Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Savoir - Page 2

  • Retour vers le Moyen-âge...

    La video de l’agression d’une jeune femme en jupe suscite l’indignation

    Une vidéo prétendument tournée à Roubaix le soir de la victoire de l’équipe algérienne suscite l’indignation sur Twitter.

    Selon Waleed Al-husseini, ils criaient Kha’ba (pute en arabe)

        Une fille porte une jupe un soir de victoire de l'équipe d’Algérie à Roubaix

        Entourés autour d'elle,ils criaient (Kah’ba) pute.Ces pratiques sont fréquentes en France entière et on ose parler du vivre ensemble?

        Jusqu'à quand ces pratiques seront permises et les coupables impunis? pic.twitter.com/3eM7ue3Rae

         — Waleed Al-husseini (@W_Alhusseini) 10 juillet 2019

    D’autres entendent da3wa, un rappel des mœurs islamiques

        Ils lui font comprendre qu'elle n'est pas la bienvenue au milieu de leur événement car elle ne suit pas la même éthique qu'eux.

        En criant tous Da3wa, elle est obligé de fuire car elle risque de se confronter à des problèmes avec eux.

        — Obscurantophobe, Smaïn (@roudene01) 10 juillet 2019

         Roubaix: une jeune femme en jupe agressée par des islamistes

        Ils crient "da3wa" pour lui rappeler qu’elle doit à se soumettre à la charia et porter le voile et des vêtements couvrants

        Quand est-ce que vous allez faire cesser cette police des mœurs ?@MarleneSchiappa @CCastaner pic.twitter.com/zUtRjctedv

        — Alex (@AlexLeroy90) 10 juillet 2019

    Une pomme pourrie dans un panier pourrit les autres…

     

     

  • BOYCOTTEZ CARREFOUR!

    Étampes: elle fait ses courses en brassière de sport, l’une des employées lui demande de se couvrir

    Amandine terminait ses achats au Carrefour d’Étampes quand elle a été interpellée par l’une des salariées au sujet de sa tenue vestimentaire, jugée inappropriée.

    À Étampes, le 6 juillet 2019. Des clientes ont proposé à Amandine de la prendre en photo à la sortie du magasin pour montrer que sa tenue vestimentaire n’était pas "indécente".

    Par Pauline Darvey

    Un legging et une brassière de sport bleu ciel. Samedi, en début d'après-midi, Amandine terminait tranquillement ses courses au Carrefour d'Étampes dans cette tenue, quand l'une des employées est venue l'aborder dans un rayon. "Elle m'a dit: La prochaine fois, songez à ne plus venir habiller comme ça", raconte cette coach sportive, installée dans la ville depuis une dizaine d'années. Amandine croit d'abord à une plaisanterie. Interloquée, elle demande plus de précisions à son interlocutrice qui persiste. "Là vous êtes habillée trop court, lui aurait signifié la salariée. Il faut mettre quelque chose de plus long par-dessus. Vous avez dû passer entre les mailles du filet à l'entrée. Mais la prochaine fois que vous venez, veillez à mettre une tenue autre que celle-ci“.

    "Je lui ai répondu que ça ne risquait pas d'arriver, reprend la trentenaire. Car je ne mettrai plus les pieds dans ce magasin, alors que je suis cliente depuis super longtemps. "Car Amandine est une habituée des lieux. "Il y a 5 ou 6 ans, avec le précédent directeur, j'y ai même organisé un flash-mob et d'autres prestations de fitness", témoigne la cliente, qui assure être venue à de très nombreuses reprises faire ses courses en tenue de sport. "C'est mon métier, insiste-t-elle. Là, je sortais d'un cours. Ça veut dire quoi? Que ma tenue de travail est indécente. Je me suis sentie humiliée“.

    "Abasourdie", Amandine erre quelques minutes dans les rayons avec son chariot "bien rempli". "Je faisais mes courses pour un repas d'anniversaire que j'organisais le lendemain pour fêter mes 39 ans", précise-t-elle. La prof de fitness finit par se présenter à la caisse du magasin. "Je me suis dit que j'allais quand même demander aux gens qui m'entouraient ce qu'ils pensaient de ma tenue", reprend-elle.

    Les clients présents la rassurent tous. "Tout le monde m'a dit : Elle est belle votre tenue, Il n'y a rien de choquant, assure-t-elle. Même le caissier m'a soutenue“. "Quand elle m'a raconté ce qui s'était passé, j'ai trouvé ça choquant et inapproprié, témoigne-t-il. Cette dame était habillée tout à fait correctement. "Quand Amandine lui demande si elle peut rencontrer la directrice du magasin, le caissier se renseigne auprès de ses responsables et lui conseille d'aller directement au poste de sécurité.

    En s'y rendant, la coach découvre que l'une des responsables de ce service n'est autre… que l'employée qui lui a fait des remarques. "C'est là qu'elle m'a dit qu'un client était venu la voir pour lui dire que je portais une tenue incorrecte, rapporte-t-elle. Un autre salarié a pris ma défense. Mais elle est restée campée sur ses positions! "Furieuse, Amandine quitte l'hypermarché en lui lançant un "Vous entendrez parler de moi!"

    Des commentaires racistes

    "À la sortie, des clientes m'ont proposé de me prendre en photo devant le magasin", poursuit-elle. Quelques minutes plus tard, elle publie le cliché sur Facebook accompagné d'un petit texte qui explique sa péripétie.

    Plus de 8 000 partages plus tard, Amandine a réussi à "faire parler d'elle". Son seul regret: les nombreuses remarques racistes qui se sont glissées parmi les quelque 3 500 commentaires suscités par son post. "Je ne cautionne pas ces propos anti-musulmans ou juifs", tranche-t-elle. Il faut dire qu'Amandine était loin de se douter que sa publication serait autant relayée et commentée. "J'ai fait ça pour que ça ne se reproduise plus, souligne-t-elle. Les femmes doivent pouvoir avoir la liberté de s'habiller comme elles le souhaitent, tant que ça reste correct“.

    Une position également partagée par son compagnon. "Un homme qui se balade en débardeur ça ne pose pas de problème, mais une femme qui fait du sport en débardeur, ça ne passe pas, peste ce directeur d'un magasin de décoration. Cela veut dire que Carrefour soutient l'idée que les femmes n'ont pas le droit de s'habiller légèrement. "Du côté de l'enseigne, on assure que la directrice du magasin a d'ores et déjà tenté de joindre la cliente pour lui présenter ses excuses. "Et elle a également re-sensibilisé tous ses collaborateurs pour que cela ne se reproduise pas", affirme l'une des porte-parole du siège.

    BOYCOTTEZ CARREFOUR!

     

  • Si cela était le cas….

    Il n'y aurait aucune des ces harpies encore en train de nous faire ch…..

    Tourcoing (59) : une association "féministe" compare l’interdiction du burkini à l’Holocauste

    Zakia Meziani, présidente de l’association féministe et antiraciste Identité plurielle et ancienne candidate EELV aux élections cantonales en 2015, s’insurge contre l’interdiction du burkini (maillot de bain intégral) dans les piscines municipales. Alors que des associations ont tenté des coups de force pour l’imposer à Villeurbanne ou Grenoble, Zakia Meziani a réagi sur sa page Facebook à un sondage du Figaro interrogeant ses lecteurs sur le point de savoir si une loi était nécessaire sur le sujet. […]

     La Voix du Nord

     Ben dis donc, les écervelé-es qui ont voté pour EELV aux régionales étaient au courant de cela?

     

  • Celles qui se prennent pour Isadora Duncan….

    sans en avoir le très grand désir de liberté et l'échappée de toutes les conventions sociales

     

    Montréal: Une jeune femme étranglée par son voile dans un karting

    Une jeune femme de 18 ans reposait toujours à l’hôpital dans un état grave, hier soir, après avoir été étranglée par son hidjab qui s’est coincé dans la roue d’un go-kart qu’elle pilotait sur un circuit récréatif, à Montréal

    "Quand on a coupé le hidjab, elle s’est remise à respirer. C’était comme dans un film", a relaté au Journal Detroyt Pereira, un employé du Parc d’Amusement Anjou, rencontré hier soir sur son lieu de travail.

    L’accident est survenu peu avant minuit, mardi. La victime prenait part à une course amicale avec son frère et deux amis, qui ont été témoins de la scène d’horreur […]. Son état était toujours jugé sérieux hier en soirée, a précisé [la police].

    J'espère que ces crétins comprennent désormais le mal qu'ils font à cette pauvre fille (et à toutes les autres….

    Le propriétaire du Parc d’Amusement, Amedeo Ceccon, a confié hier être secoué par le drame […]. Il assure que ses employés ont averti "à plusieurs reprises" (parle à mon c…) la jeune femme des risques associés au port de ce foulard lors d’une course de kart. Refusant de le retirer, celle-ci aurait plutôt décidé de le coincer à l’intérieur de ses vêtements, une solution qui s’est malheureusement avérée inefficace. "C’est une auto qui roule assez vite, à 30, 40, 50 km/h, alors [le foulard] est parti au vent", a expliqué M. Ceccon.

    "On essaie de les avertir, mais souvent elles se fâchent contre nous. Elles ne veulent pas l’enlever. N’importe quelle chose qui pend, c’est dangereux. Les cheveux longs, on les attache", a-t-il ajouté. (cela s'appelle “la sélection naturelle“….).

    Par souci de sécurité, le propriétaire avoue envisager d’interdire aux femmes qui portent un foulard de parcourir le circuit, même s’il conçoit qu’il s’agit d’une "question assez délicate".

    Le Journal de Montréal

    On en verra d'autres:

    par exemple, le Canada est le pays qui a le plus de malades de la SEP au monde…. le fait de manquer de vitamine D, est un des facteurs déclenchant de la sclérose en plaques…

    le fait “d'embastiller“ ou "encapuchonner" les filles sous des oripeaux sans forme permettra l'éradication de cette obligation cultuelle avec tous ses corollaires. (moins de femme, moins de capital de viande, moins d'enfants, moins d'esclaves filles et femmes)

    Y'a qu'à attendre… sélection naturelle, je vous dis!