Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2016

Vive la burqa!

Tout le monde sait en France que la Sep a pour co-facteur de responsabilité, entres autres, un déficit en vitamine D; c'est à dire le manque de soleil sur la peau....

Bravo les mecs! avec vos burqa et autres habits traditionnels et voiles de merde, vous allez manquer de belles fatma à baiser et marier!!!!!

Heu, les mecs: avec vos robes, vous aussi, vous risquez la sep!!!!

 

Des spécialistes alertent sur la maladie de la sclérose en plaques

“Il y a un foyer épidémiologique en Kabylie”

Un millier de patients atteints de la sclérose en plaques sont suivis au niveau du Sanatorium Baloua, où un patient, voire deux, sont enregistrés chaque semaine, a-t-on appris, hier, des praticiens spécialistes du CHU Nedir Mohamed.

C’était lors d’un séminaire qui y était organisé, en collaboration avec la fédération nationale des malades atteints de ce mal. La rencontre a été l’occasion de rapprocher les malades des spécialistes, les uns livrant leurs témoignages, les autres donnant les dernières informations concernant la maladie, les facteurs déclencheurs, le diagnostic et le traitement. "C’est un mal chronique qui se mue souvent en handicaps sous plusieurs formes", expliquait un intervenant lors de cette rencontre. C’était aussi l’occasion de lever les incompréhensions qui encombrent parfois le cerveau du malade. A cet effet, plusieurs communications ont été programmées. La première consistait en un aperçu historique sur l’évolution de la maladie, son rapport avec l’alimentation, la grossesse, la cognition, pour arriver au traitement et la prise en charge par la sécurité sociale. Le rapport de cette maladie avec l’activité physique et la fatigue a également été débattu. "On pense qu’il y a un foyer épidémiologique dans la région de Kabylie s’étendant jusqu’à Sétif. Nous n’en avons pas l’explication. C’est une maladie très pénible qui touche les malades entre 20 et 40 ans. Elle est handicapante, non seulement sur le plan moteur, mais aussi sur le plan cognitif. La maladie touche notamment des sujets jeunes, généralement des femmes qui viennent souvent consulter pour des troubles de l’équilibre, de la marche, pour des faiblesses musculaires, ainsi que des troubles visuels et de langage…", a-t-on expliqué. Le Pr Ziri Abbes, DG du CHU Nedir Mohamed, de son côté, a réitéré la disponibilité de l’hôpital pour ce genre de rencontres qui rentrent dans le cadre d’une bonne prise en charge du malade : "Nous encourageons toutes les initiatives de ce genre, dans l’intérêt du malade". Il ajoutera : "Cette maladie est neurologique, dégénérative et handicapante, ce qui se répercute sur l’autonomie de la personne dans certains cas. Au niveau du CHU Nedir Mohamed, les malades sont très bien pris en charge, notamment au niveau du service spécialisé". "Tous les bilans sont disponibles et au service des malades, que ce soit le biologique, le scanner ou l’IRM. Dès qu’un malade est hospitalisé, nous lui assurons tout ce qu’il faut", expliquera encore le Pr Ziri qui assurera que "depuis deux ans, on n’a plus de ruptures de médicaments pour la sclérose en plaque. Ce sont des molécules très chères mais disponibles en Algérie et au CHU". Dans un autre sillage, comme pour faire une mise au point à des rumeurs malveillantes ciblant l’établissement, le Pr Ziri affirmera que l’hôpital et lui-même ne font pas de "politique", "il ya un programme qui est tracé, un organigramme et nous appliquons la réglementation. Notre seule politique est le malade, c’est notre cheval de bataille. Le CHU doit mettre tout en œuvre, pour que le malade soit pris en charge correctement. Nous avons les moyens humains et matériels, mais on doit nous laisser travailler tranquillement pour continuer sur cette lancée. Il y a beaucoup de résultats positifs et beaucoup de choses qui se font au CHU de Tizi-Ouzou". Pour le DG du CHU, ce qui manque pour une meilleure qualité de prise en charge du malade, "c’est la discipline et la rigueur" ; "nous sommes en train de travailler dans ce sens, pour améliorer cette qualité", a-t-il indiqué. Par ailleurs et concernant l’avancement des travaux du nouveau pavillon des urgences, le DG a affirmé qu’ils avancent à une cadence très satisfaisante : "Nous suivons de très près le projet, c’est un hôpital dans un hôpital. C’est du concret et ça va apporter un grand plus à la population de Tizi-Ouzou".

 

Les commentaires sont fermés.