Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2016

Les collabos à la lanterne!


30/08/2016

Manipulations contre les Français: ceux qui veulent du mal à la France

Après l'histoire du burkini, voici maintenant celle du gars qui tient un restaurant gastronomique à Tremblay et qui, de manière stupide, demande à deux femmes voilées venues s'attabler de dégager. Et France 2 de nous raconter le truc et de donner la parole au restaurateur pour que celui-ci puisse publiquement s'excuser. Fin de l'histoire. Parce que France 2 ne nous dit pas tout...

Alors reprenons.

A Tremblay, charmante ville du 9-3 où la diversité fait la loi et où police et pompiers ne circulent qu'avec prudence, un homme, Français de souche, a eu l'idée saugrenue d'ouvrir un restaurant gastronomique. Le menu type, avec les vins adéquats, est facturé 130 euros, le prix moyen d'un plat est d'environ 28 euros. A la carte: langouste, foie gras, jambon pata negra, côte de cochon ibérique... L'affaire fonctionne plutôt bien, l'homme a bonne réputation, mieux vaut réserver.

Bref, nous le voyons, un restaurant où je n'irai pas déjeuner tous les jours malgré cette carte appétissante et son choix de vins et d'alcool sympathiques. Et c'est dans cet endroit que deux femmes voilées décident d'aller manger. Et puisqu'elles sont voilées, on peut supposer qu'elles sont attachées à certains principes comme par exemple ne pas aller déjeuner dans un restaurant haram, commercialisant du porc et de l'alcool, qui plus est sans être accompagnées... Mais elles y vont quand même.

Il fait chaud, très chaud et le restaurateur s'emballe lamentablement, leur demande de partir parce que voilées, dit que tous les musulmans sont des terroristes, blablabla, qu'il a un ami qui est mort au Bataclan, etc...

Les deux dames répondent mais acceptent de partir, non sans avoir filmé toute la scène. On en entend même une parler au téléphone et dire à quelqu'un "ne viens pas seul“ puis "la police arrive". Inutile de dire que personne n'a cherché à savoir qui était ce monsieur qui devait ne pas venir seul ni qui avait prévenu la police, pas le restaurateur en tout cas...

Et à peine l'incident clos que la vidéo de l'incident est publiée sur les réseaux sociaux par, non les deux femmes, mais une copine, Karima AbdelRahman Bint Mohammed, dont la page facebook ne laisse aucun doute quant à son intégrisme religieux (cf la photo ci-dessus).

Et aussitôt les réseaux sociaux de s'enflammer: Rhoooo, le vilain raciste de restaurateur ! Discrimination! sectarisme! stigmatisation! Les femmes musulmanes voilées ont le droit d'aller où elles veulent, à la plage comme au restaurant, même si celui-ci n'est pas franchement halal!

Les associations sont contactées, les plaintes vont tomber. Le Collectif contre l'Islamophobie, contacté par la copine, se saisit du truc et son directeur, tout juste revenu du camp décolonial interdit aux blancs et aux juifs où il donnait conférence, annonce porter plainte. L'on voit même Karim Achoui, avocat véreux rayé du barreau français et exerçant en Algérie, s'en émouvoir sur twitter et sur facebook; son association, la Ligue de Défense Judiciaire des Musulmans dont il est président portera elle aussi plainte. Manquait plus qu'un membre du gouvernement s'en mêle, c'est Laurence Rossignol, bien connue pour son féminisme chevillée au corps et ses sympathies pour la diversité, ministre DES familles qui s'y colle en saisissant, je cite: "la DILCRA afin d'engager investigations et sanctions contre le comportement intolérable de ce patron de restaurant Cenacle".

Depuis, le site internet du restaurateur est assailli de commentateurs n'y ayant jamais mangé mais qui trouvent les chiottes dégoûtants (sic), même chose sur les sites type tripadvisor de référencement et de commentaires sur les restaurants et hôtels. Normal, la copine et le CCIF ont appelé à, je cite, "pourrir la réputation de l'établissement".

Le restaurant gastronomique est devenu une infâme cantine tenue par un odieux raciste. Le gars est obligé de déménager avec sa famille pour raison de sécurité, leur logement étant situé au dessus du restaurant et la police veille...

Mais personne, publiquement en tout cas et certainement pas France 2, pour dénoncer (ou au moins évoquer cette possibilité) ce qui n'est visiblement qu'une affaire de provocation montée de toute pièces par deux jeunes femmes... Commanditées les bâchées?

Me viendrait-il à l'idée d'aller bras dessus, bras dessous, avec mon compagnon, déjeuner dans une cantine halal? Non bien sûr, tant pour ma sécurité, mes papilles que par mon absence totale de volonté de provoquer. Que faisaient-elles, là?

Après la femme en burkini shootée opportunément au téléobjectif en train de se faire poisser par les flics sur la plage de Cannes, voici don l'affaire du Cénacle. Provocations, manipulations, mises en scène, victimisation, justice saisie, etc..., la phase deux du djihad, le djihad défensif, est enclenchée. Ce genre d'affaires va se multiplier, l'air va devenir de plus en plus irrespirable...

A quand la phase 3?

http://corto74.blogspot.fr/2016/08/lair-est-de-plus-en-pl...

Cette information doit vous faire réfléchir sur la capacité des médias à nous manipuler et à vous rendre compte qu'ils sont les collabos utiles de ces gens qui nous veulent du mal!

 

28/08/2016

Suivre la mode…..

Il y a plus d'une centaine d'années, il y avait, dans mon pays toulousain, une expression qui courrait et qu'il fallait prendre au pied de la lettre: il faut suivre la mode ou quitter le pays.

Cela signifiait que, si tu es un breton et que les hasards de la vie t'emmènent vivre à Toulouse, il vaut mieux porter un béret plutôt qu'un chapeau rond… sinon, le conseil c'est de quitter le pays… sous entendu, toulousain. Mon papa portait le béret: il est né dans les Hautes Pyrénées. Mon papa, sans le béret sur la tête, je ne l'ai pas souvent vu. Même à table, il portait son béret.

Je me souviens qu'enfants, quand nous croisiions un pépé à casquette (les vieux en ce temps-là mourrait avant d'atteindre leur 75 ans), ce papy à casquette nous faisait “crever“ de rire tant son couvre-chef était inusité dans nos parages.

Quand j'ai eu 17 ans, (en 1967) il y eût un sacré raz-de-marée qui s'appelait: la mini-jupe. Elle était peut-être arrivée bien plus tôt dans la capitale, mais, moi, je bossais à l'usine et je ne sortais jamais que le dimanche après-midi, à la balloche car, on ne laissait pas sortir les filles de 17 ans le soir. Interdiction de sortir jusqu'à ses 21 ans. C'était comme cela, la bienséance, même chez les filles d'ouvriers.

Mais, à 17 ans, on se voulait “dans le coup“ comme nous disions en 67. Donc, nous avions des ruses de sioux pour raccourcir nos jupes car, selon la vieille expression, déjà détournée de son sens: si tu ne suis pas la mode teen-ager, tu peux quitter Toulouse… sinon on va t'aligner comme un plouc de cambrouse. Horreur dans la jeunesse seventies!

Aujourd'hui, l'expression court toujours: je vous laisse deviner dans quelle acception, elle court dans nos conversations quotidiennes.

 

25/08/2016

BFM-TV: menteurs! collabos! fossoyeurs de la France

Je, rédactrice de ce blog, certifie sur mon honneur avoir vu sur la chaîne collabo en question, un reportage de la plage où la “pauvre femme voilée“ était tranquillement allongée sur le sable.

Dans ce reportage témoignait une femme française qui disait en substance: “on a appelé la police parce qu'elle se baignait toute habillée avec ses enfants“!

Donc, si les policiers l'on trouvée allongée sur le sable, c'est qu'elle faisait sécher ses vêtements.... je suis persuadée que ces derniers l'ont constaté et c'est pour cela qu'ils l'ont verbalisée!

Je persiste et signe sur mon honneur avoir vu et entendu ce reportage sur cette merdichaîne!

Tous les baveux de la France collabo ont repris juste l'information et n'ont jamais re-difusé ce reportage!

Le pire: c'est la bassesse de médiocrité de ces journaleux qui racontait ce mensonge réitéré en baissant la voix et en articulant…. “simplement voilée“… sur le territoire de la république… en détachant bien comme il faut les mots alors qu'à l'habitude ils ânonnent une bouillie “tétésque et zétesques“ leur novlangue bouillaque où tous les mots sont prononcés avec un t ou un z devant.

Non seulement ils sont incultes et ignorants de leur propre langue parce que putréfié de l'intellect mais, EN PLUS, ils sont indécents par leur collaborationnisme et leur soumission aux zélites journalistiques de la gauchiasse.

Je, rédactrice du blog, persiste et signe sur mon honneur de Française!

D'autres que moi ont dût voir ce reportage... Faites passer l'info sur tous les médias sociaux.

 

http://demaincestaujourdhui.hautetfort.com/media/02/00/2292066039.png