Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

acutalité - Page 4

  • Soyez vigilent-e si vous êtes abonné-es à Canal satellite!

    J'ai reçu, il y a deux jours un courrier me disant que, puisque j'étais une ancienne cliente, ils m'offraient gentiment, pour 5 euros par mois Canal plus pendant 24 mois et après ce serait 19,90 par mois. Ils comptaient, tranquillement, me prélever à partir du mois de mars.

    Sauf que le bouquet Canal plus ne m'intéresse pas du tout: je ne suis pas un bobo parisienne, une hipster, une gauchiasse. J'ai le Grand Cinéma, à 42,00 euros par mois et cela suffit pour mon grand bonheur.

    J'ai appelé un numéro non-surtaxé, (ouf, ils ont finit pas comprendre qu'on en avait assez de payer plus pour les appeler)… la boîte vocale demande de taper son numéro de client. J'ai fais. Puis, il faut attendre. Soi-disant: deux minutes. Et devinez?!

    Finalement, j'ai eu une fille à qui, en tout premier j'ai demandé de bien vouloir appuyer sur l'enregistrement. (en effet, pendant qu'on attends d'être en contact, on vous avertis que l'on peut être enregistré). Et donc, j'ai demandé d'être enregistrée pour être sûre que j'avais bien dis: “je refuse que vous me colliez Canal plus et que vous préleviez 5 euros par mois“. J'ai articulé, j'ai répété la phrase deux fois après avoir, une seconde fois dis: “appuyez sur le bouton d'enregistrement“.

    La fille me disait: “madame, c'est bien compris“. “Non, ais-je dis, il y a quelques années, j'ai dû faire écrire pas mon avocat parce que malgré mes appels, on ne m'a pas écoutée. D'ailleurs, je vais faire une photocopie de vos envois et je vais l'adresser à la DGCCRF et à des associations de consommateurs“.

    La fille a compris que je ne rigolais pas. Elle m'a dit: je vais appeler le service commercial. J'ai, encore dû attendre trois minutes et quand elle est revenue, elle m'a assurée que le nécessaire était fait.

    J'espère que cette fois-ci, ils vont se “tenir à carreaux“. Je vais cette note pour que vous ouvriez bien votre courrier et vérifiez que l'on ne vous escroque pas. Cette société commence à se comporter comme les vendeurs d'électricité qui veulent à tout prix nous vendre leur direct énergie ou comme, il y a quelques années, les abonnements téléphoniques.

    C'est honteux de devoir se battre et ne pas se laisser faire. Société de consommation de merde! Quand on m'énerve, j'appelle Chat, un chat.

     

  • Comment on dértuit un joli et calme quartier toulousain

    Dans ma ville, à Toulouse (31):

    à Borderouge, les habitants lancent une pétition pour dénoncer l’insécurité et craignent de devenir "un nouveau Mirail"

    Suite à un incendie criminel et des incivilités répétées dans le quartier de Borderouge à Toulouse, les habitants lancent une pétition afin d’interpeller les autorités sur le devenir du secteur.

    Depuis quelques jours, des résidents du quartier Borderouge ont lancé une pétition. Celle-ci a pour but d’obtenir un rendez-vous d’urgence avec le préfet afin de trouver une solution aux actes de vandalisme qui se développent dans le quartier. Un incendie criminel dans la cave d’un immeuble de la place, le 8 décembre dernier (voir encadré), a mis le feu aux poudres. "Des commerces de la place ont dû fermer à la suite de cet incident, explique Jean-Pierre Seran, ancien président du comité de quartier. L’incendie a déclenché beaucoup de choses."

    "Les habitants des tours du Mirail sont relogés dans ces immeubles. Les mêmes groupes sont replacés ensemble dans un nouvel endroit", indique Jean-Pierre Seran. Si les bâtiments sont encore neufs et pimpants, l’ensemble reste des "barres d’immeubles". Pour les résidents, le problème a été déplacé. Il ne s’agit pas d’insécurité. Pas encore. "C’est un quartier tranquille, avec de nombreuses familles. Pour l’instant, ce ne sont pas des actes graves, mais nous pensons que cela va encore se dégrader. Dans quelques années, si l’on ne fait rien, cela ressemblera au Mirail", confie une habitante qui préfère rester anonyme.

    La Dépêche

  • Occitanie en deuil

    Pour avoir subi dans mon âme d'enfant de 7 ans, l'effroyable douleur de la disparition (dans un accident d'une jeune sœur qui jouait sur le trottoir à mes côtés), je puis vous assurer que, soixante ans plus tard, la plaie est toujours béante.... Et que ça fait mal!

    Que ça fait mal!

    C'est une effroyable douleur qui ne peut cesser que dans la tombe...

    Toute ma compassion douloureuse pour tous ceux et celles qui souffrent....

    Une pensée émue, toute particulière, pour cette femme conductrice: son enfer commence! Surtout, ne la quittez pas des yeux, gens de son entourage!

     

  • Si je vous dis:

    1/ Il manque cruellement d’empathie pour les autres

    2/ Il n’a pas de remords et ne culpabilise pas

    3/ Il fait preuve de sang-froid

    4/ Il est égocentrique et narcissique

    5/ Il n’a pas de buts précis à long terme

    8/ Il est de nature impulsive et instable émotionnellement

    Il est une personne irritable, intolérante et colérique

    Il se désintéresse du monde et méprise les règles sociales

    9/ Il a des difficultés à maintenir ses relations

    10/ Il peut se révéler très sympathique, et feindre des sentiments très convaincants.

    Vous l’avez reconnu? Cet immature juvénile à la tête du pays …. Macron le présitante

  • On rit avant ou après la virgule?

    Conseil d’Etat : une croix sur le portail d’un cimetière n’est pas contraire à la laïcité

    La présence d’une croix sur le portail d’un cimetière de village est-elle contraire à la laïcité? Non, répond le Conseil d’Etat dans un avis rendu public aujourd’hui, la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat ayant prévu cette exception.

    Le maire de Prinçay, village de moins de 200 habitants dans la Vienne, avait refusé de déposer cette croix, de petite taille, ornant le portail d’entrée du cimetière communal. Un habitant avait demandé cette intervention, estimant que ce lieu public devait " rester laïc" .

    Le tribunal administratif de Poitiers, avant de statuer, avait saisi le Conseil d’Etat, qui rappelle dans son avis l’article 28 de la loi de 1905 précisant les dispositions particulières s’appliquant aux cimetières.

    " Alors même qu’un cimetière est une dépendance du domaine public de la commune, la loi réserve notamment la possibilité d’apposer de tels signes ou emblèmes sur les terrains de sépulture, les monuments funéraires et les édifices servant au culte" , explique le Conseil d’Etat.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/07/28/97001-20170728FILWWW00272-cimetieres-les-croix-ne-sont-pas-contraires-a-la-laicite.php

    Et qui est cet habitant!......

    Certainement un blanc dégénéré façon laïcard qui ne supporte pas la croix, qui ne supporte pas le tintement des cloches mais qui entre en lévitation au moindre bruit du tam-tam....

    Dans le même raisonnement a la con: est ce qu'un croissant a la boulangerie est contraire a la laïcité de part sa forme mais aussi de sa dénomination?

     

  • Terrible offense impardonnable!

    Croira-t-on une seule seconde que le président de la République n’ait pas en main le sinistre tableau de l’état de nos Armées: soldats littéralement épuisés, casernes démunies, matériels obsolètes, à qui on n’a pas prévu de remplaçants, reliquats dangereusement vieillissants de coupes budgétaires successives? L’écart entre les besoins et les moyens se chiffre à plusieurs milliards.

    Qu’on ne blâme donc pas dans ces conditions le chef d’état-major d’avoir, devant la représentation nationale, dit vertement qu’il se sentait trahi, quand même le président macronien de la commission de la Défense de l’Assemblée déclare ce 14 juillet regretter les choix budgétaires du gouvernement. Le général de Villiers a parlé au nom de l’ensemble des soldats de notre pays. C’était son devoir. Mais il a fait davantage: il a parlé au nom de la Nation tout entière. Ce sera sa gloire. Car l’Armée demeure le bras armé de la Nation. Ainsi en va-t-il –il faudrait que M. Macron le comprenne vite, très vite même– depuis la Révolution française et la naissance, face à l’ennemi, de cette armée du peuple qui, tant de fois, étonna l’univers.

    Il ne suffira donc pas au président de la République de taper du poing sur la table, comme un enfant gâté se fâche tout rouge dans un énième caprice. Les Armées françaises, comme la Nation, ont besoin que le chef de l’Etat se pénètre de cette réalité terrible et incontournable: nous sommes en guerre. Une guerre nouvelle aux fronts multiples et mouvants. Une guerre totale car notre ennemi, l’islamisme conquérant, se sent porté par le vent de l’Histoire et qu’il a décrété notre soumission ou notre anéantissement. Il n’existe aucune alternative: nous devons gagner cette guerre et pour cela déployer les moyens nécessaires aux succès de nos armes.

    Dans la violence du propos se cache une de ces fautes qui ne s’effacent pas

    Voilà pourquoi l’humiliant rappel à l’ordre de ce 13 juillet est une offense sans nom. Quand on connaît le sens du sacrifice, quand on mesure le prix du sang qu’ont juré de verser nos soldats pour notre Liberté, on ne s’adresse pas à eux en les accusant "d’indignité" et de "mauvaises habitudes", on ne remet pas en cause leur "sens du devoir" ni leur "sens de la réserve".

    Cette blessure restera béante car, dans la violence du propos, en plein temps de guerre, se cache une de ces fautes qui ne s’effacent pas.

    http://www.valeursactuelles.com/societe/loffense-faite-aux-armees-86421

    ----------------------------------------------------

    Cela me rappelle ce chant, appris à l'école communale... il y a bien longtemps

    LE CHANT DU DEPART

    La victoire en chantant nous ouvre la barrière.
    La liberté guide nos pas,
    Et du Nord au Midi la trompette guerrière.
    A sonné l'heure des combats.
    Tremblez, ennemis de la France!
    Rois ivres de sang et d'orgueil!
    Le peuple souverain s'avance:
    Tyrans, descendez au cercueil!
    Refrain: La République nous appelle,
    Sachons vaincre ou sachons périr:
    Un Français doit vivre pour elle,
    Pour elle un Français doit mourir!

    La mère d'une famille:
    De nos yeux maternels ne craignez pas les larmes;
    Loin de nous de lâches douleurs!
    Nous devons triompher quand vous prenez les armes.
    C'est aux rois à verser des pleurs.
    Nous vous avons donné la vie,
    Guerriers! Elle n'est plus à vous;
    Tous vos jours sont à la patrie:
    Elle est votre mère avant nous!

    Deux vieux hommes:
    Que le fer paternel arme la main des braves!
    Songez à nous, au champ de Mars;
    Consacrez dans le sang des rois et des esclaves.
    Le fer béni par vos vieillards;
    Et rapportant sous la chaumière.
    Des blessures et des vertus,
    Venez fermez notre paupière.
    Quand les tyrans ne seront plus!

    Un enfant:
    De Barra, de Viala, sort nous fait envie:
    Ils sont morts, mais ils ont vaincu.
    Le lâche accablé d'ans n'a point connu la vie;
    Qui meurt pour le peuple a vécu:
    Vous êtes vaillants, nous le sommes:
    Guidez-nous contre les tyrans;
    Les républicans sont des hommes,
    Les esclaves sont des enfants!

    Une épouse:
    Partez, vaillants époux, les combats sont vos fêtes,
    Partez, modèles des guerriers.
    Nous cueillerons des fleurs pour enceindre vos têtes,
    Nos mains tresseront vos lauriers.
    Et, si le temple de mémoire
    S'ouvrait a vos mânes vainqueurs,
    Nos voix chanteront votre gloire,
    Nos flancs porteront vos vengeurs. Refrain:

    Une jeune fille:
    Et nous, sœurs des héros, nous, qui de l'hymène
    Ignorons les aimables nœuds,
    Si pour s'unir un jour à notre destinée
    Les citoyens forment des vœux,
    Qu'ils reviennent dans nos murailles
    Beaux, de gloire et de liberté,
    Et que leur sang dans les batailles
    Ait coulé pour l'égalité.
    Refrain:

    Trois guerriers:
    Sur ce fer, devant Dieu, nous jurons à nos pères,
    A nos épouses, à nos sœurs,
    A nos représentants, à nos fils, à nos mères
    D'anéantir les oppresseurs.
    En tous lieux, dans la nuit profonde
    Plongeant l'infâme royauté,
    Les Français donneront au monde
    Et la paix, et la liberté.