Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Même les pros-migrants sont épouvantés!

Vaut mieux tard que jamais.... mais, va y avoir du boulot pour les renvoyer! c'est trop tard! beaucoup trop tard!!!!

Sur les ravages de l’immigration en Europe, les yeux s’ouvrent les uns après les autres, les dominos tombent, et les forteresses que l’on croyait les plus inexpugnables s’effondrent. Devant la réalité des faits. Ainsi, la semaine dernière, dans deux pays européens, deux acteurs d’institutions ou d’associations "migrants-friendly" ont fait leur coming out pour dire différents aspects très concrets de l’impasse migratoire.

En Allemagne, c’est une militante engagée dans l’aide aux réfugiés qui a confié à la presse polonaise et allemande l’amer savoir de son expérience au plus près des migrants musulmans. Elle s’appelle Rebecca Sommer. Pensant d’abord que "les visions médiévales des Arabes changeraient avec le temps", elle s’est rendue à l’évidence et a déclaré qu’il était "presque trop tard pour l’Allemagne". Elle analyse le problème ainsi:

"Les réfugiés musulmans ont grandi avec un système de valeurs complètement différent du nôtre, ont subi un lavage de cerveau religieux depuis l’enfance et n’ont aucun désir de s’adapter à la vie occidentale".

Elle a constaté que l’aide que l’Allemagne leur a accordée était regardée avec "arrogance et mépris ". Elle affirme avoir été traitée de "stupide salope allemande". Rebecca Sommer tire de son expérience personnelle, de ce qu’elle a vu sur le terrain, deux enseignements: d’une part, l’islam prend une importance croissante dans la culture allemande, dans les institutions et les écoles; d’autre part, les cultures européennes, si elles veulent survivre, doivent s’affirmer et se défendre. Rebecca Sommer a, en particulier, encouragé les Polonais à rester "inflexibles" dans leur opposition à la politique de l’Union européenne:

"Aucun peuple, ni groupe, que ce soient les Italiens, les Français, les Allemands ou les Polonais, ne pourront subsister en tant que nation, s’ils ne défendent pas de façon raisonnable leurs intérêts".

 

Écrire un commentaire

Optionnel