Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mec

  • Gonflé!

    Yves Lévy, PDG de l’Inserm jette l’éponge: le conflit d’intérêts n’avait que trop duré

    Il aura donc fallu attendre plus d’un an. La question avait été publiquement soulevée dans la presse en mai 2017, au lendemain de la nomination d’Agnès Buzyn au poste de ministre des Solidarité et de la santé". Peut-on être la ministre de tutelle de… son mari? " demandait, jésuitiquement, La Croix (Pierre Bienvault).

    "La question se pose de manière très concrète depuis l’entrée au gouvernement d’Agnès Buzyn, nommée au portefeuille des Solidarités et de la Santé. En effet, elle est aussi mariée au Pr Yves Lévy, président-directeur général de l’Institut national de la santé et la recherche médicale (Inserm). Or, cet important organisme public est placé sous la double tutelle du ministère de la Recherche et de la Santé. Bref, le Pr Lévy est désormais sous la tutelle de sa femme, ce qui n’est pas sans poser un problème à un moment où la prévention des conflits d’intérêts des ministres est une priorité affichée par le président de la République".

    Agnès Buzyn, hier encore présidente du Collège de la Haute Autorité de santé (HAS) affirmait alors que la question serait vite réglée. Elle ajoutait aussi que son mari sera maintenu dans ses fonctions.  "Le problème est clairement identifié et va être traité. Il appartient maintenant au secrétariat général de l’Elysée d’examiner quelle est la modalité juridique la plus adaptée. Mais, une chose est certaine: “Mme Buzyn n’aura pas à prendre de décisions concernant l’Inserm "déclarait à La Croix le cabinet de la nouvelle ministre.

    Solution bigrement bancale

    Régler sans larmes ce conflit d’intérêts, On pouvait imaginer le "déport systématique" – une procédure prévue par la loi du 29 décembre 2011 de renforcement de sécurité sanitaire (gouvernement Fillon) et qui permet de sauver les apparences pour ne pas être à la fois juge et partie. Difficile". Pour un ministre de la Santé, l’Inserm n’est pas un domaine occasionnel, mais un sujet d’activité quasi quotidien" observait Le Monde (François Béguin, Paul Benkimoun).

    Une piste, selon La Croix: un décret du 16 janvier 2014 relatif à la prévention des conflits d’intérêts dans l’exercice des fonctions ministérielles. Un ministre estimant se trouver en situation de conflit doit en informer par écrit le Premier ministre en "précisant la teneur des questions pour lesquelles il estime ne pas devoir exercer ses attributions". Un décret détermine alors les attributions que le Premier ministre exerce en lieu et place du ministre intéressé. Édouard Philippe exercerait alors la cotutelle de l’Inserm avec le ministre de la recherche.

    Ce fut la solution, légale mais bigrement bancale, qui fut alors retenue. Puis le problème fut de nouveau posé, cette année, avec le processus de désignation du nouveau PDG de l’Inserm. M. Lévy allait-il demander à prendre la succession de lui-même pour un nouveau mandat de quatre ans le conduisant à la fin du quinquennat,

    "Yves Lévy, qui a tenté de se faire renommer discrètement, devra passer devant une commission s’il veut se succéder à lui-même en juin, expliquait, en avril dernier Anne-Sophie Mercier dans Le Canard Enchaîné. Une façon de le dissuader, sans doute, alors que sa femme pèse de tout son poids, selon certains, en faveur de sa reconduction". Qui l’emporterait, Des rumeurs donnaient Agnès Buzyn perdante.

    Les rumeurs ont gagné et le Palais de l’Elysée vient de trancher. M. Lévy " reste en charge de l’intérim à la tête de l’Inserm " viennent de faire savoir, dans un communiqué les services du Premier ministre. Ajoutant un savoureux: " le processus de recrutement du PDG de l’Inserm sera relancé dans les prochaines semaines ".

    Autres fonctions

    "Ce processus avait pourtant déjà commencé, puisque des candidats avaient été entendus le 21 juin à huis clos par une commission ad hoc" précise l’AFP. Qui traduit: le Pr Yves Lévy, mari de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a retiré sa candidature pour un nouveau mandat à la tête de l’Inserm, organisme public de recherche médicale. L’Inserm indique dans un communiqué que M. Lévy avait "adressé ce jour à l’ensemble des personnels de l’Inserm un message expliquant sa décision". Message encore tenu secret.

    La suite est sans surprise, qui enfonce toutefois le clou. Le gouvernement prend acte "de sa décision" de retirer sa candidature à un renouvellement à la présidence de l’Inserm. Le gouvernement rappelle que "l’ensemble des procédures permettant d’éviter tout conflit d’intérêt entre l’Inserm et la ministre des Solidarités et de la Santé ont été mises en œuvre de façon continue depuis mai 2017".

    Les noms des candidats à la succession de M. Lévy n’ont pas été révélés et ce "conformément à la réglementation, pour permettre d’attirer les meilleurs postulants" (sic). Seuls deux ont choisi de rendre publique leur candidature: Jessica Zucman-Rossi (Inserm, université Paris-Descartes) et Philippe Froguel (CNRS, université de Lille et Imperial College de Londres).

    Quant aux services du Premier ministre, ils précisent que M. Lévy, 60 ans, "sera prochainement appelé à d’autres fonctions". Qui en aurait douté?

     

  • 20 tweets hilarants

    qui prennent le Président au pied de la lettre 

    Impossible de ne pas avoir entendu parler au cours de la semaine écoulée de l’affaire Lacèhne Benalia, absolument sur toutes les lèvres depuis la diffusion mercredi 18 juillet 2018 de la vidéo montrant ce chargé de mission de l’Élysée brutaliser sans ménagement un manifestant, à Paris, le 1er mai dernier. Un fait qui a alors valu à l'homme une mise à pied de deux semaines, ce qui semble bien trop peu aux yeux de beaucoup, comparativement à la gravité de l'acte commis.

    Après presque une semaine de silence, le président de la République Emmanuel Macron s’est finalement exprimé sur cette affaire concernant son collaborateur, qui était devenu responsable sécurité d'"En Marche !" en décembre 2016. Ce mardi 24 juillet 2018, dans la soirée, le Président a ainsi affirmé : " La République exemplaire n’empêche pas les erreurs. S’ils cherchent un responsable, le seul responsable, c’est moi et moi seul. C’est moi qui ai fait confiance à Alexandre Benalla. Celui qui a été au courant et a validé l'ordre, la sanction de mes subordonnés, c'est moi et personne d'autre".

    Mais M. Macron ne s’est pas arrêté là, et a lâché une autre petite phrase, qui n’est pas passée inaperçue, et qui n’a clairement pas été pensée pour laisser indifférent:

    "S’ils veulent un responsable, il est devant vous, qu’ils viennent le chercher".

    Sans surprise, ce morceau de bravoure macronien a enflammé les réseaux sociaux, et notamment Twitter, qui a vite fait un rapprochement avec l’histoire de France, et comparé le président jupitérien à un monarque provoquant son peuple au risque d'attiser sa haine, ainsi qu'à... Tony Montana, le légendaire baron de la drogue du 7e art, entre autres.

    Voici vingt tweets particulièrement drôles liés au hashtag #AllonsChercherMacron, créé en prenant au mot le chef d’État français !

        #AllonsChercherMacron

        Allez, à 3 vous me chercher... Prêt.... 1....2...3 pic.twitter.com/vtWwbQ64CE

        — La Fée Ganette (@feeclamartoise) 24 juillet 2018

        J'espère que vous avez votre diplôme et que vous savez vous nourrir vous même avant d'aller chercher Manu #AllonsChercherMacron

        — Kevin (@Kev_Trahl) 25 juillet 2018

        "Qu'ils viennent me chercher".

        Le type il est gaulé comme une crevette croisée avec un phasme et il se prend pour Mike Tyson... #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/EPr0n3BHM4

        — Phifi (@Phinsoumis) 24 juillet 2018

        Attends Manu on prépare le matos et on arrive #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/fkHBKntkk6

        — Diju (@Diju69) 24 juillet 2018

        "Qu'ils viennent me chercher".#CroisonsLes #Macron pic.twitter.com/TiDMr5nT4h

        — GuillaumeTC (@GuillaumeTC) 24 juillet 2018

        Qui a fait ça ? ?? #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/JBdyyuEM9N

        — Soeur Foune (@SoeurFoune) 24 juillet 2018

        1789: "Qu'ils mangent de la brioche"

        2018: "Qu'ils viennent me chercher " #AllonsChercherMacron #Benalla #Revolution

        — Mickaël Correia (@MickaCQFD) 24 juillet 2018

        "Qu'ils viennent me chercher, je suis seul responsable."#Macron va donc :

        - Se présenter devant la #CommissiondEnquete?

        - Dissoudre l'assemblée?

        - Démissionner?

        Non, c'est juste la com bidon d'un politicien dépassé par une affaire glauque.#AllonsChercherMacron#MacronPiègeACons

        — Rémi φ (@Callystor) 24 juillet 2018

     

        Attention l'individu est déterminé, armé et sur cette photo de la personne actuellement recherchée par le peuple français, on ne voit que son couteau.

        Il se serait radicalisé au sein d'un mouvement centriste millénariste.

        Restez prudents. #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/8T9JOQ45pY

        — Alexis Poulin (@Poulin2012) 24 juillet 2018

        Quand j’entends "venez me chercher.... "#AllonsChercherMacron pic.twitter.com/6CoBcNypCC

        — David van Hemelryck (@David_vanH) 24 juillet 2018

        La plus belle imitation de #Macron.

        Les inconnus avaient vu juste #AllonsChercherMacron#MacronGate#MacronDestitution pic.twitter.com/RCyQLQyrHZ

        — Brandon Heller (@BrandonHL82) 24 juillet 2018

        Et si on remettait ça ? #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/ukwDnTap5w

        — Bastien Parisot (@BastienParisot) 24 juillet 2018

        Le Roy des riches Emmanuel 1er donna grande fête à ses laquais pour dire au peuple qu’ils n’étaient rien#AllonsChercherMacron pic.twitter.com/zxEpzjvNSn

        — Duc de Saint-Frippon (@MFrippon) 24 juillet 2018

        Macron aux Français: "Qu'ils viennent me chercher."

        Très bien Manu, les français arrivent. #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/k9CvuHRfDM

        — Jean Hugon (@JeanHugon3) 24 juillet 2018

        #quilsViennentMeChercher pic.twitter.com/ROaODxkiiW

        — L'Indéprimeuse (@LIndeprimeuse) 24 juillet 2018

        #AllonsChercherMacron

        Ta 40 ans aussi con que mon frère aîné rigolo va pic.twitter.com/ekxPx61TTT

        — rafal tweet (@monkeybizness06) 24 juillet 2018

        Ça vite vite sur Facebook https://t.co/N1JhNvCZl5 #AllonsChercherMacron pic.twitter.com/NSNxVzTll9

        — Assma Maad (@Assma_MD) 24 juillet 2018

        Les gens qui tweetent #AllonsChercherMacron y'a moyen qu'on cale une date? Genre vraiment que je puisse me prendre un ticket de train, j'ai hâte là.

        — Nagero (@Nagero5) 25 juillet 2018

        "J'assume avec mon immunité."#AllonsChercherMacron pic.twitter.com/DQDbMingGo

        — Dimebagou (@victor_berson) 24 juillet 2018

     

    Et si j'avais mon compte tweeter, j'aurai écrit

    J'échange ma maladie auto-immune contre ton immunité

     

  • Ils feraient mieux d'apprendre à écrire,

    lire et parler la vraie langue française… ces bouffons!

    "Une victoire au foot, c’est aussi le moment où les hommes réaffirment des valeurs virilistes"

    Sur les Champs-Elysées, dimanche.

    A l’issue de la demi-finale mardi, comme de la finale dimanche, de nombreuses femmes en France ont fait part sur les réseaux sociaux d'agressions sexuelles en pleine rue.

    Mardi 10 juillet, 22h30. La France vient de battre la Belgique 1 à 0 et accède à la finale de la Coupe du monde, de quoi faire espérer une deuxième étoile sur le maillot des Bleus vingt ans après le premier sacre de 98. Avec ses amis, Julie, 26 ans, fête la victoire de l’équipe de France dans un bistrot du XVIIIe arrondissement de Paris, ravie de l’effervescence collective. Avant d’être victime d’une agression sexuelle en pleine rue. "Quand vient le moment de rentrer, je m’aperçois que le service de bus tourne au ralenti : le prochain est dans vingt minutes, je checke mon portable qui me propose un itinéraire – à pied – moins long et plus économique qu’un taxi, raconte-t-elle à Libération. Je traverse le périph pour rentrer chez moi quand un mec, visiblement bien imbibé – et pas que de ferveur footballistique – m’empoigne fermement les deux bras et me sort "Qui a gagné ? Qui a gagné ?" J’ai à peine le temps de répondre qu’il me saute dessus et force un bisou – sur la bouche. Je rentre en tremblant et en colère."

    Main aux fesses

    Le récit de Julie, qui avait pourtant choisi de ne pas trop s’éloigner de chez elle afin de "pouvoir rentrer en sécurité" après la finale, n’est pas isolé. Comme elle, ces derniers jours, plusieurs femmes, et des témoins, ont fait part des violences sexuelles subies lors de ces moments de liesse populaire dans les rues de grandes villes françaises. Si les autorités policières n’ont pas communiqué sur le nombre de plaintes éventuelles déposées, la presse – à l’instar de BuzzFeed – s’est fait écho de plusieurs témoignages, la plupart du temps partagés sur les réseaux sociaux et en particulier sur Twitter. Citée par LCI mardi après-midi, une source judiciaire fait elle état à ce jour de deux interpellations à Paris pour agression sexuelle, dont celle lundi d'un individu pour des faits d'exhibition sexuelle. Invité sur Europe 1 mercredi matin, le préfet de police de Paris Michel Delpuech a invité les femmes victimes à porter plainte.

        Une copine vient de se battre dans les rues de Paris pour ne pas être embrassée de force.

        S’il-vous-plaît, soyez vigilant-es et intervenez.

        — Juliette Lancel (@Oniromanie) 15 juillet 2018

    C’est par exemple le cas de Laura (1), 19 ans, qui vit aux Sables-d’Olonnes, en Vendée, agressée lors de la finale. "J’ai assisté à une partie du match au travail, puis je suis rentrée en voiture, détaille la jeune femme auprès de Libération. Dix minutes après être arrivée dans un bar, à 50 mètres de chez moi, deux grands gaillards ont commencé à discuter avec moi. Sauf qu’ils m’ont attrapée par la taille et m’ont demandé de les embrasser. Je les ai repoussés et je leur ai dit non un peu brusquement pour qu’ils comprennent." Deux minutes après, un de leurs amis lui touche les fesses sans son consentement : une agression sexuelle, selon le code pénal. Laura décide de rentrer chez elle, mais les deux hommes repèrent sa voiture et viennent la solliciter à son domicile à deux reprises : "A la fin du match, ils sont venus toquer chez moi pour me demander de sortir "faire la fête avec eux", me dire que je n’avais "pas de raisons d’avoir peur", etc. Ils sont revenus vers minuit et j’ai failli appeler la police mais ils ont déguerpi rapidement après."

    Violences banalisées

    Des agressions sexuelles ou des comportements sexistes qui ne sont pas spécifiques aux manifestations sportives, et qui se retrouvent dans différents types de grandes fêtes publiques en plein air : fêtes de Bayonne ou de Pampelune en Espagne, théâtre d’un viol collectif en 2016, ou encore festivals de musique. Ces dernières années, des festivalières se sont d’ailleurs exprimées pour dénoncer les agressions sexuelles dont elles avaient été victimes lors de ces événements musicaux. En mai, Vera Papisova avait raconté dans une enquête publiée dans Teen Vogue (dont Libération s’était fait l’écho) avoir été "pelotée 22 fois" contre son gré lors du festival Coachella, en Californie. La cinquantaine de festivalières qu’elle avait interrogées avaient elles aussi été agressées ou harcelées sexuellement lors du festival. Selon une étude américaine publiée en début d’année, 90% des femmes qui se sont rendues à un concert ont déjà subi une forme de harcèlement sexuel.

    "Ces problèmes se posent dans toutes les fêtes alcoolisées où les comportements sexistes et machistes s’aggravent, expliquait en 2016 à Libération Yves Raibaud, chercheur, géographe à l’université de Bordeaux-Montaigne et spécialiste des questions sur le genre et la ville. La conquête de la rue par les filles ne va pas de soi. On accepte qu’elles fassent la fête parce qu’on a besoin d’elles pour que ça soit "joli" dehors mais c’est à leurs risques et périls. […] La rue, comme les villes en général, reste un espace de domination masculine." "Une victoire comme celle-ci au foot, c’est aussi le moment où les hommes réaffirment des valeurs virilistes, ou se sentent obliger de les réaffirmer, sous peine de ne pas être vus comme de vrais hommes, analyse de son côté l’anthropologue et urbaniste Chris Blache, à l’initiative de la plateforme de réflexion Genre et ville. Dans un événement de liesse, libérateur et bienvenu, il est aussi admis qu’on peut se lâcher, ce qui malheureusement banalise ces violences, très mal vécues par les femmes qui en sont victimes."

    "On me dit que je gâche l’ambiance"

    Dans le sillage de #MeToo, certaines femmes utilisent les réseaux sociaux pour parler des agressions subies, y compris lors de ce genre d’événements. Contactée par Libération, Elsa (1), jeune femme de 29 ans à l’origine d’un thread qui a compilé sur Twitter des témoignages d’agressions et de harcèlement sexuel, explique avoir voulu montrer "la quantité et le contenu des témoignages pour que chacun se fasse son propre avis sur la question". "Hier encore j’ai entendu dans des discussions avec mon entourage que les comportements dans la rue étaient tous "normaux" et "tolérables" compte tenu des circonstances et d’autres dires qu’une femme qui sort dehors, en ville, pour cet événement ne devrait pas s’étonner de ce qu’il lui arrive…" poursuit l’internaute d’origine toulousaine, restée en partie chez elle par peur de ne pas se "sentir en sécurité dans la foule".

        #MeTooFoothttps://t.co/bKp61KtWkl

        — Kateya (@KateyaV) 16 juillet 2018

    "En 1998, cela ne devait pas être bien glorieux, mais on n’en parlait pas, complète la chercheuse Chris Blache. Depuis, même si le sujet reste complètement tabou au nom d’une certaine gauloiserie, la parole s’est libérée." Mais gare au retour de bâton en ligne pour celles qui osent parler. "Après mon tweet, j’ai reçu quelques insultes, on me traite de menteuse, on me dit que je gâche l’ambiance, que je n’avais qu’à pas aller fêter la finale, que j’ai pris des risques, ajoute Laura. Comme si j’étais responsable des agissements des hommes."

     (1) Certains prénoms ont été changés pour garantir l’anonymat des victimes.

    Juliette Deborde , Florian Bardou

    Sur Libération

     

    qui ferait mieux de changer de titre car les mecs, ils sont tellement libérés qu'ils se comportent comme des cloportes!

  • Censure en France? la preuve!

    Curieux incident d’antenne, ce dimanche 15 juillet, lors de la diffusion du Soir 3 entièrement consacré à la victoire de la France au Mondial de football.

    Un journaliste de la rédaction s’apprête à intervenir en direct dans le journal depuis la terrasse Publicis qui surplombe la place de l’Etoile et les Champs Elysées.

    Il est un peu plus de minuit et le journaliste décrit la situation qui se déroule sous ses yeux : la fête devait se prolonger une bonne partie de la nuit mais elle a dégénéré et est désormais finie. Le drugstore et de nombreux magasins ont été pillés. Les Champs Elysées et l’Etoile sont désormais évacués, quadrillés par les CRS et baignés dans des effluves de gaz lacrymogène qui rend l’air irrespirable, y compris sur la terrasse au sommet de l’immeuble d’où se tient le direct…

    …On n’en saura pas plus. Au bout de quarante secondes, le direct est coupé sans plus d’explications sur décision de la rédactrice en chef. (de 3’14 à 4’00)

    L’explication n’a été donnée que le lendemain au journaliste : son direct a été interrompu parce qu’il a exagéré l’ampleur des violences et qu’il aurait dû évoquer " l’atmosphère de liesse… " qui n’existait plus depuis près de deux heures !

    On peut toujours discuter de la pertinence ou de l’angle d’un papier, les conférences critiques sont là pour ça.

    Mais interrompre volontairement un direct est un acte grave réservé aux circonstances exceptionnelles ou aux cas de force majeure.

    Cette interruption intempestive est d’autant plus incompréhensible que le journaliste n’a fait que son métier : décrire une réalité – certes déplaisante – qui a été largement rapportée et développée dans la presse du lendemain.

    Cette censure est d’autant plus absurde qu’elle alimente le fantasme d’une télévision d’Etat qui voudrait "dissimuler des informations" au public

    De nombreux internautes ont d’ailleurs réagi en ce sens à l’interruption du direct du Soir 3.

    L’incident de dimanche soir témoigne aussi d’une certaine dérive dans les pratiques professionnelles en vigueur dans les rédactions de France Télévisions.

    De nombreux confrères déplorent de se voir de plus en plus en dicter leurs papiers par des chefs qui prétendent mieux appréhender un événement depuis les bureaux de la rédaction que les journalistes qui se trouvent sur le terrain.

    Dans le monde enchanté de Macron, monde enchanté que les médias adorent, il n’y a pas de problème d’immigration, pas de problème d’islam, pas de problème de délinquance quotidienne…

    Oui, c’est le monde enchanté de Macron.

    Alors quand l’un des rares journalistes courageux  de terrain, (pour ne pas dire le seul),  dit qu’il voit ce qu’il voit, on lui coupe l’antenne!

    Rappelons que Clément Weill-Raynal est ce journaliste qui a fait connaître à la France entière l’abomination du "Mur des cons".

    Cette affiche dans les locaux du " Syndicat de la Magistrature " où ces "dignes" magistrats vouaient à l’exécration, entre autres, les parents de victimes assassinées par des barbares.

    http://www.wikistrike.com/article-le-mur-des-cons-du-syndicat-de-la-magistrature-117344154.html

     

    Et que loin d’être défendu par le SNJ- CGT, principal syndicat de journalistes de France-Télévision, il avait été proprement enfoncé par ce dernier.

    Saluons  donc l’indépendance du syndicat FO, dont Clément Weill-Raynal est adhérent,  qui montre un grand courage en cette occasion…

    Imaginons ce qu’était  un Sakharov dans l’URSS stalinienne  de Brejnev et nous aurons une idée de ce qu’est un Clément Weill-Raynal dans la France médiatique de Macron: il n’y manque que le Goulag!