Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2014

Les nanomatériaux et la santé

Prend-t-on assez de précaution en matière d’usage des nanomatériaux ?

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) vient de publier un rapport sur " L’évaluation des risques liés aux nanomatériaux ".

Globalement ce rapport met en garde contre les dangers potentiels mais encore largement inexplorés des matériaux de l’infiniment petit, les nanomatériaux, et réclamé une réglementation européenne plus stricte à leur égard.

Les nanomatériaux sont des matériaux invisibles, naturels ou manufacturés, constitués de particules dont la taille se situe entre 1 et 100 nanomètres, soit 1 à 100 milliardièmes de mètre. Pour s’en faire une idée concrète, un milliardième de mètre équivaut à une taille 50 000 fois plus petite que l’épaisseur d’un cheveu.

Cette dimension intermédiaire entre celle des atomes et molécules et celle des matériaux classiques leur confère des propriétés physiques, chimiques et biologiques particulières. " Les nanomatériaux représentent un domaine de la recherche scientifique et technique en pleine expansion " en raison de ces propriétés et de leurs applications industrielles, explique l'Anses dans son rapport de 180 pages présidé par Eric Gaffet, physico-chimiste (CNRS-université de Lorraine).

Pas d’étude toxicologique

" L'utilisation des nanomatériaux est en plein essor et désormais, ils entrent dans la composition de nombreux produits de la vie courante disponibles sur le marché : cosmétiques, textiles, aliments, peintures…, indique l'agence. Mais leurs effets sur l'homme restent encore largement méconnus, faute d'étude.

" Il n'existe pas à l'heure actuelle de données " sur la toxicité directe de ces produits sur l'homme " en raison de l'absence d'études épidémiologiques ". Or plusieurs éléments plaident pour la prudence vis-à-vis de ces nouveaux matériaux.

En premier lieu, la petitesse de leurs particules leur permet de franchir les barrières physiologiques, comme la peau ou les muqueuses qui constituent les protections naturelles du corps. De plus, des tests in vitro et in vivo sur l'animal indiquent une toxicité pour certains d'entre eux.

Une dangerosité différente selon les matériaux

En particulier, des nanotubes de carbone, utilisés comme additifs ou revêtements dans l'industrie, peuvent entraîner le développement anormal d'embryons, causer des cancers ou bien des maladies respiratoires.

Moins connu, ils peuvent aussi avoir des effets toxiques sur l'environnement avec par exemple un effet antimicrobien lorsqu'ils sont dispersés dans le sol. Des études plus approfondies sur ces nanotubes de carbone et sur leurs effets à long terme seraient donc nécessaires.

Des recommandations insistantes

De manière générale, l'Anses " recommande la mise en oeuvre de projets pluridisciplinaires permettant de développer les connaissances sur les caractéristiques des nanomatériaux et de leurs dangers, tout au long du cycle de vie des produits ".

En attendant, l'Agence recommande la prudence et " appelle, dès à présent, à un encadrement réglementaire renforcé des nanomatériaux manufacturés au niveau européen, afin de mieux caractériser chaque substance et ses usages, en prenant en compte l'ensemble du cycle de vie des produits ".

La réglementation européenne en matière de classification et d'étiquetage (CLP) et celle sur les produits chimiques (REACh) devrait s'appliquer aux nanomatériaux afin d'en " renforcer la traçabilité " et de mieux contrôler l'exposition de la population.

Selon un premier recensement officiel pour ce type de matériaux, publié en novembre, 282 000 tonnes de nanomatériaux ont été produites en France en 2012 et 222 000 tonnes ont été importées.

Des réactions de citoyens en accord avec le ton du rapport de l’Anses

"Il est absolument nécessaire de mesurer les risques que font courrir les nanomatériaux sur la santé humaine et l’environnement, du fait de la variété des modes d’absorption (ingestion, inhalation, contact cutané) et la diversité des composés auxquels ils sont intégrés. Or l’industrie n’est absolument pas disposée à réaliser ces travaux préventifs ", explique André Cotton, physicien à la retraite et membre de l’Association de veille et d'information civique sur les enjeux des nanosciences et des nanotechnologies (Avicenn) (1).

"Certes, poursuit André Cotton, tous les nanomatériaux ne sont probablement pas délétères, ou du moins ils ne le sont pas au même niveau. En gros, face à ces nouveaux matériaux fabriqués par l’homme, il nous faut choisir d’utiliser que ceux qui ont exercent un bénéfice réel et essentiel. Autant l’usage de nanoparticules d’argent en milieu hospitalier pour traiter les personnes brûlées me semble justifier, autant leur utilisation dans des chaussettes ou des maillots de bain est à la fois une prise de risque inutile et un gâchis de matière première. Idem pour les nanotubes de carbone ou de titane, ce dernier métal faisant partie des ressources limitées."

Faire preuve de discernement

"En d’autres termes, conclut André Cotton, on ne doit utiliser ces nouveaux matériaux à risque que lorsqu’on ne peut faire autrement. A ceux qui disent que, de tout temps, il a existé de microscopiques matériaux, des poussières, des aérosols (poussière de volcan, de désert, micropollens), on peut leur rétorquer qu’avec l’évolution de l’homme vieille de plusieurs millions d’années, ce dernier s’est adapté à résister à ces nanomatériaux naturels. Ici, il s’agit bel et bien de nouvelles particules contre lesquelles l’homme n’a, a priori, aucune défense. Aujourd’hui, avec ces nanomatériaux non évalués, nous nous retrouvons dans la situation des Indiens d’Amérique du nord qui ont été contaminés par les virus apportés par les colons européens. "

 (1) www.veillenanos.fr

Commentaires

Votre blog est très instructif et nous aide à mettre à jour nos connaissances.
Merci !
Sarah

Écrit par : Sarah Parkar | 20/05/2014

Les commentaires sont fermés.