman.html

  • Quartiers défavorisés : le plan d’attaque du gouvernement

    Par Auteur valeursactuelles.com

    Les ministres de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, et de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, ont dévoilé la liste de 80 quartiers appelés à être des "cités éducatives".

    Endiguer l’échec scolaire dans les quartiers défavorisés est-t-il possible? Le gouvernement semble y croire, et a dévoilé, jeudi 5 septembre, à Clichy-sous-Bois la liste des 80 quartiers défavorisés labellisés "cités éducatives", comme le relève le journal Le Monde. Issu du rapport Borloo, le dispositif vise notamment à améliorer la réussite à l’école. Un des moyens de cette réussite: l’intensification de la prise en charge extrascolaire.

    100 millions d’euros sur trois ans

    Sur les 80 "cités éducatives" présentées, une vingtaine de communes de la région d’Île-de-France ont été retenues par le dispositif. On y compte La Courneuve en Seine-Saint-Denis, Villiers-le-Bel dans le Val-d'Oise ou encore Trappes dans les Yvelines.

    L’enveloppe est conséquente: 100 millions d’euros sur trois ans pour financer des actions scolaires et périscolaires.  Avec ces cités éducatives, le gouvernement souhaite  intensifier les prises en charge éducatives des enfants à partir de 3 ans et des jeunes jusqu’à 25 ans, avant, pendant, autour et après le cadre scolaire", en créant un  écosystème favorable". Une idée qui n’est pas originale. Jean-Louis Borloo l’avait en réalité empruntée à une initiative expérimentée à Grigny (Essonne) en 2017. Le projet alors était de limiter le décrochage scolaire et de mieux suivre le parcours des, étudiants en ayant recours à des professionnels -dans le cadre de stages par exemple- ou à des travailleurs sociaux intervenant dans les cours.

    Et le communautarisme? et la drogue? et les femmes emballées? les trafics?

    C'est un emplâtre sur une jambe de bois!

  • Mais tellement incultes…

    que cela cause un malaise....

    Ouaip's, cela ne m'étonne pas que le QI Français baisse régulièrement

    Vendée (85): ils tabassent leur voisin qu’ils croient pédophile parce qu’il écoute Pierre Perret

    Deux hommes de 33 et 46 ans ont été condamnés mercredi 4 septembre à cinq et six mois de prison ferme par le tribunal correctionnel des Sables-d’Olonne (Vendée). Ils ont tabassé un voisin qu’ils croyaient pédophile, parce qu’il écoutait trop fort Pierre Perret dans son appartement, raconte France Bleu Loire Océan.

    Les faits se sont déroulés le 24 août dernier.au Château-d’Olonne. Les deux agresseurs, ivres, ont roué de coups de pied et de coups de poing leur voisin avant de s’enfuir en courant. Il s’est rendu lui-même à l’hôpital pour être soigné, avant de porter plainte. Le médecin lui prescrira 20 jours d’ITT.

    Obligation de soins et de travail

    La victime de l’agression n’a jamais été mise en cause par la justice pour pédophilie, explique la procureure, mais selon ses agresseurs, il écoutait Pierre Perret " très fort, la chanson Vous saurez tout sur le zizi". "Il le met très fort et tout le monde l’entend dans l’immeuble", s’est défendu l’un des prévenus lors de l’audience. "Vous savez qu’écouter Pierre Perret ne fait pas de quelqu’un un pédophile", a répondu le président.

    Ben non, ils ne le savent pas… voilà ce que c'est de faire entrer des cultures différentes de la culture Française! et vous, les journaleux gauchiasse, cela ne vous inspire pas quelque chose de faire passer cette info?

    Les deux hommes condamnés ont une obligation de soins et de travail, et une interdiction de séjour aux Sables-d’Olonne.

    FranceInfo