Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Savoir - Page 4

  • On nous cache tout, on nous dit rien....

    Envoyé par une ami qui parle très bien l'angliche (pas moi, et je vis très bien sans cela)

    “Ce qui est écrit ci dessous est correct quoique succin (voir article en bas, j'ai supprimé quelques phrases pour  raccourcir )

    Pour faire court : TRUMP et conseillers n'ont jamais été en collusion avec les russes, c'est tout à fait grotesque. Par contre, Obama, clinton, et le parti démocrate ont créé une fausse affaire russe, pour gêner Trump ( et ca fait un an que la plaisanterie continue, tous les jours à la TV etc..) et l'ont espionné, mis sous écoute ce qui est illégal.

    Le général Flyn choisi par Trump,  a été viré par ex, de manière absolument déloyale, par le FBI qui l'avait mis sur écoutes (espèce de fausse enquête à charge)

    Les députés qui ont lu récemment un mémo de la FISA , sont " révoltés "et veulent que cette affaire sorte( voir dessous )  ce qui ménera certains en prison, dont des gens du ministére de la justice. ( DoJ )

    dernière histoire" rigolote": un compte twitter "lacher le mémo" (release the memo) a été fait... vite rempli..  le public veut savoir..

    le compte: releasethememo: https://twitter.com/search?q=%23ReleaseTheMemo&src=tyah

    quelques démocrates ont écrit une lettre à Twitter, arguant que ceux qui ont "rempli" ce compte, sont des ROBOTS INFORMATIQUE RUSSES (toujours les russes, leur pouvoir de nuisance est fabuleux). Or, il a été prouvé que ce ne sont pas des "robots", mais de vraies personnes, des américains.. des députés etc.. dont on connait les comptes twitter. Du coup, les gens sont fâchés et disent "je suis vexé d'être pris pour un robot informatique russe, je suis un américain MOYEN et je veux savoir"

    https://www.zerohedge.com/news/2018-01-23/democrats-demand-twitter-facebook-crackdown-releasethememo-russian-bots-there-just

     il sera intéressant en tout cas de voir ce que nos médias racontent sur cette affaire.. Probablement pas grand chose.

    j'ai même entendu à la TV française un journaliste dire que le fils de Trump était un véritable imbécile, un crétin et que tout le monde le savait (????!!! )

    ici : des agents du FBI "parlent" d'une société " secrète" au sein du FBI et de la NSA pour "miner" Trump : Les enquêteurs du Congrès ont appris d'une nouvelle série de messages entre les enquêteurs du FBI anti-Trump qu'une « société secrète de gens» au sein du ministère de la Justice et du FBI pourrait s'être réunie dans les «lendemains immédiats» des élections de 2016 pour saper le président Trump. , selon le représentant John Ratcliffe (R-TX) qui a examiné les textes.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-01-22/fbi-agents-discussed-secret-society-within-doj-and-fbi-working-undermine-trump

    manque de bol, des milliers de messages  impliquant ces gens,  ont été "perdus" ( 5 mois de messages ) par la NSA, mais avaient été lus...( et vus ).. il parait que les téléphones samsung impliqués ne pouvaient "garder" les messages.. :-))

    https://www.zerohedge.com/news/2018-01-23/jaw-dropping-text-message-fbi-agent-suggests-no-trump-collusion-russia

    etc, etc..

    l'affaire du serveur privé d'Hillary (avec les mails qui sont partis dans la nature et que l'on retrouve dans des PC différents )et le rôle trouble du directeur du FBI lors de l'enquête

     

    l'affaire scandaleuse de la fondation Clinton (subventionnée par l'état américain alors qu'elle s'était illégalement déclarée "organisme de lutte contre le sida", entre autre, car il y a aussi les millions déversés par des pays étrangers: affaire "pay for play": payer pour "jouer".. c'est à dire donner des millions pour avoir une entrevue avec Bill ou Hillary)

    l'affaire Uranium One ( vente d'une mine d'uranium américaine à des russes, sous Obama clinton, au courant.. )

    En gros, il faudrait un livre.... on ne sait plus Où donner de la tète.... mais voila, nos médias ne parlent de RIEN..... Fantastique... no news.

    OBAMAGATE

    Un mémorandum des services de renseignement américains est aux mains d’une commission d’enquête du Congrès, et on y trouve par le détail, tout ce qui montre qu’il n’y a jamais eu de liens suspects entre l’entourage de Donald Trump et la Russie, mais surtout, ce qui est infiniment plus grave, que le faux dossier établi par l’ancien agent britannique Christopher Steele, et vendu à la campagne de Hillary Clinton et au parti Démocrate a été utilisé sciemment par l’administration Obama en fin de parcours pour mettre en place une surveillance de l’entourage de Donald Trump pendant les derniers mois de la campagne électorale de 2016, puis pendant la période qui a suivi l’élection de Donald Trump à la présidence.

    (c'est la rocambolesque affaire de " trump à moscou allant dans un hôtel, pour faire pisser une prostituée sur un lit dans lequel avait dormi Obama...   le style du dossier sentait le faux à plein nez)

    Des membres républicains du Congrès qui ont vu et lu le mémorandum en parlent abondamment, sans pouvoir révéler quoi que ce soit précis, car le mémorandum est classé secret défense.

    Ils veulent que le mémorandum soit publié et ne soit plus classé secret défense, car il ne contient aucun élément qui, mis au jour, mettrait en danger la sécurité du pays.

    Bien sûr, les démocrates font strictement tout pour s’opposer à sa publication.

    Il faudra encore un mois environ pour que la publication ait lieu, car il semble désormais qu’elle aura lieu.

    Lorsqu’elle aura lieu, tout sera clair ou presque, puisque le mémorandum inclut les noms des personnes coupables, les liens entre ces personnes, l’implication de chacune d’entre elles, les références renvoyant aux preuves.

    L’Obamagate qui se produira alors sera d’une force de déflagration infiniment supérieure à celle du Watergate.

    Les grands médias américains qui se taisent aujourd’hui, à l’exception de Fox News, ne pourront continuer à cacher et à travestir les faits. Les grands médias français ne pourront plus continuer à se taire.

    L’administration d’un Président en exercice, Barack Obama, a fait espionner un candidat à la présidence, puis un Président élu, sur la base de faux documents reposant sur des éléments de propagande venus des services russes, en sachant que les documents utilisés étaient des faux documents, et il semble établi que le Président en exercice concerné, Barack Obama, savait qu’il s’agissait de faux documents et que l’espionnage exercé contre le candidat à la présidence Donald Trump, puis le Président élu Donald Trump était illégal et frauduleux.

    Sont impliqués sans doute, au-delà de l’administration Obama, des juges, des dirigeants du FBI, dont, bien sûr, James Comey, des dirigeants de la CIA, dont John Brennan. L’enquête du Rottweiler Robert Mueller, d’ores et déjà en train de s’effondrer, va apparaître pour ce qu’elle est, une immense imposture, puisqu’elle repose elle-même sur les faux documents.

    (Mueller, si je me souviens bien est impliqué dans l'affaire " URANIUM One")

    Des gens très haut placés devraient se retrouver bientôt en prison.

    L’administration Obama apparaîtra au grand jour pour ce qu’elle a été, et que j’ai analysé dans plusieurs livres dont Le désastre Obama*, une association de crapules à l’esprit et aux pratiques totalitaires, et Obama ne devrait pas en sortir indemne. Les dirigeants du parti démocrate et Hillary Clinton devraient ne pas en sortir indemnes non plus.

    Entendre encore évoquer “l’affaire russe” qui est censée coller aux basques de Donald Trump est insupportable. S’il y a une affaire russe, c’est celle qui implique l’administration Obama finissante, les démocrates, le clan Clinton et les grands médias américains.

    Entendre Obama encore porté aux nues par des chroniqueurs sans scrupules est répugnant lorsqu’on sait qui a été, et qui est encore Obama.

    Entendre Donald Trump traité de menteur par des gens qui mentent dès qu’ils ouvrent la bouche ne peut que mettre en colère.

    Ce qui est en jeu est la démocratie, les institutions américaines, mais aussi la sécurité du monde.

    Des comportements comme ceux de l’administration Obama finissante, des démocrates, du clan Clinton, des grands médias américains, sont dignes de ceux de la nomenklatura d’un pays totalitaire et ne doivent pas avoir leur place aux Etats-Unis d’Amérique.

     

  • Guide pour avoir de l'eau potable durant une inondation

    Fiche technique - Guide pour avoir de l'eau potable durant une inondation

    Ceci est un guide des techniques que chacun peut utiliser pendant une inondation pour se procurer de l'eau potable. Il explique pourquoi il est si important d'avoir de l'eau potable pendant une inondation ainsi que la différence entre une eau propre ou une eau qui semble propre et une eau potable qui peut être bue. Il explique comment traiter l'eau pendant une inondation pour la rendre potable en utilisant des techniques que chacun doit être capable de comprendre et d'utiliser.

     

    Si vous vous trouvez dans un pays développé, lors d'inondations, merci d'imprimer ce document et de le diffuser autour de vous , essayez de contacter un quotidien local pour le lui faire publier et demandez à vos connaissances de consulter l'internet et de le diffuser également. Fréquemment pendant une inondation , les services d'urgence et de santé sont surchargés et ne peuvent pas aider tout le monde. Souvent , il y a plus de victimes dues a des problèmes d'eau potable ou d'hygiène après l'inondation que pendant. Ce document vous permettra, ainsi qu'aux personnes à qui vous l'aurez communiqué d'éviter la contamination par l'eau polluée en vous expliquant ce que vous devez faire pour vous aider à rester en bonne santé.

     

    Il y a 3 choses à comprendre concernant l'eau pendant une inondation :

      1 - Les types d'eau rencontrés pendant l'inondation.

      2 - Comment minimiser les risques pour vous et votre famille de maladies dues à une eau impure pendant l'inondation.

      3 - Comment traiter l'eau pour la rendre potable pendant l'inondation.

     

    1 - Pendant l'inondation, on peut considérer 3 sortes d'eau :

        L'eau sale

        L'eau propre

        L'eau potable

    L'eau sale est une eau qui n'est pas claire, elle est généralement contaminée.

    L'eau propre est une eau claire. Si vous regardez à travers une bouteille pleine de cette eau et que vous pouvez voir le fond de la bouteille, c'est que cette eau est claire. Cependant une eau claire n'est pas toujours potable. Elle peut contenir des micro-organismes ou des microbes non visibles a l'oeil nu. Une eau claire peut être une eau contaminée.

    L'eau potable est une eau qui peut, sans danger, être bue par les humains. Elle ne contient ni micro-organismes, ni produits chimiques dangereux pour la santé. Elle est généralement claire et non contaminée.

     

     

    Qualités d'eau

    Eau propre

    Eau potable

    Description

    Si vous pouvez voir le fond de la bouteille à travers celle-ci pleine d'eau, l'eau est claire. Attention cette eau claire n'est pas forcement potable. Elle peut contenir des micro-organismes que vous ne verrez pas à l'œil nu, elle peut être contaminée.

    Une eau qui peut être bue par l'homme sans danger, elle ne contient ni micro-organismes pathogènes, ni produit chimique toxique.

    Pour quel usage ?

       La toilette
       La lessive

       La boisson
       Le lavage des mains
       La cuisine

    D'où provient elle ?

       De l'eau qui n'a pas été salie
       De l'eau potable qui a été contaminée

       De l'eau de pluie pure
       De l'eau qui a été bouillie
       De l'eau traitée par le soleil (en dernier recours)

     

     

    2 - Comment réduire les risques de maladie et de décès pendant une inondation ?

     

    Pendant une inondation, lorsque le système de distribution d'eau potable ne fonctionne pas ou que les équipements sont noyés ou hors service, vous devez être très vigilants concernant la qualité de l'eau que vous utilisez. Si de l'eau contaminée est absorbée par votre corps, vous pourrez être sujet a des diarrhées ou d'autres maladies. Celles-ci peuvent aller jusqu'a entraîner la mort.

     

    Lors de nombreuses inondations dans le monde entier, souvent, plus de décès sont constatés après l'inondation que pendant celle-ci. Beaucoup de ces décès sont dus aux maladies et troubles liés à l'interruption dans l'approvisionnement en eau potable. Il est très important que vous soyez très attentifs à la qualité de l'eau que vous utilisez, que vous et votre nourriture restiez propres pendant une inondation. Si vous consommez une eau contaminée, vous pourrez en mourir.

     

    L'eau de l'inondation est généralement extrêmement contaminée. L'inondation a entraîné avec elle toute la saleté des rues, tous les excréments des toilettes ouvertes, ainsi que toutes les ordures. Les gens vont également uriner ou déféquer dans cette eau s'il n'y a pas d'autre endroit où le faire. Même si elle semble claire, l'eau de l'inondation est extrêmement dangereuse ! Souvenez-vous, une eau claire n'est pas toujours potable.

     

    Ce document vous explique à quoi vous devez utiliser les différentes qualités d'eau et comment traiter l'eau de façon à réduire les risques de maladies liées à la consommation d'eau non potable. Il y a plusieurs façons de se contaminer avec une eau ou des aliments impropres à la consommation : boire de l'eau non potable, ne pas laver les aliments ou les laver avec de l'eau non potable, par les mains sales qu'un bébé ou un adulte peuvent porter à leur bouche.

     

    Si vous respectez ces quelques règles, vous limiterez les risques de maladies :

        Ne Jamais boire une eau dont vous n'êtes pas sûrs.

        Se laver les mains avec une eau potable avant de manger, de préparer la nourriture ou de toucher quelque chose qui va a aller dans votre bouche. S'assurer que les enfants respectent ces règles.

        Laver et préparer la nourriture avec de l'eau potable.

        Lors d'une inondation, il serait préférable de ne jamais utiliser d'eau sale, vous ne devriez utiliser de l'eau claire que pour les usages suivants : la toilette et le lavage des vêtements et des biens. Vous devez utiliser de l'eau potable pour la boisson, la préparation des aliments et le lavage des mains. Rappelez vous que, sauf si vous êtes sûrs de la qualité de l'eau que vous utilisez, celle-ci peut être claire mais contaminée et de ce fait être dangereuse. Si vous n'êtes pas absolument certains de la qualité d'une eau, ne la buvez pas. Traitez-la pour la rendre potable avant de la boire.

        S'il continue à pleuvoir, essayez de récupérer le maximum d'eau de pluie possible. Soyez sûrs avant que les récipients et bidons utilisés soient propres. Essayez de canaliser l'eau du toit de votre habitation pour remplir les récipients, ce sera plus rapide que de laisser le récipient en plein air. Quand les récipients sont pleins, les fermer et les rentrer à l'intérieur de l'habitation. S'ils n'ont pas de bouchon ou de couvercle, fermez-les avec un sac en plastique propre solidement attaché avec une ficelle. Vous devez couvrir vos réserves d'eau de façon à ce qu'aucun objet ne puisse tomber accidentellement dans celle-ci et la polluer, que les moustiques, les mouches ou d'autres animaux ne puissent pas la contaminer. Cette eau est potable, vous devez essayer de la garder le plus longtemps possible. Lorsque vous en prenez dans vos réserves, vérifiez avant que les instruments que vous employez soient propres et ne risquent pas de contaminer votre réserve. Ne jamais mettre vos mains dans l'eau propre. L'eau se contamine très facilement, il est donc indispensable d'être très vigilant avec votre réserve d'eau potable.

        Si vous ne pouvez pas récolter d'eau de pluie, faites bouillir l'eau que vous utiliserez pour boire, lavez les fruits et les légumes que vous mangez crus et lavez vos mains avant de manger ou de cuisiner. Lorsque vous faites bouillir de l'eau, assurez-vous que celle-ci bouille à gros bouillons pendant au moins 5 minutes avant de la retirer du feu. S'assurer, avant de faire bouillir l'eau que celle-ci soit claire. Pour rendre claire une eau sale, reportez-vous aux instructions ci dessous.

        Si vous ne pouvez pas faire bouillir la totalité de votre réserve d'eau, soit que vous n'ayez pas assez de charbon, de bois, de gaz ou d'électricité, faites au moins bouillir l'eau de boisson. Vous devriez faire bouillir l'eau nécessaire au lavage des mains, au lavage des fruits et légumes ou à la préparation des aliments juste avant son usage.

     

    3 - Comment traiter l'eau pour la rendre aussi potable que possible ?

    Si vous ne pouvez pas faire bouillir votre eau, vous devez utiliser le traitement de l'eau de boisson par le soleil. Rappelez-vous que la meilleure méthode consiste à faire bouillir l'eau et que le traitement solaire ne doit être utilisé qu'en cas d'urgence si il n'est pas possible de faire autrement.

    Ci-dessous les méthodes de traitement solaire sont expliquées.

    Comment traiter l'eau grâce au soleil  (désinfection solaire de l'eau) ?

    C'est une méthode simple qui doit être utilisée si l'on ne peut pas faire bouillir l'eau.

    Pour traiter l'eau, vous avez besoin, soit d'une bouteille en verre transparente, soit d'une bouteille en plastique transparente et d'eau claire. La bouteille peut être de n'importe quelle taille, il suffit qu'elle soit transparente. Si l'eau est sale, vous trouverez plus loin, les explications qui permettent de la rendre claire. Commencez par nettoyer la bouteille et son bouchon à l'aide d'un petit peu d'eau potable.       

    1: Tôt le matin, remplissez la bouteille à moitié et la fermer avec son bouchon.     

    2: Agitez vigoureusement la bouteille pendant 30 secondes. L'eau doit être brassée de façon à se remplir d'oxygène, ceci aide les ultraviolets du soleil à tuer les micro-organismes présents dans l'eau.    

    3: Finissez de remplir la bouteille avec de l'eau claire.

    4: Couchez la bouteille sur un toit ou à un endroit où elle pourra chauffer. Faire très attention à ce qu'elle ne soit pas à l'ombre mais réellement en plein soleil toute la journée. S'il y a des nuages, s'assurer que la bouteille soit à l'endroit qui serait en plein soleil s'il n'y avait pas de nuages. S'il pleut, récoltez l'eau de pluie 

    5: Laissez la bouteille au soleil jusqu'à tard dans l'après-midi, au moins 5 heures en plein soleil, 2 jours si le ciel est nuageux.

    6: A la fin de la journée, s'il a fait soleil continuellement, le soleil aura tué la plupart des microbes présents dans l'eau. Vous pourrez boire cette eau et l'utiliser comme eau potable. Si vous transvasez cette eau dans un autre récipient pour récupérer la bouteille afin de préparer d'autre eau potable le lendemain, lavez ce récipient avec un peu de l'eau potable afin d'être sûr de sa propreté et de ne pas contaminer votre eau potable.  

    7: Attention à avoir assez de bouteilles pour traiter l'eau de toute la famille. Si vous ne pouvez pas faire bouillir votre eau, le traitement par le soleil est la méthode la plus appropriée, du moins très préférable à ne pas traiter l'eau du tout. Il vaut mieux de dépenser un peu d'argent pour acquérir les bouteilles nécessaires à ce traitement que de tomber malade et devoir payer les médicaments et l'hôpital

     Rendre l'eau claire

    L'eau peut être considérée comme claire lorsque vous pouvez voir le fond à travers une bouteille de 2 litres pleine en regardant du haut vers le bas. Posez la bouteille sur un journal et regardez à travers; si vous pouvez lire les lettres, l'eau est dite "claire".

    1: La première étape de la clarification de l'eau est de la laisser reposer dans un récipient environ 12 heures, de façon à laisser les particules de terre les plus lourdes se déposer dans le fond. Cette opération s'appelle "sédimentation".

    2: Après l'avoir réalisée, versez très précautionneusement le contenu du haut du récipient dans un autre. Filtrez l'eau a travers un morceau de tissu en coton en faisant ce transvasement. Le tissu vous permettra de retenir tous les sédiments qui pourraient s'échapper.

    Ensuite remplissez une bouteille pour vérifier si vous pouvez voir au travers l'eau comme indiqué plus haut. Si l'eau est alors considérée comme claire, vous pouvez la faire bouillir pour la rendre potable.   

    3: Si l'eau n'est toujours pas claire, vous devez fabriquer un filtre.

    Fabrication d'un filtre à eau

    Vous devez disposer de deux récipients, un plein de gros sable et l'autre de charbon de bois

    Le récipient du filtre

    1. Faites quelques petits trous dans le fond de l'un des deux récipients de 30cm de haut. Si celui-ci est en métal, utilisez une pointe pour percer les trous, si il est en plastique, utilisez la pointe d'un couteau pour les faire. Lavez le récipient après l'avoir percé.

     

    1. Nettoyez le sable. Vous devez le laver au moins 5 ou 6 fois afin d'être sûr de sa propreté. Pour laver le sable, le mettre dans une grande bassine, la remplir avec de l'eau et remuer le sable dans l'eau avec vos mains. Jeter l'eau et recommencer avec une nouvelle eau. Faire cette opération 5 fois au moins. Attention à utiliser une eau relativement propre pour cette opération. Si vous pensez avoir besoin d'un filtre, il est préférable de préparer votre sable à un endroit où il y a beaucoup d'eau pour le laver. Il est très important que le sable utilisé dans le filtre soit très propre.
    2. Écrasez le charbon de bois en petits morceaux à l'aide d'un marteau ou d'un outil similaire. S'assurer qu'il soit bien écrasé. N'utilisez que du bon charbon de bois bien brûlé et ne contenant pas de morceaux de bois non brûlés.
    3. Versez un peu de sable dans le récipient percé. Y rajouter un peu d'eau et vérifier que l'eau coule en dessous mais que le sable ne s'échappe pas par les trous. Si l'eau ne coule pas, agrandir les trous, si le sable s'échappe par les trous qui sont trop gros, videz le sable, recouvrez le fond du récipient avec un morceau de tissu fin et recouvrez de sable.
    4. Lorsque vous êtes sûrs que les trous ne sont pas trop gros, mettre une épaisseur de 5cm de sable dans le fond du récipient et recouvrez-le d'une couche de 8 cm de charbon de bois écrasé.
    5. Au dessus du charbon de bois, rajoutez une couche de sable à peu près jusqu'à 10 cm du bord du récipient utilisé.

    Nettoyage du filtre avant son premier usage.

    Installez le deuxième récipient sur un sol plat, posez sur celui-ci deux bâtons et installez le récipient percé au-dessus de ces bâtons. Versez de l'eau propre dans le filtre afin de le nettoyer. L'eau doit commencer à couler dans le récipient du dessous, à peu près un demi-litre par heure. La première eau qui coulera sera sans doute noire, contenant beaucoup de poudre de charbon, au bout d'une heure environ l'eau coulera claire. Le filtre sera alors prêt à être utilisé.      

    Utilisation du filtre

    Versez doucement l'eau sale dans le filtre. Elle coulera propre dans le récipient du dessous. S'assurer d'abord que l'eau versée dans le filtre a été suffisamment décantée par sédimentation.

    Entretien du filtre

    Il faut remplacer le charbon à peu près toutes les deux semaines. Les éléments polluants contaminent progressivement le charbon qui, au bout d'un certain temps ne peut plus retenir ceux ci et les laisse passer a travers. Si l'eau que vous utilisez est très sale, vous devrez écumer régulièrement celle-ci et peut-être changer la couche de sable supérieure tous les 2 jours. Si votre filtre se bouche (l'eau ne coule plus en dessous), vous devrez changer les deux couches de sable ainsi que celle de charbon.            

    L'utilisation d'un filtre semble donner beaucoup de travail. Mais une fois que vous aurez tous les éléments nécessaires, cela ne prendra qu'une heure ou deux pour le construire et cela vous permettra de rester en bonne santé. Ne pas oublier de faire bouillir ou de désinfecter par le soleil l'eau filtrée avant de la boire.

    Le fondement scientifique de ces techniques

    Le traitement solaire de l'eau semble avoir initialement été étudié à l'université de Berouth en 1984 par Acra Et Al qui a signalé que la destruction de 99.9% des bactéries était réalisée en 300 minutes de traitement en plein soleil.

    Des recherches ultérieures ont aussi démontré que la chaleur joue un rôle important dans ce processus et qu'il est recommandé que l'une des faces de la bouteille soit peinte en noir afin d'absorber le maximum de chaleur (la face située contre le sol bien sur).

    Turner a résumé ce processus de traitement comme suit :

    "Cette forme de traitement de l'eau est appelée désinfection photo-oxydante solaire ou traitement de l'eau sol-air. Le traitement sol-air a démontré son efficacité à réduire considérablement le taux de bactéries fécales coliformes dans l'eau. Il y a la certitude que d'autres bactéries et virus soient détruits également. Bien que moins efficace que d'autres méthodes, cette méthode est une solution d'urgence ne demandant que peu de technicité. La méthode de traitement Sol-air demande un soleil brillant et a démontrée son efficacité lorsque le soleil permet de former une ombre très nette des objets. L'exposition de 4 à 5 heures en plein soleil a démontré une division par plus de 1000 des coliformes fécaux dans les tests en laboratoire."

    Le département de l'eau et de l'hygiène dans les pays en voie de développement de l'Institut fédéral suisse sur les sciences et technologies de l'environnement (EAWAG/SANDEC) a soutenu un vaste projet de recherche sur SODIS depuis 1991. Le site internet SODIS présente des documentations techniques prêtes à être téléchargées. SODIS a été utilisé dans des pays comme la Colombie, la Bolivie, le Burkina Faso, le Togo, l'indonésie, la Thailande et la Chine.

     Filtre à eau

    La filtration au sable est une technologie plusieurs fois centenaire qui est utilisée dans les installations de traitement des eaux dans le monde entier. Les filtres à charbon actif sont aussi utilisés depuis de nombreuses années.

    La conception du filtre fait en sorte que le sable retient les particules les plus grosses tandis que le charbon retient les plus fines.

    Un filtre bien conçu et contrôlé basé sur le principe du sable et du charbon ne va pas seulement filtrer les sédiments contenus dans l'eau, il va également retenir une partie des bactéries et autres contaminants. Une couche de bactéries "amicales" va se former dans le sable et le charbon est un filtre très fin pour retenir les polluants chimiques.

    Un bon filtre à sable et charbon nécessite généralement une granulométrie contrôlée et régulière du sable et la colonne de filtration doit être plus grande que celle décrite dans cet article. Pour cette raison, nous ne recommandons pas l'usage du filtre pour purifier l'eau mais seulement pour la clarifier. Il est fait artisanalement sans granulométrie précise du sable et n'est pas assez haut pour filtrer efficacement les bactéries et virus pathogènes. Nos essais ont démontré que ce filtre sommaire est facile à construire et constitue une méthode peu onéreuse pour rendre une eau trouble claire.

  • Et viva Espana!

    Espagne: des affiches exhortent les musulmans à épouser les non musulmanes pour propager l’islam

    Voici un sujet d’actualité sur les conversions à l’islam… Une nouvelle stratégie, un piège auquel se laissent en particulier prendre des milliers d’Européennes.

    Des centaines d’affiches exhortent les musulmans à épouser des non-musulmanes comme stratégie de la propagation de l’islam

    http://conservativepapers.com/news/2018/01/15/hundreds-of-posters-urge-muslim-men-to-marry-non-muslim-women-as-a-strategy-to-spread-islam/

    En Espagne, on a trouvé des affiches telles que celle en photo ci-dessus pour exhorter les musulmans à épouser des non-musulmanes comme stratégie de propagation de l’islam. Cette affaire avait été révélée le 8 mars 2017 sur le site Breitbart (http://www.breitbart.com/london/2017/03/08/muslims-marry-christian-women-islam-spain/). Des centaines d’affiches avaient été placardées dans des quartiers de Barcelone. " Frère, entrez en partenariat avec un Espagnol, apprenez-lui que l’islam est la vraie religion. La loi islamique dicte que les fruits de cette alliance suivront l’islam, ce qui renforcera encore notre communauté", lit-on dans le corps du texte.

    Un enfant est musulman si son père est musulman, indépendamment de la religion de la mère. Les musulmans sont autorisés à épouser des non-musulmanes. Par contre, les musulmanes ne sont pas autorisées à épouser des non-musulmans à moins que leur mari ne se convertisse à l’islam. Le nombre de mariages interconfessionnels en Espagne n’est pas disponible, mais en Grande Bretagne, le nombre est considérable et dépasse 21 000 par an. Au cours de la dernière décennie, la population musulmane de Grande Bretagne a doublé, faisant de l’islam la religion à la croissance la plus rapide.

    Une recherche faite par le forum Pew publiée en 2013 a précisé que " les musulmans du monde entier s’accordent à dire que l’islam est la seule vraie foi qui mène au salut ". Beaucoup de musulmans disent aussi que c’est leur devoir religieux de convertir les autres à l’islam. La croyance que les musulmans sont obligés de faire du prosélytisme est particulièrement répandue en Afrique subsaharienne. Dans toute cette région, au moins les trois quarts des musulmans croient qu’il est de leur devoir religieux d’essayer de répandre l’islam auprès des non-musulmans. Une majorité de musulmans dans les pays du sud asiatique interrogés disent aussi que le fait d’essayer de convertir les autres à l’islam est un devoir religieux. Ce sens est presque universel en Afghanistan, où 96 % des musulmans croient que le prosélytisme est un devoir de leur foi. Au Pakistan, 85 % des musulmans partagent ce point de vue. Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, une bonne majorité de musulmans dans la plupart des pays interrogés pensent que le fait d’essayer de convertir les autres est un devoir religieux, dont environ neuf sur dix en Jordanie (92 %) et en Égypte (88 %). (http://www.pewforum.org/2013/04/30/the-worlds-muslims-religion-politics-society-interfaith-relations/)

    Au printemps 2009, Uriya Shavit et Frederic Wiesenbach ont écrit dans la publication trimestrielle Middle East Quarterly que "… les érudits musulmans ont appelé les musulmans immigrés à s’impliquer dans la conversion des non-musulmans à leur foi ". En effet, l’appel au prosélytisme des immigrés musulmans est devenu central dans les écrits islamiques contemporains. En Occident, la liberté de religion permet aux personnes de toutes confessions de convaincre les autres que la leur est la seule et unique vérité; par contre, dans certaines sociétés musulmanes, les non-musulmans sont poursuivis et la promotion des autres religions est une infraction punissable.

    Les données exactes sur le nombre de convertis à l’islam en Occident sont incomplètes car les conversions ne sont pas forcément enregistrées. Tandis que les données ne suggèrent pas une vague massive de nouveaux croyants, cette vague fait tout de même preuve d’une certaine importance. Ainsi, en Allemagne, les statisticiens estiment que plusieurs milliers de chrétiens se convertissent à l’islam chaque année. En Espagne, le nombre de convertis a atteint environ 20 000 en 2006, et au Royaume-Uni  peut-être 14 000 ont été convertis en 2006. Aux États-Unis, de 20 000 à 25 000 personnes par an se convertissent à l’islam.

    De nombreux érudits sunnites exhortent leurs coreligionnaires en Occident à diffuser activement la parole de Dieu. L’appel à la conversion, qui a augmenté avec le nombre d’immigrants musulmans permanents en Europe, fait partie d’un cadre plus large d’identité et de devoirs diffusés par les savants religieux sunnites dans le monde arabe depuis les années 1970. Les érudits islamiques ont constaté que bannir ou ignorer la migration massive des musulmans ne ferait que s’aliéner les immigrants. Au lieu de cela, ils se sont concentrés sur le renforcement de l’identité musulmane des immigrés tout en les utilisant au service de l’islam. Ils ont appelé les immigrants musulmans à se considérer comme faisant partie d’une nation musulmane mondiale, à légitimer leur présence sur les terres non musulmanes en agissant comme des musulmans idéaux, à construire des institutions musulmanes telles que des mosquées et des organisations caritatives, à servir les intérêts politiques des musulmans dans le monde entier et à faire du prosélytisme.

    Hamdi Hassan, professeur d’études médiatiques à l’Université al-Azhar du Caire, a écrit que la présence musulmane en Europe était un exemple de prosélytisme musulman passant du mode défensif, qui l’a caractérisé au cours des XVIIIème et XIXème siècles, à un nouveau mode d’expansion. Dans des écrits saoudiens, ces notions de prosélytisme prennent un ton militant et conflictuel. Une source de ces écrits est le savant saoudien Safr al-Hawali, qui a invoqué la nécessité de conquérir l’Occident par la da’wa (Définition de Wikipédia: " inviter les non musulmans à écouter le message de l’islam"), en utilisant des termes sans équivoque dans leur combativité: "Et si on demandait: pourquoi ne devrions-nous pas envahir la Corée et le Japon, puisque les musulmans ont des ressources humaines pour la da’wa? Ce à quoi quelqu’un devrait répondre: non, nous devrions diriger les ressources humaines pour la da’wa vers l’Europe et l’Amérique.

    Qui a raison? Celui qui cite l’Occident; pourquoi? Parce que l’Occident est l’ennemi que nous devons pénétrer en profondeur. C’est l’ennemi qui va nous attaquer et qui est plus dangereux pour nous "… "Le droit de toute personne à faire du prosélytisme, ou le droit de toute personne de se convertir à une religion de son choix, est un principe fondamental des sociétés libérales occidentales. Le contexte unique des efforts de conversion faits par certains musulmans ne doit pas être ignoré: ils n’envisagent pas deux civilisations vivant en harmonie, mais une seule, l’islam, finissant par dominer le monde ". (http://www.meforum.org/2104/muslim-strategies-to-convert-western-christians)

    Note de l’auteur, Ezequiel Doiny: "Le but de cet article est d’avertir et de protéger les femmes non-musulmanes contre la pratique de certains musulmans qui ciblent les femmes non-musulmanes non par amour ou pour un plaisir romanesque, mais en tant que stratégie pour répandre l’islam".

     (Voici un commentaire écrit par Jan Sobieski III à la suite de cet article: "Ceci est le cheval de Troie de l’Europe. Les gauchistes sont trop aveugles et politiquement corrects pour le voir. Nous ne pouvons qu’espérer qu’ils sortent leur tête du sable avant qu’elle ne soit tranchée par les islamistes".

    Traduit pour Résistance républicaine par Jack

  • Immigration et migrants: les Français ne sont pas du tout informés correctement

    Mis en cause par France Inter pour son livre, recommandé par le FN, Jean-Paul Gourévitch met en garde contre une sous-information en matière de migration. Et pointe du doigt les désaccords qui le séparent du parti de Marine Le Pen.

    Atlantico: Vous avez été mis en cause dans un article de France Inter au motif que vous êtes l’auteur d’un livre sur Les véritables enjeux des Migrations qui fait partie de "la bibliothèque des livres recommandées par le FN". Comment définiriez-ce qui est une vision d’extrême-droite concernant l’immigration et comment définissez-vous la vôtre?

    Jean-Paul Gourévitch: J’ai effectivement été mis en cause par un journaliste de France Inter pour mon ouvrage Les véritables enjeux des migrations (Le Rocher 2017) recommandé par le FN. Un article repris quasi in extenso par 19 supports de la presse écrite, audiovisuelle et du net. Ce qui m’a quelque peu irrité, c’est que la mise en cause n’est pas liée au contenu de l’ouvrage dont le journaliste dit qu’il est " une référence pour la droite dure ", ce que je pourrais à la rigueur comprendre puisque cette droite me cite bien que je n’en fasse pas partie.

    Elle vient de la phrase suivante: "L'auteur conteste être à l'extrême-droite. Reste qu'en 2016 il participait à une table ronde organisée par Robert Ménard à Béziers"  et le journaliste mentionne des personnalités d'extrême droite qui s'y trouvaient comme Renaud Camus ou Jean-Yves Le Gallou.

    Cet amalgame qui consiste à considérer que celui qui participe à une table ronde partage les opinions des organisateurs est insupportable. Je serai donc dans cette optique à la fois un partisan de la LICRA, d’Action Française, de l’Institut Mandela, du Parti Socialiste, de Renaissance Catholique, de SOS-Racisme, de Riposte Laïque, de la Pastorale des Migrants, de la Grande Loge de France…Passons. Cet amalgame est d'autant plus détestable que c'est précisément ce journaliste qui m'a interviewé pour le journal de France Inter pour me demander pourquoi j'étais venu à Béziers alors que j'étais en désaccord avec les positions des organisateurs. Interview qui n’a pas été diffusé dans le journal du soir et pas plus dans les suivants malgré la promesse du journaliste que j'ai revu le lendemain.

    Sur le fond j’ai un désaccord profond avec l’extrême-droite sur les coûts de l’immigration, sur les amalgames que certains de ses thuriféraires font entre immigration et délinquance, entre immigration et islamisation de la France, et sur les visions d’apocalypse qu’on trouve par exemple dans Immigration la catastrophe de Jean-Yves le Gallou. En même temps je respecte les positions de ceux qui ne pensent pas comme moi, quand elles sont documentées,  et tout compte fait je trouve plutôt démocratique que le FN conseille à ses militants de se former en lisant des ouvrages qui contestent ses propres thèses.

    Vous expliquez que vous menez un combat contre la désinformation des médias mainstream sur l’immigration. A quoi faites-vous référence? Quelles sont selon vous les informations fausses que les médias propageraient ou celles qu’ils tairaient ? Est-il possible de se faire une idée sur la réalité de l’immigration en France?

    Comme l’Observatoire  des Journalistes et de l’Information Médiatique (OJIM)  l’a montré en analysant la façon dont les medias ont rendu compte de la crise des migrants pendant l’été 2017,  l’opinion publique est soumise à un véritable matraquage sur le problème de l’immigration. Dans la mise en scène des témoignages, dans le choix des invités, dans les images sensationnelles et compassionnelles présentées, il y a une volonté de formater les esprits. Un exemple: certes l’accueil des migrants doit être "digne", mais avons-nous aujourd’hui, même en comptant sur la générosité des associations, les capacités d’accueil pour héberger "dignement" les quelques 100.000 demandeurs d’asile de l’année 2017 sans compter les migrants irréguliers qui ne sont pas passés par la case demandeurs d’asile ?  Sauf à admettre qu’on donne la priorité aux migrants et non pas aux SDF,  et aux Français qui vivent sans toit ou dans des logements précaires. Ce que personne n’ose dire.

     

     

    Dans les medias, on occulte la distinction entre les réfugiés politiques et les migrants économiques pour ne pas " faire de tri ". On valorise leur " formation " mais on oublie les études sur l’insertion professionnelle de ces migrants qui est très limitée. Si un pays n’a pas la capacité de donner du travail à ceux qu'il accepte, il  renforce le nombre de chômeurs, leur précarisation et le coût d'une opération supportée par l'Etat et les contribuables.

    La désinformation est également permanente sur les statistiques des migrations, sur leurs coûts et leurs bénéfices, sur la lenteur des procédures d’asile,  sur l’inefficacité des reconduites reconnue par le Président Macron lui-même, sur l’Aide Médicale d’Etat, sur l’action des associations, sur les liens entre immigration et économie informelle…La plupart des journalistes ne lisent plus les ouvrages. Ils classent les auteurs dans une posture en faisant un copier-coller des textes récoltés sur Internet.

    Je crois qu’on peut donner aux Français une connaissance de la réalité de l’immigration dans leur pays qui est plurielle, complexe, et très éloignée des slogans, des amalgames et des schématisations qu’on leur impose.

    Nous en sommes loin. Les chercheurs, et je ne suis pas le seul,  qui tentent de présenter loyalement les enjeux et les données sont accusés d’apporter de l’eau aux moulins de l’extrême droite comme je l’ai été en 2014 dans la campagne de diffamation qui a suivi la parution des Migrations pour les Nuls. Le résultat dans les medias mainstream  est immédiat. Ceux qui vous avaient donné la parole ou cité en référence  comme FR3, M6, BFM-TV, LCP, I-télé, Le Figaro, Le Monde, Libération…vous ignorent ou vous anathématisent. C’est pour cela que j’ai proposé de rétablir un Observatoire National des Migrations, indépendant et pluraliste, croisant les données locales, nationales et internationales, qui traiterait à la fois de l’immigration et de l’expatriation,  et qui remplacerait le défunt Observatoire National des Statistiques de l’Immigration et de l’intégration installé en 2004 par le Haut Conseil à l’Intégration et qui n’a jamais fonctionné.

    Contrairement à la plupart des États occidentaux, la France collecte peu de données sur les origines ethniques de sa population. Vous contestez cet aveuglement statistique, en quoi accepter de recueillir des données ethniques précises permettrait-il de mieux gérer le pays ?

    22 pays du Conseil de l’Europe sur 42 recourent directement  aux statistiques ethniques et ce nombre est en constante augmentation. Non seulement il est difficile de soutenir, sauf pour des raisons idéologiques, que le pays qui héberge des personnes ne doit rien connaître de leur origine mais ces statistiques donnent un sens aux luttes menées pour les droits des citoyens qu’il s’agisse des autochtones ou des immigrés.   Dès 1996, l’ECRI (Commission Européenne contre le racisme et l’intolérance) recommandait de "collecter, s'il y a lieu, en conformité avec les lois, règlementations et recommandations européennes concernant la protection des données et la protection de la vie privée, les données permettant d'évaluer la situation et les expériences des groupes particulièrement vulnérables face au racisme, à la xénophobie, à l'antisémitisme et à l'intolérance".

    Comment voulez-vous combattre la discrimination si vous ne savez pas qui est discriminé? Sinon c’est le recours au prénom, au faciès, au " ressenti d’appartenance ",  à l’origine géographique, bref aux délits de "sale mentalité", de "sale gueule" ou de "sale territoire"  avec toutes les  dérives qu’ils génèrent.

    Contre cet argument on évoque les lois raciales de Vichy, le risque d’enfermement  dans une identité univoque, le " voile d’ignorance sur les différences pour les dépasser dans une citoyenneté ". Nous sommes en 2018. Les Français sont adultes. Le creuset républicain n’a pas résisté aux températures élevées des alliages qu’on y déposait.  Si l’on veut recréer du lien entre des communautés, il faut commencer par admettre qu’elles existent et qu’elles ne se fondent pas dans un "vivre ensemble" qui  n’a de réalité que pour quelques-uns. 

    L’Insee ou l’Ined collectent peu de données mais le CSA a annoncé la semaine dernière avoir comptabilisé les minorités visibles sur les écrans tout en continuant a regretter qu’elles ne soient toujours pas assez représentées.

    Mais comment savoir si la représentativité est bonne si les données sur les minorités au sein de la population globale ne sont pas connues? Les chiffres avancés par le CSA vous paraissent ils correspondre à ce que l’on sait de la proportion de minorités en France?

    Le CSA  doit théoriquement garantir "la liberté de communication audiovisuelle en France". Le cahier des charges de Radio-France insistait sur la nécessité de  "l’honnêteté, de l’indépendance et du pluralisme de l’information". C’est  un objectif à méditer.

    La loi du 30 septembre 1986, renforcée par celle du 31 mars 2006, a confié au CSA le soin de " veiller à la représentation de la diversité à l’écran et sur les ondes ". Elle a été complétée par la loi du 27 janvier 2017 qui précise que cette représentation doit être " exempte de préjugés ". Un baromètre de la diversité fonctionne depuis 2009. Sur le plan de l’origine, il distingue cinq paramètres: personnes perçues comme "blancs", "noirs", "arabes",  “asiatiques", "autres" (par exemple latino-américains).

    A partir du visionnement de 1500 programmes  des 17 chaînes de la TNT gratuite et de Canal Plus sur deux semaines en juin et en septembre 2017, il a constaté en janvier 2018  qu’il y a "81% de personnes perçues comme blanches et 19% de non-blanches". Ces dernières sont "à 53% noires, à  22% arabes, à 11% asiatiques, à 14% autres".

    Par rapport à  2015 les "blancs", les “arabes" et les  asiatique " ont diminué, les “noirs“ et les "autres" augmenté. Sans rentrer dans le détail des rôles et des genres, on pourrait dire que cette évolution correspond globalement à une société française où il y a moins de "blancs", plus de "noirs" et plus d’ "autres" avec un sérieux bémol sur les "arabes" dont la proportion dans la France d’aujourd’hui est en augmentation, la communauté maghrébine ( 6 millions en 2015 selon Hugues Lagrange) étant encore aujourd’hui un peu plus importante que la communauté d’Afrique subsaharienne. Mais sur le fond cette perception ne renvoie pas à l’origine. Dans les "noirs" il y a des Africains subsahariens mais aussi des Antillais, des Guyanais, des Brésiliens, des Américains, des Maghrébins, des Haïtiens… 

    http://www.atlantico.fr/decryptage/immigration-et-migrants-francais-ne-sont-pas-tout-informes-correctement-jean-paul-gourevitch-3279514.html