Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des tas de questions sans réponse

Mais si: il va y avoir une enquête des députées: présidée par qui?

devinez!

par un LAREM..... la pignouferie continue

Heureusement que le Sénat est de droite et que, lui, au moins, c'est du sérieux!

Comment se fait-il que la "chloroquine", commercialisée sous le nom de " Nivaquine " ou "Plaquenil ", dont l’innocuité est prouvée par le fait même qu’elle a toujours été en vente libre dans les pharmacies, est devenue subitement délivrable seulement sur ordonnance par un arrêté du ministère de la Santé en date du 15 janvier 2020 – médicament désormais classé dans la catégorie des " substances vénéneuses "?

Comment se fait-il que des voix multiples – qui se prétendent autorisées parmi de prétendus spécialistes – se font entendre dans des journaux, à la TV, pour mettre en garde contre les soi-disant et subits dangers de la chloroquine qui aurait des " effets secondaires graves " (sic)?

Comment se fait-il que ces mêmes voix, négligeant le protocole proposé par le professeur Didier Raoult, mettent à l’essai d’autres protocoles, " Discovery " pour l’Europe avec un panel de 800 malades et " Solidarity ", essai international réalisé sous l’égide de l’OMS, alors que, d’une part notre temps est compté dans la résolution de cette épidémie, d’autre part, il s’agirait de nouvelles molécules dont on ignorerait les effets secondaires alors qu’un médicament ancien comme la " chloroquine ", assure toute sécurité sanitaire?

Et " SANOFI " dans tout cela?

Comment se fait-il aussi que, nous rendant en pharmacie, il nous est répondu que SANOFI, géant mondial de la Santé, avec un chiffre d’affaires annuel de 33,8 milliards d’euros, 81 sites dans le monde dont 18 sites de production en France, a réquisitionné tous les stocks de " chloroquine " existant en pharmacie pour soi-disant faire des essais de traitement, comme si cette entreprise n’était pas apte à fabriquer, dans les plus brefs délais, tout le stock nécessaire pour réaliser des tests et faire face à l’épidémie?

Pour neutraliser les effets de cette réquisition pour le moins suspecte et maniant très habilement sa communication, SANOFI annonce: sa " mise à disposition gratuite pour traiter 300 000 patients… au vu des résultats qui sont jugés prometteurs ".

Cette annonce est présentée comme si cette mise à disposition était immédiate et qu’il y aurait un lien entre la réquisition et la mise à disposition: il n’en est rien!

En effet, alors qu’en raison de l’urgence, il faudrait bousculer les protocoles, SANOFI indique qu’il " soutiendra les essais cliniques qui vont être déployés sur le plan national dès lors que les conditions protocolaires de ces essais seront réunies conformément aux bonnes pratiques cliniques en vigueur et validées par les autorités compétentes "…

Autrement dit, au lieu de faire face à la situation d’urgence qui voudrait que la diffusion de " chloroquine " se fasse le plus possible et le plus rapidement possible – ce qui se fait dans d’autres pays comme les États-Unis où Donald Trump a annoncé ce jour, la diffusion de chloroquine dès demain – SANOFI laisse passer du temps, un temps précieux pendant lequel les malades ont le temps de " tomber comme des mouches " et que l’isolement général est en train de renforcer dangereusement et la crise sanitaire, et la crise économique!

Est-ce innocent?

De plus, SANOFI indique: " en accord avec l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), nous procéderons à une surveillance particulière des commandes qui nous sont adressées relatives à cette spécialité aux fins de les contrôler et de les contingenter, ceci afin de s’assurer que l’utilisation de ce médicament soit bien conforme à ses indications actuellement autorisées: polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux …

Autrement dit, alors que ce médicament est connu, qu’il ne présente aucun danger pour la santé, qu’il est utilisé pour le traitement d’autres maladies, bénéficiant à ce titre, des validations nécessaires – de l’AMM (autorisation de mise sur le marché) – que le seul risque serait son inefficacité contre le Coronavirus, avec cependant une probabilité très forte que son usage enraye rapidement l’épidémie, SANOFI fait obstacle à la réussite de ce traitement, non seulement en voulant se soumettre à une procédure longue, nous faisant perdre ainsi un temps précieux, mais voulant également surveiller la commercialisation du produit afin de s’assurer que ce médicament n’est pas utilisé contre le Coronavirus! un comble!

Résumons-nous

Une procédure inadaptée d’isolement général, d’absence de test à grande échelle mais seulement sur des malades traités à un stade avancé de la maladie, générant une mortalité qui ne cesse d’augmenter, alors même que dépistage à grande échelle, isolement limité aux porteurs du virus et traitement précoce, adoptés par d’autres pays, permettent d’enrayer la maladie.

Des solutions crédibles méprisées, détournées, alors qu’elles sont proposées par un des plus éminents professeurs en infectiologie au monde, solutions dont le gouvernement ne consent à en permettre l’usage que " pour les cas sévères et sur décision collégiale des médecins, autrement dit, "attendons que la maladie s’aggrave pour donner un traitement!". Du jamais vu! système qui réduit considérablement la portée du protocole et ne permet pas d’enrayer la contagion,

Des projets de protocoles qui arriveront trop tard et pourront s’avérer dangereux dans la mesure où, comme le souligne le professeur Raoult, les effets secondaires seront méconnus.

Enfin SANOFI qui, non seulement ne met pas sur le marché un médicament qui a toutes les chances d’enrayer la maladie mais le réquisitionne pour le commercialiser "au compte-gouttes" et à condition que cette molécule ne serve pas au traitement du Coronavirus!

Conclusion

Si cela ne traduit pas la volonté manifeste de ceux qui ont le pouvoir de décision, de faire obstacle à la solution, cela y ressemble! Tout ce qui nous sortirait de l’ornière dans laquelle nous ont mis et continuent de nous mettre ceux qui nous gouvernent, tout ce qui permettrait au pays de fonctionner normalement est écarté.

En réalité, non seulement le gouvernement n’apporte pas la solution mais il crée et il EST le problème!

Claude Meunier-Berthelot

https://ripostelaique.com/coronavirus

Perso, je pense que c'est pour ne pas faire un plan “Alzheimer“ des personnes âgées: s'il n'en reste plus, à quoi bon s'occuper d'eux et payer l'apa et/ou construire des résidences spécialisées pas chères?

REMARQUE:

on dit personnes (respirez) âgées

et NON PAS personnezagées! (façon mitraillette)

Apprenez à lire et à ne pas dé-lire!!!

Voilà pourquoi, malgré votre bac (qui équivaut à 0 sur 20 de mon temps), un patron ne va pas vous embaucher... direct paule emploie

ou vous fera prendre des cours d'orthographe!

Écrire un commentaire

Optionnel