Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2017

Arrêtez de donner du pouvoir à présitante!

Sans aucune opposition à l'Assemblée, les affaires concernant les ministres d'Emmanuel Macron seront classées sans suite. Aucune enquête parlementaire ne pourra être menée.
Déjà, Emmanuel Macron a fait disparaître la loi de moralisation de la vie publique, dont il a tant parlé pour se faire élire, pour la remplacer par un projet de loi largement allégé rétablissant la confiance dans l'action publique.
 
 
Les emplois fictifs du Modem étaient au service de Bayrou et concernent 3 ministres de Macron
 
Deux ministres sont concernés par l'affaire des emplois fictifs d'assistants parlementaires du MoDem : la ministre des Armées Sylvie Goulard et la ministre des Affaires européennes Marielle de Sarnez. Quant au ministre de la justice François Bayrou, président du Modem, il ne pouvait pas ne pas savoir.
 
Sylvie Goulard avait comme assistant parlementaire le responsable de la formation des élus au sein du MoDem. Quant à Marielle de Sarnez, ses assistants parlementaires étaient la cheffe de cabinet de François Bayrou, sa secrétaire particulière et une attachée de presse - En Marche pas droit - ...
 
Devant le silence coupable de l'exécutif, le député du Rhône Georges Fenech a interpellé le gouvernement suite à l'enquête préliminaire visant les emplois présumés fictifs des assistants parlementaires européens du parti MODEM. Pour Georges FENECH cette situation place le président du MODEM, François BAYROU, dans une situation flagrante de conflit d'intérêt.
 
En effet, en sa qualité de Garde des Sceaux, chef ultime du Procureur de Paris, François BAYROU se retrouve destinataire de tous les éléments synthétiques d'enquête qui le visent personnellement et peut, par voie de conséquence être en mesure d'allumer des contre-feux pour échapper à sa responsabilité personnelle et politique !
 
Alors même que vient d'être annoncée, à grands renforts de publicité, une nouvelle loi de moralisation de la vie publique, Georges FENECH demande solennellement au ministre de la Justice de prendre toutes les mesures pour se mettre en retrait de ses fonctions ministérielles, l'enquête visant le parti politique dont il est toujours le Président.

 

Écrire un commentaire