Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2016

Le poème, étudié en 1960...

Un chat, nommé Rodilardus (2),
        Faisait de rats telle déconfiture
            Que l'on n'en voyait presque plus,
Tant il en avait mis dedans la sépulture.
Le peu qu'il en restait, n'osant quitter son trou
Ne trouvait à manger que le quart de son soû (3),
Et Rodilard passait, chez la gent misérable,
            Non pour un chat, mais pour un diable.
            Or, un jour qu'au haut et au loin
            Le galand alla chercher femme,
Pendant tout le sabbat (4) qu'il fit avec sa dame,
Le demeurant des rats tint chapitre en un coin
            Sur la nécessité (5) présente.
Dès l'abord, leur doyen, personne fort prudente,
Opina qu'il fallait, et plus tôt que plus tard,
Attacher un grelot au cou de Rodilard ;
            Qu'ainsi, quand il irait en guerre,
De sa marche avertis, ils s'enfuiraient sous terre ;
            Qu'il n'y savait que ce moyen.
Chacun fut de l'avis de Monsieur le Doyen :
Chose (6) ne leur parut à tous plus salutaire.
La difficulté fut d'attacher le grelot.
L'un dit : « Je n'y vas (7) point, je ne suis pas si sot, »
L'autre : « Je ne saurais. » Si bien que sans rien faire
            On se quitta. J'ai maints chapitres vus,
            Qui pour néant se sont ainsi tenus ;
Chapitres, non de rats, mais chapitres de moines,
            Voire chapitres de chanoines.
 

 

           Ne faut-il que (8) délibérer,
            La cour en conseillers foisonne;
           Est-il besoin (9) d'exécuter,
            L'on ne rencontre plus personne.

 

Les commentaires sont fermés.