Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2016

Nice: révélations embarrassantes pour le gouvernement

L’émission Quotidien a révélé des informations qui remettent en question la version donnée par les autorités du Ministère de l’intérieur sur l’attentat qui eut lieu le 14 juillet 2016 à Nice[1]. Les points concernés vont du nombre de policiers réellement présents au déroulé de l’attentat[2]. Ces informations, qui seraient issues d’une fuite du dossier d’enquête de la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire, confirment les questions que nous posions le 22 juillet.

Le débat sur la sécurité du 14 juillet à Nice

Sur le déroulé de l’attentat montre que la police, qu’elle soit nationale ou municipale, a été complètement surprise. Il est dit: "Le véhicule de police se retrouve bloqué par les personnes ayant réussi à s’échapper. La progression des policiers n’est donc pas aisée, devant “zigzaguer” entre les personnes apeurées et blessées. À 22 heures 34 minutes et 45 secondes: le véhicule de police est derrière le fourgon à une distance d’environ 60 mètres, bloqué", dans un extrait du dossier. Plus loin, le dossier, cité par Quotidien, ajoute: "le camion terroriste cale. Il ne repartira plus. 43 secondes plus tard, les policiers se trouvent derrière le camion. La fusillade dure 1 minute et 15 secondes. "Il semble aussi qu’une seule voiture bloquait la Promenade des Anglais ce qui montre un dispositif clairement insuffisant“.

Rappelons que c’est le journal Libération qui avait lancé le débat dans un article du 21 juillet[3]. Il apparaît que seuls 2 policiers municipaux assuraient le contrôle du périmètre au point où le camion du meurtrier est entré dans la partie piétonne de la Promenade des Anglais contrairement au communiqué du 16 juillet du Ministre de l’Intérieur qui dit: "La mission périmétrique était confiée pour les points les plus sensibles à des équipages de la police nationale, renforcés d’équipages de la police municipale. C’était le cas notamment du point d’entrée du camion, avec une interdiction d’accès matérialisée par le positionnement de véhicules bloquant l’accès à la chaussée. Le camion a forcé le passage en montant sur le trottoir." [4].

De plus, aucune chicane en béton susceptible d’arrêter, ou du moins de ralentir, le camion du terroriste n’était déployée, ni à cet endroit ni 370 mètres plus loin, là où se trouvait la patrouille de 4 hommes de la police nationale. Or ces chicanes sont des instruments standards tant de la police municipale que de la police nationale et elles avaient été employées lors du championnat d’Europe de football pour sécuriser la " FanZone " de Nice.

Des omissions inquiétantes

Cela pose la question de savoir pourquoi une telle chicane n’avait pas été déployée. Si la Mairie de Nice ne l’a pas décidée (ce qui est une faute grave) pourquoi le Préfet des Alpes-Maritimes, qui est l’autorité en dernière instance en matière de sécurité d’événements publics, n’a-t-il pas exigé que cela soit fait? Le Préfet avait autorité pour interdire cet événement s’il considérait que les conditions de sécurité n’étaient pas remplies. S’il ne l’a pas fait, cela signifie qu’il considérait les conditions de sécurité comme "suffisante". Il porte donc une responsabilité directe dans le drame qui s’est déroulé. Mais, la responsabilité du Ministre lui-même, Bernard Cazeneuve, et celle du Maire de Nice, sont aussi engagée.

Il est clair qu’une commission d’enquête parlementaire s’impose. Nous le devons aux victimes, nous le devons aux survivants de cet ignoble attentat, nous le devons aussi à la sécurité des futurs événements qui auront lieu à l’avenir.

Cinq questions pour une future commission d’enquête

Cette commission se devra d’établir les faits soit:

  1. Les effectifs de police étaient-ils (a) suffisants et (b) correctement déployés pour une manifestation de cette importance? C’est le journal Libération qui a lancé le débat sur ce point[5]. Contrairement à ce qu’affirme le communiqué du 16 juillet du Ministre de l’Intérieur il semble bien que c’était des policiers municipaux qui assuraient la sécurité du premier périmètre.
  2. Comment un camion de 19 tonnes a-t-il pu circuler à Nice, alors que les rues de cette ville sont interdites à ce genre de véhicule? On sait qu’à toute interdiction correspond des exemptions, de fait ou de droit. Mais, le soir du 14 juillet la circulation d’un tel engin aurait pu et dû mettre les forces de Police en alerte.
  3. Toutes les conditions de sécurité étaient-elles remplies et pourquoi aucun obstacle artificiel (chicanes en béton, grilles anti-véhicules) n’avait été déployé aux entrées de cette manifestation? On savait, depuis l’attentat à la voiture-bélier à Nantes le 22 décembre 2014[6] que ce type de méthode pouvait être utilisée. Des obstructions mobiles étaient disponibles, et avaient été utilisées lors de l’Euro-2016.
  4. Quel était le niveau de préparation des responsables tant municipaux que nationaux à un attentat? Il est clair que la sécurité s’était focalisée sur une bombe ou l’usage de ceintures explosives. Mais croire que l’ennemi va être routinier et va agir comme on le pense est une énorme erreur. Le décideur doit tenir compte de ce que l’ennemi peut faire et non de ce que l’on croit qu’il va faire.

D’où découle une question cruciale quant à l’attentat de Nice. Compte tenu des informations raisonnablement disponibles sur le degré et les natures possibles des menaces terroristes à la veille du 14 juillet, les responsables de la Police Nationale, et de l’Etat, à Paris comme à Nice n’ont-ils pas pêché par un sentiment injustifié d’une immunité quant à une attaque survenant après l’Euro-2016?

  1. Le Ministère de l’Intérieur a-t-il fait pression sur la responsable de la vidéosurveillance, Sandra Bertin, policière municipale et secrétaire générale du Syndicat autonome de la fonction publique territoriale (SAFPT) de Nice ? Les accusations portées par cette dernière sont trop graves pour être récusées d’un revers de main, comme affecte de le faire le Ministre de l’intérieur M. Bernard Cazeneuve. Il est bien établi qu’elle a parlé le 15 juillet avec une responsable du Ministère, le numéro 3 de l’état-major de la direction centrale de la sécurité publique (DCSP)[7]. Il est possible qu’elle ait confondu cette personne avec un membre du cabinet du Ministre. Géographiquement, ce n’est pas complètement absurde car la Direction Centrale de la Sécurité Publique est abritée dans un bâtiment adjacent à celui du ministère, précisément rue des Saussaies à Paris. Et, comme l’ensemble de ces directions également, la DCSP est rattachée directement au Ministre.

Le rapport de la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire confirme que des erreurs graves ont été commises dans la planification des mesures de sécurité pour le feu d’artifice du 14 juillet à Nice. Il faut les rendre publiques, il faut aussi en comprendre l’origine, qu’elle provienne du sentiment de sécurité provenant du succès des mesures de sécurité pour l’Euro-2016, ou qu’elle provienne d’une autre cause.

[1] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/09/30/97001-20160930FILWWW00127-attentat-de-nice-de-nouveaux-elements-sur-le-deroule.php

[2] http://www.20minutes.fr/societe/1934063-20160930-attentat-nice-emission-quotidien-demonte-version-autorites

[3] http://www.liberation.fr/france/2016/07/20/securite-a-nice-370-metres-de-questions_1467531

 [4] Cité d’après Libération, http://www.liberation.fr/france/2016/07/20/securite-a-nice-370-metres-de-questions_1467531

 [5] http://www.liberation.fr/france/2016/07/20/securite-a-nic...

 [6] http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/12/22/01016-20141222ARTFIG00352-une-camionnette-fonce-dans-la-foule-du-marche-de-noel-a-nantes.php

 [7] http://www.marianne.net/nice-commissaire-qui-echange-sand...

 

Les commentaires sont fermés.