Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2014

Therapixel ou l’imagerie médicale à portée de gestes

Révolutionner la chirurgie par la reconnaissance visuelle sans contact, telle est l’ambition de Therapixel, une start-up Inria, lauréate 2013 du Prix "Création-développement" du concours national d’aide à la création d’entreprise de technologies innovantes. Récit de sa genèse par son cofondateur Pierre Fillard, à quelques mois de la mise sur le marché de son innovation.

La rencontre

C’est au cours de sa thèse que la rencontre se produit, en l’occurrence avec son futur associé, Olivier Clatz, qui en était déjà à sa 3e année de thèse. "Nous avons appris à nous connaître d’abord comme collègues de travail. L’idée de créer une start-up est venue plus tard." En attendant, lui-même est encore concentré sur sa thèse, laquelle porte sur" la reconstruction de fibres du cerveau sur des IRM particulières"." Comme vous pouvez l’imaginer, c’était un sujet proprement fascinant." A l’interface de l’informatique et de l’imagerie cérébrale, ce sujet l’amène à investir le champ médical auquel il n’était pas initialement formé. A la question de savoir comment l’ingénieur informaticien est somme toute parvenu à dialoguer avec des médecins, il répond avec modestie." A force de côtoyer des médecins et de me confronter à leurs problématiques, j’ai fini par acquérir des connaissances et pratiquer un peu leur langue. Pour autant, je ne saurais prétendre être devenu un expert médical. J’ai besoin des chirurgiens et de bien d’autres compétences, celles des neurologues, des psychiatres et d’autres encore, pour comprendre les mécanismes de la pensée.

Seulement, si des médecins vont facilement vers les informaticiens,"c’est, relève Pierre Fillard loin d’être le cas de tous, qui, le plus souvent, estiment avoir bien d’autres choses à faire." C’est ce constat qui le conduisit au cours de sa thèse à s’intéresser au développement de logiciels." Je vois en eux un moyen de communication universelle entre chercheurs en informatique et utilisateurs, en l’occurrence les experts médicaux et cliniciens. Ils permettent de réduire les interventions de ces derniers à de simples pressions sur des boutons, et de se concentrer sur ce qui les intéresse au premier chef. Le retour qu’ils peuvent faire ensuite sur l’intérêt du logiciel par rapport à leur besoin nous est précieux. Il permet de cerner les ajustements à apporter. Nous avançons ainsi par ce jeu d’interactions, dans une logique gagnant-gagnant." Ce qui suppose des experts médicaux qu’ils acceptent de se prêter à cette phase expérimentale.

Pour le développement de son logiciel, Pierre collaborera ainsi avec un radiologue du Kremlin Bicêtre, devenu depuis un ami." Ensemble, nous avons travaillé sur des fibres du cerveau. Le logiciel a été un bon moyen de communiquer entre nous." Le logiciel aura pour nom de baptême Medinria, une contraction de médical et d’Inria." Il proposait déjà une interface utilisatrice aussi simple que possible, en tout cas moins austère qu’une ligne de commandes, quelque chose de plus facile d’accès."

La preuve par le marché

C’est lors de la conception de Medinria, que Pierre se découvre un goût pour la recherche appliquée. Des recherches dont les résultats en resteraient à l’état de publication, très peu pour lui !" Je voulais savoir si le logiciel apportait réellement quelque chose. "Bien plus, il souhaitait aller jusqu’au stade de la mise sur le marché. Mais avant que l’idée de start-up ne prenne forme, il y aura en 2008, un post-doc au sein de NeuroSpin." Un centre de recherche du CEA particulièrement intéressant, étonnant, même: on y trouve une diversité d’expertises, unique en France et probablement en Europe." Il y passera un an et demi avant de rejoindre, début 2010, Inria Saclay Ile-de-France où il est recruté sur concours.

 

saclay_therapixel_500x260_large.jpg

 

 

 

 

 

© Therapixel

A l’entendre parler de sa nouvelle institution de recherche, c’est un chercheur épanoui: "Inria conçoit des algorithmes novateurs qui peuvent aider à résoudre de vrais problèmes qui se posent à différents milieux professionnels." C’est dans ce contexte que le projet de start-up se précise. "J’aimais l’idée d’aller au bout d’une démarche de recherche en prenant le risque de voir si cela correspond à des besoins, autrement dit, s’il y avait un marché. Après tout, le marché est un bon indicateur pour voir si une idée est bonne."

La start-up est aussi l’histoire d’une symbiose avec un associé sur lequel il ne tarit pas d’éloges." Difficile de le caractériser en une phrase, tant il est plein d’énergie et d’idées. Nul-doute que sans lui, je ne me serais pas lancé dans cette aventure. "Les deux sont de surcroît complémentaires. A Pierre, l’expertise technologique pour développer le produit, la direction de la R&D. A Olivier, en plus de sa contribution à celle-ci, le développement de la société, à travers la quête de financements et de capitaux.

Les ressources de l’écosystème Paris-Saclay

A terme, Pierre Fillard espère embaucher des personnes hautement qualifiées, sorties des écoles du Campus Paris-Saclay. Restent des questions d’entrepreneur en herbe, quant à savoir, par exemple, qui recruter prioritairement et à quel niveau de rémunération. "Nous n’avons pas de ponts d’or à proposer, mais une aventure qui ne fait que commencer."

Et l’écosystème de Paris-Saclay? En quoi est-il stimulant pour une start-up comme Therapixel?" Evidemment, même s’il compte moins que pour d’autres start-up dans la mesure où Therapixel est localisée aussi à Sophia-Antipolis, il conditionne la réussite du projet, ne serait-ce que par les précieuses ressources humaines et financières qu’il procure." Et Pierre de citer entre autres exemples Digiteo, qui subventionne la mise à disposition d’un ingénieur. La start-up est en outre accueillie dans les locaux d’Inria Saclay Ile-de-France." Certes, ce n’est pas un incubateur, mais on est à proximité d’autres start-up. Ce qui est…priceless." Last but not least, la start-up est couvée des yeux par Nozha Boujemaa, la directrice du centre de recherche Inria Saclay Ile-de-France." Elle croit beaucoup dans notre projet." Therapixel bénéficie d’IT2, un fonds d’investissement d’Inria." Il nous suit, au point de faire partie de notre board."

Quant au relatif isolement du Plateau de Saclay, Pierre relativise." C’est pareil à Sophia Antipolis: entreprises et laboratoires sont perdus au milieu des bois." Mais à la différence de la célèbre technopole, le cluster de Paris-Saclay est proche de Paris,"ce qui constitue un atout indéniable."

Extrait de l'interview"Therapixel ou l’imagerie médicale à portée de gestes" sur le site Media Paris Saclay

Les commentaires sont fermés.