Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

société - Page 5

  • Si les c... pouvaient voler...

    ... ils seraient nombreux à tourner autour de la lune

    Un professeur juge le décolleté d'une collégienne "trop voyant": le coup de gueule de son père

    Ce mardi 22 septembre, un professeur aurait fait des remarques au sujet de ses vêtements à une élève scolarisée en classe de 3e  au sein du collège Arthur-Rimbaud de Belfort. L’enseignant aurait notamment jugé la tenue de la jeune fille "vulgaire" et son décolleté "trop voyant".

    C‘est cette tenue, portée ici par l’élève concernée, qui aurait été pointée du doigt ce mardi matin en cours de mathématiques au collège Arthur-Rimbaud.

    La polémique liée aux tenues vestimentaires acceptables ou non au sein d’un établissement scolaire semble gagner du terrain. En ce début de semaine, à Belfort, le collège public Arthur Rimbaud s’est retrouvé pointé du doigt sur les réseaux sociaux. Ce mardi 22 septembre, dans la matinée, un professeur aurait tenu des propos concernant la tenue vestimentaire d’une élève scolarisée en classe de 3e  au sein de l’établissement belfortain.

    Débardeurs et décolletés bannis en classe, un prof irrite ses étudiantes à Besançon

    "Ce mardi matin, ma fille, âgée de 14 ans, s’est rendue au collège habillée comme elle peut l’être régulièrement. Elle portait des baskets, un pantalon noir, un débardeur et une veste. Rien de très provocateur", indique le Belfortain David Paufert, le père de la jeune fille. Il continue: " En rentrant en cours de mathématiques, avant même qu’elle ne soit assise, son professeur lui a dit, devant tous les autres élèves, que son décolleté était trop voyant, que sa tenue était vulgaire et qu’il ne comprenait pas comment on avait pu la laisser rentrer au collège habillée comme cela".

    "Je ne veux pas en rester là"

    Suite à cette remarque, l’élève ne reste pas indifférente. " Elle a essayé de fermer sa veste mais elle ne pouvait pas. Un camarade lui a alors prêté son pull pour qu’elle puisse cacher ses morceaux de peau ", reprend le père de famille. Ce dernier nous indique que, après les faits, sa fille s’est sentie "humiliée et choquée". "Je ressens chez elle une sorte de culpabilité. Elle est très pudique, très prude. Aujourd’hui, je me retrouve avec une gamine qui ne pourra peut-être plus s’habiller sans avoir peur du regard des autres. Dans la construction d’une adolescente, ce n’est pas anodin".

    Le professeur s’est excusé

    Ce mercredi matin, suite à cet événement, le principal de l’établissement a rencontré le professeur en question pour notamment lui demander de s’excuser auprès de l’élève. Ce qu’il a fait. " Ma fille m’a expliqué qu’il n’avait pas l’air d’être sincère. Elle n’a pas accepté ces excuses", raconte David Paufert. "J’ai pris contact avec la direction académique du Territoire de Belfort. Je ne veux pas en rester là. Je veux que cela serve de message d’alerte".

    De son côté, ce jeudi, Philippe Naas, le principal du collège Arthur-Rimbaud, confirme les faits mais estime laconiquement que "la réaction globale est disproportionnée par rapport aux propos qui ont été tenus".

  • Joe Biden – une machine à gaffes

    Voici un florilège des gaffes de Robinette telles que rapportées par The Reporter:

    ⦁ Il a déclaré (août 2019): "Bobby Kennedy et le Dr King avaient été assassinés dans les années 70, à la fin des années 70, lorsque je me suis fiancé". (Martin Luther King et Bob Kennedy ont été respectivement assassiné en avril et juin 1968, soit dix ans plus tôt).

    ⦁ Juste après les fusillades meurtrières d’El Paso, au Texas, et de Dayton, dans l’État de l’Ohio, les 3 et 4 août 2019 (31 morts au total), il avait déploré les "tragiques événements à Houston (également au Texas) et aussi dans le Michigan", un tout autre État…

    – Il a déclaré avoir rencontré des victimes de Parkland alors qu’il était vice-président. (La fusillade a eu lieu en février 2018. Biden n’était plus vice-président depuis plus d’un an).

    – Il a triplé le nombre de victimes de la fusillade qui a eu lieu en mai 1970 sur le campus de l’université d’État de Kent, dans l’Ohio. (La Garde nationale avait a tiré sur des étudiants qui manifestaient de manière pacifique contre l’intervention américaine au Cambodge. Quatre d’entre eux avaient été tués).

    – Dans un discours prononcé à la foire de l’État d’Iowa, le 8 août 2019, il tonne d’un ton convaincu: "Nous choisissons la vérité plutôt que les faits ", s’embrouillant dans la phrase qu’il lance habituellement contre Donald Trump : " Nous choisissons la vérité plutôt que la fiction".

    – Un peu plus tard au cours de la même journée, il déclare que "les enfants pauvres sont aussi brillants, aussi talentueux, que les enfants blancs".

    – Il dit avoir connu huit présidents, " dont trois intimement".

    – Il a aussitôt confessé : " Je préfère être à la maison en train de faire l’amour avec ma femme pendant que mes enfants dorment. "

    – Il a pleuré une femme (" Que Dieu ait son âme ") qui n’était pas morte.

    – Il a décrit Obama comme étant " le premier afro-américain grand public qui soit éloquent, brillant et propre ".

    – Il a affirmé que Franklin D. Roosevelt est allé à la télévision en 1929, alors que la télévision n’existait pas encore.

    – Il a franchement lancé à un public devant lequel il allait intervenir : " Vous avez tous l’air terne comme l’enfer. "

     

    Il y a eu plein d’autres bourdes de Robinette depuis la publication de cet article.

    Ces bourdes s’ajoutent aux innombrables balourdises rapportées par d’autres médias américains, dont l’influent The Washington Post.

    Et il y en aura d’autres. Même si Robinette se fait, depuis quelque temps, aider d’un téléprompteur chaque fois que c’est possible. Ses réponses lui sont dictées par ses conseillers.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=OkWkuBNvdjo

     

    On attend avec impatience la première confrontation entre Robinette et Donald Trump.

    Elle doit avoir lieu dans une semaine.

    Pourvu que les Démocrates ne la refusent pas.

    Messin’Issa

     

    https://ripostelaique.com/serie-joe-biden-une-machine-a-gaffes-8.html

     

    Articles précédents

    ⦁ De la COVID-19 au COBIDEN-20 : https://ripostelaique.com/serie-joe-biden-le-candidat-des-tenebres-qui-a-une-tete-de-covid-1.html
    ⦁ Les origines françaises de Joe Robinette Biden : https://ripostelaique.com/serie-les-origines-francaises-de-joe-robinette-biden-2.html
    ⦁ Joe Biden fait campagne mais ne sait pas pour quel poste il est candidat : https://ripostelaique.com/serie-joe-biden-fait-campagne-mais-ne-sait-pas-pour-quel-poste-il-est-candidat-3.html
    ⦁ Quand Joe Biden confond sa sœur et sa femme : https://ripostelaique.com/serie-quand-joe-biden-confond-sa-soeur-et-sa-femme-4.html
    ⦁ Joe Biden, un candidat qui souffre de désorientation spatiale et temporelle : https://ripostelaique.com/serie-joe-biden-un-candidat-qui-souffre-de-desorientation-spatiale-et-temporelle-5.html
    ⦁ Biden, en pleine démence, fait disparaître 270 millions d’Américains : https://ripostelaique.com/serie-biden-en-pleine-demence-fait-disparaitre-270-millions-damericains-6.html
    ⦁ Il faut se demander si Biden peut mentalement être président
    https://ripostelaique.com/serie-il-faut-se-demander-si-biden-peut-mentalement-etre-president-7.html

    https://www.youtube.com/watch?v=yvKCbxi42L0

     

  • Bon à savoir

    Les services de messagerie populaires sont extrêmement peu sûrs et compromettent vos données personnelles

    Le SMS, ça vous dit quelque chose? Chez la plupart d’entre nous, ce terme (acronyme de "Short Message System") est déjà logé dans une case mémoire lointaine, et pour cause, on ne l’utilise plus ! Depuis l’arrivée des applications de messagerie gratuite telles que WhatsApp, Telegram ou Messenger de Facebook, nous communiquons désormais uniquement via ces dernières, le bon vieux SMS étant devenu obsolète. Mais ces nouvelles façons de communiquer ne sont pas sans risque pour vos données personnelles. Récemment, des chercheurs de l’Université technique de Darmstadt et de l’Université de Würzburg, montrent que les services de messagerie mobile populaires exposent des données personnelles via des services de découverte qui permettent aux utilisateurs de trouver des contacts à partir de numéros de téléphone de leur carnet d’adresses.

    Lors de l’installation d’une application de messagerie mobile comme WhatsApp, les nouveaux utilisateurs peuvent instantanément commencer à envoyer des messages à leurs contacts existants en se basant sur les numéros de téléphone stockés sur leur appareil. Pour ce faire, les utilisateurs doivent autoriser l’application à accéder à leur carnet d’adresses et à le télécharger régulièrement sur les serveurs de l’entreprise dans le cadre d’un processus appelé "découverte de contacts mobiles". Ce processus étant, une fois autorisé, totalement invisible.

    Une étude récente menée par une équipe de chercheurs du Secure Software Systems Group de l’université de Würzburg et du Cryptography and Privacy Engineering Group de l’université technique de Darmstadt, révèle que les services de découverte de contacts actuellement déployés menacent la vie privée de milliards d’utilisateurs.

    En utilisant très peu de ressources, les chercheurs ont pu réaliser des attaques pratiques sur les services populaires WhatsApp, Signal et Telegram. Les résultats de ces expériences démontrent que des utilisateurs malveillants ou des pirates informatiques peuvent collecter des données sensibles à grande échelle et sans restrictions notables en interrogeant les services de découverte de contacts pour obtenir des numéros de téléphone aléatoires.

    Des modèles de comportement précis pour récolter des informations plus ciblées

    Pour cette étude approfondie, les chercheurs ont interrogé 10% de tous les numéros de téléphone portable américains pour WhatsApp et 100% pour Signal. Ils ont ainsi pu recueillir des données personnelles (méta) couramment stockées dans les profils d’utilisateurs d’applications de messagerie, notamment des photos de profil, des surnoms, des textes de statut et la date de la dernière connexion.

    Les données analysées révèlent également des statistiques intéressantes sur le comportement des utilisateurs. Par exemple, très peu d’utilisateurs modifient les paramètres de confidentialité par défaut, qui pour la plupart des services de messagerie ne sont pas du tout respectueux de la vie privée. Les chercheurs ont découvert qu’environ 50% des utilisateurs de WhatsApp aux États-Unis ont une photo de profil publique et 90% un texte "À propos" public. Il est intéressant de noter que 40% des utilisateurs de Signal, dont on peut supposer qu’ils sont plus soucieux du respect de la vie privée en général, utilisent également WhatsApp, et que tous les autres utilisateurs de Signal ont une photo de profil publique sur WhatsApp.

    Le suivi de ces données dans le temps permet aux attaquants de construire des modèles de comportement précis. Lorsque les données sont mises en correspondance sur les réseaux sociaux et les sources de données publiques, des tiers peuvent également établir des profils détaillés, par exemple pour escroquer les utilisateurs. Pour Telegram, les chercheurs ont découvert que son service de recherche de contacts expose des informations sensibles même sur les propriétaires de numéros de téléphone qui ne sont pas enregistrés auprès du service.

    Les informations qui sont révélées lors de la découverte des contacts et qui peuvent être collectées par des attaques par crawling dépendent du fournisseur de services et des paramètres de confidentialité de l’utilisateur. WhatsApp et Telegram, par exemple, transmettent l’intégralité du carnet d’adresses de l’utilisateur à leurs serveurs.

     

    D’autres services de messagerie plus soucieux de la protection de la vie privée, comme Signal, ne transmettent que de courtes valeurs de hachage cryptographique des numéros de téléphone ou s’appuient sur du matériel sûr. Cependant, l’équipe de recherche montre qu’avec les nouvelles stratégies d’attaque optimisées, la faible entropie des numéros de téléphone permet aux attaquants de déduire les numéros de téléphone correspondants des hachages cryptographiques en quelques millisecondes.

    De plus, comme il n’y a pas de restrictions notables pour s’inscrire à des services de messagerie, tout tiers peut créer un grand nombre de comptes pour explorer la base de données d’une application de messagerie, à la recherche d’informations en demandant des données pour des numéros de téléphone aléatoires. "Nous conseillons vivement à tous les utilisateurs d’applications de messagerie de revoir leurs paramètres de confidentialité. C’est actuellement la protection la plus efficace contre les attaques par crawl que nous avons étudiées", conviennent le professeur Alexandra Dmitrienko de l’Université de Würzburg et le professeur Thomas Schneider du TU Darmstadt.

    Les prestataires de services améliorent leurs mesures de sécurité

    L’équipe de recherche a fait part de ses conclusions aux fournisseurs de services respectifs. En conséquence, WhatsApp a amélioré ses mécanismes de protection de sorte que les attaques à grande échelle puissent être détectées, et Signal a réduit le nombre de requêtes possibles pour compliquer le crawling. Les chercheurs ont également proposé de nombreuses autres techniques d’atténuation, notamment une nouvelle méthode de découverte des contacts qui pourrait être adoptée pour réduire encore l’efficacité des attaques sans nuire à la convivialité.

    Source: Encypto

  • Ce n'est pas parce qu'elle est gauchiasse

    Il y a des trucs à apprendre pas piqué des hannetons!

    Haro sur les technocrates! Habituée à crapahuter en France pour dénoncer les lobbys, personnalité au caractère trempé, engagée, à gauche toute, Isabelle Saporta s'attaque dans son nouveau livre, “Rendez-nous la France!" (Fayard), à "la caste qui paralyse notre pays" (sic).

    Celle qui s'est portée candidate aux dernières municipales à Paris – derrière Gaspard Gantzer, puis Cédric Villani – signe une charge à la hussarde contre ces "premiers de la classe, défaillants, arrogants et menteurs "qui mettent la France en coupe réglée et nous infantilisent tous, en premier lieu leurs collègues fonctionnaires de la territoriale“.

    Le Point: Pourquoi avoir voulu faire ce livre?

    Isabelle Saporta: J'essaye toujours de déconstruire ce qui me paraît absurde dans notre société. Au cours de la campagne pour les municipales, j'ai rencontré des acteurs de terrain, des associatifs, des commerçants, des fonctionnaires qui m'expliquaient qu'ils étaient sans arrêt contraints dans leurs actions par des grilles préétablies imposées par une administration hors sol. Déjà, en période normale, tous, on s'arrache les cheveux pour remplir des documents administratifs, on a l'impression de ne pas avoir de neurones. Le phénomène s'est aggravé pendant la crise du Covid, où l'on a vu que la France était un canard sans tête, ou plutôt un canard avec une grosse tête qui cherchait à imposer ses vues dans la gestion de la crise. Telle administration A réquisitionnait des masques pendant que l'administration B les brûlait car ils étaient périmés.

    Des agences régionales de santé (ARS) ne parvenaient pas à communiquer entre elles parce qu'elles n'utilisaient pas le même logiciel.

    Un fonctionnaire des services techniques d'une région m'a confié qu'au début du confinement personne ne répondait à ses sollicitations au sommet de l'État, et que trois semaines après, il avait reçu une brochure magnifique où on lui expliquait comment confiner sa région. Trois semaines après… Il a fallu qu'il refasse tout. Au lieu de libérer les énergies incroyables qu'il y a dans ce pays, une petite caste passe son temps à casser les genoux des gens qui veulent faire.

    Le point culminant, c'est la création d'un haut-commissaire au Plan, François Bayrou, avec une nouvelle administration de deux cents fonctionnaires sous ses ordres. Et la ministre Amélie de Montchalin, en théorie chargée de la simplification administrative, va nommer des sous-préfets chargés de la relance, fraîchement sortis de l'ENA sans expérience pour agir sur les mêmes terrains…

    C'est vraiment ubuesque, non? À chaque fois que la technostructure essaye de simplifier, on rajoute une strate. Les sentinelles qui font tourner les services publics sur le terrain ont quinze chefs au-dessus de leurs têtes. Le nouveau Premier ministre Jean Castex a un accent chantant et charmant, mais c'est lui aussi un technocrate. Il a piloté le plan de déconfinement autour d'une table avec vingt technos qui se vantaient de ne pas écouter les ministres.

    Marc Guillaume, secrétaire général du gouvernement nommé sous Hollande et resté sous Macron, réécrivait les projets de loi sur un coin de table, et on le punit en le nommant préfet de l'Île-de-France.

    Le cas Marc Guillaume est plus complexe que le résumé que vous en faites: c'est un serviteur de l'État et un juriste (ancien conseiller d'État) respecté…

    Son recasage après son départ de Matignon est le symbole que cette caste ne meurt jamais, et se recycle indéfiniment. Les membres des autorités administratives indépendantes qui sont censées contrôler les politiques sortent tous du même moule. Ils se tiennent tous. Où croyez-vous que François Bayrou va recruter 200 personnes pour l'administration du Plan? Il prendra dans les mêmes viviers, où l'emportent le copinage et l'entre-soi.

    Mais c'est pour cela qu'a été créée l'ENA, après la guerre, pour former une élite afin d'administrer le pays…

    Et il en sort des hauts fonctionnaires hors sol qui mettent à genoux les services publics. C'est à eux qu'il faut s'attaquer, plutôt qu'aux fantassins qui, sur le terrain, font marcher l'État.

     

    Comme l'ont montré René Girard et Raoul Girardet dans des classiques des sciences politiques, toute société a besoin de boucs émissaires pour tenir et se régénérer. Les technocrates ne sont-ils pas les boucs émissaires de notre époque?

    Non. Ce sont des gens qui ont perdu toute ambition pour la France, qui mettent en œuvre des politiques à courte vue et qui se prennent pour des cost-killers. À chaque fois qu'on veut rationaliser le fonctionnement étatique, on met un pognon de dingue non pas pour améliorer les conditions de travail des policiers, des professeurs, des infirmiers, des aides-soignants qui exercent leur métier dans des établissements lépreux, mais pour multiplier les métastases bureaucratiques.

    En France, on passe notre temps à créer des comités Théodule. Le prochain commissariat au Plan, je pense que ça va être coton!

    Ce combat contre la technostructure est plutôt un sujet de combat pour la droite. Pourquoi vous qui êtes de gauche vous y attaquez-vous?

    La gauche doit s'emparer de ces sujets. Je veux défendre les Français, les services publics, et je lutte contre l'élitisme. Si la gauche ne se saisit pas de cette affaire, qui va le faire, Marine Le Pen. Moi, je suis dans la critique constructive, la recherche de solutions.

    Lesquelles proposez-vous?

    Cela passe d'abord par une prise de conscience. On subit tous cette paperasserie, sans avoir toujours conscience de l'entre-soi qui les produit. Pour les hôpitaux, on voit des conseillers privés mandatés par le ministère de la Santé pour trouver des coupes dans les troupes, dans les budgets ; et ils n'hésitent pas à désorganiser la chaîne de santé! Or, tous ces gens viennent aussi des ministères, ce qui n'a pas de sens.

    Et ce n'est pas moi qui le dit, mais la Cour des comptes dans un rapport de 2018. C'est le jeu des revolving doors (heu.. quoi?) Ces gens se constituent un carnet d'adresses dans les cabinets ministériels, puis ils rejoignent les cabinets de conseil et ont pour clients leurs anciens copains des ministères.

    Ne craignez-vous pas de céder avec facilité à la démagogie et au poujadisme ambiant?

    Le vrai problème est qu'il n'y a pas de critique républicaine. Si on laisse ces sujets au Rassemblement national, on va dans le mur. Qu'est-ce que l'on veut, C'est un débat populaire qui nous concerne tous. Nous sommes tous concernés par les diktats de la technostructure.

    Concrètement, que faut-il faire?

    Comme l'a proposé le rapport Borloo, il faut créer une autre école que l'ENA qui produise l'élite de demain, mais élargisse son recrutement aux gamins qui viennent de banlieue, ou en tout cas qui ne soient pas issus de CSP+. Pris dans toutes ces métastases bureaucratiques, l'argent ne ruisselle jamais sur le terrain. Il faut de l'équité territoriale. C'est ce que préconise, encore une fois, le rapport Borloo.

    Mais c'est aussi ce qu'avait suggéré Thierry Mandon, secrétaire d'État à la Réforme de l'État et à la Simplification, à François Hollande, soulignant alors qu'à cause des lenteurs bureaucratiques le processus législatif prenait 30 mois, sachant qu'un quinquennat dure 60 mois. Sans compter qu'ensuite une nouvelle majorité arrive et déconstruit ce qu'a fait la précédente, ce qui nécessite à nouveau 30 mois. En ce moment, nous vivons sur les décrets d'application qui ont été signés sous François Hollande…

    Le titre de votre livre, Rendez-nous la France! , résonne comme le slogan d'un programme politique…

    Je ne sais pas. On me dit beaucoup que ce titre est de droite, que j'écris un bouquin de droite. Maintenant, si tous les politiques pouvaient s'emparer de toutes ces questions, ce serait pas mal. J'ai eu un excellent retour de Jean-Louis Borloo qui m'a conseillé de l'envoyer à Amélie de Montchalin, en me précisant: "Cela lui fera du bien. "

    Je l'ai envoyé à François Hollande et à Anne Hidalgo, mais je n'ai pas de nouvelles. Par contre, Xavier Bertrand et Valérie Pécresse ont demandé à le lire. En fait, ce sont les politiques de droite qui ont les premiers réagi. Je n'ai eu aucun coup de fil de la gauche.

    Et votre compagnon, Yannick Jadot (patron du parti écologiste EELV, NDLR), l'a-t-il lu?

    Il a commencé, mais pour l'instant il ne m'a fait aucune remarque. On ne partage pas les mêmes constats sur la France. Il sait que je suis très indépendante. Ma parole est plus libre que la sienne.

     

    Et pourquoi vivent-ils ensemble ces deux-là?

     

    Source, hélas:

  • TOUCHE PAS A MON NOËL!

    La mairie de Bordeaux doit, en principe se trouver sise dans un beau palais ancien... m'étonnerait qu'il n'y a pas de planchers en bois et autres trucs anciens en bois...

    Le couillon vert doit, pourtant, se prélasser dans son palais... on peu savoir pourquoi il ne change pas les lames du parquet de bois mort?

     

    Le grand concours des maires écolo-dingos!

    Il faut revenir sur cette forfaiture qui voit un maire, ayant dédaigné d’honorer une tradition chrétienne multi-séculaire de sa ville, se précipiter sur un chantier pour y baptiser, toute honte bue, le symbole de notre futur asservissement à l’islam.

    Il faut, ayant en mémoire les noms des serpillères vaincues qui vendirent la France à l’Allemagne nazie en 1940, marteler les noms des auteurs de ce crime contre le pays, quatre-vingts ans plus tard.

    Grégory Doucet, maire de Lyon, Thomas Rudigoz, député du Rhône, accompagnés de la servante de garde ce jour-là, Fanny Dubot, maire d’un arrondissement de la capitale des Gaules.

    Imaginons la jouissance intérieure que ressent le quatrième larron de cette farce, le dénommé Farouk Korichi, démocrate français attaché aux Droits de la Femme et à la mémoire de Guillaume Apollinaire, ici posant la main à côté de celles de ses comparses, sur la pierre qui scelle la prise de possession, pour près d’un siècle, c’est-à-dire pour toujours ou presque, d’une part de la France par les hordes du Prophète.

    On dirait un serment. Ou une fervente invocation. Au Dieu des Vrais Croyants. Par des spectres. Dix-neuf ans après que les compagnons du Prophète ont déclenché la Troisième Guerre mondiale.

    C’est une trahison. Comme en 1940. 

    Méritant le même sort, pour l’Histoire et pour solde de tout compte.

    Source:

    LE GRAND CONCOURT DES MAIRES ÉCOLO-DINGOS

    Nous ouvrons officiellement cette rubrique promise à un bel avenir. Le camarade Doucet l’inaugure de manière brillante, mais nul doute qu’il sera bien vite dépassé par plus dingo-débilo que lui. En attendant les records qui ne vont pas manquer de tomber, la cueillette du jour nous emmène à Bordeaux.

    Bordeaux donc. Le stationnement des résidents sera calculé en fonction de leurs revenus. Et la baguette de pain, c’est pour quand? Extension souhaitée vers les hétaïres qui tapinent en plein air ou dans des roulottes, avec tarifs étudiants: 

    Source:

    Bordeaux toujours. Bon. Vous vous disiez: ce n’est pas possible, il ne descendra pas jusqu’à ce tréfonds d’absurdité. Et bien oui! Non seulement, il a désouché le sapin de Noël mais en prime il creuse pour trouver quelque chose. Quoi? Je ne sais pas… son frais minois dans un miroir envasé, peut-être… Khmers Verts, oui, à 100 %, aussi toxiques que les Rouges. Alors, les Bordelais, heureux?

     Source:

    Et les moutons de l’Aïd égorgés à vif, il a l’intention d’interdire cette pratique, le verdâtre? Même pas en rêve, pense Candide, jamais il n’aura les c… de s’attaquer à la Religion d’amour!

     

    Le maire écolo de Bordeaux: il faut sauver les sapins de la barbarie de Noël!

    Jusqu’où va l’inventivité des écologistes. Le nouveau maire de Bordeaux veut une " charte des droits de l’arbre".

    Faut-il en rire ou en pleurer (éventuellement de rire)? Alors qu’il pouvait sembler y avoir plus grave et plus urgent en cette période de bouleversements majeurs et de crise économique profonde à la suite des mesures de confinement généralisé du printemps dernier, voilà qu’il semble urgent… de sauver les sapins de Noël.

    L’écologisme, jamais à court d’idées

    Ainsi que le relevait Nathalie MP Meyer pas plus tard qu’hier, dans un article sur le sujet, en évoquant, outre la bien-pensance des stars et autres bobos écolos, les propositions de la Convention citoyenne pour le Climat:

     Pour bien faire, il faudrait interdire la vente de véhicules neufs pour un usage particulier, il faudrait que les constructions neuves soient exclusivement de l’habitat collectif avec une surface maximum de 30 m2 par habitant, que les vols hors Europe non justifiés soient interdits, que les vêtements neufs mis sur le marché soient limités à 1 kg par personne et par an, que la consommation de viande passe de 90 kg à 25 kg par personne et par an, que toutes les parcelles de jardin deviennent productives, etc. etc.

    Il faudrait en outre assujettir nos droits fondamentaux inscrits dans la Constitution à la priorité environnementale et reconnaître un crime d’écocide malgré la difficulté d’en définir les contours de façon indiscutable. Et n’oublions surtout pas, il faudrait se débarrasser une fois pour toutes de l’énergie nucléaire qui a l’immense tort de rendre possible un avenir décarboné mais hélas beaucoup trop croissant!

    Et il ne s’agit là que d’un extrait des multiples propositions plus ingénieuses (ou farfelues, ou liberticides, ou délirantes, au choix) les unes que les autres de nos chers écologistes et consorts. Mais en la matière, il semble bien que nous sommes bien lancés depuis un certain temps dans une surenchère pas prête de s’étioler…

    L’instauration d’une charte des droits de l’arbre

    Voici donc que le nouveau maire de Bordeaux, qui semblait jusque-là plus mesuré que d’autres maires écologistes de grandes villes, organise ce matin une conférence de presse pour décréter qu’il ne veut plus "d’arbre mort sur la place de la ville". Stupeur!

    Et surtout, tenez-vous bien: une "charte des droits de l’arbre" va être adoptée d’ici la fin de l’année. Non vous ne rêvez pas!

    Il est vrai que lorsqu’on vient de se faire élire brillamment maire de l’une des plus grandes villes de France sous l’étiquette écologiste, il faut bien justifier son empreinte et ne pas décevoir son électorat… (je ne peux pas écarter non plus la possibilité, bien sûr, que Pierre Hurmic soit authentiquement convaincu par son idée et qu’elle lui tienne profondément à cœur).

    Le reste, je le laisse à votre appréciation. Mais était-ce si urgent d’annoncer solennellement cette décision au moment où d’autres questions qui pourraient sembler autrement plus urgentes se posent avec acuité?

    Source: