Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Justice française: gauchiasse corrompue

Affaire libyenne: l'accusateur de Sarkozy protégé par le juge Tournaire?

Par Auteur valeursactuelles.com  

Selon les informations du JDD, le juge Tournaire aurait protégé le bras droit de Kadhafi, accusateur de Nicolas Sarkozy dans l’affaire libyenne.

C’est une révélation qui pourrait faire grand bruit sur le présumé financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Selon les informations du Journal du dimanche ce 11 août, les juges chargés de l'enquête auraient en effet passé un accord avec Abdallah Senoussi, chef des services de renseignement et beau-frère du colonel Kadhafi, pour obtenir ses déclarations à charge contre Nicolas Sarkozy. En échange, l’accusateur de l’ex-président de la République aurait été protégé par la justice française.

Comme le précise le JDD, le juge Serge Tournaire, venu à Tripoli le 5 février dernier pour interroger l'intéressé, condamné à mort et emprisonné en Libye depuis la chute de Kadhafi, aurait bien exposé cet arrangement dans un une seconde version d’un procès verbal. "Le conseil de Senoussi insiste sur le fait que son client n'est pas impliqué [dans les] actes reprochés à M. Sarkozy, et M. le juge d'instruction de lui expliquer que les autorités françaises n'ont aucun lien avec les actes de M. ­Senoussi et que celui-ci n'aura pas de comptes à rendre à ce propos", relaye le JDD.

En faisant preuve de clémence contre Senoussi, le juge Tournaire pourrait ainsi être affaibli dans ce dossier. Ce dernier aurait accepté que l'audition de Senoussi se fasse sans enregistrement ni photo. Le Journal du dimanche assure que cet accord ne figure pas dans les correspondances entre le juge et le Quai d'Orsay ou le personnel du ministère de la Justice. Le 14 juillet dernier, le Journal du dimanche publiait déjà le témoignage d'El-Mahfoud Ladib, qui fut proche de l'intermédiaire Ziad Takieddine pendant huit mois, en 2012. Des propos qui donnaient corps à la thèse d'une machination fomentée contre l'ancien président français dans l'affaire du financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007.

 

Écrire un commentaire

Optionnel