Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2017

La gauchiasse aussi bouffe au râtelier: quel journaliste en parle ad nauséum comme ils ont fait pour Fillon?

Réserve parlementaire : épinglé, un collaborateur de Patrick Lebreton présente sa démission

Etienne Cheron, collaborateur du député PS de la Réunion Patrick Lebreton, présente sa démission. En contrepartie d’une commission, ce directeur de la société EC Conseil proposait à des associations d’obtenir des subventions de la réserve parlementaire.

Dans une lettre adressée au député PS de La Réunion, Patrick Lebreton, Etienne Chéron présente sa démission. "'ai évidemment commis une très grave erreur de jugement, une faute", écrit le collaborateur du député. "J'aurais du vous en avertir". Etienne Cheron veut quitter ses fonctions parce qu'il "ne souhaite pas que (la) mission (de Patrick Lebreton, ndlr) puisse pâtir de cette erreur".

Selon une enquête de "Contribuables Associés", (site internet dont le président fondateur était soutenu par le FN lors des sénatoriales de 2011) Etienne Cheron aurait monté un business autour de la réserve parlementaire. En contrepartie d’une commission importante via sa société EC Conseil, il propose à des associations d’obtenir des subventions de la réserve parlementaire. La réserve parlementaire c'est cette enveloppe de 130 000 euros qui permet aux députés et sénateurs de subventionner des associations et des collectivités de leur choix.

Les associations réunionnaises exclues

Dans sa lettre de démission, Etienne Cheron explique avoir créée cette société de conseil "pour anticiper la fin de (son) emploi de collaborateur". Il aurait ainsi envoyé près de 700 courriers à des associations via sa société de conseils.

Contacté par France Ô, Etienne Cheron explique que "le principe de réserve parlementaire est mal connu" et son objectif était donc "d'aider les associations à accéder à la réserve parlementaire". Interrogé sur les prétendus 5% de commission que touchait sa société, Etienne Cheron répond que c'était "une offre commerciale en cas de succès". Il dit aujourd'hui se sentir "honteux et abasourdi".

 Dans sa lettre de démission adressée à Patrick Lebreton, Etienne Cheron tient à préciser: "j'ai d'office exclu les associations de La Réunion et des Outre-mer pour me prémunir de tout risque de conflit d'intérêt".

 La collaboratrice de Michel Vergoz

Lors de son enquête, le site "Contribuables Associés" a également découvert que Elisabeth Mbappe, collaboratrice du sénateur socialiste de la Réunion, Michel Vergoz, était elle aussi domiciliée au siège de la société EC Conseil.

 

Les commentaires sont fermés.