Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2017

Selon qu'il fasse partie ou non de la gauchiasse.... il sera traité CQFD

L’Inspection générale des finances soupçonne Macron d’un délit de favoritisme (Màj: Le Parquet national financier n’ouvre pas d’enquête)

Le "Canard Enchaîné" affirme que des soupçons de favoritisme entourent l’organisation d’une soirée à Las Vegas, en 2016, alors qu’Emmanuel Macron était ministre de l’Économie.

L’Inspection générale des finances (IGF) soupçonne un délit de favoritisme concernant l’organisation d’une soirée à Las Vegas en 2016, où Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, avait rencontré des entrepreneurs français, affirme Le Canard enchaîné dans son édition de mercredi.

Le 6 janvier 2016, en plein Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, aux États-Unis, grand-messe mondiale de l’innovation technologique, Emmanuel Macron avait été ovationné par plus de 500 personnalités et dirigeants de start-up français.

"Cette opération de séduction, montée dans l’urgence, à la demande expresse du cabinet du ministre, a été confiée au géant Havas par Business France (l’organisme de promotion de la French Tech dépendant de Bercy) sans qu’aucun appel d’offres ait été lancé ", révèle Le Canard Enchaîné.

100.000 euros "rien que pour l’hôtel“. La commande de la prestation Havas est susceptible de relever du délit de favoritisme ", souligne l’IGF après enquête, peut-on lire dans le journal satirique, qui précise le coût de la soirée: " 381.759 euros, dont 100.000 rien que pour l’hôtel, où la moindre chambre était facturée plus de 300 euros la nuit ".

Reprenant les conclusions de l’IGF, le "Canard" révèle que Business France ou certains de ses salariés " pourraient être incriminés pour ‘favoritisme’  " et Havas France ou ses dirigeants " au titre de la complicité ou du recel“.

Les "canards" bien pensants, petits ou grands, enchaînés ou déchaînés, sont bien prompts ces jours-ci à révéler les turpitudes de nos élus. C’est tant mieux et il n’est jamais trop tard pour "bien" faire.

Cependant il n’aura échappé à personne que ces révélations sont très sélectives

Si les indiscrétions fuitent de toutes parts lorsqu’elles concernent certaines cibles bien identifiées, elles s’évanouissent curieusement lorsqu’il s’agit des "amis":très grande discrétion sur la déclaration de patrimoine mensongère du candidat Macron

tout aussi grande discrétion sur la mise en examen du candidat Hamon

 

Les commentaires sont fermés.