Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

toulousain

  • Les enfants de la paix et de l'amour des autres

    Hommages à Samuel Paty : 98 incidents dont 7 menaces constatés dans les établissements scolaires vendredi

     " Nous avons relevé 98 incidents" lors des hommages à Samuel Paty dans les établissements scolaires, à affirmé Jean-Michel Blanquer sur RTL ce samedi matin. Des incidents "très variables" a précisé le ministre de l’Education nationale : des insultes ou encore "7 cas de menaces, individuelles ou collectives, qui feront l’objet des sanctions les plus sévères (…). Nous allons convoquer les familles, et voir ce qu’il y a derrière ces propos". Malgré ces incidents "beaucoup moins nombreux que lors des attentats précédents", "cette commémoration s’est déroulée dans un grand calme, une sérénité et dignité", a-t-il tenu à rappeler. 

    Le ministre est également revenu sur la situation des enseignants face aux questions de laïcité : "Ils ne sont pas assez formés pour aborder ces sujets. Avant, la laïcité était quelque chose d’explicite et de partagé par tout le monde. On en a peut-être pas assez parlé. Il y a une pente à remonter, et je considère que nous sommes au début de cette pente".

    En fin de matinée, une plaque en hommage au professeur d’histoire-géographie sera inaugurée à l’entrée du ministère de l’Education nationale. Les parents de Samuel Paty seront présents.

    Le Figaro / RTL

  • Ne nous laissons pas faire!

    La dissolution de Génération Identitaire, une agression contre le peuple français

    Dès que nous avons appris la dissolution de Génération Identitaire, nous avons, entre autres réactions, sollicité Jérémie Piano, un des leaders du mouvement, pour recueillir ses premières réactions…

    Si tous ceux qui nous soutiennent manifestent avec nous…

    Riposte Laïque: Vous venez d’annoncer que le gouvernement a lancé la procédure de dissolution de votre mouvement. Quelles sont les échéances, et qu’allez-vous faire?

    Jérémie Piano: Sur les plans juridiques et politiques, nous avons quelques jours pour rendre nos " observations " au gouvernement et pour organiser un rassemblement contre la dissolution de Génération Identitaire. Ces observations ne changeront probablement rien à notre sort. En revanche, le rassemblement de ce samedi pourra faire pression sur le gouvernement, à condition d’être massif et populaire. Pour cela, nous avons besoin de la participation des grandes personnalités politiques de la droite, capables de mobiliser des milliers de Français derrière elles. Marine le Pen, Marion Maréchal, Éric Zemmour et bien d’autres nous soutiennent déjà de manière officielle contre cette dissolution! S’ils joignent l’acte à la parole et marchent à nos côtés lors de ce rassemblement, le Gouvernement se verra alors obligé de revenir sur sa décision.

    Cette dissolution est une atteinte grave au peuple français, qui ne supporte plus l’immigration

    Riposte Laïque: Je présume, qu’à défaut d’être surpris, vous êtes scandalisé, par une telle décision qui ne repose sur rien, au niveau juridique?

    Jérémie Piano: Cette décision est d’abord une grave atteinte à la liberté d’expression, à la liberté d’association et à la démocratie. C’est ensuite une grave atteinte au peuple Français, qui ne supporte plus l’immigration et qui compte notamment sur Génération Identitaire pour le défendre face à la politique multi-culturaliste du gouvernement. Nous ne sommes pas surpris car, terrorisé par nos récents succès et notre popularité grandissante, le gouvernement ne pense plus qu’à une chose depuis des semaines: se débarrasser de Génération Identitaire et, par ce biais, tenter de faire taire les Français contestataires. Cette dissolution est aussi un coup politique destiné à calmer les pressions de la gauche, très critique envers le gouvernement depuis les mesurettes prises à l’encontre des islamistes dans la loi sur le séparatisme. Elle ne repose donc sur rien de juridique, et nos avocats – Gilles-William Goldnadel en tête – feront tout pour annuler cette injuste décision politique dans les mois à venir.

    Ils ne pourront en revanche jamais dissoudre le sens du devoir de nos militants

    Riposte Laïque: Cela signifie-t-il que, si la dissolution était confirmée, vous ne pourriez plus militer?

    Jérémie Piano: Nous ne pourrons alors plus militer collectivement, car une " reconstitution de ligue dissoute " pourrait aller jusqu’à envoyer certains d’entre nous en prison. La question du militantisme devra donc être répondue par chacun de façon individuelle: où suis-je le plus utile à mon pays et à ma cause? Pour ma part, je passerai probablement de l’activisme à une autre forme de militantisme politique, mais je serai toujours là demain, au grand dam du gouvernement. S’ils peuvent dissoudre une structure, ils ne pourront en revanche jamais dissoudre le sens du devoir de nos militants ni leur volonté d’agir pour la France et pour l’Europe.

    La place d’un patriote est d’être à nos côtés, samedi à 14 heures, à Paris

    Riposte Laïque: Que proposez-vous aux patriotes qui souhaitent vous aider?

    Jérémie Piano: La place d’un patriote, d’un identitaire, d’un Français qui a à cœur de se battre pour son identité et pour sa liberté se trouve au rassemblement de ce samedi à 14 h. Je compte sur chacun d’entre vos lecteurs capables de se rendre à cette manifestation de se joindre à nous pour défendre un mouvement qui depuis des années, est en première ligne pour défendre notre pays face à l’immigration-invasion, l’islamisation, le racisme anti-blanc, l’insécurité, notre remplacement. Parlez de cet événement autour de vous, mobilisez-vous, ne laissez pas la dictature s’installer!

    Riposte Laïque: Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Jérémie?

    Jérémie Piano: Le lieu exact du rassemblement sera communiqué dans quelques jours, lorsque nous nous serons entendus à ce sujet avec la Préfecture. Restez alertes!

    Propos recueillis par Pierre Cassen

    A cause des violents blacks-blocs, les médias diffuseront leurs fake-news de la violence causée par GI avec délectation…

    Il est fort à craindre que, lors de la manifestation pour la non-dissolution de Génération Identitaire, des blacks-blocs viennent semer le trouble et faire passer "Génération Identitaire" pour des violents, alors que ceux-ci ont toujours agi d’une façon “pacifique”.

    Eric Zemmour a dit -à juste titre- qu'il faut, à tant que faire, dissoudre les associations d'anciens combattants car ces gens ont protégé nos frontières!

  • Un mystérieux monolithe en métal découvert sur la colline de Pech-David

    INFO ACTU TOULOUSE. Après de nombreuses découvertes partout dans le monde, un étrange monolithe en métal a fait son apparition à Toulouse, mercredi 9 décembre 2020. Explications.

    Après les Etats-Unis, la Roumanie, les Pays-Bas et plusieurs endroits en France, c’est au tour de Toulouse. Un mystérieux monolithe en métal a fait son apparition, mercredi 9 décembre 2020, sur la colline de Pech-David.

    Des riverains ont alerté la rédaction d’Actu Toulouse vers 17 heures de cette étrange installation apparue au niveau de la base de loisirs de Pech-David. Le monolithe est magnifiquement exposé, laissant apparaître la ville de Toulouse en contrebas.

    Une inscription gravée sur le métal

    S’agit-il d’un canular? L’œuvre d’un artiste adepte de land art? Ou faut-il chercher une autre explication?

    Seul indice, une inscription gravée sur le métal et qui ravira sans aucun doute les amateurs d’énigme:  12 – 13 / 06 43°34’22.7″N 1°22’46.3″E.

    Des découvertes similaires partout dans le monde

    Ces derniers jours plusieurs monolithes sont apparus un peu partout dans le monde et interrogent. Le 18 novembre 2020, un monolithe constitué de cinq prismes droits à base triangulaire a été découvert dans le désert de l’Utah (USA). Le 1er décembre, une œuvre du même type s’est dévoilée aux habitants de la petite ville de Piatra-Neamt en Roumanie.

    Depuis, d’autres monolithes ont été repérés aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en France, dans les Deux-Sèvres le 5 décembre puis au Havre ce mercredi 9 décembre 2020.

    Dans plusieurs cas, le mystère a été élucidé comme à Exireuil dans les Deux-Sèvres où il s’agissait de l’œuvre d’un chaudronnier…

     

  • Entre patriotes

    Création du premier site d’annonces en ligne "entre patriotes"

    " Tous ces échanges de notre vie courante, et si nous les faisions prioritairement avec des personnes partageant nos valeurs ? " Le Rucher Patriote: c’est sous ce nom qu’une jeune équipe s’attèle à la création du premier site internet d’annonces " entre patriotes, par des patriotes, pour des patriotes ". Entretien avec son initiateur, Thomas Whyte.

    Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs?

    Thomas Whyte (Le Rucher Patriote): Avocat pendant une décennie, je travaille depuis 2018 à des projets entrepreneuriaux dans les domaines informatiques et patriotes. Un retour à un engagement de jeunesse, puisque entre mes 15 et 25 ans j’ai beaucoup milité au service de convictions patriotes, principalement dans le secteur associatif. Une fois mon activité professionnelle engagée, j’ai "levé le pied", mais au fil des ans il me taraudait de plus en plus d’y revenir, c’est-à-dire de consacrer à nouveau une part significative de mon temps et de mon énergie à la cause de notre peuple ; ce que je m’efforce de faire à présent, notamment à travers le Rucher Patriote.

    Vous lancez un site d’annonces intitulé Le Rucher Patriote, pouvez-vous nous présenter le concept?

    Thomas Whyte: "Je cherche un plombier… une garde d’enfants… un locataire… une location… la bonne recrue pour mon entreprise… un stage de fin d’études… un meuble… j’ai des vêtements à donner… ".

    Tous ces échanges de notre vie courante, et si nous les faisions prioritairement avec des personnes partageant nos valeurs? Ces valeurs communes héritées de 1.500 ans d’histoire de notre pays, et de plus de 3.000 ans d’histoire de notre grande civilisation, aux profondes racines gréco-romaines, chrétiennes, mais aussi celtiques, germaniques et nordiques.

    Voilà le concept. Échanger avec des personnes animées du même amour sincère de nos terres, de notre pays, de notre histoire, de notre peuple, de notre culture, de notre civilisation. En un mot, avec des patriotes. Aujourd’hui, beaucoup de patriotes se sentent isolés, à cause d’une propagande mondialiste hégémonique.

    Mais nous sommes nombreux! Nous serions étonnés de découvrir combien de personnes très proches géographiquement partagent nos valeurs. Encore faut-il se trouver: voilà l’utilité première du Rucher Patriote […]

  • Envoyé par une amie qui pense comme moi,

     et des millions d'autres!

    “Qui ne s’est pas posé la question en regardant les images à la télé, samedi, et en lisant les journaux le lendemain : un million de personnes sur les Champs-Élysées et pas une seule vitrine brisée, pas une seule bagnole ou une poubelle brûlée, même pas un flic caillassé? Comment est-ce possible? Tous les ans pour la nuit de la St-Sylvestre, ou à chaque manif plus ou moins autorisée entre Bastille et République, on y a droit. Alors pourquoi pas cette fois-ci?

    Les médias ont rivalisé en superlatifs pour rendre compte de la mobilisation populaire lors des obsèques de l’idole des jeunes. Un million de personnes. Des Champs-Élysées à la rue Royale. Les caméras filment. Les images défilent. Et le constat s’impose. Brutal. Incroyable. Invraisemblable. La France de Johnny, celle qui suscite soudainement l’admiration des journalistes et de la classe politique, est celle qu’ils abhorrent habituellement.

    Ce 9 décembre 2017, Paris a rendez-vous avec la France des années 1960 et 1970. La France d’avant. La France moisie. La France du passé. La France repliée sur elle-même. Frileuse. Égoïste. La France des beaufs et des Dupont Lajoie. Celle de la Renault 12 et de la R 8 Gordini. Celle du paquet de Gauloises bleu et du vin qui rend heureux. La France qui s’est figée. La France qui doit disparaître. Le spectacle est saisissant. Pas de voiles. Pas de diversité. Pas de bandes qui cassent et qui pillent.

    Il n’y a que la France de l’entre-soi. Celle du vivre ensemble est restée à la porte. Quoi, ma gueule, qu’est-ce qu’elle a, ma gueule? Les micros se tendent. Et les témoignages se succèdent. René. Marc. Laurence. Jean-Paul. Lucienne. Éric. Chacun raconte son anecdote. Souvent tendre. Parfois naïve. Toujours rafraîchissante. Mais le constat reste le même. Aux abonnés absents les prénoms venus d’ailleurs… La jeunesse issue des quartiers, qui doit revivifier un pays à bout de souffle, ne vibre pas aux charmes de “Gabrielle".

    Intéressant, non, comme constat? Un million de "faces de craie" dans la rue et pas un problème. Les autres, les "chances pour la France", dès qu'il y en a une vingtaine sur un trottoir, c'est le bordel ! Comme quoi il y a deux civilisations inconciliables".

     

    toulouse,toulousain,actualité,société,politique,france,occitanie

  • Moi, une yéyé

     

    La source du yé-yé: Lire Edgar Morin pour mieux comprendre le phénomène Hallyday

    Il y aura donc un "hommage national". Déjà, sur les ondes, on fait le parallèle entre ce que furent les obsèques, grandioses, de Victor Hugo (1er juin 1885) et celles, à venir, de Johnny Hallyday. Le Palais de l’Elysée décidera. On évoque un parcours sur les Champs Elysées. Au lendemain du décès la presse est toujours à l’unisson, qui prolonge et entretient l’émotion.

    Reste et restera à comprendre les raisons et l’ampleur d’un tel phénomène suscité par la mort d’un chanteur. Comment, à l’étranger, observe-t-on une telle ferveur, unanime et nationale? Dans quel terreau cet inconscient collectif prend-il racine? Le Monde peut fort heureusement nous aider.

    Après avoir puisé dans ses archives en quête des premiers papiers parlant de Johnny Hallyday le quotidien né en 1944 poursuit son travail de mémoire en offrant à relire une série de deux tribunes remarquables: deux textes signés du sociologue Edgar Morin. Nous sommes alors en juillet 1963 et le sociologue baptise alors, dans ces colonnes, la jeune génération de génération " yé-yé ".  C’était au lendemain de la grand-messe organisée le 22 juin 1963 par Daniel Filipacci à la Nation pour fêter l’anniversaire du magazine Salut les copains". Dans deux tribunes, le sociologue donnait un sens à cette " nouvelle classe d’âge ", attirée par " un message d’extase sans religion, sans idéologie " véhiculé notamment par un ‘’très viril’’ Johnny " explique aujourd’hui Le Monde.

    Le premier texte est intitulé " Une nouvelle classe d’âge ".

    Edgar Morin y analyse notamment le cadre socio-économique dans lequel émerge et se développe alors un phénomène dont il pressent la nouveauté et l’importance. Extraits :

    " La vague de rock’n roll qui, avec les disques d’Elvis Presley, arriva en France ne suscita pas immédiatement un rock français. Il n’y eut qu’une tentative parodique, effectuée par Henri Salvador, du type Va te faire cuire un œuf, Mac. La vague sembla totalement refluer: mais en profondeur elle avait pénétré dans les faubourgs et les banlieues, régnant dans les juke-boxes des cafés fréquentés par les jeunes. Des petits ensembles sauvages de guitares électriques se formèrent. Ils émergèrent à la surface du golf Drouot, où la compétition sélectionna quelques formations. Celles-ci, comme Les Chats sauvages, Les Chaussettes noires, furent happées par les maisons de disques. Johnny Halliday (sic) monta au zénith. Il fut nommé " l’idole des jeunes ".

    " Car ce public rock, comme aux États-Unis quelques années plus tôt, était constitué par les garçons et filles de douze à vingt ans. L’industrie du disque, des appareils radio, comprit aux premiers succès que s’ouvrait à la consommation en France un public de sept millions de jeunes: les jeunes effectivement, poussés par le rock à la citoyenneté économique, s’équipèrent en tourne-disques, en radio, transistors, se fournirent régulièrement et massivement en 45 tours".

    " Le succès de Salut les copains ! est immense chez les décagénaires (comment traduire teenagers?). Les communications de masse s’emparent des idoles-copains. Elles triomphent à la T.V. (…)  Le music-hall exsangue renaît sous l’affluence des copains: les tournées se multiplient en province, sillonnées par les deux groupes leaders, le groupe Johnny-Sylvie et le groupe Richard-Françoise. Paris-Match consacre chez les " croulants " le triomphe des copains puisqu’il accorde aux amours supposées de Johnny et Sylvie la place d’honneur réservée aux Soraya et Margaret".

    " De quoi s’agit-il? " demande Edgar Morin. Il répond : de la promotion de nouveaux artistes de la chanson: de  l’irruption puis de la diffusion du rock et du twist français: d’un épisode important dans le développement du marché du transistor et du 45 tours: d’un épisode important dans l’extension du marché de consommation à un secteur jusqu’alors hors de circuit, celui des décagénaires". Ce phénomène, qui s’inscrit dans un développement économique, ne peut être dilué dans ce développement même, poursuit-il. La promotion économique des décagénaires s’inscrit elle-même dans la formation d’une nouvelle classe d’âge, que l’on peut appeler à son gré (les mots ne se recouvrent pas, mais la réalité est trop fluide pour pouvoir être saisie dans un concept précis) : le teen-âge, ou l’adolescence. J’opte pour ce dernier terme".

    "À la précocité sociologique et psychologique s’associe une précocité amoureuse et sexuelle (accentuée par l’intensification des " stimuli " érotiques apportés par la culture de masse et l’affaiblissement continu des interdits) Ainsi le teen-age n’est pas la gaminerie constituée en classe d’âge, c’est la gaminerie se muant en adolescence précoce. Et cette adolescence est en mesure de consommer non seulement du rythme pur, mais de l’amour, valeur marchande numéro 1 et valeur suprême de l’individualisme moderne, comme elle est en mesure de consommer l’acte amoureux".

    Le titre du deuxième texte fera date: " Le yé-yé "

    " (…) Il y a une frénésie à vide, que déclenche le chant rythmé, le " yé-yé " du twist. Mais regardons de plus près. En fait, à travers le rythme, cette musique scandée, syncopée, ces cris de yé-yé, il y a une participation à quelque chose d’élémentaire, de biologique. Cela n’est-il pas l’expression, un peu plus forte seulement chez les adolescents, du retour de toute une civilisation vers un rapport plus primitif, plus essentiel avec la vie, afin de compenser l’accroissement continu du secteur abstrait et artificiel?

    "D’autre part les séances twisteuses, les rassemblements twistés sont des cérémonies de communion où le twist apparaît comme le médium de l’inter-communication: le rite qui permet aux jeunes d’exalter et adorer leur propre jeunesse. Une des significations du yé-yé est " nous sommes jeunes".

    " Par ailleurs, si l’on considère le texte des chansons, on y retrouvera les thèmes essentiels de la culture de masse. Ainsi le "yé-yé " s’accouple avec l’amour: "Avec toi je suis bien, Oh yé-yé" chante Petula Clark et Dany Logan: " Oh ! oui chéries on vous aime malgré tout, Oh ! yé-yé Oh ! Oh ! yé-yé " (Vous les filles).

    "Le yé-yé immerge dans les contenus de la culture de masse pour adultes, certes, mais nous ne devons pas dissoudre son caractère propre. Celui-ci nous introduit dans un jeu pur, dans une structure de vie qui se justifie essentiellement dans le sentiment du jeu et dans le plaisir du spectacle. Cette structure peut être dite nihiliste dans le sens où la valeur suprême est dans le jeu lui-même. (…)"

    Au final Edgar Morin suggère un ouvrage aux lecteurs du Monde : celui de  Georges Lapassade: " L’entrée dans la vie" (Coll. Arguments: Éditions de Minuit, 1963).

    https://jeanyvesnau.com/2017/12/07/a-la-source-du-ye-ye-lire-edgar-morin-pour-comprendre-le-phenomene-hallyday/