Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Savoir - Page 4

  • Petite revue de presse

    Emmanuel Macron ressemble de plus en plus à Benito Mussolini

    Marion Maréchal au ban des proscrits (LFI aussi…). Le Medef se couche sur ordre de LREM.

    Je maintiens : nous sommes entrés dans une forme de fascisme mou évoquant la période de prise du pouvoir par Mussolini.

    La Marche sur Rome est ici remplacée par la "“ Prise de Paris“ " objectivement réussie par Macron, ses sbires et ses barbouzes, ses milices, ses marionnettes parlementaires et médiatiques, ses soutiens économiques et industriels, sans oublier sa police.

    Reste l’Armée, mais comme dans les années 20, elle suivra, étêtée, sous contrôle mental, forcée au loyalisme par sa majorité carriériste.

    Mussolini fut au moins patriote. Rien de tel concernant Choupinet. Gouvernée par des traîtres, des pleutres et des conformistes au service d’un spectre, la France bascule avec, à l’intérieur de son corps, creusant son kyste, l’ennemi le plus redoutable et le plus impatient qu’elle ait eu à affronter depuis son combat séculaire contre l’expansionnisme allemand.

    J.S.

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/marion-marechal-invitee-lrem-menace-le-medef-de boycott_fr_5d14efade4b082e55365e71b

     

    ÉCHOS DE LA COLLABORATION

    Services publics et "radicalisation", ici, à la Ville de Paris, rayon ordures et poussière sous les tapis, de prière, bien sûr. Article à déguster sans perdre son flegme si possible : novlangue, non-dits, édulcorations et prises de pincettes pour ne pas risquer de "stigmatiser", tout y est. Un monument à côté duquel les besogneux de Vichy n’étaient que des amateurs.

    https://www.marianne.net/societe/radicalisation-au-sein-des-services-publics-le-cas-du-service-de-propete-de-paris?fbclid=IwAR29-WbKHXZoEhJvt8pQ7XVXUyid-4y6Vq6ODEmsL9FHolR7MtvZuKRkKOA

     

    À ce propos, voici le témoignage fort instructif d’un travailleur social, sur FB. Les cas de ce genre sont légion. Il convient d’insister sur le mot "collaboration" et sur ses victimes dont le nombre est appelé à gonfler comme une baudruche en burqa dans une baïne de Lacanau.

    Anthonin Lamoureux 

    "Sur la montée de l’islamisme dans la fonction publique, je rappelle juste que je me suis fait virer de la mairie de Paris pour avoir critiqué le Coran lors d’une conversation privée.

    Le seul témoignage manuscrit contre moi, d’une déléguée syndicale lesbienne qui a retranscrit un témoignage d’une musulmane, a été validé par le tribunal administratif de Paris.

    Cet écrit n’était pas dans mon dossier de fonctionnaire lorsque mon avocat l’a récupéré. La mairie de Paris a donc des dossiers en parallèle alors que c’est strictement interdit.

    Et le tribunal administratif a validé un document faisant état de mon opinion religieuse: "il y a beaucoup de violences dans le coran".

    Dossier caché, opinion religieuse et les juges valident les pratiques de la maire de Paris.

    Je me suis fait virer comme une merde, moi travailleur social reconnu pour ses résultats auprès des plus précaires, à 8h en arrivant au travail: 10 mn pour vider mon bureau dans un sac poubelle et rendre badge et clefs.

    Ni syndicats ni collègues travailleurs sociaux n’ont réagi à l’époque.

    Et je me suis retrouvé dans un méga merdier (merci encore aux rares personnes à m’avoir aidé à l’époque)“.

    Radio France, 13 semaines de vacances.

    Treize, putain ! Ce service public devenu porte-coton du pouvoir, surpaye des journalistes dont le job essentiel est de cracher sur ces salauds de fainéants, xénophobes et antisémites français, avec pour obligation contractuelle la mission de pérenniser le plus longtemps possible la présence de Choupinet à l’Élysée.

    https://www.capital.fr/economie-politique/les-journalistes-de-radio-france-meritent-ils-leurs-13-semaines-de-vacances-1343249?utm_content=bufferf69aa&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=Facebook_Capital&fbclid=IwAR1_cVySzjYnlgNzU9aoHaXQ5HK8bNSosXWyfAeS2s9O1LWCso4Peh-w4YU

    Tiens le petit Piolle, trouvant certainement plus facile d’évoquer Tunis plutôt que des piscines de sa ville, sort de son silence pour s’astiquer les valeurs et se pignoler l’État de Droit. Je suis grossier? Jamais, s’agissant des branleurs qui nous trahissent… à jets continus.

     

  • Comprendre l’inéluctable processus d’islamisation de la France (1)

    Il ne faut pas rêver, la France s’islamise de plus en plus vite grâce à la complicité, notamment, de nos dirigeants politiques, à commencer par le chef de l’État Emmanuel Macron, les médias subventionnés et donc aux ordres de l’État et une magistrature totalement soumise au président, en totale contradiction avec la Constitution (article 64 de la Constitution du 4 octobre 1958).

    Très bon témoignage: "Majid Oukacha, ex-musulman, démontre tous les changements dans la société française qui démontrent que l’islamisation de la France n’est pas un mythe mais une réalité“.

    Vidéo à voir jusqu’au bout :

    vidéo

     

    L’islam est une religion (même s’il n’a rien à voir avec les autres religions paisibles et pacifiques comme le judaïsme, le christianisme, le bouddhisme, etc.) qui a été créée par un homme nommé Mahomet, au début du VIIe siècle, dans un but matériel (économique), hégémonique et sociétal.

    Comme les autres religions, l’islam repose sur le concept éculé, improbable et opaque de l’existence d’une "entité" intelligente supérieure, invisible et inconnaissable qui gouverne notre monde et régente la vie la plus intime de chaque être humain.

    Une puissance qui vit donc dans un univers parallèle au nôtre, invisible, inconnu et inaccessible, qui a des pouvoirs infinis et qui se détermine par son caractère dit " omniprésent, omniscient et omnipotent".

    On retrouve donc là toutes les composantes de ce qui fait depuis toujours rêver les humains et leur donne l’illusion d’un monde meilleur, comme dans les fables pour enfants, les contes de fées, les histoires de magie, de sorcellerie, de surnaturel, d’occulte ou d’étrange et, en gros, toute la saga du sympathique mais néanmoins utopique et onirique Harry Potter.

    La plus grande majorité des humains, sur toute la Terre, a besoin de " croire " à des choses, des concepts ou des idées imaginaires et absurdes qui les rassurent face aux réalités parfois effrayantes de la vie réelle. On peut le comprendre.

    C’est pourquoi les humains se sont inventé toutes sortes de superstitions absurdes et irrationnelles qui remplissent leur esprit et leur évitent de trop penser à leurs souffrances.

    Aujourd’hui, encore, malgré le cartésianisme et le pragmatisme scientifique de notre temps, de nombreux humains se réfugient dans ces innombrables superstitions.

    Les religions ont donc inventé et imposé ces choses et en ont le plus souvent usé comme d’un instrument de pouvoir et de domination des masses, jusqu’à les enfermer dans un véritable asservissement mental, dans le but de les exploiter et d’en tirer des richesses au profit des religieux.

    Pour en savoir plus, vous pourrez trouver dans des livres ou sur internet une abondante littérature historique sur ce sujet.

    Je vous recommande aussi la lecture d’un livre assez complet écrit par un autre contributeur de Riposte Laïque et publié chez Amazon: "Les ravages civilisationnels régressifs de l’islam" d’Ivan Bartowski.

    Page de découverte du début du livre (70 pages) :

    http://jenmore.free.fr/ravagesdebut.htm

    Il n’en reste pas moins que tout cela relève de l’irréel et pas du réel ni de la vraie vie.

    La croyance est juste une vue de l’esprit et elle doit le rester. Elle ne doit en aucun cas être affirmée comme autre chose qu’une simple fantaisie et encore moins être imposée à ceux qui ne la partagent pas.

    C’est pourtant ce que fait le monde musulman. Il veut imposer ses croyances superstitieuses et absurdes à toute l’humanité pour la réduire à un esclavage mental et physique.

    L’islam est donc une religion avec tout ce que cela peut comporter d’absurde et de mensonger.

    L’islam rejette, par ailleurs, toutes les autres croyances des autres religions et rejette également tout ce qui est d’ordre scientifique ou intellectuel en provenance des nations occidentales avancées et civilisées.

    L’islam s’isole résolument du monde des humains qui avancent et préfère rester enfermé dans ses propres archaïsmes qui font de lui et de sa société les derniers de la classe humaine.

    L’islam est par nature éminemment conquérant, militaire, guerrier, pillard (le pillage est le cœur même de la nature de l’islam), misogyne (la femme n’a pas de place dans l’islam), violent, barbare et sanguinaire.

    Le mot islam signifie " soumission " (à une entité imaginaire) et en aucun cas autre chose que certains voudraient nous le faire croire.

    Il y a 14 siècles, dans les terres incultes et inhospitalières de la péninsule arabique où vivait Mahomet, la pauvreté régnait.

    L’agriculture était limitée et l’artisanat aussi. Le commerce permettait des échanges avec d’autres villes et d’autres pays.

    Les caravanes transportaient des marchandises pour les vendre et elles étaient souvent pillées (notamment par Mahomet).

    Le travail n’est pas une valeur encouragée dans l’islam.

    L’islam prescrit surtout de piller et de voler les autres et en particulier les non musulmans.

    Depuis 14 siècles, l’islam a envahi, vaincu et écrasé de nombreuses nations dans le but de les piller et de les exploiter à son pur profit.

    Depuis 14 siècles, l’islam aurait assassiné 275 millions d’être humains, selon des historiens et des spécialistes de la question. Le chiffre se monterait à 80 millions de morts rien que pour l’Inde qui était un pays riche et pacifique.

    L’islam c’est l’horreur absolue d’un Oradour-sur-Glane chaque jour depuis 1 400 ans.

    Alors, lorsqu’on me dit que l’islam n’est que paix, amour et tolérance, je reste saisi de stupeur devant tant de bêtise, d’ignorance et de mauvaise foi.

    Partout où arrive ou passe l’islam, le pillage et la mort sont au rendez-vous.

    Nous le constatons aujourd’hui dans nos pays occidentaux où l’arrivée de populations musulmanes du Moyen-Orient et d’Afrique a fait grimper de façon très importante la criminalité, le vol, le viol et les assassinats isolés ou en séries. Égorgements et attentats terroristes sont la signature d’un islam conquérant en marche.

    Les musulmans le disent eux-mêmes, alors pourquoi nos dirigeants le nient-ils, ils sont là pour nous détruire, nous conquérir, nous remplacer et s’approprier notre terre de France et toute l’Europe, à terme.

    Pour ce qui est du pillage, comme ils ne veulent pas trop le montrer, pour le moment, ils ont trouvé plus simple et plus subtil de piller notre système social de solidarité, sécurité sociale, allocations familiales, chômage, etc.

    Leur principe est " nous vous vaincrons par le ventre de nos femmes et nos bébés seront nos futurs combattants djihadistes".

    Ce qui en dit long sur la considération qu’ils peuvent avoir pour leurs propres femmes et pour leurs enfants.

    Et ça marche très bien.

    Le Grand Remplacement est bel et bien en marche.

    D’autant plus qu’ils ont importé avec eux leur tradition de polygamie.

    Comme l’État français, les institutions et les médias les encensent et les glorifient à tout instant, ils vivent donc très bien leur éloignement de leur chère terre natale où ils crevaient de faim.

    Ici, en France, ils ont tous les droits, tandis que nous-mêmes en avons de moins en moins, chaque jour rognés et supprimés en leur faveur.

    Ce sont les rois. On leur donne de l’argent pour ne pas travailler, des logements, des soins médicaux et on construit pour eux tout ce dont ils ont besoin.

    Pourquoi la France permet-elle ça?

    Pour nos dirigeants, depuis le gouvernement Chirac (sous Giscard d’Estaing) et l’absurde regroupement familial (Décret du 29 avril 1976), une énorme invasion de familles d’étrangers arabo-musulmans a commencé, par la suite accélérée et amplifiée par Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron.

    Pour les musulmans ce fut une aubaine.

    Normalement, un tat doit protéger son territoire, son peuple, ses institutions, son économie, etc.

    En France, on a complètement perdu la raison, ce qui a abouti à la situation actuelle qui va nous conduire à une crise très grave et probablement à une guerre civile interethnique et interreligieuse.

    Par la suite, connaissant parfaitement la dangerosité de ces populations, l’État a décidé de les protéger afin d’éviter des embrasements des cités, des quartiers et des banlieues arabo-musulmanes des grandes villes.

    Conclusion, ces banlieues sont devenues des territoires perdus de la République où plus personne n’ose s’aventurer, ni même les forces de l’ordre, et où les pompiers sont accueillis avec une extrême violence.

    La drogue et la prostitution y sont chez elles en toute liberté.

    Le droit français ne les concerne pas.

    Ils font ce qu’ils veulent, ils sont tabous, intouchables et protégées par l’État et la justice, alors que les Français de souche et les non musulmans sont l’objet d’une justice froide et implacable…

    Laurent Droit

     Article en deux parties. Demain, suite: sous le même titre (2)

     

     

  • "Les hipsters ne tiendraient pas dans un troquet avec de vraies gens à la Gabin"

    Jean-Laurent Cassely, observateur attentif et chroniqueur privilégié des modes de vie et des valeurs des classes supérieures urbaines, enquête, dans No Fake, sur les habitudes de consommation des hipsters et leur recherche d’"authenticité".

    Dans votre nouvel essai, No Fake. Contre-histoire de notre quête d’authenticité, vous disséquez le monde des hipsters et plus particulièrement leur obsession pour le vintage. L’authentique contemporain n’est-il finalement qu’un "authentoc"?

    En fuyant un monde trop marketé, trop prévisible, celui des années de globalisation dans lequel on faisait passer un jean produit à l’autre bout du monde pour authentique à grand renfort de publicité à gros budget, nous courons en effet le risque de reconstruire un nouvel âge du fake, plus subtil, dans lequel tout sonne cette fois trop vrai, du logement chez l’habitant où nous séjournons en vacances au pizzaoïlo véritablement italien du restaurant à la mode… Ce que j’appelle le Disneyland hipster.

    Mais j’essaie de dépasser la simple critique ou la condamnation de "l’authentoc", pour reprendre une formule inventée par le magazine Technikarten 2001, ou du fake, pour employer un vocabulaire plus contemporain. […]

    Le Figaro

     

     

  • Ne pas se laisser pas mener à l'abattoir...

     

    Connaissez-vous la devise des anciens caïds de la pègre toulousaine: pour un œil, j'enfle toute la tête!

    Je parle des “vieux de la vieille“, ceux des années cinquante et soixante… lire l'article sur Gabin.

     

    Paris : l’ancien légionnaire accusé d’avoir tué un dealer qui l’avait agressé au couteau, lui et sa compagne, est acquitté

    L’ancien militaire était accusé d’avoir poignardé un dealer qui l’avait agressé en 2014. La cour d’assises a reconnu que l’agresseur s’était infligé lui-même les blessures qui lui furent fatales.

    Le verdict est tombé ce vendredi. Le légionnaire qui avait tué son agresseur en mai 2014 a été acquitté par la cour d’assises. L’ancien soldat, qui a quitté l’armée il y a plus d’un an, était poursuivi pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

    Un ancien légionnaire comparait ce mardi pour la mort d’un dealer l’ayant agressé gare du Nord à Paris en 2014. Accusé de "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner", l’ancien soldat entend faire valoir d’ici vendredi prochain la légitime défense de son acte.

    Il y a cinq ans, en 2014, un légionnaire et sa compagne sont accostés par un dealer gare du Nord, à Paris. La discussion avait dégénéré, le dealer avait sorti un couteau et poignardé à la main le soldat qui avait réussi à arracher l’arme des mains de son agresseur. À la suite de l’affrontement, l’agresseur s’était effondré pour décéder quelques heures plus tard à l’hôpital des suites d‘une blessure à la cuisse.

    Le dealer, connu des services de police et en fuite pour s’être soustrait aux conditions de l’aménagement de sa peine, avait déjà été condamné pour violence avec armes. Il était sous l’emprise de l’alcool et du cannabis au moment des faits. […]

    Défendant la probité de son client, attesté selon lui par la confiance que ses supérieurs avaient en ce légionnaire jamais condamné, Me Henri de Beauregard s’étonne de la difficulté à faire reconnaitre la légitime défense. […]

    Le Figaro