Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2017

Qui vous avait averti en juin?

Grippe: inquiétudes après la mort d'une adolescente en Ardèche

Trente-six heures après avoir consulté à l'hôpital, une jeune fille de 13 ans est décédée à son domicile en Ardèche. Les médecins appellent à la prévention alors que l'épidémie bat son plein.

C'est un petit village, dans les montagnes de l'Ardèche, qui est sous le choc. A Gluiras, une adolescente de 13 ans est décédée à son domicile, dans la nuit de la Saint-Sylvestre. Trente-six heures plus tôt, la jeune fille s'était rendue aux urgences de l'hôpital de Valence (Drôme), situé à une heure de chez elle, pour consulter pour une grippe. " L'hospitalisation n'a pas été jugée nécessaire car elle ne présentait pas de signes graves ", relève l'Agence régionale de santé (ARS). Le lendemain, les pompiers et le Samu, venus à son chevet, ont tenté de la réanimer, en vain.

L'absence d'analyses effectuées fait que l'ARS ne pouvait pas hier confirmer ou infirmer que le décès était lié au virus.

 Un flou (la grippe n'est pas une maladie à déclaration obligatoire) qui inquiète, jusqu'au député de l'Ardèche, Pascal Terrasse (PS) : " Si la mort dramatique de cette jeune fille est liée à la grippe, il est urgent de le savoir et de comprendre pour faire de la prévention. "

 Car celui qui fut longtemps chargé au Parti socialiste des questions de santé le souligne : "La grippe est un virus qui se transmet, notamment en se faisant la bise. Dans ces périodes d'embrassades de bonne année, il faut prendre des précautions. Ce n'est pas une maladie à prendre à la légère. "

L'Institut de veille sanitaire (InVS) confirme -- sans émettre de diagnostic pour l'adolescente -- qu'un " décès à 13 ans à cause de la grippe peut arriver, mais cela est tout à fait exceptionnel ". Le dernier bulletin officiel sur le virus le montre : les 65 ans et plus sont les personnes ultra majoritairement victimes de cas graves. L'avant-dernière semaine de décembre, moins de 1 % de ces cas concernaient les 5-14 ans.

Les consultations explosent

En vingt-neuf ans de terrain, le docteur Serge Smadja, secrétaire général de SOS Médecins, n'a eu qu'une seule fois affaire à une " grippe maligne ". " C'est une forme de la maladie qui touche les sujets jeunes sans que l'on comprenne pourquoi. Une détresse respiratoire se crée et le système immunitaire est rapidement atteint, torpillant la personne sans que nous ayons vraiment d'explication", indique-t-il.

A SOS Médecins, le nombre de consultations pour des grippes ne cesse d'augmenter pour toutes les tranches d'âge, et il explose pour les plus de 75 ans (+ 132 %). " Nous sommes dans une période tendue, avec une activité débordante alors que l'épidémie n'a pas atteint son pic", reprend le médecin.

Si la grippe H3N2 qui sévit en ce moment touche particulièrement les personnes âgées, elle a pour particularité d'être très virulente. "Elle a une forme invalidante, cloue au lit de nombreuses personnes", note Serge Smadja, qui insiste: il faut se couvrir la bouche lorsque l'on tousse et se laver régulièrement les mains avec du savon.

Le Parisien

IMPORTANT A FAIRE

Il faut tousser et éternuer dans sa manche.

Il ne faut plus se faire la bise et se serrer la main

 http://demaincestaujourdhui.hautetfort.com/archive/2016/06/15/attention-grippe-de-cet-hiver-dangereuse-en-france-5815354.html

 

Les commentaires sont fermés.