Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2017

Bon, alors, c'est quand qu'il démissionne Richard Ferrand?

Parce que là, franchement, ça commence à faire beaucoup pour le secrétaire général d'un mouvement politique qui se prétendait irréprochable et qui avait fait de l'exemplarité son cheval de campagne électoral.

Passons sur cet espèce d'accord bizarroïde passé entre les Mutuelles de Bretagne et la pas encore SCI de la compagne de Richard Ferrand,

passons sur le fait que Ferrand ait préféré donner le marché de cette acquisition d'immeuble à sa compagne plutôt que de laisser les Mutuelles s'acheter elles mêmes ce bien,

passons sur ce deal de départ qui fit que les Mutuelles de Bretagne aient pris à leurs charges les frais de rénovation de l'immeuble augmentant d'autant la valeur du bien du couple Ferrand / Doucen,

passons sur l'accord portant sur les loyers supérieurs au marché négociés entre la compagne de Ferrand et les Mutuelles,

passons sur le fait que la SCI de Ferrand-Doucen ait pu acquérir cet immeuble sans faire le moindre apport personnel, le Crédit Agricole du coin leur accordant un prêt de 400 000 euros sans apport,

passons sur le fait qu'ainsi Richard et sa compagne se soient faits des coucougnettes en or sans quasiment débourser in fine le moindre fifrelin,

passons encore sur le fait que les Mutuelles aient refilé la rénovation de l'immeuble à l'ex femme dont il est séparé depuis près de vingt ans,

passons encore sur cette curiosité qui fait qu'une gamine de 13 ans, la propre fille de Richard et de sa compagne Sandrine Doucen, soit devenue détentrice d'une action de la fameuse SCI,

passons sur le fait que même si il avait, une fois élu député en juin 2012, démissionné de la direction générale des Mutuelles de Bretagne, Ferrand percevra la même année 50 003,90 euros de rémunération, puis 18 569,45 euros pour 2013,

passons toujours sur le fait qu'une fois élu député, Ferrand continuera de toucher chaque mois du pognon des dites Mutuelles en sa qualité de chargé de mission ce qui ne le gênera pas le moins du monde pour défendre très activement une loi (adoptée malgré l'opposition de la droite) favorable... aux mutuelles,

passons encore sur l'emploi d'assistant parlementaire refilé par Ferrand au fils de l'actuelle directrice générale des Mutuelles de Bretagne,

passons sur toutes les saloperies que Ferrand et ses copains d'En Marche ont pu dire sur la famille Fillon,

passons sur ces 24 heures supplémentaires qu'il a fallu pour nommer les membres du gouvernement, délai qui aurait permis à Macron et Philippe de s'assurer que toute l'équipe avait les fesses propres,

passons sur ce que j'aurai pu oublié,

mais que Richard Ferrand puisse affirmer haut et fort qu'il n'est ni marié, ni pacsé avec sa compagne, ça franchement, c'est à la fois pas cool pour elle, ils sont pacsés depuis 2014, un magnifique mensonge et nous prendre pour des cons !

La preuve en image:

http://corto74.blogspot.fr/2017/05/bon-alors-cest-quand-q...

La météo annonce un été très chaud: qui vous l'a annoncé le 8 janvier 2017?

 

 

 C'est encore mieux expliqué sur le blog de mon site:

http://www.josyanejoyce.com/archives3/index.html

 

 samedi 7 janvier 2017, 07:55
Je me suis déjà exprimée sur elles. J'ai indiqué qu'une odeur de cheminée ou de feu dans la cheminé m'annonce l'arrivée de l'hiver sur Toulouse… c'est l'annonce des gelées de la nuit.
Le dimanche 3 décembre 2016, j'ai senti, la veille cette odeur dans ma salle de bains alors que je triais du linge pour ma lessive. Hé oui, malgré mon “pouvoir“, je dois faire tout prosaïquement mon ménage comme vous toutes, mesdames et mesdemoiselles! Je fais partie de la génération soixante-huitôtde (celle qui allait très tôt à l'usine et pas emmer. les Crs) et je n'ai pas de mari qui s'en charge.
Vous les filles et petites-filles, vous avez bien de la chance de voir votre Jules donner un coup de main aux arts ménagers….
Donc, je “sens“ cette fameuse odeur de cheminée… mais, là, surprise je la “sens“ tout juste, à peine…. sur le moment, cela m'étonne un peu.
Puis, me revient en esprit qu'à chaque fois que j'ai à peine senti cette odeur, l'hiver a été glacial. Cette nuit, à mon thermomètre il a fait -3,3°: je vous affirme qu'une température de cet ordre à Toulouse, c'est glacial, plus que glacial polaire!
Pour être tout à fait complète sur la météo 2017, je réalise, depuis 1983, une astuce de vieille paysannerie qui me permet de connaître la moyenne des températures par quinzaine et mois. Et bien, si je ne m'abuse cette année: vive la canicule!
Et il se pourrait qu'elle soit plus forte qu'en 2003 mais pourrait se situer en juillet et début août; avec un automne fantastiquement chaud.
D'après cette vieille astuce de nos ancêtres paysans…. mais, comme le climat se dégrade constamment….
Ne confondez pas, SVP, ce truc paysan pour de la voyance. OK?

 

 

25/05/2017

Mais non, mais non: puisqu'on vous dit que c'est légal!!!!! bandes de dindons!

Malgré une affaire de 402 000€, le parquet ne veut pas enquêter sur les montages immobiliers de Richard Ferrand

" Richard Ferrand piégé par une affaire immobilière et familiale " très lucrative dont a bénéficié sa femme.

 C’est ainsi que Le Canard enchaîné annonçait, mardi soir, les révélations concernant les combines et arrangements du ministre de Macron. Mais rien à craindre, le PNF, parquet national financier, ne fera aucune enquête. Pourquoi ? Réponse : " parce que ".

Le gouvernement s’apprête à mettre sur la table sa loi sur la moralisation de la vie politique.

  • François Bayrou est plombé par une affaire d’emplois fictifs et un renvoi en correctionnelle.
  • Ferrand, selon le Canard, est embourbé dans une " saga de locations familiales " qui remonte au temps où il était directeur général des Mutuelles de Bretagne.

La bonne affaire à 402 000 euros

L’affaire remonte à 2011. Richard Ferrand, alors directeur général des Mutuelles de Bretagne, un organisme à but non lucratif, recherche des locaux. Selon Le Canard enchaîné, le bureau du conseil d’administration choisit à l’unanimité de louer les locaux d’une SCI (société civile immobilière), nommée Saca, pour un loyer annuel de 42 000 euros.

  • Premier problème : ladite SCI n’existe pas.
  • Second problème : " elle n’est même pas encore propriétaire des surfaces qu’elle propose à la location ", dit le Canard.
  • Troisième problème, et non des moindres, sa future gérante s’appelle Sandrine Doucen, l’épouse de Richard Ferrand.

On récapitule :

Le conseil d’administration choisit à l’unanimité de louer à une société qu’elle ne connaît pas puisqu’elle n’existe pas, des locaux qu’elle ne connaît pas puisque la SCI n’en est pas propriétaire, pour un loyer annuel de 42 000 euros qui tomberont dans la poche de Madame et Monsieur Richard Ferrand, directeur général et donc membre clé du conseil d’administration qui a pris la décision.

Et l’affaire n’intéresse pas le PNF, alors qu’il a enquêté, en plein pendant la campagne électorale, sur un costume offert par un ami à François Fillon.

 Lorsqu’un pays s’accommode de sa propre corruption, et de la collusion entre le judiciaire qui se met au service du politique, voilà à quoi cela ressemble.

 " Fort de [cet] accord financier, Sandrine Doucen peut passer la vitesse supérieure ", c’est à dire, créer la SCI et acheter le bien.

  • Elle crée la SCI au capital de 100 euros avec un ami de Richard Ferrand (une SCI doit compter au moins deux associés) qui investit " un euro pour acheter une action, pendant que Sandrine Doucen s’offre les 99 autres ".
  • Quelques mois plus tard, elle achète les locaux brestois et obtient un prêt " d’un peu plus de 402 000 euros ", soit 100% du prix d’achat ainsi que les frais de notaire.
  • " La décision des Mutuelles va permettre à la compagne du directeur général de rembourser, à terme, la totalité de son emprunt bancaire " explique le Canard.
  • Cerise sur le gâteau, " les lieux seront entièrement rénovés – et sans contrepartie – aux frais des Mutuelles, pour un montant de 184 000 euros ".

 Grâce à ce tour de passe-passe, la famille Ferrand a dépensé 100 euros et a reçu en toute légalité, 402 000 euros. Pas mal non ? Les Ferrand se sont fait payer par la Mutuelle un patrimoine de 402 000 euros.

 L’opération, légalement, est sans faille. Moralement, c’est une autre paire de manches, surtout dans le cadre de la " moralisation " de la vie publique.

 Sollicité par Le Canard enchaîné, Ferrand, hypocrite mais sûr de son bon droit ne dément pas les faits. " C’était la solution la moins chère. Le prix était conforme au marché, et rien n’a été caché : tout le monde savait que cette SCI était la propriété de ma compagne. "

 Mais Ferrand étant le directeur des Mutuelles, on imagine les liens de subordination psychologique avec les autres membres du Conseil d’administration – qui resteront, on s’en doute, silencieux.

 Dans un communiqué, le ministère de la Cohésion des territoires – dont dépend Ferrand qui est ferré, explique : " Cette polémique … poursuit Monsieur Ferrand depuis de longues années… il est au contraire unanimement reconnu qu’il a su redresser les Mutuelles de Bretagne, sauver 120 emplois et en créer plus de 200″.

 Est-ce à dire qu’il a en quelque sorte " mérité " cette gratification déguisée ?

Les Mutuelles de Bretagne se désolidarisent de Ferrand

Le président des Mutuelles de Bretagne de l’époque, Michel Buriens assure n’avoir " aucun souvenir " que le conseil d’administration savait que la SCI appartenait à la femme de Ferrand.

 A droite, les rêveurs demandent l’ouverture d’une enquête, comme le président (LR) des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, qui sait pourtant très bien que la justice est tenue en laisse.

 Pareil à gauche, où le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a demandé " solennellement " au Premier ministre, Edouard Philippe, et au ministre de la Justice, François Bayrou, de s’exprimer au sujet des révélations du Canard enchaîné concernant Richard Ferrand. Naïf ?

 Itou chez Marine Le Pen, présidente du Front national, qui dénonce un " enrichissement personnel parfaitement immoral " et estime que le ministre devrait " poser sa démission ".

 Benjamin Griveaux, porte-parole de La République en marche, a déclaré : “Est-il mis en cause par un juge ? Non ! Une démission ? Vous plaisantez ! C’est un non-événement !”

 Circulez, il n’y a rien à voir, la France au 23e rang des pays les plus corrompus au monde, ça se mérite (Source : http://www.tradingeconomics.com/france/corruption-rank)

 Et les médias censurent toujours l’affaire des emplois fictifs de Bayrou…

 

Source

20/05/2017

Si la presse gauchiasse en parle… c'est que cela va très mal!

Paris: les femmes chassées des rues dans le quartier Chapelle-Pajol

Des femmes de ce quartier de l’est parisien se plaignent de ne pas pouvoir se déplacer sans essuyer des remarques et des insultes de la part des hommes.

Ce sont plusieurs centaines de mètres carrés de bitume abandonnés aux seuls hommes, et où les femmes n’ont plus droit de cité. Cafés, bars et restaurants leur sont interdits. Comme les trottoirs, la station de métro et les squares. Depuis plus d’un an, le quartier Chapelle-Pajol (Xe– XVIIIe), a totalement changé de physionomie: des groupes de dizaines d’hommes seuls, vendeurs à la sauvette, dealeurs, migrants et passeurs, tiennent les rues, harcelant les femmes.

Révoltées, les habitantes du quartier ont décidé de lancer une vaste pétition pour dénoncer la situation. Et un quotidien de plus en plus oppressant. Celui des jeunes filles, qui ne peuvent plus sortir seules, porter une jupe ou un pantalon trop près du corps sans recevoir une bordée d’injures: l’une d’elles raconte avoir subi un jet de cigarette allumée dans les cheveux.

Depuis plus d’un an, le quartier Chapelle-Pajol (Xe- XVIIIe), a totalement changé de physionomie

"Des réflexions incessantes"

"Nous avons toutes droit à un traitement insupportable ", souligne Nathalie, 50 ans, qui revendique trente années dans le quartier, et un climat " inédit " ces derniers mois: " Ce sont des injures, des réflexions incessantes. L’ambiance est angoissante, au point de devoir modifier notre itinéraire, notre tenue vestimentaire. Certaines ont même renoncé à sortir de chez elles ". A l’image de cette vieille dame de 80 ans, agressée sexuellement alors qu’elle rentrait dans son immeuble, et désormais retranchée dans son appartement.

"Un repaire masculin"

Aurélie, une jeune femme de 38 ans, avoue ne pas reconnaître le quartier où elle vit depuis 15 ans, rue Perdonnet (Xe): " Le simple fait de circuler est devenu problématique. Le café, en bas de chez moi, un bistrot autrefois sympa, s’est transformé en repaire exclusivement masculin et en permanence bondé: j’ai droit à mon lot de remarques lorsque je passe devant, d’autant plus qu’ils boivent énormément: il y a quelques jours, le simple fait de me mettre à ma fenêtre a déclenché un flot d’injures, et j’ai dû m’enfermer dans mon appartement. Il y a quelque temps encore, j’empruntais le boulevard de la Chapelle depuis Stalingrad, même tard le soir… C’est impensable aujourd’hui ".

Le métro Chapelle, Laure l’évite soigneusement. Comme la place du même nom: " Ces dernières semaines, j’ai été prise au milieu d’une bagarre de vendeurs à la sauvette. Affolée, je me suis mise à crier, et deux d’entre eux ont sorti des couteaux pour me menacer. J’ai cru que ma dernière heure était arrivée. Et ça fait des mois que ma fille de 12 ans ne va plus seule au collège, ni nulle part dans le quartier, d’ailleurs ".

Porter plainte aurait peu d’effet

Comment lutter contre le phénomène ? Les femmes de La Chapelle le savent: porter plainte aurait peu d’effets. Alors, d’un commun accord, et sur les conseils de Nadine Mezence, adjointe à l’égalité hommes-femmes du maire (PS) du XVIIIe, elles ont décidé d’organiser prochainement une marche exploratoire. Ensemble, elles parcourront tous les lieux du quartier où elles sont indésirables. Puis, rendront compte, aux pouvoirs publics de leurs observations… En espérant être entendues. A la mairie d’arrondissement, on assure que leurs remarques seront examinées avec la plus grande attention.

110 opérations de police depuis le mois de janvier

La question du harcèlement des femmes, et notamment celle de la présence de dizaines de migrants rue Pajol, sera évoquée ce lundi en conseil d’arrondissement par l’élu (LR), Pierre Liscia. Tandis qu’au cabinet du maire (PS) du XVIIIe, Eric Lejoindre, on reconnaît la complexité de la situation: " Les femmes ont un sentiment de vulnérabilité devant cette violence, souvent associée à l’alcoolisation, mais la réponse publique est essentiellement policière".

Précisément, depuis lancement du dispositif " Barbès respire ", au mois de janvier, par le préfet de police avec déploiement de renforts sur le secteur, 110 opérations ont donné lieu à plus de 19 000 évictions de vendeurs à la sauvette et 884 personnes ont été arrêtées. Mais les habitantes, elles, veulent des opérations de plus vaste ampleur pour retrouver leur sérénité perdue…

"Les femmes, une espèce en voie de disparition au cœur de Paris " Désormais, notre quartier est abandonné aux seuls hommes: plus une femme dans les cafés. Pas un enfant dans le square Louise-de-Marillac. Certaines d’entre nous se terrent chez elles ".

Les habitantes de la Chapelle-Pajol viennent de rédiger une pétition, intitulée " Les femmes, une espèce en voie de disparition au cœur de Paris ", qu’elles espèrent voir parapher par de nombreux soutiens et victimes avant de l’envoyer à la mairie, à la préfecture de police et au procureur de la République. Leur demandant de " faire enfin respecter lois et règlement dans les endroits où se fixent les trafiquants, de diligenter des enquêtes sur les filières et de renforcer le nombre de moyens policiers affectés au secteur.

" Il y a les insultes dans toutes les langues, les vols, l’alcoolisme de rue. Les trafics qui s’enracinent, et les employés de ces trafics, qui nous signifient chaque jour que nous sommes indésirables, nous et nos enfants. Cela doit cesser. "

http://www.leparisien.fr/paris-75018/harcelement-les-femmes-chassees-des-rues-dans-le-quartier-chapelle-pajol-18-05-2017-6961779.php

 

17/05/2017

Envoyé par une amie

Les autorités de Hambourg, la deuxième plus grande ville d'Allemagne, ont commencé à confisquer les habitations privées pour atténuer la pénurie de logements - qui a été fortement aggravée par la décision du chancelier Angela Merkel d'autoriser plus de deux millions de migrants dans le pays ces dernières années.Les fonctionnaires de la ville ont saisi les propriétés commerciales et les ont transformées en refuges migrants depuis la fin de 2015, lorsque Merkel a ouvert les frontières allemandes à des centaines de milliers de migrants d'Afrique, d'Asie et du Moyen-Orient. Maintenant, cependant, la ville exproprie des logements résidentiels appartenant à des particuliers.

Dans un mouvement sans précédent, les autorités de Hambourg ont récemment confisqué six unités résidentielles dans le district de Hamm, près du centre-ville. Les unités, appartenant à un propriétaire privé, ont besoin d'être réparées et sont vacantes depuis 2012. Un fiduciaire nommé par la ville réhabilite maintenant les propriétés et les loue - contre la volonté du propriétaire - aux locataires choisis par la ville. La porte-parole du district, Sorina Weiland, a déclaré que tous les coûts de rénovation seront facturés au propriétaire des propriétés.

http://www.zerohedge.com/news/2017-05-14/germany-confisca...

-------------------------------------------------------

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-nouve...

la nouvelle a été traduite;.. super...

juste lire un bout si cela vous chante, c'est grave , puisque l'on nie la proprieté privée

je résume : une chanceliere au grand coeur, ouvre les bras aux migrants, on ne sait pas où les loger

donc on saisit les appartements vacants ( on fait payer les rénovations au propriétaire.. on ne dit pas si au moins, on lui versera les loyers ), éventuellement après délation

à la fin de l'article il y a un détail assez inquiétant...

Un rapport étrange a fortement circulé ce week-end: le Sénat autoriserait la police à pénétrer dans des maisons privées pour loger des réfugiés, même contre la volonté du propriétaire. Je pensais que ce n’était que la satire, puis un malentendu, parce que la Loi fondamentale, l’article 13, déclare: "La maison est inviolable".

 "J’ai donc cherché la source de cet étrange rapport et l’ai trouvé. Il y a une" proposition "que la Chancellerie du Sénat (Senatskanzlei) a apparemment diffusé parmi les sénateurs. La Chancellerie du Sénat est un autre nom pour le bureau du maire. Le secrétaire permanent est Björn Böhning (SPD) …

" La proposition est claire: la police peut entrer dans une propriété privée sans une ordonnance du tribunal afin de rechercher des logements pour les réfugiés lorsqu’ils sont menacés d’itinérance. Vous pouvez le faire" sans le consentement du propriétaire ". Et non seulement la police devrait être autorisée à le faire, mais aussi les organismes de réglementation.

" Cette proposition délicate " a attiré l’attention du public. Seul le secrétaire général du FDP de Berlin Sebastian Czaja a pris la parole et a prévenu une "préparation ouverte à la violation de la constitution". En interne, il aurait fallu des protestations. La "proposition" a soudainement disparu de la table. Est-ce complètement disparu ou va-t-il revenir?

C'est déjà le cas en Italie depuis un an.

Certains brûlent leur maison; d'autres retirent fenêtres et volets, lavabo et wc, etc….

en fait comme Macaroni est sponsorisé par les patrons du Médef, il est tout à fait d'accord pour faire rentrer de la main d'oeuvre qui fera tomber le montant du SMIG....

et pendant ce temps-là, trop de cons de Français qui ont voté pour lui vont pouvoir pleurer toutes les larmes de leur corps où quitter la France....

car, si le smig baisse, tous les salaires vont baisser.... CQFD

 

10/05/2017

Les déçus d’En Marche pourraient créer un parti concurrent… MDR

Et ça continue, continue, continue.... 5 ans de boxom à prévoir!!!

 

Ils partirent 13.000 et n’arrivèrent que 577! Les déçus d’En Marche n’ont pas tous vu venir la tenaille très verticale du parti et certains sont bien décidés à contester les règles du jeu en créant un “En Marche” pirate. Ils ont contre eux l’échéance très courte de dépôt des candidatures…

Les déçus d’En marche sont remontés contre le bidouillage de Delevoye

On sait que Jean-Paul Delevoye a présidé la commission d’investiture d’En Marche.

Cet ancien président du Conseil Économique, Social et Environnemental, ancien ministre, ancien député, ancien sénateur, ancien maire, ancien conseiller régional, bref, le candidat du renouveau, a repris les bonnes méthodes de désignation qui ont fait leur preuve: un entre-soi opaque où des critères réputés transparents se transforment en machine à légitimer l’investiture des anciens et des apparatchiks.

La méthode devrait être destructrice pour un parti conduit par un chantre du “renouvellement des élites jusqu’au bout”: tous ceux qui ont cru aux promesses du gourou comprennent maintenant qu’elles n’engageaient que ceux qui les ont entendues.

Selon les mauvaises langues victimes d’une procédure qu’ils n’ont manifestement pas bien comprises, la déception est forte et prête à critiques. Ils assurent même que les noms qui sortiront de la cocotte minute jeudi prochain ne répondront pas aux critères annoncés la main sur le cœur par Emmanuel Macron, Richard Ferrand et Jean-Paul Delevoye réunis: il n’y aurait ni assez de femmes ni assez de gens nouveaux sur les listes définitives. On vérifiera avec attention cette assertion dans quarante-huit heures.

Les anciens élus font-ils partie de la société civile?

En attendant, il reste un flou: des gens comme Olivier Véran, plausible prochain ministre de la santé, suppléant en 2012 de la députée de Grenoble Fioraso et devenu député, de 2012 à 2015, à la faveur de la nomination de celle-ci comme ministre, font-ils ou non partie de la société civile qui disposerait de la moitié des investitures du mouvement jupitérien En Marche?

Selon Richard Ferrand, non. Selon Jean-Paul Delevoye, le lumineux chargé des investitures, oui.

Bien entendu, la réponse n’est pas neutre. Elle risque en effet de plomber ou non le quota de “nouveaux” proposés par En Marche, et d’augmenter d’autant la file des déçus.

Une subtile maîtrise du calendrier

Initialement, En Marche devait annoncer ses investitures dès le lendemain du second tour. Puis… l’annonce a été repoussée à jeudi. Les candidats investis ont certes tous été informés (confidentiellement) de cette investiture, et auraient dû acheter (selon nos informations) la mallette du candidat (vendue plusieurs milliers d’euros, selon des pratiques initiées… au Front National). Mais leur nom est tenu secret.

Pourquoi repousser la date de dévoilement? En partie pour imiter au maximum le temps de riposte des déçus. Les candidatures doivent en effet être déposées en préfecture entre lundi et vendredi prochain. C’est très court pour se “retourner” quand on découvre qu’on n’en sera pas mais qu’on veut quand même structurer un mouvement collectif.

Vers un parti pirate d’En Marche?

Sans surprise, donc, les promesses citoyennes d’En Marche font leurs premiers déçus officiels. Ceux-ci étaient séduits par le côte bottom up du mouvement: l’aspiration des idées du bas vers le haut. Le passage à la présidence jupitérienne tue ce mouvement ascendant et clôt le chapitre participatif du mouvement. Une fois arrivé au pouvoir, Emmanuel Macron jette le masque et ne cache plus sa préférence pour l’impulsion venue du haut.

 

Boudu! ils nous gavent de saletés…

Je viens de regarder sur canalsat à la demande un reportage sur le beurre. Mauvaise surprise: les produits laitiers ne sont pas du tout simplement réalisé avec du lait et de la crème fraîche! “Ils“ y rajoutent des tas de trucs immondes. En petites quantités…. mais c'est tellement de la salop…. qu'une contrôleur des services vétérinaires disait: nous ne pouvons contrôler qu'à postériori: c'est-à-dire que dans les usines françaises… pas à l'usine de départ; à l'étranger!

Car une société vendait du “beurre bien frais“ (sic) aux industriels français qui fabriquent des gâteaux “pur beurre“ en France mais ce beurre ne contenait que 34% de beurre… le reste, c'était des tas de choses innommable!

Elle disait: vous vous souvenez du scandale de la viande de cheval vendue en tant que bœuf? et bien, quand cela va éclater, ce scandale sanitaire sera plus grand!".

Les journalistes ont terminé le reportage en disant d'acheter du beurre artisanal, AOP, fait en France à la ferme; plus cher de 35% mais au moins, la mention AOP nous protège.

Et vous, si vous faisiez votre beurre vous-même?

Beurre maison

Préparation: 20 min environ; sans cuisson

Ingrédients

50 cl de crème fraiche liquide, à fouetter

1 cuillère a café de sel (ou plus pour un beurre plus salé)

Battre la crème au batteur électrique pendant 20 min. ou jusqu'a qui soit ferme. Ajouter votre sel. Un petit lait surnage.

Déposez sur une passoire pendant environ 10 min pour dégager le petit lait.

Versez dans des moules et conservez au réfrigérateur.

Ne se conserve pas trop longtemps… donc, faites en petites quantités très souvent.