Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mec

  • "L'école est testée par des groupes fondamentalistes"

    Au "Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI", le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer a confirmé l'interdiction des téléphones portables en primaire et au collège à la rentrée 2018.

    "La République doit être sûre d'elle-même, sereine, mais regarder les choses en face." Lors du "Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI", dimanche, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a reconnu qu'il y avait "un certain nombre" de problèmes autour de la laïcité dans les établissements scolaires. S'il n'existe "pas de statistiques aujourd'hui" sur la pression de l'islam dans ces établissements, il a affirmé qu'il y en aurait "dans le futur". "Je sais toute une série de choses factuelles suffisamment développées, a-t-il toutefois précisé, pour que je prenne des mesures."

    Première de ces mesures, la création d'"unités laïcité" dans toutes les académies. Composées de professionnels chargés de faire de la "prévention", mais aussi d'intervenir ponctuellement dans un établissement, elles doivent être mises en place au cours du premier trimestre 2018. Parallèlement, le ministre va nommer "dans les prochains jours" un "conseil des sages de la laïcité". Pour Jean-Michel Blanquer, "il y a la loi de 1905" séparant les Églises et l'État: "C'est une excellente référence, il y a une jurisprudence, on doit évidemment la respecter, mais il y aura (aussi) ce conseil" des sages, "qui donnera la règle du jeu". Objectif? "Rompre avec la solitude" des enseignants confrontés à ce genre de problèmes, "qui parfois capitulent". "Un professeur qui se trouve dans cette situation doit pouvoir compter sur son établissement, martèle Jean-Michel Blanquer, et l'établissement doit compter sur le rectorat.""L'école, insiste-t-il, est la première pierre de l'édifice laïcité."

    Un "exemple problématique, c'est quand on ne fait pas respecter la loi de 2004" sur le voile à l'école, indique le ministre. Pour les accompagnatrices de sorties scolaires, il ne veut pas de voile non plus. "Mon approche personnelle, précise-t-il, c'est que toute personne qui accompagne les élèves est en situation d'être ce qu'on appelle un collaborateur bénévole du service public (…) qui doit se conformer à un certain nombre de devoirs." "Maintenant, je respecte le droit, bien entendu, et il y a un état de la jurisprudence qui doit être consacré", enchaîne-t-il, notant "des évolutions" jurisprudentielles à clarifier. En 2013, le Conseil d'État avait estimé que les parents accompagnant des sorties scolaires ne pouvaient être soumis à la neutralité religieuse imposée aux enseignants.

    "Le méchant, c'est l'ignorant"

    "Il est exact que nous sommes testés par des groupes fondamentalistes, reconnaît-il également. Il y a des gens qui essayent de voir si le système résiste." À la question: "Est-ce que vous avez des remontées sur des professeurs radicalisés ou en voie de radicalisation?", le ministre de l'Éducation répond: "Ce type de phénomène peut exister. C'est encore extrêmement marginal. Mais nous allons être très attentifs à ce phénomène." Jean-Michel Blanquer a ensuite été interrogé sur l'enseignement du fait religieux, souhaité par le président de la République. "Les enfants doivent apprendre le fait religieux, ne serait-ce que pour comprendre les religions des autres, assure-t-il, citant une phrase de Platon: "Le méchant, c'est l'ignorant."

    Autre mesure qui figurait dans le programme de campagne d'Emmanuel Macron: Jean-Michel Blanquer a confirmé l'interdiction à la rentrée 2018 du téléphone portable pour les élèves des écoles et collèges. "Nous sommes en train de travailler sur cette question pour les modalités", précise-t-il. En septembre, il avait évoqué pour ce faire "des casiers qui ferment". Le port de l'uniforme a été rapidement évoqué: "On doit permettre aux établissements qui le veulent de l'instaurer", répond-il.

    Enfin, peut-on imaginer un jour une école au nom de Johnny Hallyday, ou que le chanteur soit étudié dans les programmes scolaires? "II a rendu plus populaire en France Tennessee Williams…, acquiesce le ministre, présent samedi à l'église de la Madeleine. Si demain quelqu'un décide d'étudier Johnny Hallyday, ce sera d'abord surtout en musique! En tout cas, la musique, qu'elle soit classique ou contemporaine, fait partie des choses qui améliorent notre vie."

    La preuve? Lisez l'archive 8 bis de mon blog du site

    www.josyanejoyce.com

  • Prières de rues...

    Céline Pina interpelle le ministre de l'Intérieur au sujet des prières de rue, organisées chaque semaine depuis huit mois à Clichy, et qui ont conduit les élus locaux à manifester. Pour l'essayiste, il est de la responsabilité de l'État de rétablir l'ordre public.

    FIGAROVOX/TRIBUNE

    Ancienne élue locale, Céline Pina est essayiste et militante. Elle avait dénoncé en 2015 le salon de "la femme musulmane" de Pontoise et a récemment publié Silence Coupable (éditions Kero, 2016). Avec Fatiha Boutjalhat, elle est la fondatrice de Viv(r)e la République, mouvement citoyen laïque et républicain appelant à lutter contre tous les totalitarismes et pour la promotion de l'indispensable universalité de nos valeurs républicaines.

    Monsieur le ministre de l'intérieur,

    Comme vous ne pouvez pas l'ignorer, à Clichy, depuis 8 mois, tous les vendredis, des individus envahissent la voie publique par centaines, déplient des tapis de prière, perturbent ostensiblement la circulation afin de mettre en scène des prières de rue, censées faire croire que les musulmans ne disposent d'aucun lieu de culte pour se réunir dans cette ville. Un spectacle qui a pour objet d'installer dans les têtes l'image d'un pays persécutant une religion afin d'accréditer le discours des militants de l'islam politique.

    Ceux-ci construisent leur démarche de sectarisation et leur politique de recrutement sur la haine et le ressentiment. Or rien de mieux que l'appel à défendre une religion et des fidèles, présentés comme humiliés dans leur foi par une société intolérante, pour susciter l'indignation et lier toute une communauté. La victimisation est souvent la première marche de la radicalisation.

    Et pour cela tous les moyens sont bons: c'est ainsi qu'à Clichy, ce chantage s'exerce, alors même que la ville dispose de deux mosquées, que lors de certains prêches en plein air des discours très radicaux ont été entendus et qu'une partie des manifestants ne sont pas Clichois, mais participent à une démarche militante.

    Monsieur le ministre, vous avez une autorité hiérarchique sur le préfet. A tel point qu'aujourd'hui sa démission est devenue la vôtre.

    Or, bien que la situation soit de notoriété publique et dure depuis fort longtemps, ni le préfet, ni la députée de la circonscription ne s'en émeuvent. Ils ont laissé le rapport de force s'installer, les habitants subir cette pression. Or, Monsieur le ministre, si vous ne pouvez rien faire pour inciter la députée à prendre ses responsabilités, vous avez une autorité hiérarchique sur le préfet. A tel point qu'aujourd'hui sa démission est devenue la vôtre.

    Or comme tous les habitants peuvent le constater l'absence de réaction de l'Etat comme celle, fort tardive, des élus, démontre, tous les vendredis, qu'à Clichy la force met en pièce le droit pendant que ceux chargés de le faire respecter détournent les yeux. A se demander à quoi servent les institutions si la virulence, la violence et le chantage suffisent pour s'approprier, contrôler des portions de territoire et faire un pied de nez aux autorités en investissant des lieux symboliques. Ici un boulevard très passant non loin de la mairie, histoire d'être visible et de démontrer qui a le pouvoir. Le vrai. Celui qui s'affranchit de toute obligation autre que ses propres intérêts, celui qui exerce son bon vouloir sans frein ni limite, en s'offrant en prime le luxe de se transformer en accusateur public et de passer pour l'offensé. En ignorant ces provocations, Monsieur le Ministre de l'intérieur, vous n'envoyez pas un message de retenu et de maîtrise mais de lâcheté et d'abandon.

    Il faut dire que cette affaire de Clichy n'est pas qu'un épiphénomène local, elle nous parle de ce qui traverse notre société jusqu'à la déchirure: ce conflit larvé entre logique tribale et Etat de droit. Elle démontre par l'exemple l'impasse du clientélisme quand il s'agit de faire émerger l'esprit citoyen et le danger qu'il représente pour l'équilibre d'une société. Quand il se heurte à une communauté constituée, le clientélisme la renforce dans sa logique de différenciation et de partition. Il montre en acte que l'égalité et la justice n'est pas la mesure de l'action publique quand elle sombre dans l'électoralisme. Il accompagne la fragilisation de notre contrat social, car il prouve qu'il existe un chemin pour faire passer ses dogmes religieux, traditions, règles et tabous au-dessus de la norme républicaine. Ce chemin c'est celui de la force et de l'incivisme. Or c'est à ce chemin de violence et de domination pure que vous êtes censée vous opposer en tant que membre de l'exécutif, responsable de notre sécurité. En délégant à l'Etat notre part de souveraineté, nous lui avons donné le droit d'exercer le monopole de la violence légitime, cette violence dont seul l'Etat peut faire usage dans le cadre du droit pour assurer la protection des habitants et la pérennité des valeurs, principes et idéaux qui fondent notre nation. En ne le faisant pas, vous dénouez petit à petit la promesse républicaine qui nous lie. Si la force n'est plus à la loi, alors nous sommes tous à la merci les uns des autres et nous ne sommes plus un peuple ni une nation.

    La municipalité de Clichy: de l'art de déplorer les effets dont on chérit les causes

    Ainsi, cette dérive, qui a commencé au niveau local, est bien relayée par votre incurie, celle du préfet comme le manque d'esprit critique d'une certaine presse. En effet, alors qu'hier, enfin, des élus décidaient de réagir, la plus grande partie de la presse reprenait un titre qui donne une idée du degré de confusion mentale de certains journalistes: "Clichy, la manifestation des élus perturbe la prière de rue". Il semble à cette lecture que la prière de rue soit légitime et la présence des élus, incongrue. De l'art d'inverser le sens d'un évènement…

    Une confusion entretenue à dessein: la prière de rue a déjà été utilisée comme mode de conquête territoriale. Dans son livre, rue Jean-Pierre Timbaud, Géraldine Smith raconte comment, alors que la mosquée était moitié vide, des prières étaient organisées dans la rue pour marquer le territoire, montrer qui étaient les maîtres et faire pression sur les élus, mais aussi les habitants qui comprennent vite qui détient le pouvoir de leur nuire au quotidien.

    En effet, quoi de mieux qu'une promesse de mosquée, dont on confie la gestion à des associations dûment identifiées pour qu'elles fassent voter leurs membres et affiliés.

    Certes cela s'explique aussi par un positionnement pour le moins malheureux du maire. Sous les mandats de Gilles Catoire, le maire précédent, la ville avait déjà sombré dans le clientélisme. Le problème de ce type de structuration politique est le même que quand on veut mener une guerre en s'appuyant sur des mercenaires: le jour où le camp ennemi paye mieux, vos troupes se débandent et vos alliés tournent les armes contre vous. A trop investir sur les intérêts privés au détriment de l'intérêt général, on perd toute légitimité et on est à la merci d'un retournement de conjoncture. Et Gilles Catoire a péri de ce par quoi il avait longtemps assuré sa survie.

    La campagne électorale de Clichy n'aura pas fait exception à ce qui se passe sur tous ces territoires gangrénés par l'électoralisme où l'enjeu d'un supposé vote musulman suscite toutes les convoitises. Vous avez été élu local, vous savez très bien de quoi je parle. En effet, quoi de mieux qu'une promesse de mosquée, dont on confie la gestion à des associations dûment identifiées pour qu'elles fassent voter leurs membres et affiliés, le but du jeu étant de détourner une partie des votes de leur allégeance précédente pour emporter la mise grâce à un classique renversement d'alliance. Cette fois-ci c'est Rémi Muzeau, le candidat LR, qui a su être le plus convaincant, s'engageant sur un bail emphytéotique (petite astuce permettant de ne pas payer le terrain sur lequel la mosquée est construite), tout comme son adversaire d'ailleurs.

    En période d'attaques terroristes et d'alerte vigipirate maximale, nous mobilisons nombre de policiers pour protéger des prières de rue illégales, qui durent depuis plusieurs mois…

    Finalement, un lieu de prière a bel et bien été construit, mais il ne permet pas de montrer ses muscles et sa puissance: il n'est pas en centre-ville. Or les mouvements liés à l'Islam politique sont très attachés à la visibilité et à la centralité, c'est parce qu'elles maîtrisent parfaitement les codes symboliques du pouvoir.

    Ce qui se joue à Clichy n'est donc pas une lutte pour que les musulmans puissent pratiquer leur culte dans de bonnes conditions, ce qui serait tout à fait entendable, mais un rapport de force où il convient de montrer que la puissance de la foi et le refus d'obéir à la loi font reculer toutes les autorités constituées. La chose est en passe d'être démontré puisqu'en période d'attaques terroristes et d'alerte vigipirate maximale, nous mobilisons nombre de policiers pour protéger des prières de rue illégales, qui durent depuis plusieurs mois… Cela ne vous dérange vraiment pas?

    C'est à cause de cela que les militants de forces laïques et leur leader, Laurence Marchand-Taillade ont manifesté le 3 novembre et que des élus se sont mobilisés le 10 autour de Rémi Muzeau pour manifester contre ces démonstrations de force. Que Rémi Muzeau ait largement alimenté le clientélisme qu'il se prend en boomerang est vrai. Pour autant il est temps que la préfecture et le ministère de l'Intérieur arrêtent de jouer avec le feu et rétablissent l'ordre à Clichy. En laissant depuis 8 mois un groupe constitué occuper l'espace public et faire étalage de sa force et de son incivisme aux yeux de tous, c'est notre contrat social que l'on affaiblit. Car si la force et l'incivisme gagnent à Clichy alors ce petit jeu se mènera ailleurs. Et c'est bien maille à maille, par cette autre forme de violence qu'est le refus de la civilité, que l'on détricote la démocratie. A refuser d'ouvrir les yeux sur ses phénomènes, vous nous exposez tous.

    Certes l'erreur est humaine et nous vous pardonnerions bien volontiers d'avoir tardé à ouvrir les yeux si la prise de conscience intervient maintenant. Mais c'est en désespoir de cause que j'écris cela, car en la matière le nouveau pouvoir auquel vous appartenez ressemble trait pour trait à cet ancien monde tant décrié dont vous étiez également un représentant. Ceci étant dit, n'hésitez pas à me donner tort sur cette question en faisant preuve de fermeté et de réactivité et je serai heureuse de saluer votre action.

    Céline Pina

  • Des centaines de Marocains occupent les Champs-Élysées et bloquent la circulation

    Face à l’afflux de supporteurs sortis fêter la victoire du Maroc, tous les accès au rond point de l’Etoile ont été fermés. Des camions de CRS ont également bloqué l’accès aux Champs-Elysées. (Le Parisien)

    L’Arc de Triomphe et la tombe du soldat inconnu piétinés par des supporters marocains un 11 novembre … Quelle indécence ! Ici c’est la France, pas le #Maroc ! pic.twitter.com/aJIeHrFTHl

     — Julien Leonardelli (@jleonardelli_fn) November 11, 2017

     

    Des heurts entre supporteurs marocains excités et notre police, un #11Novembre, devant la Tombe du Soldat inconnu : quelle indignité… Le " multiculturalisme " est une grande machine à souiller nos symboles nationaux ! #ChampsElyséespic.twitter.com/rntE1vnYB9

    — Stéphane Ravier (@Stephane_Ravier) November 11, 2017

     

    Quand des marocains crient "on est chez nous !" sur les Champs-Élysées pour fêter leur qualification à la coupe du monde. ?

    (Source https://t.co/sYeDxm2b6Z) pic.twitter.com/XtLh6I4gcS

      — Hérisson Dissident (@Herissident) November 11, 2017

     

    Ce jour où nous aurons France-Maroc … Ces " Français " soutiendront ? #CIVMApic.twitter.com/1l9YrboyFg

     — Léa ن

  • Manif des élus

    Les photos et vidéos sont sur le site: lien en bas

    Ils sont une centaine d'élus de la droite francilienne, en écharpes tricolores, à avoir répondu à l'appel du maire de Clichy, Rémi Muzeau, à manifester contre une prière de rue organisée à la mi-journée dans sa commune ce vendredi 10 novembre. Parmi eux, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse.

     "La République n'est pas un rapport de force. Il y a eu beaucoup de discussions. Maintenant, il faut prendre des décisions. On ne peut pas accepter que l'espace public soit ainsi occupé. Le maire est impuissant. A l'Etat d'agir!", explique-t-elle au Parisien.

     "Ces prières de rues sont illégales, et il faut que le préfet entende l'appel des élus", a déclaré Grégoire de la Roncière, maire divers-droite de Sèvres.

    Étaient également présents des élus d'extrême-droite. "Trois conseillers régionaux d'Ile-de-France du groupe Front National, Mathilde Androuet, Audrey Guibert et Aurélien Legrand, ainsi que Laurent Salles élu de Suresnes, se sont joints aujourd'hui aux élus rassemblés à Clichy-la-Garenne pour protester contre les prières de rue", affirme dans un communiqué le président du groupe FN au conseil régional d'Ile-de-France, Wallerand de Saint Just.

    Plusieurs journalistes sur place ont fait part d'une ambiance particulièrement tendue, marquée notamment par une opposition entre chants religieux d'un côté, et Marseillaise de l'autre. Les forces de l'ordre ont dû s'interposer entre les élus manifestant et les fidèles (vidéos).

    Les fidèles musulmans qui se sont réunis ce vendredi protestent depuis la fin du mois de mars contre la fermeture de l'ancienne mosquée de la ville. Mercredi 22 mars, la police avait évacué leur salle de prière rue d'Estienne d'Orves, au terme d'un long bras de fer entre la mairie LR qui veut en faire une médiathèque et l'Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC) qui la gérait et refusait de quitter les lieux malgré une injonction de justice.

    Auprès du HuffPost, une fidèle faisait part à l'époque de son désarroi face à cette situation. "Prier dans la rue, c'est un déshonneur pour nous, de l'humiliation. La religion musulmane demande d'être discret mais là on n'a pas le choix" (vidéo).

    Et pourquoi ils ne prient pas, tranquillement, chez eux, comme font beaucoup d'autres pratiquants: ce sont des moutons incultes, pire des provocateurs: ras le bol!

    La mairie avait proposé aux clichois musulmans de pratiquer leur culte dans une autre mosquée inaugurée en mai 2016 et située rue des Trois Pavillons (en périphérie), mais celle-ci est jugée par les protestataires "excentrée" et "trop exiguë" pour offrir tous les services religieux et culturels à la communauté.

    Ben voyons, les mecs ont des exigences d'égoïstes, des caprices de vierges effarouchées plutôt!

    Les chants qu'ils couinent appelle au meurtre! On va plus continuer à se laisser faire!

     

     

    http://www.huffingtonpost.fr/2017/11/10/manifestation-des-elus-de-la-droite-francilienne-contre-une-priere-de-rue-a-clichy_a_23273142/

Blog d'une Française de FRANCE: vive la laïcité, vive la FRANCE et la République Française!