Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2014

Bientôt des publicités 3D flottant dans l'air ?

Des scientifiques japonais ont créé un système de projection en 3D qui flotte dans l’air. Le procédé est basé sur un laser qui chauffe localement les molécules d’air jusqu'à les rendre lumineuses en un point. À l’avenir, cette technologie pourrait servir à diffuser dans le ciel des messages publicitaires, de la signalétique urbaine ou des alertes en cas d’accident ou de catastrophe naturelle.

Burton, une société créée par un groupe de scientifiques japonais, travaille depuis plusieurs années sur une technologie d’affichage qui diffuse des images 3D flottant dans l’air. Le système pourrait être testé en conditions réelles, dès l’année prochaine au Japon, par des entreprises et des municipalités. © DigInfo, Burton Inc.

Burton, une société créée par un groupe de scientifiques japonais, travaille depuis plusieurs années sur une technologie d’affichage qui diffuse des images 3D flottant dans l’air. Le système pourrait être testé en conditions réelles, dès l’année prochaine au Japon, par des entreprises et des municipalités. © DigInfo, Burton Inc.

a5.jpg

 

 

 

 

 

 

Nombreux sont les films de science-fiction dépeignant des villes futuristes où les panneaux publicitaires et la signalétique urbaine sont remplacés par des images 3D flottant dans l’air. Si ce type d’affichage n’est pas encore une réalité, une technologie permet de l’envisager sérieusement. Il y a quelques jours, des scientifiques japonais ont fait une démonstration publique d’un système de projection d’images 3D qui flottent dans l’air. Le procédé, nommé Aerial 3D, repose sur un laser qui génère jusqu’à 1.000 impulsions par seconde. Focalisé par une lentille, il surchauffe les molécules d’oxygène et d’azote dans un volume très petit, jusqu’à transformer brièvement le gaz en un plasma lumineux, de couleur blanche, à mi-chemin entre une étincelle et une Led.

Ces " pixels " lumineux sont contrôlés par ordinateur afin de dessiner une image en trois dimensions. Les images peuvent même être animées en synchronisant les tirs laser. Une vidéo de démonstration tournée par l’agence de presse Reuters permet de se faire une idée du résultat. Pour le moment, le système ne peut diffuser que cinq sortes d’images assez basiques telles que les contours d’une pomme, d’un papillon ou d’une forme humaine. " La caractéristique la plus importante de notre technologie est que nous pouvons concentrer la lumière sur un point et émettre de la lumière là où nous le voulons " explique Akira Asano, chercheur et directeur de l’entreprise Burton qui est à l’origine de cette innovation.

Principe de fonctionnement du système d’affichage Aerial 3D. Des rayons laser pulsés à haute fréquence sont focalisés par une lentille sur un point où l’air, surchauffé, devient durant un court instant un plasma lumineux. Les tirs laser produisent successivement différents points qui dessinent une forme puis reviennent au premier, balayant le dessin à réaliser. Il est même possible d’animer ces images flottantes. © Burton

 

a6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Des affichages flottants dès 2015 ?

Burton travaille depuis plusieurs années déjà sur ce concept qui est lui-même une évolution de travaux menés en 2006 à l’université Keio et le National institute of advanced industrial science and technology. Un premier prototype avait été dévoilé en 2011, capable de fonctionner aussi bien dans l’air que dans l’eau (voir la vidéo YouTube publiée par DigInfoTV).

Actuellement, la projection se fait à cinq mètres au-dessus de l’appareil, mais les concepteurs pensent pouvoir doubler cette distance. Plusieurs types d’applications sont envisagés, allant de l’affichage publicitaire en passant par la signalétique urbaine ou la diffusion d’informations. Ce dernier scénario pourrait être pertinent en cas de catastrophe naturelle, en permettant d’avertir la population avec des messages visuels en 3D dans le cas où les systèmes de communication seraient hors service. Burton dit vouloir entamer des discussions à partir de l’année prochaine avec des entreprises et des municipalités japonaises pour déployer les premières applications concrètes.

 

Les commentaires sont fermés.