Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Santé - Page 13

  • Ta gueule, visage pâle!

    Graulhet (81): une septuagénaire verbalisée devant un Ehpad où elle venait saluer son mari

    Une septuagénaire a été verbalisée pour violation de " cordon sanitaire " devant un Ehpad du Tarn. Elle venait saluer, par la fenêtre fermée, son mari résident, selon la fille de ce couple qui s’inquiète des conséquences de l’isolement pour la santé de son père. La préfecture a toutefois indiqué ce mardi, que la gendarmerie allait " rentrer en contact avec la famille pour éteindre la procédure " dans cette affaire " où il y a peut-être eu un peu d’excès" .

    Dans un courriel, la préfecture du Tarn a dans un premier temps confirmé le bien-fondé de cette verbalisation auprès de la fille de ce couple, Mariani Boghossian.

    "Même si la visite en extérieur de votre mère peut être considérée comme une assistance à personne vulnérable, un cordon sanitaire autour des Ehpad doit être absolument respecté. De ce fait, votre mère était bien en infraction" , explique la préfecture. […]

    bfmtv.

     

    On croit rêver!!!

  • Nous sommes gouvernés par la 7° compagnie!

    Yvelines : pas de trêve pascale pour les échauffourées dans les quartiers

    Les incidents se sont multipliés ce week-end, en particulier à Chanteloup-les-Vignes et Trappes.

    Alors que les mesures de confinement vont être prolongées au-delà du 15 avril, les affrontements avec la police continuent dans les quartiers sensibles des Yvelines. Depuis le début du week-end de pâques, les accrochages s'y sont enchaînés.

    Les forces de l'ordre ont été prises à partie durant la nuit de dimanche à lundi à Trappes. Vers 22h30, square Louis-Pergaud, une patrouille a été la cible de cinq tirs de mortiers de feu d'artifice alors qu'elle s'approchait d'un groupe d'une trentaine de personnes, armées pour certaines de barres de fer. Les forces de l'ordre ont quitté les lieux mais vers 23 heures un conteneur poubelle a été incendié dans ce secteur. Les pompiers sont intervenus, épaulés par les policiers qui ont dispersé un groupe hostile en tirant dix grenades incapacitantes.

    A 1h30 nouveaux incidents avenue Clément-Ader, où quatre conteneurs poubelle ont été incendiés. Les fonctionnaires ont lancé à nouveau huit grenades incapacitantes. Aucun blessé n'est à déplorer et aucun auteur n'a pu être interpellé.

    Dans la nuit de samedi à dimanche, un feu de poubelle et deux jets de pierre sur la police ont également été déplorés à La Verrière, Mantes-la-Jolie et Sartrouville.

    Encore des affrontements à la cité de la Noé

    Entre vendredi et samedi c'est dans la cité de la Noé, à Chanteloup-les-Vignes, que la police a eu de nouveau maille à partir avec de fauteurs de troubles. Dans la matinée, un policier a été blessé au visage, à l'épaule et à la main par des jets de pierres alors qu'il intervenait pour sauver un homme suicidaire. A 17 heures, d'autres fonctionnaires qui contrôlaient les attestations de déplacement mail du coteau, ont essuyé des tirs de mortier provenant d'un groupe d'une dizaine de personnes.

    C'est dans cette rue qu' une fillette de 5 ans a été grièvement blessée, le week-end précédent, lors d'affrontements entre des policiers et des jeunes de la cité. Le parquet de Versailles a saisi l'inspection générale de la police nationale et ouvert une enquête pour faire toute la lumière sur cette affaire.

    http://www.leparisien.fr

     

    Grigny (91): pompiers, hélicoptère et policiers caillassés et visés par des mortiers (Màj : plusieurs nuits de violences)

    https://www.le-republicain.fr/faits-divers/essonne-a-grigny-48h-de-violences-contre-la-police

     

    Évreux (27): rodéos à moto et tirs de mortiers dans les quartiers sensibles de La Madeleine et Nétreville

    https://www.paris-normandie.fr

     

    Le Havre: la police visée par un cocktail Molotov alors qu’elle sécurisait une intervention des pompiers

    https://actu17.fr

     

    Émeutes en banlieue: un hélicoptère de la police a failli être abattu

    https://ripostelaique.com/emeutes-en-banlieue-un-helicoptere-de-la-police-a-failli-etre-abattu.html

     

    Ces épisodes ne sont pas uniquement le fait d’une "minorité de vendeur de produits stupéfiants" comme l’affirment le gouvernement et ses nombreux relais médiatiques. Mais ils incarnent l’hostilité réelle d’une population étrangère islamique vivant dans la haine de la France et des Français.

    D’autres guets-apens suivront dans l’indifférence générale; des sapeurs-pompiers, des policiers finiront par en mourir et on expliquera sur les plateaux de la télévision officielle qu’après tout, quand on fait ce métier, cela fait partie des risques "normaux"…

    Les guets-apens deviendront des émeutes, les émeutes des guerres intérieures et les guerres urbaines porteront les printemps arabes européens. La prochaine révolution que connaîtra la France ne sera pas française.

    Max Savignon

    https://www.facebook.com/Partidesgrignois/videos/3359332937427367/

     

    Un avis pertinent sur FB: "Je ne sais pas quelle sera la prochaine crise : révolte des banlieues, effondrement financier, invasion turque de la Grèce, invasion migratoire massive, attaque chinoise sur Taïwan, embargo chinois sur des productions essentielles… Je ne sais qu’une chose : nous ne serons pas prêts non plus. On ne peut pas passer l’essentiel de son temps à disserter sur le catéchisme progressiste et sur les mères qui peuvent être pères et préparer son pays aux risques et dangers du monde réel. C’est incompatible, c’est impossible. Entre les délires progressistes avec lesquels nos élites se chatouillent le nombril et les réalités du monde, il faut choisir. "

     

     

  • C'est ça les Français: parfois aussi, un peu débiles

    Confinement, délations, petites dictatures et autres réjouissances françaises

    Le confinement semble autoriser tous les débordements " citoyens ": de la délation de voisin au rejet du touriste. Une situation hélas déjà vue dans le passé, dont nous n’avons rien retenu.

    Tout est bon pour lutter contre le coronavirus, même et surtout les mesures les plus stupides. Certains maires vont jusqu’à prendre des arrêtés municipaux qu’ils sont obligés d’annuler au bout de quelques jours tellement ils entrent en contradiction avec la Constitution ou avec la loi.

    Voici un florilège des décisions et des déclarations les plus étonnantes. À méditer pour de futurs choix électoraux lorsque ceux-ci seront de nouveau à l’ordre du jour…

    Interdiction d’acheter une seule baguette

    Ferdinand Bernard, maire de Sanary, a interdit aux habitants de sortir à plus de 10 mètres de chez eux.

    Il n’en était pas à son premier essai: agacé que certains aillent acheter leur pain ou leurs cigarettes et "en profitent" pour se promener, il avait tenté de faire passer une interdiction d’acheter un seul produit: il était donc obligatoire d’acheter plusieurs baguettes et plusieurs paquets de cigarettes! Il a finalement annulé ces deux arrêtés.

    Interdiction des locations saisonnières

    Dans les stations balnéaires ou à la montagne, on prend des mesures drastiques. Outre l’interdiction de l’accès aux plages, à Belle-Ile les locations saisonnières sont devenues interdites. Idem aux Sables-d’Olonne. Rappelons que les locations appartiennent non pas aux communes, mais à des propriétaires qui s’acquittent en retour d’un certain nombre d’impôts et de taxes.

     

    À Morlaix, la mairie a interdit de 9 h à 15 h l’usage des outils bruyants, tant pour jardiner que pour bricoler chez soi, au motif de permettre aux soignants de se reposer. Que ne ferait-on pas pour votre bien.

    La montagne, ça vous perdra

    Mais c’est dans un petit village de montagne que les mesures prennent un tour consternant.

    Le maire de Saint-Gervais-les-Bains, excédé par quelques personnes venues occuper leur résidence secondaire, critique la présence de ces habitants ponctuels:

    "Il y en a quelques-uns et ce sont quelques-uns de trop. On le voit à quoi ? Ce sont les voisins qui voient les chalets qui sont subitement allumés, qui mettent un message en disant:  "Mais pourquoi ils sont là? Qu’est-ce qu’ils viennent faire? Qu’ils restent chez eux, du début à la fin!"/

    La France, décidément, garde de vieilles habitudes bien ancrées. Que de voisins bien intentionnés qui veillent sur vous…

    Jean-Marc Peillex, le maire de Saint-Gervais, poursuit:

    "Ils auraient choisi Saint-Gervais pour se confiner, pas de souci ; ils auraient été accueillis à bras ouverts, mais ce n’est pas à la carte".

    Les habitants ponctuels de son village sauront apprécier la variabilité de l’accueil au moment où ils s’acquitteront de leurs taxes foncière et d’habitation, qui, elles, ne souffrent pas de paiement "à la carte".

    D’ailleurs ce charmant village donne surtout envie de ne plus y mettre les pieds, avec une formule du maire, qui fleure bon la menace et l’appel au règlement de comptes:

    "On est un petit village et les gens se souviendront que telle famille n’a pas respecté, que telle famille est venue".

    Certains commerçants râlent aussi, au motif que quelques touristes viennent leur faire prendre des risques:

    "Dans les Bauges aussi, certains commerçants locaux s’agacent de recevoir ces jours-ci la visite de clients… qui étaient absents jusqu’à présent. C’est le cas du chocolatier Jacob qui à l’approche de Pâques voit certains vacanciers dans son magasin. Il leur demande de rester en dehors de la boutique ou de se faire livrer à domicile" explique France Bleu.

    Le confinement monte les gens les uns contre les autres

    Au lieu de voir une opportunité économique dans l’apport d’une poignée de touristes, les gens ont pris peur, se dénoncent les uns les autres, se surveillent.

    On pleurera sur l’arrêt de l’activité économique, mais on ne veut pas de touristes qui font vivre les commerces. On pleurniche sur les " lits froids ", que dénonce souvent le même Jean-Marc Peillex, ces lits inoccupés et ne rapportant rien à la commune. Mais on n’en veut pas, de ces touristes.

    D’ailleurs on se demande si ces maires ont bien compris que l’avenir de leur commune est lié à la manne financière apportée par les touristes et les propriétaires de résidences secondaires. Même eux finissent par mordre la main qui les nourrit. Jean-Marc Peillex, toujours très remonté contre les résidents secondaires de sa station de ski, déclare:

    "Pour eux ce n’est pas un problème d’argent ou d’amende. Celui qui a un beau chalet dans les Alpes, une belle maison sur la Côte d’Azur ou sur la côte atlantique, 135 euros ou 500 euros ce n’est pas grand-chose", constate Jean-Marc Peillex, impuissant devant cette situation. "

    Ces salauds de riches sauront apprécier.

    Délation, encore et toujours

    Certes, des idiots n’ont rien compris au mode de contamination. Mais monter dans sa voiture, faire 1, 10, 100 ou 500 km, et en descendre pour rester dans sa résidence secondaire ne contamine personne d’extérieur à la famille.

    Marcher sur un chemin ou une route, seul, ou accompagné de ces mêmes personnes ne contamine personne non plus.

    Il serait temps de mettre fin à ce zèle délétère, temps d’arrêter de faire passer quelques touristes pour des criminels.

    Par Margot Arold.

    Sur Contrepoint.org

  • La vérité est ailleurs...

    Visite présidentielle à l’hôpital Bicêtre: "Ce n’est surtout pas Macron que les soignants ont applaudi"

    Sur la vidéo postée par l’Elysée sur Twitter peu avant 13 heures, les soignants du CHU Bicêtre au Kremlin-Bicêtre (94) applaudissent à bras déployés. De concert avec Emmanuel Macron venu ce jeudi faire une "visite surprise" aux équipes hospitalo-universitaires engagées dans la recherche clinique contre le Covid-19.

        Depuis le CHU Bicêtre, soutien à nos héros en blouses blanches. pic.twitter.com/uQaeMecfvf

        — Élysée (@Elysee) April 9, 2020

    Cela m'avait fortement étonnée et je n'en revenais pas…Heureusement, voici la vérité

    Une belle image pour la communication gouvernementale qui mérite d’être replacée dans son contexte tandis que les équipes soignantes de tout le pays dénoncent le sort que le gouvernement actuel comme les précédents ont réservé à l’hôpital public en crise budgétaire.

    Ce que l’on ne voit pas sur la séquence diffusée, c’est l’invective d’une soignante. Syndiquée CGT, c’est elle qui enjoint ses collègues à applaudir tous les soignants engagés sur le front de la lutte contre le coronavirus après avoir pris à partie le président de la République.

    Le Parisien

    La véritable ambiance…

        La véritable ambiance entre #Macron et les soignants du #KremlinBicêtre était très différente de ce que suggère la vidéo publiée par l'Elysée…#coronavirus #COVID19frpic.twitter.com/2J2klBnfXB

        —

  • Des ponctionnaires dictatoriaux

    "Les Agences régionales de santé ont un vrai pouvoir de nuisance" : le coup de gueule d’un député LREM

    Benoît Simian, député LREM de Gironde, dit avoir été témoin de lourds dysfonctionnements de la part des ARS depuis dix ans. En pleine crise du coronavirus, il décide aujourd’hui de les dénoncer et préconise de les mettre sous la tutelle de l’Etat.

    Benoît Simian accuse les Agences régionales de santé "d’un manque total de transparence". FACEBOOK/Benoît Simian

    Depuis dix ans, en tant qu'adjoint au maire puis maire de Ludon-Médoc (Gironde), et en tant que député d'un territoire à la fois urbain, avec la métropole de Bordeaux, et très enclavé avec la presqu'île du Médoc, Benoît Simian dit avoir été témoin de lourds dysfonctionnements de la part des Agences régionales de santé (ARS). Face à la crise du coronavirus, l'élu LREM décide aujourd'hui de les dénoncer et préconise de les mettre sous la tutelle de l'Etat.

    En pleine crise sanitaire, vous poussez un coup de gueule contre les Agences régionales de santé. Pourquoi?

    BENOîT SIMIAN. Nous sommes plusieurs parlementaires de tous partis politiques à tirer la sonnette d'alarme. Moi, comme d'autres, nous nous étions émus des dysfonctionnements majeurs des ARS avant même le déclenchement de l'épidémie. Mais là, les ARS sont à l'évidence non seulement inadaptées à l'urgence sanitaire, mais, en plus, elles ont un vrai pouvoir de nuisance.

    Concrètement, que leur reprochez-vous?

    Les Agences sont devenues des technostructures qui se comportent comme un Etat dans l'Etat. Elles font preuve d'un manque total de transparence. Il est plus facile aujourd'hui pour un maire ou un député de joindre un ministre qu'un directeur d'Agence régionale de santé. Pire. Ce manque de proximité et de diffusion de l'information a des conséquences très négatives sur les moyens que les maires, les élus mais aussi les préfets et les sous-préfets – qui s'en plaignent aussi mais ne le feront jamais savoir publiquement — pourraient mettre en œuvre pour résoudre la crise.

    Sur quels points ce comportement est-il le plus préjudiciable?

    Tout d'abord, l'identification et la localisation des cas de Covid-19. On peut comprendre que les ARS ne les fassent pas connaître au grand public, mais elles font preuve d'une opacité inadmissible, et encore une fois nuisible, vis-à-vis des élus et des services de l'Etat. Si ces derniers étaient en mesure de détenir plus rapidement de telles informations ils seraient en effet plus à même de mieux faire respecter le confinement et de limiter ainsi l'épidémie. Il y a aussi le problème des masques.

    Elles sont responsables du manque de stock?

    Non. Mais les ARS ont fait de l'organisation des circuits de distribution des masques existants leur domaine réservé. Or, elles s'avèrent totalement défaillantes. Quand on se prétend le grand organisateur en matière de crise sanitaire, on procède à des réquisitions systématiques dans les entreprises qui avaient ces masques en stock afin de pouvoir les mettre à la disposition des plus fragiles. Elles ne l'ont pas fait.

    Il faudrait, selon vous, les supprimer?

    En période d'urgence sanitaire comme celle que nous traversons, je préconise de les mettre sous la tutelle des services de l'Etat. Je peux vous dire qu'un grand nombre de préfets le suggèrent également. Après la crise, c'est une réforme en profondeur que je réclame. Je suis un "girondin" donc très attaché aux pouvoirs locaux. Je reste favorable à cette décentralisation en matière économique. Mais j'estime plus que jamais nécessaire de re-centraliser les questions "sociales" comme l'aide à l'enfance, et ce, au nom de l'efficacité et de l'égalité de tous les Français. Avec l'Etat comme garant.

    http://www.leparisien.fr/politique

     

     

  • Les rats quittent le navire…

    Les autorités marocaines ont arrêté, mardi 7 avril 2020, quatre jeunes Marocains qui ont bravé la mer pour rentrer au pays en cette période de confinement. Un cinquième Marocain a été interpellé par la Guardia civil.

    Ce groupe de jeunes Marocains a bravé la mer, dans la nuit du mardi 7 avril vers 3 h 30 du matin, depuis la plage de Tarajal, à proximité du poste-frontière entre la ville autonome de Sebta et le Maroc, rapporte EFE.

    Quatre jeunes hommes se sont mis en danger en nageant de Sebta vers Fnideq. Ils ont réussi à traverser la frontière à la nage, mais ils ont été arrêtés par les autorités marocaines, une fois arrivés à destination. Un cinquième Marocain a été arrêté par des agents de la Guardia civil et se retrouve désormais entre les mains de la police nationale espagnole. À leur arrivée, ils ont tous subi un test de dépistage du coronavirus.

    Ce n’est pas la première fois que des jeunes marocains rallient le Maroc via ce canal. En tout, 9 Marocains ont déjà traversé la frontière depuis la fermeture des frontières avec l’Espagne pour cause de coronavirus.

    Bladi

Blog d'une Française de FRANCE: vive la laïcité, vive la FRANCE et la République Française!